Les relations interpersonnelles
2017-11-09 16:36:39 +0000 2017-11-09 16:36:39 +0000
103

Rencontre avec quelqu'un qui me tyrannisait

Quand j'étais à l'école, j'ai reçu pas mal de brimades verbales. Cela a augmenté et diminué au fil des ans, et en général c'était assez inégal pour que je puisse le supporter à long terme, même si à court terme j'ai eu quelques jours misérables. Mais il y avait un type, que j'appellerai Brian, qui était très tenace. Même lorsque nous avons quitté l'école à 18 ans et que la plupart de mes camarades avaient depuis longtemps dépassé ce genre de comportement, Brian cherchait activement des occasions de me rabaisser et de montrer son mépris.

C'est dix ans plus tard et je vais bientôt assister à une réunion d'école. Il y a de vieux amis que je suis ravi de voir, et un tas d'autres connaissances qui me dérangent moins, mais avec lesquelles je serai heureux de bavarder et de rattraper un peu de temps.

Et puis il y a Brian. Je sais que c'est idiot, mais je me serre encore un peu la poitrine en pensant au fait que je pourrais finir par le croiser. Je ne sais pas comment il va réagir en me voyant - je suppose qu'il est probablement sorti de l'intimidation, et même si ce n'est pas le cas, je suis plus confiant maintenant pour repousser ce genre de conneries. Bizarrement, ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'il puisse s'approcher joyeusement de moi et me demander comment je vais, en oubliant ou en ignorant la façon dont il s'est comporté envers moi dans le passé. Si cela se produit, je ne sais vraiment pas comment je devrais réagir.

  • Je n'ai pas l'impression d'avoir quelque chose à gagner d'une confrontation. Il est peu probable que j'aie d'autres contacts avec Brian au-delà de cela, et je soupçonne fortement que le fait d'évoquer l'intimidation ne résoudra rien et pourrait me faire paraître mesquin aux yeux des autres personnes présentes.
  • L'idée d'être amical envers lui comme si rien ne s'était passé me dérange.
  • Je ne veux pas non plus passer toute la journée à l'éviter activement, car cela gênerait les rencontres.
  • Je veux avoir une idée claire de ce que je pourrais dire, car je sais que si je suis prise au dépourvu, je pourrais finir par faire des commentaires amers ou créer une gêne.
  • Mon résultat idéal serait de mettre fin à la conversation le plus rapidement possible, sans être conflictuelle, mais aussi sans être fausse - je ne veux pas faire semblant d'aimer Brian alors que ce n'est pas le cas.

Réponses [11]

53
2017-11-09 16:48:02 +0000

Si c'était moi, je ne ferais que répéter ce que je dirais. Je n'ai pas eu ça avec ma réunion de classe, mais bizarrement, je me suis retrouvé avec quelqu'un de ma ville natale et j'ai eu un peu d'angoisse à cause de sa réunion de classe. Le fait est que j'ai décidé de ce que j'allais dire, j'ai répété et tout était prêt. Il n'est pas nécessaire que ce soit complexe.

Bonjour, c'est bien de voir que vous allez bien. Si vous voulez bien m'excuser, j'ai des gens que j'ai connus au lycée que je veux rattraper.

Et puis vous vous approchez de quelqu'un d'autre avec qui vous voulez vraiment parler. S'il persiste ou s'il revient, tu peux ajouter quelque chose comme ceci :

Je ne suis pas vraiment intéressé par un retour au lycée avec toi et nous n'étions pas vraiment amis, donc je préférerais que nous ne parlions pas de tout cela. Merci

Et encore une fois, sortez.

Vous ne lui devez pas de l'écouter, de le mettre à l'aise et cela ne sert à rien de lui dire exactement ce que vous pensez de lui. Cela ne sert à rien de lui dire exactement ce que vous pensez de lui. Vous pouvez ignorer tout ce qui vous est dit. Je ne me souviens même pas de ce qui m'a été dit. Je m'étais suffisamment entraîné dans ma tête pour savoir quelle serait ma réponse à toute chose, donc pas besoin de faire trop attention en fait.

Vous avez raison pourtant. Je n'ai jamais entendu parler de quelqu'un qui se serait présenté à la réunion et qui aurait poursuivi un schéma d'intimidation qui date de longtemps. Je suis sûr que cela a dû se produire quelque part, mais ce n'est pas habituel à voir. Ce qui est plus courant, c'est que les gens agissent comme s'ils vous avaient toujours aimé et n'ont aucune idée de la raison pour laquelle vous n'aimez pas les croiser.

53
26
2017-11-09 21:34:14 +0000

Je l'ai connu, alors je vais participer.

Rencontre et saluez-le comme vous le feriez pour n'importe qui d'autre depuis longtemps quand

S'il a grandi au moindre degré, il aura un peu honte et ne saura pas comment gérer le fait de vous rencontrer**. S'il ne l'est pas, ayez pitié de lui - mais ne lui accordez aucune attention. Vous n'avez plus à le faire. Je me souviens très bien que le simple fait de rencontrer mes amis et mes camarades de classe m'a ramené à ce que j'étais, j'étais tout à coup à peu près la même personne que j'étais avant. Cela m'a surpris. Cependant, j'ai également pu remarquer ce changement en moi et "m'accrocher" à ma nouvelle personnalité, ou à mon moi évolué/expérimenté, si vous voulez. Comme vous, j'ai été un peu intimidé à l'école, mais heureusement, à l'université et plus tard, j'ai trouvé ma place, ma voix et ma confiance en moi. Votre confiance en vous, que vous avez retrouvée dans les années qui ont suivi l'école, est toujours là, et elle le restera. Faites-lui confiance. La meilleure façon de la tester est de rencontrer votre ancienne némésis avec une feuille blanche. Si vous y parvenez, vous aurez dépassé ce stade. Les anciens sentiments étaient très proches de moi, mais j'étais responsable.

Dans mon cas, la personne qui m'avait brutalisé s'est approchée de moi, s'est excusée et m'a serré la main. J'ai dit - en substance - "merci, c'est plus que ce à quoi je m'attendais et cela signifie quelque chose pour moi, tout est pardonné". Ce fut un moment très profond pour moi. Plus tard dans la soirée, en rentrant chez moi, je n'ai pas cessé d'y penser, j'ai versé quelques larmes. J'ai appelé ma mère et nous en avons parlé. Et je suis un homme adulte. C'est bizarre comme les choses du passé peuvent encore avoir un impact sur le présent. Le point principal est que même si c'était un tyran et que vous étiez une victime, ce n'est plus le cas, à moins que vous ne le laissiez faire. Accrochez-vous à l'état actuel, vous êtes un homme adulte, votre confiance en vous se trouve en vous et dans les choses auxquelles vous tenez et que vous avez créées - il n'est en fait pas possible de lui faire du mal. Vos sentiments vont être partout - reconnaître ses sentiments est une chose qu'une personne "centrée" doit faire. Vos sentiments sont vos sentiments, ils ne sont pas vous, le noyau de vous n'est pas aussi fragile qu'il l'était. Pour le nouveau toi, il est possible d'être triste, blessé ou effrayé sans se soucier de paraître faible.

Mon conseil est le suivant : Rencontrez-le comme n'importe quelle autre personne, mais ne traînez pas dans le coin à moins que vous ne le vouliez. Allez parler à quelqu'un dont vous aimeriez entendre l'histoire. Peut-être qu'il aimerait vous parler. Peut-être que c'est bon. Peut-être qu'il est le même connard qu'avant. Tu sais que maintenant le monde est plein de connards, il n'est pas spécial en aucune façon, il est juste comme les autres. Inutile de passer du temps avec lui.


_edit : J'ai écrit ça comme si tu étais un homme, puisque j'en suis un. Si vous ne l'êtes pas, tout s'applique quand même, il suffit de remplacer le pronom par celui de votre choix.

26
9
2017-11-09 19:04:45 +0000

Mon résultat idéal serait de mettre fin à la conversation le plus rapidement possible, sans être conflictuel, mais aussi sans être faux - je ne veux pas faire semblant d'aimer Brian alors que ce n'est pas le cas.

Vous pouvez le faire. Cherchez des moyens de sortir d'une conversation et vous pouvez vous engager dans une petite conversation sur ce qui a changé dans la profession, l'école ou la vie et y mettre fin facilement, puisque c'est votre résultat idéal avec lui. Vous avez dit qu'il y a d'autres personnes que vous avez hâte de rencontrer, donc vous avez déjà une sortie facile, "Hey, je vais aller dire bonjour à Jane ..." et il n'y a rien de gênant ou d'inhabituel à ce sujet.

Juste une dernière pensée : mon tyran de lycée a été physiquement violent avec moi à plusieurs reprises. Je ne l'ai jamais revu parce qu'il s'est suicidé. Il se peut qu'un tyran ait beaucoup de choses dans sa vie qui l'amènent à agir de la sorte. Je n'ai jamais souhaité le voir, jusqu'à ce que j'apprenne qu'il était décédé. Puis j'ai réalisé que j'avais raté une occasion d'être aimable avec lui et de laisser toute la situation s'en aller. Ce n'est peut-être pas très agréable de faire cela sur le moment, mais cela pourrait être une expérience dont vous serez heureux plus tard. Réfléchissez, je ne vous suggère pas d'être gracieux. Mais cela pourrait vous libérer pour le reste de votre vie.

En outre, il se peut qu'il ne soit même pas présent à la réunion.

9
6
2017-11-10 10:46:28 +0000

Un point de vue alternatif. À quel point voulez-vous vraiment assister à cette réunion ?

En tant que personne qui a été profondément malmenée pendant toute sa scolarité (et je veux dire tout le temps, de l'âge de 5 ans jusqu'à mon départ à 18 ans, avec des abus physiques, verbaux et émotionnels quotidiens), s'enfuir était de loin la meilleure chose pour moi. Je rentrais à la maison à Noël et sortais au Nouvel An et je tombais sur les mêmes personnes, et même si nous étions assez vieux pour qu'il n'y ait pas de brimades actives, les mêmes courants sous-jacents étaient toujours là. Puis mes parents ont quitté la ville, et il n'y avait aucune raison d'y retourner.

Facebook était déjà là, donc j'avais toujours tous ces gens sur FB. Je n'avais délibérément pas accepté d'amis (ou d'invitations de la part d'amis) des pires brutes, mais ils apparaissaient quand même dans mon flux parce que les gens de ma liste d'amis les connaissaient. Comme vous, j'étais ami avec beaucoup de gens qui n'étaient que des connaissances, et la plupart d'entre eux m'avaient de toute façon intimidé à un moment ou à un autre de mon enfance.

C'est il y a environ 5 ans (et cela fait 20 ans que j'ai quitté l'école !) que j'ai fait quelque chose pour remédier à cette situation, qui les rendait tous inamicaux. Bien sûr, pour la plupart des gens, ce n'est pas grave, mais pour moi, il s'agissait de savoir pourquoi je l'avais fait. J'ai fini par accepter que je pouvais complètement oublier cette partie de mon passé et tous ceux qui y sont associés, et je n'avais pas besoin de continuer à m'en préoccuper. J'ai maintenant 4 ou 5 personnes de l'école sur mon Facebook avec qui je veux vraiment rester en contact, et c'est tout.

Pourraient-ils être des personnes décentes maintenant ? Est-ce qu'ils pourraient même vouloir s'excuser ? Peut-être. **Ils ne sont pas des gens pour moi - non, en fait, ils sont moins que des gens - et ils n'occupent plus ma tête. Leur donner une chance de montrer qu'ils sont des personnes décentes maintenant serait dans leur intérêt, pas dans le mien, et il m'a fallu 20 ans pour accepter que je puisse ne pas leur donner cette place dans ma tête.

Alors, est-ce que j'irais à cette réunion ? Pas du tout.

6
3
2017-11-10 15:43:14 +0000

Il y a environ 25 ans, il y avait un gars à l'école qui me tyrannisait de temps en temps - à d'autres moments, cependant, nous étions quelque chose comme de bons amis.

Il y a 2 ans, je l'ai rencontré à nouveau et nous avons discuté un peu ensemble. Plus tard dans la conversation (il a toujours été un grand fan de la télévision), il a mentionné la série télévisée "My Name Is Earl" dans laquelle le personnage principal avait une liste de personnes qu'il allait excuser. Il m'a dit que s'il avait une telle liste, j'y figurerais aussi. Ce n'était pas très important, mais cela signifiait beaucoup pour moi.

3
3
2017-11-10 14:20:18 +0000

Pour répondre à la partie de votre question en gras ; s'il vous aborde de manière enjouée, je pense que vous devriez l'interpeller sur son comportement passé.

Oh hey Brian. Mon Dieu, quel connard tu étais au lycée. Je suis sûr que tu as grandi, mais bon sang, (il a fallu que je me débarrasse de ça une minute). Comment vas-tu ?

Ici, tu reconnais son comportement passé envers toi, tu lui enlèves la gêne que tu pourrais ressentir et tu lui donnes une chance facile de s'excuser rapidement pour que vous puissiez tous les deux échanger quelques mots et passer à autre chose rapidement.

S'il finit par être encore un peu con, tu peux dire qu'il n'a pas beaucoup changé après tout et simplement te détourner.

3
3
2017-11-09 16:56:23 +0000

Vous l'écartez et l'ignorez. Comme vous l'avez dit, vous avez dépassé le problème et vous ne gagnerez rien à parler avec Brian. Il vous suffit de répondre à sa question et de poursuivre la conversation que vous avez eue avant. Dans ce cas, être impoli est la bonne réponse.

3
2
2017-11-10 15:22:20 +0000

Je pense que ce que vous devez considérer ici, c'est qu'il n'y a pas de réponse toute faite. Il y a une liste de réponses qui vont de l'embrasser et de lui pardonner à l'envoyer balader ou à ne pas aller à la réunion du tout, et ce sont toutes des options valables.

En fin de compte, vous avez été victime de l'intimidation de Brian. Cela signifie que vous avez le droit de procéder à cette réunion de la manière qui vous convient le mieux. Tu dois déterminer ce que tu veux et cela va être basé sur ton propre caractère. Comme d'autres l'ont fait remarquer, peut-être qu'il s'excusera, peut-être qu'il sera le même abruti que dans votre jeunesse. Dans les deux cas, vous devez être prêt à le gérer de la manière qui vous donnera le plus de satisfaction et vous permettra de tourner la page.

Peut-être décidez-vous d'être aimable et de lui pardonner, même s'il ne le demande pas.

Peut-être ressentez-vous le besoin de lui faire savoir qu'il était un con et que ses bouffonneries ont eu un impact sur votre jeunesse, même s'il semble être un homme meilleur et changé. Peut-être faites-vous comme si vous ne vous souveniez même pas de son nom et agissez sans aucun intérêt dans vos rapports avec lui. Toute option est valable (à moins d'être violent) et vous devez juste déterminer ce qui vous permettra de tourner la page.

2
2
2017-11-10 05:57:51 +0000

Les réunions de lycée ont une étrange manière de nous remettre dans le droit chemin sur le plan social et émotionnel. C'est la seule expérience que vos camarades de classe ont eue avec la plupart des autres, alors... Je peux voir un tyran qui veut revivre ses jours comme une "plaisanterie".

Mais tu es un adulte maintenant. Peut-être que la brute l'est aussi. Peut-être qu'il a été remis à sa place et qu'il a des regrets, mais vous ne le saurez jamais si vous l'ignorez simplement, à moins que ce soit ce que vous avez décidé de faire quoi qu'il arrive.

Je vous conseille d'être ouvert à une conversation avec le tyran s'il vous approche. S'il est superficiel et peu communicatif, vous pouvez lui dire quelque chose de gentil, comme : "Tu ne te souviens pas beaucoup de nos interactions, n'est-ce pas ? Vous pouvez alors vous excuser de ne pas avoir provoqué une scène. Ou vous pouvez prendre le risque d'en parler. Vous êtes une personne différente maintenant, et c'est sans aucun doute un endroit vulnérable où se trouver. Mais tu as le potentiel pour qu'on te demande de te pardonner.

S'il te plaît, garde à l'esprit que je n'ai été ni une brute ni un tyran au lycée, donc je ne parle pas par expérience directe. Je parle surtout de l'espoir que les gens changent.

Bonne chance.

2
1
2017-11-12 18:53:08 +0000

La liberté, c'est ce que vous faites de ce qui vous a été fait

En tant que personne qui s'est fait faire certaines choses à l'école, des choses que je n'ai pas appréciées et que je n'ai pas demandées, je sais ce que vous avez vécu

Vous devriez absolument profiter de cette occasion pour revoir cette personne. Si ce n'est pour aucune autre raison que d'obtenir une fermeture personnelle. Il se peut qu'il ait changé ou qu'il n'ait pas changé.

Sachez que vous n'avez aucune raison de vous sentir mal, vous n'avez rien fait de mal. Profitez de cette occasion pour lui dire ce qu'il vous a fait et comment vous vous êtes senti, il se peut qu'il se sente coupable de ce qu'il a fait, si c'est le cas, donnez-lui l'occasion de s'excuser.

1
0
2017-11-10 19:17:10 +0000

Tout au long de mes études, on m'a harcelé, mais pas pour les raisons que l'on pourrait croire. J'étais une chrétienne fervente et la Sainte Trinité était aussi réelle pour moi que tout ce que vous pouvez voir, entendre ou toucher. On m'a ordonné de tendre l'autre joue et je l'ai fait. Les personnes qui ne se lavaient pas l'esprit ont vu cela et en ont profité pleinement.

Un petit garçon en particulier a pris l'habitude de me maltraiter pendant tout le lycée. Il s'approchait de moi avec une sorte de colère qui montait en lui et sortait de lui comme de la lave chaude. Il agissait comme s'il était le libérateur de la sainte vengeance et que j'étais la poubelle ne méritant que sa haine, sa colère et ses abus.

Je suis allé à l'université et j'ai perdu ma foi, exactement comme la plupart des jeunes. Pas de cette façon colérique de "questionner Dieu". Juste la prise de conscience que Dieu n'était pas un vieux blanc barbu qui lançait des éclairs sur les malfaiteurs. La logique selon laquelle les brutes s'en étaient tirées, sans être détruites par Dieu, était une réalité cruciale que je devais accepter.

Lorsque cela s'est produit (très rapidement après mon arrivée), j'ai commencé à rêver de versions alternatives de la confrontation avec le petit bonhomme. Dans la plupart des rêves, je lui pinçais la tête comme une crevette vivante. D'autres rêves m'amenaient à l'étouffer ou à lui fracasser la tête sur le sol.

J'ai fait ces rêves 2 à 3 nuits par semaine pendant deux ans.

Puis un jour, j'ai commencé à réaliser qu'à mesure que j'avançais dans mes études d'ingénieur, la récurrence des rêves diminuait à chaque victoire.

Puis j'ai commencé à gagner dans la vie, et les rêves ont encore diminué. Un nouveau travail passionnant, avec un travail et un salaire excellents, un peu moins. Une femme intelligente, engagée et belle, un peu moins. Des fils en bonne santé, forts et intelligents, un peu moins.

Je ne suis définitivement pas riche. Selon certains critères, je suis à peine de la classe moyenne. Mais quel que soit l'espace dans lequel je suis, il m'appartient. Quoi que je fasse, je fais de mon mieux et j'apprécie les fruits de mon travail. J'ai une belle carrière et une vie familiale paisible, amusante, saine et sûre. J'ai beaucoup de jours sans peur et bien que le rêve soit encore clair dans ma mémoire, (pour autant que je sache) il a quitté mon sommeil.

Je suis allée à cette réunion, et il était là, et m'a tendu la main comme pour essayer d'effacer le passé, de faire quelque chose de différent qui n'a jamais existé. J'ai regardé sa main, sans rien dire. J'avais la nausée à la seule pensée de toucher sa chair. Sa femme a regardé, un regard de confusion sur son visage. Je savais qu'elle ne pouvait rien savoir de tout cela - comment aurait-elle pu l'épouser autrement ?

Réunions, excuses, bavardages. Rien de tout cela n'est une compensation, une récompense, un nouveau départ. Rien de tout cela n'efface ce qui était et ne vous rend ce que vous avez perdu. S'il y a une réponse, elle est si stupide qu'elle défie toute compréhension de votre part.

Survivre et s'épanouir en étant un meilleur vous. Allez plus loin et plus loin que ce qu'ils ne peuvent imaginer. Soyez quelqu'un qu'ils n'ont jamais connu et ne pourront jamais connaître. Soyez quelqu'un à qui ils voudraient présenter des excuses, avec qui ils voudraient "prendre une bière", mais ne peuvent pas le faire parce que vous avez quitté le monde des idiots et des bêtises. Expulsez-les de votre planète.

Et souvenez-vous, ne visitez jamais, jamais sur un autre être humain l'enfer auquel vous avez survécu. Vous avez l'obligation d'aider les autres, parce que vous savez. Vous avez un savoir précieux et douloureux et vous devez aider les autres comme vous, surtout quand vous le voyez se produire. Non, ils ne comprendront pas votre aide. Mais si vous pouvez planter une graine, alors vous pourriez être responsable de leur fuite de la même manière que vous êtes responsable de la vôtre.

0

Questions connexes