Les relations interpersonnelles
2017-07-23 09:18:34 +0000 2017-07-23 09:18:34 +0000
64

Comment faire face à une personne dangereuse, handicapée dans son développement, que je ne peux pas éviter ?

Sur le chemin du travail, je ne peux m'empêcher de rencontrer une personne handicapée qui nous harcèle, moi et d'autres femmes. Comment puis-je m'y prendre avec lui ?

Contexte

Je prends le même train chaque jour pour me rendre au travail depuis environ 2 ans maintenant. Une personne handicapée mentale doit prendre le même train pour se rendre sur ce lieu de travail spécial pour les personnes handicapées mentales. Il a l'habitude de harceler les filles/jeunes femmes sur le quai et dans le train.

La première fois que j'ai pris ce train, j'étais "le nouveau visage" et il m'a immédiatement sauté dessus. Il m'a immédiatement sauté dessus. Il m'a salué de façon un peu impolie (une salutation habituellement réservée aux meilleurs amis ici aux Pays-Bas) et a commencé à me poser des questions comme "où vas-tu ? Je lui ai dit que l'endroit où j'allais ne le regardait pas, que je préférais ne pas divulguer cette information à des personnes que je ne connaissais pas. Il a commencé à devenir agressif, à me dire que j'étais méchant avec lui uniquement à cause de son handicap de développement, et à me traiter de tous les noms. Heureusement, à ce moment-là, un autre navetteur masculin que je connais un peu de l'église est arrivé et il a averti l'homme qu'il devait me laisser tranquille.

Après cela, cet homme a commencé à venir me voir tous les matins (comme il le fait avec toutes les autres filles/femmes de la gare) en me saluant de façon impolie. J'ai décidé de l'ignorer, alors c'est la même chose tous les matins depuis : venir vers moi, dire le salut impoli, se tenir devant moi pendant un moment et traîner les pieds.

Essayé

J'inclus certaines des choses que j'ai déjà essayées ci-dessous, je cherche de nouvelles façons de traiter ce problème.

  • J'ai essayé de mettre de gros écouteurs et de me tenir près de la plate-forme pour qu'il traverse derrière moi, mais il a continué à le faire, seulement maintenant il se tient derrière moi. Cela m'effraie encore plus parce qu'il peut être très agressif.

  • Une fois, j'ai essayé de réagir avec la forme de salutation correcte et polie, mais une situation très semblable à celle décrite ci-dessus s'est produite : il a commencé à poser des questions personnelles, est devenu agressif et a dû être renvoyé par un autre navetteur masculin.

  • Un matin, alors que je me rendais à la gare, il m'a aussi fait très peur en me barrant la route et en me saluant impoliment. J'ai dû traverser le jardin de quelqu'un d'autre et j'ai couru jusqu'à la gare. J'ai appelé mes parents. Mes parents ont parlé à ses parents (cet homme est connu dans mon village pour son comportement envers les filles/femmes), et apparemment son comportement s'est déjà amélioré par rapport à ce qu'il était, apparemment il marche maintenant quand on l'ignore, au lieu de devenir aussi agressif quand on n'attire pas l'attention.

  • Aux Pays-Bas, il existe des compartiments spéciaux dans les trains où tout le monde doit être absolument silencieux (pas de conversation, pas de chuchotement, pas de réponse au téléphone, etc.) ). Lorsqu'il entre dans ces compartiments et qu'il voit une fille, il se met à parler. Nous avons dû aller chercher le personnel des chemins de fer régulièrement, car il devient très agressif lorsqu'on lui dit qu'il se trouve dans le compartiment spécial et qu'il doit se taire. Mais à cause de son comportement, presque toutes les femmes/filles voyagent dans ce compartiment silencieux, pour éviter de le rencontrer ailleurs dans le train, et cela le fait venir dans ces compartiments plus régulièrement parce que c'est là que se trouvent les filles/femmes.

  • Je ne peux pas prendre un autre train, à cause des heures de bureau.

  • Je ne peux généralement pas l'éviter à la gare, puisque j'utilise la marche de/vers la gare comme mon exercice quotidien, ce qui signifie que je suis presque toujours là avant qu'il n'arrive.

  • Il semble trop handicapé pour comprendre des réponses comme "pas intéressé" ou "non" à ses salutations impolies. Il vous regarde simplement de façon confuse et soit il continue à vous harceler de la même façon le lendemain matin (dans le meilleur des cas), soit il les voit comme des amorces de conversation et commence à poser des questions personnelles jusqu'à ce qu'un homme lui dise de me laisser/autres femmes/filles seules.

  • Il devient très agressif envers les femmes, mais il écoute les hommes quand ils lui disent de nous laisser tranquilles. Je n'aime pas dépendre d'hommes étrangers pour ma propre sécurité.

  • J'en ai discuté une fois avec un officier, et appeler la police n'est pas une option, car ce qu'il fait n'est pas illégal ici aux Pays-Bas, et en raison de son handicap de développement, il ne peut pas être tenu responsable.

  • Ignorer cette personne me fait me sentir très mal dans ma peau, parce qu'il ne peut pas s'empêcher d'être handicapé dans son développement et incapable d'apprendre les bonnes manières.

  • Lui accorder une attention qui n'est pas celle qu'il souhaite le rend fou et dangereux. Et quand je lui donne de l'attention et que je sais que ce n'est pas ce qu'il veut, cela me donne aussi l'impression d'être la mauvaise fille.

**J'ai essayé plusieurs façons de traiter cette personne, mais soit elles n'ont aucun effet, soit elles me font me sentir mal dans ma peau / avoir peur à cause de sa réaction. Comment puis-je mieux le gérer ?

Réponses [8]

52
2017-07-23 10:03:00 +0000

J'ai eu un problème similaire il y a quelques années. Un navetteur particulier (que je connaissais par un précédent emploi) me repérait sur le quai et insistait pour venir me parler. Comme nous avons des amis et des collègues en commun et qu'il y avait de fortes chances que je finisse par travailler avec eux à l'avenir, j'étais extrêmement soucieux de ne pas les offenser en faisant semblant d'être au téléphone ou en écoutant de la musique forte.

Finalement, j'ai trouvé la solution idéale ; je les ai simplement évités. J'ai trouvé un endroit où je pouvais me tenir à une certaine distance de la plate-forme et observer la piste. J'allais sur le quai juste au moment où le train arrivait, je repérais la voiture de cette personne, puis j'en choisissais une autre.


Actions que vous pouvez prendre :

  • Vous devez absolument vous plaindre au personnel de la gare (par téléphone et/ou par lettre) à chaque fois que vous êtes harcelé. Son comportement n'est pas acceptable et ils doivent fournir du personnel pour superviser à la fois le quai et le train. S'ils ne coopèrent pas, commencez à déposer des plaintes officielles à leur sujet et menacez de contacter votre sénateur et représentant.

  • ** Commencez à tenir un journal de ses activités et assurez-vous que le personnel en reçoit des copies.**

  • Parlez aux autres femmes qui font la navette. S'il les harcèle également, elles ont peut-être élaboré des stratégies pour empêcher les contacts que vous pouvez utiliser. Peut-être les boutonner lorsqu'elles s'éloignent de la gare ou leur remettre une carte sur laquelle figure votre adresse électronique.

  • Au Royaume-Uni, il existe un groupe appelé "Passenger Focus" qui fait campagne pour les droits des voyageurs ferroviaires. **Il existe peut-être un groupe similaire aux Pays-Bas, mais il peut être utile de les contacter.

  • Parlez à la police. A plusieurs reprises, vous avez dit qu'il a été agressif ou violent. Ce n'est pas une situation acceptable, même s'il est handicapé. Ils peuvent lui apporter une aide en parlant à ses parents, en s'adressant directement à lui ou en mettant du personnel à disposition de la plate-forme. Ils peuvent également contacter la compagnie de train pour leur demander quelles mesures ils prennent pour votre protection. Encore une fois, faites en sorte que ce soit leur problème et pas seulement le vôtre.

  • Parlez à un avocat. Je crois comprendre qu'il y a une chose appelée contactverbod qui agit comme une ordonnance de restriction temporaire. S'il n'est pas légalement responsable, il incombera à ses parents/tuteurs de le tenir physiquement éloigné de vous.

52
43
2017-07-23 22:18:48 +0000

Je suis d'accord avec les actions suggérées dans cette réponse par Valorum -- le signaler à la gare chaque fois que cela se produit, tenir un journal de bord et s'entretenir avec les autres femmes concernées. Mais j'ai remarqué quelque chose d'autre dans votre question qui n'a pas été abordé :

Une personne souffrant d'un handicap de développement doit prendre le même train pour se rendre sur ce lieu de travail spécial pour les personnes souffrant d'un handicap de développement.

Donc vous avez quelqu'un qui est dangereusement agressif et envahissant, qui selon la police ne peut pas être tenu responsable de ses actes, mais il est dans une sorte de programme spécial. La prochaine étape dans votre situation serait de contacter les responsables de ce lieu de travail spécial.

S'ils sont chargés de le former aux compétences de la vie courante, ils doivent être au courant de cette profonde défaillance pour pouvoir y remédier. S'ils ne sont pas responsables de cela - s'il s'agit simplement d'un lieu de travail qui a accepté d'employer des personnes handicapées mentales - alors ils doivent, à leur tour, travailler avec quelqu'un d'autre qui établit les connexions - une agence gouvernementale, une clinique ou un hôpital, un groupe de défense, ou quelque chose de similaire, et ils devraient pouvoir vous aider à faire remonter votre plainte.

(Je n'ai pas été dans votre situation ; mes rencontres menaçantes avec des personnes mentalement instables ont été des rencontres ponctuelles, pas tous les jours, et les méthodes pour y faire face sont différentes. Je tire cette réponse de l'expérience de l'escalade des plaintes sur le lieu de travail et dans d'autres organisations ; ces situations n'étaient pas menaçantes comme la vôtre, mais "impliquer la personne qui est en quelque sorte supérieure à la personne à problème" est l'approche qui a fonctionné pour moi).


Dans un commentaire ultérieur, vous avez ajouté :

Je viens de commencer à essayer certaines des approches ici cette semaine. Jusqu'à présent, essayer de détourner la conversation vers d'autres petites conversations (comme le suggère Yosef Baskin) a échoué. Apparemment, son obsession (voir le commentaire sur cette réponse) est d'apprendre à connaître le plus de détails personnels possible d'une femme (où habitez-vous ? est sa question préférée). Je me suis assuré de dire au navetteur masculin que je connais de l'église ce que j'allais essayer, et il m'a "sauvé" deux fois cette semaine. Je vais essayer pour le reste de la semaine, si rien ne change, je demanderai aux autres femmes de prendre des mesures organisées.

Vous décrivez les signes avant-coureurs du harcèlement, en particulier les tentatives d'obtenir des informations personnelles vous concernant. Le conseil le plus courant en cas de harcèlement répété de la variété effrayante (exemples : 1 2 3 4 ) est **Ne vous engagez pas, cherchez de l'aide.

Vous avez déjà essayé de lui dire de vous laisser tranquille ; ça n'a pas marché. Sous aucune condition, vous ne devez lui donner aucune information qu'il pourrait utiliser pour vous causer encore plus de problèmes. L'ignorer n'est pas non plus une bonne chose pour vous, et il est peu probable que ce soit le cas.

Signalez-le à la gare et sur son lieu de travail, comme cela a déjà été mentionné. En outre, vous et les autres femmes devriez sérieusement envisager de contacter la police. Même si elles disent qu'elles ne peuvent rien faire, le fait d'avoir les rapports dans un dossier - qui commence à constituer une trace écrite - pourrait vous aider plus tard. Qui sait, elles ont peut-être dit "nous ne pouvons rien faire" alors qu'elles pensaient que c'était un parasite inoffensif qui dérangeait une personne, mais si elles voient qu'il s'agit d'un harcèlement multicible et soutenu, peut-être feront-elles plus d'efforts pour vous aider.

43
35
2017-08-31 18:43:49 +0000

OP ici, avec une mise à jour :

Presque six semaines ont passé maintenant. Le problème va se résoudre pour moi, mais pas de manière très satisfaisante. Je change de client tout en continuant à travailler pour la même entreprise, et je vais bientôt prendre un train différent/pas de train chaque jour.

Il a été suggéré d'essayer de faire d'autres petites conversations. J'ai prévenu l'homme de l'église et j'ai essayé pendant environ une semaine. Cette semaine n'a pas du tout été amusante ! Donc dans ce cas, ça n'a pas du tout marché. Mais j'ai vraiment aimé l'idée, et j'ai ensuite été très heureux de l'avoir essayée en premier.

Alors j'ai mis mes nerfs à l'épreuve et j'ai demandé à trois parfaits inconnus s'ils étaient aussi gênés que moi par cette idée. J'ai créé des liens avec trois autres femmes, nous avons échangé nos numéros de téléphone et élaboré un plan d'attaque. Nous avons fait une vidéo du mauvais comportement et nous avons commencé à signaler chaque incident via twitter (messages privés) au service clientèle du train. Nous sommes retournés voir ses parents et leur avons montré la vidéo. Ils ont été très choqués. Nous leur avons laissé du matériel vidéo et ils ont promis de confronter leur fils à ce sujet et de lui apporter une aide supplémentaire. Je me suis sentie mal pendant tout ce temps, mais je suis contente d'avoir commencé à faire quelque chose après.

Nous l'ignorons complètement s'il parle dans le wagon du silence, et l'un de nous part chercher le personnel du train, explique la situation en chemin et nous avons toujours réussi à le faire sortir. L'ignorer semble plus utile que de lui dire de se taire, parfois même il part maintenant quand nous menaçons de nous lever. (Il continue cependant à maudire et à menacer en vain pendant tout le trajet). Il n'est toujours pas capable non plus de nous laisser tranquilles, ni d'entamer une conversation de manière normale ou sur un sujet normal. Nous avons convenu de rester ensemble, de le saluer lorsqu'il nous salue, mais de ne pas réagir davantage s'il se comporte de manière inappropriée.

Nous n'avons pas encore fait appel à la police, car ses parents ont promis de lui apporter une aide supplémentaire. En six semaines, nous avons constaté de très légères améliorations. Son comportement agressif semble un peu moins agressif. J'ai accepté avec mes trois nouveaux amis d'aller boire un verre quelques semaines après le début de mon nouveau travail, pour que nous puissions discuter de la nécessité d'aller à la police. Si cela s'avère nécessaire, ce sera malheureusement notre prochaine étape.

35
18
2017-07-23 19:54:46 +0000

J'ai eu un problème très similaire avec un homme qui a souffert d'un traumatisme crânien alors que je faisais du bénévolat dans une banque alimentaire locale.

Tout a commencé comme vous le décrivez. Il était juste un peu trop agressif avec les femmes, pas nécessairement dangereux, mais il avait l'habitude d'être un peu trop familier et de dire souvent des choses très inappropriées.

Malheureusement, j'étais généralement la figure masculine qui devait intervenir et lui dire de se calmer. Cela semblait fonctionner au début, et pendant qu'il était supervisé, il était la plupart du temps inoffensif.

Un soir, alors que je n'étais pas là, il s'est approché d'une jeune fille mineure. Il a dit le genre de choses qu'il a l'habitude de dire aux femmes et les choses ont vite dérapé... Non seulement la jeune fille était en danger, mais l'homme handicapé l'était aussi quand les parents de la jeune fille ont appris ce qui s'était passé.

J'en parle, parce que c'est un scénario assez probable qui se présente dans des situations comme celle-ci. Les gardiens de l'homme étaient bien conscients qu'il avait ces problèmes et ils n'assuraient pas une surveillance adéquate à quelqu'un dont ils savaient qu'il représentait un risque pour lui-même et pour les autres.

Cela s'avère être une phrase clé dans des situations comme celle-ci.
"Un risque pour lui-même et pour les autres"

Les lois peuvent être différentes là où vous vivez, mais en général, c'est le test décisif. Lorsqu'une personne présente un risque pour elle-même ou pour les autres, elle doit faire l'objet de plus de soins et de surveillance. Si les personnes qui s'occupent de l'homme sont conscientes du problème et ne prennent pas les mesures nécessaires pour assurer ces soins et cette surveillance, elles négligent par inadvertance leurs responsabilités.

Nous avons fini par gérer la situation en contactant directement les personnes qui s'occupent de cet homme. Nous les avons informés de ce qui s'était passé et leur avons dit qu'il n'était plus le bienvenu sur la propriété à moins d'être accompagné d'un tuteur. Nous leur avons ensuite expliqué que le fait de ne pas les surveiller pouvait les rendre responsables des actes de l'homme si quelque chose se produisait à l'avenir.

Je vous conseille vivement d'appeler la police chaque fois que ce problème se produit, et de les encourager à contacter les gardiens de l'homme. Précisez bien que les actes de cette personne sont de nature sexuellement agressive et qu'en ignorant le problème, ils mettent l'homme handicapé et le public en général en danger.

Il n'est pas rare que les gens minimisent ces problèmes jusqu'à ce que quelque chose de vraiment mauvais arrive. Essayez d'être clair en leur disant que c'est ce que vous voyez arriver.

18
9
2017-07-23 17:25:18 +0000

Ce problème est plus qu'une affaire "personnelle". Vous devriez parler aux "autorités".

La première autorité, c'est le personnel du train. Une lettre ou un téléphone suffisent, mais si possible, contactez un chef de train ou un autre membre du personnel avant de quitter le train, chaque fois qu'il y a un incident.

Parlez avec d'autres femmes dans le train. Faites-leur signer une lettre ou une pétition corroborant vos conclusions.

Si parler aux autorités du train ne suffit pas, allez voir la police.

Si ce qui précède ne fonctionne pas, allez voir un avocat, et demandez-lui de contacter un législateur. Je ne sais pas comment cela fonctionne aux Pays-Bas, mais en Amérique, les gens se portent parfois volontaires pour travailler dans le bureau d'un législateur pour avoir le droit de leur parler. Une fois, j'ai fait un don important pour avoir le droit d'assister à une collecte de fonds pour un "parti" avec un candidat au Sénat (qui a gagné).

9
5
2017-07-23 16:56:10 +0000

Voici une idée bizarre, pas une suggestion. Commençons par accorder que la menace ne mérite pas votre bonté, et tendre l'autre joue est pour les saints. Cette idée, cependant, a trait aux résultats, pas à la justice.

Déplacer le dialogue à mon goût en prenant en charge la conversation a réussi dans le passé : Quand j'ai réalisé qu'une voisine âgée se battait pour me forcer à parler, j'ai commencé à lui parler normalement. Problème résolu.

Encore une fois, IL n'a pas mérité cela, mais si ça marche, pourquoi pas ? Cela signifierait qu'il faudrait déplacer la conversation ignoble à "Comment allez-vous aujourd'hui ? Je vous ai déjà vu. Vous avez de la famille ici ? Ce programme au centre est bon ? Vous trouvez des gens sympathiques par ici ? "Non, non, si vous voulez parler, ne touchez pas. (Retenez votre souffle pour celui-ci :) On se voit demain ?"

Notez surtout que mon idée n'est pas celle de Mère Theresa, c'est de la manipulation.

5
1
2017-08-25 14:42:56 +0000

Ce que je ne comprends pas, c'est si cette personne vous a harcelé physiquement ou d'autres personnes ou si elle le fait seulement verbalement. Si, bien sûr, le premier cas est vrai, toutes les suggestions faites jusqu'à présent sont utiles. Si c'est le cas, je pense que le fait d'aggraver le problème au point de "tenir un journal de bord", de "surveiller le train à distance", etc. ne fera qu'empirer les choses pour vous.

Habituellement, les personnes handicapées comme lui ne demandent qu'une certaine attention. S'il ne fait que parler fort et ainsi de suite, peut-être que vous savez... une petite conversation, une simple conversation le détendra et fera peut-être de lui une meilleure personne aussi ?

J'ai rencontré pas mal de gens comme ça et j'ai toujours trouvé qu'il était plus facile de leur parler très calmement plutôt que de paniquer et d'avoir peur (à moins bien sûr, comme je l'ai déjà dit, qu'il y ait de la violence physique)

1
-3
2017-08-07 12:01:01 +0000

Légitime défense

Tout d'abord, je suis d'accord avec votre évaluation de cet homme comme potentiellement dangereux. N'oubliez pas que l'autodéfense est aussi une compétence interpersonnelle et suivez des cours ; ils sont généralement disponibles dans les gymnases et les centres communautaires.

En plus de vous enseigner l'autodéfense, cela vous apprend aussi la confiance en soi, ce qui peut aussi vous aider.

Petit ami imaginaire

Mais en attendant, vous pourriez essayer de détourner son attention en vous référant à une autorité qu'il reconnaît, que ce soit in absentia : votre "petit ami".

Je n'aime pas dépendre d'hommes étrangers pour ma propre sécurité.

et

Je suppose qu'il reconnaît les figures d'autorité chez [les hommes], mais qu'il considère toutes les femmes comme des petites amies potentielles.

Vous n'aimez pas dépendre d'hommes étrangers pour votre propre sécurité, mais pourquoi pas un homme imaginaire ? Plus précisément, un petit ami imaginaire ? Cela peut aussi vous éloigner du "marché des petites amies" à ses yeux.

"Où allez-vous ?"
"Chez mon petit ami."

"Où est-ce que tu vis ?"
"Mon copain n'aime pas que tu demandes ça."

(Salutation grossière) "Mon petit ami n'aimerait pas que tu me parles comme ça."

Faites attention à ne pas présenter ce petit ami imaginaire comme quelqu'un qui a de l'autorité sur vous, ou il pourrait essayer de rivaliser avec lui en essayant d'exercer une autorité sur vous aussi. Au lieu de cela, dites clairement que votre petit ami a de l'autorité sur lui et qu'il n'aimerait pas son comportement.

-3

Questions connexes