Les relations interpersonnelles
2018-01-10 14:34:57 +0000 2018-01-10 14:34:57 +0000
25

Comment puis-je aider mon proche à surmonter sa peur, surtout si je ne la comprends pas ?

Tout est dans le titre, mais au cas où cela serait important, il y a un contexte :

Je n'ai pas peur des choses (araignées ou serpents ou sang ou aiguilles ou quoi que ce soit) et je ne comprends pas vraiment comment/pourquoi les gens ont peur de ces choses.

Par contre, mon meilleur ami a peur de certaines choses.

Un exemple typique est celui des aiguilles : Je donne mon sang et il est d'accord avec moi sur son importance, mais il ne me rejoint jamais à cause de sa peur des aiguilles (il vient parfois mais ne reste pas avec moi pendant qu'on me prend mon sang). Il VEUT le faire, mais il ne peut pas (je ne l'ai jamais poussé ou mis sous pression à ce sujet, il veut vraiment le faire, parce qu'il pense que c'est la bonne chose à faire).

Donc notre problème est : Parfois, nous ne pouvons pas faire les choses que nous voulons faire à cause de la peur.

Je comprends que la peur n'est pas quelque chose de rationnel et je parle de la peur des choses "que l'on peut toucher" (comme les animaux, les objets, pas la peur de mourir ou la peur des hauteurs ou la peur des accidents/accidents de voiture).

Ce que j'ai essayé jusqu'à présent :

  • Être rationnel à propos de ces choses : Il est d'accord, mais il n'ira pas plus loin (OK, l'araignée ne me mangera pas/me tuera mais je ne la toucherai pas de toute façon (j'ai toujours besoin d'être là quand il y a une araignée dans la maison))

  • Travailler sur l'origine de la peur quand c'est possible (ça a plutôt bien marché mais pas toujours applicable ; parfois, il n'y a pas de raison rationnelle derrière la peur ou je ne comprends pas/savoir d'où elle vient)

  • Être insistant et lui montrer après "Tu vois, ce n'était pas grave" : Ça a marché une fois pour une petite peur, ça n'a pas marché du tout pour une plus grande - je ne recommencerai pas

  • Soyez un exemple : Même chose que le numéro 1. Il me regarde faire avec le truc, me dit que c'est bon mais que ça ne va jamais plus loin.

Alors la question principale est:

*Comment puis-je l'aider à surmonter sa peur ? (Quand il veut surmonter sa peur ou au moins vouloir faire des choses même s'il a peur. Je n'essaierai pas de l'aider avec une peur qu'il n'est pas prêt à affronter) *

Sous-question : Comment puis-je avoir une meilleure compréhension de ses peurs qui pourrait me permettre de l'aider ?

Edit 11/01/2018 :

A ceux qui disent que ces peurs sont mineures et que nous pouvons vivre avec : Oui, je suis d'accord, nous le pouvons et nous le faisons. Mais il y en a beaucoup, certaines dont il veut se débarrasser et d'autres qui m'agacent vraiment. L'objectif principal est de l'aider à surmonter ses peurs et peut-être que plus tard, quand il les aura surmontées, il voudra affronter celles qui m'ennuient ou je pourrai le convaincre gentiment qu'il serait bon de les travailler. J'ai/nous avons besoin de conseils parce que cela améliorera certaines/beaucoup de choses dans notre vie si nous parvenons à gérer certaines craintes, mais sinon nous ne rompons pas.

Je prendrai quelques heures pour traiter chaque réponse et je suivrai les conseils concernant l'exposition, et le fait de faire de petits pas (et de ne pas trop le materner) et j'apprécie vraiment le temps que vous avez pris pour m'aider. Merci à tous :) J'accepterai une réponse bientôt (beaucoup de bonnes réponses !) et j'essaierai de revenir dans quelques jours/semaines pour donner un feedback sur la situation !

Encore merci à tous !

Réponses [9]

14
2018-01-10 17:24:08 +0000

Mon partenaire a peur des hauteurs, et des aiguilles. Il ne peut même pas regarder si quelqu'un se fait piquer à la télévision. Il peut se faire vacciner, même s'il n'aime pas ça, et il a eu la chance de ne pas avoir besoin de beaucoup de perfusions ou d'échantillons de sang. Sa peur des hauteurs va jusqu'à ne pas être d'accord avec le fait que je regarde par-dessus une balustrade de vigie ou que j'aille près du bord d'une falaise. Cela a gâché quelques randonnées au cours des décennies.

Les deux se sont améliorés de façon spectaculaire au cours des 5 dernières années, plutôt accidentellement. Nous avons fait un voyage étonnant qui comprenait de nombreuses randonnées qui longeaient les bords des falaises sans garde-fous, ce à quoi nous ne nous attendions pas. (Ces pays ont des approches différentes de celles de l'Amérique du Nord en matière de garde-corps.) Il n'a pas eu d'autre choix que de marcher sur les sentiers élevés pendant un certain temps, et il est maintenant beaucoup plus à l'aise avec certaines hauteurs, même s'il ne va pas les chercher. De plus, je suis tombé très malade et j'ai subi des traitements IV, des prises de sang, des opérations chirurgicales, etc. depuis environ 18 mois maintenant. Pour la plupart de ces opérations, il a dû m'accompagner et m'aider, par exemple en sachant quand serrer ma main et quand la lâcher. Ce niveau d'exposition a également réduit la peur qu'il ressent.

Si votre partenaire veut vraiment donner du sang, vous pouvez essayer ensemble d'y parvenir. (Ne faites pas cela si c'est vous qui voulez qu'il donne du sang ou pour surmonter sa peur). La première étape, que vous faites, consiste à venir avec vous et à en voir tous les aspects, sauf celui du don. La deuxième étape serait de venir avec vous, mais de vous détourner pour la partie concernant l'aiguille. Il aura les sons et toutes les autres expériences, et pourra vous voir là avec l'aiguille dans votre bras sans problème. Après quelques autres fois, il pourrait regarder le bâton (mais il n'est pas obligé, je ne regarde pas mes aiguilles entrer. Mais je garde les yeux ouverts car cela permet à l'aiguille de mieux entrer, je ne sais pas pourquoi). Finalement, il pourrait être prêt à faire un essai. Il serait utile qu'au fil du temps, vous fassiez connaissance avec certains des techniciens du sang, afin de vous assurer d'une première tentative compatissante et agréable. Croyez-moi, ils varient sauvablement et certains sont directs et brusques tandis que d'autres travaillent avec vous pour que tout se passe bien.

En général, les peurs des gens sont les leurs, et c'est à eux de les affronter ou de les vivre. Je ne veux pas qu'on me "forme" pour que je sois prêt à me garer dans un parking souterrain ou dans d'autres choses qui me font peur. Si les craintes de votre partenaire vous freinent, il est bon de travailler ensemble sur ses comportements. Et s'il exprime le souhait de faire quelque chose, vous pouvez lui proposer votre aide. Mais guérir sa peur n'est pas votre tâche ; ne l'assumez pas.

14
8
2018-01-10 22:21:48 +0000

Comment l'aider à surmonter sa peur ?

En bref, encouragez-le à consulter un psychothérapeute. Les thérapies comportementales et systémiques/stratégiques ont été testées à plusieurs reprises comme étant des méthodes efficaces pour résoudre les problèmes phobiques.

Les personnes souffrant de problèmes phobiques ont tendance à utiliser une ou plusieurs stratégies pour soulager leurs réponses phobiques, qui - involontairement et inconsciemment - maintiennent souvent la réponse phobique.

Parmi ces stratégies, il y a l'évitement, la recherche d'aide et la préparation.

En tant que partenaire d'une personne souffrant de problèmes phobiques, la réaction de "recherche d'aide" peut vous affecter particulièrement :

Je ne peux pas faire X, mais quand tu es avec moi, je peux.

Obtenir de l'aide de l'autre personne est bien sûr un signe de soutien et d'amour, mais en même temps, cela envoie un message (involontaire) de

Je ne suis pas capable de faire cela tout seul.

Donc, à court terme, l'assistance sera vécue comme un soulagement, mais après cela, on maintient le problème et on l'aggrave en diminuant continuellement ses attentes d'être capable.

Encourager votre SO à faire face à des situations redoutées (mais inoffensives) est certainement utile ; l'aider à le faire pourrait avoir des effets négatifs.

Lorsque vous consultez un psychothérapeute, vous pouvez discuter avec lui pour évaluer les stratégies permettant d'aider réellement votre SO.

8
3
2018-01-10 20:10:57 +0000

Vous pouvez lui apporter un soutien moral lorsqu'il veut surmonter une peur, et vous pouvez l'aider à trouver des moyens de le faire très progressivement (c'est plus ou moins ce que font les professionnels pour traiter une phobie, et obtenir un traitement professionnel serait également une option).

L'idée serait de trouver quelque chose d'assez proche de la peur pour qu'elle soit au moins légèrement dérangeante, et de l'y exposer jusqu'à ce qu'elle ne le soit plus. Ensuite, trouvez la chose la moins dérangeante suivante, si elle n'est pas trop grave, et essayez de vous y habituer.

Donc, si une araignée dans la pièce est trop, que dire d'une araignée enfermée dans une cage. Et une photo d'une araignée ? Et une histoire d'araignée ? Et le mot "araignée" sur un morceau de papier scotché au réfrigérateur ?

Donc, on pourrait dire que le mot "araignée" sur un morceau de papier n'est même pas un peu dérangeant, mais une histoire avec des araignées l'est un peu. Il lit donc des histoires d'araignées jusqu'à ce que ce soit juste ennuyeux, puis il se sent bien avec des images d'araignées qui ne montrent pas trop de détails. Etc.

Vous pourriez trouver que parfois il n'y a pas de chemin assez graduel pour que cela fonctionne - par exemple, passer de regarder d'autres personnes se faire prélever du sang à se faire prélever son propre sang semble être un assez grand saut, sans étapes intermédiaires évidentes. Sans l'aide d'un professionnel, je serais probablement très conservateur dans mes choix.

Cela fonctionnera probablement mieux que l'option "être insistant" et essayer de tout prendre en charge en même temps.

Le fait d'être un exemple ou de travailler sur l'origine de la peur ne fonctionnera probablement pas très bien - il sait déjà que c'est irrationnel, mais savoir ne fait pas disparaître la peur.

En tout cas, il y a un échange risque/récompense à considérer pour tout cela. Peut-être que ne pas donner de sang et rester à l'écart des araignées est juste plus facile et ne vaut pas la peine de perdre la peur. Les exemples donnés semblent avoir certaines conséquences négatives, mais elles sont assez mineures.

Une autre façon de l'aider est d'accepter qu'il décide que les choses vont bien telles qu'elles sont. D'après les exemples donnés, il semble que ses craintes mineures n'aient pas vraiment d'effet négatif sur votre vie, et si c'est le cas, l'accepter ne serait probablement pas un fardeau pour vous.

3
3
2018-01-10 21:55:28 +0000

S'il veut surmonter ces craintes/phobies, demandez-lui quels seraient ses pas de bébé. Ensuite, aidez-le à faire ces pas de bébé.

Pour moi, j'ai une phobie des araignées. Mais elle est moins forte qu'avant. Qu'est-ce qui a aidé ? A se lier d'amitié avec la tarentule d'un ami. Elle me fascinait suffisamment pour que je puisse la tenir sans paniquer et la blesser. Une fois que je l'ai tenue la première fois, j'étais alors tout à fait à l'aise avec les araignées de la taille d'une tarentule. Ensuite, j'ai commencé à me familiariser avec les petites araignées. Je n'aime toujours pas les grosses qu'on trouve dans le jardin à la fin de l'été, les grosses poilues qui vivent sous les planches à la base de la maison et les araignées "surprises" (comme celles qui pendent à peu près à hauteur de visage et qui peuvent se coincer dans mes cheveux...) suffisent à m'envoyer dans un "GETITOFFGETITOFF !!" (avec des sauts de haut en bas et des battements de mains).

Les photos d'araignées qui sautent avec des "chapeaux en forme de goutte d'eau" que l'on trouve partout sur Internet sont tout à fait adorables pour moi maintenant.

Donc, pour résumer : Demandez-lui de planifier ses "petits pas" d'exposition progressive, puis soyez la personne de soutien. Ne le poussez que s'il demande/veut être doucement poussé sur son prochain pas de bébé.

3
3
2018-01-10 14:59:33 +0000

Personnellement, je ne crois pas qu'un facteur externe (comme vous dans ce cas) puisse affecter les phobies internes de votre partenaire. Peut-être pourriez-vous suggérer d'étudier les techniques visant à surmonter les phobies utilisées en psychothérapie.

Si vous pensez que la compréhension de ses craintes améliorerait d'une quelconque manière sa relation avec vous, mais que vous ne souffrez pas vous-même de telles phobies, faites appel à votre empathie et à votre imagination. Il est parfaitement logique pour lui d'avoir peur de certaines choses, tout comme il est parfaitement logique pour vous que cela ne lui fasse pas de mal ou ne le tue pas. Pensez à une combinaison de dégoût fort, de peur des conséquences et de désir d'éviter une situation désagréable.

3
1
2018-01-11 14:51:02 +0000

J'ai quelques craintes qui sont "gênantes", et elles correspondent à celles que vous avez mentionnées. Pour la plupart, je peux y faire face et je le fais. Je suis peut-être malheureux en raison du stress et de l'anxiété qu'elles me causent, mais je peux le faire si je le dois. À une exception près. Les aiguilles, et plus précisément les prises de sang. Je ne suis pas sûr de la réaction de votre SO, mais voici la mienne, elle peut vous aider à cerner votre phobie et éventuellement à tempérer vos attentes.

Si je dois faire une prise de sang, une simple traction sur une fiole, je vais m'évanouir. Cela arrive à chaque fois, et ce depuis que je suis tout jeune. Ma tension artérielle est très basse et je m'évanouis. Pas de vertige, pas d'anxiété ou de malaise, complètement inconscient. Je me réveille alors totalement désorienté, sans savoir où je suis ni pourquoi je suis là, nauséeux et tremblant pendant les heures qui suivent.

C'est tellement grave que mon médecin doit me faire une injection une demi-heure avant une prise de sang pour essayer de me garder conscient (il n'a pas encore trouvé la bonne dose, je sors encore froid). Je dois aussi rester au bureau pendant une demi-heure de plus, au cas où je m'évanouirais sur le parking.

Il n'y a pas moyen de vaincre celui-là. Je peux me remettre de mon arrivée, je peux supporter le "coup de poing", je ne regarde jamais le tirage au sort, je me concentre sur autre chose que le tirage au sort, mais je dois accepter que je vais m'évanouir, et un simple test qui vous prendra moins de 5 minutes, sera pour moi une épreuve très désagréable de quatre heures. Je dois littéralement prendre une demi-journée de congé pour faire un simple test de cholestérol. Pour une raison quelconque, il s'agit d'une réaction physiologique que je ne peux pas contrôler. Je ne la comprends pas, mais elle est là.

Remarque, je déteste les aiguilles, mais les injections n'ont pas cet impact sur moi, mais les piqûres, si. L'ironie du fait que j'ai besoin d'une aiguille pour gérer l'obtention d'une aiguille n'est pas perdue pour moi. L'ironie amère est que l'aiguille supplémentaire n'a pas encore aidé. De plus, l'exposition aux aiguilles ne m'aide pas. J'ai un animal diabétique et je manipule plus d'aiguilles en une journée que je ne le pense.

1
1
2018-01-11 11:52:47 +0000

Pour vaincre la peur, toute peur, il faut du courage.

Le courage nous permet seulement de surmonter la peur, il ne supprime pas la peur, ou ne diminue pas le risque qu'il vous arrive quelque chose de mal, il vous permet simplement de faire face et de continuer à faire ce que vous avez à faire.

Vous avez du courage quand il s'agit de piqûres, votre SO n'en a pas. Il y a la même chance que quelque chose de mal vous arrive lorsque vous allez donner du sang que ce qui leur arriverait s'ils donnaient du sang.

Cela signifie que votre cerveau fait quelque chose pour vous donner le courage de surmonter la peur que votre SO n'a pas, et c'est ce que vous cherchez à construire. Il semble que vous soyez capable d'avoir une discussion ouverte et franche à ce sujet, et vous aurez besoin de cette honnêteté pour pouvoir y travailler ensemble.

Selon mon expérience, le courage vient des sources généralisées suivantes :

1. La croyance que rien ne peut aller de travers,

Lorsque vous allez donner votre sang, vous pouvez croire que parce que les personnes qui prennent le sang ont été formées, que d'autres personnes donnent leur sang sans effets néfastes, et que rien n'a mal tourné la dernière fois que vous avez donné votre sang, vous avez le courage d'aller le faire à nouveau.

Quelque chose pourrait mal tourner, mais vous n'y croyez pas. Malheureusement, votre SO y croit.

On dirait que vous essayez (et que vous échouez) à insuffler ce genre de courage à votre SO, mais il y a d'autres options.

2. La croyance qu'il n'y a aucune chance de succès,

Si vous saviez qu'il n'y avait aucune chance de succès, et que vous alliez mourir si vous faisiez ou ne faisiez pas quelque chose, pourquoi ne pas le faire quand même ?

Même si le fait de n'avoir plus rien à perdre peut être une grande source de courage, cela ne signifie pas pour autant que vous allez gagner, mais que vous serez capable de faire des choses qui, autrement, vous terrifieraient.

Je ne pense pas que cela s'applique à votre situation, car vous avez souligné que vous resterez avec votre SO quoi qu'il arrive, donc ils ne peuvent pas tout perdre, mais c'est quand même une source de courage qui mérite d'être mentionnée.

Peut-être que vous pouvez leur faire remarquer que cela leur fera mal, que cela les rendra étourdis, qu'il y aura du sang et qu'ils vomiront et s'évanouiront, et un jour ils mourront quand même. Ne préféreraient-ils pas mourir en faisant quelque chose de valable plutôt que de mourir un jour en trébuchant sur un trottoir ou en faisant une bêtise. Une mort qui en vaut la peine me semble courageuse.

3. La récompense de l'avoir fait est supérieure au coût,

Vous allez donner votre sang parce que "c'est la bonne chose à faire".

Vous gagnez un sentiment de valeur personnelle et d'accomplissement en le faisant que vous n'auriez pas si vous ne l'aviez pas fait, et c'est évidemment suffisant pour vous donner le courage de le faire. Pour votre SO, ce n'est pas le cas.

Essayez peut-être d'augmenter la récompense pour compenser le coût pour eux. Par exemple, proposez-leur de les emmener dîner s'ils donnent leur sang, ou rentrez simplement à la maison pour dîner s'ils ne le font pas.

Cela peut être considéré comme une tentative de manipulation, parce que c'est de la manipulation, mais n'est-ce pas manipuler les craintes de votre SO que vous essayez de faire ?

4. Quelque chose d'autre est plus effrayant que la chose que vous devez faire.

Je crois que c'est la raison pour laquelle les adolescents semblent avoir moins peur que les personnes plus âgées. Ce n'est pas qu'ils soient plus courageux, ils ont en fait plus peur d'autres choses.

La peur de l'échec, la peur de ne pas s'intégrer, la peur de ne pas être pris au sérieux, la peur qu'il n'y ait pas de place pour eux dans ce grand monde qu'ils ont soudainement découvert.

Ces peurs poussent les adolescents à faire ce que d'autres considéreraient comme des choses stupides. S'empoisonner avec de grandes quantités d'alcool, sauter de haut en bas dans les piscines, réviser pendant trois semaines d'affilée au détriment de manger, dormir ou se laver pour ne pas échouer à un examen.

Il est possible que vous puissiez utiliser cela pour aider votre SO à prendre du courage, en trouvant quelque chose d'autre qu'ils craindraient davantage, et leur offrir un choix. Ils peuvent venir avec vous et faire quelque chose d'incroyable pendant une heure en donnant du sang qui sauvera un jour la vie de quelqu'un, ou vous devrez faire du saut à l'élastique en tandem (remplacer par quelque chose qui demanderait du courage aux DEUX, selon le cas).

Même s'ils choisissent l'option la plus "effrayante", au moins ils feront preuve de courage pour quelque chose et cela pourrait déteindre sur les autres choses dont ils ont peur. Encore une fois, cela peut être considéré comme de la manipulation, mais il faut espérer qu'ils seront prêts à choisir l'option "plus agréable" à votre avantage, si ce n'est le leur.

1
1
2018-01-11 02:32:09 +0000

On dirait que c'est une aversion à se mettre en danger. La plupart des gens ont de fortes inhibitions à l'idée, par exemple, de faire quelque chose qui risquerait de leur faire perdre leur bras, surtout sans raison valable. Il est logique que certaines personnes aient des inhibitions plus fortes et plus étendues que d'autres, car cela signifie que dans des situations dangereuses quelqu'un survivra (parfois les personnes qui prennent des risques, parfois celles qui en ont).

Ce qu'il est important de comprendre, c'est que ce type de peur est une réponse heuristique. Rapide et simple. Douleur = mauvais. Poison = mauvais. Voir du sang = mauvais. La peur ne s'intéresse pas à l'analyse et aux chances. Alors comment lutter contre cela ?

1. Enlever toutes les munitions de l'esprit logique

L'esprit logique ne peut généralement pas beaucoup aider, mais il peut introduire des doutes et des questions à la dernière minute et vous ne voulez pas de ceux-ci. Alors, identifiez les problèmes potentiels et trouvez à l'avance des contre-arguments simples et satisfaisants. Une aiguille fait moins mal que de marcher accidentellement sur quelque chose. Si vous craignez de vous sentir étourdi, ce n'est pas pire que de vous sentir épuisé après une séance d'entraînement. Etc.

2. Trouvez de multiples raisons de le faire

Idéalement, des choses qui sont assez importantes pour vous. Il peut s'agir de "Je veux partager cette expérience avec mon SO", "Je veux me prouver que je peux surmonter mes peurs", ou "J'en ai marre de ne pas pouvoir agir selon mes convictions". Vous pourriez parler à des personnes qui ont été sauvées par une transfusion sanguine, ou visualiser la satisfaction de l'avoir fait. Demandez-vous pourquoi vous voulez le faire, et assurez-vous d'aller plus loin que le simple "j'y crois". C'est un bon signe si vous êtes suffisamment déterminé à le faire.

3. Essayez de le faire tout en vous concentrant sur des choses simples et positives

Compensez les raisons simples de votre peur par d'autres choses simples. "C'est intéressant", "C'est satisfaisant", "Je fais ce en quoi je crois", "Je suis fier de moi", "Il n'y a pas de quoi s'inquiéter", "Je veux faire ça", "C'est excitant". Rediriger les pensées liées à la peur vers des pensées positives.

Je suppose que j'ai écrit ceci comme un guide pour la personne qui a des peurs, mais cela devrait vous aider à comprendre comment aider quelqu'un qui lutte pour surmonter ses peurs. L'une des choses les plus utiles que vous puissiez faire est d'être un rappel des aspects positifs (il est facile de les oublier lorsque les peurs prennent le dessus).

1
-1
2018-01-10 16:11:42 +0000

TL;DR : garder son esprit occupé.

Je parle d'après mon expérience personnelle, alors ne me croyez pas sur parole pour la seule solution, mais essayez plutôt vous-même et voyez si ça marche pour vous.

Il y a quelque temps, j'ai décidé, à l'improviste, d'apprendre le tour de passe-passe. J'ai appris que ma famille avait une certaine expérience des tours de magie (hypnose, vol à la tire, embrouilles dans les rues...), alors j'ai compris

Pourquoi ne pas continuer cette tradition ?

Étant l'élève intelligent et fauché que j'étais, j'ai décidé d'apprendre les tours de passe-passe, en particulier les tours où l'on peut parier de l'argent, et le pickpocket.

Une des premières choses qu'on apprend, c'est comment attirer l'attention. Je crois que c'est ce qu'on appelle la tromperie ? (Désolé, je ne suis pas un locuteur natif). Le mot que j'ai appris était "tromperie", alors faisons comme ça.

Bref, le principe même derrière tout ça, c'est que votre cerveau est capable de se concentrer sur une chose à la fois. Quand vous lui demandez de traiter quelque chose, il est en fait occupé à essayer de le traiter, et ne peut pas traiter d'autres choses.

Une très bonne vidéo à ce sujet est * Apollo Robins' TEDx talk, the art of misdirection **. Il a de très bons exemples, des cas d'utilisation et l'explique très bien.

Pendant qu'il jouait sur scène, il a fait plusieurs tours que je n'ai même pas remarqués, au point que j'ai dû regarder la vidéo 4 fois pour les obtenir tous.

Mais comment cela s'applique-t-il à votre situation ?

Eh bien, après avoir vu ça, je me suis demandé

Si le cerveau n'est capable de traiter qu'une chose à la fois, pourriez-vous exploiter ce comportement pour d'autres choses que des tours de magie ?

Apparemment, oui, vous le pouvez.

Voici quelques exemples de ce que j'ai fait avec ces informations :

  • J'ai aidé une amie suicidaire à changer d'avis. Cela l'a sortie de l'asylium.
  • De la même façon, j'ai aidé 2 autres amis souffrant de dépression.
  • L'a utilisé pour obtenir des numéros lors de ses flirts.
  • Il l'utilise pour détourner l'attention d'une amie qui s'est blessée (jambe cassée), ce qui soulage la douleur.
  • Je l'utilisais quand mon fils avait une araignée dans les cheveux (juste assez pour la retirer)

Donc, si vous essayez ceci, disons avec l'araignée, la meilleure façon de le faire est simplement de lui parler, de le détourner, pendant que vous lui mettez une araignée. Il ne le remarquera pas, et aura un cauchemar vivant sur lui.

La prochaine étape sera de le lui faire remarquer, tout en l'orientant mal. Pour cela, il suffit de lui montrer son propre bras, tout en continuant à lui parler. Il le remarquera au bout d'un moment, il paniquera, et réalisera que ce n'est plus tellement une peur maintenant qu'il l'a affrontée !

-1