Les relations interpersonnelles
2018-08-21 14:47:31 +0000 2018-08-21 14:47:31 +0000
92

Comment faire face à un système de deux poids deux mesures lorsque mes collègues religieux considèrent qu'il est normal de discuter de religion, mais me demandent ensuite de ne pas le faire ?

Je travaille dans un petit bureau d'une dizaine d'employés, qui sont tous religieux à part moi.

Bien que je sois ouvert sur mon athéisme et que j'en parle sur mon blog, je fais attention à ne pas discuter de religion au travail. C'est-à-dire que je n'aborderai pas le sujet. Cependant, si quelqu'un d'autre en parle, je m'efforce de dire quelque chose. Comme j'ai été élevé en tant que chrétien et que j'ai lu leur livre, et que je suis allé à l'église pendant de nombreuses années, je suis assez à l'aise pour discuter de n'importe quel aspect de la question et j'en sais probablement autant que mes collègues, à l'exception de la croyance.

Récemment, un collègue m'a demandé de ne pas faire de commentaires parce que ses croyances sont très fortes et il s'est offusqué de quelque chose que j'ai dit, sans révéler ce que c'était. J'ai trouvé ce commentaire étrange, car la dernière fois que j'ai mentionné la religion, c'était il y a plusieurs semaines. Lors d'une réunion de bureau dans un restaurant, quelqu'un d'autre a évoqué le fait que le bacon était contre certaines religions. J'ai donc fait remarquer que le port de tissus mélangés et la consommation de crustacés sont également interdits, et j'ai fait remarquer que les règles de cette divinité semblent quelque peu arbitraires.

J'ai trouvé cela injuste, étant donné l'habitude de mon supérieur, qui dit souvent aux gens, si j'éternue, "Ne dites pas 'à vos souhaits'. Cela l'offense". Cela ne m'offense pas, mais son commentaire, oui. Ce n'est pas comme si quelqu'un avait littéralement l'intention d'accorder une sorte de bénédiction religieuse à chaque fois que quelqu'un éternue, de sorte que le résultat final est que mon athéisme est parfois évoqué comme un sujet de discussion, que je le veuille ou non.

La personne qui suggère qu'elle n'aime pas mes commentaires est très jeune et peu sûre d'elle. Comment puis-je lui dire poliment que je n'ai pas l'intention de faire de commentaires sur la religion, mais aussi lui faire comprendre que si le sujet est abordé, je peux en parler comme n'importe qui d'autre ? Et il n'aimera probablement pas ce que j'ai à dire...

Commentateur Erik m'a demandé où je me trouvais... Je suis à Johannesburg, en Afrique du Sud. Bien qu'il y ait une forte communauté athée en ligne, la plupart des gens sont religieux ici, et être athée est assez rare. Il est normal d'être le seul athée au bureau.

Réponses [16]

111
2018-08-21 15:27:51 +0000

Je suis athée, je connais personnellement beaucoup d'athées et de personnes d'autres religions et j'ai vu de nombreuses "discussions" se transformer en matchs de cris, c'est pourquoi je refuse de participer à moins de parler avec un ami proche.


C'est-à-dire que je n'aborderai pas le sujet. Cependant, si quelqu'un d'autre en parle, je m'efforce de dire quelque chose.

Question rhétorique : Je comprends que vous ayez les connaissances nécessaires pour en discuter, mais il est toujours ennuyeux de remettre en question les croyances religieuses (ou politiques) des gens. Si vous ne voulez pas inviter à ces discussions avec votre voisin de bureau, vous ne devez pas être réceptif à l'idée d'avoir une dispute au départ. Lorsque votre superviseur fait une remarque désobligeante, roulez des yeux et fermez les yeux. Faites comme si vous ne saviez pas de quoi il parle et ignorez toute question qui pourrait vous être posée. Le point essentiel qui est toujours soulevé contre mes amis athées lorsqu'ils essaient de débattre est qu'ils sont très condescendants et intolérants envers la religion, et qu'ils contestent toujours tout ce que quelqu'un dit sur la religion. Je comprends que vous n'agissiez peut-être pas ainsi, mais je ne sais pas si vous agissez dans la vraie vie. Soyez simplement la personne la plus importante et laissez-vous aller. Les gens cesseront de vous ennuyer autant si vous ne réagissez pas.

Maintenant, pour traiter avec votre superviseur, je vous recommande simplement de lui demander d'arrêter, en privé. Expliquez-leur que même s'ils pensent que c'est une blague, vous n'appréciez pas et vous voudriez qu'ils arrêtent. J'espère qu'ils seront réceptifs à cela, et pour maximiser vos chances de faire cesser ces commentaires, évitez d'être hostile ou trop direct afin de ne pas les contrarier. Déchiffrer ce que zanahorias a dit dans sa réponse :

Expliquez-lui comme vous l'avez fait pour nous : que les gens qui disent "bénis" ne vous offensent pas, mais que son commentaire le fait.

Bon conseil, j'aurais juste aimé pouvoir l'écrire un peu plus vite.


Bien que vous puissiez penser qu'il s'agit d'un double standard, vous avez déjà souligné que cette société est entièrement remplie de chrétiens sauf pour vous. Je ne serais même pas surpris si la situation inverse se produisait en ce moment, avec neuf athées contre un chrétien.

Je suis à Johannesburg, en Afrique du Sud. Bien qu'il y ait une forte communauté athée en ligne, la plupart des gens sont religieux ici, et être athée est assez rare. Il est normal d'être le seul athée au bureau.

Comme je l'ai dit plus tôt, contester les croyances de chacun peut vous faire perdre le respect à leurs yeux, alors soyez prudent. Un homme sage n'a pas dit un jour, après tout.

111
56
2018-08-21 15:03:09 +0000

Je vous suggère d'adopter une approche apologétique, mais ferme. Par exemple, vous pourriez dire :

Je m'excuse de vous avoir offensé avec mes commentaires sur la religion, et je ne ferai pas de tels commentaires sans y avoir été invité. Cependant, lorsque nous avons des discussions sur la religion, j'ai le même droit que vous de contribuer à la discussion. Je respecte vos convictions en matière de religion et j'attends de vous que vous respectiez les miennes, que vous soyez d'accord ou non avec elles. Il est clair que nous ne serons probablement jamais d'accord sur la religion, alors acceptons d'être en désaccord.

De cette façon, vous reconnaissez ses sentiments tout en gardant à l'esprit que votre opinion compte. Vous reconnaissez également votre différence de croyances et lui rappelez que vous êtes tous deux autorisés à avoir ces croyances, et qu'aucun des deux n'est supérieur à l'autre.

En ce qui concerne les commentaires "je vous bénis" de votre supérieur, je vous suggère d'en parler avec lui en privé. Expliquez-lui comme vous l'avez fait pour nous : que les gens qui disent "je vous bénis" ne vous offensent pas, mais que son commentaire le fait. De cette façon, votre point de vue est clairement communiqué mais votre patron ne se sentira pas mal à l'aise en étant appelé devant les autres.

Si/quand votre athéisme est évoqué dans une conversation contre votre volonté, dites simplement au groupe que vous préféreriez qu'il ne parle pas de vos croyances religieuses. Vous pourriez alors changer de sujet et choisir un sujet plus approprié.

56
24
2018-08-21 15:20:13 +0000

En tant que personne ayant des croyances fortes, vous avez peu de chances de vous faire des amis et d'influencer les autres en vous disputant avec des personnes qui ont également des croyances fortes. Cela ne veut pas dire qu'il faut se mordre la langue et ne pas s'exprimer dans ces conversations, mais simplement que le tact peut être très utile. À mon avis, et d'après mon expérience, le sujet est à débattre ou ne l'est pas ; les gens sont libres de discuter de leurs croyances ou ne le sont pas. L'idée que seuls les religieux peuvent parler de religion est un peu bête dans la plupart des contextes.

La chose qui tend à faire une grande différence, c'est la façon dont les croyances sont discutées. Le tact. Vous attaquez leurs croyances profondes ou vous discutez des vôtres ? Montrer une base de respect à vos pairs, et par extension à leurs croyances, peut grandement contribuer à rendre ces discussions moins douloureuses.

Croyez-moi, je sais combien c'est difficile dans certains cas... Je fais partie d'un groupe démographique que de nombreuses religions persécutent ouvertement, et même si c'est parfois difficile, j'essaie vraiment de ne pas leur exploser à la figure. Parfois, il est préférable de leur laisser voir de leurs propres yeux que leurs croyances sur les gens comme moi sont infondées. Cela ressemble souvent au travail de Sisyphe, mais c'est quand même mieux que de dénoncer leur(s) divinité(s) et de confirmer leurs idées préconçues. (Honnêtement, j'ai encore du mal à accepter cela, mais je fais un effort... Il peut être étonnamment cathartique d'attaquer en retour, même en sachant que c'est souvent contre-productif).

Donc... Plutôt que :

Vos croyances sur X sont incohérentes, fausses, et donc risibles.

Essayez :

Mes croyances sur X sont...

24
21
2018-08-22 18:04:20 +0000

Je vois plusieurs possibilités. Je pense qu'en fin de compte, si la discussion religieuse produit un conflit, la solution n'est pas d'insister sur votre droit de discuter, mais de leur demander de ne pas discuter.

La variété des moyens :

Exemple 1

Joe : "Pas de bacon pour moi".

Fred : "Est-ce que c'est parce que tu es casher ? Vous savez, cela voudrait aussi dire que vous ne pouvez pas utiliser de fibres mélangées (etc., etc., etc.). Votre religion semble assez incohérente"

Fred : "Ici, Fred est la personne qui a élevé la religion et qui s'est comportée de manière inappropriée" Joe : "Pas de bacon pour moi. "

Fred : "Oh, tu dois le goûter-- c'est délicieux."

Joe : "Je ne peux pas-- c'est un truc de religion."

Fred : "Je parie que tu portes des fibres mixtes (etc, etc., etc.). Votre religion semble assez incohérente"

Ici, Joe a évoqué la religion, mais seulement par nécessité. Fred est toujours en faute.

Exemple 3

Joe : "Club sandwich, s'il vous plaît."

Fred : "Vous savez qu'il y a du bacon ?"

Joe : "Pas de problème. Je ne suis pas casher."

Fred : "Ah. Je m'assurais juste que vous le saviez."

Ici, tout le monde va bien.

Exemple 4

Joe : "Dans ma religion, le bacon est interdit à cause de la raison et de la raison. Historiquement, cette raison et aussi la raison. Certaines personnes soutiennent aussi que c'est la raison"

Fred : "Vous savez, je me suis toujours demandé pourquoi les restrictions sur le porc sont strictement appliquées, mais d'autres qui sembleraient tout aussi importantes d'après le texte - par exemple, sur les fibres mélangées - ne le sont pas. Cela m'a toujours semblé incohérent"

Joe : "Oui, c'est parce que la raison - ou peut-être la raison"

Ici, à l'OMI, tout le monde va bien. S'il y avait une règle préexistante contre toute discussion religieuse, Joe a eu tort de la soulever, mais il me semble que tout le monde se montre civilisé.

Exemple 5

Joe : "Dans ma religion... (comme ci-dessus)"

Fred : "Vous savez, je me suis toujours demandé pourquoi... (comme ci-dessus)"

Joe : "Je n'apprécie pas que vous critiquiez ma religion."

Fred : "Hum. Je pensais que nous discutions de religion. Pas de problème, parlons de base-ball."

Joe : "Après tout, raison religieuse et raison religieuse."

Fred : "Joe ? Je comprends que vous ne voulez pas que je parle de religion, mais dans ce cas je dois vous demander d'arrêter de parler de religion"

Joe : "Tout le monde aurait pu aller bien si Joe avait reculé après ce qui semblait être un malentendu initial, mais Joe a tort de persister"

Exemple 6 Joe : "Dans ma religion...(nouveau commentaire)"

Fred : "Joe, nous nous sommes mis d'accord la dernière fois sur le fait de ne pas discuter de religion. Parlons de baseball."

21
15
2018-08-21 17:24:47 +0000

Je pense que vous avez raison quand vous dites qu'il y a un double standard. Je suis un hindou fervent et si je peux parler de mes croyances, vous, en tant qu'athée, êtes également autorisé à parler de vos croyances. (L'athéisme est considéré comme sa propre "religion" dans les écritures hindoues, parce que c'est un mode de vie qu'une personne adopte pour elle-même)

Le problème se pose parce que les gens le prennent généralement comme toutes les religions d'un côté (les croyants en Dieu) et les athées de l'autre. En fait, je ne suis pas d'accord avec cette façon de voir les choses. Mais puisque, comme vous l'avez mentionné, ils s'offusquent quand vous dites quelque chose dans le cadre de la conversation, je dirais "pourquoi s'en faire".

Il suffit de s'en aller, même si je pense qu'ils seront offensés même si cela arrive plusieurs fois. Une discussion ouverte nécessite un esprit ouvert et s'ils ne l'ont pas maintenant, je ne pense pas qu'ils l'auront dans un avenir proche. En tout cas, il est très important de garder la tête froide au travail et comme vous êtes seul dans votre façon de penser, vous devrez laisser tomber même si vous n'aimez pas ça.

15
10
2018-08-22 06:20:39 +0000

Je pense que la question importante que vous devez vous poser ici est la suivante : pourquoi est-ce devenu si important pour vous ?

Si la réponse est que vos collègues vous font sentir ridiculisé ou harcelé quant à votre identité d'athée, la réponse est claire. Vous devriez essayer de conclure avec eux un accord d'effort mutuel pour que personne ne se sente mal à l'aise à cause de son identité religieuse (ou non religieuse). Cependant, cela signifie que vous devez également vous engager à ne pas faire connaître votre point de vue sur la religion si celle-ci est discutée.

J'ai moi aussi été élevé dans le cadre d'une foi chrétienne et je ne suis plus religieux (ni athée, ni religieux). Je me sens donc relativement confiant pour contester votre affirmation selon laquelle vous en savez "autant qu'eux" sur le sujet. Vous n'avez que peu ou pas d'idée de ce que signifie le fait que cette religion soit une partie fondamentale de votre identité. Pour vous, elle est au mieux académique ; pour eux, c'est leur vie. Vos tentatives de discuter de la religion dans un sens purement factuel sont probablement une insulte pour vos collègues, tout comme un collègue avec des enfants pourrait être insulté par des conseils parentaux non sollicités de la part d'une personne qui se proclame de la secte sans enfants. Savoir beaucoup de choses sur une chose n'est pas la même chose que la vivre. Et discuter de quelque chose en tant qu'opposant connu est différent de discuter de quelque chose qui est un intérêt ou une partie de votre identité. Vous décrivez le collègue que vous avez offensé comme étant "peu sûr", mais être offensé par quelqu'un qui s'élève contre quelque chose qui vous tient à cœur chaque fois que l'on en parle me semble assez rationnel. Si j'aimais une émission de télévision et que chaque fois que je discutais du dernier épisode avec des collègues de travail, ce collègue qui était connu pour ne pas l'aimer ne cessait de souligner les lacunes de l'intrigue et le mauvais jeu des acteurs, je serais offensé et je considérerais leur comportement comme antisocial. Je m'interrogerais sur leur insécurité à vouloir semer la discorde juste parce qu'ils ne partagent pas quelque chose que tout le monde aime.

Je ne sais pas dans quelle mesure la discussion de vos collègues sur les questions religieuses est toxique, mais la bonne chose est qu'il est probablement en votre pouvoir de désamorcer quelque peu la tension actuelle. Comme tout le monde, à l'exception de vous, considère la religion comme une partie normale de sa vie, vous devrez accepter que la question soit soulevée. Si vous vous sentez déterminé à prendre part à ces conversations, plutôt que de souligner les défauts des anciens textes religieux, vous pourriez peut-être poser à vos collègues quelques questions sur le rôle de la religion dans leur vie. Vous pourriez être surpris de constater que leurs raisons d'être religieux ne sont pas celles que vous supposez. En retour, ils se sentiront probablement plus positifs envers vous pour ne pas supposer que vous en savez autant qu'eux sur cette partie intégrante de leur vie et voudront peut-être même vous poser des questions sur votre situation de non religieux.

10
7
2018-08-22 13:07:47 +0000

Retournez votre question.

Je réalise que l'inverse n'est pas exactement symétrique, mais c'est quand même un exercice utile dans les relations interpersonnelles.

Envisagez le scénario suivant : dans quelles circonstances serait-il approprié pour une personne religieuse d'interrompre une conversation sur les banalités de la religion par une discussion sur l'ardent au-delà qui vous attend ? Ou, de façon plus bénigne, de partager ses croyances pour tenter de vous ramener au bercail ?

Ce ne sera pas votre groupe de discussion athée en ligne.

Mais si c'était un ami de longue date ? Un ami avec qui vous avez une longue histoire de respect mutuel, qui le faisait manifestement par souci pour vous, etc. L'évangélisation (pour ou contre la religion) fonctionne mieux dans le cadre d'une relation solide. Cette personne ne vous fera peut-être pas changer d'avis, mais votre réaction à la tentative sera probablement totalement différente de celle d'un de vos collègues qui s'approcherait de votre bureau et vous dirait que vous allez en enfer.

Encore une fois, je me rends compte que les deux situations ne sont pas totalement symétriques, mais dans l'esprit de vos collègues ils ne vous prêchent pas le feu et le souffre, donc vous ne devriez pas faire de trous dans leurs conversations sur le christianisme. Et parce que je sais que les gens vont se plaindre même si j'ai déjà ajouté deux réserves, rappelez-vous que le fait que cette pensée soit justifiée ou non est sans importance : vous essayez de vous entendre avec vos collègues. Essayer d'avoir une discussion rationnelle et logique sur un sujet qui pour eux éclipse la raison humaine ne va pas permettre de se faire des amis dans le cadre d'une relation de travail.

Tout cela, bien sûr, passe par la fenêtre s'ils commencent par exemple à se moquer de l'athéisme, alors c'est leur comportement qui viole le contrat social tacite "vivre et laisser vivre".

7
7
2018-08-21 17:59:59 +0000

Je vais adopter une approche différente des autres réponses, et je suggère plutôt à vos collègues de se familiariser davantage avec le domaine de Apologetics s'ils ont l'intention de "parler boutique" autour de vous. L'apologétique est la défense systématique de la croyance religieuse par le biais d'un argument logique.

L'apologétique étant si bien établie, il n'y a aucune raison pour que vos collègues se rabattent sur un faible déni lorsqu'ils sont confrontés à une contradiction apparente. Au contraire, cela devrait les motiver à faire des recherches et à trouver la source de la contradiction, et les doctrines qui la résolvent.

Sans oublier qu'il est hypocrite de suggérer que vos affirmations athées sont offensantes alors que leurs affirmations chrétiennes ne le sont pas. Chaque fois qu'ils disent quelque chose comme ça, vous pourriez simplement le leur renvoyer :

Eh bien, votre insistance à dire qu'il est un Dieu offense ma conviction profonde qu'il n'y en a pas.

Pour paraphraser Monty Python, ce n'est pas un argument, c'est juste une contradiction. C'est idiot, et en plus cela étouffe le flux du dialogue interreligieux qui est le fondement des sociétés qui valorisent la liberté religieuse.

Ceux qui sont impliqués dans l'apologétique le savent et apprécient un bon débat religieux. Leur foi est suffisamment forte pour résister à quelques coups ; de plus, ils peuvent eux-mêmes donner quelques bons coups. Je soupçonne que, s'ils font un peu de recherche, ils peuvent trouver des contre-arguments à la plupart (si ce n'est à toutes) des positions "athées" typiques.

Plutôt que d'écarter les croyances de vos collègues, je me concentrerai sur ce qui suit :

  1. Leurs croyances et pratiques religieuses ne vous offensent pas parce que vous savez ce que vous croyez être vrai. De même, vos croyances ne devraient pas les offenser, s'ils sont tout aussi fermes dans leurs convictions.

  2. Il existe toute une école de philosophie chrétienne, datant de 2000 ans, qui soutient la défense libre et rationnelle de la croyance chrétienne.

  3. Le débat religieux peut en fait renforcer leurs convictions, surtout s'ils avancent un argument que vous (l'athée) ne pouvez pas contrer. En gros, faites-leur savoir que votre présence en tant qu'"opposition loyale" peut être pour leur propre bien, en ce sens qu'elle approfondit leur compréhension de la pensée chrétienne et fait passer leur croyance de la simple foi à une base plus stable et plus rationnelle. Sinon, s'ils appréhendent trop une petite discussion amicale, ils peuvent toujours éviter le sujet lorsqu'ils sont autour de vous.


Cela dit, le problème est que cela se passe sur le lieu de travail, où vous ne pouvez pas partir et où vous avez des tâches à accomplir. Malheureusement, cette situation est laissée à la discrétion de votre employeur, bien qu'elle soit limitée par le droit du travail. Ceci semble être la partie la plus pertinente :

S6 de la Loi sur l'équité en matière d'emploi : "Nul ne peut exercer une discrimination injuste, directe ou indirecte, à l'encontre d'un employé, dans le cadre d'une politique ou d'une pratique d'emploi, pour un ou plusieurs motifs, y compris la race, le sexe, la grossesse, l'état civil, les responsabilités familiales, l'origine ethnique ou sociale, la couleur, l'orientation sexuelle, l'âge, le handicap, la religion , la séropositivité, la conscience, les convictions, les opinions politiques, la culture, la langue, la naissance ou pour tout autre motif arbitraire". En d'autres termes, si vos collègues sont libres de discuter de religion sur le lieu de travail, votre employeur ne peut légalement vous empêcher de le faire. Si le sujet est abordé (par exemple, "cela m'offense"), vous pouvez toujours mentionner que ce n'est que juste que vous ayez votre tour.

7
3
2018-08-22 14:30:57 +0000

Je me vois en vous.

Bien que je n'aie pas tout à fait le même scénario (je suis athée mais dans un environnement plus favorable aux athées), je suis végétalien et j'ai plutôt le même genre de situations à ce sujet.

Il m'arrive d'avoir des gens qui se mettent sur la pointe des pieds quand on commande de la nourriture non-végétarienne au restaurant, même si je m'en moque vraiment (comme votre patron qui suggère que dire "à vos souhaits" est offensant pour vous) et si les gens disent des choses que je considère comme stupides ou mal informées sur mon régime alimentaire, ou sur les régimes non-végétariens, j'ai souvent tendance à m'immiscer dans ce que je perçois alors comme une conversation amicale, mais qui est en fait un antagonisme avec un sourire. Je ne peux pas m'empêcher d'aborder le sujet lorsqu'il est abordé.

Il est très probable que vous vous soyez établi comme étant en contre-position de la religion, pas seulement pour vous-même, mais pour les autres. Toute conversation que vous avez sur le sujet renforcerait l'idée que vous êtes en fait antagoniste, même si ce n'est pas le but recherché.

Vous représentez des opinions contraires où tout le monde est dans une chambre d'écho d'accord, et cela mettra les gens sur les nerfs. Vos collègues sont normaux, vous ne l'êtes pas. Vous représentez une menace pour la normalité, vous êtes la preuve qu'il y a plus d'une façon de vivre sa vie. Les croyances sont souvent étroitement liées à l'identité, et les remettre en question, même indirectement, est essentiellement une attaque personnelle. La façon dont les gens s'y prennent est plus variable. Votre jeune collègue offensé se sent probablement mal à l'aise pour ces raisons plus que pour toute autre chose.

Donc pour répondre à la question, demandez-vous si vous voulez être :

1) . ..un défi-cadre dans la vie de vos collègues

ou si vous préférez simplement...

2) ...vous entendre avec eux.

En supposant que ce soit le premier cas, réfléchissez très attentivement à la façon dont vous parlez de la religion. Vous voudrez vous assurer que vous êtes vraiment en train de débattre plutôt que de simplement les défier quand ils ne s'y attendent pas. La plupart des gens ne s'attendent pas à un débat sur des sujets auxquels ils croient.

En supposant le second, mordez-vous la langue et ne contribuez pas à des conversations sur des sujets religieux, sauf si on vous demande votre avis. C'est la solution la plus simple que je puisse envisager pour votre problème. C'est un environnement professionnel et les croyances personnelles des gens, aussi répandues soient-elles, ne devraient pas avoir d'incidence sur celui-ci.

Cette deuxième solution fonctionne plutôt bien pour moi la plupart du temps.

3
2
2018-08-21 16:35:30 +0000

Vous pourriez peut-être demander s'il existe une politique selon laquelle un sujet spécifique serait hors sujet et ne serait pas abordé au bureau, en l'occurrence la religion.

Il est facile d'y penser en utilisant un autre sujet. Par exemple :

Vous pensez qu'une équipe de football particulière est la meilleure, elle ne peut pas faire de mal ; même si elle est arrivée en dernier.

Tous vos collègues pensent la même chose, à propos d'une équipe différente.

ou

Vous devez avoir la fenêtre du bureau ouverte, pour l'air frais ; cela affecte votre santé. Vos collègues s'inquiètent aussi de leur santé, mais ils veulent que la fenêtre soit fermée. La majorité des gens ont généralement raison ou tort, mais si vous pouvez expliquer que le fait d'avoir une conversation mène à des sentiments négatifs, ne favorise pas la productivité et n'a rien à voir avec le travail que vous faites, peut-être les gens conviendront-ils que c'est une perte de temps. C'est certainement ce qui fait que quelqu'un (ou un ou plusieurs groupes) se trompe. En l'absence de preuves pour étayer sa position et de nécessité de la faire valoir, il est préférable pour tout le monde de trouver autre chose à discuter, comme le travail.

2
1
2018-08-28 18:04:29 +0000

Il est important que si quelque chose vous met en colère ou vous frustre, vous n'en parliez pas tant que vous n'êtes pas rassuré ou frustré. Vous devez attendre. Puis, à un autre moment, approchez la personne et demandez-lui si elle se souvient de l'incident. Vous pouvez alors lui dire que ce qu'elle vous demandait ou dont elle parlait vous mettait dans une situation impossible. Vous lui dites de ne pas recommencer, s'il vous plaît. Cela devrait leur donner un indice en ce sens que leur divertissement léger a des conséquences durables et que vous souhaitez qu'ils arrêtent.

1
1
2018-08-25 12:40:34 +0000

Il peut être utile d'envisager le problème objectivement, sans l'angle religieux. Si vous pouvez garder cet angle en dehors de l'analyse initiale, votre problème est presque résolu, si vous voyez le problème sous-jacent, qui est un sujet de débat, littéralement, une question de manières et de politesse comme une question de rhétorique.

Si vous êtes un peu comme moi, vous essayez d'être provocateur. Vous exigez une position égale parce qu'elle n'existe pas. Les autres peuvent être prêts à l'accorder, mais pas plus. Vos actions sont paradoxales, car vous essayez de les impliquer dans une discussion qui devrait aboutir à la conclusion qu'il n'y avait rien à discuter. C'est de la subversion.

Provocation interrompt souvent le discours, en essayant de prendre la tête de la discussion. Mais si vous changez le sujet de la discussion, c'est destructif. En complément : considérez la pro-vocation comme le fait de parler (voco) avant les autres, ou plutôt, d'essayer de le faire lorsque les autres parlent, comme une perturbation. Vous pouvez donc avoir l'air agressif et destructeur

Au lieu de cela, vous pouvez essayer d'être constructif. Vous avez besoin d'un ensemble d'axiomes (votre hypothèse de travail) et d'un ensemble de valeurs de base (vérité de base) -- Même si vous n'avez pas de vérité de base, c'est votre vérité de base. Cela va sans dire, littéralement. En outre, votre souhait de participer à la discussion de l'heure du déjeuner devrait valoir la peine. Si c'est un sentiment mutuel, alors, à tout le moins, si vous testez vos arguments avec leur aide, cela dépend de la coopération. L'argument doit donc être accessible, digeste et ouvert à la discussion. La preuve par la contradiction peut fonctionner, si la question est très simple, mais sinon la loi du milieu exclu ... eh bien, elle exclut le compromis.

Un ton intransigeant peut violer le principe d'ouverture, à tel point qu'il ne doit pas être pris au sérieux. Les propositions ne sont que cela. Alors qu'une question sert plus qu'à offrir une proposition, parce qu'elle sous-tend également les propositions, celles-ci se classent comme dépendantes de prédicats modulaires.

La modalité en question ici est de savoir si vos convictions sont plus fortes, ce qui dépend des convictions de l'autre. Compte tenu de ce qui précède, vous pouvez facilement supposer que les autres convictions ne sont que des propositions qu'elles mettent à l'épreuve. Le mieux que vous puissiez faire est donc d'être un exemple de votre propre conviction. Si cela n'inclut aucune croyance religieuse, ne construisez pas votre propre croyance sur l'incrédulité s'il y a suffisamment de croyance partagée sur laquelle s'appuyer.

Cela devient difficile si l'incrédulité empiète sur votre propre croyance, je sais, mais c'est le plus souvent la conséquence d'affaires plutôt mondaines. Votre patron suppose une protection pour vous. Essayez d'accepter le mérite.

1
1
2018-08-22 07:50:17 +0000

Selon le degré de confrontation que vous souhaitez, vous pouvez demander à cette personne de cesser d'exprimer ses opinions religieuses en votre présence - ou vous pouvez simplement vous éloigner, de manière métaphorique, en disant quelque chose de non engageant ou en indiquant que vous vous en fichez. Mais ces deux scénarios sont loin d'être idéaux, car ils conduisent inévitablement à un conflit - ce dont vous avez vraiment besoin, c'est d'une sorte de trêve, où vous pouvez être fidèle à vous-même et exprimer vos opinions, et où ils peuvent sentir que vous n'attaquez pas quelque chose qui est important pour eux.

C'est vraiment difficile, parce que d'une part, vous avez clairement le sentiment que c'est plutôt oppressant ; d'autre part, les personnes religieuses sont assez souvent fondamentalement peu sûres d'elles - c'est du moins mon expérience - et se sentent facilement offensées et ont l'impression que vous êtes sur leur dos.

Ce que j'ai appris au fil des ans, en travaillant au Royaume-Uni avec des collègues d'horizons très divers, c'est d'être ouverte, directe et respectueuse dans mon athéisme. C'est peut-être plus facile pour moi, parce que je m'intéresse vraiment aux autres cultures, je vais donc m'informer sur leurs traditions, etc. et je vais aussi exprimer mon manque total de croyance en matière religieuse. Le respect est un élément central ici - j'essaie de trouver un terrain d'entente plutôt que d'attaquer leurs croyances ; toutes les cultures dont je suis conscient partagent un grand noyau de valeurs morales, des choses comme l'honnêteté, la loyauté, le souci de la famille et des enfants, etc. Cela établit une relation dans laquelle vous pouvez être en désaccord sur des questions plus périphériques sans provoquer de conflits majeurs.


En conclusion, je pense que vous devez chercher un compromis qui soit acceptable pour toutes les parties concernées. Découvrez pourquoi cette personne estime que vous êtes trop, et soyez prêt à accepter que c'est un véritable problème pour elle, même si c'est insignifiant à vos yeux. Ensuite, travaillez ensemble pour établir un protocole qui fonctionne pour les deux.

1
1
2018-08-23 04:15:30 +0000

Je jouerais la sécurité. Le fait est que s'il n'est pas juste que quelqu'un fasse des commentaires qui peuvent offenser l'un de vos penchants et vous tienne ensuite pour responsable de lui avoir fait la même chose, il vaut mieux ne rien dire qui puisse l'offenser si cela n'est pas vraiment nécessaire.

Par exemple, en tant que Juif, j'entends souvent parler des idées fausses sur la Bible. Si je suis impliqué dans une conversation où il est question de la Bible, je ne ferai pas d'effort pour la corriger à moins que les autres personnes ne s'intéressent à mon opinion. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles exprimer mon opinion peut être offensant, il vaut mieux l'éviter.

1
1
2018-08-25 10:00:26 +0000

**

Peut-être que vous ne devriez pas, cependant.

Imaginez un savant allemand et un savant français -- le savant allemand aime parler de l'allemand, et le savant français aime parler du français -- tout cela bien et bien. C'est moins bien si le savant allemand dit : "La littérature française est horrible, contradictoire, stupide, une perte de temps, et les gens qui l'aiment sont des idiots. "Il serait peut-être juste d'expliquer l'athéisme, s'il devient un sujet de conversation : "Est-il vrai que vous n'aimez pas que les gens vous disent 'à vos souhaits' ? Mais ne prenez pas cela comme une carte blanche pour critiquer les autres ou leur religion. Une des caractéristiques d'un "sectaire" est l'opinion selon laquelle "seulement ceci est vrai, tout le reste est faux" - peut-être ne devriez-vous pas faire la même chose vous-même ?

Peut-être que votre attitude envers les religions pourrait être, "ne critiquez pas ce que vous ne comprenez pas". Bien sûr, il est légitime que vous décidiez qu'une religion ne vaut pas la peine d'être apprise, ni comprise -- mais quand je dois tracer une ligne quelque part (ce que tout le monde fait, surtout en matière de religion) alors je la trace quelque part comme là -- c'est-à-dire que vos opinions en tant qu'athée sont en quelque sorte hors sujet quand le sujet est la religion.

Je ne pense pas qu'il soit un "double standard". C'est comme si mes opinions en tant que végétarien étaient hors-sujet lorsque les gens parlent de leur consommation de viande -- et ils pourraient savoir que je suis végétarien, il serait cependant impoli (peut-être inamical, intolérant, tendant vers l'intolérable ou l'insupportable) d'intercaler mes opinions désapprobatives dans la conversation chaque fois qu'ils discutent du sujet entre eux en ma compagnie. Les gens connaissent déjà mon opinion, plus ou moins, et s'ils veulent en savoir plus, ils peuvent me le demander.

"La tolérance religieuse" suggère de ne pas critiquer leurs opinions, mais de les laisser libres de choisir les leurs. Et ne faites pas d'une critique de leur opinion une religion.


Incidemment, je pense que c'est plus ou moins la politique de Stack Exchange, par exemple -- sur les sites religieux, répondre aux questions sur une secte sans critiquer gratuitement les autres ; et sur stackoverflow, répondre aux questions sur un langage de programmation sans critiquer les autres. Dans le même ordre d'idées, envisagez d'utiliser I-messages " :

Dans la communication interpersonnelle, un I-message ou une I-déclaration est une affirmation sur les sentiments, les croyances, les valeurs, etc. de la personne qui parle, généralement exprimée sous la forme d'une phrase commençant par le mot "je", et est mise en contraste avec un "you-message" ou une "you-statement", qui commence souvent par le mot "vous" et se concentre sur la personne à qui on parle. Par exemple, dire " I believe this" est beaucoup plus poli que de dire " You are stupid to believe that". Si un message "I" contient des "you-messages", cela peut être problématique dans des situations de conflit. Et dire "I believe you're stupid" n'est pas un bon exemple de politesse.

1
0
2018-08-22 15:13:49 +0000

D'après la façon dont vous décrivez les choses, il semble que ce que vous considérez comme une "discussion" de ces choses est perçu par vos collègues comme une "attaque", même si vous ne faites qu'énoncer des faits objectifs ("la Bible dit mot pour mot...") de façon neutre. Votre commentaire

Et il n'aimera probablement pas ce que j'ai à dire...

montre que vous réalisez que même vos commentaires neutres sont susceptibles d'irriter certaines personnes.

Je suis religieux et tout au long de ma scolarité j'ai été constamment entouré de personnes qui m'"attaquent", la plupart du temps par des observations et des commentaires généraux (comme dans votre exemple) mais parfois directement en m'attaquant moi et ma religion. C'était difficile au début, mais au fur et à mesure que j'entendais ce que les gens disaient, j'ai progressivement développé une capacité à identifier où, au vu de mon ensemble de croyances, la logique de leurs déclarations s'effondrait et je ne me sentais plus menacé par de tels commentaires. Il semble que votre collègue en soit encore au stade "c'était difficile au début" d'une évolution qui est parallèle à la mienne, du moins peut-être. Il y a beaucoup de choses que je pourrais dire pour l'aider, mais ce n'est pas lui qui pose la question.

Pour répondre à votre question, je pense qu'il est important d'avoir une conversation honnête où vous essayez de comprendre exactement ce que vous avez dit qui l'a offensé, de voir si c'est quelque chose que vous devriez réparer/vous excuser, et d'essayer de mieux vous comprendre. Ensuite, vous pouvez lui expliquer qu'il n'est pas juste qu'il s'attende à pouvoir discuter de religion mais qu'il vous enlève le droit de le faire. Et de votre côté, vous devez évaluer les commentaires que vous faites pour voir si leur intention est de simplement converser sur un sujet ou si (peut-être sans le savoir) vous essayez en fait d'attaquer leurs croyances. Dans ce dernier cas, je pense qu'il est probable que vous vous offenserez à nouveau si ces commentaires se poursuivent.

0

Questions connexes