Les relations interpersonnelles
2017-10-02 15:31:20 +0000 2017-10-02 15:31:20 +0000
73

Comment puis-je traiter diplomatiquement avec une voisine féministe qui prononce continuellement des discours politiques en privé ?

Cette question n'a probablement pas un contexte culturel très fort, c'est pourquoi j'accueille volontiers les réponses des membres du monde entier.


J'ai rencontré cette personne (nom de code Jane D) lorsque j'étudiais la sociologie au niveau de la maîtrise il y a 12 ans. Elle était beaucoup plus âgée et étudiante de troisième cycle en la matière, et déjà une féministe très engagée.

Nous avons eu quelques discussions sur les sciences sociales à l'époque (elle ne faisait pas partie de la faculté qui donnait le cours, et n'était donc pas mon professeur) et j'ai développé une attitude sympathique pro-féministe qui s'est accompagnée d'une nouvelle compréhension de la façon dont les sociétés patriarcales contrôlent les hommes et les femmes. ](https://www.google.com/search?q=patriarchal+societies+control+both+men+and+women)

Nous avons perdu le contact pendant plus de dix ans, mais elle est récemment devenue ma voisine. Elle et son mari politico-libéral (lire "intellectuel marxiste") sont tous deux professeurs d'université à plein temps, alors que je fais des choses qui n'ont absolument aucun rapport avec le monde universitaire ces jours-ci. Cependant, elle est devenue une amie de ma mère, qui connaît sa famille depuis longtemps.

Le problème est que Jane D rend fréquemment visite à ma mère et que chaque fois que je la rencontre par hasard, elle se met à prononcer des discours politiques forts sur le féminisme et le patriarcat. Son ton est alarmant et elle ne cesse de dire "vous les hommes" ceci et "vous les hommes" cela, malgré mes efforts répétés pour lui rappeler que je suis moi-même sociologue et pas du tout représentative de la société patriarcale.

Un exemple de conversation que nous avons eue il y a deux jours :

Jane D : vous, les hommes, avez toujours maintenu les femmes à terre ! Je le constate encore et encore. Vous, les hommes, vous avez le volant de toute cette société ! Est-ce votre droit divin ou quoi ? Vous n'avez pas le droit de dire ce que les femmes doivent faire dans ce pays. etc.

(Je dis : ne m'incluez pas ! Qu'est-ce que j'ai fait ? Je suis tout à fait d'accord avec vous alors pourquoi pensez-vous que vous devez me convaincre !)

Jane D : vous les hommes êtes tous pareils. Un homme ne peut jamais aider une femme. C'est une autre guerre des classes comme le communisme et nous n'avons pas besoin de votre soutien. Sans votre soutien, seules les femmes se libéreront ! (Elle est une féministe radicale.)

Ce n'est même pas une discussion politique sensée, et cela dérange vraiment ma mère, qui est un médecin à la retraite et qui ne s'intéresse absolument pas à la politique. Elle ne peut s'inquiéter de rien qui la distrait de sa santé et de sa famille, mais elle hésite à être stricte avec Jane D parce qu'elle la considère comme une amie et qu'elle était proche de leur famille depuis longtemps.

Note : Jane D est absolument convaincue que les hommes sont l'ennemi de classe des femmes, mais elle n'a rien contre moi personnellement (assez amicale quand pas politiquement, ce qui est comme 15% du temps) -- son mari est distant et ne l'accompagne jamais lors de ces visites ni ne nous rencontre en aucune autre occasion. Je ne connais pas vraiment cette personne, mais vu la personnalité de Jane D, il est très peu probable qu'elle ait une quelconque influence en la matière.


Résumé : je ne veux pas que Jane D parle tout le temps de féminisme et de patriarcat, et je lui en veux surtout de me catégoriser comme faisant partie de la société patriarcale, mais elle résiste à nos allusions et efforts répétés pour changer de sujet. Il n'est pas dans ma personnalité d'être agressif et de me heurter à elle de manière argumentée sur cette question. Mère m'a également demandé de ne pas dire directement à Jane D de ne pas parler de politique lorsqu'elle nous rend visite, car c'est impoli du point de vue de l'hospitalité indienne, qui nous dit de ne jamais offenser un invité ou un voisin.

Alors comment puis-je traiter diplomatiquement avec cette habitude de Jane D de faire continuellement des discours politiques sur le féminisme lorsqu'elle visite ma maison ?

Réponses [21]

112
2017-10-02 16:53:43 +0000

Comment gérer diplomatiquement cette habitude de Jane D de prononcer continuellement des discours politiques en privé ? N'offrez pas de contre-arguments, ne dites pas que vous êtes de son côté. Elle a déjà prouvé qu'elle n'en écoutera aucune et qu'elle n'est pas ouverte à un "beau débat".

"Les beaux débats" suivent les règles. L'une de ces règles est l'erreur ad hominem . C'est ce que fait Jane : "Vous les hommes" est une erreur ad hominem. Coupez la parole à Jane. Déclarez simplement que vous n'êtes pas disposé à discuter de politique lorsqu'elle continue à commettre des erreurs évidentes comme des erreurs ad hominem. Ne la laissez pas prendre de l'élan, coupez-lui la parole immédiatement, dès qu'elle dit "vous les hommes".

_Mother m'a également demandé de ne pas dire directement à Jane D de ne pas parler de politique lorsqu'elle nous rend visite, parce que c'est impoli du point de vue de "l'hospitalité indienne".

La solution ci-dessus devrait fonctionner. Elle coupe Jane, donc la discussion devrait être faite. Et vous ne lui dites pas de ne jamais discuter de politique, mais seulement que vous ne discuterez jamais de politique avec elle quand elle ne respecte pas les règles du débat.


Note après avoir vu tous les commentaires :

Il y a beaucoup de commentaires disant que Jane ne veut pas de débat/bon débat ou qu'elle va s'énerver.

Tout d'abord, la façon dont je lis la question, Jane est déjà en colère et énervée du fait qu'OP est un homme, et donc je ne suis pas trop inquiet de ma solution "l'énerver". Elle a déjà dépassé le stade de la gentillesse, à mon avis. C'est quelque chose qu'OP devrait prendre en compte, cependant, et seul OP peut le faire puisqu'il est celui qui rencontre Jane et se fait une idée de son humeur.

Deuxièmement, le fait est qu'OP ne peut pas dire directement "je ne discute pas de ça/de la politique avec toi" parce que cela irait à l'encontre des ordres de maman. Donc ma solution est de dire qu'il ne discute pas de ça parce que Jane ne suit pas les règles d'un débat sympa ET de donner suite à ça, donc pas de discussion (en gros, quitter la discussion), jusqu'à ce que Jane aborde ces choses de manière sympa. De la façon dont je lis cette question, le PO n'est pas opposé à ce que l'on discute de ces sujets avec Jane, mais c'est la façon dont elle discute des choses qui dérange le PO.

Et enfin, oui, Jane peut ou non faire des erreurs ad hominem. J'ai lu la question en disant que tous les contre-arguments que le PO a fait à Jane ont été rejetés au motif qu'il était un homme. Et que est un sophisme ad hominem.

112
94
2017-10-02 18:48:30 +0000

D'après le ton de la plupart des réponses, il semble que la plupart des gens sont d'accord avec sa position, mais ont le sentiment qu'elle la transmet mal. Pour les personnes qui pourraient lire cette question et en désaccord avec son point de vue, je vais poster quelques réflexions sur la façon de gérer cette situation. Je dirais qu'il en va de même pour votre accord ou votre désaccord. Cette personne est ce que nous appelons un bouton-poussoir - elle aime les conflits et en tire profit. J'ai rencontré des militants athées et fondamentalistes qui vivent pour la même chose. La plupart d'entre eux n'ont que peu ou pas d'amis à long terme, car ils passent leur vie à aliéner les gens. Ironiquement, cela les pousse souvent à agir encore plus mal - un avertissement pour ces types de personnes.

L'une des techniques les plus efficaces que j'ai découvertes dans la situation des OP (une situation sociale avec plusieurs personnes) est de sortir ouvertement de la situation et de dire clairement pourquoi. Supposons que nous ayons affaire à un type religieux militant qui m'attaque parce que je suis "différent" d'une certaine manière d'un ami, qui ne s'en soucie pas :

Attaquant: les gens comme vous sont le problème parce que [raison, raison et raison].

La plupart des gens vont essayer d'être sur la défensive ou d'être d'accord et de dire, "Hé, je suis de votre côté ! Mais c'est un pousseur de boutons qui cherche le conflit et ils voient votre position comme une faiblesse. Si vous n'êtes pas d'accord et que vous vous disputez, ils adorent ça aussi - plus de conflit ! Si vous êtes d'accord, ils trouveront vos divergences et attaqueront quand même. Conflit, conflit, conflit - c'est leur récompense.

Comme un tyran, ils continueront à attaquer. Examinons la situation d'un point de vue socialement sain : il y a une autre personne ici qui s'en moque [nous l'appellerons M. Apathie] et elle est malheureuse. Dans le cas de l'OP, il s'agit de sa mère. Comme cette situation concerne plusieurs personnes, sortez de la situation et dites pourquoi. Ne répondez pas si l'agresseur donne une réponse ; partez après avoir dit pourquoi :

Moi: [M. Apathie], c'était super de vous voir. Je vois que ma présence ici provoque [l'agresseur] à [décrire la situation] à nouveau, alors je m'en vais. [Contactez-moi une autre fois].

Partez. L'attaquant va tenter une dernière fois de dessiner un conflit, mais il perd. Si le conflit n'est plus présent, l'attaquant perd sa récompense. Pourquoi est-ce efficace ?

  1. C'est une perte de temps d'être l'ami de cette personne. Dans le cas de l'OP, il ne l'est pas. Mais en général, en étant l'ami d'une personne qui est comme ça, elle peut s'aliéner d'autres personnes dans votre vie. Si vous vous couchez avec des chiens, vous vous réveillerez avec des puces.
  2. Votre présence est la cause du malheur du tiers [M. Apathie ou la mère du policier dans le cas du policier]. Dans le cas de l'OP, parce que c'est un homme, elle perd la tête dans son féminisme. La présence de l'OP crée un conflit. En dehors du fait d'être sélectif sur le moment et la façon dont vous voyez un ami dans une situation comme celle-ci, quand une conversation tourne au désordre, partez.
  3. Les poussoirs de boutons se nourrissent des conflits. Sans conflit, ils perdent leur récompense. Les personnes qui font le choix d'être les amis de ces personnes vivent avec leur choix. Si vous savez que votre présence cause des problèmes, alors ne soyez pas présent. Sinon, vous faites partie du problème même si vous vous en rendez compte. Il ne s'agit pas de vous, mais du tiers qui est malheureux quand cela arrive. Gagner signifie traiter vos amis et votre famille avec respect dans la situation.

Je suppose certaines choses dans ce post :

a. Vous ne cherchez pas activement le conflit. J'ai rencontré beaucoup de personnes qui se disent féministes volontairement (je ne le suis pas). Je ne lui dis rien. Si je ne suis pas d'accord ou si je dis quelque chose à ce sujet, je cherche les ennuis. C'est stupide. Si je ne suis pas d'accord avec les gens, je ne le souligne pas ; je l'ignore et je passe à autre chose.

b. Vous avez du respect pour vous-même et pour vos amis. Si tu te respectes toi-même et ton ami, pourquoi autorises-tu quelqu'un à être un tyran social et pourquoi autorises-tu ton ami à en être témoin ? C'est misérable pour vous deux.

c. Vous respectez votre temps. Sur votre lit de mort, vous souviendrez-vous de l'une de ces conversations où une personne vous a attaqué ? Vous souviendrez-vous même de tous les débats que vous avez gagnés ? La plupart des gens ne changent pas d'avis à la suite d'un débat ; ils le font pour des raisons émotionnelles.

94
65
2017-10-02 16:31:42 +0000

Entre Jane et ta mère, les solutions les plus sensées te sont fermées. Contrairement à beaucoup de gens ici, je ne pense pas que vous devriez "pas tous les hommes" de toute façon. C'est rarement utile et cela démontre un manque d'alignement autour des dommages émotionnels dont on parle. En d'autres termes, la misère totale infligée au groupe A par certains membres du groupe B l'emporte largement sur la petite misère ressentie par les "gentils" membres du groupe B lorsqu'ils sont mis dans le même panier que les "pas gentils", et il n'est donc pas utile de faire cette remarque. On entend généralement dire que "la douleur que j'éprouve à être mis au même niveau que les méchants est bien plus importante que la douleur que vous avez ressentie en étant opprimé. Nous ne pouvons rien faire contre vos 70/100 de douleur parce que vous ne respectez pas correctement mes 1/100 de douleur en ce moment. Reconnaissez NotAllMen ou je cesserai de vous soutenir et deviendrai un oppresseur et revendiquerai mon droit de naissance". Il contrôle la conversation et fait passer vos sentiments avant la personne qui vous parle de sa douleur. En général, une réponse beaucoup plus puissante consiste à commencer à discuter de la question principale, et non de savoir si ce sont les "hommes" en général qui l'ont fait ou non. Par exemple, demandez "comment puis-je aider" avant de souligner que ce n'est pas vraiment votre faute ou que vous aidez déjà. Cependant, Jane a clairement indiqué qu'elle ne voulait pas de votre aide, donc répondre soit par "pas tous les hommes", soit par "comment puis-je aider ?" est hors de question. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a rien à dire à quelqu'un qui se plaint de l'oppression dont son groupe a souffert. Les points utiles à faire valoir abondent, notamment le fait que vous n'avez pas besoin de vous faire sermonner sur des choses que vous savez déjà, que vous êtes plus heureux de discuter d'autres sujets et qu'elle contrarie votre mère. **Même si vous êtes contraint de faire l'une de ces choses. Alors, que pouvez-vous faire ? Vous pouvez voter avec vos pieds. Quand le discours commence, ne vous engagez pas. Essayez quelque chose comme :

Je suis désolé d'entendre que cela vous dérange encore. Je m'excuse pour la douleur que je viens de vous rappeler. Si vous voulez bien m'excuser, je dois m'occuper de quelque chose.

Et vous vous levez et vous vous éloignez - pour aller aux toilettes, ou pour sortir, ou dans une autre pièce et un autre groupe de personnes si cela est possible. Vous attendez une minute ou deux (plus longtemps si votre mère n'est pas soumise au discours en votre absence), puis vous revenez. Il est peu probable que le discours se poursuive en l'absence de toute personne avec qui discuter, mais si c'est le cas, vous pouvez simplement vous retenir de rejoindre le groupe. Si votre mère semble coincée, vous pouvez essayer l'ancienne

Mère, puis-je te voir dans la cuisine un moment ?

Et une fois là, vous pouvez discuter à deux pour savoir si elle est d'accord pour rester dans la conversation avec Jane ou si elle a une excuse pour la quitter.

Je ne prétends pas qu'avec le temps, ce sera une sorte de thérapie d'aversion qui apprendra à Jane à changer de sujet. Je le suggère seulement comme un moyen de se sortir d'une situation désagréable simplement et sans mentir ni se disputer. (Vous ne mentez pas : la chose dont vous devez vous occuper, c'est votre propre bien-être. Vous le faites en allant dans un endroit où vous pouvez être seul, ou du moins loin de Jane).

65
45
2017-10-02 20:10:37 +0000

Voici ce que vous devez réaliser ... Jane n'est pas intéressée à apprendre quoi que ce soit, ni à échanger des idées. Elle sait tout ce qu'elle veut savoir, et vous n'êtes pas vraiment nécessaire dans la conversation. Ce n'est même pas une conversation, vraiment. Elle a un discours qu'elle veut faire, et il se trouve que vous en êtes le destinataire. Elle vous décrit ouvertement comme un "ennemi de classe" pour ne pas dire plus. Vous vous retenez par (a) respect pour votre mère et la paix de son foyer, et (b) croyance erronée que vous êtes tous les deux du même côté. Pour (b), quelque chose me dit que vous souscrivez tous les deux à ce que vous appelez le féminisme mais qu'il s'agit en fait de concepts très différents. Pour (a), vous pourriez demander à votre mère si elle apprécie vraiment ces diatribes politiques.

Vous avez deux options. Soit vous partez chaque fois qu'elle se lance dans une diatribe, soit vous allez à l'encontre des conseils de votre mère et mettez fin à ces conversations. Dites-lui que vous avez entendu ses opinions, que vous les avez comprises et que vous n'avez pas besoin de les lui répéter. Si elle persiste, rappelez-lui que vous êtes l'ennemi de classe et qu'elle ne doit pas donner d'informations précieuses que vous pourriez utiliser contre elle.

Mise à jour : Il me semble qu'à la fin du dernier paragraphe, nous avons en quelque sorte ... dépassé le stade de la diplomatie. Ça arrive, des fois.

45
33
2017-10-02 22:31:58 +0000

Jane D : vous les hommes, vous êtes tous pareils. Un homme ne peut jamais aider une femme.

Tous, jamais, toujours, sont des quantificateurs universels absolus selon David Burns M.D.

Ce sont des distorsions de la pensée. Si elle pense ainsi à elle-même, ce n'est pas étonnant, elle ressent ce qu'elle ressent.

Si elle ne répond pas à cet argument, procurez-vous de gros écouteurs, portez-les et écoutez de la musique/des podcasts, ou utilisez la méthode du brouillard et des disques cassés de Manuel J. Smith .

Ou lorsque Jane vient dîner, proposez à votre mère de préparer le dîner, de servir le dîner, de faire la vaisselle et de faire la lessive pour ce soir-là. Cela vous tiendra occupé et réduira au minimum le temps que vous aurez à passer à l'écouter. Et si vous avez une cuisinière/maîtresse, vous pouvez toujours lui donner la soirée payée.

Si elle contrarie encore votre mère, vous ne pouvez vraiment rien faire d'autre à ce sujet. Votre mère décide elle-même à qui elle parle. Mais je pense que si vous ne laissez pas Jane vous bouleverser, votre mère ne sera pas non plus aussi bouleversée par elle.

33
19
2017-10-03 04:04:55 +0000

Jane a de graves problèmes qui ne sont pas de votre ressort. Il ne vous appartient pas non plus de les supporter, et vous n'avez aucune obligation de le faire. Lorsqu'elle commence une de ses diatribes, arrêtez-la en lui annonçant clairement que vous n'avez pas l'intention de l'écouter, ni d'y contribuer. Cette annonce peut être amicale (par exemple : "Jane, nous avons déjà eu cette discussion, ne recommençons pas"), sévère (par exemple : "Jane, je ne suis pas intéressée par cette discussion", et passez immédiatement à un autre sujet) ou, si elle ne comprend toujours pas, claire comme de l'eau de roche (par exemple "Jane, je ne veux pas écouter ou discuter de ce sujet, nous en avons déjà parlé, viens me trouver quand tu auras fini et nous pourrons discuter d'autres choses")

Préparez-vous à ce qu'elle ait dans ses manches des absurdités préparées ou préparées sur le champ sur la façon dont votre réponse était l'oppression patriarcale par l'expression verbale dominée par les hommes ou autre. Ignorez-la et tenez bon.

Préparez-vous également à l'interrogatoire habituel "pourquoi ?" que les gens utilisent souvent dans cette situation. En demandant "pourquoi", ils finissent par vous entraîner dans la même discussion que vous avez clairement annoncé que vous vouliez éviter. Préparez une réponse simple et complète et tenez-vous-en à cette question. Peut-être "nous avons déjà eu cette discussion et elle ne mène nulle part".

19
16
2017-10-02 16:47:36 +0000

Le problème avec ce type de débatteurs est qu'ils ont des opinions très fortes et qu'ils lisent probablement une tonne d'arguments sur le sujet. Beaucoup de ce que vous pourriez dire pour essayer de vous défendre, ils l'ont probablement déjà entendu. Bien que je n'aie pas eu la chance de connaître quelqu'un d'aussi extrême dans la vie réelle, j'ai lu beaucoup de leurs articles pour savoir que les lignes d'argumentation suivantes ont peu de chances de fonctionner :

  • Je ne suis pas comme ça (#NotAllMen that Em C brought up)
  • Vous aliénez les gens
  • Votre catégorisation de tout un genre est similaire au sexisme

Et ainsi de suite. Si une personne ne veut pas changer d'avis et que vous n'avez pas l'impression que les conversations sont productives, la meilleure chose à faire est de vous retirer. Maintenant, si c'était moi, je dirais quelque chose comme :

Jane D : Les hommes sont toujours ... ne peuvent jamais comprendre cela ... etc Moi : Eh bien, si je suis un ennemi si irrémédiable pour vous, pourquoi parlons-nous ? Je dois y aller, bye

A ce moment-là, il se passera une ou deux choses, soit cette personne arrête de vous parler (pour que vous n'ayez pas à vous occuper des discours), soit elle devra reconnaître qu'il y a peut-être de légères différences entre les hommes et peut-être que certains ne sont pas des porcs complètement sexistes, mais dans ce cas, ça viendra d'eux et pas de vous.

En général (d'après certaines expériences), les défenseurs de la justice sociale ne réagissent pas bien à la défensive parce qu'ils considèrent que vous essayez de protéger le statu quo, alors essayez de formuler votre argumentation de manière à ce qu'elle porte sur votre relation spécifique plutôt que sur le système. Votre message devrait être :

Lorsque vous insultez [MA CATÉGORIE], vous m'insultez, avec toutes les conséquences que cela implique

16
13
2017-10-02 16:27:14 +0000

Les personnes ayant des croyances radicales sont souvent difficiles à gérer, je devrais le savoir, j'ai tendance à être l'une d'entre elles...

Je suis sortie avec quelques féministes radicales ; elles peuvent être de très bonnes personnes une fois que vous apprenez à les connaître, mais parfois il peut être difficile de les faire sortir de leur boîte à savon. Quand on me frappe avec le :

Vous les hommes, vous êtes tous les mêmes...

Je réponds généralement avec quelque chose comme :

Vous me connaissez depuis assez longtemps pour savoir que vous prêchez à la chorale... Et, pour ne pas trop insister, ce "Vous les hommes" n'est pas vraiment utile pour votre cause. Dans certains cas, vous finissez par vous aliéner un énorme groupe de personnes qui auraient autrement soutenu votre point de vue.

Honnêtement, j'admire les gens qui ont ce genre de passion pour ces questions, mais leur rappeler que vous êtes du même côté est parfois le prix à payer pour passer du temps avec eux.

J'admire votre passion et vos convictions, mais je suis déjà d'accord avec vous à ce sujet. Gardons l'énergie pour quand ça compte. Pas besoin de convaincre quelqu'un qui est déjà convaincu.

Mais là encore, certaines personnes aiment vraiment leur boîte à savon et d'autres prendront votre tentative de changer de sujet ou de faire dérailler leur discours comme une tentative de "silence ou d'oppression" ; dans ces cas-là, si vous êtes assez patient, donnez-leur juste quelques minutes pour qu'ils se débarrassent de ce problème et qu'ils passent à autre chose.

13
10
2017-10-02 16:59:58 +0000

Je lis qu'elle n'est pas votre amie, mais l'amie de votre mère. Vous devriez donc parler à votre mère poliment pour lui demander d'arrêter de faire ces discours d'elle chez vous car ils vous dérangent. Tu dois faire comprendre à ta mère que cela te rend malheureux et qu'elle doit mettre des limites à ce que ses amis peuvent faire chez toi.

Maintenant, si ta mère décide de ne pas le dire à Jane, tu devras intervenir et lui demander fermement d'arrêter de faire cela. Vous lui avez déjà fait part de votre position sur la question et elle a fait part de la sienne. Qu'elle doit respecter votre point de vue et votre individualité autant qu'elle aime qu'on respecte la sienne. Elle sera toujours accueillie chez toi en tant qu'amie de ta mère, mais cette amie fait autre chose que se plaindre de problèmes politiques.

De l'IMHO, si elle n'accepte pas ces conditions, alors elle n'était pas vraiment l'amie de ta mère, donc rien n'est perdu.

10
10
2017-10-02 19:31:25 +0000

... Jane D rend fréquemment visite à ma mère et chaque fois que je la rencontre par hasard, elle commence...

Pour une raison quelconque, votre présence l'amène à entamer des discussions auxquelles vous et votre mère ne souhaitez pas participer.

La réponse est donc simple : partez. Il n'y a pas lieu d'être impoli non plus, mais essayez de faire le premier pas plutôt que de partir en réaction à son explosion :

Salut maman ! Je vois que tu as un visiteur, c'est bon de te voir Dr. Je suis seulement passée pour [déposer ça, te rappeler quelque chose, voir comment tu vas] mais je ne veux pas interrompre votre visite l'un à l'autre donc je vais y aller ! Si c'est possible ou pratique, vérifiez si elle est là avant votre visite pour éviter de la croiser. Si elle apparaît alors que vous êtes déjà en visite, terminez votre visite avec votre mère et partez. Si vous devez partir, vous pouvez toujours faire semblant de savoir pourquoi vous devez partir, mais vous ne devez à aucun des deux une explication de ce qui vous éloigne. Cela dépendra des coutumes sociales de votre région. Pour moi, aux États-Unis, il est parfaitement normal de dire "Je dois partir...", de faire vos adieux et de partir sans dire à personne pourquoi vous devez partir.

10
8
2017-10-02 15:46:00 +0000

Alors que je tapais cette réponse, Fildor a posté un commentaire disant que vous ne pouvez pas.

Je suis d'accord. Il n'y a pas de "diplomatie" avec une personne comme ça. Je ne suis pas un de ces "hommes". Je suis complètement empathique au mouvement féministe et je soutiens complètement vos idées. Vous ne savez pas quel genre d'homme je suis et vous ne devriez pas me parler de féminisme comme si j'étais un de ces hommes que vous détestez. Je suis de ton côté, ne t'inquiète pas.

C'est peut-être un peu plus grossier que tu ne le voudrais, mais honnêtement, tu dois arracher ce pansement rapidement et facilement si tu veux ne plus jamais avoir à faire face à cela à l'avenir.

Le truc, c'est de les empêcher de parler et de leur dire ce que tu penses. Lorsque vous empêchez quelqu'un de dire quelque chose, il va généralement écouter. Parce qu'ils ont clairement remarqué que vous les avez interrompus. Vous avez attiré leur attention. Maintenant, allez directement au but que vous cherchez à atteindre. N'essayez pas d'enjoliver les choses.

Edit: Après plusieurs commentaires sur le fait que c'est une question d'homme, je ressens le besoin de clarifier les choses. Il y a quelques raisons pour lesquelles ce n'est pas une explication d'homme :

  1. Vous n'interrompez pas une féministe pour dire qu'elle a tort.
  2. Vous n'interrompez pas une féministe pour discréditer ses points de vue ou pour la faire passer pour une idiote dans ses croyances.
  3. Vous interrompez une féministe pour lui faire savoir que vous n'êtes pas son ennemi et que vous soutenez totalement ses convictions. Vous essayez de lui faire sentir qu'elle se sent en sécurité avec ses opinions.
  4. Vous ne parlez pas au-dessus d'elle. J'ai modifié la conversation pour refléter cela.

Je comprends que la façon dont la réponse a été formulée puisse paraître grossière et arrogante (dans cette situation, chauvine même) et je m'excuse auprès de quiconque aurait pu m'offenser. J'essaie simplement de souligner que le fait de lui faire savoir, bien avant qu'elle ne parle de ses opinions féministes, que vous n'êtes pas un ennemi pour elle ou que vous ne pensez pas que ses opinions sont valables, pourrait changer son ton et la faire parler comme si vous étiez un autre membre de son système de croyances et le ton dans lequel elle parle s'améliorera grandement. Elle ne prendrait pas un ton accusateur. "Vous les hommes" deviendraient "Ces hommes" et honnêtement, même si cela n'accomplit pas complètement tout ce que le PO a demandé, c'est une conversation beaucoup plus agréable à avoir qu'une discussion animée.

Si vous essayez vraiment, vous pouvez faire paraître tout et n'importe quoi mauvais alors que ce n'est pas destiné à faire du mal à quelqu'un. Je vais donc laisser cela ici et si les gens n'aiment toujours pas ma réponse, je suis désolé.

8
7
2017-10-03 03:02:41 +0000

Je n'ai pas besoin de lire (toutes) les réponses réfléchies de ce qui précède pour voir que Jane D. a, ou est de nature émotionnelle. C'est son problème et non le vôtre.

Même si ce n'est que dans 15% des cas, dans ce pourcentage et bien plus encore, elle ne peut tolérer votre aide, votre considération ou vos excuses. Elle ne peut pas vous tolérer. C'est-à-dire quand elle est d'humeur.

Les divagations sur la politique ne sont qu'un autre exutoire de ce que l'on appelle "l'hostilité flottante". C'est-à-dire qu'il s'agit d'un sujet permanent que la personne qui en souffre ou qui est "accro" prend le temps d'expliquer à un public présent ou non. Il s'agit simplement d'une récréation pour elle. Si le temps ne presse pas et qu'elle est d'humeur, elle peut commencer à s'expliquer. Cela signifie moins que rien. La preuve en est que rien de ce qu'elle propose n'est sujet à débat ou à discussion. Elle seule peut avoir raison. Toutes les autres idées sont corrompues et donc non valables. Elle cherche la bagarre. Une fois qu'elle a terminé, je suis sûr qu'elle ne se précipite pas pour informer les autres de ses nouvelles idées ou pour les écrire pour la lettre d'information. Elle se contente de revenir sur ses passions pour le plaisir d'entendre quelqu'un le dire. Ce n'est pas un acte immoral, mais ce n'en est pas un pour tout le monde, et certainement pas pour votre mère désorientée.

Malgré les conseils judicieux donnés ci-dessus, toute tentative de rompre son rythme ne fait que la convaincre que vous contestez sa vision ou son point de vue, et qu'en tant que tel, vous n'êtes pas un vrai croyant, vous n'êtes pas mutuel, ou quels que soient les noms qu'on vous lance de nos jours.

Je ne voudrais plus jamais être sa caisse de résonance, pour quelque temps que ce soit. Ne serait-ce que pour la tranquillité d'esprit de votre mère, vous devriez la repousser. La prochaine fois qu'elle se lancera dans votre aventure, je lui dirai aussi fort que possible : "J'en ai assez de toi ! Laissez-moi tranquille !" suivi de "Laissez-moi tranquille !" chaque fois qu'elle revient. Ce serait son signal de départ avec des opinions qui s'envolent, mais elle doit partir.

Vous ne pouvez pas changer son comportement et même si elle avait raison sur tous les points, vous ne pouvez jamais l'aider à y voir clair. Elle n'a pas les outils pour faire autre chose que de se plaindre aux gens et à propos des gens. Vous ne voulez pas être l'un d'entre eux

7
5
2017-10-02 22:46:30 +0000

Si vous voulez vraiment être diplomate, vous pouvez bien sûr concéder certains de ses points :

vous, les hommes, avez toujours maintenu les femmes à terre ! Je le constate encore et encore. Vous, les hommes, vous avez le volant de toute cette société ! Est-ce votre droit divin ou quoi ? Vous n'avez pas le droit de dire ce que les femmes doivent faire dans ce pays. Etc etc etc...

Vous choisissez de dire, "ne m'incluez pas. Je suis tout à fait d'accord avec vous". Sauf que vous n'êtes pas complètement d'accord avec elle : vous n'êtes pas d'accord avec elle sur le fait que vous ayez ou non un rôle à jouer dans la direction de la société et dans le maintien de la femme.

Vous auriez pu dire, mais vous avez choisi de ne pas dire, "vous avez raison, en tant qu'homme dans cette société, je n'ai littéralement pas la capacité de renoncer unilatéralement à tout le pouvoir et aux autres privilèges qui me sont injustement accordés, et qui plus est, je suis certain que j'ai parfois été coupable d'en abuser. Je suis tout à fait d'accord avec vous"

C'est-à-dire que la position que vous prenez ("Je suis moi-même sociologue et pas du tout représentant de la société patriarcale"), qu'elle soit défendable ou non et peu importe votre inquiétude lorsqu'elle refuse de l'accepter, n'est pas la plus diplomatique possible. Bien sûr, (a) cela pourrait bien ne pas la convaincre que vous êtes d'accord avec ses arguments ; (b) cela n'empêchera pas l'accusation que vous n'aimez pas, au mieux, elle passera outre ; et (c) dans des circonstances normales, vous ne seriez pas obligé d'être d'accord avec ses arguments, si en fait vous les jugez incorrects. Mais puisque vous êtes obligé d'être diplomate, être en fait d'accord avec elle au lieu de dire que vous l'êtes tout en étant en désaccord pourrait valoir la peine d'essayer une fois ! Le seul avantage est que vous ne serez pas obligé de vous mettre d'accord avec elle, puisqu'elle a déjà dit qu'elle n'attendait et ne voulait pas de soutien de votre part.

5
5
2017-10-05 13:36:15 +0000
  1. Soyez gratuit. Ça pourrait être bien pire. Elle pourrait avoir des odeurs corporelles nocives, ou essayer de manger vos enfants.

  2. N'oubliez pas d'avoir de la compassion. C'est votre amie, après tout. C'est probablement pire d'être elle que d'être près d'elle, car elle a probablement beaucoup d'amis ennuyés.

  3. **Rire. C'est drôle. "La revoilà", tu te dis. Si vous êtes vraiment amis, vous voulez que le temps que vous passez ensemble soit agréable, et quoi de plus agréable qu'un moment drôle ?

  4. Considérez votre temps comme un cadeau. En supportant ses bizarreries, vous devenez un bon ami. Lui donner du temps alors qu'elle peut juste "être elle-même" est un énorme moyen de former une intimité, si vous pouvez le supporter.

  5. **Rejetez l'argument aussi vite que possible. Ne vous engagez pas. Quelques bonnes réponses :

  6. **Si votre amitié est toujours tendue, envisagez de lui parler dans une situation différente, c'est-à-dire avant qu'elle ne commence à se disputer et de préférence pas devant d'autres personnes. Dites-lui ce que vous ressentez et demandez-lui d'arrêter. Ou demandez-lui comment elle pense que vous devriez réagir lorsqu'elle vous met mal à l'aise. Ou dites-lui simplement que c'est ennuyeux.

  7. **Si vous vous contentez de "traîner" ensemble sans aucune activité prévue et qu'il y a beaucoup de silences gênants, il n'est pas surprenant qu'elle essaie de les remplir avec ce à quoi elle est habituée, ce qui semble être une dispute. Ne laissez pas ces silences se produire. Assurez-vous que les moments que vous avez planifiés ensemble contiennent des activités qui la maintiennent attachée ou qui ne lui permettent pas de parler, par exemple aller voir un film.

  8. Ayez des limites. Vous ne pouvez pas décider pour elle comment elle doit se comporter, mais vous pouvez décider avec qui vous souhaitez être amis. Si elle n'est pas prête à se comporter de la manière dont vous souhaitez être avec elle, ne soyez pas là.

5
3
2017-10-05 10:59:23 +0000

Elle ressemble beaucoup à un buffle qui piétine, elle n'est pas consciente de son comportement et elle ne s'arrête pas devant une objection habituelle. Au lieu de cela, vous pourriez réagir avec humour/ironie/sarcasme.

  • Essayez de l'accueillir avec quelque chose comme

  • Soulignez son attitude :

  • Faites la même généralisation, mais à l'inverse et en les exagérant (l'ironie/sarcasme devrait être patent) :

Un point très important ici est la façon dont vous livrez ces remarques. **Dites-les toujours avec le sourire : vous n'avez pas l'intention de faire du mal, vous ne voulez juste pas discuter davantage avec quelqu'un qui est autrement votre ami.

3
3
2017-10-02 17:47:13 +0000

Deux ou plusieurs choses me viennent à l'esprit, chacune d'entre elles pouvant être rejetée à loisir :

Elle est peut-être une croisée, réglée sur ses chemins, consumée par sa cause, et elle saisira l'occasion de la prêcher littéralement partout où il y aura des oreilles qui l'écouteront. C'est une voie bien usée pour elle, elle le fait probablement à tout le monde.

Elle projette ses opinions sur les autres, et jette sa propre lumière dans la maison de quelqu'un d'autre. Il y a un moment où les échanges politiques se multiplient - et lorsqu'ils ont lieu à l'intérieur, ce n'est généralement que lorsque l'hôte y est favorable, sinon cela risque de "devenir gênant".

Si cela devient gênant, il peut être utile de le lui dire, et de lui rappeler poliment (par un homme, pas moins) qu'elle peut vouloir rassembler ses opinions et les distribuer avec plus de tact - de peur que les gens autour d'elle ne s'en lassent.

Surtout si cela provoque des troubles. Vous pourriez attiser sa colère en lui demandant directement s'il y a quelque chose de complètement différent dont elle pourrait parler, pour changer ? "Quelque chose d'autre à dire ?" Je suis sûr qu'il y aurait une façon plus diplomatique de le dire.

Si vous devez, continuez à changer la conversation sur un sujet discret mais évident pour quelque chose d'autre qui l'implique idéalement et elle finira par comprendre que peut-être que le fait de continuellement exprimer ses opinions agressives devient inapproprié.

Enfin, pas moins, elle pourrait avoir lutté victorieusement dans une société dominée par les hommes et pourrait être encline à transférer triomphalement sur les autres ses sentiments et ses désirs. L'utilisation classique du terme "transfert" vient de la psychanalyse et inclut "la réorientation des sentiments et des désirs et surtout de ceux qui sont inconsciemment retenus depuis l'enfance vers un nouvel objet". Elle est probablement un peu dans le coup.

3
2
2017-10-03 09:35:20 +0000

Il n'y a pas de problème politique ici. La personnalité de Jane D est fondamentalement motivée par une "hystérie", qui consiste à rechercher le conflit avec les hommes afin de justifier ce qu'elle croit déjà être vrai. Elle cherche le conflit, recherche l'animosité et, au fond, l'attend. Ce type de personne veut et a besoin de relations négatives avec les hommes. Son problème, c'est elle-même, et bien que ce soit un cliché, elle a besoin de se réorganiser, et non pas le monde. Si elle s'engageait sérieusement à améliorer la société et la politique, des phrases comme "vous les hommes" seraient hors de son vocabulaire, et le scientifique en elle serait en train de craquer devant son préjugé de confirmation.

C'est définitivement un problème interpersonnel. Mon approche consisterait à lui dire franchement qu'elle est égoïstement obsédée par son propre programme émotionnel/pseudo-politique et que les vociférations constantes vous dérangent, vous et votre mère. Si elle ne fait pas preuve de respect et de considération, dites à votre mère et à Jane D que vous ne voulez pas d'elle dans votre entourage avant qu'elle n'ait un peu grandi.

2
2
2017-10-03 14:13:00 +0000

Ce que maman ne sait pas ne lui fera pas de mal. Demande gentiment à Jane d'arrêter. Si elle ne le fait pas, maman devra le lui dire, à moins que vous ne soyez le propriétaire. Si cela continue et que votre mère n'y met pas un terme, que ce soit par une demande ou un mandat, alors vous ne pouvez pas faire grand-chose.

D'un autre côté, si vous ne pouvez rien faire, alors ne lui répondez tout simplement pas. Jane finira par se lasser d'en parler. Servez-lui de la nourriture indienne incroyablement épicée, chaude ou sucrée, ou tout ce que Jane n'aime pas. Si vous n'avez pas l'intention de dire à Jane d'arrêter, alors vous devez être créatif.

Vous pourriez dire à Jane : "Hé, entrez, femme folle, homme mauvais ici, prêt à être enseigné." Elle finira par arrêter, à moins qu'elle ne soit folle. Mais si maman continue à la laisser entrer, eh bien, maman invite littéralement le chagrin d'amour.

2
1
2017-10-04 13:53:39 +0000

"Je ne partage pas cette opinion / ce point de vue"

C'est très simple :

  • Jane D exprime une opinion sur l'état de la société.

  • Vous ne partagez pas cette opinion.

L'exprimer en tant que tel. Après tout, elle a le droit de faire ses propres observations et de se faire sa propre opinion. Mais vous aussi.

L'astuce consiste ici à faire passer la discussion de fait à opinion et interprétation. Tant que le ton de la discussion est comme si vous discutiez de faits (ce que vous n'êtes pas d'ailleurs), alors vous ne pouvez pas arriver à une conclusion où vous pouvez accepter d'être en désaccord. Mais si vous dites "Ok, c'est votre opinion... J'en ai une autre", alors vous vous ouvrez à un compromis.

1
0
2017-10-02 17:56:44 +0000

Vous pouvez l'ignorer ou tenter de prendre vos distances avec elle. Vous pouvez aussi, alternativement, voir ce que pense son mari, et s'il pense différemment, essayer de vous regrouper et utiliser les sentiments de votre voisine pour son mari comme une sorte de coup de pied au cul pour qu'elle puisse voir du trou dans lequel elle s'est enfoncée. À part cela, je ne vois pas d'autres options.

La citation "Je ne peux pas vous raisonner à partir d'une position dans laquelle vous ne vous êtes pas raisonnée" me vient à l'esprit. Bonne chance ! J'espère que tout va bien se passer.

0
0
2017-10-04 04:28:43 +0000

Une option totalement différente consiste à traiter Jane comme ce qu'elle est, une pauvre femme qui s'est transformée en caricature de féministe, et à la sortir de là.

La prochaine fois qu'elle lancera Le Discours, dites-lui tout de suite que vous avez déjà entendu cela et demandez-lui si c'est tout ce qu'elle est. Offrez-lui une bière (ce sera probablement la première fois que cela lui arrive depuis des années). Si elle n'aime pas ça, demandez-lui ce qu'elle aime. Insistez pour obtenir une réponse. N'acceptez aucun discours féministe, interrompez-le immédiatement et abordez un autre sujet.

Pourquoi cette approche ? Il y a deux issues possibles. Premièrement, vous pouvez peut-être l'aider. Une femme avec ce genre d'attitude n'aura pas beaucoup d'amis, donc toute aide qui lui permettra de sortir de cette attitude et de lui montrer qu'il y a plus dans la vie que la haine des hommes est une très bonne action. Deuxièmement, vous n'aurez peut-être aucun effet. Dans ce cas, vous avez quand même arrêté le discours. Au lieu d'être ennuyé par lui, vous pouvez prendre du plaisir à l'arrêter.

En fin de compte, il ne s'agit pas du tout de féminisme. Il s'agit de quelqu'un qui visite votre maison et qui se comporte de la manière la plus odieuse, soit intentionnellement, soit sans même s'en rendre compte. S'il est facile pour vous de vous protéger contre ce comportement, tout ce qui rend son comportement plus acceptable dans la société en général n'est bon que pour elle. Il en irait de même si votre voisin entrait et parlait de football, de football, de football et de rien d'autre, et qu'il perdait tout contact avec les personnes non fanatiques de football parce qu'il ne peut parler de rien d'autre.

0

Questions connexes