Les relations interpersonnelles
2017-11-14 09:38:14 +0000 2017-11-14 09:38:14 +0000
58

Faire face aux propos xénophobes d'un supérieur et s'en sortir

Cela pourrait très bien se faire sur le lieu de travail, mais je suis à la recherche d'une solution de SPI qui m'aidera à faire face à cette situation, car les conseils habituels sur le lieu de travail ("Cherchez un nouvel emploi") ne m'aideront pas dans ce cas.

J'ai un supérieur dans mon travail qui se lance parfois dans des élucubrations xénophobes en colère. Il suffit de dire que ce n'est pas joli.

Parfois, il les lance juste en parlant aux gens. Parfois dans les réunions. Il semble que ce soit quand il en a envie. J'ai essayé d'éviter de donner de l'huile sur le feu en abordant sur la pointe des pieds des sujets qui pourraient le mettre en colère, mais cela n'a que légèrement réduit les occurrences.

Je ne suis explicitement pas en mesure de réfuterer ouvertement cette personne ou de passer au-dessus de sa tête puisque ce comportement est connu et accepté à contrecœur par le reste de la direction. Je ne veux pas non plus attirer leur colère, car ils sont dans une position directement supérieure à la mienne et je suis un junior de l'entreprise.

Les autres employés semblent faire face à la situation en n'écoutant pas ou en ne supportant pas ces propos lorsqu'ils surgissent.

Je cherche des techniques ou des astuces sociales pour prévenir ou mettre fin prématurément aux propos xénophobes de quelqu'un sans avoir à l'écouter et à ne rien dire. L'idéal serait que cela fonctionne sans aliéner ou mettre en colère la personne en question, et cela doit fonctionner sans être forcé (la personne réagit extrêmement mal à cela).

Pour le contexte de cette question, veuillez supposer que je ne souhaite pas intenter une action en justice contre la personne et que les solutions sur le lieu de travail, comme le signalement aux RH, ne sont pas des options viables.

Réponses [5]

129
2017-11-14 16:12:17 +0000

Une chose qui a fonctionné pour moi, lorsque je travaillais dans la construction, a été de réorienter subtilement la diatribe. Cela a été efficace contre une grande variété de divagations et cela m'a aidé à survivre à plusieurs cycles électoraux américains depuis lors.

Une personne qui fait une diatribe haineuse ne se soucie généralement pas tant de savoir de quel genre de diatribe il s'agit, donc si vous lui mettez un micro dans l'oreille à propos d'un autre sujet qu'elle déteste alors qu'elle vient juste de commencer, vous pouvez souvent faire une sorte de judo de diatribe haineuse.

Ça ressemble un peu à ça :

Ranter- Ces fichus immigrés qui font la racaille...
Moi- Attendez, vous avez vu ce que [le client le plus détesté] demande maintenant ? A quoi pensent-ils ?
Ranter- Laissez-moi vous parler de la [cliente la plus détestée] populace populace populace !

Ça semble fonctionner plutôt bien la plupart du temps. Cela aide aussi un peu à la solidarité sur le lieu de travail. La plupart des lieux de travail ont un ennemi commun, sous la forme d'un client ou d'un fournisseur odieux ou... Lorsque les gens se défoulent et plaisantent ensemble sur une frustration commune, cela peut aider à atténuer cette frustration et à établir des relations entre eux sur quelque chose d'assez inoffensif.

129
42
2017-11-14 10:52:22 +0000

C'est au travail, alors vous n'avez pas de travail à faire ? Dites simplement : "Excusez-moi, mais je dois retourner au travail."

Gardez toutes les conversations liées au travail, et ça devrait aller. Si une conversation professionnelle prend un virage à gauche sur un sujet sans rapport avec le travail, posez une question sur le travail pour le remettre sur les rails, ou prononcez votre phrase "J'ai du travail à faire" et retournez au travail ;-)

Vous n'avez pas vraiment besoin d'autres "techniques ou astuces sociales" puisque le fait d'être au travail est l'atout ultime. Vous pourriez passer à "Je dois aller aux toilettes" si vous le vouliez, ça marche partout. Ou s'ils disent des choses vraiment folles, avoir une conversation avec quelqu'un des RH.

Il n'y a probablement pas de bon moyen de "mettre fin prématurément" à la diatribe de quelqu'un, car ils ont rarement l'intention d'avoir une discussion ouverte, et les faits - réels ou "faux" - seront simplement déviés comme l'eau sur le dos d'un canard. On ne dirait pas que ce patron est votre ami, donc vous pourriez théoriquement être impoli et dire "c'est idiot, et vous êtes idiot de l'avoir dit", mais cela garantit presque la rage aliénante que vous aimeriez éviter, et en général être impoli, ça craint.


(Théorie de la conspiration : Votre patron teste vraiment tout le monde en disant des choses controversées, et en voyant qui leur tiendra tête et offrira des opinions divergentes - en séparant les épines de la promotion, des méduses. Mais testez cette théorie au risque de votre chèque de paie)

42
5
2017-11-14 22:01:25 +0000

Deux suggestions (ou variations sur le même thème) :

L'idée est de faire ce que vous alliez faire de toute façon, et quand ses affaires vous en empêchent, dites simplement que vous vous concentrez sur X et s'il vous plaît, vous avez besoin de calme pour vous concentrer sur votre travail. Si nécessaire, répétez ceci encore (et encore) sans élaborer, jusqu'à ce que vous l'entendiez.

Il peut s'agir du travail auquel vous vous rendez, ou d'une réunion, ou de cette pause toilettes dont vous avez soudainement eu besoin, ou du crayon que vous promotez de rendre (ou du coup de téléphone que vous promotez de passer) avant 15h26. Peu importe :)

S'il l'essaie pendant une interaction avec vous, faites la même chose, mais légèrement modifiée ("Maintenant, je dois y aller et travailler sur ceux-ci").

Votre question est liée à de nombreuses autres questions ici, concernant le fait de traiter avec une personne qui n'arrête pas de parler et vous devez interrompre la conversation. La version simple est la suivante : faites ce que vous avez à faire, comme s'il était d'accord et satisfait, s'il essaie de vous y ramener, dites simplement "Désolé, j'ai besoin de X", et dites-le comme une déclaration, pas sur un ton qui dit "... s'il vous plaît, dites que c'est bon". Il ne sera pas d'accord, alors faites comme s'il l'était. Il ne vous poursuivra probablement pas ou ne vous appellera pas s'il répète simplement que vous devez faire un X. S'il dit que vous ne le faites pas, expliquez (trouvez une raison !) pourquoi vous le faites.

Je l'utilise pour les diatribes de colère depuis des années. Restez calme, ne les attaquez pas, montrez clairement que vous faites votre travail, minimisez la récompense qu'ils pourraient recevoir si vous vous arrêtiez pour les écouter. Continuez à faire du café en même temps si c'est dans la cuisine du bureau, puis partez avec comme on le fait habituellement. Asseyez-vous et travaillez s'il est derrière vous, et s'il est toujours là dans 2 minutes, dites simplement "désolé, j'ai besoin de calme pour faire ça, c'est difficile d'écouter et d'être sûr que je fais bien mon travail". Si c'est après le travail au pub, il y a sûrement quelqu'un d'autre avec qui vous devez discuter.

Si tout le reste échoue, sortez le téléphone, dites simplement "excusez-moi" sans en faire une question, et appelez un ami ou quelqu'un à qui vous pouvez téléphoner pour le travail. Une fois que vous avez répondu, portez toute votre attention sur le téléphone et, après quelques secondes, éloignez-vous de lui pour entendre l'appel plus clairement.....

En gros, il s'agit de lui refuser la récompense (l'attention) sans être impoli. Cela fonctionne très bien.

Il est important de "juste le dire". C'est presque monotone, comme si vous disiez "voici le journal" ou autre. Ce n'est pas une question d'émotion. C'est une partie importante. Il se trouve juste que vous devez travailler (ou autre chose), ou que vous êtes occupé quand il divague. Gardez le ton neutre et les mots brefs, n'élaborez pas ou ne vous laissez pas entraîner à justifier, ne demandez pas ou n'impliquez pas que vous demandez quoi que ce soit, s'il n'agit pas mieux, répétez simplement à l'identique sans plus de détails ou d'insistance, puis essayez de continuer. S'il répète, vous faites une pause, répétez les mêmes mots (sans rien ajouter) puis revenez à votre travail en lui ayant donné à peine une seconde ou deux. Répétez aussi longtemps qu'il répète. (Il gagnera assez vite dans presque tous les cas, car il ne donne aucune attention mais aussi, aucune justification ou prétexte pour s'envenimer de sa part non plus).

Soit dit en passant, exiger de l'attention sans se soucier de savoir si elle est souhaitée, est une caractéristique de nombreuses formes d'abus ; les tactiques de l'agresseur consistent souvent à exiger ou à susciter de l'attention, ou à culpabiliser, à mettre en danger ou à utiliser des tactiques différentes pour l'obtenir. Vérifiez également cet aspect, car il se peut que d'autres le fassent et que vous vouliez en être conscient.

5
3
2017-11-15 15:55:45 +0000

Je l'augmenterais au niveau suivant. Vous ne pouvez pas être en désaccord, alors partez avec leurs idées et rendez-les absurdes. Parlez du vrai problème, c'est que les pêcheurs de crabes rassemblent actuellement leurs forces et sont sur le point de sortir de terre pour nous prendre en charge.

Ce serait mieux si vous ne laissiez pas cette autre personne vous affecter, mais je suppose que si vous en aviez la capacité, vous ne poseriez pas cette question. Compte tenu de cette hypothèse, je dirais qu'il faut juste s'amuser avec.

3
2
2017-11-14 22:11:42 +0000

Vous n'êtes pas dans une bonne position. Comme il s'agit de votre supérieur, le fait de le contester ou de vous disputer avec lui serait un frein à votre carrière. D'un autre côté, paraître trop d'accord peut également limiter la carrière.

Il semble que vous n'êtes pas particulièrement proches.

Tous ces facteurs limitent vos options. Si cette personne vous respecte ou semble écouter ce que vous dites, une discussion privée est peut-être nécessaire. Je vous suggère d'encadrer la discussion en fonction de son effet sur vous : "hé patron, cette discussion que nous avons eue sur les slovènes m'a vraiment mis mal à l'aise, puisque mes parents sont des immigrés. Je comprends ce que vous ressentez, mais pouvons-nous changer de sujet ? Donnez-leur le pouvoir, personnalisez-le un peu, et voyez s'ils ne vont pas travailler à une solution.

Je note que vous ne changerez probablement jamais l'avis de cette personne, donc je ne vous suggère pas d'essayer à ce stade. Il est très difficile de changer des croyances bien ancrées et risquer votre position là-bas ne vaut peut-être pas la peine pour l'instant.

Maintenant... pour les actions interpersonnelles à prendre. C'est là que vous pouvez trouver d'autres personnes qui sont d'accord avec vous, sans avoir l'air de semer le trouble. Trouvez une ou deux personnes qui participent souvent à ces réunions, et préparez quelques questions importantes qui devront être traitées. De cette façon, vous ne serez pas seul. Lorsque le patron se met à fulminer, soulevez l'un de ces points importants. "Stupides slovènes, qui entrent et..." "Hé patron, désolé de vous interrompre, mais j'ai un message de la comptabilité concernant les droits sur PeachTree." "Désolé de vous interrompre, mais j'ai des demandes d'accès de tout le groupe. Comment on veut gérer ça ?" "Il y a une mise à jour à venir pour ce logiciel critique ; comment voulons-nous procéder ?" "J'ai entendu des rumeurs selon lesquelles nous pourrions tous devoir déménager - comment voulons-nous gérer cela ?" "J'ai une petite question pour vous : certains d'entre nous pensent s'inscrire à des cours du soir pour apprendre [X]. Puisque nous sommes tous ici, y a-t-il une procédure pour obtenir le remboursement des frais de scolarité ?" Faites en sorte que ce soit quelque chose qu'ils connaissent bien, et faites en sorte que cela paraisse urgent. Il n'est pas nécessaire d'être un imbécile à ce sujet (il suffit que l'un d'entre eux soit présent dans une réunion), mais le fait de formuler une question plus urgente sur laquelle ils se croient experts peut briser le train de la pensée.

2

Questions connexes