Les relations interpersonnelles
2017-08-15 22:55:30 +0000 2017-08-15 22:55:30 +0000
84

Comment réagir lorsque quelqu'un est heureux que la souffrance de son proche s'achève bientôt à cause de la mort ?

J'ai récemment eu une conversation comme celle-ci :

Collaborateur : Je voulais juste vous faire savoir que je vais probablement sortir en début de semaine prochaine. Mon père est aux portes de la mort.

Moi : Oh, je suis désolé d'entendre ça.

Collaborateur : En fait, c'est une bonne chose. Il souffre de la maladie d'Alzheimer depuis des années et il en est arrivé au point où il a oublié comment avaler. Franchement, je suis content que sa souffrance soit sur le point de s'arrêter.

Comment répondre à cela ? Il semble qu'exprimer des condoléances ne soit pas ce que la personne souhaite, étant donné qu'elle a réagi de cette façon après que je l'ai dit la première fois. Mais je ne pense pas pouvoir me résoudre à dire que je suis heureux qu'une personne que je ne connais pas soit sur le point de mourir. Comment dois-je réagir à cela ?

Réponses [8]

90
2017-08-16 00:10:25 +0000

Il n'est jamais facile de faire face à la mort d'un être cher, même dans ces cas-là. La principale différence dans mon expérience est que le processus de deuil commence des années plus tôt... Ma grand-mère était dans un état similaire lorsqu'elle est décédée, elle souffrait depuis longtemps et elle n'était plus elle-même depuis des années. Pour la plupart, ma famille était heureuse qu'elle n'ait plus à souffrir comme ça.

Souvent, la meilleure chose à faire est de se présenter à leur retour de congé avec une demande de renseignements plus générale, par exemple :

Comment tenez-vous le coup ?

Ou :

Comment va la famille ?

Cela montre que vous vous souciez de leur bien-être, mais ne place aucune attente sur la façon dont ils devraient faire leur deuil.

90
41
2017-08-16 00:20:36 +0000

Il y a de fortes chances que si un proche souffre, il appréciera la sympathie, qu'il recherche ou non des condoléances. Il me semble que ce que vous voulez faire, c'est réagir de manière sympathique et compréhensive sans ignorer leur conviction que ce qui se passe est pour le mieux.

Dans une situation comme celle-ci, ce que je ferais, c'est "suivre leur exemple". Exprimer de la sympathie sur le sujet d'une manière qui suit les difficultés qu'ils expriment lorsqu'ils expliquent leur histoire. Après avoir entendu leur réponse, vous pourriez dire

L'Alzheimer est une maladie si difficile, c'est vraiment dur.

Parfois, les personnes en deuil s'efforcent de se concentrer sur le positif, et elles apprécient aussi les pensée positives. Cela peut être particulièrement vrai si vous remarquez que la personne semble maintenir un comportement positif même pendant une telle discussion. Pour cette raison, il ne peut pas y avoir de mal à dire quelque chose comme ça :

C'est bien que vous ayez la chance de passer un peu de temps avec lui maintenant.

En fin de compte, naviguer dans une situation sociale comme celle-ci est un défi et cela aide d'être conscient de la façon dont l'autre personne réagit et d'essayer de suivre son exemple d'une manière qui la mette à l'aise, en exprimant sa sympathie sans en faire trop. Vous ne pouvez jamais être certain de ce que quelqu'un ressent à l'intérieur, quel que soit le visage qu'il choisit de revêtir à l'extérieur. Mais quel que soit ce qu'il ressent, il est difficile de se tromper en exprimant une sympathie sincère et en offrant des pensées positives.

41
18
2017-08-16 03:37:33 +0000

Pour les nombreuses raisons évoquées ailleurs dans ce fil de discussion (il est préférable de suivre l'exemple de la personne en deuil, tout en lui offrant tout le soutien possible), je préfère rester simple. Cela devrait vous aider à éviter de dire accidentellement quelque chose qui pourrait avoir l'effet inverse de celui escompté.

je vous suggère :

Je suis sûr que ça a été terriblement difficile...

Il laisse la question ouverte, à savoir que le destinataire doit définir exactement ce que vous entendez par "ça" et pour qui vous voulez dire que ça a été difficile. Et quelle que soit la manière dont il choisira de le prendre, il sera presque certainement fidèle à la réalité. La plupart des gens prendront quelque chose comme cela pour signifier la définition qui se rapproche le plus de ce qu'ils pensent être vrai :

"Oui, cela a été terriblement difficile pour moi/nous /les enfants/sa femme/les soignants/le presque disparu.

S'ils disent quelque chose en réponse, écoutez attentivement et répondez aussi gentiment que vous le pouvez.

Si vous connaissiez la personne sur le point de mourir avant que la maladie ne prenne le dessus, il est toujours agréable d'interrompre le désespoir (ou tout ce que la personne en face de vous a ressenti) avec un bon souvenir de l'époque où elle était en bonne santé, heureuse et forte.

Personnellement, je vous suggère d'étouffer toute envie d'évoquer le décès de vos chers parents. Cela peut ressembler à de l'empathie, mais cela apparaît généralement comme superficiel et dédaigneux de leur épreuve. C'est leur heure. Commentez quelques mois après ou selon leur emploi du temps. Une exception possible est si votre expérience vous a permis de découvrir quelque chose qui serait définitivement utile ou dont vous pensez qu'ils en tireraient profit.

18
4
2017-08-16 15:54:22 +0000

Si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, je suis là pour vous.

Il n'y a rien que vous puissiez dire ici qui les fera se sentir mieux que de savoir que vous les soutenez pour cela. Ils n'ont pas besoin d'une conférence de votre part, d'un discours d'encouragement ou d'une anecdote philosophique.

C'est bien de leur faire savoir si vous avez eu affaire à quelque chose de similaire, mais ne le faites pas dans l'intention de les détourner de leur objectif. Ils doivent faire leur deuil, s'ils ont des questions qu'ils vont poser, sinon laissez leur le temps de traiter tout en leur faisant savoir que vous êtes là.

4
4
2017-08-16 17:14:31 +0000

Les condoléances sont toujours de mise ; le collègue a toujours perdu un être cher, même s'il estime que cela s'est déjà produit il y a quelque temps.

Sentiments tels que :

Je suis sûr qu'il est difficile de voir cela arriver à un proche

ou

On dirait que cela a été un processus difficile pour vous et votre famille

transmettre la reconnaissance/la sympathie que les difficultés ne concernent pas seulement la mort (qui peut en fait être un soulagement, comme l'a mentionné votre collègue) mais plutôt tout le processus de la maladie.

4
3
2017-08-16 18:43:52 +0000

Alors qu'un lien plus fort avec l'individu aimerait conduire à une réponse plus personnalisée, j'ai constaté que lorsque je n'ai pas de lien intime avec quelqu'un, une réponse raisonnable a été

"J'espère que cela se passera aussi bien que possible pour vous et votre famille, compte tenu des circonstances."

Assez générique, mais exprime ce que je ressens pour la personne et ne porte pas de jugement sur ce qu'elle peut faire pour faire face à la situation. Il est difficile de commencer à faire des suppositions sur ce que la personne ressent car cela pourrait conduire à un commentaire insensible malgré l'intention de la soutenir.

3
1
2017-08-16 00:57:16 +0000

Note : Cette question n'avait pas d'étiquette "États-Unis" lorsque j'ai écrit cette réponse , qui ne concerne donc pas spécifiquement les États-Unis ou la maladie d'Alzheimer, et l'approche mentionnée ci-dessous doit être utilisée non pas sans discernement mais avec prudence et sensibilité, en étant adaptée au cas individuel, en particulier dans les situations concernant les personnes dont les questions de fin de vie sont particulièrement difficiles. En outre, beaucoup de commentaires formulés dans le cadre de cette réponse sont en désaccord avec ces suggestions, ce qui indique qu'il existe des différences culturelles majeures dans ces domaines, mais je vais essayer d'expliquer comment nous avons tendance à consoler les personnes endeuillées dans de telles situations en Inde, qui est une société très religieuse, spirituelle et philosophique, avec en plus un respect générique pour les personnes âgées : ce type de consolation est généralement offert et bien reçu par les Indiens, mais les attentes culturelles peuvent être différentes dans d'autres parties du monde.


J'ai eu du mal à être d'accord avec le sentiment exprimé dans cette question (heureux que la souffrance de leur proche se termine bientôt, je veux dire), mais d'après mon expérience,

(1) dire quelque chose de sympathiquement philosophique dans cette situation, en particulier en soulignant les attributs positifs du défunt / de la personne atteinte d'une maladie terminale fonctionne bien pour composer le deuil et le mettre dans un état d'esprit contemplatif : comme lorsque l'être cher d'une personne est décédé à la suite d'une maladie. Voici quelques exemples que j'ai souvent utilisés ou entendus :

La mort vient à tous. Je devrais être fier de la dignité avec laquelle votre proche a fait son deuil. Je suis sûr que vous lui avez donné les meilleurs soins possibles (y compris les meilleurs soins médicaux possibles.)

Le moment du décès n'est pas à prédire - peut-être qu'ils vont encore tirer sur plusieurs jours et dans ce cas, qu'il en soit ainsi ! Lorsqu'ils seront décédés (ou en guise de condoléances : maintenant qu'ils sont décédés), nous pourrons célébrer leur vie et leurs réalisations, en particulier le nombre de personnes qu'ils ont pu influencer de manière positive.

Oh et bien, nous devons tous y aller un jour. Mais ceux qui ont connu votre bien-aimé se souviendront d'eux comme d'une grande personne tranquille.

Il faut un certain degré d'empathie sincère pour le dire efficacement, mais je me suis trouvé (je suis presque gêné de le trouver) très doué pour cela, parce que j'ai ressenti et communiqué ces sentiments de manière authentique, et j'ai été heureux de réconforter certaines personnes de cette manière, étonné aussi de voir à quel point elles se sont réjouies ! (cela ne fonctionne bien sûr pas pour une mort soudaine ou une personne dans un état critique après un accident ou une maladie soudaine, mais c'est adapté à votre situation).

(2) Si quelqu'un de votre famille avait traversé une maladie terminale similaire, il peut être bon de mentionner cela pour montrer que vous savez ce traumatisme, et la famille endeuillée n'est pas seule dans son expérience. Exemple :

Je sais ce que ça fait, mon grand-père a eu des crises cardiaques à répétition et a été en soins intensifs pendant un mois. C'était très dur pour lui, mais il s'est battu avec beaucoup de courage et je suis sûr que votre proche a fait de même.

(3) Si la personne endeuillée est une personne religieuse, il est courant d'offrir une consolation religieuse appropriée , ce qui fonctionne particulièrement bien (par rapport à toute autre approche) dans ces cas parce que la personne a la religion pour se consoler. Cependant, il ne faut jamais dire si la personne est non religieuse ou si vous n'êtes pas sûr.


Note : le mot souvent utilisé dans ce contexte est "délivrance" :

trop longtemps elle a souffert ; c'est pour elle une délivrance

[bien que je n'ai jamais vraiment pu ressentir cela, même lorsque mes 3 grands-parents sont passés par là : comme dans, c'est la force vitale en eux qui les a amenés jusqu'ici, et ils se battraient probablement jusqu'à la fin, donc ce n'est pas à nous de nous réjouir ou même de nous soulager pour leur délivrance ! Les philosophies peuvent être différentes, mais tous se battent pour vivre].

1
-1
2017-08-20 06:06:05 +0000

Vous pouvez répondre que seules les personnes qui prennent au sérieux leur sensualité --- y compris les opinions, idées, spéculations, fantasmes, croyances, conformité (ou absence de conformité) de certains comportements par rapport à ces idées, règles, fantasmes ...) --- ont la foi que la mort dissout toute souffrance, en prétendant qu'il n'y a rien de mal à la sensualité au préalable, qu'il est futile d'avoir de l'équanimité envers les sens, et que, même s'il y a quelque chose de mal à se soucier autant de la sensualité, à la mort cesse cette envie de plaisir sensuel et ce malgré le mécontentement sensuel.

Vous pouvez aussi ajouter que la souffrance semble plus du côté des personnes qui s'occupent de la personne âgée, que du côté de la personne âgée, en projetant leur foi en la sensualité sur leur manque spéculatif de sensualité semble être vécu par la personne âgée. Ces personnes ont raison de dire qu'être vieux et "malade" semble terrible, mais la solution pour cesser d'être vieux, triste et malade n'est pas la mort. Leur spéculation est naturelle et attendue de toute personne ayant foi en son hédonisme. La bonne nouvelle, c'est que même si cette foi est naturelle et stupide, elle peut être effacée pour faire cesser définitivement la "souffrance".

Voici la méthode pour arrêter d'être misérable une fois pour toutes, au lieu d'arrêter la tristesse pour un temps à la manière des hédonistes :


L'entraînement consiste à apaiser l'esprit pour préparer la personne à voir que "l'absence de passion pour la sensualité est bonne", (une fois que l'appétit pour la sensualité n'est plus une pulsion, il y a encore quelque chose à quoi s'arrêter, mais ce n'est pas important pour un débutant), le premier effet étant l'atténuation de l'attirance pour les pensées. Ainsi, la façon de procéder consiste d'abord à observer typiquement la respiration pendant quelques minutes, puis lorsqu'une distraction arrive, la personne se rappelle qu'avoir l'esprit de singe, rêver le jour, penser au passé et au futur, attendre des choses, penser à nos pertes, apporte la misère. Une fois que cela est fait, la personne retourne à quelque chose d'ancré et d'agréable (ou non) comme le corps ou la respiration (mais au début, regarder la respiration n'est pas agréable, et se transforme en ennui qui devient une excitation pour mettre fin à la médiation), donc on doit s'en tenir au corps et regarder comment il est confortable d'être en contact avec le support matériel (comme un lit, après une journée d'épuisement par le travail manuel) en relâchant toute tension dans le corps (généralement par les muscles). En général, lorsque l'on perd le focus sur la respiration ou le corps, les muscles du visage sont tendus et doivent être détendus.

Le point le plus important pour la médiation est que :

  • la joie ou le plaisir rend la personne concentrée (comme dans toute autre activité, si nous apprécions une activité, alors nous ne pensons pas à la faim, aux douleurs, à la fatigue, à l'avenir ; le plaisir nous fait continuer à faire ce que nous faisons)
  • mais les plaisirs qui ne viennent pas des sens sont bien meilleurs que les plaisirs sensuels (y compris l'intellect), ces plaisirs arrivent avec le premier jhana (les gens ne le voient pas)
  • la façon d'obtenir ce plaisir est d'abord de calmer l'intellect ce qui se fait en voyant qu'avoir l'esprit de singe est déplaisant et épuisant et que ce n'est pas en voulant l'arrêter, puis en gardant le focus sur le corps ou la respiration et en relâchant toute tension
  • la façon d'être moral, comme certains le disent, est la première étape pour diminuer l'esprit de singe [ne pas mentir, ne pas construire d'histoires, ne pas voler, ne pas se lancer dans le divertissement, la sensualité dès que possible, ce qui se fait en constatant que la peur de passer à côté de la vie sociale nous rend malheureux, et qu'il y aura autant de divertissement, d'occasions de s'amuser demain qu'il n'y en a aujourd'hui,

Faire cette ''méditation'' encore et encore fera disparaître la tristesse pendant la cession, même un peu après, mais une fois que la médiation n'est plus faite pour de bon, tout redeviendra comme avant. Certaines personnes normales se servent de leur foi dans le matérialisme pour s'appuyer sur les drogues afin d'atteindre ces états, et tôt ou tard, les effets disparaissent, apportant la tristesse. Le moyen d'arrêter d'être misérable une fois pour toutes est de méditer et de réfléchir ensuite à la source de cette misère, en acceptant de mettre fin à notre misère une fois pour toutes, en acceptant toute conséquence que cela entraîne [il s'avère que le prix à payer est d'arrêter de "profiter" des plaisirs par les 6 sens et de ne compter que sur les jhanas].

Par exemple, les gens affirment qu'avoir faim est une souffrance et qu'empêcher les gens de ressentir la faim, c'est les nourrir. C'est inefficace :

  • avoir faim
  • être mécontent de la faim
  • se nourrir
  • peut prendre du plaisir à manger
  • avoir à nouveau faim et ne pas aimer
  • => se nourrir n'est pas le moyen d'arrêter d'avoir faim et d'être mécontent de la faim

Même chose pour la fatigue. Les gens n'aiment pas la fatigue, et ils prétendent que le sommeil est le moyen d'arrêter être fatigué. c'est faux :

  • être fatigué
  • dormir
  • se réveiller
  • être fatigué à nouveau
  • => dormir n'est pas le moyen d'arrêter d'être fatigué

c'est ainsi que nous identifions la façon de voir que ce que nous avons fait jusqu'à présent dans la vie ne nous a pas empêché de nous sentir malheureux ; de même pour être "malheureux" :

  • être malheureux
  • lire un roman, rêver, peindre, avoir un but, des objectifs, des buts, quoi que fassent les gens normaux
  • se sentir malheureux à nouveau
  • => être diverti etc. n'est pas le moyen d'arrêter d'être malheureux dès que le mécontentement, l'ennui, la gêne, l'ennui, la douleur reviennent, aussi petits soient-ils, nous savons que cela a échoué quoi qu'il se soit passé entre les deux moments où nous avons été ennuyés et nous ne continuons donc pas à les faire, puisque notre seul but est d'arrêter d'être malheureux une fois pour toutes. C'est ainsi que l'on peut juger si une action, un discours ou une pensée est efficace pour mettre fin à la misère

Suivre la doctrine commence lorsqu'il y a une "volonté" de cesser d'être "malheureux", misérable, déçu, quels que soient les plaisirs (et leurs coûts) éprouvés jusqu'à présent. Le "plaisir inoffensif", physique ou non, que les gens désirent ardemment est agréable et si nous l'obtenons sans trop de travail, alors nous avons de la chance ; mais une fois que la stupidité de s'appuyer sur la sensualité est vue, la personne n'est pas poussée, vers quoi que ce soit, par l'ennui, les plaisirs ou les douleurs, dans la vie quotidienne, ni même ceux des jhanas, mais la personne est poussée seulement vers la fin de la foi en la sensualité et le devenir, et poussée seulement en sachant que cette méthode est la seule chose pertinente à faire (tant que la personne vit).

Bien sûr, toute personne normale est poussée vers n'importe quoi, par les goûts du moment (qui changent tôt ou tard), par ce qui est aimé et ce qui ne l'est pas, par les plaisirs et le fait d'éviter les douleurs et les épreuves (directement, ou en construisant une histoire selon laquelle le fait d'être dans la douleur, les déceptions, les épreuves, les difficultés, vaut la peine ou a un certain mérite ou est mérité). Cela vaut pour les gens normaux qui suivent cette méthode et pour les pulsions non corporelles, il peut y avoir un doute sur la foi (choisissez le mot que nous considérons comme négatif), de l'ennui dans leur vie, de la tradition, de la curiosité, la réalisation de leur fantasme de devenir justes, leur fantasme de la connaissance de la "vraie nature de la réalité".

Il s'avère que, pour les personnes normales, avoir des plaisirs non physiques rend l'esprit plastique, concentré, immobile, non agité. Même s'il subsiste des croyances en un dieu, en certains se vantant du succès des jhanas, des croyances en autre chose que la méthode, cet esprit est l'esprit idéal pour méditer sur la source de la misère et son extinction.

Les étudiants auront l'esprit sain, puisqu'on leur dit d'arrêter de s'inquiéter (et on le fait en s'isolant et en s'éloignant de toute cette agitation) de, d'être toujours vers des sujets "sociaux" (typiquement quelques concours, des hiérarchies, comme une carrière, une lutte sociale), ce qui est la base pour contempler, la continuation d'être toujours vers des douleurs/plaisirs corporels et l'ennui, avant de méditer sur leur misère ---- qui signifie en réalité " il y a la conscience qu'il y a encore de la misère, quoi qu'on ait fait avant ", il y a l'arrêt radical d'être triste, quelles que soient les conséquences que cela aurait sur cette existence et il y a leur acceptation, il y a seulement le souci de ne plus être malheureux ; puis il y a l'idée qu'"il y a de la misère, parce qu'il n'y a pas les objets désirés (tels que les voitures, les chauffages, les aliments, les voyages, être jugé innocent dans un procès, payer moins d'impôts, avoir la joie ou la fierté de donner quelques plaisirs à quelques personnes, se sentir utile à certains humains, exprimer certaines opinions sur quelque chose, prétendre être juste, avoir de la dignité, croire qu'ils se comportent en accord avec certaines règles), mais cette misère n'arrive que parce qu'il y a une prise de conscience, des sentiments et tout ce qui est toujours impermanent, incontrôlable, pas moi - moi - mine, ce que les gens appellent "ego" ou "self" par hasard, qui n'a pas donné ce qu'on voulait avant (pas pendant très longtemps), peu importe les efforts déployés pour conserver les bonnes expériences ; il n'y a plus de misère, une fois pour toutes, une fois qu'il n'y a plus de prise de conscience, en prenant pour base ces choses toujours impermanentes et incontrôlables, pas moi-meme" ; alors se produit le détachement vis-à-vis de toutes ces choses qui apporte la connaissance de la "vision juste" comme certains le disent ; alors l'étape naturelle et la seule pertinente à faire est de contempler-méditer pour régler cette vision juste une fois pour toutes et en finir avec la doctrine.

Avant cette méditation, la seule "tristesse" qu'il y a est la connaissance qu'il n'y a pas de contemplation effectuée, pourtant nécessaire pour terminer le chemin.

-1

Questions connexes