Les relations interpersonnelles
2018-04-26 11:11:12 +0000 2018-04-26 11:11:12 +0000
52

Comment donner efficacement un dernier avertissement ?

Je suis une personne très calme. Vous pouvez m'insulter ou me harceler longtemps avant que je ne réagisse vraiment.

Mais quand je réagis, j'ai tendance à passer de 0 à 100 en quelques secondes (réfléchissez, de l'air visiblement mécontent à une forte altercation physique). Je ne suis pas du genre à chercher les ennuis et ma première réaction au harcèlement est d'essayer de me retirer de l'équation, car il est souvent inutile d'essayer de débattre avec quelqu'un qui veut juste vous gâcher la journée. Mais comme vous le savez, ce n'est pas toujours aussi simple.

Aujourd'hui, j'étais dans une telle situation. Je ne pouvais pas m'en aller comme ça. J'étais au point d'ébullition, alors j'ai donné un dernier avertissement mais, sous l'effet de ma colère, j'ai l'impression de ne pas avoir été très bon pour expliquer clairement la situation.

Ça ressemblait à quelque chose comme :

"Écoute, va-t'en maintenant ou tu n'aimeras pas ce qui va arriver."

Heureusement, dans ce cas particulier, la situation s'est résolue d'elle-même par l'intervention d'une force extérieure (un flic de passage). Sans cette intervention, j'ai l'impression que la situation se serait aggravée car le délinquant n'a pas vraiment compris ce que je voulais dire.

Ma question est la suivante : **Comment dois-je formuler un dernier avertissement (ou une dernière menace) pour espérer que la situation s'améliore ? (ou que je puisse au moins dire "je vous avais prévenu")

Pour donner un peu de contexte, disons que la personne à qui je parle est un étranger et que nous sommes dans un lieu public (dans la rue, dans un parc ou à un arrêt de bus. )


EDIT : Je ne me mets jamais dans une telle situation avec des gens que j'aime, les gens qui m'amènent à ce niveau de colère ne peuvent pas être mes amis. Je ne cherche donc pas à "être gentil et amical" avec mon interlocuteur. J'essaie de leur donner une dernière chance de faire marche arrière avant de leur défoncer la tête, parce que je n'aime vraiment pas frapper les gens (et ils n'aiment pas ça non plus.) mais je le ferai s'ils le cherchent.

Réponses [12]

60
2018-04-26 12:20:27 +0000

L'essentiel est qu'aucun d'entre vous ne se sente responsable de la tension entre vous. Si votre interlocuteur a l'impression que vous lui dites "C'est de votre faute", il est probable que vous n'arriverez pas à trouver une solution, mais qu'il se sentira plus en colère qu'il ne l'est déjà. D'un autre côté, si vous assumez la responsabilité de la tension, vous vous sentirez probablement beaucoup plus proche de votre point d'ébullition. C'est ce que je n'aime pas dans la formulation :

Je suis désolé, mais vous m'avez poussé trop loin.

ou

Je n'en peux plus, arrêtez.

Cela dit, la technique que j'ai utilisée à quelques reprises est quelque chose qui va dans le sens de :

Écoutez, cela a dépassé le cadre d'une discussion saine, alors je mets fin à cette conversation tout de suite. Nous pourrons en parler plus tard.

Si vous devez poursuivre la conversation avec eux, vous pouvez faire une approche légèrement modifiée :

Écoutez, cela va au-delà d'une conversation saine ; je mets fin à cette discussion tout de suite. Parlons d'autre chose.

Et puis ne répondez tout simplement pas à _tout ce qu'ils disent. S'il existe un moyen de vous éloigner de la personne (utilisez n'importe quelle excuse, allez aux toilettes ou autre), quelques minutes pour vous calmer vous feront probablement beaucoup de bien.

60
36
2018-04-26 18:13:27 +0000

Je suis un sociopathe borderline qui a de graves problèmes de colère et qui a désespérément besoin de conseils. Je préférerais ne pas être arrêté pour coups et blessures après vous avoir sévèrement battu mais, si vous persistez à poursuivre cette conversation, cela ne m'empêchera pas de le faire.

Cela peut faire rire à moitié, mais cela risque aussi de faire reculer l'autre partie avec précaution.

Avant d'en arriver à une autre situation de ce genre, vous pourriez envisager de trouver un conseiller pour une thérapie et/ou une gestion de la colère. Ce type de réaction de colère peut indiquer un problème sous-jacent qui doit être traité.

36
23
2018-04-26 12:31:43 +0000

Une compétence importante pourrait être d'apprendre à repérer le cadre temporel autour de 50

Mais quand je réagis, j'ai tendance à passer de 0 à 100 en quelques secondes

A ce moment-là, vous aurez plus de contrôle. Vous devez savoir que ce que la personne dit/fait vous déplaît, même si vous n'êtes pas encore en colère.

** N'attendez pas d'être en colère.**

Maintenant, pour la section des phrases de base, les autres ont suggéré vraiment, mais comme vous n'êtes pas encore en colère, elles vous sembleront moins menaçantes car vous aurez toujours le contrôle de votre voix, de votre visage, etc.

Mais qu'en est-il :

Je ne pense pas que nous serons d'accord sur ce point, alors que diriez-vous d'un changement de conversation

Si vous voyez arriver une conversation dont vous savez qu'elle sera déclenchée pour vous, un exemple pour moi serait Brexit.
Une fois qu'il est établi que la personne n'est pas du même côté du débat que vous, dès que vous vous rendez compte qu'elle n'est pas un débatteur éloquent qui peut soulever des points alternatifs intéressants qui vous encourageront à réfléchir, c'est le moment d'intervenir. Avant qu'ils ne déclarent la ligne du tueur que vous savez venir et dont il n'y a pas de retour.

23
19
2018-04-26 18:11:37 +0000

Vous ne devriez vraiment pas chercher à rendre votre dernier avertissement aussi efficace que possible. Vous devriez plutôt chercher à élaborer des avertissements que vous pouvez donner avant cela pour détourner la situation.

Le style de vie que vous décrivez comme étant celui d'une personne presque toujours calme, mais qui prend ensuite rapidement de la vitesse semble souhaitable. En fait, à bien des égards, il est souhaitable. Cependant, il a un défaut fatal, qui est le fil du rasoir. Il y a un point où vous passez de 0 à 100, et tout le monde doit voir ce que cela signifie. Cela signifie que tout le monde autour de vous doit savoir exactement où se trouve ce point à l'avance.

Le problème avec les signes comme les "derniers avertissements" est qu'ils n'ont pas qu'une seule interprétation. Imaginez la situation suivante : vous choisissez un "dernier avertissement". Juste pour le plaisir, je vais choisir "Vous ne m'aimerez pas quand je serai en colère" de Bruce Banner. Maintenant, vous utilisez ça juste une fois autour de mon enfant. Mon enfant verra comment nous avons réagi et il se souviendra immédiatement de cette phrase. Chaque fois qu'elle voudra un yaourt ou sa poupée préférée, elle dira immédiatement : "Tu ne m'aimeras pas quand je serai en colère", en essayant de nous faire réagir de la même façon que tu l'as fait avec la même phrase. Il va sans dire qu'après avoir été utilisée plusieurs fois (et que le mignon s'épuise), cette phrase perdra son sens pour nous. Quand vous l'utiliserez, ce ne sera plus aussi important... ce qui est un problème. Maintenant, il faut trouver une nouvelle phrase. Mon enfant a fait disparaître la vapeur de votre dernier avertissement. (les bambins enlèvent la vapeur de beaucoup de choses...)

Donc la société ne vous donne jamais vraiment un bon "dernier avertissement" en forme fermée. Ils n'existent tout simplement pas. Ce sur quoi vous devriez vous concentrer est ce que WendyG a mentionné : ne vous concentrez pas sur le dernier avertissement avant de passer à 100, concentrez-vous sur ce que vous pourriez dire et faire à 50. Pratiquez des choses qui peuvent être faites sans aller à 100, et dont vous pouvez revenir. Plus important encore, pratiquez des choses que vous pouvez revenir de même si elles ne correspondent pas immédiatement à vos souhaits. Il n'y a aucune garantie dans la vie que vous puissiez obtenir ce que vous voulez. C'est comme ça que ça marche.

Si vous voulez vraiment un bon "dernier avertissement", il doit être personnel. Pas seulement personnel pour vous, personnel pour eux. Un dernier avertissement doit être quelque chose qui les touche au plus profond de leur âme, et c'est toujours une chose personnelle. Ce ne peut pas être quelque chose que quelqu'un vous a donné sur Internet. Nous ne pouvons même pas vraiment vous indiquer la bonne direction, parce que la bonne direction est 100% spécifique à la personne que vous avertissez. Il faut que ce soit quelque chose d'assez personnel pour qu'ils puissent traduire tout ce que vous dites et faites par "Jusqu'à présent, je vous ai traité comme une personne, comme le montre le fait que je peux me connecter avec vous à ce niveau personnel en ce moment. Je ne peux pas garantir que vous continuerez à être traité comme une personne après ce point". Cet avertissement ne peut être donné que s'ils sont convaincus que vous les voyez tels qu'ils sont, à l'heure actuelle.

Je vous recommande donc vivement de vous en tenir aux 50, plutôt qu'aux 0 et aux 100. C'est l'endroit où vous pouvez trouver des avertissements qui sont valables et répétables, plutôt que d'avoir à trouver quelque chose d'unique à chaque individu.

Maintenant, si je peux faire une suggestion personnelle (est-ce que c'est juste sur IPS ?), si vous voulez ne pas perdre le contrôle comme ça, trouvez un très bon professeur d'arts martiaux. Peu importe ce qu'ils enseignent, trouvez un bon professeur et apprenez ce qu'ils font. Je trouve que les professeurs d'arts martiaux sont parmi les plus efficaces que je connaisse pour vous apprendre à safely tendre la main de 0 à 99 et à revenir sans rien faire que vous regrettiez (souvent sans blesser ni faire de mal à personne). Si vous voulez être capable de fonctionner en mode "dernier avertissement" en planant à 99, en étant complètement sous contrôle et en choisissant de ramper jusqu'à 100 ou non, ils vous enseignent cette compétence.

Mais donnez-leur du temps. Les bons professeurs savent que si vous êtes quelqu'un qui passe de 0 à 100 en quelques secondes, ce n'est pas de 99 qu'il faut s'inquiéter, c'est de 1, car comme vous l'avez décrit vous-même, 1 mène à 2 mène à 3, inexorablement à 100. Les bons professeurs vous aideront à garder la tête à 1, en vous donnant le choix de monter à 100 ou de redescendre à zéro. Ils vous apprendront ensuite à garder la tête à 2, puis à 3. C'est une approche bien plus difficile que le simple fait d'avoir un "dernier avertissement", mais elle est extrêmement efficace pour résoudre un grand nombre de problèmes que vous souhaitez résoudre, à partir du contenu de votre question.

19
11
2018-04-28 14:38:22 +0000

*Version courte : Votre but est la domination. Changez votre objectif *

Ma question est la suivante : comment formuler un dernier avertissement (ou une dernière menace) afin d'espérer que la situation s'améliore ? (ou que je puisse au moins dire "je vous avais prévenu")

L'idée de base est erronée.

Vous pouvez désamorcer la situation en vous éloignant simplement.

Le problème est que vous ne cherchez pas un moyen de désescalader, vous cherchez un moyen de gagner, soit en gagnant la dispute, soit en intimidant l'autre personne pour qu'elle fasse marche arrière.

Ce n'est pas de la désescalade. C'est de l'escalade.

Qu'est-ce qu'une "menace" pourrait être d'autre qu'une escalade ? Considéreriez-vous que quelqu'un vous menace comme une désescalade ? Non. Vous considérez cela comme une escalade (et d'après ce que vous dites, comme une excuse pour les frapper).

Vous menacez, ils menacent, vous menacez plus, ils menacent plus ...

Le problème ici est que votre but n'est pas de désamorcer l'escalade, mais de gagner.

Changez d'objectif ou modifiez la définition de la victoire en "reconnaissant que cet argument n'a pas de fin heureuse et utile et que s'en aller est la chose la plus proche d'une victoire".

Pour donner un peu de contexte, disons que la personne à qui je parle est un étranger relatif et que nous sommes dans un lieu public (dans la rue, dans un parc ou à un arrêt de bus.)

S'éloigner. Ignorez. Ne répondez pas.

Quelle importance si un parfait étranger n'est pas d'accord avec vous ou si vous n'êtes pas d'accord avec lui ?

Quel est l'avantage de ne pas s'éloigner ?

Quel est l'inconvénient de ne pas s'éloigner ?

Qu'est-ce qui est le mieux ?

EDIT : Je ne me mets jamais dans une telle situation avec des gens que j'aime, les gens qui m'amènent à ce niveau de colère ne peuvent pas être mes amis. Je ne cherche donc pas à être "gentil et amical" avec mon interlocuteur. J'essaie de leur donner une dernière chance de faire marche arrière avant de leur défoncer la tête, parce que je n'aime vraiment pas frapper les gens (et ils n'aiment pas ça non plus.) mais je le ferai s'ils le cherchent.

Wow.

Cette interprétation se justifie tout à fait d'elle-même. Il n'y a pas du tout d'autocritique ici.

Ce sont des situations que vous avez créées vous-même. Vous pouvez contrôler le résultat en vous éloignant, en n'engageant pas une discussion.

Vous vous engagez volontairement dans la discussion. Vous cherchez vraiment une excuse pour dominer l'autre personne ( et c'est de cela qu'il s'agit...) : vous voulez dominer l'autre personne ! ).

Voyez cette situation pour ce qu'elle est.

J'essaie de leur donner une dernière chance de reculer avant de leur défoncer la tête, parce que je n'aime vraiment pas frapper les gens (et ils n'aiment pas ça non plus.) mais je le ferai s'ils le cherchent.

C'est une "logique" terrible.

C'est une question de "eux" qui doivent faire marche arrière. Vous ne pouvez pas contrôler ce que font les autres (et encore une fois, il semble qu'il s'agisse de ce que vous voulez faire : contrôler les autres). Reconnaissez que c'est un fait.

Ils ne cherchent rien : c'est vous qui cherchez. Vous cherchez un moyen de dominer.

Et de façon très alarmante, vous pensez que frapper quelqu'un (en lui fracassant la tête !) est un moyen raisonnable de gagner une dispute.

Ce n'est pas le cas. C'est un moyen raisonnable d'obtenir une condamnation à vie pour tentative de meurtre.

Reculez. Reculez. N'essayez pas de "gagner" ou de "dominer" d'autres personnes.

Il s'agit simplement de ce que vous voulez, pas du tout de ce qu'ils veulent.

11
5
2018-04-26 11:13:53 +0000

Eh bien, vous avez plus ou moins répondu vous-même.

Stop, c'est mon dernier avertissement. Enfin, sérieusement, c'est le dernier. Je n'aime pas ça et je veux que vous arrêtiez maintenant de faire [ce qu'il/elle fait qui vous contrarie].

C'est très clair, aucun malentendu n'est possible sur le fait que vous demandez sérieusement de ne pas continuer, et si l'autre personne continue, vous pouvez dire que vous l'avez clairement avertie.

Si l'autre personne ne voulait pas vraiment vous ennuyer, mais qu'elle l'a fait involontairement, il est certain qu'elle comprendra. Si elle voulait vous ennuyer, elle arrêtera si ce n'était pas son intention de s'envenimer, mais elle s'envenimera si c'était le cas (dans ce cas, vous n'avez pas pu faire grand-chose).

EDIT : parce que l'édition OP

Même si vous avez l'intention d'attaquer physiquement l'autre personne, vous ne devez pas le dire à ce stade, puisque vous faites la dernière tentative pour résoudre pacifiquement le problème, alors essayez de ne pas avoir l'air agressif.

Si cela ne fonctionne pas, NE L'ATTAQUEZ PAS, il vaut mieux partir si vous le pouvez. Si vous allez vraiment l'attaquer (ce que vous ne devez pas faire), menacez-le d'abord verbalement (ce serait la dernière tentative pour éviter une dispute, mais pas de façon pacifique).

5
5
2018-04-26 13:41:48 +0000

Comment donner efficacement un dernier avertissement ?

C'est une situation très intéressante. Dans le passé, j'aurais essayé d'utiliser l'humour ou la distraction et de faire ma sortie.

Il y a cependant des individus qui sont sérieusement perturbés et qui peuvent choisir de provoquer pour le plaisir. Certaines de ces situations, lorsqu'il s'agit de couteaux, ont des conséquences fatales.

Donc l'évitement, la passivité totale et la recherche de moyens pour prendre mes distances avec la cause sont les objectifs numéro 1.

Si cela est impossible, une explication simple de ce que j'essaie de réaliser serait énoncée. Si cela ne sert à rien et qu'il est probable qu'il y ait un conflit, je demanderais quel est leur objectif et ce qu'ils recherchent. Je m'approcherais alors d'eux et leur demanderais quelque chose juste derrière eux, pendant qu'ils sont distraits de faire ma sortie.

Donner trop d'informations sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire n'aide pas, car c'est d'abord une provocation.

Vous pourriez utiliser un téléphone portable pour prendre un appel, puis vous excuser parce que vous devez vous dépêcher de rencontrer quelqu'un qui se trouve juste au coin de la rue, en lui présentant vos excuses pour l'intervention de l'appel.

Une autre approche consiste à aller vers l'étranger le plus proche et à entamer une conversation comme si vous le connaissiez ou à entrer dans un magasin ou à la porte d'entrée d'une maison, pour montrer que la provocation devra s'intensifier si elle doit se poursuivre.

Jouer le jeu que l'autre partie n'a pas réussi à vous provoquer, et que vous avez juste mal compris tout ce qu'elle fait les rend confus, car souvent ces personnes comptent sur l'intimidation et la peur et sont jetées si cela ne fonctionne manifestement pas.

Une fois, deux jeunes gens ont essayé de m'agresser en demandant du feu. J'étais habillé de façon décontractée, donc ils n'avaient aucun moyen de mesurer l'avantage ou non de faire avancer les choses. Je me suis juste excusé de ne pas avoir eu quelque chose de ce genre et j'ai continué. Parce que j'ai ignoré toutes les implications de ce qu'ils faisaient, ils ne savaient pas quoi faire.

5
5
2018-04-27 22:41:13 +0000

Votre description ressemble étrangement à celle d'une personne en colère tranquille (je ne sais pas s'il existe un meilleur nom). Si la plupart des gens savent qu'il existe différents types de personnes et ont également entendu parler de certains cas spécifiques comme celui des autistes, les types de _ colère silencieuse_ sont pour la plupart inconnus du grand public. Ils sont décrits par exemple par Marc McYoungs "Cheap shots, Ambushes and other lessons" et j'ai également vu la même description dans un autre livre d'autodéfense d'un instructeur du SAS.

Les personnes en général sont de plus en plus bruyantes et agitées si elles se mettent en rage. Elles ont également besoin de temps pour se mettre en mode combat. Ce n'est pas le cas pour les types de colère silencieuse.

Si un type de colère silencieux est menacé, il devient inhabituellement silencieux. Ils sont visiblement pâles, ce qui signifie que leur corps les prépare à une réaction de combat ou de fuite : Le sang afflue dans leurs extrémités, leur rythme cardiaque augmente, les capteurs de douleur s'éteignent. On pourrait croire qu'ils ont peur, mais leur mâchoire se serre et tout leur corps se tend comme un ressort qui s'arme.

S'ils sont dans cet état, ils essaient souvent de quitter les lieux parce qu'ils savent que cela leur arrive et qu'ils veulent sortir de cet état. Si jamais vous rencontrez une telle personne (surtout le paling est un cadeau),_ ARRÊTEZ IMMÉDIATEMENT CE QUE VOUS FAITES, LAISSEZ-LE RETRAITER ET PARTEZ.

Si une personne ne suit pas ce conseil et accuse / suit / enrage encore plus le type colère tranquille (oui, même essayer de discuter est hors de question), elle sera attaquée d'un coup avec férocité et mise à terre jusqu'à ce qu'elle ne soit plus perçue comme une nuisance. Le type colère silencieuse combat dans cet état avec une force et une durabilité accrues.

Oui, c'est mauvais.

Sont-ils mauvais, psychopathes ou mentalement perturbés ?
Peut-être, mais c'est peu probable, ils sont de toutes tailles, formes et alignements de caractères.

Ont-ils un problème de gestion de la colère qui pourrait être atténué par une aide professionnelle ?
Pas vraiment, bien qu'il puisse être capable de retarder l'accumulation, une fois l'accumulation atteinte, il est trop tard ; c'est comme demander à un épileptique d'arrêter sa crise.

Que faire

Marc McYoung qui prétend souffrir de cette condition a préféré éviter. Identifiez les situations ou les configurations possibles qui peuvent évoluer vers une situation poilue, voyez-les à l'avance et évitez-les. Comme l'a expliqué M. vsz, le danger est que tôt ou tard, quelque chose de vraiment moche se produise et que les autorités interviennent et fassent de la prison.

Si une situation commence à mal tourner, essayez de détourner l'attention et partez.

  • Une belle manoeuvre consiste à agir et à dire que vous êtes malade et que vous devez sortir/aller dans les buissons. L'agresseur peut choisir de ne pas le croire et risquer de se faire vomir dessus (ce qui n'est pas une expérience agréable) ou de vous laisser partir.

  • Tactique de confusion en agissant de façon irrégulière. Par exemple, quelqu'un veut vous intimider et vous dit "Donne-moi ton argent". Vous regardez votre montre, en disant à la personne impassible "Il est 14h15" alors qu'en réalité il est 23h et vous continuez à marcher. Certaines personnes sont tellement préparées à la réaction habituelle que tout ce qui est inhabituel les déstabilise et qu'elles ont besoin de temps pour retrouver leur calme.

Comme d'autres l'ont suggéré, je ne pense pas qu'il y ait un "dernier avertissement" vraiment efficace. Les réponses plus polies disant que vous vous retirez de la discussion et que vous partez devraient être plus que suffisantes pour dire aux gens de vous lâcher, mais les brutes et les gens qui se gâtent pour une bagarre l'ignoreront.

Résistez à l'envie de trouver des rationalisations pour vous battre. Certaines personnes veulent se mettre dans une position où elles sont "forcées" de se battre parce qu'elles perdraient la face ou elles se positionnent (inconsciemment) de telle sorte qu'elles ne peuvent plus partir.

Rappelez-vous que de nombreuses cultures ont besoin de "sauver la face" et que si elles se dégonflent, elles ont encore besoin d'une rationalisation pour arrêter de se battre. Soyez attentifs aux signes qui montrent qu'ils battent en retraite, mais qu'ils font encore du bruit (menaçant ou insultant) pour se faire valoir.

Si un combat semble inévitable, vous pouvez déclencher une attaque (pour que les gens puissent voir que vous vous défendiez) en lui jetant un mauvais œil. Soit l'altercation commence tout de suite, soit ils se retirent. Fixer quelqu'un est un déclencheur de bagarre, mais les juges ont entendu cette excuse spécifique "Il m'a mal regardé" tellement de fois qu'elle n'a aucun mérite.

5
4
2018-04-27 01:23:07 +0000

Prenez une longue et profonde respiration.

"Je suis désolé, mais vous me mettez mal à l'aise. J'aimerais avoir un peu d'espace s'il vous plaît" Restez calme, dites-le à voix haute.

Tout simplement, si quelqu'un essaie de vous faire réagir, il ne s'attendra pas à ce que vous soyez poli. Si ce n'est pas le cas, ils pourraient s'en rendre compte. La menace de violence est tout à fait inutile si vous n'y donnez pas suite. Il serait mauvais d'y donner suite.

S'ils continuent, appelez à l'aide à voix haute. Ne menacez pas, n'aggravez pas la situation.

4
3
2018-04-27 23:42:01 +0000

Peut-être une réponse simple et directe comme :

Cette conversation doit se terminer. Je dois partir avant de devenir violent.

(Remplacez "devenir violent" par tout ce qui vous semble approprié, comme "perdre mon sang-froid", "perdre le contrôle", etc)

Cela communique efficacement la gravité de la situation et peut également avoir un effet désarmant puisque vous montrez votre vulnérabilité en demandant de l'aide pour éviter quelque chose que vous ne voulez pas qu'il arrive, plutôt que de menacer. Le fait que ce soit une bonne chose ou non dépend de votre interlocuteur et de la question de savoir s'il va profiter de vous pour cela ou vous respecter.

3
3
2018-04-27 02:37:34 +0000

Répondez à la question suivante :

Est-ce que je veux lui faire du mal ?


Si la réponse est OUI :

ARRÊTE, LA VIOLENCE N'EST JAMAIS LA RÉPONSE.
Même si vous avez raison, vous perdrez toute raison que vous pourriez avoir au moment où vous envahissez physiquement l'autre. Si l'interlocuteur vous harcèle, les tribunaux existent pour une raison, il vous suffit de choisir de quel côté du tribunal vous voulez être.
Si vous ne pouvez pas contrôler ce sentiment, trouvez un thérapeute, un psychologue ou un conseiller, mais ne faites de mal à personne.


Si la réponse est NO :

Chaque fois que vous êtes confronté à une situation comme celle-ci, regardez votre interlocuteur dans les yeux et dites-lui : "Je veux que ce soit clair aujourd'hui !", "Qu'est-ce que vous essayez de faire ?", "Je vous ai fait quelque chose de mal dont je ne suis pas conscient ?", "J'essaie de vous comprendre, expliquez-moi ce qui se passe ?
Si, à un moment donné, vous vous rendez compte que vous avez affaire à une personne déraisonnable, qui ne gère pas bien les faits et plutôt "inventer une réalité alternative" pour justifier toute idée préconçue à votre sujet, LAISSEZ, évitez ce genre de personnes à (presque) tout prix, même si vous devez changer légèrement votre routine quotidienne, faites-le, ne vous laissez pas dévorer par les vampires énergétiques, ils sont psychiquement et mentalement malsains pour vous.


* Soyez ferme, montrez que vous êtes sérieux dans vos paroles en ne détournant pas le regard ou en clignant trop des yeux et en gardant un rythme vocal, mais ne montrez aucun signe d'agressivité psychique, comme fermer les poings ou faire des mouvements similaires, cela lui donnera une excuse pour vous agresser et _vitera tout espoir d'une issue civilisée. C'est un équilibre difficile à trouver, mais vous trouverez le bon équilibre avec le temps.


Notes:

  1. Ne laissez personne vous insulter, vous harceler ou vous diminuer d'une quelconque manière, jamais ! Dites ce que vous pensez chaque fois que cela se produit et assurez-vous d'obtenir le respect que vous méritez.
  2. Cette réponse a été donnée tardivement et le PO a déjà accepté la bonne réponse, en espérant qu'elle aidera les futurs utilisateurs.
3
0
2018-04-27 07:26:27 +0000

Cela dépendra des situations, de la nature de la personne. En effet, certaines personnes se sentent très gênées même au premier avertissement. Elles n'ont pas besoin d'un deuxième ou d'un dernier avertissement. Mais avant de donner le dernier avertissement à quelqu'un, vous devez juste vérifier les conditions, les raisons pour lesquelles la personne n'a pas pu travailler selon les instructions du dernier avertissement. Il se peut qu'elle ne soit pas habituée à ce travail, à quelle vitesse avez-vous atteint le dernier avertissement ? Donc, parfois, le dernier avertissement fonctionne, mais pas souvent.

0

Questions connexes