Les relations interpersonnelles
2018-04-07 08:45:30 +0000 2018-04-07 08:45:30 +0000
38

Comment puis-je faire savoir avec grâce à mes collègues qu'ils me trompent accidentellement ?

Je suis une transsexuelle depuis environ 7 mois dans ma phase de vie réelle et pas une semaine ne passe sans que je sois accidentellement maltraitée par certains de mes collègues. C'est-à-dire qu'ils utilisent les mauvais pronoms pour me désigner ou, rarement, utilisent mon nom de mort.

J'ai commencé à travailler il y a plus d'un an et depuis lors, j'ai progressivement changé mon apparence, passant du masculin au féminin, pour devenir totalement féminine il y a environ 7 mois. Mon employeur m'a beaucoup soutenu dans la mesure où tous mes comptes et mes données personnelles sur l'intranet ont été changés à mon nouveau nom deux mois avant mon changement légal de sexe et de nom. Je suis assez passable, surtout quand je porte du maquillage pour couvrir l'ombre de ma barbe, et c'est toujours le cas. Des inconnus s'adressent à moi en m'appelant "Madame". C'est-à-dire jusqu'à ce qu'ils entendent la voix, qui est trop basse et encore trop masculine.

Pourtant, une bonne partie de mes collègues (pas la majorité) me prennent pour une madame. Lorsque cela se produit, je les corrige rapidement, généralement en douceur, parfois avec une blague et rarement de façon sévère. Parfois, ils se corrigent eux-mêmes et s'excusent, même si c'est un peu à contrecœur.

Mon problème, c'est que ça fait mal quand je suis mal pris mais que je ne veux pas partir. Je suis assez heureux de ce que je fais et j'ai un emploi sûr alors que la transition est une chose à chérir. Je ne veux pas non plus aliéner mes collègues, après tout j'ai besoin d'eux pour faire mon travail correctement et inversement ils ont besoin de moi. Je ne suis pas allée jusqu'à leur dire que j'ai l'impression qu'on me plante un couteau dans la plaie quand cela se produit.

Je préférerais bien sûr qu'ils arrêtent de me maltraiter, mais c'est un peu irréaliste, cela ne viendra qu'avec beaucoup de temps et, éventuellement dans quelques années, un changement de lieu. La question est donc vraiment de savoir comment leur faire comprendre que cela me blesse quand ils me font des erreurs de genre sans les aliéner.

Clarifications :

  • Lors de mon arrivée au travail, j'ai fait une petite présentation sur les changements que je vivrais et que je vais vivre et une fois que mon changement de sexe légal est passé, j'ai fait une petite fête avec les traditionnels biscuits à l'anis rose qui se fait habituellement avec la naissance d'une petite fille.
  • Bien que j'aie parfois l'impression, il n'y a pas de comportement observable que certains d'entre eux me trompent intentionnellement. Le sentiment est probablement dû au fait que je suis trop sensible à cette question. Il est évident que je suis victime d'une véritable discrimination intentionnelle, mais c'est très rare et cela ne fait aucun doute.
  • Mes collègues m'ont connu pendant 4-5 ans avant de sortir, 5 ans maximum avant le début de la vie légale et réelle. Pour les nouveaux venus : la vraie vie, c'est vivre 24h/24 et 7j/7 selon le sexe choisi et coïncide avec le début de l'hormonothérapie substitutive qui, après un an ou plus, est suivie des opérations nécessaires. J'ai commencé la phase RL deux mois avant le THS, qui a lieu maintenant depuis sept mois. Certains sont dans le même bureau que moi, certains que je vois tous les jours à midi, d'autres une fois par mois. Ces dernières me posent moins de problèmes. Bien sûr, il n'est abordé que dans une conversation à plusieurs, ce qui n'arrive pas souvent (plusieurs fois par semaine).

Réponses [5]

28
2018-04-07 12:32:31 +0000

J'ai été dans la situation où se trouvent vos collègues : On me présente une personne et elle veut être abordée par un sexe, alors que mon intuition me dit un autre sexe. Je sais ce que je devrais faire : m'adresser à eux en fonction du sexe qu'ils préfèrent. Mais il m'arrive de faire une erreur. Parce que je fonctionne en "auto". En général, je ne pense pas consciemment au genre à utiliser. Je ne le fais pas exprès. Je me rends compte par la suite que je l'ai mal dit, mais il est alors trop tard - je l'ai dit. Je l'ai dit. Encore une fois. Et le pire, c'est que je parle une langue plus sexuée que l'anglais : "you" est sexué, chaque verbe est sexué. Il y a donc beaucoup de place pour de telles erreurs.

Ce que je voudrais, c'est que la personne ne se vexe pas, parce que je ne le fais pas vraiment exprès, mais qu'elle me le rappelle. Je m'excuserai, et je me sentirai plus heureux d'avoir eu la possibilité de m'excuser, et au final je l'aurai. J'essaie de bien faire les choses, honnêtement, mais c'est plus difficile qu'il n'y paraît. Il y a toutes ces années d'habitude qui travaillent contre moi. Donc si vous me le rappelez, vous m'aidez, et j'apprécierais cette aide.

28
8
2018-04-07 16:52:02 +0000

Je devrais probablement commencer par dire qu'il s'agit d'une réponse coopérative. Avant de commencer à écrire, j'ai demandé à mon partenaire de lire votre question, et ils ont failli fondre en larmes. Votre question les a touchés de très près parce qu'ils ont été confrontés à peu près aux mêmes problèmes sur leur lieu de travail.

Mon partenaire est "dehors" au travail, il utilise les pronoms they/them/their, et il connaît la douleur d'être constamment maltraité. Seul un de ses collègues fait un réel effort pour utiliser ses pronoms.

Voici ce que mon partenaire a dû suggérer :

Essayez de ne pas les frapper pour ça.

Répondez doucement en disant "Je sens...". Comme dans "Quand tu dis X, je ressens Y."

Vous ne pouvez pas vraiment forcer les gens à "comprendre"

Trouvez un groupe de soutien, ou une famille choisie. Des gens qui vont être aimants et qui vous soutiennent. Des personnes qui comprennent ce que vous vivez. Vous n'êtes pas obligé de le faire seul.

Il y a bien sûr une différence entre les personnes qui ont de bonnes intentions et qui dérapent de temps en temps, et les personnes qui sont simplement horribles. Essayez de ne pas traiter les personnes qui dérapent comme si elles étaient délibérément blessantes, ce qui n'est souvent pas le cas, et les traiter comme si elles l'étaient peut être contre-productif. Les personnes trans sont parmi les plus fortes que je connaisse. Il faut plus de force et de courage que la plupart des gens ne le pensent pour parcourir cette voie. N'oubliez jamais cela. Vous êtes fort et vous pouvez faire face à tout ce que le monde vous réserve.

La dernière chose que ma partenaire a mentionnée est :

On dirait qu'elle sait quoi faire, elle a probablement juste besoin d'une confirmation.

Je suis d'accord, on dirait vraiment que vous gérez tout ça plutôt bien. Gardez la tête haute. C'est de mieux en mieux.

8
5
2018-04-07 09:36:49 +0000

Modifier : pour clarifier mon opinion, je me réfère au commentaire de OldPadawan qui demande si certaines situations sont intentionnelles. Je lis la question comme s'il y avait les deux cas, intentionnellement et accidentellement.

Au moins certains de vos collègues semblent simplement avoir un problème pour changer d'avis. Pour commencer, essayez de vous en rendre compte et ne vous sentez pas blessé lorsque c'est une habitude qui n'a pas changé. Les habitudes ont besoin de temps pour changer.
Pensez aux femmes (surtout) qui se marient et changent de nom de famille. Il faut parfois des années pour que même des amis ne prononcent plus le nom auquel ils sont habitués pour une éternité. On ne peut pas s'attendre à ce que ce changement s'installe en quelques secondes.
Ce n'est pas une raison pour sentir le couteau !

Essayez d'être moins envahissant et de ne pas les corriger à chaque occasion. Ils y arriveront peut-être tout seuls.

Pour les autres qui essaient intentionnellement de vous ennuyer, je suppose qu'il faut aller plus loin dans leur motivation. Cela dépend des personnes, donc je doute qu'il puisse y avoir une réponse générale, seulement des suggestions que vous devrez filtrer et adapter. Essayez de demander conseil à d'autres collègues.

5
4
2018-06-04 20:18:36 +0000

Cette réponse vient compléter les autres réponses données ici, mais elle contribuerait probablement aussi à montrer notre reconnaissance aux personnes qui vous ont correctement traité en fonction de votre sexe.

Je n'ai pas beaucoup d'expérience avec les personnes trans (veuillez me corriger si ce n'est pas le bon terme), mais il se peut que j'aie une histoire similaire de l'autre côté.

Un de mes amis à l'université avait un nom asiatique un peu compliqué. La plupart de mes amis se sont mis à l'appeler par la première syllabe de son nom au lieu de tout essayer ; j'ai essayé de l'appeler par son nom entier à chaque fois.

C'était toujours un peu déroutant pour moi de savoir si je devais faire cet effort. Personne d'autre ne l'était, il répondait toujours à son nom raccourci, les autres le remarquaient, j'étais le seul à le faire, et je n'étais même pas sûr que c'était si important pour lui. Un jour, cependant, alors que nous n'étions que tous les deux, il a saisi cette occasion pour me remercier. Rien d'énorme, juste "Hé mec, je veux juste te remercier de m'avoir toujours appelé [nom complet]. J'apprécie vraiment. "

Cela m'a rendu la tâche beaucoup plus facile ; je l'ai toujours appelé par son nom complet depuis, et j'ai aussi remarqué que j'ai arrêté de penser à comment l'appeler peu de temps après. Cela m'a vraiment aidé à être certain de la façon dont je devrais aller de l'avant.

De même, je sais que beaucoup de gens ne savent pas trop comment aborder quelqu'un qui a récemment fait une transition. Ils ne savent peut-être pas quels pronoms vous aimez et ils ne savent peut-être pas si c'est important pour vous. Ils ne savent peut-être pas s'ils doivent utiliser vos anciens pronoms ou vos nouveaux, et je suis prêt à parier que pour chaque fois que quelques personnes se trompent, il y en a d'autres qui se trompent mais qui continuent à deviner.

Je vous conseille de faire savoir à ces personnes que vous appréciez cela, que c'est important pour vous et que vous avez fait ce qu'il fallait. Cela devrait aider ces personnes à être sûres qu'elles vous considèrent comme un homme ou une femme, mais en plus, elles peuvent faire savoir à d'autres personnes qu'elles ont plus confiance en elles. Après que mon ami m'ait remercié, je me suis retrouvé à dire de temps en temps à d'autres amis : "il préfère en fait [nom complet] à [nom abrégé]".

4
0
2018-04-07 17:03:41 +0000

Résumé : la plupart des étrangers supposent (à juste titre) que vous êtes une femme, d'après votre apparence. Vos collègues connaissent évidemment l'histoire, mais ils vous verront aussi pour la plupart comme une femme et s'adresseront à vous correctement comme ils le feraient pour une femme. Il arrive que des personnes s'adressent à vous de manière incorrecte. Apparemment, personne ne le fait avec l' intention de vous blesser, mais cela fait mal.

Il y a deux problèmes distincts : Parfois, on s'adresse à vous de manière incorrecte, et quand cela arrive, cela vous fait très mal. Le second est quelque chose que vous seul pouvez changer. Un psychologue ou un conseiller peut t'aider. Ou si vous réduisez suffisamment le nombre de situations, vous pouvez vous en accommoder.

Pour le premier problème : dites-leur votre vrai nom de façon mémorable. Disons que je te vois et que je te dis "Salut Gary, comment vas-tu aujourd'hui" (sans mauvaise intention mais blessant). Vous pourriez répondre : "Désolé, mais vous n'avez pas entendu que Gary est mort ? Il a été incinéré et ses cendres se sont répandues dans le fleuve Missouri. Je m'appelle Gretchen". Cela restera gravé dans ma mémoire. Cela me dit très fortement ce que vous ressentez, sans aucun sermon. Dans le cas peu probable où cela se reproduirait, vous vous contenterez de dire "où sont les cendres de Gary" ? et aucune personne normale ne commettrait la même erreur à nouveau.

L'important est que vous ne me disiez pas vos souhaits ("je veux qu'on m'appelle Gretchen") mais que vous me donniez des faits ("il n'y a plus personne du nom de Gary dans le coin"). Je ne peux pas discuter des faits, n'est-ce pas ? Vous changez la réalité. Leur réalité : Ce type nommé Gary a décidé de devenir une femme et veut être appelé Gretchen ; nous lui faisons de l'humour, à moins que nous n'oubliions. Vous changez cela pour votre réalité : Gary est mort et parti, mais quelqu'un a envoyé une remplaçante, une femme nommée Gretchen.

0

Questions connexes