Les relations interpersonnelles
2017-09-13 08:03:25 +0000 2017-09-13 08:03:25 +0000
37

Comment réagir face à une personne qui me pousse dans les transports publics ?

Retour

Aujourd'hui, je me rendais au travail dans un bus qui était vraiment bondé. Une femme est montée à un moment donné, poussant très fort les personnes déjà à bord et près de l'entrée (moi y compris). Ma réaction a été de lui demander d'un ton agressif - mais bas - ce qu'elle faisait (d'autres se sont aussi plaints). Elle n'a pas répondu et a continué à pousser dans le bus.

Un homme l'accompagnait (tous deux avaient environ 60 ans) et me demandait ( !) très agressivement pourquoi je poussais. Cela m'a beaucoup déconcerté et je lui ai dit "Excusez-moi", ce à quoi il a répondu "Vous n'avez pas compris la question ? Vous ne parlez pas assez bien la langue ?". J'étais complètement confus et je n'ai pas répondu du tout - ils ont quitté le bus au bout d'un moment, elle me montrait du doigt et faisait des gestes menaçants alors qu'elle s'éloignait.

Eh bien, je suppose qu'à un moment donné, tout le monde est confronté à un tel comportement irrationnel de la part d'étrangers, mais je me suis sentie vraiment offensée par leur impolitesse et un peu en colère contre moi-même de ne pas pouvoir répondre correctement.

Questions

Quelle est la façon la plus appropriée et la plus mature de gérer de telles situations ? Comment réagir face à des personnes qui sont irrationnellement grossières avec moi dans les lieux publics sans être ennuyeuses/en colère contre les passants ? Y a-t-il un moyen d'éviter que de telles choses ne se produisent en premier lieu ?

NOTE: Mon pays se trouve en Europe du Sud.

Réponses [8]

46
2017-09-13 08:31:42 +0000

Je me déplace beaucoup en transports publics. J'ai donc aussi eu affaire à une bonne part de trains et de bus surchargés. Et l'impolitesse dont font preuve les gens dans ces situations. Mais je suis originaire d'Europe du Nord.

Tout d'abord, il est important de se rappeler que l'autre personne veut arriver à destination tout aussi désespérément que vous. La seule vue d'un bus ou d'un train trop rempli risque de lui gâcher l'humeur. Il faut qu'elle monte à bord, quoi qu'il en coûte, car elle a des endroits où aller et des horaires à respecter.

Alors ne demandez jamais "que pensez-vous faire". Cela devrait être assez évident : ils veulent monter dans ce bus, quoi qu'il en coûte.

C'est bien sûr absolument pas une raison pour être impoli, mais je trouve plus facile de me rappeler d'être poli moi-même. Mes solutions à ces situations sont le plus souvent basées sur ces pensées également.

  • Ma solution numéro un quand quelqu'un commence à pousser pour monter dans le bus ? Criez un grand cri de douleur. Agir comme si le fait de pousser vous faisait mal. La surprise de vos cris l'empêchera probablement de pousser pendant un certain temps (du moins, cela a toujours fonctionné pour moi) ; demandez-lui alors de cesser de pousser, car cela vous fait mal.
  • Pour montrer ma bonne volonté, j'ai l'habitude de suivre la première étape en criant à travers le bus/train, et je demande à la personne de bien vouloir attendre un moment :

  • Si cela n'arrête pas de pousser, je commence à "me défendre". Ne bougez pas, quelle que soit la force avec laquelle vous êtes poussé. Dites simplement calmement :

Quand je suis dans un bus, je m'assure généralement de dire la dernière chose si fort, que le chauffeur de bus puisse l'entendre aussi. Le chauffeur de bus change alors généralement le panneau à l'avant du bus pour dire "Désolé, ce bus est plein" au lieu du panneau indiquant le numéro du bus et sa destination.

Quant à la situation avec l'homme, je ne pense pas que vous auriez pu faire mieux. Si les gens choisissent vraiment d'être aussi grossiers et méchants, et qu'ils sont de parfaits étrangers, la bonne réponse est de ne rien dire. Vous avez fait de votre mieux pour être poli, et s'ils choisissent de ne pas rendre la pareille, c'est entièrement de leur faute. Si vous êtes vraiment confiant, vous pourriez faire un commentaire du genre

Je ne poussais pas, je suis désolé mais je sais qu'un bus plein peut être vraiment inconfortable, mais je n'avais vraiment pas la place de bouger quand elle a commencé à monter à bord, donc j'ai peut-être eu l'impression de repousser, alors qu'au lieu de cela nous nous sommes juste heurtés.

Mais préparez-vous à ce que quelqu'un qui a déjà l'esprit mal tourné puisse ne pas bien réagir à cela. Donc, à mon avis, ne pas nourrir son désagrément était la bonne chose à faire.

46
12
2017-09-13 08:34:47 +0000

En Europe, au fil des ans, j'ai été confronté à ce problème à de nombreuses reprises dans des bus/métros/tramways bondés, en raison de grèves (moins de lignes ouvertes) ou d'accidents (retard) ou simplement de tout événement qui attire de nombreuses personnes au même endroit au même moment (par exemple, un match/concert...).

Quelle est la manière la plus appropriée et la plus mature de gérer de telles situations ?

Pour moi, la meilleure façon de gérer cela est :

  1. bouger si vous pouvez (même un petit pas, vous serrer un peu, pour leur montrer que vous essayez de les aider et que vous vous souciez de leur problème), rester immobile si vous devez et ne pouvez pas les aider à entrer.
  2. ne dites rien, ou, s'ils sont insistants, souriez et dites-le-leur : Désolé, Madame/Monsieur, je ne peux pas aider plus, bougez et poussez les autres.
  3. ne discute jamais, retourne simplement à l'étape 1 si nécessaire.

Comment réagir aux personnes qui sont irrationnellement grossières avec moi dans les lieux publics sans être ennuyeuses/ennuyeuses pour les passants ?

Lorsque vous vous tenez près de l'entrée (ce que je fais habituellement pour éviter d'ennuyer les gens en sortant), il n'y a pas grand-chose que vous puissiez faire. Les personnes qui sont en retard ou qui ne veulent pas attendre sont déjà contrariées (être retardées et voir les autres devant elles) et impolies envers vous et les autres personnes déjà à bord. J'utilise simplement les 3 étapes ci-dessus parce que se disputer conduira à un conflit sans fin.

Y a-t-il un moyen d'éviter que de telles choses ne se produisent au départ ?

Je ne pense pas, car on ne peut pas, en 10 secondes, éduquer des gens qui n'ont pas le bon sens d'attendre leur tour et, par conséquent, de respecter les autres. Ce sont des gens qui ne peuvent pas faire la queue sans montrer des manifestations d'impatience._

Ne discutez pas, ne leur parlez pas car cela ne fera qu'empirer. Ce sont eux qui sont grossiers, pas vous. Ne leur donnez pas une autre chance d'être plus grossiers...


Relatif : (https://beta.theglobeandmail.com/life/relationships/a-reminder-of-good-manners-in-a-modern-rude-world/article18805138/?ref=http://www.theglobeandmail.com&). Même s'il est basé au Canada, il donne de bons indices sur les différents comportements et pourquoi certaines personnes ne peuvent tout simplement pas comprendre pourquoi elles sont soit impolies, soit stupides ou quel que soit le nom qu'on leur donne... J'aime les 2 exemples : Lady hurlant au téléphone et les gens se coupant les ongles des pieds dans le métro. Surtout parce que cela montre qu'on ne peut pas toujours avoir une influence positive sur certaines personnes, et qu'il vaut parfois mieux rester calme et silencieux.

12
9
2017-09-13 12:06:01 +0000

Il y a des deux côtés de l'histoire :

  • les gens qui entrent poussent ceux qui sont déjà à l'intérieur afin de monter à bord.
  • les gens qui sont déjà à l'intérieur ne bougent pas, donc ils poussent effectivement les nouveaux arrivants à sortir.

Qui pousse qui n'est rien d'autre qu'une question d'interprétation. Les gens à l'intérieur se sentent en droit de garder leur position. Les gens à l'extérieur se sentent en droit de se faire faire une place. D'un côté, on pense qu'il est impoli d'emménager, de l'autre, qu'il est impoli de ne pas emménager. Les deux parties pensent qu'elles ont raison, mais personne n'a vraiment raison.

Le conflit est déjà là, attendant juste que quelqu'un éclate, même si tout le monde est bienveillant. Parfois, une personne réellement agressive (comme le couple que vous avez rencontré) se présente et la dispute est alors inévitable. Il n'y a pas de réponse appropriée. Tout le monde pense que c'est lui qui a raison et que les autres ont tort, donc une résolution est impossible.

Même dans votre cas, il est possible que ce soit vous qui ayez eu tort, peut-être que vous vous trouviez dans un passage (près de la porte) et que vous entraviez le flux des passagers. Je n'essaie pas d'excuser le comportement de ce type, j'essaie juste d'expliquer partiellement le raisonnement qui l'a conduit à ce qu'il a fait.

Si vous avez choisi de vous engager, (c'est-à-dire d'exprimer vos sentiments de quelque manière que ce soit, y compris en parlant ou même en soupirant), il y a une règle d'engagement que vous avez enfreinte : vous ne pouvez jamais utiliser des expressions comme "excusez-moi". C'est vague et peu clair, donc votre adversaire va certainement l'interpréter à son avantage et cela vous pousse à vous défendre, donc vous perdez l'initiative. Dans de telles altercations, la personne la plus agressive et la plus bruyante "gagne". Vos mots doivent être précis et rejeter clairement la faute sur votre adversaire, comme "arrêtez de pousser !

9
6
2017-09-13 13:43:11 +0000

Je vis à Rome, où les transports publics sont dans une situation désespérée.

Je rencontre toujours des gens qui poussent et ce que je fais dans ces situations, c'est de les repousser, hors des transports, pas en poussant phisiquement mais juste en maintenant fortement ma position et s'ils continuent à pousser, en occupant plus d'espace pour ne plus les laisser pousser.

Je sais que c'est une mauvaise attitude, mais je vois des gens qui se font du mal pour monter dans le bus et en agissant de cette façon je n'ai jamais eu de problèmes.

Si j'ai la place de laisser entrer quelqu'un, je m'éloigne, mais si je ne le fais pas, pourquoi continuez-vous à pousser ? Si vous continuez à pousser alors que je n'ai pas assez d'espace, il n'y a rien à dire, je peux juste parler votre langue en vous poussant dehors.

6
4
2017-09-13 19:49:04 +0000

Il n'est pas facile d'éviter ce genre de choses lorsque les bus sont bondés dans le sud de l'Europe. Permettez-moi de vous faire part de mon expérience, car j'ai été dans votre situation à de nombreuses reprises et même pire. J'ai été tripoté plusieurs fois en plus de cela.

Au début, j'ai choisi de ne rien dire sur la poussée. Ou si quelqu'un me lançait un regard de colère, je disais à cette personne qui pensait clairement que c'était moi qui poussait, quelque chose comme,

Hé, ce n'était pas moi, j'ai été poussé. Je suis désolé.

ou je m'exclamerais,

Qui diable vient de nous pousser ? Quelle impolitesse !

Mais ces derniers temps, quand quelqu'un me pousse, surtout si j'ai vu qui c'était, je le laisse faire. Et vous savez pourquoi ? Les gens comme ça ont besoin d'être embarrassés et exposés OU ils vont continuer à le faire parce que personne n'a réussi à dire quoi que ce soit.

Alors une fois, j'attendais de descendre du bus quand une femme de 60 ans m'a poussé (ce sont généralement les personnes âgées qui sont vraiment grossières et qui se sentent en droit comme si le bus leur appartenait). C'est ce que j'ai dit haut et fort,

Pourquoi me poussez-vous ? Aimeriez-vous que je vous fasse ça ? Tu ne peux pas me demander si je descends d'abord ? La prochaine fois, attends ton tour comme nous tous, madame.

Le soulagement que j'ai ressenti ! Et parfois, j'ai même poussé les autres personnes qui étaient aussi poussées à se défendre après m'avoir entendu me plaindre.

4
2
2017-09-13 22:29:12 +0000

J'ai moi-même fait face à quelques trajets de bus surchargés, et j'essaie de prévenir de tels actes en observant la situation et en prenant les choses en main. Le plus souvent, il y aura des trous dans l'allée où les passagers debout ont choisi de ne pas se replacer après le débarquement des précédents passagers.

Si je vois que c'est le cas et que nous arrivons à un arrêt très fréquenté, je demanderai aux personnes proches de moi de bien vouloir reculer et faire de la place, en espérant un jeu impromptu de téléphone ou de singe-voir-singe-do. Si personne ne se conforme ou si l'espace est insuffisant, je dirigerai bruyamment ma demande vers l'ensemble du véhicule.

2
2
2017-10-28 14:03:29 +0000

Pousser n'est que marginalement acceptable. Il faut parfois se serrer les coudes, et la seule façon d'y parvenir est d'exercer une légère pression pour passer. Surtout si vous devez le faire pour passer (ou si vous manquez votre arrêt) ou si quelqu'un derrière vous doit également passer et attend que vous bougiez.

Pousser n'est PAS acceptable quand il n'y a tout simplement plus de place pour une autre personne, et pousser ne va rien accomplir sauf rendre les choses insupportablement serrées pour tout le monde.

Là où je vis, beaucoup de gens ont l'habitude de monter -- et puis de s'arrêter (et de bloquer l'entrée). Dans ce cas, je vais pousser (mais juste le minimum nécessaire) parce qu'ils agissent comme s'ils étaient les derniers à devoir monter. D'autres personnes veulent aussi monter !

En dehors des exceptions ci-dessus, ne poussez pas!

Un dernier commentaire : cherchez un endroit non proche des portes et déplacez-vous si vous le pouvez. Il y a généralement plus de place à cet endroit, et c'est un bon endroit pour prendre un siège si l'un d'entre eux s'ouvre.

2
1
2017-09-15 10:33:52 +0000
  1. Dites-leur d'arrêter de vous pousser, aussi poliment que vous le pouvez. S'ils vous font mal, dites-leur aussi ceci.
  2. Si vous le pouvez, déplacez-vous pour faire de la place,
  3. S'il y a de la place plus loin, demandez aux gens de se déplacer poliment.
  4. Dites-leur : "Il n'y a pas de place dans ce bus".

J'espère que je vais suivre ces étapes, en répétant 1 aussi souvent que nécessaire - même s'il y a de la place, ils n'ont pas le droit de vous bousculer. Si j'atteignais 4, je répéterais aussi jusqu'à ce qu'ils aient compris le message.

L'essentiel, dans mon esprit, est de faire les déclarations aussi calmement que possible (même si je serais tenté de laisser tomber le "s'il vous plaît" après la première tentative). Ne criez pas comme je m'attends à ce que cela mène à une escalade. Il est difficile de rester calme (ou de paraître calme), c'est pourquoi nous devons tous nous entraîner.

Ici, vous faites tout ce que vous pouvez tout en leur rappelant la politesse/le comportement adulte. C'est tout ce que vous pouvez faire, à mon avis.

1

Questions connexes