Les relations interpersonnelles
2017-09-19 12:52:57 +0000 2017-09-19 12:52:57 +0000
56

Puis-je corriger les enfants d'autres personnes devant eux ?

Je suis une jeune femme de 20 ans sans enfant qui entre occasionnellement en contact avec les enfants d'autres personnes. Cela se passe vraiment partout, au travail, dans les magasins, les musées, les cinémas, dans le quartier. Et parfois, ces enfants sont impolis. J'ai tendance à être très indulgente lorsque quelqu'un me rentre dedans accidentellement et me dit "Non, non, ça va". Mais quand quelqu'un fait quelque chose comme couper la file ou parler pendant un film, je lui demande de ne pas le faire. Avec les adultes, je me sens à l'aise de le faire, mais quand il s'agit d'un enfant ou d'un jeune adolescent, je ne suis pas sûr que ce soit approprié/comment le parent peut réagir.

Pour cette question, je me limiterai aux cas où le parent est présent et ne fait rien.

Par exemple, j'étais dans un musée et j'utilisais une exposition interactive quand un enfant s'est glissé dans le petit espace entre moi et l'exposition, me poussant à l'utiliser lui-même. Leur parent n'était qu'à un mètre et a regardé cela se produire sans rien dire. Je voulais dire à l'enfant quelque chose comme "Excuse-moi mais j'utilisais ceci, pourrais-tu attendre ton tour" mais j'étais inquiet de la réaction négative du parent qui me reprochait de corriger son enfant, alors je suis parti.

Dans ces situations, je suis surtout inquiet pour le parent. Lorsqu'il n'y a que moi et l'enfant, j'ai l'habitude de dire quelque chose et tant que je suis doux et poli, l'enfant semble comprendre et corriger son comportement. Mais j'ai vu des parents devenir fous quand quelqu'un dit quelque chose de correctif à distance à leurs enfants.

Dans une telle situation, devrais-je dire quelque chose à l'enfant ou au parent ? Y a-t-il une façon particulière de le formuler ?

Il semble erroné de laisser de telles choses se produire et de ne rien dire. Je ne laisserais pas cela se produire avec un adulte, alors pourquoi devrais-je le laisser se produire avec un enfant ?

EDIT : Pour ajouter une précision, je suis aux États-Unis. Et la tranche d'âge que j'avais en tête était de 6 à 13 ans. Il semble que c'est l'âge où ils sont encore inconscients de leur environnement, mais assez vieux pour comprendre si je dis quelque chose.

Les réponses semblent divisées quant à savoir s'il faut ou non adresser le commentaire au parent ou à l'enfant. Les deux parties ont de bons arguments, je ne sais donc pas encore lequel est le meilleur. Il semble que dans la majorité des cas, parler à l'enfant serait bien, mais dans la minorité des situations où l'enfant a des problèmes de comportement, il pourrait facilement se tromper. Si ce problème n'est pas résolu dans les réponses, je pourrais poser une nouvelle question sur ce cas spécifique.

Réponses [11]

36
2017-09-19 13:10:21 +0000

Vous pouvez certainement dire quelque chose dans la situation que vous avez décrite. Vous ne corrigez pas le comportement de l'enfant, vous ne faites qu'exprimer les désagréments que quelqu'un vous a causés.

Si vous voyez un enfant jeter des pierres sur des pigeons ou jurer/malédictionner d'autres enfants, alors probablement pas. Même s'il s'agit d'un problème plus important, c'est un problème qui ne vous concerne pas. Il s'agit simplement d'une belle démonstration d'un comportement parental horrible et vos commentaires à ce sujet visent directement les parents.

Mais dans votre situation, même si cela semble être la même chose, vous pouvez commenter parce que vous pouvez faire croire que c'est le cas : L'enfant était juste excité et vous étiez vraiment au milieu de quelque chose que l'enfant a interrompu à cause de sa propre excitation.

Avec tout, le phrasé est très important: Comment dire cela sans avoir l'air de "détester les bébés" ou de "insulter les parents"( ?):

  1. Parlez comme si l'enfant était encore adorable.
  2. N'utilisez jamais le mot "non". Il y a de vrais parents qui pensent que dire non à leurs enfants est mal. Ils ne veulent donc pas qu'un inconnu dise non à leur enfant.
  3. Soyez gentils et doux. Pas même pour le bien des parents, mais pour celui de l'enfant. Vous ne voulez pas blesser l'enfant. Après tout, ce sont toujours des enfants. Ils ne savent que ce qu'on leur a appris.
  4. Le point 3 n'implique pas "leur apprendre la bonne manière". Ne donnez pas l'impression que vous leur enseignez. Exprimez simplement le malaise qu'ils vous ont causé. Pas pourquoi ce qu'ils ont fait est mal. Leur apprendre la bonne manière pourrait vraiment vous entraîner dans une bagarre avec une mère ou un père.
  5. Ne les touchez pas et ne les attrapez pas. Je sais que c'est évident, mais je ne parle pas de les attraper méchamment. Même un Hi-5 amical ou quelque chose comme ça après avoir parlé de quelque chose. Gardez vos mains pour vous.
  6. Souriez quand vous leur dites quelque chose.
  7. Surtout, pour éviter une grande scène, utilisez une voix enfantine et enjouée pour dire cela à l'enfant. Faites croire à l'enfant que vous jouez avec lui, faites croire aux parents que vous êtes juste gentil. Faites passer le message.

J'espère que cela vous aidera.

P.S.: Je n'ai pas trouvé d'exemples à préciser mais je mettrai à jour la réponse au fur et à mesure que j'aurai des exemples en tête.

36
29
2017-09-19 13:10:13 +0000

Je ne vois rien de faux dans ce que vous avez proposé de dire autre que le fait que je ne pose à personne (surtout pas aux enfants) des questions qui ne sont pas vraiment des questions (c'est-à-dire la partie "est-ce que ça vous dérangerait"). Tant que votre ton est gentil et doux, il n'y a pas de défaut à le faire. Il ne sera pas toujours bien reçu.

Une fois, je faisais des courses et un enfant s'est précipité au hasard et a essayé de prendre mon chariot et de s'enfuir avec. J'ai été parfaitement gentille et je leur ai simplement dit que c'était mon chariot avec mes achats et qu'ils ne pouvaient pas jouer avec le chariot. L'adulte s'est approché de moi de manière très agressive en me faisant la leçon sur le fait que l'enfant était leur enfant adoptif et qu'il "ne savait pas mieux" et que je devais m'attendre à ce qu'ils le fassent, bla bla bla. Je n'ai pas eu une telle évaluation, je leur ai simplement dit qu'ils ne pouvaient pas le supporter et je l'ai dit gentiment. Je n'avais pas besoin qu'on me le dise, car je n'étais même pas un peu brusque avec l'enfant, tout ce que je faisais, c'était de rester là à tenir la charrette pendant qu'elle essayait de leur arracher les mains.

Donc si vous demandez comment vous pouvez le dire suffisamment pour ne jamais contrarier les parents, vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez pas contrôler la réaction des gens. Vous êtes cependant tout à fait en droit de dire quelque chose qui s'adresse poliment à vous si un enfant a agi d'une manière directement impolie à votre égard. Les enfants ont besoin que les adultes leur donnent l'exemple d'interactions appropriées. Tous les enfants en ont besoin. Les miens aussi. Je n'ai rien contre le fait qu'un adulte dise poliment à mon enfant de faire plus attention et d'être poli. Les enfants s'excitent parfois et oublient complètement leurs manières. Si quelqu'un le dit gentiment, cela m'évite complètement de devoir marcher pour le faire. Je serai déjà en route, car je ne "fais rien", mais si je continue à venir, c'est simplement pour dire à mon enfant que vous avez raison et qu'il doit s'assurer que quelque chose est ouvert et disponible, et pas seulement prendre le relais. Mais les parents _réagiront différemment. C'est comme ça.

29
20
2017-09-19 13:39:20 +0000

Dire directement et poliment à l'enfant

Excusez-moi mais j'utilisais ceci, pourriez-vous attendre votre tour ?

est adéquat. La plupart des parents devraient l'apprécier.

Corriger le comportement d'un enfant est ce que les parents sont censés faire, même s'il peut sembler à première vue que c'est ce que vous faites. Ce sont eux qui sont responsables de cela, pas vous. Vous ne faites que vous fixer des limites.

Vous ne pouvez pas contrôler la façon dont les parents pourraient réagir. Certains peuvent corriger leur enfant immédiatement et le remercier, d'autres peuvent se sentir gênés et s'excuser, d'autres peuvent ne rien dire et d'autres encore peuvent s'énerver en pensant que vous essayez de faire leur travail.

Si un parent se met en colère contre vous, soyez ferme et poli avec lui comme vous le seriez avec son enfant. Parfois, c'est le comportement du parent qui doit être corrigé et non celui de l'enfant. Ne laissez pas cela vous décourager de faire ce que vous pensez être juste.

20
8
2017-09-19 13:38:40 +0000

Je comprends votre inquiétude et j'ai été à votre place plusieurs fois.

Veuillez garder à l'esprit ce qui suit :

  • Les enfants sont des enfants, ils agissent parfois de manière impulsive et il est fort possible qu'ils ne sachent toujours pas ce qu'ils font de mal ou comment se comporter dans une certaine situation (je ne savais pas que je devais dire "merci" quand on me disait que j'étais mignon ou "ravi de vous rencontrer" quand quelqu'un se présentait jusqu'à l'adolescence) - ils apprennent encore. Ils ne sont donc pas si "coupables" de leurs actes. Gardez donc à l'esprit que vous devez être doux quelle que soit votre réaction.
  • Néanmoins, même s'ils sont jeunes, ils sont responsables de leurs actes. S'ils vous dérangent, ils doivent le savoir. S'adresser directement au parent fait croire à l'enfant le contraire : quoi qu'il fasse, les autres en paieront le prix. Cela peut également mettre les parents sur la défensive - tout le monde n'aime pas entendre qu'il manque quelque chose dans le comportement de leur enfant.
  • Vous devez être très doux, car si vous êtes trop strict, vous risquez de les effrayer (et de mettre le parent en colère) ou de les inciter à vous déranger encore plus.

Maintenant, une bonne approche serait quelque chose de politique et de joueux :

Hé bonjour ! Je veux vraiment jouer avec l'exposition un peu plus longtemps, pouvez-vous attendre quelques minutes de plus pour que je puisse "entrer dans une interaction liée à l'exposition" ? Vous pouvez le faire aussi après m'avoir regardé, c'est vraiment amusant ! Regarde...

L'enfant était probablement trop excité pour faire attention à vous en premier lieu, vous ne voudriez pas le rendre triste ! Cette approche pourrait fonctionner sur presque tout, sans parents ni enfants en colère. Essayez simplement de parler leur langue, de partager leur enthousiasme et vous serez perçue comme la gentille jeune fille qui ne veut pas vous offenser.

8
7
2017-09-19 15:18:11 +0000

Pourquoi ne pas simplement parler au parent ?

Si vous n'avez pas de problème à affronter les adultes et que le parent est là : Ne parlez pas à l'enfant. C'est leur travail. Demandez-leur de bien vouloir contrôler leur enfant qui est grossier et coupant devant vous.

En tant que parent et grand-parent, je pense que je réagirais mieux à cela qu'à quelqu'un qui "corrige" mon enfant ou mon petit-enfant, même si c'est avec politesse.

Vous avez aussi le problème que l'enfant ne comprend pas votre langue, ou qu'il souffre d'un handicap cognitif : Nous avons des enfants autistes dans notre famille élargie, ils ont l'air d'enfants normaux mais peuvent être assez grossiers. Vos tentatives de les "éduquer" ou de les gronder ne seront littéralement pas comprises, et peuvent même les effrayer.

7
3
2017-09-20 08:32:53 +0000

La parentalité est l'une de ces choses où chacun a sa propre façon de faire. Ce qui est encore plus intéressant, c'est qu'en raison de certaines circonstances, ils peuvent ne pas être en mesure de s'acquitter à 100 % de leurs responsabilités parentales, mais doivent adapter leurs idéaux à une situation ou à un besoin. En fait, vous pouvez même vous retrouver dans une situation où la réaction des parents est de jouer à 100 % la comédie au profit de l'enfant. On ne peut jamais vraiment savoir. J'essaie d'apprendre à mes enfants à "faire attention aux autres adultes", surtout s'ils sont en âge scolaire. Mais ce n'est pas toujours possible.

Par exemple, si un enfant traverse une période très difficile en public en raison d'une expérience passée, votre commentaire peut le faire reculer de plusieurs mois. En tant que parent, vous pouvez être tout à fait d'accord avec le fait qu'il repousse d'autres adultes parce que, lors du dernier voyage, il a baissé son pantalon et fait caca en plein milieu de l'exposition. Vous pourriez même être ravi qu'ils aient repoussé d'autres adultes, car jusqu'à ce moment, chaque fois qu'ils touchaient un autre adulte, ils se mouillaient de peur et se mettaient à crier.

Cela dit, ce sont des cas rares, mais vous ne pouvez pas le savoir rien qu'en les regardant. En fait, les enfants avec ces enfants à problèmes sont généralement normaux dans tous les autres domaines. Il faut donc faire très attention à ce que vous dites.

Voici mon conseil :

  • Si l'enfant n'est pas à l'école (trop jeune), alors laissez tomber. Il se peut qu'il n'ait pas beaucoup d'interactions avec d'autres adultes qui ne font pas partie de la famille. Et, en tout cas, ils n'ont vraiment rien fait de mal.
  • Si la sécurité de l'enfant est en jeu, alors intervenez à 100%. Touchez, attrapez, criez, tout ce que vous avez besoin de faire. Mais assurez-vous que vous savez que la sécurité est vraiment en jeu. Par exemple, si vous voyez un enfant ramasser un couteau dans une exposition et commencer à l'agiter, n'hésitez pas à l'en empêcher. Si vous avez l'impression qu'il va renverser un tas de gobelets en papier, alors asseyez-vous et profitez du spectacle.
  • Parlez "aux" enfants. Cela peut être délicat, il n'y a pas de petits adultes, et ils ne comprennent pas les mêmes concepts que nous. "Excusez-moi mais je me servais de ça, vous voulez bien attendre votre tour ?" Eh bien, ils ne connaissent peut-être pas la phrase "Excusez-moi, ils ne savent peut-être pas comment faire pour attendre leur tour". Et demander à un enfant de 5 ans d'attendre son tour est presque une torture, selon eux en tout cas. Prêcher par l'exemple, "J'utilisais ceci, puis-je continuer à l'utiliser ?" peut être bien mieux. La réponse peut être non, alors préparez-vous à cela.
  • Assurez-vous que les parents peuvent vous voir. C'est très important. Même si je pense que vous faites quelque chose de mal, si vous le faites juste devant moi, le pire que je puisse faire est de vous demander poliment d'arrêter (la plupart du temps) - Si vous sortez l'enfant de ma ligne de site, ou s'il se trouve que vous lui parlez de l'extérieur de mon site, alors c'est un jeu très différent. Vous êtes désormais "l'étranger" et vous devez être traité comme tel. Même si vous étiez gentil.
  • Ne touchez JAMAIS un enfant (sauf par sécurité). Même un petit contact, comme une main sur l'épaule ou une mèche de cheveux. Vous venez de passer de "l'étranger" à "danger direct". Et la politesse n'est plus de mise. Mais je continue à parler de votre exemple. Les terrains de jeux, les parcs et les autres endroits où les enfants et les adultes interagissent beaucoup, c'est évidemment différent. Mais en allant dans ces endroits, on se rend compte de ce qui est bien et de ce qui ne l'est pas. Une dame au hasard dans une exposition sans enfants autour d'elle, nous n'aurons pas une interaction agréable.
  • Gardez un ton calme et régulier, l'enfant le comprendra mieux et les parents ne penseront pas que vous essayez de discipliner leur enfant.
  • Utilisez les mots "je sens" ou "je veux". Essayez de ne jamais dire "vous". C'est une bonne pratique.

Essayez encore de garder à l'esprit que tout le monde n'a pas été élevé de la même façon que vous. Même quelque chose d'aussi élémentaire que d'attendre son tour peut être totalement étranger. Les parents sont autorisés à enseigner à leurs enfants toutes sortes de choses intéressantes avec lesquelles vous pouvez être d'accord ou non. Mais en général, une fois qu'un enfant est en âge d'aller à l'école, on lui dit "les règles ici sont différentes de celles d'ici", et il est donc parfaitement acceptable de lui rappeler gentiment que vous n'aimez pas ce qu'il a fait.

3
1
2017-09-20 15:04:58 +0000

Suis-je la seule personne qui pense que c'est vraiment bizarre ? Quelqu'un vous touche sans votre volonté, et c'est vous qui devriez vous excuser ? (Tout le monde commence une citation possible par "Excusez-moi")

Non : vous pouvez simplement dire "Hé, tu attends ton tour", vous le dites sans hésitation mais évidemment pas besoin de passer pour un tyran. Pendant que vous faites cela, vous pouvez donner un petit coup sur l'épaule de l'enfant, juste pour attirer son attention.

Et les parents ?
Imaginez qu'ils vous disent "Hé ! ne touchez pas à mon enfant", vous pouvez alors facilement répondre "Tu dis à ton enfant de ne pas me toucher", cela devrait suffire.
Imaginez qu'ils disent "Hé ! Ce n'est qu'un enfant !", puis vous dites quelque chose comme "Oui ? Alors ?", et comme ça, faites-leur comprendre qu'un enfant n'a pas plus de droits qu'une autre personne, tout le monde doit attendre son tour.
Comme dit précédemment : les enfants sont des enfants, ce qui veut dire qu'ils attendent des adultes qu'ils les corrigent quand ils se comportent mal, et quand personne ne les corrige, ils n'arrêteront pas de se comporter mal de plus en plus, c'est juste la nature d'un enfant.

A titre d'exemple, juste une histoire personnelle : enfant, je vivais à côté d'un boucher, et quand j'avais besoin d'acheter quelque chose pour mes parents, je rampais toujours vers le début de la file d'attente. Tout se passait très bien jusqu'au jour où quelqu'un l'a remarqué, et avec des joues très rouges, je suis retourné à la fin de la file d'attente, pour ne plus jamais faire ça. Entre-temps, je suis devenu un adulte civilisé :-)

Autre point : la culture : Je crois que vous vivez quelque part dans un pays du Caucase, où en effet c'est aux parents de corriger les enfants (dans les pays du tiers monde, surtout en Afrique, c'est différent, tout le monde a le droit de corriger les enfants quand ils se comportent mal). Si vous ne vivez pas dans un pays du Caucase, veuillez ne pas tenir compte de l'ensemble de ma réponse.

Et enfin : vous mentionnez "étrangers" comme étiquette dans votre question. Faites-vous particulièrement référence aux enfants d'origine différente ou êtes-vous l'étranger dans le pays ?

1
0
2017-12-30 21:18:12 +0000

Beaucoup de parents sont tout simplement fous quand il s'agit de corriger leurs enfants. Mais ce n'est pas VOTRE problème !

Si un enfant pousse, frappe, coupe la file, etc. J'ai adopté deux approches différentes.

1.) Un "Excusez-moi, jeune homme !" fort devrait attirer l'attention d'un parent normal. Si le parent est une personne normale et civilisée, il ou elle s'excusera et dira quelque chose à junior. Ensuite, vous souriez, remerciez la personne, dites que vous espérez ne pas l'avoir offensée, etc.

Si le parent ne répond pas, vous avez peut-être ou non attiré l'attention de junior. Vous pouvez ou non provoquer une réaction de colère de la part du parent. Ignorez un parent en colère ou éloignez-vous d'une tirade parentale.

2.) Je ne suis pas fier de l'admettre, mais parfois une approche passive-agressive peut vous éviter une confrontation. J'ai, plus d'une fois, dit à voix haute à un ami : "C'est l'enfant qui me frappe ! JE NE SAIS PAS OÙ/QUI EST LE PARENT, MAIS CE N'EST PAS BIEN !" Un parent sain d'esprit mais distrait à ce stade s'excusera, corral junior, etc. Puis voir ci-dessus pour le sourire, le remerciement du parent, etc.

N'oubliez pas que de nombreux parents font de leur mieux et tombent comme nous tous. J'essaie aussi de me rappeler le commentaire d'un ami : "Je ne suis jamais choqué par ce que fait un enfant. Un enfant parfaitement merveilleux, bien élevé, fera quelque chose de fou et d'horrible ... parce qu'il est un enfant. Je suis souvent choqué par la réaction (ou l'absence de réaction) d'un parent".

0
-1
2018-01-03 19:28:56 +0000

L'essentiel de votre pensée semble être :

Dans ces situations, je suis surtout inquiet pour le parent. Lorsqu'il n'y a que moi et l'enfant, j'ai l'habitude de dire quelque chose et, tant que je suis doux et poli, l'enfant semble comprendre et corriger son comportement. Mais j'ai vu des parents devenir fous quand quelqu'un dit quelque chose de correctif à distance à leurs enfants.

Donc quand vous êtes seul avec l'enfant, loin du parent, vous avez le droit, mais si le parent est à portée de voix, vous ne voulez pas être corrigé.

Tant que la mauvaise conduite de l'enfant est un secret entre vous, et qu'il ne court pas vers son tuteur pour répéter votre conversation, alors vous êtes tranquille.

C'est pourquoi vous ne devez pas communiquer avec les enfants des autres.

Je ne veux pas dire que l'enfant a raison de vous pousser, je me demande si vous êtes le décideur du bien et du mal pour les enfants d'étrangers ; tant qu'ils ne vous attrapent pas et qu'ils n'ont pas leurs propres conseils de correction.

Aimeriez-vous être seul avec un étranger beaucoup plus grand et plus fort qui a corrigé vos actions ? - Vous dites : "... l'enfant semble comprendre et corriger son comportement", si vous étiez seul avec quelqu'un de beaucoup plus grand, vous disputeriez-vous et continueriez-vous à faire ce qu'il vous reproche ? Vous connaissiez qu'il ne fallait pas aller chercher l'enfant pour qu'il puisse mieux voir et lui expliquer l'exposition, afin de ne pas être égoïste et de ne pas faire passer vos propres besoins avant une erreur commise par quelqu'un qui ne sait pas mieux.


Pour la personne moyenne : Si c'est une urgence, il est raisonnable d'intervenir, sinon, si vous ne voulez pas vous en prendre aux parents, ne vous en prenez pas à l'enfant. Parler avec les parents ou avec le gardien ou la sécurité de l'exposition aurait été correct.

Si vous avez été agressé, il n'y a pas de mal à leur demander de partir, si vous craignez pour votre propre sécurité, contacter la sécurité est logique ; l'idée de recourir à une micro-agression ("la dégradation occasionnelle de tout groupe socialement marginalisé, comme les pauvres ou les handicapés") est la raison pour laquelle vous avez écrit : "J'ai vu des parents devenir fous lorsque quelqu'un dit quelque chose de correctif à distance à leurs enfants". Si votre seule limite est "quel mal vous arrivera", n'est-ce pas égoïste et puéril ?

-1
-1
2017-09-20 22:22:58 +0000

Les enfants font souvent des choses spontanément, surtout quand ils sont excités. L'exemple que vous donnez ici en est un bon exemple. Dans l'esprit de l'enfant, vous étiez un obstacle, un adulte sur le chemin, un obstacle. Il y avait un espace à combler, alors l'enfant a saisi l'occasion. Ce n'était pas personnel. Pour l'enfant, vous n'étiez pas important pour l'objectif, c'est-à-dire utiliser quelque chose avec lequel l'enfant voulait jouer.

Être parent n'est pas seulement une question de bien et de mal, c'est aussi une question d'exploration et de permettre à un enfant d'être sans laisse, libre d'explorer dans les limites de la sécurité. Si vous aviez eu une véritable communication avec l'enfant, vous auriez pu prendre du recul, sourire ou dire quelque chose que l'enfant comprenne, du genre "attends une minute, je veux mon tour". S'ennuyer avec les enfants, c'est être dans un état d'esprit différent, ne pas comprendre la motivation de l'enfant. Les enfants se trouvent dans un endroit où ils apprennent de tout ce qui les entoure. Malheureusement, cela inclut parfois les adultes technophiles. Essayez de faire preuve d'empathie, plutôt que de prononcer des jugements, et je ne proposerais certainement pas vos opinions et points de vue sur l'éducation d'un enfant à ses parents, à moins que l'enfant n'ait fait quelque chose de potentiellement dangereux. Notre société a oublié l'enfance, nos enfants sont réglementés et surveillés, ce dont ils ont besoin, c'est d'une liberté d'expression pendant leur jeunesse pour être équilibrés lorsqu'ils seront plus âgés, sans qu'on leur dise qu'ils ont faute. Ce qu'il faut dans toute interaction où l'on enseigne et où l'on apprend, c'est de la bonne humeur et une démonstration amicale. Les enfants apprennent beaucoup mieux et plus vite s'ils sont heureux et si la personne qui leur donne la leçon est sympathique. Une attitude désagréable et égoïste de la part des adultes apprendra à l'enfant exactement cela.

-1
-6
2017-09-19 16:59:21 +0000

Laissez tomber. À moins qu'il ne s'agisse d'une question de perte de vie, de membre ou de biens, laissez tomber. Il n'est pas "mal" pour vous de laisser tomber comme vous l'avez dit. Vous pouvez probablement vous en sortir avec beaucoup de choses, mais tôt ou tard, vous direz quelque chose au mauvais enfant et vous devrez faire face au(x) parent(s). Et on ne sait jamais comment les gens réagissent. Si cela vaut la peine pour toi de te mettre dans le pétrin, alors dis quelque chose. Sinon, laissez tomber.

Tu peux ? Oui. Tu devrais ? Probablement pas.

Les enfants ont toutes sortes de raisons de faire des choses. Ça ne les excuse peut-être pas, mais tu souhaiteras avoir perdu ta place dans la file, quand tu te battras au poing parce que le petit Johnny ment et dit que tu as dit ou fait quelque chose que tu n'as pas fait.

-6