Les relations interpersonnelles
2018-02-01 21:48:25 +0000 2018-02-01 21:48:25 +0000
72

Comment informer un partenaire potentiel de mon autisme ?

Background

J'ai récemment rencontré une femme sur une application de rencontre et nous nous sommes bien entendus. Hier soir, nous avons eu notre premier rendez-vous, qui s'est très bien passé et nous avons l'intention de sortir à nouveau. Je suis intéressé par la possibilité d'avoir une relation sérieuse avec elle si le prochain rendez-vous se passe aussi bien que le premier.

On m'a diagnostiqué le syndrome d'Asperger (une forme d'autisme) quand j'étais à l'université, et je n'ai pas eu de relation sérieuse depuis cette époque (il y a environ 3 ans et demi). Au fil des années (avant et après le diagnostic), j'ai appris à m'intégrer dans un groupe de personnes neurotypiques, au point que la plupart des gens ne sauraient pas que je fais partie de ce groupe si je ne leur disais pas.

Bien que j'aie amélioré ma gestion des problèmes sociaux qui accompagnent mon autisme, j'ai toujours des problèmes sensoriels qui peuvent être problématiques. Bien que je ne parle pas de mon état à tout le monde, je ne pourrais jamais sortir sérieusement avec quelqu'un qui ne le sait pas. C'est presque une garantie qu'à un moment donné, alors que je suis avec elle, je vais éprouver des difficultés que je ne peux pas contrôler parce que je suis autiste, et si elle est consciente, alors elle sera mieux à même de comprendre et de gérer la situation. Pour être clair, je suis totalement autonome (travail, appartement, etc...) et je ne cherche pas à ce que quelqu'un s'occupe de moi. Je ne veux simplement pas lui faire peur la première fois qu'elle me voit vivre une surcharge sensorielle.

La Question

Comment lui parler de mon autisme et des problèmes qui en découlent sans mettre en péril une relation potentielle ?

Réponses [11]

59
2018-02-02 07:06:39 +0000

Contexte de ma réponse

Je commencerai par donner un peu de contexte à partir de ma propre expérience. Je suis une femme qui sort avec un homme atteint du syndrome d'Asperger depuis plus d'un an et demi. Nous vivons également ensemble depuis environ neuf mois. Nous nous sommes rencontrés sur un site de rencontres en ligne et notre relation continue de se renforcer au fil du temps.

Il m'a dit qu'il avait le syndrome d'Asperger à notre deuxième ou troisième rendez-vous. À ce stade, nous avions beaucoup discuté et j'ai découvert qu'il était très concentré sur ses domaines de passion, alors quand il m'a dit que ce n'était pas une grande surprise. Cependant, je l'ai simplement accepté comme faisant partie de sa personnalité et que vous l'appeliez Asperger ou non, cela n'a pas modifié la perception que j'avais de lui. Tout ce qu'il a fait, c'est me faire prendre conscience de ce qu'il ressentait dans certaines situations sociales afin que je puisse l'aider à être aussi à l'aise que possible.

Alors, quand devriez-vous le dire à votre partenaire potentiel ?

Eh bien, je verrais d'abord si vous semblez "cliquer". Si ce n'est pas le cas, le fait de révéler votre syndrome d'Asperger ne fera pas vraiment de différence, dans un sens ou dans l'autre. Pourquoi est-ce que je dis cela ? Parce que si vous devez lui expliquer vos traits, alors vous avez déjà un problème. Pour moi, sa révélation du syndrome d'Asperger n'était qu'un signal pour mettre en contexte des modèles de comportement que j'avais déjà vus avec lui et avec lesquels j'étais tout à fait à l'aise.

Le fait est que, même maintenant, il est plus inquiet de son syndrome d'Asperger que moi. Il est lui, et ce sont simplement des aspects de sa personnalité qui font de lui ce qu'il est.

Résumé

Le conseil le plus important que je puisse donner est de s'assurer que vous ne vous focalisez pas sur votre Asperger au point d'en faire un problème. Soyez vous-même, et si les choses se passent bien, la révélation du syndrome d'Asperger sera plutôt un "Oh, ok. Si c'est un problème pour elle, alors vous avez probablement eu des problèmes plus sérieux à long terme. Bonne chance, j'espère que ça va marcher pour vous !

59
10
2018-02-01 22:53:13 +0000

Tout est une question de timing. Si vous lui dites trop tard, elle sera mécontente que vous ne lui ayez pas dit plus tôt. Et si vous le lui dites trop tôt, elle risque de mal comprendre ou d'être effrayée. Le "bon moment", malheureusement, c'est lorsqu'elle est capable de comprendre ce que vous dites mais qu'elle vous aime encore assez pour vous dire "et alors ? Il n'y a pas de bonne formule pour cela.

Le plus important, c'est que vous contrôliez le récit. Laissez-la le découvrir d'une manière qui n'est pas très importante et qui n'implique pas beaucoup de changement dans votre comportement commun. Je vous suggère tout d'abord d'aller à des dates où il y a moins de risque que vos problèmes sensoriels se déclenchent. (Je suppose qu'il s'agit de lumières/bruits forts mais c'est quelque chose que je retire de mon... enfin, vous savez). Sortez avec elle 2 ou 3 fois de plus et apprenez à la connaître et laissez-lui faire votre connaissance. Faites-lui voir que vous êtes une personne amusante qui a beaucoup à offrir. Puis, quand elle sera plus à l'aise avec vous, je dirais que ce sera le bon moment.

Emmenez-la dans un endroit que vous aimez tous les deux et passez un bon moment ensemble. Puis, à la fin de la soirée, dites-lui : "J'ai vraiment passé un bon moment ce soir et les deux derniers rendez-vous ont été très amusants. Je dois vous dire que je préférerais ne pas être dans certaines situations et ce sont... [vos déclencheurs]. Elles m'affectent de cette façon..." Dites-lui l'effet, pas la cause. Si elle se soucie de vous et aime vous voir, c'est cela qui l'affectera, pas votre syndrome d'Asperger. Elle peut poser des questions ; ne soyez pas évasif. S'il est gênant d'expliquer quelque chose, dites-lui que vous n'êtes pas encore prêt à le faire, mais que vous le ferez plus tard. Dites-lui que "c'est à ça que je ressemble quand j'ai une surcharge sensorielle et voici ce à quoi je vous demanderais de m'aider". La plupart des gens n'ont aucun problème à ce que quelqu'un demande de l'aide ; vous ne lui demandez pas d'être votre infirmière mais plutôt de s'associer avec vous pour gérer quelque chose.

Vous pouvez le faire ! Le plus important, c'est d'avoir confiance en soi et d'être capable de faire face à votre état. Vous avez manifestement réussi le second, ce qui devrait vous aider à réussir le premier.

10
5
2018-02-04 00:47:45 +0000

Quand Quand elle sait que tu es plutôt normal. Donc, pas le premier jour, mais après environ 3-4 semaines de rencontres/textos (ou, si vous n'envoyez pas beaucoup de textos et que vous ne vous voyez qu'une fois par semaine, peut-être 5-6 semaines) quand elle sait que vous n'êtes pas super socialement inepte.

Comment En parler quand vous êtes (raisonnablement) discret et que vous avez du temps. Elle aura des questions, et il serait peut-être préférable de parler d'autre chose par la suite pour terminer la date sur une note différente. Un restaurant pourrait être un bon endroit. Attendez un moment normal pour changer de sujet.

Que dire Vous pourriez dire : "Au fait, vous devez savoir que je suis atteint du syndrome d'Asperger. J'ai pensé que je devais vous le dire tôt, donc... :)"._

Elle sera probablement un peu surprise, et soit elle ne sait pas vraiment quoi dire, soit elle demande "comment cela affecte-t-il votre vie ?" (ou quelque chose de similaire). Si elle ne sait pas vraiment quoi dire, expliquez-lui quand même. Sautez la théorie et donnez des exemples. Comme deux choses principales, pas une liste exhaustive ! S'il y en a plus, même si c'est important, il faut probablement attendre une autre fois tant que ce n'est pas urgent.

Un de mes exemples est Par exemple, je trouve les nouvelles situations, comme le fait d'aller dans une nouvelle école la première fois, plus difficiles à gérer que la plupart des gens parce que je dois apprendre à agir. Ce n'est pas aussi automatique pour moi".

5
4
2018-02-02 10:03:48 +0000

En tant qu'aspirant moi-même, et diagnostiqué tardivement aussi, je suggérerais que "bientôt c'est bien" mais "pas trop tôt" - elle devrait avoir les yeux ouverts avant que ce soit "trop tard" émotionnellement et que vous causiez involontairement du tort. Je ne vous connais pas, ni elle, et il est donc difficile d'en tirer un chiffre et beaucoup d'aspics ne sont pas très bons pour "repérer le moment".

Elle va probablement se rendre compte que vous n'êtes pas un membre du spectre à faible niveau de fonctionnement maintenant, alors je ne me donnerais pas la peine de clarifier cela. Soyez juste franc sur les petits aménagements nécessaires et sur ce qui vous fait réagir. Les vôtres ne me semblent pas trop inhabituels ou extrêmes. Elle en a peut-être dans sa famille ou chez ses amis et sait quoi faire de toute façon.

Vous pourriez avoir une surprise comme moi. Mon rendez-vous s'est avéré en être une aussi.

4
3
2018-03-01 15:20:25 +0000

Il y a beaucoup de bonnes réponses ici, alors j'espère pouvoir ajouter quelque chose de valable :)

Je suis aussi une aspie. Je n'en fais pas un secret, mais je le dirai rarement aux gens. Il y a quelques années, j'ai commencé à sortir avec mon petit ami. Je me suis dit qu'il serait important pour mon partenaire de vie de connaître (les raisons de) mon comportement. Je m'étais fait un plan.

Au cours des premiers mois, j'ai soigneusement sondé ses connaissances sur l'autisme et le syndrome d'Asperger. S'il était bien informé, je le lui disais directement. S'il connaissait les stéréotypes, je lui parlais uniquement de mes "symptômes". S'il n'en avait aucune idée, je ferais une combinaison.

J'ai commencé par donner des indications claires que je ne suis pas neurotypique. Bien que ce ne soit pas le cas d'habitude, avec lui, je lui indiquais ce qui était difficile pour moi. Je lui disais que je déteste les sons répétitifs et les choses humides et que je peux être très névrosé. Il n'a fait aucun lien avec l'autisme, mais il a compris où j'avais besoin d'aide.

Il a commencé à poser des questions, comme ce qui est difficile pour moi et comment il peut m'aider. Il voulait savoir dans quelle mesure je pouvais fonctionner seul. Il m'a vraiment soutenu, en me donnant l'aide dont j'avais besoin.

Cela ne fait pas partie de votre question, mais j'ai pensé l'inclure quand même. Mon ancien partenaire a essayé de "réparer" mon autisme en me forçant à me mettre dans des situations inconfortables à plusieurs reprises, pour que je m'y "habitue". Tout ce que cela a fini par faire, c'est me plonger dans une dépression. Cela m'a appris à communiquer clairement mes besoins à ma partenaire et à lui dire que s'ils ne les respectent pas, ce n'est pas une bonne relation.

TL;DR: Communiquez ce qui vous rend différent et ce dont vous avez besoin (d'elle), dès que cela est approprié. N'ayez pas peur d'être différent, même les personnes neurotypiques ont des choses qu'elles ne peuvent pas faire.

3
3
2018-02-02 23:10:47 +0000

L'un des problèmes que l'on rencontre souvent lorsqu'on parle à quelqu'un d'un état ou d'un trouble psychologique est que beaucoup de gens ont au mieux une idée confuse de ce que le nom (l'étiquette) du trouble traduit en réalité. Et en général, des personnes différentes éprouvent des degrés et des expressions différents de symptômes connexes. En outre, une étiquette est un terme générique qui n'est tout simplement pas personnellement applicable en soi, à moins que cette personne ne connaisse déjà quelqu'un d'autre à qui il s'applique. Les troubles dont les noms en langue vernaculaire ont une signification différente de leur application clinique y sont sujets, tout comme les troubles qui font souvent l'objet d'un lampoonnage ou d'un autre traitement similaire, ce qui ne fait qu'amplifier le malentendu qui est à la base de ces troubles. Personnellement, j'ai toujours trouvé que la meilleure approche consiste à démarrer avec ce qui va être pertinent pour vos interactions avec votre interlocuteur, et de permettre cela pour fournir des ouvertures pour une discussion plus approfondie sur le sujet/diagnostic plus général.

Ceci

  • place l'accent et le contexte sur vous. Cela permet d'éviter la confusion liée à des interprétations antérieures ou différentes qui ne s'appliquent pas à votre situation : les gens s'accrochent généralement à ce qu'ils savent déjà (ou pensent savoir), et la manière la plus simple de changer les connaissances est de fournir une expérience plutôt que de simplement dire à quelqu'un que quelque chose est différent de ses croyances actuelles.
  • est une manifestation sincère d'ouverture et de confiance.
  • invite à poursuivre la conversation sur vous et vos expériences, en signalant clairement que vous êtes ouvert à en parler de cette manière.

J'ai encore des problèmes sensoriels qui peuvent être problématiques. Bien que je ne parle pas de mon état à tout le monde, je ne pourrais jamais sortir sérieusement avec quelqu'un qui ne le sait pas. C'est presque une garantie qu'à un moment donné, alors que je suis avec elle, je vais éprouver des difficultés que je ne peux pas contrôler parce que je suis autiste, et si elle est consciente, alors elle sera mieux à même de comprendre et de gérer la situation. Pour être clair, je suis totalement autonome (travail, appartement, etc...) et je ne cherche pas à ce que quelqu'un s'occupe de moi. Je ne veux simplement pas lui faire peur la première fois qu'elle me voit vivre une surcharge sensorielle.

Pourquoi ne pas commencer ici ? Vous avez une condition médicale qui est généralement sous contrôle mais qui peut provoquer certaines choses lorsque vous vivez dans certains environnements. Vous pouvez donner des détails à ce sujet. Soyez ouvert sur ce que vous ressentez lorsque cela se produit, et il est normal d'être ouvert sur ce que vous ressentez généralement lorsque vous en parlez. Une partie d'une bonne relation consiste à établir la confiance et à trouver jusqu'où vont ces niveaux de confiance lorsque vous vous rendez vulnérable d'une certaine manière à cette personne. Bien que le fait de dire à quelqu'un que vous avez un trouble clinique et de le qualifier comme tel soit certainement une façon de le faire, j'ai toujours trouvé que le fait de commencer par des expériences personnelles et de poursuivre en expliquant qu'une chose est classée comme relevant d'une certaine étiquette clinique permet à la fois de réduire la confusion et de signifier clairement que vous voulez et êtes ouvert à en parler dans un contexte personnel plutôt que comme une simple étiquette. Les labels existent pour faciliter une compréhension rapide (conférée par ce seul label), commune, vraisemblablement partagée, d'une manière qui est par nécessité à la fois imprécise et impersonnelle. Ils sont particulièrement utiles lorsqu'il s'agit, idéalement, d'éviter de donner une définition complète de quelque chose alors que l'étiquette elle-même suffit. Mais le point ici devrait porter sur vous et votre partenaire potentiel, sur vos vies et sur la façon dont cela signifie en elles, et sur votre capacité à communiquer entre vous deux sur des questions personnelles comme celle-ci... pas seulement un terme générique.

Commencer par les aspects personnels de la vie avec votre maladie aide à placer la conversation qui en résulte dans le contexte d'une discussion personnelle sur vous et votre vie et pas seulement une étiquette clinique générale qui s'applique à vous d'une certaine façon.

Je n'ai jamais trouvé de formulation ou d'approche spécifique qui me facilite nécessairement la tâche, mais j'ai constaté que le fait d'aborder généralement les détails de la vie comme cela peut être utile pour transformer la discussion en une conversation honnête qui la concentre plus personnellement plutôt que d'essayer de commencer maladroitement en se demandant si l'autre personne a le sentiment que vous ouvrez ou non les choses à une discussion plus approfondie, ou même sur la défensive contre les stéréotypes ou d'autres malentendus (ou pire, en découvrant plus tard que l'autre personne prétendait comprendre mais qu'elle avait de tels malentendus mais ne les avait même pas exprimés, et qu'ils coloraient l'interaction ultérieure).

C'est le type de discussion que j'aborderais personnellement le plus tôt possible, si je sentais que j'étais arrivé à un point où je pouvais dire que c'était quelqu'un qui ferait une bonne ami avec qui je voudrais passer du temps, que la relation se soit développée ou non de manière romantique, une fois qu'au moins quelques sujets personnels plus généraux ont déjà été abordés.

Je pense qu'au moment où vous jugez, d'après la façon dont les choses se sont déroulées, que vous verrez l'autre personne suffisamment pour qu'il soit bon qu'elle prenne conscience de votre état, simplement en raison de l'issue des symptômes de celui-ci, c'est probablement le bon moment.

En parlant peut-être de manière plus personnelle, je ne pense pas que vous cachiez quoi que ce soit si ce moment arrive plus tard que plus tôt, et j'aurais aussi personnellement le sentiment que toute personne qui juge que vous avez "caché" quelque chose simplement parce que vous avez développé de fortes capacités d'adaptation et qu'il n'est pas superficiellement évident que vous êtes affligé de quoi que ce soit... pourrait être quelqu'un avec qui il vaut mieux ne pas avoir de relation. Cela dit, il est généralement préférable de révéler certains détails dès le début : si vous avez peur que cela affecte une relation, il vaut mieux le savoir plus tôt que de passer trop de temps avec quelqu'un pour découvrir qu'il est plus préoccupé par une étiquette qui n'est qu'une parmi d'autres qui peuvent être utilisées pour vous décrire que par la personne avec laquelle il a passé du temps.

3
2
2018-02-02 14:44:07 +0000

Wenn die erste Verabredung gut verlaufen ist, ohne dass sie es ihr gesagt hat, ist es dann möglich, dass sie Sie einfach für Sie mag? Möglicherweise braucht sie diese Information noch nicht.

In den Tagen, bevor Asperger so weit verbreitet war, gab es viele undiagnostizierte Personen, und alles, was symptomatisch für Asperger war, wäre nur als Persönlichkeitsmerkmal angesehen worden. Wir alle verbessern unsere Persönlichkeit mit der Zeit, selbst Neurotypiker! Sie entwickeln sich, um sich "einzufügen", wie Sie es ausdrücken, in Wirklichkeit gar nicht so unterschiedlich.

Wenn es unter Asperger-Gemeinschaften eine populäre Etikette dazu gibt, so ist mir das nicht bekannt. Ich spreche ganz aus eigener Erfahrung, ich kenne einige Leute mit Asperger, und ich denke, ich würde mich freuen, wenn ich das viel später von irgendjemandem erfahren würde, vor allem, wenn wir gut miteinander auskamen, ohne eine Erklärung, warum sie sich in einer bestimmten Weise verhielten oder sprachen...

Wenn Sie glauben, dass Sie gut miteinander auskommen und die Beziehung Fortschritte macht, warum warten Sie dann nicht noch ein bisschen? Sehen Sie, um Ihre Frage zu beantworten: "Wie sage ich ihr, dass ich Autist bin und die Probleme, die das verursacht, ohne eine mögliche Beziehung zu gefährden? "........................................................................................................................................................... Das sind die Gefühle von jemandem, der neurotypisch ist (obwohl ich mich manchmal frage!), und wenn das fragliche Mädchen das gleiche ist, dann ist das vielleicht auch ihre Sichtweise.

2
1
2018-02-02 17:19:29 +0000

Je suis neurotypique, donc j'allais suggérer que vous pourriez le dire tôt ou même près de la première chose. Mais je vois d'autres réponses ici et elles sont très intéressantes. Je donnerai toujours ma réponse originale mais avec un peu moins de naïveté.

Je pense que cela dépend dans une certaine mesure du type de personne qu'elle est. Vous venez de la rencontrer sur l'application mais vous avez également eu un premier rendez-vous, donc je pense que vous êtes en règle générale. C'est plus facile, bien sûr, si c'est une personne gentille et douce, mais de toute façon, je pense que vous devriez en parler dès que vous en avez envie lors de votre prochain rendez-vous.

Je n'en parlerais pas particulièrement. Tout comme :

Hé, je veux te dire que j'ai le syndrome d'Asperger, que je mentionne seulement parce que j'ai parfois des problèmes sensoriels. Je veux juste que vous sachiez à l'avance que si [je dois quitter la pièce, ou quoi que vous fassiez pour y faire face], c'est seulement parce que je suis un peu surchargé et que j'ai besoin de m'égaliser.

Je veux dire, ce sont des mots que j'utiliserais, mais quelque chose comme ça vous semble naturel. Elle appréciera de le savoir à l'avance, surtout parce que vous vous assurerez qu'elle ne reçoit pas de signaux déroutants. Elle vous posera probablement des questions, et je répondrai aussi honnêtement et directement que vous le souhaitez.

Elle se sentira peut-être un peu mal à l'aise, mais si c'est le cas, vous pouvez dire :

Ne vous inquiétez pas, c'est juste quelque chose que je voulais vous dire. Parlons de quelque chose de plus intéressant.

Si vous avez quelque chose d'autre à aborder, commencez à en parler et donnez-lui le temps de le faire.

Si elle mérite qu'on la fréquente, tout se passera bien. J'espère vraiment que ça se passera bien.

1
1
2018-02-03 23:13:25 +0000

Je vais contrecarrer un peu la tendance avec quelque chose qui pourrait être impopulaire.

Je pense que vous devriez lui dire dès que possible. (C'est-à-dire à votre prochain rendez-vous - pas tout de suite.)

J'ai tendance à trouver que plus il est difficile de dire quelque chose à quelqu'un, plus il est important de le lui dire.

Pour examiner certains des scénarios probables :

  • Si vous lui dites maintenant et qu'elle a un problème avec ça, alors vous serez tous les deux contrariés pendant un certain temps mais vous passerez à autre chose.
  • Si vous attendez d'être beaucoup plus proche et qu'elle a un problème avec ça, alors ça va faire beaucoup plus mal pour vous deux.
  • Si vous lui dites plus tard et qu'elle est d'accord avec ça, alors c'est bien.
  • Si vous lui dites maintenant et qu'elle est d'accord avec ça, alors c'est un poids en moins sur vos épaules et elle pourra mieux comprendre certains de vos comportements. Essayez d'être bref et de ne pas aller trop loin dans les détails, sinon vous risquez de donner l'impression que vous avez eu des asperges pendant tout le rendez-vous. Lorsque vous avez fini de lui expliquer, demandez-lui si elle a des questions et rassurez-la en lui disant que vous ne serez pas offensé, de cette façon, la conversation sera à double sens et elle aura l'impression que vous l'incluez plutôt que de lui jeter quelque chose de grave. Par exemple, certaines de ses questions peuvent être motivées par l'inquiétude, ce qui montre qu'elle est probablement une personne attentionnée. Si elle est plus préoccupée par l'impact que cela pourrait avoir sur votre travail, cela peut être un indice qu'elle est plus intéressée par votre portefeuille. (Il s'agit de généralisations, donc gardez-les à l'esprit mais ne vous y fiez pas uniquement).

Il est important, lorsqu'elle n'a plus de questions, de passer à un autre sujet pour s'assurer que ce n'est pas la seule chose dont elle se souvient de la soirée. Vous pourriez lui demander à la fin de la soirée quelque chose du genre "Alors, ça ne te dérange pas de prendre des asperges ? Je suis désolé si c'était un peu un choc". (c'est-à-dire lui demander comment elle se sent et avoir l'air rassurant).

Espérons que si elle n'est pas d'accord, elle dira "En fait, je ne pense pas que nous devrions nous revoir", mais il est probable qu'elle dira simplement "Oui, ce n'est pas un problème, ne vous inquiétez pas".

Essayez de vous assurer que vous ne lui demandez qu'une ou deux fois si elle est d'accord. Si vous continuez à lui demander, elle pourrait commencer à s'inquiéter que ce soit un gros problème ou que vous ne soyez pas sûr de vous et que vous cherchiez quelqu'un à qui vous accrocher.

1
0
2018-02-02 14:30:14 +0000

Le calendrier est également un facteur à prendre en compte, c'est-à-dire non seulement comment mais aussi quand. Vous voulez d'abord établir un lien avec la personne, ce qui semble être le cas.

Si c'était moi, j'en parlerais quand la bonne situation se présenterait. Par exemple, vous pouvez parler d'une époque qui vous a touché à cause de votre autisme. Par exemple, si elle raconte une histoire drôle sur une période difficile où elle a rencontré une personne pour la première fois et qu'elle rit d'un événement difficile, vous pouvez essayer de la faire venir en vous mentionnant également. Par exemple, en riant et en disant "Une chose similaire m'est arrivée ! Je suis autiste et j'ai un peu de mal à [x], donc quand [y] est arrivé, c'était vraiment gênant. Ils ont vu le côté drôle, alors c'était bien".

De cette façon, vous n'abordez pas le sujet d'une manière sérieuse, du genre "écoutez, je dois vous dire quelque chose", c'est à la lumière du sujet actuel, et ce n'est pas le sujet principal de la rencontre. Si elle pose d'autres questions, n'hésitez pas à y répondre si c'est ce que vous souhaitez, mais en abordant le sujet, au moins elle le sait.

Espoir que cela aide

0
-1
2018-02-03 23:40:04 +0000

Je n'utiliserais pas le terme de diagnostic, car les étiquettes sont pour les boîtes de conserve, comme quelqu'un l'a fait remarquer plus haut. Elles regroupent simplement les personnes qui partagent certains symptômes, et elles ne sont pas toutes identiques. Au lieu de cela, lorsque vous parlez d'un éventuel lieu de rendez-vous futur, vous pourriez dire quelque chose comme,

"Je ne vais pas dans les parcs d'attractions parce que le bruit et les lumières clignotantes me dérangent vraiment" "Que diriez-vous de (une activité que vous aimeriez faire ensemble, comme une randonnée ou une promenade à vélo, ou un golf miniature,ou..ou.) "

" Soyez très concret sur ce qui vous pose problème. Ma femme a eu une commotion cérébrale il y a quelques années, et a pris l'habitude de dire aux gens : "Ne le prenez pas personnellement, mais j'ai eu une commotion cérébrale et j'ai beaucoup de mal à me souvenir des noms". La réponse la plus courante était : "Je n'ai pas eu de commotion cérébrale. Quelle est mon excuse ?" Détends-toi, sois gentil, sois toi-même.

-1

Questions connexes