Les relations interpersonnelles
2017-11-23 10:55:39 +0000 2017-11-23 10:55:39 +0000
27

Comment puis-je faire en sorte que ma sœur cesse de me demander de l'aider à fumer ?

Ma soeur est à l'hôpital. Elle est fumeuse et n'a plus de cigarettes. Elle me demande de lui en apporter d'autres. Elle n'est pas hospitalisée parce qu'elle fume.

Je ne suis pas du tout d'accord avec le tabagisme et j'ai l'impression que je l'encouragerais/la réconforterais en lui apportant des cigarettes et j'ai donc dit que je ne lui apporterais pas de cigarettes.

J'ai déjà fait quelques concessions, même si cela m'a fait mal, et je l'ai emmenée dehors en fauteuil roulant pour qu'elle fume sa dernière cigarette.

Elle me demande constamment de lui en apporter. Je sais que si elle le demandait aux infirmières, elles lui donneraient un patch/gomme/ produit à base de nicotine si les envies de fumer sont le problème et elle le sait aussi, donc je ne pense pas que le sevrage de la nicotine soit le problème ici. Je pense qu'elle veut juste fumer.

Elle me vise principalement car elle sait que je suis le plus susceptible de céder et de lui apporter des cigarettes, mais elle a demandé à d'autres, qui ont également dit non. Ses amis qui fument ne viendront pas la voir avant la fin de la journée.

_Je n'essaie pas de la forcer à arrêter ou même de lui demander d'arrêter. Je lui demande d'arrêter de me demander de l'excuser et de l'aider à le faire. Je ne m'inquiète pas qu'elle m'en veuille pour cela, car je sais qu'un tel ressentiment ne durera pas longtemps une fois qu'elle aura trouvé quelqu'un d'autre pour aller chercher les cigarettes pour elle. Minimiser ce ressentiment serait simplement un bonus supplémentaire, un objectif secondaire si vous voulez.

*Comment puis-je faire en sorte qu'elle respecte mes convictions et cesse de me demander de l'aider à fumer ? *


Cette question n'est pas de savoir s'il est juste ou non de lui donner des cigarettes. Les suggestions de compromis peuvent être utiles mais (en général) me dire pourquoi je devrais ou non l'aider à fumer ne répond pas à la question et je pense que c'est hors sujet et peut-être un sujet pour Biology.SE . Je connais et je comprends les arguments pour et contre. Je suis d'accord avec l'hôpital, dont la politique est de fournir un traitement pour le sevrage de la nicotine mais pas d'encourager ou de tolérer le tabagisme.


J'ai été l'une des principales personnes à l'aider et à lui apporter un soutien en général. Lorsqu'elle a été admise, j'ai passé trois jours avec peu de sommeil et j'ai passé chaque heure disponible à l'aider, alors je vous demande de bien vouloir retenir les commentaires de "mauvais frère".

Le temps total entre son départ et le moment où un ami lui a apporté ses cigarettes était comparable à un vol long courrier, sinon elle allait bien et était prête à sortir (essentiellement le dernier jour de surveillance avant de rentrer chez elle).

Réponses [8]

43
2017-11-23 14:03:03 +0000

C'est une situation délicate, car aucun de vous n'est objectivement plus correct que l'autre. Votre sœur présente des arguments valables, mais vous aussi. La décision sur la question de savoir qui a le plus raison est exclusivement subjective.
Si je devais poser cette question devant une grande foule, je m'attendrais à ce qu'il y ait un soutien pour l'un ou l'autre côté de l'argument, ce qui signifie que nous ne pouvons pas vous dire quel côté est définitivement correct.

Tout d'abord, vous avez le droit de refuser de lui apporter des cigarettes. Rien de ce que je dirai ne changera ce fait.

Mais je veux d'abord explorer cette décision. Non pas pour vous critiquer ou invalider votre opinion, mais plutôt pour montrer que votre soeur entend probablement quelque chose de différent de ce que vous dites ; ce qui contribue au problème.

Laissez-moi jouer votre défenseur et celui de votre sœur. De ces deux points de vue, nous pouvons distiller une approche IPS qui évite d'offenser l'une ou l'autre partie.


Jouer votre défenseur.

Vous avez le droit de refuser toute faveur qui vous est demandée. Point final. Peu importe que votre soeur vous demande d'apporter ses cigarettes ou ses pantoufles.

Cependant, la liberté de le faire ne signifie pas que vous êtes immunisé contre les conséquences de cette demande. Si votre sœur trouve votre refus injustifié, elle sera en colère contre vous, même si elle ne peut pas vous forcer à lui rendre ce service.

Mais comment formuler votre refus ?

Je ne suis pas du tout d'accord avec l'idée de fumer et j'ai l'impression que je l'encouragerais en lui apportant des cigarettes et j'ai donc dit que je ne lui apporterais pas de cigerettes.

Si vous avez utilisé une formulation similaire à celle-ci, je peux comprendre pourquoi votre soeur ignore essentiellement votre explication et répète la question (Note : je peux voir d'où elle vient. Je ne dis pas qu'elle est objectivement correcte).

D'après votre formulation, vous avez laissé entendre que vous refusiez de lui apporter des cigarettes parce que vous vouliez qu'elle arrête de fumer. Dans votre question, il y a un ton général sous-jacent à la plupart de vos propos qui implique cette même intention ; vous essayez de diriger le comportement de votre soeur.

Important : Vous avez déjà explicitement nié cela dans un commentaire ultérieur que vous avez fait, où vous confirmez que vous n'essayez pas de la faire arrêter. Mais malheureusement, ce message se perd dans la traduction, car votre formulation initiale implique des motivations personnelles, même si ce n'est pas le cas.
La source du conflit provient souvent du fait de faire des sous-entendus, peu importe que vous vouliez faire des sous-entendus ou que vous croyiez que c'est correct.

A partir de là, nous nous concentrons sur ce que votre soeur entend , et non sur ce que vous aviez l'intention de dire au départ.

Votre soeur peut ne pas considérer cela comme une justification valable. Juridiquement parlant, ce n'est pas le cas (si elle est adulte, vous n'avez pas qualité pour prendre les décisions de vie à sa place). Moralement parlant, c'est subjectif (certaines personnes seront d'accord avec votre soeur, d'autres avec vous).

Alors, au lieu de cela, tenez-vous en aux faits indéniables :

Je me sens mal à l'aise de t'apporter des cigarettes. Vous connaissez mon opinion sur le tabagisme, et vous apporter des cigarettes me donnerait l'impression d'aller à l'encontre de mon propre code moral. Je préfère ne pas le faire.

Tout ce que vous dites ici est indéniablement vrai. Même si votre motivation est subjective, il est objectivement correct de décrire que c'est votre motivation.

Cependant, je pense qu'il serait intéressant que vous considériez à quel point vous n'êtes pas disposé à lui permettre de fumer. Oubliez l'hôpital une seconde :

  • Seriez-vous d'accord pour demander à quelqu'un (par exemple un autre frère ou une autre sœur) de lui apporter des cigarettes ?
  • Pourriez-vous la conduire à un magasin si elle a besoin de cigarettes ?
  • Lui diriez-vous où trouver un magasin où elle peut acheter des cigarettes ?
  • Lui prêteriez-vous de l'argent, si vous saviez qu'elle allait acheter des cigarettes avec ? (en supposant qu'elle soit garantie de vous rembourser rapidement)
  • L'accompagneriez-vous si elle se rendait elle-même dans un magasin pour acheter des cigarettes ? (en supposant que vous auriez autrement encore passé du temps avec votre soeur)

Je pense que vous pouvez voir que cela devient une pente glissante. Il y a un point où votre refus sera généralement considéré comme petty (par votre sœur), ce qui provoquera des frictions entre vous (ce qui empêchera une bonne approche IPS).

On peut discuter de _l'endroit où se trouve ce point exact, mais cela n'a pas d'importance. Votre opinion est différente de celle de votre sœur, qui est différente de la mienne. Il n'y a pas de réponse objectivement correcte ici.

Cependant, si vous êtes en fait à l'aise avec certaines des alternatives (vous pouvez bien sûr penser à d'autres si vous le souhaitez), je les inclurais comme suggestion :

Je me sentirais mal à l'aise de vous apporter des cigarettes. Vous connaissez mon opinion sur le tabagisme, et vous apporter des cigarettes me donnerait l'impression d'aller à l'encontre de mon propre code moral. Je préfère ne pas le faire.
Si tu veux, Je peux demander à mes frères et sœurs de vous en apporter lorsqu'ils vous rendent visite.

Cela réduit les risques que votre sœur soit offensée ou considère votre refus comme injustifié. Au lieu de refuser abjectement, vous essayez simplement d'éviter un problème personnel, et vous avez proposé une alternative viable qui ne vous met pas (autant) mal à l'aise.


Se faire l'avocat de votre soeur.

Comment puis-je faire en sorte qu'elle respecte mes convictions et cesse de me demander de l'aider à fumer ?

Notez que votre soeur peut vous demander la même chose, en vous faisant respecter son droit de fumer si elle le souhaite, quelle que soit votre opinion sur la question.

Pour changer d'exemple, apporteriez-vous à votre sœur ses biscuits préférés si elle vous le demandait ?

Bien qu'il puisse être moralement justifié que vous refusiez de le faire si votre soeur est par exemple hospitalisée pour des problèmes liés à l'obésité, il n'y a pas de réelle justification morale à ce refus si votre soeur est en bonne santé (c'est-à-dire que les cookies ne lui sont pas anormalement préjudiciables dans son état actuel).

C'est le cœur de l'argumentation de votre sœur. Elle demande votre assistance. La seule raison pour laquelle elle demande de l'aide est qu'elle a actuellement des problèmes pour le faire elle-même (parce qu'elle est confinée à l'hôpital). Elle ne vous demande pas votre permission, votre approbation ou vos conseils.

Quand vous refusez d'apporter des cigarettes à votre soeur, ce qu'elle entend c'est que vous refusez de l'aider. Vous avez refusé sa demande, mais (pour elle) il s'agissait simplement d'une demande d'aide, pas de prendre les décisions de sa vie à sa place.

Il y a des raisons valables pour que vous refusiez de lui apporter des cigarettes, mais du point de vue de votre soeur, elles se limitent généralement à ne pas pouvoir lui rendre visite ou à ne rien lui apporter du tout (indépendamment des cigarettes elles-mêmes).

Ce que j'essaie de comprendre, c'est qu'il y a une différence significative entre aider quelqu'un et aider quelqu'un à faire quelque chose.

Laissez-moi changer l'exemple, pour que vous soyez impartial par rapport au scénario :

Un homme est allongé sur le sol. Il est blessé. Je me précipite vers lui, je soigne ses blessures et je le soigne pour qu'il retrouve sa santé. Une fois guéri, l'homme continue ce qu'il faisait avant d'être blessé : détruire la forêt tropicale.

Si je n'avais pas aidé cet homme, il n'aurait pas pu détruire davantage de forêt tropicale.

Même si J'ai aidé cet homme, et qu'il n'aurait pas pu continuer à détruire la forêt tropicale sans que je le soigne, Je n'ai pas aidé cet homme à détruire la forêt tropicale.
Ce que l'homme a choisi de faire après avoir été guéri, c'était sa décision, pas la mienne. Le fait de le guérir ne me rend pas responsable de toutes ses actions futures.

Il en va de même pour votre soeur. Elle demande votre aide, mais elle ne vous demande pas de la tuer en la faisant fumer. Même après avoir apporté les cigarettes, vous ne la forcez pas à les fumer. Elle fume volontairement des cigarettes, et c'est son droit de choisir de le faire.
Le fait d'apporter des cigarettes à votre soeur ne vous rend pas responsable du fait qu'elle les ait fumées volontairement.

Il y a une exception marginale : si votre soeur a déjà indiqué qu'elle voulait arrêter de fumer, et qu'elle cède clairement au sevrage. Mais vous n'avez jamais mentionné que votre sœur a voulu arrêter de fumer, donc cela n'est pas pertinent pour la situation actuelle.


Alors, quelle est la conclusion ici ?

Avant tout, vous devez décider où se situent vos priorités. S'il n'y a pas de juste milieu, préférez-vous apporter des cigarettes à votre soeur, ou allez-vous continuer à refuser de le faire (et risquer qu'elle vous en veuille) ?

Si vous continuez à refuser de le faire, alors vous avez votre réponse. Exprimez votre refus avec gentillesse (comme dans l'exemple ci-dessus), mais puisque vous avez pris votre décision de manière définitive, il n'y a plus de discussion à avoir.
Tout ce que vous pouvez faire, c'est expliquer votre raisonnement à votre sœur afin de réduire les chances (ou la gravité) qu'elle soit fâchée contre vous, mais ce n'est pas une garantie.
Il est possible qu'il soit inévitable de l'offenser. Cela dépend de votre sœur, et je ne la connais pas.

Cependant, si vous préférez lui apporter des cigarettes plutôt que de vous disputer avec elle, ou si vous êtes au moins ouvert à un compromis (la rencontrer à mi-chemin), alors il y a plus à discuter. La seule façon équitable de procéder est que vous soyez tous les deux à l'aise avec le compromis.

Dans ce cas, commencez de la même manière : expliquez-lui pourquoi vous vous sentez mal à l'aise. Ne battez pas un cheval mort non plus ; j'en déduis que vous avez été clair sur votre désapprobation du fait qu'elle fume dans le passé, donc elle connaît peut-être déjà votre position à ce sujet. Concentrez-vous sur ce que vous ressentez, ne cherchez pas à définir ce qui est bien ou mal.

Après qu'elle ait compris (et respecté) votre appréhension ; essayez de trouver un juste milieu. Je ne peux pas vous donner de réponse concluante ici, car je ne peux pas répondre pour votre sœur (ou pour vous). Essayez en proposant des alternatives, et en essayant d'atteindre le but de votre soeur** tout en évitant le malaise personnel**.

Ce qui se passera dépendra de vous et de votre soeur. Si votre soeur n'est pas très sympathique, il est probable qu'elle sera fâchée contre vous en raison de votre refus initial. Vous ne pouvez pas faire grand-chose ici, si ce n'est expliquer votre raisonnement et exprimer que vous ne voulez pas vous sentir mal à l'aise.

Si votre soeur est particulièrement sympathique, il est possible qu'elle soit d'accord avec votre refus et qu'elle n'ait pas besoin que vous la rencontriez à mi-chemin (par exemple, une fois qu'elle aura compris vos sentiments, elle pourra comprendre qu'elle ne doit pas vous impliquer dans sa tentative d'obtenir des cigarettes).

Si elle se trouve quelque part au milieu, alors vous devrez trouver un compromis entre vous deux. Mais au moins, vous avez maintenant une conversation ouverte et honnête, par opposition aux malentendus et aux discussions qui se déroulent en dehors de la conversation.

43
8
2017-11-23 12:46:21 +0000

En tant que gros fumeur depuis des décennies, il n'aurait rien fait. Malheureusement. Rien. Rien du tout... Rien, et rien de grave. J'aurais trouvé un moyen de me procurer mes cigarettes, croyez-moi... Comme toute personne sous influence le ferait probablement aussi :(

J'ai arrêté depuis quelques années maintenant, et je me sens bien. A l'époque où je fumais, je savais ce que cela faisait à votre corps. Mais je pouvais aussi sentir ce qu'il fait à votre esprit : il vous aide à vous sentir mieux et soulage certaines douleurs. Nous, fumeurs, sommes dépendants (nous l'étions, pour moi, maintenant). C'est dommage, mais c'est un fait.

Laissez-moi vous dire ce qu'elle peut ressentir. J'étais à sa place. J'ai subi une opération (assez lourde) il y a des années, et j'ai dû rester au lit pendant au moins 3 jours sans bouger, et avec des médicaments lourds (contrôlés) pour soulager la douleur. Vous savez quoi ? Après 36 heures, j'étais sorti du lit...

Il fallait près de 25mn pour marcher jusqu'à l'ascenseur, descendre les escaliers, atteindre la zone extérieure où les gens étaient autorisés à fumer. Et 25mn pour retourner dans mon lit. Je faisais cela toutes les deux heures le premier jour (avec un épisode de ma série préférée entre les deux), et toutes les heures après un jour de plus.

*Ne sous-estimez jamais le pouvoir MALVEILLANT d'une cigarette !!! * Elle en a besoin, pour l'instant.

En ce moment très particulier, elle en a plus que jamais besoin. C'est dommage, je suis d'accord, et je ne le dirai jamais assez. Mais elle en a besoin...

Pouvez-vous lui dire NON ? Bien sûr. Trouvez vos mots, choisissez-les avec soin, et, plus important, gardez-les pour plus tard, quand elle sera de retour à la maison, et ayez une oreille plus attentive.

Cela dit, vous pouvez lui demander de ne pas vous demander. C'est tout simplement cela. Mais si vous voulez l'aider plus tard, et l'aider à combattre sa dépendance à la nicotine, vous pouvez attendre qu'elle aille mieux. Vous pouvez trouver de nombreux sites web avec des conseils utiles. Quoi qu'il en soit, soyez prêt à entendre un NO ou quelque chose du genre je m'en fiche, ou je fais ce que je veux de ma santé...

Si vous vraiment voulez lui dire tout de suite, dites-lui quelque chose comme S'il te plaît, ma soeur, tu sais que je n'aime pas les cigarettes, et ce que ça fait aux gens. Pourquoi demandez-vous à ME de vous aider à faire ça ?

Cela pourrait l'aider à comprendre qu'elle va à l'encontre de ce que vous croyez. On ne sait jamais...

8
7
2017-11-23 14:22:48 +0000

Vos sentiments sur le tabagisme viennent de l'écoute de votre conscience. Cela peut sembler banal, mais si vous personnifiez votre conscience, cela peut aider à expliquer à quelqu'un pourquoi vous prenez position. Ainsi, plutôt que de dire "Je ne veux/ne peux pas faire ça", montrez-lui votre situation intérieure en disant quelque chose comme

Écoutez, ma conscience ne me permet pas de vous aider à fumer. Tout le monde sait que fumer est nocif pour la santé, et si je vous aidais à fumer, j'aurais l'impression de vous faire du mal. Je ne pourrais pas vivre avec moi-même si je faisais cela.

J'espère que cela vous aidera.

7
6
2017-11-23 12:56:09 +0000

Comme le dit OldPadawan,

J'aurais trouvé un moyen d'obtenir mes cigarettes, croyez-moi... Comme toute personne sous influence le ferait probablement aussi

Si elle est en sevrage, les symptômes peuvent être assez graves (je sais, j'ai arrêté de fumer). Cela augmentera considérablement son stress et nuira certainement à sa guérison. Si elle est à l'hôpital, ce n'est pas le moment d'arrêter de fumer, ce que vous faites quand vous êtes à l'aise, avec beaucoup de motivation et sans stress en vue. Ce que vous faites, c'est simplement ajouter le stress et d'autres problèmes à ses autres problèmes (comme être malade et à l'hôpital).

Un autre symptôme courant du sevrage est l'extrême irritabilité, alors ne soyez pas surpris de constater un niveau étonnamment élevé de ressentiment de sa part.

Comment puis-je l'amener à respecter mes croyances

Vos croyances ne sont pas pertinentes. Soit votre désir de l'aider est plus important que vos convictions, soit il ne l'est pas, auquel cas vous devez reconnaître que vous ne vous en souciez pas vraiment et cesser de lui rendre visite.

Maintenant, si vous souhaitez l'aider, vous devrez la convaincre d'utiliser un substitut qui fixera ses envies et ses symptômes de sevrage tout en étant meilleur pour sa santé. Les patchs et les gommes à la nicotine sont de la merde, le meilleur moyen que j'ai trouvé est simplement d'utiliser un vape. Cela fonctionne vraiment parce que l'utilisateur contrôle la dose.

C'est le bit IPS : Je recommande de lui offrir un vape et de la convaincre que c'est beaucoup plus pratique dans son environnement hospitalier actuel. Les arguments que vous pouvez utiliser sont les suivants : ça marche, ça règle le problème du sevrage, ça ne fait pas de fumée, elle n'a pas besoin de sortir sur sa chaise roulante, c'est bien mieux pour sa santé, et comme ça ne bouleverse pas vos "croyances", vous lui apporterez le truc.

Mais le plus probable, c'est que si elle n'a pas fumé depuis plusieurs jours, vous lui donnerez le truc et elle le tétera comme une folle pour avoir sa dose, sans que vous ayez à dire quoi que ce soit.

Alors les jours suivants, n'oubliez pas de la complimenter sur le fait qu'elle ne sent plus le tabac, etc. Vous pouvez essayer de la convaincre de passer entièrement à l'inhalation de vapeurs au lieu de fumer. Vous pouvez essayer de la convaincre de passer entièrement à la vaporisation au lieu de la cigarette. Cela fonctionne vraiment. C'est aussi beaucoup moins cher.

Mais assurez-vous de choisir un liquide qui ne pue pas. Si vous vous inquiétez du prix, demandez-vous si aider un membre de la famille dans le besoin vaut 50 dollars ?

6
2
2017-11-24 23:49:19 +0000

Cessez d'expliquer et de justifier votre décision.

Vous avez déjà dit "Non". Vous avez déjà expliqué votre décision. Et aucune explication ne la fera changer d'avis. Alors, arrêtez de vous faire appâter pour vous disputer avec elle. Et arrêtez de prendre ses arguments trop au sérieux.

Dites simplement : "Non, je n'ai pas à m'expliquer".

Elle est en manque et elle va te dire des choses assez méchantes. Si elle choisit cette voie, il suffit d'être d'accord avec elle.

"Bien sûr, je suis mauvais."

"Bien sûr, je suis un mauvais frère."

"Bien sûr, je ne me soucie pas de toi."

"Tu as raison."

"Ok"

"Tu ne peux pas contrôler ce qu'elle pense de toi. Et plus vous essayez de contrôler ce qu'elle pense de vous, plus elle a le contrôle sur vous.

Aussi, n'essayez pas de l'empêcher de vous demander. Vous ne pouvez pas contrôler ce qu'elle vous demande. Ne cédez pas à votre propre action (qui est toujours sous votre propre contrôle). C'est la seule chose que vous devez faire. Mais laisse-toi aller à essayer de contrôler ce qu'elle fait ou ce qu'elle pense. Car plus tu essaieras de lui dire d'arrêter de te demander, plus elle te demandera. Ou plus vous semblez bouleversé par sa demande répétée, plus elle va vous en demander.

Si ce conseil ne vous suffit pas, lisez le livre When I Say No, I Feel Guilty de Manuel J. Smith.

Ce livre est absolument génial, mais si vous avez du mal à le lire, commencez par les transcriptions à la fin du livre et remontez jusqu'au début du livre.

2
2
2017-11-24 16:18:50 +0000

Je pense qu'il s'agit d'une copie de chaque question "comment faire pour que x personnes cessent de m'embêter à propos de y", qui sont nombreuses, donc vous pourriez tirer profit de la recherche d'autres questions de ce type et de la lecture des réponses qu'elles contiennent. (A l'exception peut-être du fait que votre soeur a une motivation encore plus forte que d'habitude - mais pas nécessairement celle-là).

La version courte est que vous récompensez fortement tout comportement positif (dans ce cas, toute interaction que vous avez avec votre soeur où elle ne vous demande pas de lui apporter des cigarettes) et que vous ignorez ou vous vous retirez de tout comportement négatif. Votre premier instinct sera probablement de vous opposer à un comportement négatif, mais cela est contre-productif : cela encourage activement votre soeur à continuer à adopter le comportement négatif, parce qu'elle en tire une certaine réaction et croit (peut-être à juste titre) qu'avec le temps elle pourra changer votre réaction en celle qu'elle souhaite.

La bonne méthode est la suivante : Comportez-vous aussi gentiment que possible avec votre sœur. Dites-lui combien vous êtes heureux de la voir, parlez de ses sujets favoris, etc., apportez-lui une jolie carte, tout ce qui n'implique pas de cigarettes. La première fois qu'elle évoque l'idée que vous lui apportiez des cigarettes, dites-lui que vous êtes vraiment désolé, mais que vous ne pouvez même pas parler de lui apporter des cigarettes et que si elle continue à en parler, vous devrez partir. Lorsqu'elle continue à en parler, vous vous excusez rapidement, vous lui dites qu'elle vous manque et que vous avez aimé lui parler, mais que vous ne pouvez pas parler de ce sujet, puis vous partez immédiatement. (Ne la laissez pas essayer une troisième fois.) La prochaine fois que vous irez voir votre sœur (selon votre horaire habituel), revenez au début et agissez de nouveau aussi gentiment que possible. N'évoquez pas du tout la visite précédente, même en passant, dites simplement qu'elle vous manque, qu'elle espère qu'elle va mieux, etc. Lorsqu'elle revient sur la question des cigarettes, répétez le même processus. Ne laissez pas traîner les choses, rappelez-lui le plus vite possible que vous ne pouvez pas parler de cela et qu'elle n'a qu'à parler d'autre chose pour vous garder dans la pièce... Si elle passe à un autre sujet, bien, redevenez immédiatement aussi gentil que possible, mais la deuxième fois qu'elle aborde le sujet interdit, partez alors poliment mais rapidement.

Je ne vais pas dire que c'est facile, mais c'est assez efficace, et vous obtenez aussi le maximum de temps positif avec votre soeur.

2
1
2017-11-23 19:00:39 +0000

Bien que je sois d'accord avec la réponse de Flater dans l'esprit (dire à la soeur qu'être demandé est un fardeau (moral) pour vous). Voici une autre approche légèrement conflictuelle :

"Ecoute, soeurette, je t'aime et tu sais que je serai toujours là pour toi. Mais s'il te plaît, arrête de me demander de t'acheter des cigarettes. Pour moi, c'est comme si tu me demandais de t'aider à te suicider (te donner un pistolet pour te tirer dessus). Cela me fait très mal et bien que j'accepte toutes vos décisions, je ne peux pas vous aider dans ce cas, faites-moi la faveur d'accepter l'inverse".

Cela peut ouvrir une petite discussion et oui, cela ouvre la porte aux émotions, mais en tant que frères et sœurs (et amis, etc.), il est parfois bon de parler des émotions ou même de les laisser sortir dans une certaine mesure. Vos raisons d'être anti-fumeur peuvent être différentes, alors vous devez ajuster la réponse, mais je serais franc et choquant une fois et dans toute discussion suivante, répétez que vous l'acceptez telle qu'elle est, mais demandez la même chose.

Si cela n'aide pas et que votre relation est habituée à la dureté de la fratrie qui éclipse souvent l'amour fraternel sous-jacent, vous devrez peut-être renforcer votre position à plusieurs reprises. Vous pouvez essayer de lui faire comprendre votre point de vue en lui répétant l'approche ci-dessus avec des variantes ou en utilisant ses propres principes chaque fois qu'elle vous le demande à nouveau.

Dites qu'elle est un peu Hermione et que, pour des raisons morales, elle ne voudrait pas faire vos devoirs :

"Hé mec, quand tu feras tes courses, tu peux m'acheter des clopes ?"

"Tu veux bien faire mes devoirs en attendant ? Oh non ? C'est bien ce que je pensais... Tu te souviens de la discussion qu'on a eue ?..."

ou reste fidèle à tes propres sentiments

"Hé mon frère, quand tu feras tes courses, tu pourras m'acheter des cigarettes ?"

"Désolé, mais je suis sûr qu'ils ont des couteaux pour que tu puisses te couper les veines."

Il y a un certain risque avec la première approche si, à un moment donné, elle cède sur ses principes et, dans l'exemple, fait vos devoirs (première approche), ou si elle sent que vous voulez lui dire ce qu'elle doit faire (deuxième approche). N'utilisez donc ces deux méthodes que lorsqu'elle aborde le sujet et rappelez-lui que vous ne faites que réagir à sa demande et que vous ne le feriez pas si elle ne le faisait pas. Dans le premier cas, vous pouvez utiliser tout ce qu'elle a des principes et qu'elle ne voudrait pas faire - mais assurez-vous qu'il est clair qu'il ne s'agit pas d'une demande réelle, mais d'un rappel rhétorique expliquant pourquoi vous demander est futile et pas gentil.

Comme nous ne connaissons pas votre sœur, il n'y a pas d'approche unique, surtout quand il s'agit de trouver le bon ton. Vous voulez être un peu brutal et vous assurer qu'elle se souvienne, mais sans être trop offensant. Tout dépend donc de la façon dont vous conversez habituellement (par exemple, si le badinage est normal ou s'il est totalement désapprouvé, etc.)

Cette réponse n'est explicitement pas du côté le plus doux/naturel, car nous avons déjà des réponses dans ce sens - parfois, il est utile de faire passer votre message de manière un peu directe, mais il faut toujours le faire dans le bon contexte (c'est-à-dire que chaque moment peut ne pas être le bon et que la formulation peut devoir être adaptée à la personne). En fin de compte, il s'agit d'une confrontation entre deux personnes qui veulent deux choses différentes, de sorte qu'il faut s'attendre à ce qu'au moins l'une des parties soit un peu désagréable, quelle que soit la manière dont elle est résolue.

1
1
2017-11-23 12:16:48 +0000

Dans ma langue, nous avons un dicton qui dit : "O combinado não sai caro". En gros, il dit qu'un accord est la meilleure option pour rendre les deux parties heureuses.

Ce que je propose : proposez-lui un accord, que vous lui apportiez quelques cigarettes supplémentaires, mais que vous diminuiez les chiffres au fil des jours. Exemple : jour 1 : apportez-lui 5 cigarettes, jour 2 : 4, jour 3 : 3... Si nécessaire, les chiffres peuvent être remplacés, bien sûr. Mais ce que je veux dire, c'est que si vous ne lui enlevez pas immédiatement, vous l'enlevez progressivement, elle se sentira plus obligée de vous forcer (parce que certaines sont mieux que rien) et vous l'aiderez également à moins fumer/rien

1

Questions connexes