Les relations interpersonnelles
2018-01-04 15:52:54 +0000 2018-01-04 15:52:54 +0000
87

Un collègue scanne mon corps. Comment lui dire d'arrêter ?

Ainsi, un de mes collègues (hommes) a la fâcheuse habitude de scanner mon corps (féminin) à chaque fois qu'il passe devant moi. Par "scanner", j'entends qu'il me regarde de haut en bas, ce qui signifie qu'il regarde mon corps tout entier.

La plupart du temps, cela se produit lorsque je fais bouillir de l'eau pour me préparer un thé, et à chaque fois, j'ai l'impression qu'il croit que je ne suis rien d'autre qu'un morceau de viande. Je ne l'ai pas vu faire ça à d'autres collègues féminines, mais les deux autres se trouvent dans une autre partie du bâtiment. Je ne l'ai jamais vu faire cela aux hommes.

Pour être clair, les vêtements que je porte sont aussi couvrants que je peux l'être sans paraître étrange (pas de vêtements de kendo !). Comme s'il n'y avait rien d'intéressant ou de sexy à y voir, surtout si c'est comme la 100ème fois que vous avez scanné mon corps.

Ce que j'ai essayé jusqu'à présent, c'est de l'éviter, ce qui m'a un peu aidé. Je ne lui en ai pas encore parlé directement et il est possible qu'il n'en soit pas conscient. S'il ne l'avait fait qu'au début, je ne m'en souviendrais même pas, mais c'est à chaque fois qu'il me voit si je ne le regarde évidemment pas directement. Je ne suis pas sûre à 100% qu'il s'agisse de harcèlement sexuel, mais c'est très ennuyeux de toute façon.

Donc, la prochaine fois qu'il le fait, je veux qu'il sache que je remarque qu'il le fait, qu'il me fait peur par son attitude, et surtout je veux qu'il arrête. Quelle est la meilleure façon d'aborder cette question ? Je veux notamment qu'il lui soit difficile de s'excuser plus tard en disant "il ne savait pas que cela me dérangeait".

Réponses [12]

147
2018-01-04 16:17:05 +0000

Dans ces situations, vous voulez mettre les gens sur la sellette sans leur mettre le feu (parce qu'être trop conflictuel sur le lieu de travail peut être un problème).

La prochaine fois que vous le verrez faire cela, je vous dirai :

"Excusez-moi, puis-je vous aider ? (Ou même sans le passage "excusez-moi" si vous voulez juste être direct)

"Hum... Non, je ne fais que passer."

"Ok. J'ai remarqué que vous me regardiez, donc il semblait que vous aviez besoin de quelque chose", et continuez à faire ce que vous faisiez.

Quand vous le dites, dites-le en toute confiance. Dis-le comme si tu le mettais sur le grill, parce que c'est un peu ce que tu fais. Il s'agit de faire passer le message "Je suis frustré par toi et je t'en fais prendre conscience" sans te mettre dans une position encore plus vulnérable.

Si la gêne d'être ouvertement abordé ne le dissuade pas et qu'il continue à le faire, tu devras être plus direct. Si rien de ce que vous pouvez faire ne peut le dissuader de se comporter ainsi, je vous recommande de parler à quelqu'un du département des ressources humaines de votre entreprise. Ils sont censés gérer les conflits et les situations inconfortables, et c'est leur rôle de s'assurer que leur lieu de travail est un espace sûr et confortable pour tous afin de minimiser le risque juridique qui peut résulter du harcèlement sexuel. Ils peuvent même vous aider à trouver des dispositions plus appropriées en matière de sièges ou d'emplacement dans votre bâtiment.

Note des rédacteurs : Comme on peut le voir dans la discussion en ligne ci-dessous, chaque entreprise peut avoir des politiques de ressources humaines très différentes. Certaines peuvent être très utiles et compréhensives, tandis que d'autres peuvent être plus froides et distantes. Pesez le pour et le contre, vous connaissez probablement mieux votre entreprise. Toutefois, je dirai que s'il ne s'arrête pas à votre demande, vos seules autres options sont d'essayer d'utiliser les RH comme une ressource ou de quitter votre emploi pour un meilleur environnement.

147
43
2018-01-04 21:16:36 +0000

Je pense qu'une approche directe qui parle de votre sentiment sans lui faire part d'un motif particulier, est probablement la meilleure.

Par exemple, "Cela me met mal à l'aise de voir la façon dont vous scannez mon corps à chaque fois que je passe. Je ne veux pas commencer une grosse dispute, mais s'il vous plaît, arrêtez"

Il peut simplement dire "désolé". Si c'est le cas, dites simplement "Ok" et partez.

S'il se dispute, ne vous disputez pas. Dites simplement "Je vous ai fait savoir, j'espérais juste éviter de déposer une plainte officielle" et partez.


Ajouté au commentaire de l'adresse. (Ce commentaire a été supprimé : Pour des raisons de contexte, certains lecteurs doutaient qu'une plainte officielle, ou la menace d'une plainte, puisse être prise au sérieux "juste pour avoir regardé avec appréciation" le corps d'un collègue).

Are Leering, Gestures and Staring sexual harassment ? Un extrait ci-dessous. Ceci est écrit par un cabinet d'avocats, btw.

Bien que tous les gestes ou regards ne soient pas censés être sexuels, certains sont très clairement inappropriés. Lorgner, qui est un regard sournois et lascif ou un regard de côté suggérant un intérêt sexuel ou une intention malveillante, est un type de regard indésirable et persistant qui constitue du harcèlement.

2nd Add : Plus d'informations sur le harcèlement sexuel ; même cabinet d'avocats, c'est moi qui souligne :

Il est interdit aux employeurs de harceler leurs employés sur le lieu de travail. En outre, ils doivent prendre des mesures immédiates pour mettre fin au harcèlement des employés et de la direction et ils sont censés prendre des mesures raisonnables pour empêcher le harcèlement de se produire en premier lieu.

Aussi, de Lawyers.com :

Le harcèlement sexuel signifie qu'un comportement est indésirable. Si un employé est d'accord ou consent, c'est bienvenu et non pas du harcèlement. Les employeurs et les tribunaux doivent examiner les situations dans leur ensemble pour décider si un événement était bienvenu ou non.

Le harcèlement sexuel prend de nombreuses formes. Il peut être verbal, non verbal, écrit, visuel ou physique. Il n'y a pas une seule façon précise d'être harcelé.

Comme "importun" est un terme subjectif, sans preuve du consentement de la partie offensée, et étant donné l'obligation légale faite aux employeurs de doivent prendre des mesures immédiates, une fois qu'une plainte officielle est déposée, l'accusé est généralement traité durement, et moins il a de pouvoir dans l'entreprise, plus il est sévère. S'il ne s'agit pas d'un acte illégal ou d'une rupture de contrat, le licenciement immédiat n'est pas rare. Sinon, une réaffectation immédiate ou un congé forcé peuvent être des options légales.

Dans mes commentaires (supprimés par un modérateur), j'avais dit le harcèlement sexuel est aux yeux de la victime: C'est ce que je voulais dire.

J'ajouterai aussi que je comprends que cela ne fait aucune différence si le harcèlement a été fait plusieurs fois sans que la victime ne le signale : Ne pas signaler le harcèlement n'est pas un consentement implicite. Les victimes peuvent expliquer qu'elles pensaient que cela cesserait et/ou qu'elles craignaient que le fait de signaler le harcèlement pourrait les faire renvoyer, ou les réaffecter, leur refuser une promotion ou des missions importantes, ou en général être perçues comme un fauteur de troubles et non comme un "joueur d'équipe".

En d'autres termes, la victime pourrait revendiquer le lieu de travail et la direction se sentirait hostile à de telles plaintes. Ainsi, la défense, en invoquant le consentement implicite comme excuse, pourrait renforcer l'idée dans l'esprit du jury que le lieu de travail était hostile et qu'il était raisonnable pour la victime d'assumer des conséquences négatives si le harcèlement était signalé, ce qui pourrait à son tour rendre le jury plus sympathique au harcèlement sexuel à long terme subi par la victime.

Regardez les règlements sur le premier site web, le cabinet d'avocats de Los Angeles montre des règlements de 300K$+ contre des entreprises. Ils peuvent facilement atteindre le double si la direction fait ne serait-ce qu'une tentative exploratoire pour rejeter la plainte comme non fondée, non sérieuse ou comme consentement implicite : Les jurys peuvent considérer qu'un tel comportement est révélateur d'une culture d'entreprise qui permet le harcèlement sexuel en général, et décider qu'une sanction pécuniaire sévère est nécessaire pour changer cette culture. On pourrait s'attendre à ce que les avocats des personnes offensées encouragent fortement ce point de vue, car les règlements plus importants sont toujours dans l'intérêt de leur client.

43
21
2018-01-04 19:42:08 +0000

Je vais vous proposer une solution alternative qui ne suppose pas le pire pour ce collègue.

Vous ne pouvez pas contrôler le comportement des autres (c'est particulièrement vrai quand ce n'est rien d'autre que quelqu'un qui bouge les yeux), mais vous pouvez contrôler vos sentiments. Cela vous met mal à l'aise parce que vous êtes présomptueux sur la raison pour laquelle il vous scanne - par exemple, qu'il vous scanne parce qu'il vous considère comme un morceau de viande. Essayez peut-être de voir s'il scanne tout le monde. Peut-être que c'est juste sa façon d'être (nous ne sommes pas tous aussi consciencieux que le plus habile d'entre nous socialement). Peut-être qu'il vous trouve attirante. Peut-être que vous ne portez pas de vêtements révélateurs, mais que vous portez des vêtements intéressants, et qu'il les observe.

Essayez de lui parler la prochaine fois qu'il passe, ou tout au moins, de le saluer. Cela ne veut pas dire que vous devez sourire, flirter ou même être amical. Juste un simple "Hey, comment ça va". Cela devrait le forcer à lever le regard pour dire bonjour (encore une fois, en supposant qu'il ne soit pas socialement gêné de rencontrer les yeux des gens). Cela le rendra également plus conscient du fait que vous êtes attentif à lui lorsqu'il passe et que vous le remarquez à chaque fois qu'il passe. Cela pourrait l'empêcher de scanner si c'est quelque chose qu'il n'est à l'aise de faire que lorsqu'il sent que vous ne faites pas attention.

Si rien de tout cela ne fonctionne, j'essaierais de mentionner quelque chose de bénin pendant qu'il scanne, comme "oh, j'ai quelque chose sur mes vêtements ? Cela pourrait l'amener à arrêter de scanner sans provoquer de conversation gênante.

Enfin, si tout le reste échoue, je dirais simplement : "Hé, je remarque que tu as l'air de me regarder quand tu passes, ce que tu ne fais pas avec les autres. Peut-être que tu ne veux rien dire par là, ou même que tu remarques que tu le fais, mais cela me met un peu mal à l'aise. J'apprécierais vraiment que vous essayiez de ne pas me regarder si attentivement quand vous passez devant moi. Mais je crois que s'il était "malveillant" dans son balayage (quelle que soit la définition qu'on en donne), il pourrait rendre la situation assez bizarre en disant que ce n'est pas à vous de lui dire où il peut pointer son regard (en jouant ici l'avocat du diable).

tl;dr Tout le monde devrait pouvoir se sentir à l'aise et respecté, mais il y a aussi des choses que vous ne pouvez pas contrôler, et des batailles qui ne valent pas la peine d'être menées. C'est l'un d'entre eux. Une partie de la vie consiste à apprendre à ne pas se laisser emporter par les autres. Ils ne peuvent le faire que si vous les laissez

21
15
2018-01-05 21:08:10 +0000

TL;DR : "J'ai l'impression que tu me fixes beaucoup. Qu'est-ce que c'est que ça ? Ça me met mal à l'aise."_

D'abord, vous devez être très prudent si vous accusez la personne de quoi que ce soit de façon formelle. C'est le genre de chose qu'il serait facile de nier même si c'est vrai, et il y a aussi la possibilité que la partie "comme un morceau de viande" ne soit pas vraie.

Ce que vous décrivez pourrait, mais n'est pas nécessairement, du harcèlement.

Une vue de l'autre côté de la barrière

Quand j'ai lu votre question, j'ai immédiatement pensé à une de mes collègues féminines, et je suis un homme. Pourquoi ? Parce que je l'observe particulièrement et que je la regarde plus que les autres femmes sur mon lieu de travail. Pourquoi serais-je si effrayant (utilisé de façon très lâche) ? Parce qu'elle porte des vêtements intéressants. Elle porte parfois de belles robes, des foulards ou d'autres vêtements qui attirent mon attention. Je fixe ces choses, mais cela me fait aussi fixer davantage même lorsqu'elle est habillée simplement.

Je ne suis pas du tout attiré sexuellement, ni même physiquement, par cette femme. Je sais qu'elle est jolie même en tenue simple, mais je ne l'aime qu'en tant qu'amie (parfois en tant qu'amie de type maternel, et j'apprécie cela car je suis du type professeur distrait).

Les gens ne portent pas de vêtements intéressants en supposant que tout le monde ignore leurs vêtements. Si c'était le cas, plus de gens porteraient un pantalon de survêtement et un t-shirt au travail et personne ne s'en soucierait. Les gens portent des vêtements intéressants précisément parce qu'ils veulent avoir l'air plus intéressants.

Dans le cas de la femme que j'ai mentionnée ci-dessus, j'ai remarqué à plusieurs reprises que je l'ai regardée trop longtemps. Par exemple, une fois, elle portait un foulard avec des images de fleurs dessus, et je me suis rendu compte que j'examinais les fleurs assez longtemps pour que ce soit gênant si quelqu'un le remarquait, alors j'ai arrêté.

Il y a une autre femme dans mon bureau qui portait une fois une robe avec une certaine impression dessus, et je me suis surprise à examiner l'impression de la robe pendant un moment. Mais en général, c'est juste la personne que j'ai mentionnée au départ qui est la victime.

Cela ne peut pas être du harcèlement sexuel, ce serait littéralement impossible précisément parce qu'il n'y a rien de sexuel là-dedans _de quelque façon que ce soit. Si cette femme m'a dit l'une des choses grossières suggérées par d'autres personnes ici présentes, je pourrais bien l'ignorer ou dire quelque chose comme "Je ne vais pas me promener les yeux fermés et il se trouve que vous êtes en face de moi". Mais si elle le remarquait et me faisait savoir poliment qu'elle aimerait que je m'arrête, alors j'aurais plus de chances d'essayer de m'arrêter moi-même. Je ne pourrais pas garantir que cela ne se reproduira jamais, car les yeux vagabondent quand on n'y pense pas, mais je ferais un effort conscient pour qu'elle se sente plus à l'aise.

Une approche douce

Donc quoi que vous fassiez, ne réagissez pas de manière excessive, soyez prudent dans vos accusations, et ne soyez pas un con.

Je suggérerais "J'ai l'impression que vous me regardez beaucoup. Qu'est-ce que c'est que ça ? Ça me met mal à l'aise. " Simple, pas accusateur, ouvert, doux, court. Si la réponse est le déni, vous pourriez essayer répondre avec "Faites attention à ce que vous regardez" *Si la réponse est affirmative et semble complètement innocente, *"Eh bien, ça me met mal à l'aise, donc je n'apprécie pas. "Si la réponse est affirmative et contient quelque chose de désobligeant, de négatif ou de négatif d'une quelconque manière, c'est votre file d'attente pour faire valoir votre point de vue, et vous pouvez répondre sur-le-champ si vous êtes à la hauteur avec "Eh bien, ça ressemble à du harcèlement pour moi, donc ça doit cesser immédiatement. "

Quelle que soit sa réponse, vos premiers gestes après cela doivent agir en conséquence. Je serais très embarrassé de recevoir une telle question, et ce serait tout ce dont j'ai besoin pour éviter la personne, et je m'excuserais probablement même si je ne la harcelais pas. Mais je connais des hommes qui ne seraient pas du tout mis en phase et qui pourraient même agir plus mal après cela. En fait, je connais un cas où un homme a riposté en disant à une femme, devant ses collègues, qu'elle ressemblait à une prostituée à cause de ses grandes bottes noires.

Soyez prêt à tout ! Cela pourrait ne rien être, mais cela pourrait devenir assez aigre.


Tangente

Conseil amical basé sur le commentaire judicieux de @PoloHoleSet :

Si vous vous trouvez dans la position mentionnée ci-dessus dans la section "de l'autre côté", il pourrait être bon de dire quelque chose à la personne afin de tenter de fixer sa réaction. Même si cela peut paraître gênant, essayer de fournir une "belle tenue" au moins une fois peut changer le point de vue de la personne qui est observée. Faites très attention à la façon dont vous le dites, et restez simple, pour éviter de causer accidentellement le problème que vous essayez d'éviter.

Dans le cas d'OP, si la téléspectatrice avait déjà fait un commentaire amical et décontracté sur ses chaussures, par exemple, elle pourrait se sentir très différente.

15
8
2018-01-05 03:47:24 +0000

Je vois les réponses de certaines personnes, et elles sont très passives et agressives. Il n'y a rien de mal à lui demander, quand vous êtes en tête à tête, pourquoi il vous regarde de haut en bas à chaque fois qu'il passe.

Quelle que soit sa réponse, faites-lui savoir que vous pensez qu'il s'agit d'une attraction physique, et non pas d'une appréciation. Faites-lui savoir qu'il s'agit d'un environnement de travail professionnel et que vous ne pensez pas qu'il s'agit d'un comportement professionnel. Il est difficile pour un manager de porter de lourdes accusations d'un seul coup, mais en lui faisant savoir que cela se produit sur des semaines ou des mois, il est plus facile pour lui de voir un modèle de comportement. C'est ce que j'ai fait, et mes e-mails commencent généralement par "Hé, je voulais vous faire part de quelque chose qui s'est passé. Je n'ai pas besoin d'intervention, mais je voulais vous prévenir au cas où ça s'aggraverait". Et ensuite, je décris le comportement. Si cela continue, vous avez une trace écrite à laquelle vous pouvez vous référer.

8
7
2018-01-06 16:16:48 +0000

C'est peut-être très différent dans d'autres pays, mais en Russie, nos filles le font tout simplement. J'ai moi-même eu cette expérience, j'aimais une fille au travail, elle était très sexy et sa voix était incroyable, alors je la regardais souvent et je l'écoutais parler. Un jour, elle m'a demandé directement pourquoi je la regardais et je lui ai répondu qu'elle était très belle. Elle a vraiment aimé mon compliment et depuis lors, nous sommes amies. Vous ne voulez certainement pas être ami avec la personne qui vous aime (sinon pourquoi vous examinerait-il) mais je pense toujours qu'une approche directe est le meilleur choix.

Nous sommes tous des gens que vous connaissez. Vous pouvez lui demander pourquoi il le fait. Si c'est un maniaque, vous pouvez le dire à votre patron, s'il est timide pour vous dire combien il vous aime, vous pouvez soit l'aider si vous n'êtes pas timide vous-même, soit lui dire que son comportement vous dérange et qu'il est en fait très abusif. Je n'appellerais pas cela du harcèlement puisqu'il ne fait que regarder.

De toute façon, c'est un collègue de travail et vous vous rencontrez souvent, il vaut donc mieux éviter les conflits et se montrer amical. Essayez simplement de savoir pourquoi il fait cela. Emmenez un de vos amis si vous avez peur des conséquences.

7
6
2018-01-06 18:24:13 +0000

J'ai l'impression que beaucoup de réponses ici supposent trop de choses et qu'elles s'amplifient trop rapidement.

Donner à une autre personne le bénéfice du doute, surtout dans un contexte où vous allez interagir à nouveau avec elle à l'avenir, peut souvent être plus productif. Même si la personne se trompe, lui laisser le bénéfice du doute peut faire des miracles pour le climat de travail futur.

Je commencerais sans agressivité et je progresserais par étapes. Vous avez ignoré son comportement jusqu'à présent, donc monter lentement ne semble pas être une tâche impossible.

Première étape : Faites-lui savoir que vous savez. Essayez d'attirer son attention lorsqu'il est dans la partie "en haut" de "regarder en haut et en bas", et dites simplement "salut" ou "bonjour" ou n'importe quelle salutation de bureau appropriée dans votre environnement.

Étape 2 : S'il continue à le faire alors qu'il aurait dû voir que vous l'avez remarqué, il est temps de lui donner une des réponses verbales amicales déjà données. "Puis-je vous aider ?" est la meilleure, l'IMHO, car c'est la moins agressive.

Étape 3 : S'il n'a pas eu l'indice, c'est le moment d'être franc, mais toujours pas agressif. "Je remarque que tu as l'air de me fixer beaucoup. Pourquoi ? Le petit mot "semble" lui donne une dernière option, mais cela ne fonctionnera que s'il arrête immédiatement de le faire. Et le fait de terminer par une question le met sur la sellette, car le comportement courant lui impose de répondre.

Étape quatre : Certaines personnes sont simplement denses, ou socialement maladroites. S'il recommence après la troisième étape, il est temps d'exprimer clairement ce que vous voulez : "Ok, tu me regardes. Je n'aime pas ça. S'il vous plaît, arrêtez de faire ça."

Étape 5 : Impliquez un manager ou les RH. Vous lui avez donné toutes les chances, vous lui avez clairement demandé d'arrêter, il ne l'a pas fait. Il est temps de le détruire. Tout cela peut sembler long, mais si vous atteignez réellement la cinquième étape et que vous avez pris des notes sur les autres étapes (notez au moins la date et l'heure, le lieu et vos réactions et celles de votre interlocuteur), vous êtes parfaitement préparé pour une confrontation, même si elle implique les RH, le service juridique ou même les avocats et les tribunaux. Personne ne peut vous en demander plus que ce que vous avez fait, vous avez été patient, vous avez été clair, vous lui avez fait remarquer ce qu'il fait de mal (en vous fixant), pourquoi il fait mal (vous n'aimez pas ça) et qu'il devrait arrêter de le faire. Il existe des termes juridiques pour tout ce que je ne connais pas en anglais (pas ma langue maternelle), mais il peut être important que vous n'ayez pas immédiatement dégénéré en confrontation. Si vous pouvez le supporter pendant quelques jours encore et franchir ces étapes, cela ne peut que vous avantager.

6
4
2018-01-04 16:47:04 +0000

J'essaierais de le mettre dans l'embarras

Établissez un contact visuel et ayez l'air agacé, cela devrait suffire à la plupart des gens normaux.

S'il persiste, adressez-vous directement à lui sur un ton enjoué lorsque (de préférence) quelqu'un est dans le coin.

Eyes up here bud

S'il persiste, demandez-lui de s'arrêter directement et dites-lui que cela vous met mal à l'aise.

S'il persiste après tout cela, passez par les canaux et les procédures des RH sur votre lieu de travail.

4
4
2018-01-04 16:17:30 +0000

un de mes collègues (hommes) a la fâcheuse habitude de scanner mon corps (féminin) à chaque fois qu'il passe devant moi

Cela me semble être un comportement inapproprié. Même si c'est l'inverse : une femme qui scanne le corps d'un homme pour la 100e fois. Je peux imaginer que cela vous rendrait mal à l'aise.

Je pense, mais cela peut dépendre du pays dans lequel vous vivez, que vous posez fermement une question rhétorique :

collègue de travail : [scanner le corps]

vous : Qu'est-ce que vous regardez ?

vous : [scanner le corps en colère]

Vous pourriez même scanner son corps en arrière pour clarifier ce que vous voulez dire. S'il ne comprend toujours pas, vous pourriez en discuter avec votre patron.

4
2
2018-01-15 22:18:55 +0000

Une manière innocente ou moins agressive de le confronter est peut-être de lui demander :

"Y a-t-il quelque chose sur mes vêtements ?"

Lorsqu'il répond par la négative, vous pouvez poursuivre avec :

"Vous regardiez/Je remarque que vous semblez parfois scanner mes vêtements, et je me suis demandé s'il y avait des peluches collées sur mes vêtements".

Cela peut l'alerter sur le fait que les gens le remarquent trop longtemps ou créer une ouverture pour que vous puissiez en savoir plus.

2
1
2018-01-05 00:39:03 +0000

Comme vous portez manifestement des vêtements lorsqu'il vous "scanne", il est possible qu'il soit attiré par vos vêtements.

https://www.psychologytoday.com/blog/the-psychology-dress/201004/what-men-wear-what-it-means-what-men-want-women-wear-and-why

Parfois, la réponse à la question "comment le confronter" peut en fait être Je vous conseille de ne pas être trop hâtif. Parce que dans certains cas (comme les malentendus ou le manque de communication), les confrontations ne font qu'empirer les choses. Vous dites que le type vous "scanne". Vous supposez qu'il y a quelque chose de sexuel dans ce comportement, mais vous n'en êtes pas sûr, je cite : "Je ne suis pas sûr à 100% qu'il s'agisse de harcèlement sexuel, mais c'est très ennuyeux..."

Le simple fait d'être ennuyé par quelqu'un avec qui vous n'êtes même pas en bons termes ne suffit pas pour accuser quelqu'un d'avoir un comportement gravement inapproprié. Si vous étiez en bons termes avec votre collègue, vous ne seriez pas aussi confus quant à ses motivations. Il ne faudrait pas longtemps pour savoir s'il y a lieu de s'inquiéter sérieusement. Et si, pour une raison quelconque, vous ne voulez tout simplement pas lui parler, alors vous devriez au moins comprendre que le snober le met probablement mal à l'aise.

Et présumer de la culpabilité d'une personne que vous ne connaissez apparemment pas très bien, voire pas du tout, sans preuve rationnelle de méfait, est à la fois extrêmement humiliant pour lui et très imprudent de votre part.

Être inutilement confronté n'est pas une conduite sociale très habile, et je suis désolé de voir que tant de réponses l'ont encouragé.

Mais supposons un instant que votre intuition soit correcte : c'est un sale type. Vous pouvez accuser les gens d'être flippants, mais cela ne se passe généralement pas très bien, pour toutes les personnes concernées. La meilleure façon de traiter les personnes qui sont trop sournoises pour se faire prendre (encore), c'est de les éviter. Et comme il n'y a apparemment déjà pas de véritable communication entre vous, vous ne le voyez qu'occasionnellement dans la salle de repos, et son pire crime consiste à regarder vos vêtements - cela ne devrait pas être trop difficile.

UPDATE : (Conseils sur la façon de gérer la situation spécifique qui vous met mal à l'aise. )

Le moment suivant vous êtes certain qu'il "scanne votre corps", immédiatement tournez-vous vers lui, en établissant un contact visuel direct (s'il n'établit pas de contact visuel, vous pouvez brièvement pointer votre doigt, pour attirer son attention), et dites :

"Ecoutez, je veux que vous arrêtiez de regarder mon corps"

S'il le nie, dites : "Arrêtez. Je ne vais plus le tolérer. Plus de discussion, plus d'excuses. Je vois ce que vous avez fait ; cela dure depuis bien trop longtemps maintenant, et j'en ai assez. Je ne vais pas le supporter"

Vous devez être parfaitement calme, ne pas avoir peur ou être en colère (rappelez-vous, vous avez dit qu'il est "habituellement gentil") ; mais absolument ferme, et ne pas vouloir renoncer à votre exigence de respect. Laissez-lui voir par votre attitude que vous êtes sérieux, que vous ne plaisantez pas et que vous n'êtes pas hystérique.

Votre intention n'est pas de l'attaquer - c'est seulement de fixer des limites propres. Vous voulez lui faire comprendre sans ambiguïté que le lieu de travail exige des convenances à tout moment, même dans la salle de repos ou le salon. Mais faites en sorte que votre message soit aussi bref et compréhensible que possible.

Ouvrir la porte pour lui permettre de s'excuser ne fait que suggérer que vous n'êtes pas absolument sûr de sa culpabilité. Et s'il ne s'excuse pas ou ne se conduit pas correctement à l'avenir, il est temps de déposer une plainte.

La clé est d'identifier le problème, puis d'identifier la solution :

Problème : "Vous me regardez." Solution : "Arrêtez ça."

Problème : Un collègue me harcèle. Solution : Déposez une plainte officielle.

Si le gars est vraiment "habituellement gentil", alors vous pouvez peut-être régler le problème avec lui personnellement, comme illustré ci-dessus.

Mais si le gars est un "sale type", il peut être nécessaire de déposer une plainte officielle auprès de votre superviseur, afin de fixer les limites appropriées.

Selon moi, dans ce cas et dans beaucoup d'autres, la résolution de l'ambiguïté est le problème clé. La partie présumée coupable peut agir délibérément de manière ambiguë, ce qui peut sembler abusif ou peut être simplement une sorte de malentendu entre les parties concernées. Mais vous n'avez aucun contrôle sur leurs actions, donc votre rôle est de décider par vous-même ce qui se passe réellement. Vous pouvez adopter la position qu'ils sont effectivement coupables, auquel cas vous devez traiter l'abus présumé en temps utile et avec confiance. Comme je l'ai dit au début de ma réponse, et il convient de le répéter : il n'est pas sage de présumer qu'une personne est coupable d'un comportement vraiment grave et embarrassant, sans vraiespreuves. Le simple fait de se sentir ennuyé ou suspect à l'égard d'une personne ne suffit pas à ruiner sa réputation.

1
1
2018-01-04 20:21:27 +0000

Vous avez mentionné le fait de rester à l'écart, ce qui suggère un évitement qui peut être considéré comme invitant. Votre solution est le contact visuel direct, ni plus ni moins, pour mettre fin à la perception selon laquelle ledit balayage passe inaperçu ou est tacitement accepté. Il s'agit, dans une certaine mesure, d'infliger une gêne ainsi que de modifier la focalisation des yeux du scanner. Lorsqu'un comportement inapproprié ne passe pas inaperçu, il a tendance à s'arrêter.

1

Questions connexes