Les relations interpersonnelles
2017-08-13 23:00:51 +0000 2017-08-13 23:00:51 +0000
121

Comment puis-je dire à un collègue que ce n'est pas parce que quelque chose est un hobby que je veux le faire gratuitement ?

J'aime faire de la pâtisserie et, à plusieurs reprises, j'ai préparé des gâteaux ou d'autres desserts pour les gens du bureau pour fêter leur anniversaire ou une étape importante de leur vie professionnelle. Je l'ai fait de mon plein gré, sans qu'on me le demande. Je ne le fais pas pour chaque anniversaire ou événement important, et c'est généralement parce que je veux pratiquer une recette ou exprimer ma gratitude à quelqu'un. La semaine dernière, j'ai entendu un collègue dire que je préparerais un gâteau pour un événement important qu'il était sur le point de célébrer. Je n'avais jamais dit une telle chose, je n'avais pas l'intention de le faire. Quand il m'a approché pour me "suggérer" de faire un gâteau pour l'étape, j'ai dit non, et il a répondu : "Mais vous aimez la boulangerie-pâtisserie, alors faites-nous un gâteau"

La boulangerie-pâtisserie est un passe-temps pour moi, mais elle prend aussi du temps, et peut devenir coûteuse pour certaines choses, juste avec le coût des ingrédients. Le titre est un peu trompeur, car il ne s'agit pas tant de la partie gratuite - je ne veux pas le faire en échange d'argent. Il s'agit plutôt de l'aspect temps pour moi - le temps passé à cuisiner est du temps qui ne sert pas à faire d'autres choses que j'aime.

Comment expliquer à mon collègue que je ne veux pas faire un gâteau pour son jalon ? Je trouve que c'est un peu délicat car j'ai créé un précédent en matière de pâtisserie dans le passé.

Réponses [12]

131
2017-08-13 23:18:06 +0000

Je pense que vous avez déjà dit tout ce qu'il fallait vraiment dire lorsque vous avez dit :

Non.

"Non" est une phrase complète. Vous n'êtes pas toujours obligé de vous justifier lorsque vous dites "non".

Je pense que cela correspond à l'une de ces situations. Un collègue a supposé que vous feriez quelque chose que vous n'aviez pas accepté de faire, et il est allé encore plus loin en disant aux autres que vous le feriez. Lorsqu'ils ont commencé à vous poser des questions, ils ont choisi de ne pas accepter votre réponse et ont dit :

Mais vous aimez cuisiner, alors faites-nous un gâteau.

Les personnes qui agissent de la sorte méritent d'être fermées de temps en temps. Cela peut même leur apprendre à demander plutôt qu'à supposer, ou à obliger.

Si vous ressentez vraiment le besoin d'expliquer, soyez direct et ferme.

Vous venez de supposer que j'allais faire un gâteau pour vous. Je n'ai ni le temps, ni l'argent, ni l'envie. Vous auriez dû demander plutôt que de dire aux gens de s'attendre à un gâteau.

131
62
2017-08-14 07:44:54 +0000

Je ne pense pas que cela ait besoin d'être si compliqué.

Si vous ressentez vraiment le besoin de vous expliquer, dites-lui simplement ce que vous avez déjà dit ici : "S'il persiste à se culpabiliser en disant "mais tu as fait un gâteau pour (qui que ce soit)", répétez simplement que vous aviez le temps à l'époque, mais que vous ne l'avez plus maintenant. Soyez honnête et sincère. C'est ça.

On dirait vraiment que c'est aussi simple que ça. Ne le laissez pas vous harceler à ce sujet. S'il ne peut pas accepter cette explication simple et honnête, n'allez pas plus loin. Laissez tomber.

62
30
2017-08-14 17:24:20 +0000

Pour moi, un peu d'ingénierie sociale peut faire beaucoup dans des situations comme celle-ci.

Soyez toujours gentil, poli, généreux dans votre réponse.

Non merci, mais j'apprécie que vous pensiez à moi.

Dit gentiment et avec un sourire, c'est désarmant et les gens n'aiment pas décevoir ou se disputer avec quelqu'un qui les traite avec gentillesse. Donc, même si vous avez dit non, ils sont mis dans la position d'expliquer pourquoi. S'ils font pression, ce sera probablement d'une manière plus suppliante que le ton exigeant qu'ils ont essayé de prendre en premier lieu. Et vous pouvez répondre

Je suis désolé, mais je ne vais pas pouvoir faire cuire celui-ci.

Je vous soupçonne d'être une personne normalement gentille et généreuse, alors continuez à l'être même si vous annoncez les mauvaises nouvelles.

30
13
2017-08-14 14:39:43 +0000

Un hobby est quelque chose que l'on fait pour s'amuser et se divertir. La motivation est interne. Le travail est quelque chose que vous faites parce que vous devez le faire. La motivation est externe. Si vous êtes obligé de faire un gâteau, il cesse d'être un hobby et devient un travail. Ce n'est pas vraiment différent que si votre hobby était la pêche et que vous apportiez occasionnellement vos prises pour les partager, ou le travail du bois et que vous donniez vos dernières créations... Le processus est votre hobby, et un effet secondaire est le produit (gâteau/poisson/bricolage en bois). Que vous choisissiez de partager n'importe quel produit de votre hobby est très bien, mais il est important de s'assurer que votre collègue comprend que vos gâteaux ne sont pas liés à des jalons pour éviter ce genre de malentendu à l'avenir.

Les étapes sont une excuse, pas une cause

Faites-leur savoir que les étapes sont une excuse pour pratiquer votre hobby, mais que vous ne cuisinez pas pour chaque étape, plutôt si vous avez cuisiné au moment d'une étape c'est une bonne excuse pour apporter les résultats et partager. Toutefois, comme la boulangerie-pâtisserie est un passe-temps qui ne fait pas partie de votre travail, vous ne le faites que lorsque vous en avez le temps et l'envie, et non pas à chaque étape. Il serait également utile de mentionner que le fait d'être obligé de le faire vous enlève une partie du plaisir et vous rend moins enclin à vouloir le faire en premier lieu.

Si vous m'aviez demandé en premier, j'aurais peut-être envisagé de le faire (en supposant que j'ai du temps libre) mais votre hypothèse selon laquelle je dois vous faire un gâteau fait paraître cela comme un travail et enlève le plaisir. Quand j'ai le temps et les ingrédients pour faire de la pâtisserie, je suis heureux d'apporter une partie du produit pour le partager, et un jalon peut être une excellente excuse, mais personne n'est obligé d'apporter de la nourriture pour les jalon.

13
9
2017-08-14 14:37:25 +0000

Votre collègue n'a aucune raison de s'attendre à ce que vous cuisiniez pour lui et il est présomptueux de supposer que vous serez toujours capable de faire un gâteau pour chaque événement. Le fait même que vous ne l'ayez pas fait à chaque fois devrait lui dire que vous faites la cuisine par choix, et non par défaut.

Remerciez-le d'apprécier votre travail, mais demandez-lui de respecter le fait que vous faites la cuisine pour le plaisir, et non par obligation. Toutes les choses que vous expliquez ici sont des choses que vous devriez dire à votre collègue.

  • cela prend du temps/vous êtes trop occupé(e) en ce moment
  • les ingrédients sont chers
  • vous le faites pour le plaisir

Vous ne devriez probablement pas mentionner que vous le faites pour remercier les gens car il demandera probablement pourquoi il ne devrait pas être remercié.

Vous pourriez certainement leur recommander une bonne boulangerie locale pour qu'ils achètent un gâteau à la place. S'ils se plaignent du coût, vous pouvez leur demander pourquoi ils pensent que vous devriez couvrir le coût pour eux en consacrant votre temps et votre argent à leur gâteau. Sinon, connaissez-vous quelqu'un d'autre au bureau qui aime faire la cuisine ? Peut-être seront-ils heureux de se charger de la fête de cette personne.

Vous auriez également dû aborder le sujet lorsque vous les avez entendus en parler pour la première fois. Ils ont peut-être répandu cette désinformation dans tout le bureau entre le moment où vous l'avez entendue et celui où il vous a approchée, ce qui pourrait rendre l'absence de gâteau gênante pour lui... mais ce n'est pas votre faute. Vous devriez en être conscient, c'est pourquoi je vous recommande de mentionner une boulangerie ou un collègue.

Quoi que vous fassiez, ne leur cédez pas. Ils ont fait une erreur, en supposant que vous cuisineriez pour eux. Vous ne devriez pas être puni pour cela. Donnez-lui une alternative et demandez-lui de vous consulter d'abord à l'avenir.

De même, ne laissez pas cela affecter votre choix de cuisiner à l'avenir. Vous le faites pour le plaisir, et non par obligation. Ne laissez pas le stress de son comportement diminuer votre plaisir. Vous n'êtes pas à blâmer. Vous n'avez rien fait de mal.

Je me suis trouvé dans une situation similaire. J'aime faire des gâteries et en rapporter. Mon patron voulait que j'apporte des centaines de biscuits et de gâteaux pour une fête et nous avons pu nous mettre d'accord pour que je sois rémunéré en fonction des ingrédients et du temps. J'en ai profité pour m'entraîner à la cuisson en vrac, ce que je n'avais jamais fait auparavant. Mais, comme vous le dites, dans ce cas, il ne s'agit pas d'argent.

9
8
2017-08-14 19:59:48 +0000

"C'est vraiment un compliment que vous appréciez tant mes gâteaux. Merci ! Je suis désolé mais je dois refuser, j'ai vraiment beaucoup de choses à faire en ce moment"

*Si vous avez envie de contribuer à la cause, vous pouvez suggérer d'autres choses : "Pourquoi ne pas tous participer à la préparation d'un bon gâteau de la boulangerie [du supermarché XXXX] ?"

Utilisez l'option "participer" avec précaution car si elle est retenue, vous pourriez ne plus être obligé de faire des gâteaux à l'avenir, mais vous pourriez être sollicité pour des dons de gâteaux.

Dans mon cours de journalisme au lycée, nous avions l'habitude de faire des "chips" et de commander une feuille de gâteau, une pizza, des chips et des bouteilles de cola à la boulangerie du coin pour célébrer des occasions spéciales. Au moins, j'ai eu ma part de gâteaux. Vous pouvez alors apporter vos contributions sucrées "juste quand vous voulez" pour vous faire plaisir. Je vous suggère également de faire comme moi et d'alterner les friandises à l'avenir : choisissez au hasard des gâteaux, tartes, biscuits, beignets, petits pains sucrés, strudels, chips, chaussons, empanadas et autres pâtisseries à partager pour des occasions spéciales et "juste quand".

8
5
2017-08-14 04:42:02 +0000

Comment expliquer à mon collègue que je ne veux pas faire de gâteau pour son jalon ?

**Pourquoi voulez-vous l'expliquer ?

Vous avez déjà refusé la possibilité de faire un gâteau pour lui. S'il ne demande pas d'explication, je ne pense pas qu'il y ait besoin d'explication. Vous cuisinez de votre plein gré et s'il y a un malentendu qui se prépare, vous devez y mettre fin le plus vite possible.

Si vous pensez qu'il le prendra personnellement, alors s'il vous le demande à nouveau, vous pouvez lui dire clairement mais humblement que le geste de cuisiner des gâteaux est moins lié à l'étape de quelqu'un et plus à votre propre volonté de le faire.

5
4
2017-08-14 16:49:52 +0000

Pour citer votre commentaire :

Dans ce cas, si on m'avait demandé en premier, j'aurais quand même dit non, car je n'ai pas le temps pour le moment. Dans un autre cas, j'aurais peut-être été plus obligeant s'il m'avait demandé en premier, mais à cause de cela, j'hésite maintenant à dire oui.

Comme d'autres l'ont mentionné, "Non" est une phrase complète. En outre, si vous ressentez le besoin de vous expliquer et que vous ne voulez offenser personne, dites simplement ce que vous avez fait ici : "Vous pourriez aussi ajouter ce que les personnes à qui l'on demande de tricoter/crocheter des trucs gratuits disent souvent pour éviter d'autres demandes de "gimme" : "Non, désolé, je suis occupé cette semaine.... et j'ai prévu de faire de la pâtisserie dans un avenir proche / dans les prochains xx mois / le calendrier est plein à craquer / etc."

Il/elle n'a pas besoin de savoir que vous prévoyez de faire des gâteaux imaginaires pour vous-même ;)

4
1
2017-08-14 13:18:06 +0000

Une stratégie pour l'avenir proche, pour contrer

Je trouve cela un peu délicat car j'ai créé un précédent en matière de pâtisserie dans le passé.

Vous pourriez simplement apporter un gâteau entre les occasions, et peut-être même omettre la pâtisserie pour les occasions pendant un certain temps (court).

Ils vont vous demander à propos de l'occasion, et vous pouvez leur expliquer qu'il n'y en a pas. La pâtisserie est votre hobby, vous vouliez juste essayer une nouvelle recette, et ils sont vos cobayes.

Modifier en réponse au commentaire : Je ne vous suggère pas de changer complètement votre comportement, juste de le rendre un peu moins prévisible. La question était : "Comment expliquer... ?" Cela permettra de communiquer vos motivations en les montrant, et de créer une occasion de les expliquer.

1
0
2017-08-14 15:12:04 +0000

Je dirais : "Je ferai la cuisson si vous collectez des fonds pour payer le matériel et mon temps"

Cela indiquerait aux gens que votre travail a un coût.

Parce que vous avez déjà fait de la cuisson, il n'est pas si facile de refuser cette fois-ci. Mais vous pourriez leur "donner un prix" élevé pour qu'ils prennent conscience du coût. "Je ferai la cuisson pour 1 million de dollars." OK, c'était une blague.

Mais il semble que 100$ soit trop peu. Peut-être que 1 000 $, ça sonne mieux. Alors proposez de faire la cuisine pour 1 000 $ ou tout autre prix qui vous convient.

S'ils vous acceptent, vous avez gagné beaucoup d'argent. Et si on vous demande pourquoi, dites-leur que vous êtes "passé à autre chose" et que vous devez être payé pour revenir.

0
0
2017-10-31 18:02:20 +0000

Ugh, je méprise ce genre de personne ...

Ma réponse ...

D'abord, vous n'avez pas vérifié avec moi avant de promettre aux autres que je ferais cette chose. Si vous essayez d'obtenir quelque chose de moi, c'est une commission.

Puisque j'ai d'autres plans, vous me payez des tarifs d'urgence. Ce qui est (double/triple) mon taux horaire au travail. En plus, c'est en plus de m'apporter un arbuste ou tous les ingrédients pour le gâteau. Sinon, je peux vous recommander plusieurs bonnes boulangeries / pâtisseries.

0
-1
2017-08-14 01:35:01 +0000

Soit vous dites "non" en les regardant dans les yeux... soit, puisqu'il s'agit d'un "jalon" lié au travail (je déteste personnellement la quantité de travail non rémunéré sur les lieux de travail), vous obtenez que le patron encourage les employés (à faire leur travail, en d'autres termes) en vous payant pour votre temps de cuisson - même si je sais que vous ne voulez pas le faire pour de l'argent, c'est l'aspect temps et respect qui vous importe. Ainsi, ce paiement n'a pas à être admis devant tout le monde. Vous pouvez donc bénéficier de la gloire et de l'argent. Vous pouvez aussi l'échanger contre une autre faveur de votre patron ET de votre collègue de travail, qui devrait mieux savoir. C'est une sorte de compliment que les gens veuillent manger vos gâteaux, d'ailleurs. Tournez cela à votre avantage, mais assurez-vous que ce soit à votre avantage plutôt que de vous contenter de dire "oh regarde, il/elle a fait un autre gâteau, bon chien, prends un os". Ou bien dites simplement "non".

-1

Questions connexes