Les relations interpersonnelles
2019-11-22 12:47:29 +0000 2019-11-22 12:47:29 +0000
52

Comment puis-je offrir mes prières à un collègue athée confronté à une situation personnelle grave ?

Un de mes collègues m'a fait remarquer l'autre jour qu'il avait un grave problème familial. (Une maladie importante a amené un parent très près de la mort.) En tant que chrétien, je crois au pouvoir de la prière. En tant que tel, je veux lui offrir mes prières pour sa famille, c'est-à-dire que l'essentiel est d'informer la personne que je prie et que je considère cela comme précieux. Pourtant, je sais qu'il est athée (je ne sais pas exactement quel "type" d'athée il est).

Comment puis-je déclarer mon effort pour aider à la prière, sans l'offenser ? Il n'est pas un ami intime (avec suffisamment de confiance pour que je puisse soulever la question directement), mais plutôt un collègue amical.

Remarquez Je prie quand même pour sa famille (liberté de religion). Mais, tout comme une personne peut être réconfortée par des amis exprimant des formes de soutien laïques (par exemple "mes pensées sont avec toi"), elle peut aussi être réconfortée par des formes de soutien religieuses (par exemple "je te garde dans mes prières"). En fin de compte, quelqu'un pourrait dire que ce qui compte, c'est que les gens s'occupent de vous.

D'où mon objectif de explicitement déclarer à mon collègue mes prières pour sa famille, et pas seulement de le faire dans son dos. Je ne veux pas cacher ma foi ni mentir, ce que je considère comme un acte extrême de politiquement correct.

Réponses [13]

226
2019-11-22 12:59:10 +0000

Je suis moi-même athée, donc je vais répondre comme si vous me le disiez :

Je suis athée, ce qui signifie que le ciel/la coquille/la prière n'ont aucune valeur (ni bonne ni mauvaise, juste nulle) pour moi. L'acte de prier ne m'est d'aucune utilité, et je ne le verrai pas comme ça, malgré ce que vous pensez.

Ce que je peux voir, c'est le _ geste_. Cela signifie que tu penses à moi, que tu me souhaites du bien, que tu veux m'aider. Je peux comprendre qu'il a de la valeur pour vous et que vous choisissez de "dépenser le crédit" pour mes problèmes et que vous vous en souciez. Cela aurait de la valeur pour moi et j'apprécierais cela.

Je vous suggère, si vous parlez à votre collègue, de mettre un peu moins l'accent sur la partie priante et un peu plus sur la partie attentionnée. Vous pourriez vous contenter d'un simple "comment ça va ?" et terminer la conversation par un simple "je vous garde, vous et votre famille, dans mes prières :)".

226
122
2019-11-22 18:17:36 +0000

Comme Martjin le décrit, je suis un athée plus "extrême", en ce sens que je serais probablement offensé par une offre chrétienne de prier pour moi, surtout s'ils savaient que je suis athée. Cette réponse peut sembler dédaigneuse - j'ai fait de mon mieux pour réaffirmer la valeur de l'intention derrière la prière, mais je dois également souligner mon point de vue sur les prières pour le bien de la réponse. Si elle est trop hostile, je m'en excuse.

Mon point de vue

En fin de compte, lorsque la prière est offerte, elle me semble être un geste insignifiant destiné à apaiser votre sentiment de besoin d'agir, et non une véritable offre d'aide. Vous vous sentez impuissant face à certaines difficultés, et tout ce que vous pouvez faire, c'est demander à une puissance supérieure d'intercéder. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi - souvent, il n'y a vraiment rien que vous puissiez faire personnellement, surtout dans des situations médicales comme celle que vous avez décrite. J'ai côtoyé les chrétiens assez longtemps pour comprendre ce sentiment sous-jacent.

Mais, parce que je ne crois pas en cette puissance supérieure, leur demander d'intercéder ne me semble pas plus rassurant ou utile que l'utilisation d'un remède à base d'huile de serpent. Et, comme lorsqu'une personne renonce à un traitement médical en faveur de l'utilisation d'huiles essentielles, il semble que les prières peuvent parfois finir par être une façon d'"agir" qui vous fait renoncer à une action réelle et positive.

De plus, et c'est moins important, si vous savez que je suis athée, et que c'est donc mon point de vue, cela peut sembler invalidant de faire prier quelqu'un pour moi contre ma volonté. C'est comme si on vous disait "Je sais mieux que vous". Ce qui est un sentiment dégoûtant, surtout quand vous êtes tous les deux adultes.

Ma suggestion

Je pense que les idées derrière ce genre de prières peuvent être nobles. Elles peuvent exprimer un véritable désir d'aider, et un véritable chagrin de ne pas avoir les outils nécessaires pour le faire. Je vous propose quelques questions à vous poser avant de le faire, afin de vérifier quelles sont vos intentions.

  1. Pouvez-vous faire quelque chose de constructif dans ce monde, avec vos propres actions directes ? Il peut s'agir de choses simples, comme offrir une oreille attentive, ou d'actions plus concrètes, comme faire un don à un fonds médical ou aider à la planification.
  2. Est-il approprié pour vous d'offrir et de prendre les actions en 1 ? Ont-ils demandé de l'aide, ou êtes-vous suffisamment proche pour faire une offre spontanée ? La réponse à cette question peut très bien être négative, surtout si l'autre personne est un collègue de travail.
  3. Serait-il plus utile d'offrir cette aide, et de laisser de côté le fait que vous priez entièrement pour elle ? De mon point de vue, si la réponse à n'importe laquelle de ces questions est non, alors il ne semble pas non plus approprié d'offrir des prières. Si une prière est une aide matérielle, sous la forme d'une intercession de votre dieu, alors cette aide n'est appropriée que si d'autres actions similaires seraient également appropriées et bienvenues. Mais, comme vous avez exprimé que vous voulez offrir des prières quand même, alors voici ce que je suggère. Commencez par exprimer votre sympathie pour la situation difficile. Ensuite, offrez toute aide directe qui est appropriée et vous êtes capable et désireux de donner suite. Enfin, en guise de conclusion, dites que vous prierez pour eux et que vous leur souhaitez un rétablissement complet.
122
80
2019-11-23 00:49:20 +0000

Je suis un athée qui a récemment perdu 4 membres de sa famille proche en très peu de temps. La plupart de mes amis et de ma famille sont théistes et spécifiquement chrétiens, donc ce scénario est revenu souvent et je voulais partager mon point de vue.

Sentiments généraux sur "Je vous garderai dans mes prières"

A tout moment, je trouve cette déclaration gênante. C'est comme si un petit enfant disait qu'il va demander au Père Noël de l'aider. Je sais que l'intention est bonne, mais cela me laisse dans une situation bizarre. Il n'y a pas vraiment de bonne réponse qui ne m'incite pas à acquiescer à certains de mes sentiments sur la religion ou qui ne finit pas par me faire passer pour un méprisant de ce qui était prévu comme un geste gentil. Dire "merci" implique que vous les remerciez pour la prière, ce que je ne respecte généralement pas en tant que pratique. Dire "ok" semble dédaigner. Si la personne n'est pas un ami proche ou si la raison de la prière est plus désinvolte, je dirai généralement "merci d'avoir pensé à moi" pour essayer de trouver un juste milieu.

Je pense qu'une partie de la raison pour laquelle cela me semble si bizarre est que j'ai l'impression que la religion de l'autre personne est exprimée d'une manière telle que si j'exprime mon point de vue en retour, je passerai pour un con. "Je vous garderai dans mes prières" est censé être une belle déclaration, alors une réponse honnête comme "Je n'y crois pas" est méchante. Je pense qu'au moins certains des amis athées mentionnés dans d'autres réponses par les théistes ont le même sentiment, alors ils disent "merci" et font comme si cela ne les dérangeait pas parce qu'ils ne veulent pas nuire à l'amitié. Le résultat final, cependant, est qu'une action destinée à réconforter finit par me faire sentir un peu raide.

Problèmes particuliers autour de la mort

Beaucoup d'athées étaient religieux et pour beaucoup d'entre eux, la façon dont les religions gèrent la mort peut être particulièrement irritante rétrospectivement. Ajoutez à cela que la personne va probablement être plus émotive face à la mort et à la maladie et le geste destiné à la consoler peut finir par ressembler davantage à du "sel dans les plaies". J'ai ressenti de la condescendance lorsque j'ai vécu une période très émotionnelle en apprenant que mes amis allaient demander de l'aide à leur ami imaginaire (de mon point de vue). Il faut se rappeler que vous pensez avoir raison, mais du point de vue de l'autre personne, l'idée est probablement idiote. En particulier pour ceux qui savent que je suis athée, cela peut même parfois donner l'impression qu'ils essaient de me dire qu'ils ont raison sur l'ensemble du sujet (en partie à cause de mon propre état émotionnel et en partie à cause de la façon dont il est présenté). Tout cela me donne envie de demander :

Pourquoi ressentez-vous le besoin de leur dire ?

En général, je suppose que lorsque je traverse une période difficile, mes amis religieux prient pour moi. Je sais et je comprends que cela fait partie de la façon dont ils expriment leur amour et leur préoccupation pour moi. Je ne comprends pas pourquoi ils ont l'impression qu'ils doivent m'en parler. Quelle est la réponse que vous attendez de l'autre personne ? Étant donné que vous posez même cette question, vous savez et comprenez que cette déclaration peut mettre l'autre personne mal à l'aise. Si votre objectif est de la soutenir, pourquoi ne pas prier pour elle mais lui dire "Tu es dans mes pensées" ou autre chose qui ne risque pas de lui rendre la vie plus difficile ? Le besoin de dire à l'autre personne que vous priez semble égoïste et comme si vous laissiez le réconfort de cette personne passer au second plan pour exprimer vos croyances religieuses. Cela va de pair avec le fait que cette personne n'est qu'une connaissance, ce qui fait qu'il y a beaucoup moins de chances qu'elle se sente à l'aise pour vous en parler si vous la mettez mal à l'aise.

Addendum Cette réponse se concentre principalement sur les réactions aux prières des amis parce que, je me sentais très différent de la famille. Ma famille venait également de perdre des êtres chers, donc s'ils estimaient avoir besoin d'exprimer leurs croyances religieuses pour faire face à la situation, j'avais le sentiment que c'était mon travail de les soutenir, y compris en inclinant respectueusement la tête pendant les prières familiales. C'est cependant une autre raison pour laquelle il est peut-être plus important pour les étrangers de ne pas exprimer leur religion aux athées en ce moment. Il se peut qu'ils se sentent déjà réprimés par d'autres personnes en deuil autour d'eux.

80
45
2019-11-23 19:49:26 +0000

Si cela se passe mal, je m'en excuse. J'essaie simplement d'exposer succinctement mes pensées et opinions souvent discutées (entre amis et famille) ; bien que la brièveté soit un peu brusque.

Je suis chrétien, et je n'aime pas que les gens me fassent des prières quand j'en ai besoin ; surtout en public ou au travail. (Et même dans un cadre privé, mais surtout les deux autres.)

"La foi sans les œuvres est morte." - Jacques 2:26

Comme les athées l'ont dit avec éloquence, je pense généralement qu'offrir des prières équivaut à demander des choses à une fée marraine ; et que l'acte d'offrir une prière satisfait le vide psychologique de la nécessité d'agir pour certains chrétiens.

A mon avis, un chrétien qui offre des prières se donne simplement la permission de ne rien faire, et de pointer du doigt quand les choses ne vont pas bien. C'est ce que j'ai vécu en tant que chrétienne. Je compatis à l'agacement et à la colère des athées qui reçoivent des offres de prière vides de sens de la part des chrétiens.

Priez pour votre collègue de travail, et ne leur en parlez pas. Si Dieu est vraiment réel, et je crois qu'il l'est, il vous écoutera quand même.

Aider votre collègue sans insister sur vos croyances est bien plus chrétien bibliquement que de lui offrir une prière à un moment de vulnérabilité. C'est juste de la manipulation et de l'auto-congratulation (pour moi).

MAIS offrez de l'aide à votre collègue, et n'attendez pas de "points chrétiens". Peut-être portez-vous une croix visible (et humble), ou un chapelet, tout en faisant quelque chose pour eux, mais n'en faites pas tout un plat pendant que vous répondez à leurs besoins. Offrez quelque chose que vous pouvez faire pour changer leur situation en répondant à leurs besoins.

Le ministère du Christ est un appel à l'action, pas un appel à la prière. Le Christ a répondu aux besoins des gens. Il a guéri les malades et nourri les affamés.

"Puis-je prier pour vous ?" - Pas une seule fois Jésus n'a offert de simples prières à qui que ce soit en guise d'aide ou de condoléances ; au contraire, il a agi, priant parfois pendant qu'il le faisait. Comme le Christ, répondez aux besoins de vos collègues de travail et n'offrez pas de prières sans signification. Mais priez quand même pour eux.


PS, voici une lettre rouge, le Roi Jacques, Sermon sur la Montagne Jésus :

"Quand vous priez, ne faites pas de vaines répétitions, comme le font les païens, car ils pensent qu'ils seront entendus à cause de leurs grandes paroles" (Matthieu 6:7, KJV)

Souligne le mien.

45
42
2019-11-23 09:36:45 +0000

Ne parlez pas de votre vie de prière en public, en général. Jésus a dit de ne pas le faire.

Outre les remarques que d'autres personnes ont faites sur le fait de l'informer de votre désir de prier pour lui, ce qui le met mal à l'aise, il y a un autre problème, ici : Vous vous identifiez comme un chrétien, donc on peut supposer que vous considérez les paroles de Jésus comme étant la plus haute autorité sur ces questions. Je vais donc vous citer quelques unes de Ses paroles, tirées du livre de Matthieu, chapitre 6 (versets 1-8) :

"Veille à ne pas pratiquer ta justice devant les autres pour être vu par eux. Si vous le faites, vous n'aurez aucune récompense de votre Père qui est aux cieux.

"Ainsi, lorsque vous donnez aux nécessiteux, ne l'annoncez pas avec des trompettes, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, pour être honorés par les autres. En vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense en totalité. Mais lorsque vous donnez aux nécessiteux, ne laissez pas votre main gauche savoir ce que fait votre main droite, afin que votre don soit secret. Alors votre Père, qui voit ce qui se fait en secret, vous récompensera.

"Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, car ils aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus par les autres. En vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense en totalité. Mais quand vous priez, allez dans votre chambre, fermez la porte et priez votre Père, qui est invisible. Alors ton Père, qui voit ce qui se fait en secret, te récompensera. Et quand vous priez, ne continuez pas à babiller comme des païens, car ils pensent qu'ils seront entendus à cause de leurs nombreuses paroles. Ne soyez pas comme eux, car votre Père sait ce dont vous avez besoin avant que vous ne le lui demandiez.

Si vous voulez l'aider, soit matériellement soit par la prière, c'est bien, mais n'en faites pas un spectacle ou un signal de vertu.

42
27
2019-11-22 14:26:48 +0000

J'aimerais donner mon avis en tant que séminariste.

"Est-il impoli d'offrir des prières à un athée" ? Comment vous sentiriez-vous si un bouddhiste vous offrait une méditation ? Ou si un zoroastrien vous offrait son aide sous sa forme religieuse ? Il s'agit de savoir comment vos croyances influencent l'autre partie.

En tant que chrétiens, nous croyons en la prière et nous en reconnaissons le pouvoir. En même temps, si nous insistons à le faire pour des gens qui n'en veulent pas, je pense que nous devenons oppressants lorsque nous ne respectons pas les souhaits des autres.

au final, tout dépend de l'individu et de l'esprit dans lequel vous offrez vos prières. Si c'est un véritable désir d'aide de Dieu, que vous le faites par amour et que l'autre partie accepte vos prières, alors je ne pense pas que ce soit impoli. Si, par contre, nous faisons ce que font trop de nos co-croyants et que nous disons "Ha ! Dieu est puissant et il va vous guérir, que vous le vouliez ou non", alors je dirais que nous sommes grossiers et oppressifs.

Alors... comment dois-je gérer cela ? Je demande à l'individu "Puis-je demander une faveur ? Puis-je prier pour vous ?" J'essaie d'aborder cela avec humilité. Ensuite, ce que je fais dépend d'eux. S'ils voient que je me soucie vraiment d'eux et que je veux demander l'aide de Dieu, alors c'est très bien. En général, les gens sont d'avis que "vous pouvez faire tout ce que vous voulez" dans ce cas.

Je vous suggère également de lire la réponse de @martijn pour avoir le point de vue d'un athée sur ce sujet et de lire ces réponses conjointement.

27
25
2019-11-24 06:39:47 +0000

Non !

D'autres ont déjà fait des commentaires dans ce sens, mais j'ai l'impression qu'ils tirent leur épingle du jeu. Je vais formuler la phrase suivante aussi amicalement que je peux, mais sans dillusionner le message.

Je suis un athée militant au sens de Dawkins. Si votre ami(e) est très attaché(e) à son athéisme, cette réponse s'applique à lui(elle).

Si je devais traverser une situation personnelle difficile, surtout si elle implique la mort, je voudrais absolument, à 100% sûr, certainement pas que l'on m'injecte de la religion (censurée) dans la situation. Je serais certainement offensé si quelqu'un m'offrait des prières, des rituels magiques, du vaudou ou une séance de spiritisme.

Au mieux, je les ignorerais et je me contenterais de noter mentalement que ce sont des connards (1).

Plus probablement, surtout que dans une telle situation, la volonté est faible et que je serais déjà en train de m'occuper de choses, je leur sauterais dessus. Il est fort probable qu'ils deviendraient la cible de toute ma colère et de mon malheur et je m'en prendrais à eux et m'assurerais qu'ils comprennent à quel point je suis en colère qu'ils abusent de mon vrai chagrin pour faire avancer leur programme religieux. Dans cette situation, je ne ferais pas une grande différence entre une prière aimable et le fait de m'enfoncer une bible dans le visage et de me dire de me repentir. Je serais occupé par la mort d'un être cher et ce serait la même chose pour moi.

Pourquoi ?

"La mort est là où ils vous mènent", j'ai oublié de qui vient cette citation. Les religions ont toujours pour but de s'attaquer aux faibles, et les gens sont faibles lorsqu'ils subissent une perte personnelle et que la mort est la plus importante d'entre elles. La mort de vos proches et la peur de votre propre mort. Toutes les religions ont quelque chose à dire sur la mort. Le christianisme, en particulier, y est tellement attaché que Nietzsche et d'autres l'ont qualifié de "culte de la mort".

Si vous pouvez adopter ce point de vue, même pour un instant, vous comprenez pourquoi c'est dans une situation de mort que nous, les athées, voulons le moins qu'on nous rappelle la religion. En tant qu'athée, quelqu'un qui me dit qu'il va prier - pour moi, pour les dernières victimes du terrorisme, pour l'environnement, peu importe - est en fait quelqu'un qui me dit qu'il n'offre pas d'aide réelle - et qui l'annonce comme si c'était quelque chose dont on pouvait être fier!

Si vous êtes intéressé à soutenir votre collègue, offrez-lui une aide réelle. Il y a toujours quelque chose que vous pouvez réellement faire. Il a déjà son avis sur la question. Pouvez-vous l'aider à réaliser un projet difficile au travail ? Pouvez-vous faire quelque chose pour lui dans sa vie privée ? Cela peut être aussi simple que de faire une course ou de faire ses courses pour lui un jour où il doit s'occuper des préparatifs des funérailles. Si vous n'en avez aucune idée, offrez-lui plutôt une aide concrète et demandez-lui si vous pouvez faire quelque chose. Si j'étais dans cette situation, je me souviendrais de toute personne qui m'a offert une aide concrète, même minime, comme d'une bonne personne qui était là quand j'en ai eu besoin. Si un anglophone connaît un meilleur mot pour exprimer une forte aversion, veuillez le modifier.

25
20
2019-11-24 03:09:30 +0000

Un autre athée ici.

Comme d'autres réponses l'ont déjà évoqué, les athées auront des sentiments différents pour ce genre de choses. Je ne vais pas répéter ce que ces réponses ont dit, mais je tiens à ajouter : le contenu de la prière est très important.

Il y a quelques années, je traversais une période difficile de ma vie - des décès dans la famille et d'autres choses désagréables. Un de mes meilleurs amis, qui savait que j'étais athée, m'a dit : "Je prie pour toi".

Je suis assez facile à vivre pour ce genre de choses. J'ai pris cela comme un geste amical de sympathie, comme si elle avait dit "Je suis désolée que les choses soient mauvaises pour toi et j'espère que ça ira mieux bientôt". Je ne crois pas que la prière change réellement les choses, mais j'apprécie ce sentiment.

Quelques années plus tard, elle m'a dit qu'elle n'avait pas prié pour que les choses aillent mieux pour moi. Elle m'a expliqué avec une histoire du genre :

Dans l'Antiquité, s'il y avait un mouton qui fuyait constamment et qui était chroniquement désobéissant, le berger lui cassait les pattes pour qu'il ne puisse plus s'enfuir pour son propre bien et sa protection. Une fois cela fait, le berger soignait les moutons pour qu'ils retrouvent la santé et qu'ils en viennent à aimer et à faire confiance au berger

(cité par ce site qui est une réfutation de cette histoire particulière)

En d'autres termes, elle considérait ces tragédies dans ma vie comme faisant partie du plan de Dieu pour m'amener à Jésus, et elle avait prié, non pas qu'elles s'arrêtent, mais que je comprenne le message et que je me convertisse. Et puis, elle a cru que Dieu cesserait de me faire du mal.

J'ai trouvé cela profondément offensant et irrespectueux, parce que ses "prières" ignoraient complètement mes propres préférences et valeurs. Il s'agissait uniquement de me faire adopter sa façon de penser, de faire de moi la personne qu'elle voulait. J'ai réalisé qu'elle était tout à fait certaine de sa propre vision des choses et qu'elle ne voulait pas ou ne pouvait même pas s'identifier à la mienne, pour comprendre à quel point ce genre de "prière" est monstrueux de mon point de vue.

Ce fut effectivement la fin de notre amitié.

Donc si j'étais ton ami, la question que je voudrais que tu te poses est la suivante : pries-tu pour quelque chose que ton ami apprécierait vraiment ? "Seigneur, s'il te plaît, réconforte mon ami" est une proposition très différente de "Seigneur, s'il te plaît, fais du mal à mon ami jusqu'à ce qu'il vienne à Jésus".

20
17
2019-11-22 15:45:32 +0000

Tout d'abord, je suis moi-même un athée convaincu,

Mais même moi, qui suis fortement opposé au théisme, je ne serais certainement pas offensé si quelqu'un déclarait qu'il priait pour moi. Même si je pense que c'est une perte de temps, il est évident que la seule chose que cette personne veut dire, c'est qu'elle s'occupe de moi et qu'elle veut m'aider à aller mieux. S'il s'agissait d'une personne en danger de mort (ou de toute autre situation stressante), la situation serait différente : je crois que dans ces cas extrêmes de vie et de mort, le possible effet Nocebo de la prière peut en fait augmenter le stress de la personne entre la vie et la mort : "Je suis dans un tel état que les gens ont besoin de prier pour moi afin que je survive ! Et peut attrister un peu cette personne. Je suis peut-être trop négatif, mais comme vous vous souciez de l'état mental de cette personne, il peut être légèrement préférable de garder le fait que vous priez pour vous. Dans ce cas, je pense qu'il serait préférable de demander la permission/les réflexions avant de déclarer que vous priez pour cette personne (mais vous n'avez absolument pas besoin de le demander pour inclure des personnes dans vos prières privées)

Pour conclure, je suis d'accord avec la réponse de Martijn : seul un athée extrême serait offensé, n'importe qui d'autre pourrait voir que la seule chose que vous essayez de transmettre est que vous vous souciez d'eux, mais selon la façon dont ils considèrent la religion, il peut y avoir des situations où il pourrait légèrement addorer un athée de lui dire que vous priez pour lui.

17
14
2019-11-23 16:29:59 +0000

Gary Chapman a écrit dans The Five Love Languages sur la façon d'exprimer la compassion.

Plus précisément, il parle des différentes façons dont les gens expriment la compassion. Il est important de comprendre que la façon dont vous exprimez la compassion et la façon dont les autres la reçoivent peuvent être différentes, et que ces différences peuvent entraîner des messages manqués.

Dans une relation intime, il est essentiel de donner et de recevoir. Reconnaître la façon dont votre partenaire exprime son amour et accepter cette expression dans son langage est nécessaire.

Dans une relation professionnelle, il vous incombe d'exprimer votre compassion d'une manière qui soit recevable par votre collègue. Votre but est de montrer que vous éprouvez de l'empathie pour votre collègue. Vous voulez qu'il sache que son bien-être est dans vos pensées. Alors, dites-le-lui. Réfléchissez à la façon dont vous pensez qu'il pourrait recevoir cette information et faites-le.

14
9
2019-11-24 01:29:22 +0000

"Ne lui parlez pas de Dieu, parlez-lui de lui."

- Ma mère chrétienne à propos de mon père athée

Dans tout ce qui touche à l'amour des autres, qu'il soit romantique, familial ou amical, nous voulons souvent parler aux autres de nos espoirs et de nos sentiments positifs, mais l'amour sait quand se taire.

Respectez simplement votre collègue de travail. Ne déclarez même pas votre choix de vous taire à propos de Dieu. Si vous voulez prier pour que quelqu'un ait une vie plus heureuse, faites-le !

Mais, c'est le problème avec ce que la prière prétend être...

On dit que la prière fait une différence. Si nous devons dire aux autres que nous prions pour eux pour que la prière fonctionne, alors la prière ne fonctionne pas vraiment. Si vous croyez que la prière fait une différence, alors laissez la prière fonctionner comme elle le prétend : entre vous et Dieu. Si elle fonctionne vraiment, vous n'aurez pas besoin de dire aux gens ce pour quoi vous priez, car cela se fera sans le dire.

Comment puis-je déclarer mon effort pour aider à la prière, sans l'offenser ?

Ne le lui déclarez pas, c'est tout. C'est du harcèlement. Comme Edith Bunker l'a dit à Archie, "Si c'est l'affaire de Dieu, alors laisse Dieu s'en occuper."


Mon histoire :

Il y a quelques jours, ma mère et moi discutions de la façon dont nous ne pouvons pas harceler les gens pour qu'ils changent. Nous nous sommes souvenus et avons partagé des histoires de papa, comment il nous a enseigné en tant que chrétiens alors qu'il était encore un athée convaincu. Nous avons beaucoup d'amis et de famille, chrétiens et non chrétiens, qui ont des problèmes d'argent et des questions religieuses de toutes sortes. Nous voulons seulement qu'ils soient plus responsables avec l'argent et qu'ils soient plus gentils avec les autres, pour qu'ils trouvent la paix dans leur cœur. Maman et moi avons tous deux appris, comme nous venons d'en discuter : Prier en silence, aimer les autres, les respecter et se réjouir de chaque petit geste qui permet à chacun de trouver plus de bonheur.

Je suis chrétien, mon père était athée/diagnostique (il a dit lui-même qu'il avait changé au cours de sa vie, je comprends la différence). 8 ans avant sa mort, il a fait sa propre expérience religieuse tout seul et est devenu "chrétien" à sa manière, selon ses propres termes, et non pas à cause de notre prosélytisme et de nos harcèlements.

Non pas que ce soit un objectif, mais nous devons aimer les gens comme nous laissons chacun trouver et choisir sa propre voie.

Actuellement, je suis en Asie avec des amis de la famille, un adolescent dépressif/suicidaire qui est devenu chrétien de son propre chef et qui m'a approché pour recevoir un enseignement chrétien (parce que j'étais étudiant en Bible à l'université), qui a un père nihiliste (parfois appelé athée ou agnostique par sa famille). La mère et le père aiment leur adolescent, mais toutes ces visions du monde rendent les choses un peu complexes...

Notre ami-conflit...

En discutant régulièrement avec l'adolescent, j'aborde trois idées de la tradition biblique chrétienne. (passez si c'est ennuyeux) 1. "Dieu nous aime, donc nous avons de la valeur", 2. "Aime les autres comme toi-même, alors tu seras plus heureux", 3. "Obtiens une profonde satisfaction en faisant pression sur les difficultés, pas malgré elles". Ces éléments aident l'adolescent à être plus heureux et plus stable ; la mère et le père me remercient parfois de les aider à améliorer la situation de leur adolescent (tout le monde aide tout le monde, c'est complexe). Mais le père, mon ami, s'inquiète du fait que mes conversations sont trop chargées de Bible. Je suis moi-même convaincu qu'il faut défendre les deux côtés d'un débat, comme "nihilisme-athéisme contre théisme chrétien", parce qu'une croyance ne peut nous aider que si nous en comprenons vraiment tous les aspects. Je veux aider tout le monde pour de vrai, et pas seulement faire des larbins qui perpètrent ce que je dis alors que je suis encore déprimé. Mais, si j'essaie d'expliquer cela au père, mon ami, il ne veut pas écouter et met fin à cette conversation spécifique. Je suppose que c'est parce que les chrétiens ont la réputation bien méritée d'"essayer de vendre Amway", pour ainsi dire. Mais ce n'est pas le cas ; et je ne "vais pas à l'église", donc je n'essaie pas de "cumuler des points de conversion". Je veux juste aider un ami de la famille à faire ce que a. je suis formé à l'université et b. a travaillé dans cette situation. Mais, je ne peux pas dire ça au père, mon ami, sans qu'il se sente poussé.

...C'est notre conflit d'amitié.

Pour moi, avec ce père, je ne parle pas de sujets sensibles, sauf si on me le demande. Même avec l'adolescent sur l'enseignement chrétien, je ne dis jamais : "Cette croyance est vraie", mais "C'est l'opinion/enseignement de la Bible ; vous n'avez pas besoin d'être d'accord." (Je dis cela presque à chaque fois.) Je suis très fort pour ne pas laver le cerveau des gens à propos de la religion. Même si je crois que quelque chose est vrai, je ne décide pas cela pour quelqu'un d'autre. Je ne fais que me représenter moi-même quand on me le demande et être chrétien dans mon travail et ma conduite sociale. La vérité est la vérité, mais personne ne la connaît entièrement. Et, ce qui est important à propos de la vérité, c'est que chacun d'entre nous reconnaît la vérité sans être poussé, sinon c'est inutile.

Parfois, le père, mon ami, est un peu offensé et contrarié, il comprend mal ce que je dis...

Je laisse faire et je continue à le respecter.

Nous restons amis et devenons de meilleurs amis parce que je ne essayer de le "réparer". Je veux lui faire connaître la vérité sur mon opinion réelle sur certaines choses, mais ce serait trop demander. Respecter son désir de ne pas parler de religion, c'est FAIRE la chose "chrétienne" (pour ma part) et pas seulement le harceler à ce sujet.

9
5
2019-11-24 01:35:44 +0000

Je suis plus agnostique qu'athée. Je me contente de ne pas savoir s'il y a ou non un dieu ou une vie après la mort, et je ne vois aucune raison de supposer que les chrétiens sont plus proches de la vérité sur des choses telles que toute autre religion.

J'estime en fait qu'en dernière analyse, vous faites ce que vous voulez pour votre bénéfice psychologique, pas pour le mien. Bien sûr, je connais des gens qui sont religieux, de différentes confessions et de différents degrés d'engagement. Et ce ne serait pas une grande surprise si certains d'entre eux décidaient de prier pour moi. Mais l'idée qu'ils "m'offrent leurs prières" ou qu'ils "déclarent leur effort d'aide par la prière" n'a aucun sens à mes yeux.

Cela dit, un peu d'humour est souvent de mise. Il y a quelques années, j'étais à l'hôpital en train de me remettre d'une opération d'urgence, et quelques mois plus tard, j'y suis retourné pour une opération de 7 heures afin de régler le problème correctement, plutôt que de simplement me maintenir en vie. Après s'être remis remarquablement vite de cette deuxième intervention, un de mes amis chrétiens m'a fait remarquer : "Eh bien, je suppose que quelqu'un en haut ne veut pas supporter de t'avoir dans les parages pour l'instant". La plaisanterie a compris, et a apprécié bien plus qu'une réunion de prière au chevet du malade !

5
1
2019-11-24 05:52:55 +0000

Veuillez lire les 7 états de deuil. Le mieux que vous puissiez offrir maintenant est : rien !

Tout le monde passe par les 7 étapes et chacun le fait différemment. Je ne suis pas thérapeute ou quoi que ce soit d'autre, mais d'après l'expérience du passé, le mieux que vous puissiez faire est de vous écarter.

Cela ne signifie pas s'écarter. Soyez aux côtés de vos collègues et ÉCOUTEZ ! C'est ce que les gens veulent le plus souvent. Ils ne veulent même pas une opinion, un retour d'information, etc. S'il pose une question, répondez honnêtement à votre avis, même si c'est avec une connotation religieuse. La dernière chose dont une telle personne pourrait avoir besoin est que quelqu'un ne soit pas honnête.

J'ai fait cela dans le passé et j'ai toujours reçu des commentaires très chaleureux selon lesquels j'étais la seule à écouter et cela les a beaucoup aidés.

1

Questions connexes