Les relations interpersonnelles
2019-10-15 11:58:02 +0000 2019-10-15 11:58:02 +0000
56

Comment puis-je demander plus clairement aux gens de prendre des mesures d'adaptation pour mon autisme ?

J'ai l'autisme. Ce n'est pas toujours clair pour les gens. Parfois, j'ai besoin d'aménagements pour qu'un problème sensoriel participe de façon normale.

Une fois, il y avait un collègue qui avait un fort après-rasage, par exemple, qui avait besoin de mon aide.

Parfois, ces conversations se déroulent ainsi :

Moi : Je suis vraiment désolé, votre après-rasage me cause des problèmes sensoriels. En fait, je suis autiste et j'ai des problèmes avec certaines odeurs fortes. J'apprécierais vraiment si vous pouviez l'atténuer un peu à l'avenir.

Eux : Oh, j'ai aussi des maux de tête à cause des odeurs fortes parfois. Un analgésique résout généralement ce problème.

Ou

Eux : Vous voulez voir New Movie ce soir ?

Moi : Bien sûr ! On va au Cinéma X ? C'est un peu plus loin, mais on peut utiliser ma voiture. Ils ont ces chaises où les gens à côté de vous ne vous touchent pas, alors que le cinéma Y, plus proche, ne vous touche pas. Je n'aime pas toucher, vous savez. Autiste -sourire-.

Eux : Arrêtez de faire le flocon ! Tous les autres peuvent s'occuper de ces chaises, je suis sûr que vous aussi.

Je suis conscient que je leur demande de faire quelque chose pour moi sans rien en retour, mais c'est vraiment une grosse affaire pour moi. Comment puis-je mieux y parvenir ?


* Cela signifie, en termes simples, que j'ai plus de connexions cérébrales, ce qui signifie que je peux facilement être surstimulé. Mon cerveau utilise plus de ressources que la plupart des gens, ce qui veut dire que je me fatigue plus vite. Dans de très rares cas, je peux avoir une crise d'autisme, où certaines parties de mon cerveau, comme la partie traitement du langage, s'éteignent. Parfois, l'autisme entraîne un sous-développement des aptitudes sociales et/ou des compétences linguistiques. C'est différent pour chacun. Je n'ai pas la plupart des traits de l'autisme que vous voyez dans les médias. Mes compétences sociales sont un peu en dessous de la moyenne, mais loin d'être mauvaises. C'est pourquoi les gens ont tendance à se demander si je suis vraiment autiste. Cela semble découler d'une mauvaise compréhension de ce qu'est réellement l'autisme. On me dit souvent : "Oh, mais vous êtes si sociable ! Je réponds généralement en expliquant que les compétences sociales peuvent s'acquérir et que j'ai des problèmes sensoriels.

Réponses [8]

62
2019-10-15 15:25:34 +0000

Du point de vue de la communication, votre principal problème est de vous excuser et de donner une explication contestable, tout en reconnaissant que d'autres solutions existent.

En tant que personne atteinte d'autisme de haut niveau, j'ai remarqué que beaucoup de personnes (si ce n'est toutes) ont un comportement similaire ou identique

Votre exemple de cinéma est une bonne façon de montrer COMMENT NE PAS faire cela. D'abord, vous n'avez pas à vous expliquer.

Allons au cinéma Y.

C'est une affirmation. C'est simple. La raison pour laquelle vous voulez aller au Y ? Ça n'a pas d'importance. Les gens ont une myriade de raisons pour faire les choses d'une certaine façon, alors que d'autres pensent que B est mieux.
Parce que ça sent bizarre, le caissier m'a regardé de travers, il faut tourner à gauche au lieu de tourner à droite en sortant, ils ont le mauvais type de beurre, mon ami a mangé là une fois et a eu une intoxication alimentaire. C'est pourquoi je pense que beaucoup de gens ont un comportement similaire à l'autisme, mais c'est accepté parce que ce n'est pas expliqué et excusé avec l'autisme.

Être surchargé de sons, c'est comme "Pouvez-vous baisser la radio ?". Être trop près de moi ou se frotter contre moi, c'est la même chose que "J'aime aller faire les courses le mercredi parce qu'il y a moins de monde".
C'est juste formulé différemment. Le résultat est le même.

Si vous envisagez de contester ou de remettre en question votre déclaration, vous pouvez la soutenir avec une solution quelconque.

Allons au cinéma Y, on peut prendre ma voiture.

Maintenant, s'il y a une quelconque opposition, elle serait au même niveau que votre malaise. Parce que c'est ce que ça veut dire, l'inconfort.
Et quand les deux parties sont au même niveau, la discussion peut commencer.

Si vous dites tout au début, vous partez du pire point de départ. Vous en êtes déjà à l'inconfort, que l'autre partie ne ressent pas (encore).

Comparez avec les personnes assises. On décide de rester debout en disant "Je préfère rester debout". Leur préférence, leur choix.
Mais s'ils disaient "Je vais me mettre debout parce que j'ai des hémorroïdes", les gens en plaisanteraient. Certains pourraient proposer un coussin ou une meilleure chaise parce que cela s'est avéré être un problème. Et les problèmes ont besoin de solutions. Un problème en soi peut être remis en question : "Est-ce qu'il existe vraiment au départ ?
Il est beaucoup plus difficile de contester une déclaration parce que le challenger doit apporter des arguments contre elle.
Vous donnez un argument contre dans votre demande. Essayez de réfléchir sans vous expliquer avec l'autisme. Beaucoup de choses sont "socialement acceptables" si vous ne donnez pas la possibilité de nier leur source. Montrez simplement le résultat.

62
34
2019-10-15 14:41:11 +0000

Veuillez noter que je ne suis pas autiste. Mon expérience est tertiaire par rapport à mon frère qui a été diagnostiqué avec le syndrome d'Asperger, maintenant appelé trouble du spectre autistique de haut niveau, et à la façon dont nous avons traité les problèmes sensoriels et les autres personnes pour lui._

Vos demandes semblent très valables et bien formulées, mais le problème est que l'autre personne proteste contre vos demandes. L'autre partie semble rejeter vos demandes parce qu'elle ne comprend pas bien le problème. Je pense que les problèmes sensoriels qui accompagnent parfois l'autisme ne sont pas du tout compris par le grand public, de sorte que les gens ne comprennent pas qu'il ne s'agit pas seulement d'inconvénients mineurs, mais qu'ils sont, au mieux, extrêmement gênants ou, au pire, douloureux. Les gens comprennent que l'autisme = "problèmes sociaux" (quelle que soit la forme qu'ils prennent) ou qu'ils fondent parce qu'ils sont plus visibles.

Ainsi, lorsque les gens discutent de vos problèmes, ils voient "Les odeurs fortes me donnent des maux de tête" et "J'aime beaucoup l'espace physique", et non "Les odeurs fortes m'empêchent de bien fonctionner" et "Toucher les autres me fait ramper et je ne peux rien faire d'autre tant que je ne les touche pas". Alors réfutez :

Moi : Je suis vraiment désolé, votre après-rasage me cause des problèmes sensoriels. En fait, je suis autiste et j'ai des problèmes avec certaines odeurs fortes. J'apprécierais vraiment si vous pouviez l'atténuer un peu à l'avenir.

Eux : Oh, j'ai aussi des maux de tête à cause des odeurs fortes parfois. Un analgésique résout généralement ce problème.

Moi : Ce n'est pas seulement un mal de tête, quand une odeur est trop forte, je ressens [insérer ici les sensations de surcharge sensorielle]

Mon frère, diagnostiqué à un moment où l'autisme était plus en vue, avait des problèmes sensoriels que nous ne comprenions pas bien. Il ne pouvait pas porter certains vêtements et nous lui avons donné le terme "nubby" comme dans "Ce jean est nubby". Il était encore assez jeune et il a dû inventer notre propre vocabulaire.

Celui-là était assez simple, mais nous avons dû apprendre aux gens (et j'ai dû apprendre moi-même aussi) que le fait de surprendre mon frère causait des douleurs physiques. Nous en sommes arrivés au point où nous avons simplement déclaré que lorsqu'on fait X, mon frère ressent de la douleur. Parfois, ça marchait. D'autres fois, ça a marché après plusieurs explications/rappels (j'étais dans cette catégorie). Et parfois, les gens ne l'avouaient pas et ne s'excusaient pas. Le dernier groupe a fini par nous amener à quitter notre église une fois. Donc, les kilomètres parcourus peuvent varier.

34
17
2019-10-15 16:12:18 +0000

Répétez que le problème principal est lié à l'autisme et que, par conséquent, les solutions "standard" ne sont pas efficaces. Pensez également à souligner que vous aussi, vous essayez de minimiser votre propre stress et désagrément.

Mon expérience de l'autisme est également de seconde main (parents et connaissances de l'autisme, pas moi-même). Mais je souffre de TOC et il y a beaucoup de situations similaires, car mon cerveau traite les informations sur l'environnement qui m'entoure d'une manière que je ne connais pas.

Ce que j'ai trouvé le plus utile dans ces situations, c'est de :

  • Rappeler à l'autre (ou aux autres) que j'ai un trouble obsessionnel-compulsif
  • Exprimer que le trouble obsessionnel-compulsif me fait percevoir et expérimenter des choses que les autres ne perçoivent pas
  • Reconnaître les inconvénients qui découlent de la prise en charge de mes besoins dérivés du trouble obsessionnel-compulsif
  • Mentionner (gentiment) que je ressens aussi beaucoup d'inconvénients et de difficultés suite à la prise en charge du trouble obsessionnel-compulsif (ce n'est pas seulement, ou même principalement, un problème pour les gens qui m'entourent), et à cette fin, j'essaie déjà d'obtenir le résultat le plus facile et le plus harmonieux qui permette de gérer le TOC

La plupart des gens n'investissent pas beaucoup de temps ou d'efforts dans l'examen de leurs préférences ou de leurs besoins comme il le faudrait pour apprécier ce qu'est quelque chose comme l'autisme ou le TOC. Ils ne comprennent légitimement pas comment une situation qu'ils peuvent gérer avec autant de désinvolture peut être plus problématique pour une autre personne. Souvent, le plus proche qu'ils puissent imaginer est un enfant gâté, neurotypique, qui exige que les choses se passent à sa façon parce qu'il se trouve que c'est ce qu'il veut déjà et qu'il refuse obstinément toute autre chose.

Que cette analogie ne soit pas bonne n'est pas quelque chose qu'une personne choisie au hasard est susceptible d'intérioriser et de comprendre par elle-même. Dans un cas comme celui-ci, des rappels occasionnels et peu détaillés du fait que vous êtes autiste peuvent se retourner contre vous. Lorsque les gens ne comprennent pas ce qu'est l'expérience d'avoir et de gérer l'autisme, ou votre expérience personnelle de l'autisme, il peut sembler que la personne qui fait cette affirmation la traite comme un mot magique pour obtenir ce qu'elle veut sur des petites questions arbitraires. Un commentaire comme

Je n'aime pas toucher, vous savez. Autiste -sourire-.

suppose que votre interlocuteur comprend la sensibilité accrue au toucher commune à l'autisme (et/ou toute autre caractéristique de l'affection qui vous concerne, en particulier). Si elle ne le comprend pas, c'est le contraire d'une explication et d'un argument pour justifier votre choix.

Vous ne pouvez pas faire en sorte que quelqu'un d'autre se comporte respectueusement ou bien, mais vous pouvez essayer de corriger les erreurs qui l'empêchent de comprendre ce qui se passe.

Quand quelqu'un dit quelque chose comme

Moi : Je suis vraiment désolé, votre après-rasage me cause des problèmes sensoriels. En fait, je suis autiste et j'ai des problèmes avec certaines odeurs fortes. J'apprécierais vraiment si vous pouviez l'atténuer un peu à l'avenir.

Eux : Oh, j'ai aussi des maux de tête à cause des odeurs fortes parfois. Un analgésique résout généralement ce problème.

ils révèlent clairement où se situe la panne de l'information et de la compréhension, et c'est une connaissance que vous pouvez utiliser. L'autre personne dans ce scénario ne comprend évidemment pas en quoi le fait d'être autiste diffère de sa propre expérience, comme en témoignent sa commisération (ma réaction aux odeurs fortes ressemble beaucoup à la vôtre) et sa "solution" qui s'applique à sa propre situation mais pas du tout à la vôtre.

Votre réponse peut corriger ces erreurs, même si elle ne peut pas forcer l'autre personne à comprendre réellement :

Vous : J'apprécie la suggestion, mais ce n'est pas une question de mal de tête. L'une des choses qui est commune à l'autisme est une sensibilité massivement accrue à certaines entrées sensorielles, comme l'odorat. Votre après-rasage est probablement une quantité normale avec une odeur normale (je n'ai entendu personne d'autre s'en plaindre), mais à cause de mon autisme je le perçois beaucoup plus intensément.

Je le ressens plus comme si on avait injecté de l'Old Spice dans chaque narine avec un tuyau d'incendie, et il peut être vraiment difficile pour moi de me concentrer sur autre chose pendant que cela se passe. Je suis désolé, et je ne vous blâme pas pour quoi que ce soit, vous n'avez rien fait de mal ou de mauvais, personnellement je ne peux pas travailler efficacement quand je suis en présence des odeurs que je ressens de cette façon. Croyez-moi, si je pouvais prendre un Advil et ne pas avoir à faire face à ce genre de choses, je le ferais. En un clin d'œil. Mais il n'existe pas de pilule pour la sensibilité accrue aux odeurs liée à l'autisme.

J'ai inventé pas mal de détails juste pour compléter un exemple d'explication (comme le mors de nez des tuyaux d'incendie), mais les éléments de base devraient fonctionner indépendamment des détails spécifiques : personne n'a rien fait de mal, il y a simplement une situation que personne ne peut changer qui impose quelques considérations supplémentaires. Si vous pouvez décrire les conséquences de l'adaptation non faite pour vous, cela peut aussi aide.

Cela ne donnera pas toujours les résultats que vous souhaitez - certaines personnes ne sont tout simplement pas accommodantes, ou ne peuvent pas faire les adaptations que vous souhaitez, ou d'autres problèmes éventuels. Mais si vous pouvez, de manière calme et directe, exprimer clairement le problème précis que vous avez (ne pas pouvoir être près des odeurs fortes, etc.) et souligner que le problème est dû à un obstacle rigide (autisme), vous donnerez les informations nécessaires à la personne qui en a besoin pour comprendre correctement la situation.

D'autres éléments peuvent contribuer à persuader les gens d'essayer de vous accommoder, en particulier si vous faites des suggestions pour aider à répondre à vos besoins de manière peu contraignante ou pour compenser les désagréments causés aux autres (un bon exemple de cela dans la question était de proposer de conduire jusqu'au théâtre le plus éloigné), mais je crois que le problème majeur que vous rencontrez est simplement que la plupart des gens ne connaissent pas grand-chose sur l'autisme et ne comprennent pas que des accommodements pourraient être nécessaires, ni ce que ces accommodements pourraient impliquer.

17
10
2019-10-15 12:32:10 +0000

Défi du cadre :

Pourquoi relier ces deux-là ? (le diagnostic et le problème)

Que vous ayez des problèmes d'odeurs fortes est un problème qui peut être traité séparément.

J'ai un poste où je forme régulièrement les gens à la résolution de conflits, au coaching, à la résolution de problèmes et à la communication. Une partie de ce programme est constituée de petites "règles empiriques" qui sont généralement applicables.

1 : Les problèmes doivent être définis comme singuliers et aussi proches que possible. Ainsi, si vous pouvez construire 1 problème comme 2 problèmes, vous les trouverez plus faciles à résoudre en tant que problèmes séparés.

2 : Faites attention à votre façon de communiquer - il existe de multiples styles ou façons de communiquer semi-compacts qui déterminent la façon dont les gens doivent réagir. Si vous faites une réclamation causale parce que ceci puis cela, et donc vous devriez faire X - vous trouverez qu'il est plus probable qu'elle soit contestée - parce que vous arguez quelque chose.

La plupart des gens souhaitent transmettre le raisonnement qui sous-tend leur pensée, pour paraître plus raisonnables aux autres, et c'est une chose douce et sympathique à vouloir - mais : en ajoutant des raisons et des relations causales, vous vous ouvrez à l'argumentation. Même lorsque l'intention n'est pas d'inviter à la discussion. Ce que vous voulez faire, c'est éviter le Mode argumentatif Lorsque vous présentez quelque chose dans ce mode, vous ouvrez la porte de l'argumentaire. (Utilisez plutôt le mode expositif)

Exemple : "J'aime ma voiture, parce qu'elle est rouge" - peut être contestée ("Ce n'est pas une raison valable pour aimer une voiture") - mais "J'aime ma voiture" est susceptible de ne pas être contestée. Lorsque vous associez votre problème ou votre question à un diagnostic, vous vous exposez à la contestation (injuste ou non, ignorant ou non) du fait que le problème peut ou non être causé par un tel diagnostic. Le plus simple est de supprimer cette justification et de rester sur le problème -> informez vos collègues de votre problème - et non de votre justification du problème.

Suggestion

"Hey, Joe, ton après-rasage me gêne, j'ai du mal avec les odeurs fortes - tu penses que tu pourrais, pour mon bien, y aller doucement à l'avenir ? J'apprécierais vraiment"

"Je n'ai pas trouvé cette blague drôle - l'autisme est un diagnostic sérieux pour ceux qui en souffrent"

"Bien sûr, j'adorerais le voir, mais ça vous dérange si on va au Cinéma X ? "

Vous pouvez bien sûr, à un autre moment, vous excuser d'avoir demandé ces concessions, peut-être même acheter à vos collègues des bonbons ou un gâteau ou quelque chose du genre et dire que vous supposez qu'il peut être difficile d'avoir un collègue qui a ces problèmes et que vous les appréciez pour leur compréhension. Cela augmenterait probablement les chances que vos demandes soient satisfaites.

10
7
2019-10-15 19:50:13 +0000

Donner un retour d'information à quelqu'un sur le fait qu'il sent peut être un peu délicat. C'est pourquoi je n'en parlerai pas dans ma réponse, d'autant plus que Lux Claridge's one font cela très bien.


Je suis aussi dans le spectre de l'autisme et j'ai aussi des problèmes d'anxiété. Avant de faire quelque chose, j'ai besoin que ce soit planifié à l'avance.

Par exemple, si vous voulez que je conduise une voiture, je dois le savoir au moins une semaine avant. Si mes parents veulent que je leur rende visite, ils doivent le demander (au moins) deux semaines avant. Si c'est ma cousine, c'est une semaine (parce qu'elle habite plus près et qu'il est plus facile d'aller chez elle).

Ces restrictions sont là parce que, sinon, mon anxiété serait insupportable. Rien que l'idée de devoir prendre une décision dans un délai aussi court fait monter mon anxiété en flèche.

Comme vous, au début, les gens ne se souciaient pas vraiment (ou n'avaient pas confiance) que cela me cause autant d'anxiété. Alors ils continuent à faire ce qu'ils faisaient avec les autres et me demandent des choses dans un délai très court. Comme je ne voulais pas leur déplaire, j'ai presque toujours dit "oui".

Mais dire ces "oui" me coûte beaucoup. J'étais alors très stressé, je ne me sentais pas prêt à faire l'activité que j'avais accepté de faire et je ne m'amusais surtout pas en faisant ces choses soi-disant "amusantes".

Alors, à un moment donné, j'ai décidé que cela avait assez duré. Si les gens n'étaient pas capables de me respecter, en demandant à l'avance, je n'allais plus dire "oui".

Ainsi, la fois suivante où ma mère m'a appelé et m'a proposé d'aller les voir dans trois( !) jours, je lui ai dit :

Maman, si tu veux que je vienne, tu dois me le demander au moins deux semaines à l'avance. Sinon, c'est trop de stress pour moi. Je ne viendrai pas.

J'ai dû faire ça avec toutes les personnes qui me demandaient des choses pas assez à l'avance. Et ça a très bien marché. J'ai dû réitérer ma volonté à ma cousine (elle m'a demandé quatre jours à l'avance, je lui ai dit que ce n'était pas assez) mais ce n'était pas grave et ma cousine s'est excusée pour le stress qu'elle m'a causé.


Donc, pour répondre à votre vraie question :

Je pense qu'à un moment donné, il faut savoir tirer un trait. Si le fait de pouvoir s'asseoir confortablement est suffisamment important pour vous (et j'ai l'impression que c'est probablement le cas), alors vous pourriez décider de ne plus aller dans l'autre théâtre (ou décider des circonstances dans lesquelles vous êtes d'accord avec cela, et de celles dans lesquelles vous ne l'êtes pas).

Cela permettra de montrer aux gens combien cela est important pour vous, ce qui, en retour, vous aidera à faire respecter vos désirs/besoins.


J'ai utilisé cette même technique pour d'autres choses où les gens ne me prenaient pas au sérieux et cela m'a toujours aidé.

7
3
2019-10-22 15:06:27 +0000

Comme vous, je fais partie du spectre autistique, et je me situe quelque part dans la fourchette de ce qu'on appelle historiquement le syndrome d'Asperger. Il existe de multiples façons de traiter ce problème, qui peuvent être utilisées selon que vous le faites dans le moment présent ou avant que le moment ne se présente. Je n'ai pas beaucoup d'expérience pour ce qui est de demander aux gens de répondre à mes besoins sur le moment, mais j'ai quelques techniques que j'ai développées pour m'aider à atténuer ces problèmes avant qu'ils ne surviennent.

Avant que le moment ne se présente

Expliquez comment l'autisme vous affecte

Comme je l'ai écrit dans cette réponse et celle-là , le simple fait de savoir que vous êtes autiste n'aide pas toujours les gens à vous comprendre. Comme l'autisme englobe un si large éventail d'affections, il est assez difficile pour quelqu'un de comprendre votre expérience spécifique de l'autisme sans une explication plus approfondie. Pour lutter contre ce phénomène, lorsque je dis aux gens que je suis autiste, j'explique très précisément les façons dont l'autisme me touche. Par exemple, je suis très sensible aux aliments et je suis donc très difficile à manger. Lorsque je parle de cela, j'aime expliquer ce que manger différents aliments me fait (j'aime utiliser la métaphore d'un fusible grillé dans un circuit).

Pour quelqu'un avec qui vous interagissez beaucoup comme un membre de la famille ou un ami proche, vous pouvez expliquer à tout moment ce qu'est l'autisme pour vous. Soyez précis et donnez des exemples de moments où quelque chose vous a surchargé. Parlez de ce que vous avez dû faire pour trouver du travail malgré la surstimulation. J'ai constaté que lorsque j'explique cela dans le cours naturel de la conversation, les autres sont généralement plus conscients des choses qui pourraient m'affecter à l'avenir, et dans les cas où ils ne le sont pas, je peux très rapidement le mentionner et ils sont heureux de s'adapter.

Avoir un défenseur

Ma façon préférée d'amener les autres à s'accommoder de mon autisme est de faire intervenir une tierce partie. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cela est utile. La principale est que parfois, lorsque vous avez besoin d'un hébergement, vous ne pouvez pas le demander. Lorsque c'est le cas, le fait que quelqu'un d'autre vous demande peut être extrêmement utile. La deuxième raison (qui a été beaucoup plus souvent le cas pour moi) est qu'il est plus facile pour quelqu'un d'accepter que vous avez besoin d'un logement et de vous le fournir s'il voit quelqu'un d'autre le faire en premier (ce concept est connu sous le nom de preuve sociale ).

J'ai beaucoup de problèmes sensoriels liés au sens du goût, donc quand j'ai besoin d'un logement, c'est généralement pour trouver de la nourriture qui ne me surchargera pas. J'ai eu beaucoup de conflits avec mes collègues pour savoir où manger pour les déjeuners d'équipe parce qu'ils veulent essayer un endroit qui les intéresse, mais je ne pourrais rien manger au menu. Un jour, j'ai expliqué mes frustrations à l'une de mes coéquipières, puis elle a commencé à pousser l'équipe à mieux s'adapter à mon autisme. Après qu'elle ait commencé à défendre mes intérêts, mes besoins ont été pris en compte plus souvent, et sans autant de conflits qu'auparavant.

3
2
2019-10-18 08:21:06 +0000

Étant moi-même autiste, j'ai adopté une attitude légèrement humoristique et nerdiste ; les gens (à juste titre) ont l'impression de ne pas comprendre ce qu'est l'autisme, mais ils sont à l'aise avec l'idée de nerd - être un nerd est un peu cool, en quelque sorte. Les nerds sont présents dans tous les milieux, généralement des personnes qui sont très douées pour se concentrer sur des sujets, si elles ne sont pas dérangées, et souvent presque obsédées par des sujets spécialisés ; pour moi, c'est les mathématiques (théorie des catégories, si vous voulez savoir - je peux faire pleurer la plupart des gens), mais ça peut être n'importe quoi.

Alors, dites aux gens que vous êtes un nerd, et ils sont plus susceptibles d'accepter qu'il y a des choses sur vous qu'ils ne comprennent pas - et n'ont pas besoin de comprendre ; ils doivent juste l'accepter, vraiment.

Edit

Donc, des exemples - je ne suis pas trop sûr de cela, en fait ; vous voyez, être ce que je suis est tout simplement naturel de mon point de vue. J'ai vécu plus de 60 ans maintenant, et j'ai évolué de la solitude à l'acceptation et parfois même au plaisir des contacts sociaux, mais lentement ; je trouve toujours qu'il est très difficile d'aller à une fête - il se passe trop de choses, et personne n'est intéressé à parler de choses que je trouve immensément fascinantes.

Mes manières exactes de faire face à la vie ne sont pas universellement pertinentes - les autistes sont probablement plus divers que la plupart, la raison étant que ce que j'appelle, faute d'un meilleur mot, les "gens normaux" ont une tendance naturelle à être comme les autres, à suivre la mode, etc. Cependant, je pense qu'il existe un noyau d'expériences partagées et que la divergence est le résultat de tous les intérêts que nous rencontrons en cours de route.

J'ai grandi en entendant beaucoup d'humour danois, de classe ouvrière, avec des bords assez rudes, et une chose que j'ai appris à utiliser avec un certain succès, c'est l'humour - et la "nerdité" est une forme d'humour, je pense - et je pense que les autistes ont plus souvent que la moyenne une imagination débridée ; j'ai personnellement dû beaucoup freiner cela, parce que sinon les gens ne savent tout simplement pas de quoi je parle. Par exemple, un collègue est venu un jour à mon bureau, l'air un peu pensif ; ma tentative d'être drôle était "Ah, vous êtes venu pour jubiler, n'est-ce pas ? - Je crois que je venais de lire une histoire drôle sur les conspirations, mais il avait l'air absolument bouleversé. Bien sûr, il n'avait aucun moyen de comprendre mon contexte, et je me sens toujours mal à ce sujet. Maintenant, j'aurais probablement dit quelque chose comme "Vous avez l'air inquiet - comment puis-je vous déprimer encore plus ? - Je pense que cela pourrait marcher ; j'ai constaté qu'injecter un peu de considération pour les autres dans ce que je dis aide souvent.

Je pense que ce que j'ai trouvé le plus utile est ma propre marque d'humour absurde (tant que je ne dépasse pas les bornes) ; je joue souvent sur les mots, en énonçant souvent des absurdités évidentes comme la Vérité absolue, et avec beaucoup d'autorité. Un exemple du premier serait quelque chose comme "Avez-vous fini ? Non, je suis danois", et d'autres comme "Avez-vous une morale ? Mon Dieu, mec, de quoi tu parles - bien sûr que non !" ou "Aimes-tu les enfants ? Mmm, oui". Comme je l'ai dit, j'ai été marqué par mon enfance.

Enfin, pourquoi est-ce que je pense que "embrasser le nerd qui est en vous" est une bonne idée, au moins si vous êtes autiste ? Eh bien, tout d'abord, il s'agit d'accepter ce que vous êtes - étant autiste, vous n'êtes pas susceptible d'être la vie de la fête, mais vous avez probablement une immense capacité d'apprentissage - pas seulement au sein de votre propre obsession étroite, mais dans n'importe quel domaine - et d'en profiter. La plupart des choses peuvent être apprises, et les compétences interpersonnelles sont, eh bien, juste des compétences, qui peuvent être apprises, même si c'est difficile.

Deuxièmement, il semble qu'il y ait actuellement une tendance pour les "nerd cool" - je ne comprends pas de quoi il s'agit, mais le manque de connaissances n'a jamais arrêté les gens dans le passé ; alors autant en récolter les fruits. Le "nerd chique" n'est bien sûr qu'une mode superficielle, mais vous êtes la vraie chose.

2
1
2019-10-18 17:02:30 +0000

Le problème est que vous vous approchez de ce qui est effectivement un critère non négociable dans un esprit de négociation. Vous dites à la personne "J'ai un problème XYZ, pouvons-nous faire cela ?", et naturellement la personne négociera et proposera des solutions, même si ces solutions ne sont pas souhaitables.

S'il n'y a qu'une seule solution que vous préférez, vous devez proposer la version sociale d'un choix de Hobson . Donc, en supposant que quelqu'un vous demande si vous voulez aller au cinéma, votre réponse serait

J'aimerais bien aller au cinéma, cependant, en raison de ma condition, il n'y a qu'un seul cinéma où je peux aller. Ne vous inquiétez pas si vous ne pouvez pas y aller, je ne pourrai tout simplement pas y aller.

En fait, vous faites un choix binaire : soit on y va, soit je ne pourrai pas y aller. Pour les questions diététiques au restaurant, par exemple, je dirais que je peux y assister, "mais je ne pourrai pas manger". En recadrant le film comme suit : "soit on y va, soit je ne peux pas faire X", il ne s'agit plus de négociation sociale mais de restrictions sociales, l'autre cinéma vous empêche de profiter du film, et donc vos seules options valables sont XYZ.

Si la personne conteste cela, cela se résume à savoir si c'est un endroit valable pour que vous y alliez ou si vous devez poliment refuser d'y aller.

1