Les relations interpersonnelles
2020-02-18 14:58:30 +0000 2020-02-18 14:58:30 +0000
34

Comment puis-je avoir une conversation avec mon fiancé sur un sujet dont il ne veut pas parler ?

Mon fiancé a une histoire un peu troublée. Je le savais quand nous nous sommes rencontrés. Il a des problèmes mentaux, que j'attribue à des années d'intimidation. Ce n'est que récemment que j'ai réussi à en déterminer la cause principale. Il a vécu quelque chose d'extrêmement traumatisant. J'avais complètement sous-estimé la gravité de l'événement. Il s'excuse beaucoup. Cela semble découler d'un sentiment de culpabilité par rapport à l'événement traumatisant. Voir aussi ma question précédente pour le contexte.

Je pense qu'il devrait suivre une thérapie. J'ai essayé d'engager la conversation à un moment où il se sent bien, mais dès que je parle de "thérapie", il dit qu'il va bien et me ferme la porte. D'un autre côté, dès que je mentionne le type d'événement, il se met en colère, devient irrationnel et déraisonnable. Dans ces moments-là, il ne veut pas non plus entendre parler de thérapie.

Dans la plus longue conversation que nous ayons réussie à avoir sur la thérapie, il a mentionné qu'il avait essayé peu de temps après l'événement. Il a dit que ça n'avait pas aidé, alors il a arrêté d'y aller. C'était avant notre rencontre, il y a environ dix ans, je crois.

J'aimerais avoir une conversation sur la thérapie avec lui, sans qu'on l'arrête immédiatement. Je ne veux pas le forcer à y aller. Je ne veux pas le forcer à y aller. Je voudrais plutôt l'aider à se débarrasser des raisons irrationnelles qui l'empêchent d'y aller, afin qu'il puisse juger plus rationnellement s'il doit trouver de l'aide.

Une petite note : mon frère a vécu quelque chose de très similaire récemment et suit actuellement une thérapie. Je pourrais peut-être utiliser mon frère dans cette thérapie, mais je souhaite faire très attention à cela, parce que son chagrin est très récent.

Je suis néerlandais, il est anglais, nous vivons tous les deux aux Pays-Bas.

Réponses [6]

49
2020-02-18 17:40:19 +0000

Je souffre de dépression et d'anxiété. Je l'ai depuis des années et il m'a fallu beaucoup de temps pour pouvoir enfin aller voir un thérapeute pour obtenir de l'aide.

Tout d'abord, vous devez savoir que seule une conversation ne rendra probablement pas votre SO disposé à voir un thérapeute. Les thérapeutes et la santé mentale font l'objet de beaucoup de stigmatisation et cela ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Si vous voulez que votre médecin de famille envisage sérieusement la possibilité de consulter un professionnel de la santé mentale, vous devez normaliser ce sujet pour lui. Expliquez-lui clairement qu'il n'a pas à avoir honte d'avoir des problèmes de santé mentale et qu'avoir des problèmes d'anxiété, c'est comme avoir une toux qui ne disparaît pas.

Si vous ne le faites pas déjà, voici quelques conseils que vous devriez commencer à suivre :

  • Commencez à parler de votre santé mentale.

  • Ne faites pas de blagues sur les gens qui ont besoin d'un thérapeute. Ne faites pas de blagues sur le fait que les gens sont "fous". Et si quelqu'un fait une telle plaisanterie autour de vous, assurez-vous de lui dire qu'une telle plaisanterie n'est pas acceptable.


Maintenant, voici quelques-unes des choses que j'avais le plus besoin d'entendre avant de pouvoir enfin demander de l'aide :

Mais s'il vous plaît, notez que cela ne convaincra pas votre SO la première fois qu'il l'entendra. Il aura besoin de temps pour le traiter et, probablement, pour l'entendre à nouveau avant de pouvoir l'accepter pleinement.

Oui, vous pourriez continuer sans voir un thérapeute. Mais pourquoi souffrir alors que le fait d'en voir un pourrait vous faire sentir mieux ?

.

Il n'y a rien de mal à prendre des médicaments. Les gens qui ont une mauvaise vue portent des lunettes. Alors, pourquoi les personnes souffrant de dépression ne devraient-elles pas prendre de médicaments ?

.

Il n'y a pas de mal à ne pas être bien. C'est normal d'avoir besoin d'aide. Vous n'êtes pas faible pour demander de l'aide. Demander de l'aide est l'une des choses les plus difficiles que j'aie jamais faites. Reconnaître que vous avez besoin d'aide et demander de l'aide vous rend courageux, pas faible. S'il vous plaît, demandez de l'aide quand vous en avez besoin.


Voici d'autres choses que vous pourriez avoir besoin de savoir :

Quand je me sens mal, j'oublie toujours comment j'étais heureux avant. C'est comme si le bonheur n'avait jamais existé dans ma vie. Et quand je me sens bien, c'est le contraire. J'oublie à quel point j'étais mal et je le minimise toujours.

Vous avez dit que vous avez essayé de parler à votre SO à un moment où il se sentait bien. Essayez le contraire. Il m'a fallu des années pour finalement demander de l'aide parce que mon "moi malade" était trop malade pour passer un coup de téléphone et mon "moi bien" me donnait l'impression de ne pas avoir vraiment besoin d'aide.

Quand j'ai finalement demandé de l'aide, c'était pour deux raisons majeures :

  • J'étais vraiment convaincu qu'il n'y avait pas de honte à demander de l'aide, même si je n'en ai pas vraiment eu besoin.

  • J'avais rassemblé des preuves concrètes que j'avais effectivement besoin d'aide et je n'exagérais pas à quel point je me sentais mal. Ces "preuves concrètes" prenaient la forme d'un journal intime où j'écrivais lorsque je n'étais pas bien. Ensuite, en le lisant quand j'étais bien, j'ai pu vraiment voir à quel point j'étais mal. J'ai pu reprendre confiance en moi et j'ai su qu'en effet, cette partie de moi avait besoin d'aide.


Plus de lecture :


A noter, sachez que vous devez souvent essayer plusieurs thérapeutes différents avant de trouver celui qui vous convient. C'est difficile, épuisant et franchement décourageant, mais cela en vaut toujours la peine au final.

49
5
2020-02-18 21:40:23 +0000

J'ai un proche qui a été brutalisé à l'école, a été battu au moins une fois par son père, a eu des partenaires précédents violents et a perdu sa mère. En général, une vie que l'on pourrait qualifier de dure par euphémisme.

Avec le temps, il a développé des mécanismes de défense qui n'étaient pas nécessaires et un peu gênants, comme parler de sujets difficiles et intimes en public afin d'éviter le risque de colère qu'il y a dans la vie privée.

Personnellement, j'ai été élevé par une mère qui a suivi une thérapie, et j'ai fait quelques voyages dans un hôpital psychiatrique (il le sait), donc j'ai naturellement suggéré l'idée d'une thérapie. J'ai l'impression d'avoir fait de mon mieux pour la suggérer de manière positive et non stigmatisante. Malgré cela, il a toujours fermement rejeté l'idée.

Les principales raisons de son refus, pour autant que je sache :

  1. Il a trouvé de nombreuses façons de contourner ses traumatismes au fil du temps et a maintenant une vie qu'il trouve satisfaisante, il y a donc un peu de "ne réparez pas ce qui n'est pas cassé".
  2. Je soupçonne aussi que, parce qu'il peut être très émotif, comme il avait l'habitude de pleurer parfois des souvenirs connexes, il peut aussi être réticent à creuser et à raconter des souvenirs difficiles.

Dans une moindre mesure, cela pourrait aussi jouer dans d'autres situations (par exemple ma situation, pas la sienne) :

  1. Certains d'entre nous connaissent des gens qui ont suivi un très long traitement psychiatrique et qui ont passé des années avant de voir une amélioration.
  2. Dépenser votre argent ou celui de vos soins de santé peut vous faire sentir coupable.
  3. La santé d'une personne peut être ressentie comme une responsabilité personnelle et la suggestion de suivre une thérapie peut être ressentie comme un dépassement de limites.

Étant donné que certains de ces facteurs pourraient très bien s'appliquer à votre situation, je ne suis pas sûr que vous rencontreriez plus de succès que moi en mentionnant la thérapie pour parler d'un traumatisme. De toute façon, une thérapie ne peut pas réussir si elle n'est pas, au moins dans une certaine mesure, souhaitée.

Si un comportement est problématique, il faut alors s'efforcer de le faire cesser. Vous pouvez toujours mentionner que la thérapie peut aider pour ce comportement particulier. Il s'agira généralement d'une thérapie plus courte et cela permettra d'éviter quelques balles sur la liste.

Dans mon cas, nous avons travaillé ensemble sur les comportements problématiques, et nous n'avons pas eu besoin qu'il voit un thérapeute. Cela l'a peut-être aidé, mais ce n'est peut-être que mon opinion personnelle.

5
5
2020-02-21 07:35:05 +0000

Votre fiancé ressemble beaucoup à ce que j'étais. J'étais fiancée et mon partenaire a pensé que je devrais suivre une thérapie. J'ai résisté parce qu'il n'y avait rien qui clochait chez moi, n'est-ce pas ? Que veut faire une femme quand elle trouve l'homme parfait ? Elle veut l'améliorer, n'est-ce pas ? J'ai donc écarté son point de vue.

J'avais déjà suivi une thérapie auparavant et cela allait de la perte de temps à me faire plus de mal. Elle m'a assuré que "celui-ci est génial !" J'étais très sceptique, mais j'ai accepté de n'assister qu'à une seule séance, ne serait-ce que pour la faire taire ! Lors de cette séance, j'ai été très surpris de trouver une professionnelle sympathique, intelligente et attentionnée qui n'a pas essayé de me faire porter le chapeau pour mes problèmes. Après avoir entendu mon histoire, il m'a dit : "Bien sûr que vous avez des problèmes avec une histoire comme celle-là !

Cependant, si vous m'aviez dit quel serait le résultat avant que je puisse le vivre par moi-même, je ne vous aurais pas cru. Les raisons possibles sont nombreuses :

  • Mauvaises expériences antérieures (tous les thérapeutes sont mauvais)
  • Il n'y a rien de mal (je n'ai pas besoin de me faire soigner)
  • Les problèmes sont mineurs (je me débrouille seul)
  • Je peux me faire soigner (la volonté peut tout surmonter)
  • Fierté masculine (c'est une faiblesse de voir un thérapeute)

Et probablement beaucoup d'autres. Votre fiancé a une raison émotionnelle très forte (peut-être plusieurs raisons) de ne pas vouloir suivre une thérapie. Vous devez reconnaître qu'aucune logique ne pourra venir à bout de ses émotions négatives (et valables). (Remarque : les émotions sont toujours valables, elles sont vraiment ce que vous ressentez. Les raisons ne sont pas toujours valables). N'essayez pas d'invalider ses émotions avec de la logique.

S'il est possible pour vous deux d'avoir une conversation à ce sujet, vous devez être très patients et écouter comme vous n'avez jamais écouté auparavant. Ne l'interrompez pas, mais laissez-le finir complètement avant de poser des questions. Validez ses sentiments. Il a besoin de se sentir en sécurité, et un partenaire attentionné peut involontairement faire en sorte que l'autre partenaire se sente très mal à l'aise en sondant trop vite et en exigeant des réponses. Vous devez vous laisser guider par lui et ne pas le pousser.

S'il a besoin de pleurer (avec un peu de chance, il ne pense pas que c'est impoli), prenez-le dans vos bras en silence s'il vous laisse faire. Le contact physique est un grand réconfort. Ne le faites pas taire, laissez-le tout sortir. Ne dites pas "c'est bon" parce que ce n'est pas le cas. Il a encore le traumatisme à gérer. Faites-lui savoir que vous l'aimez en le serrant dans vos bras et en lui disant que vous l'aimez (nous, les hommes, pouvons être un peu durs en matière d'amour, et si vous avez fait sortir toutes ces émotions négatives de lui, il ne pensera peut-être pas que vous l'aimez).

Une chose qui pourrait aider à démarrer la conversation est d'écrire des lettres et de le laisser les lire en privé. Ainsi, vous aurez le temps de réfléchir à la bonne formulation sans être interrompu. Cela lui permet également de gérer les émotions qu'il ne serait pas à l'aise de partager avec vous en ce moment. Si c'est trop douloureux pour en parler, il peut vous répondre par lettre au lieu de vous parler.

Faites-lui savoir que la consultation d'un thérapeute sera son choix, selon son emploi du temps. J'espère vraiment que vous serez capable de trouver un thérapeute comme le mien que votre fiancé appréciera et avec lequel il se sentira en confiance. Je n'ai pas vu le mien depuis presque cinq ans parce que je n'en ai plus besoin (il est d'accord avec moi).

Bonne chance ! J'espère que votre fiancé recevra l'aide professionnelle dont il a besoin pour surmonter ses traumatismes. C'est vraiment libérateur quand on se rend compte à quel point on était retenu et à quel point on peut maintenant grandir en tant qu'être humain. Je ne savais pas que le bonheur existait jusqu'à ce que mon dernier thérapeute m'aide.

5
4
2020-02-21 02:40:41 +0000

Disclaimer : J'utilise des mots plus forts et des simplifications controversées non pas pour offenser qui que ce soit mais pour souligner les nuances dans les détails que des mots plus doux peuvent couvrir sous un seul mot. Je demande au lecteur attentif de réduire la force des mots tout en conservant la différence.


Fond : Je suis originaire de la République tchèque et j'habite ici. La société ici semble un peu en retard par rapport à ce qu'on appelle l'Europe de l'Ouest, pour le meilleur et pour le pire. En conséquence, les hommes sont censés être "les plus forts", "les plus responsables", "les plus fiables", tandis que les femmes sont "les plus attentionnées", "les plus sensibles", "les plus affectives".

Pendant 40 ans, toutes les personnes qui différaient de la société normale, y compris celles qui avaient des opinions politiques opposées, ont été emprisonnées dans des assyls dédiés, cachés dans des parcs denses. On ne pouvait pas rencontrer un homme en fauteuil roulant dans la rue, la dépression était un tabou, etc. Les handicapés étaient traités comme des invalides. Cette merde, et bien d'autres encore, ne disparaît pas du jour au lendemain, même 30 ans sont trop courts pour guérir cela.

J'ai mes démons, j'en connais (certains) et je ne peux pas non plus les combattre moi-même, ni demander de l'aide pour les combattre. J'ai aussi des problèmes pour accepter de l'aide. J'essaie de m'identifier à lui et de lui suggérer ce qui pourrait m'aider, mais je ne peux pas le demander.


Votre SO est un homme, n'est-ce pas ? Il doit être fort, courageux et invulnérable. S'il admettait qu'il n'est ni courageux, ni fort, ni vulnèrable, il échouerait. Il serait un homme inférieur, rien. Une merde inutile qui n'est même pas assez bonne pour marcher au soleil. Le traumatisme est censé le faire glisser comme l'eau glisse d'un canard. Le bras arraché est censé être une simple nuance sanglante...

Cet état d'esprit, ce qu'il pense être censé être et ce qu'il pense être en réalité, ce choc de l'attente et de la réalité le déchire.

Chaque fois que quelqu'un lui suggère qu'il a besoin d'une aide, ce qui revient à suggérer qu'une aide pourrait lui être bénéfique, ils minent sa masculinité et remettent en question son droit à la vie, ils augmentent le stress auquel il est confronté dans son esprit. Par conséquent, cela ne l'aide pas du tout, il se bloque dans sa zone de confort car en expulsant cela de sa tête, il réduit la douleur au niveau auquel il est habitué.

Par contre, à vos yeux, c'est un être humain, pas un John Stonewall. Mais il ne peut pas voir à travers vos yeux. Même imparfait (ceux qui le sont, soyez mon invité et jetez une pierre !), il est au-dessus de tout pour vous, sinon il ne sera pas votre fiancé. Je pense humblement qu'il n'est pas important pour vous malgré ces imperfections ; il est important pour vous avec ces imperfections. Son état d'esprit n'est pas une imperfection pour vous, mais pour lui, c'est une sorte de blessure. En fait, c'est comme si quelqu'un était frappé par un javelot dans la poitrine ; c'est grave, tout le monde voit que le javelot doit sortir mais celui qui le touche, ça fait un mal de chien.


Le temps est à la fois votre ami et votre ennemi. Le traumatisme s'est produit il y a 10 ans, vous vous connaissez depuis quelques années et vous avez découvert le traumatisme il y a des mois. Vous devez lui faire confiance ; beaucoup de confiance. Il doit vous faire très confiance pour vous en parler, il doit vous faire plus confiance pour vous en parler. Il doit vous faire encore plus confiance pour accepter votre aide. Ce n'est qu'à ce moment-là que vous pourrez réellement l'aider, sinon votre aide risque de lui causer encore plus de tort. N'insistez pas. Ne rien faire fera certainement du mal.
_Le javelot alegorique qui lui est collé le tuera. Le javelot doit sortir, mais un retrait immédiat le tuera plus tôt.

Faites-lui confiance Faites-lui confiance. Partagez avec lui vos sentiments sans rapport avec le traumatisme. Partagez vos préoccupations avec lui. Partagez vos souvenirs. Demandez-lui de vous aider. Si vous avez votre 13ème chambre, laissez-le entrer lentement. Faites tout cela avec désinvolture, naturellement. Assurez-vous qu'il est à l'aise avec cela ; commencez par les plus faciles et passez lentement à des choses qui vous sont de plus en plus sensibles. Faites-lui savoir qu'il a accès à des zones que personne d'autre n'a ou n'a jamais eues. Ne l'obligez pas à faire des promesses, faites-lui savoir que vous lui faites confiance et que vous n'avez pas besoin de promesses du tout.
Il doit faire confiance à ceux qui essaient d'enlever le javelot et qui ne veulent pas le tuer.

Apprenez à le lire Soyez empathique. Apprenez à quel point il est à l'aise ou mal à l'aise lorsqu'on lui demande ou qu'on lui dit quelque chose. Soyez capable de découvrir à quel point vous le poussez hors de sa zone de confort. Vous devez savoir quand vous poussez, quand vous poussez beaucoup et quand vous êtes sur le point de trop pousser. Essayez de ne pas le pousser au point qu'il y mette fin (à sa demande). Si vous le poussez de plus en plus, il est très bénéfique de décharger le stress en douceur également. S'il y met fin, il le fera beaucoup plus rapidement.
Il faut, entre autres, savoir distinguer les petits bleus des graves et savoir comment les arrêter rapidement et efficacement.

Construisez son estime de soi Il doit voir qu'il vaut mieux vivre que ce qu'il a vécu jusqu'à présent. Il doit voir que lorsqu'il admet un certain éveil - l'échec à ses yeux - au pire, rien ne change dans votre attitude envers lui. Il doit sentir qu'il a plus de valeur pour vous, en tant qu'être humain doté de sentiments, qu'un Joe Stonewall. Assurez-lui que personne ne se soucie qu'il ait fait une erreur. Assurez-lui qu'une erreur n'est pas un échec, c'est une leçon. Il peut penser qu'il est sacrifiable ; convainquez-le qu'il est rare. Il doit se sentir fort, digne et suffisamment à l'aise pour surmonter le malaise qu'il s'apprête à affronter.
Il doit savoir que la douleur va beaucoup augmenter, puis disparaître après la sortie du javelot.

Diviser et conquérir Saper lentement ses blocages en lui posant des questions sur ses préoccupations, ses sentiments, ses souvenirs. Commencez par des sujets sans rapport avec le traumatisme. Soyez respectueux lorsqu'il ne veut pas parler plus profondément. Soutenez-le de façon appropriée lorsqu'il commence à parler seul. N'insistez pas, ne le soutenez pas trop. Assurez-vous que vous avez peu d'avance, que vous lui révélez des choses plus sérieuses que vous ne le demandez, que vous lui faites plus confiance que vous ne l'exigez de lui.
Coupez le javelot en plusieurs parties et enlevez-les l'une après l'autre. Laissez les parties les plus critiques pour la fin afin de pouvoir les enlever rapidement et arrêtez de saigner immédiatement.

Soyez fort, solide et respectueux N'abandonnez pas. Ne poussez pas fort, poussez peu mais régulièrement. Ne vous effacez pas ; n'abandonnez pas le terrain que vous avez déjà conquis. Chaque fois qu'il cesse de vous le dire, cessez de lui demander. Chaque fois qu'il semble mal à l'aise, arrêtez de le dire. Changez de sujet pour quelque chose de décontracté, comme les courses, le travail, toute autre petite conversation habituelle. Attendez un peu. Laissez-le traiter à la fois ce qui a été dit et les émotions que cela a provoquées. Laissez-le se détendre. Essayez ensuite d'en parler d'un autre point de vue, en d'autres termes ou de parler d'autre chose, mais gardez la même intimité ou un peu plus.
_Quand une partie est enlevée du corps, il n'y a aucune raison de la rendre, n'est-ce pas ?

Ne faites pas de cette mission une mission Oui, c'est une mission, la plus longue et la plus épuisante. N'oubliez pas de laisser la célébration de l'accomplissement de votre mission au fond de votre tête. Il ne doit pas y avoir de feux d'artifice, de fanfares du tout. Même si c'était votre plus grand succès de tous les temps(tm), vous devez le prendre avec désinvolture. Il doit voir que vous avez fait tout cela à cause de lui, parce que vous vous souciez de lui. Pas parce que vous vouliez vous prouver quelque chose. Ne lui demandez pas si tout cela en valait la peine - c'est lui qui doit le dire. Spontanément. N'attendez pas de récompenses, n'attendez rien. Acceptez n'importe quel résultat.
Assurez-vous de ne jamais célébrer une amélioration majeure dans votre quête. Il ne doit pas avoir l'impression qu'on joue avec lui. Si vous dites quelque chose comme "(Vous voyez) était-ce si difficile de me dire ça/allez voir le docteur", il s'enfermera et vous perdrez tous vos efforts et toute autre chance de l'aider. Il est fort probable que vous le perdiez et que vous bloquiez toute chance de l'aider. Sauf pour la Mort elle-même.
Après une opération réussie, les médecins ne fêtent pas, ils continuent juste avec une autre étape ; après une opération réussie, les médecins ne fêtent généralement pas, ils vont juste se préparer pour un autre patient.


Je sais que l'analogie du javelot n'est pas parfaite, mais j'ai aimé l'idée et j'ai réalisé qu'elle n'est pas si bonne que ça quand j'ai écrit trop de texte. Cela peut paraître comme Mission Impossibe, mais bon, ils ont fait six films de cette franchise !

Je vous souhaite tout le meilleur et que je puisse vous aider un peu. Je vous souhaite bonne chance.

4
3
2020-02-19 14:31:16 +0000

Avertissement : je ne vais pas essayer de dire "faites ceci ou faites cela" et ça marchera ; malheureusement, ce n'est pas si simple.

J'ai moi-même des problèmes personnels pour le dire en termes plus aimables. J'ai l'habitude de dire personnellement que je suis ceci ou cela et que je n'ai pas besoin de thérapie.

Point critique pour comprendre

La première chose que vous devez comprendre est ceci : si quelqu'un ne veut pas de thérapie, alors quoi que vous lui disiez, il ne va pas la gérer et même s'il la gère, il n'en fera pas usage. Ce que je veux dire, c'est que même s'il va en thérapie s'il n'est pas intéressé, s'il ne le voit pas comme une valeur, alors il changera de sujet, il évitera de se donner à fond, il le sapera d'une manière dont il ne se rendra peut-être même pas compte qu'il le fait. **Ils peuvent le faire consciemment ; je l'ai fait dans ma jeunesse, en fait. J'ai magistralement changé de sujet, etc.

Le problème est là : nous ne connaissons pas votre fiancé et nous ne connaissons pas sa situation non plus, donc c'est difficile de dire faire ceci ou cela. Au mieux, on peut donner des idées générales et peut-être des conseils sur ce qui fonctionne pour certaines personnes ou ce qui se passe dans sa tête.

Si le mot "thérapie" l'oblige effectivement à arrêter, vous ne voulez pas suivre cette voie ; cela se retournera contre vous. Ce que vous devez faire à la place, c'est essayer de l'aider à comprendre que vous êtes là pour lui, que vous ne l'abandonnerez pas, que vous voulez l'aider mais que vous ne le pousserez pas et ne lui direz pas non plus de faire ceci ou cela.

Il y a beaucoup de choses que je pourrais dire mais pour rester un peu simpliste - et avec juste des choses générales à considérer - je vous rappelle que si vous essayez d'utiliser la logique pour quelque chose - et je ne dis pas qu'il est nécessairement illogique (la logique n'entre probablement même pas en ligne de compte !) - qui n'implique pas de logique alors vous aurez du mal à le comprendre. C'est possible, mais c'est difficile ; vous devez contourner ce mode.

Vous devez le soutenir, vous devez l'aider à comprendre que vous n'allez pas le juger, que vous voulez être avec lui, que vous lui êtes dévoué, que vous êtes son partenaire, que vous êtes heureux de le rencontrer, etc.

Ce qui est malheureux, c'est que lorsqu'il s'agit de problèmes personnels, c'est très compliqué. Il faut aussi tenir compte d'une chose : si vous ne connaissez pas vraiment toute l'histoire, vous aurez du mal à savoir comment procéder. Vous devez plutôt apprendre comment il pense, comment il se comporte (car c'est probablement tout autant, sinon plus, qu'une émotion) et ce qui fonctionne pour lui.

Une question pour que vous vous considériez

Quand les problèmes se produisent-ils réellement ? Que faites-vous tous les deux (ou si vous en entendez parler plus tard, de quoi s'agit-il) ? Avez-vous dit quelque chose ? Quelqu'un d'autre a-t-il dit ou fait quelque chose plus tôt dans la journée ? En posant ce genre de questions, vous pourriez en apprendre davantage sur la situation et donc trouver des moyens de procéder - pour l'aider, lui et votre relation aussi (car la communication et l'aisance à parler entre vous sont évidemment vitales pour une relation de santé). Je pense que vous le savez, mais on ne voudrait jamais dire que si vous ne suivez pas de thérapie, alors ...

Quelques autres notes

Enfin : soyez patient. C'est une chose difficile que je sais. Quand j'ai dû pour la première fois être une sorte de gardien (pas comme vous le feriez avec des gens qui vieillissent, mais comme partenaire de quelqu'un qui a aussi ses propres problèmes), j'ai commencé à avoir encore plus de respect et de sympathie pour ceux qui prennent soin des autres. Croyez en vous, en lui et sachez que vous voulez être - comme le dit l'adage - "heureux pour toujours" avec lui, quoi qu'il en coûte. La patience est essentielle !

Vous pourriez aussi envisager d'utiliser d'autres mots. Comme l'a fait remarquer une autre personne, "thérapie" est un mot fort ; il suggère à l'imagination de nombreuses personnes qu'elles ont quelque chose dont elles doivent avoir honte et, malheureusement, les gens regardent de haut les autres qui ont des problèmes. Ils disent qu'ils sont faibles ou incapables de faire face aux problèmes du monde. En fait, ceux qui peuvent accepter qu'ils ont leurs propres problèmes sont les plus forts ! Être d'accord avec sa vulnérabilité est un signe de force. Accepter est important pour aller de l'avant.

Peut-être que conseiller est un mot plus facile. Proposez-lui de l'accompagner si cela peut vous aider. Mais vous devez d'abord en arriver là et il semble que vous n'y soyez pas encore.

Bonne chance dans tous les cas !

3
2
2020-02-19 09:06:55 +0000

dès que je parle de "thérapie", il dit qu'il va bien et m'arrête

C'est normal. "Thérapie" est un mot très fort, avec de mauvaises connotations - hospitalisation, médicaments, etc. Peu de gens admettraient librement et facilement qu'ils ont besoin d'une thérapie. Surtout lorsque la thérapie est mentale.


De mon point de vue, la thérapie est l'une des dernières étapes. En attendant, il y a d'autres étapes.

  1. lui fournir un environnement de soutien à la maison. Vous connaissez mieux les détails de votre famille, vous pouvez décider de ce qui est le mieux.

  2. Faites-le participer à des activités de loisir où il peut interagir avec les gens. La socialisation peut avoir des effets thérapeutiques.

  3. Faites-lui apprendre la danse, de préférence en tant que partenaire. Danses folkloriques, latino (énergique, rapide, drôle), tango (plus lent, "aristocratique"), autres. La musique et la danse sont connues pour être des "guérisseurs" de l'âme et de l'esprit, souvent du corps aussi. * (Apprendre et pratiquer le tango argentin m'a énormément aidé à surmonter le malaise mental causé par certaines affections physiques à long terme que j'ai.) * Cependant, le fait de secouer la tête n'a peut-être pas les effets thérapeutiques attendus/désirés.

  4. Essayez de le faire participer à des "programmes d'amélioration". Faites-lui connaître des spécialistes de l'amélioration personnelle, de l'analyse transactionnelle, du coaching sur divers problèmes de la vie. * (J'ai suivi une telle formation, et j'ai été très satisfait des résultats. Il n'y a eu qu'un chat gratuit, guidé par le formateur). *

  • *

Vous devez être conscient que vous devez faire face à deux problèmes.

  1. le grand problème (évident) : les effets de son grand traumatisme sur sa santé.

  2. Le "petit" problème (peut-être pas évident) : sa réticence à obtenir une meilleure aide pour le grand problème.

Je pense que vous n'arriverez pas à résoudre le gros problème avant d'avoir réglé un petit problème.

2