Les relations interpersonnelles
2017-08-19 08:49:45 +0000 2017-08-19 08:49:45 +0000
98

Mon meilleur ami est devenu de plus en plus xénophobe envers les musulmans. Que dois-je faire ?

Mon meilleur ami (appelons-le Bob pour les réponses potentielles) avec qui je suis ami depuis l'enfance (environ 15 ans) est devenu de plus en plus xénophobe récemment. C'est une personne formidable et il ne veut vraiment pas faire de mal (il penche aussi légèrement à gauche politiquement sur d'autres sujets). Mais il semble aller dans les coins des médias sociaux où la propagande anti-musulmane est omniprésente (comme le Daily Mail / The Sun / Britain First) et les faits sont faussés. J'ai essayé de lui dire :

Ignorez les absurdités qui ressortent de ces pages, les musulmans du Royaume-Uni font plus de bien que de mal. Mais il continuera à partager et à dire des choses assez détestables à leur égard. Je sais qu'au fond, ce n'est pas parce qu'il a vraiment de la haine pour les musulmans, c'est parce qu'il croit aux mensonges qu'il lit.

Comment puis-je aborder ce sujet sans perdre un ami ?

Note : J'aimerais que les réponses s'écartent de la mention des musulmans en général mais plutôt vers la façon dont je peux approcher mon ami dans ce scénario particulier.

Mise à jour : En écrivant ceci par l'approche, je voulais qu'il voit que non seulement le matériel qu'il lit n'est pas crédible sur ce sujet particulier, mais qu'il sache que ses opinions à cet égard sont controversées dans notre propre discours. Mais, j'ai maintenant appris que cela demande de l'amour et de la patience de ma part, y compris celle recommandée dans la réponse acceptée :

en plus d'être patient, de partager vos expériences, de donner le bon exemple et d'espérer que Bob finira par vivre une expérience qui le changera.

Réponses [8]

131
2017-08-19 10:35:04 +0000

Mais, il continuera à partager et à dire des choses assez détestables à leur égard. Je sais qu'au fond, ce n'est pas parce qu'il a une véritable haine des musulmans, mais parce qu'il croit aux mensonges qu'il lit.

Cela ne diffère pas de dire que les membres de l'ISIS n'ont pas une "véritable haine" de l'Occident, ils croient simplement les mensonges qu'ils entendent de la part d'autres extrémistes.

AUCUNE personne raisonnable ne peut croire le genre de mensonges qui justifient la peur et la haine envers un groupe important et incroyablement diversifié de personnes, dont la plupart sont gentilles et pacifiques. Je pense qu'il est plus juste de dire que les émotions de peur et de haine attirent les gens vers les types de mensonges qui justifient la peur et la haine qu'ils ont déjà dans leur cœur.

Pourquoi les gens ont-ils cette peur et cette haine en premier lieu ? Cela vient d'un endroit très primitif de la psyché humaine : un instinct de groupe contre groupe qui dit "les gens comme moi sont bons, les gens qui ne sont pas comme moi sont mauvais". D'un point de vue évolutif, il est facile de voir comment cette mentalité est adaptative dans un contexte où les gens vivent dans de petites unités sociales qui doivent rivaliser avec d'autres unités pour les ressources et la survie. Plus les gens sentent que la survie de leur groupe est menacée d'une manière ou d'une autre, plus ces instincts tribaux deviennent forts.

Selon mon expérience, les gens peuvent changer et se remettre de la haine, mais la seule façon d'y parvenir est de faire appel au même instinct intra-groupe vs. extra-groupe qui conduit à la haine en premier lieu. La clé est que cette personne ait le sentiment que les membres du "hors groupe" sont maintenant dans leur "groupe", ce qui brise la division qu'elle avait auparavant dans son esprit. Vous avez mentionné dans les commentaires que vous et Bob n'avez pas d'amis musulmans dans votre cercle, ce qui n'est pas du tout surprenant. Si Bob était réellement ami avec des musulmans et s'il sentait que certains musulmans font partie de son "in-group" parce qu'ils partagent nombre de ses intérêts, valeurs, humour, etc., il lui serait impossible de haïr les "musulmans" en général et il serait obligé de développer une vision plus nuancée de ce que signifie être musulman.

J'ai eu cette expérience à de nombreuses reprises dans ma vie avec des personnes homophobes. J'ai grandi dans un environnement très homophobe, y compris ma famille proche et de nombreux amis en grandissant. Bien avant qu'ils ne sachent que j'étais gay, j'avais l'habitude de discuter avec eux de leurs opinions homophobes en utilisant des faits, la logique, la science, etc. Je me disais que si je pouvais trouver l'argument parfait et irréfutable, je pourrais les faire changer d'avis. Mais cela n'a jamais fonctionné de cette façon. Il semblait que mes arguments ne feraient que les conforter davantage dans leurs opinions, car ils trouveraient leur propre "science" et "faits" douteux pour soutenir l'idée que les homosexuels sont dégoûtants, contre-nature, pervertis, immoraux et nuisibles à la société. Ce n'est que lorsque je suis rentré chez moi en tant qu'adulte et que j'ai commencé à dire deux mots simples, "je suis gay", que la grande majorité des personnes dont j'étais proche ont en fait complètement changé leur point de vue sur l'homosexualité. J'ai même entendu certains de ces anciens homophobes prendre la défense des LGBT lorsqu'ils entendent des commentaires négatifs dans leur cercle social plus large, et tout cela parce que lorsqu'ils pensent aux homosexuels aujourd'hui, ils ne pensent pas à certains bizarreries imaginaires effrayantes qui menacent leur sentiment de normalité - ils pensent plutôt à MOI, une personne normale dans leur groupe, à laquelle ils tiennent. Ainsi, les mêmes instincts d'appartenance à un groupe ou d'exclusion qui les rendaient haineux envers les personnes LGBT dans le passé les rendent maintenant protecteurs envers les personnes LGBT.

Tout cela peut être difficile à accepter si vous êtes une personne très logique (comme moi), mais la clé pour comprendre la haine est de réaliser que la haine n'est jamais basée sur des faits et de la logique ; la haine est enracinée dans des émotions primaires, et elle cherche des faits faux et une mauvaise logique pour justifier sa propre existence. La seule façon de changer les émotions primaires est de faire appel à des émotions primaires encore plus fortes. En faisant entrer une personne de l'"extérieur" dans l'"intérieur" du groupe, une personne haineuse peut devenir un défenseur du groupe qu'elle avait l'habitude de haïr. Il n'est pas garanti que cela fonctionne, et il est important de reconnaître que cela peut prendre du temps et de la patience. Il faut pour cela établir un véritable lien émotionnel, ce qui peut être difficile, en particulier lorsque l'attitude de Bob pourrait facilement aliéner des amis musulmans potentiels. Mais d'après mon expérience, c'est la seule façon de changer réellement les gens qui ont la haine dans leur cœur. Le fait d'argumenter va probablement renforcer leurs opinions, car ils s'appuient de plus en plus sur le puits sans fond des mauvaises informations disponibles sur Internet, et essayer de les faire honte ou de les punir pour leurs opinions pourrait les amener à les supprimer en public sans les changer réellement.

En ce qui concerne ce que VOUS pouvez faire dans la situation immédiate, il devrait être clair maintenant que je ne pense pas qu'il y ait une réponse rapide et facile. Il se peut que vous ne puissiez pas faire grand-chose d'autre qu'être patient, partager vos expériences, donner le bon exemple et espérer que Bob finira par vivre une expérience qui le changera. Mais si votre objectif est d'aider Bob à changer, je ne pense pas qu'il soit productif de discuter sans fin ou de le traiter avec méchanceté.

Pour en savoir plus, il est très utile de lire les histoires des tenants de la suprématie blanche réformée, et il existe beaucoup de matériel à ce sujet (juste Google, par exemple, "reforming white supremacists"). Il existe également des organisations entières qui se consacrent à la réforme des membres de groupes haineux, par exemple les Klansmen, les néo-nazis, etc. Il s'agit évidemment de cas extrêmes, mais la haine est la haine, et elle vient du même endroit, donc vous pourriez tirer des enseignements de ces cas.

131
33
2017-08-19 12:12:14 +0000

TLDR : la chose raisonnable et responsable à faire est de voir si ce qu'il veut vraiment dire est la haine aveugle envers tous les musulmans, ou si ce qui l'inquiète vraiment sont les nombreux effets négatifs d'une population musulmane croissante (et de plus en plus islamiste) en Grande-Bretagne. Un comportement interpersonnel responsable et charitable nous oblige à prendre au sérieux les préoccupations de chacun et à voir si et dans quelle mesure nous sommes d'accord avec elles, et à signaler d'une manière qui ait une chance d'être entendue là où nous ne sommes pas d'accord. Faire appel à des valeurs communes, reconnaître les faits pertinents et les préoccupations valables, et être doux, mais décidé dans l'objection à la fausseté flagrante.


Prendre ses préoccupations au sérieux. Parlez-lui de ce qu'il pense spécifiquement des musulmans et faites appel à la valorisation des faits - et soyez prêt à écouter les faits (ou les affirmations) qu'il juge pertinents. Vous ne pourrez pas faire changer d'avis quelqu'un en le traitant de condescendant, de fanatique ou en montrant un mépris pour son opinion qui balaie tout ce qui lui semble pertinent sans véritable considération. Vous devrez aborder les idées de manière rationnelle et empathique, et concéder les cas où vous voyez que vous n'êtes peut-être pas d'accord avec lui, mais où il a des préoccupations raisonnables. Aucun d'entre nous n'a les idées assez claires ou n'est capable de les exprimer assez clairement dans tous les cas pour pouvoir discuter sans frictions des choses sur lesquelles il n'est pas d'accord. Faites donc de votre mieux pour minimiser les frictions qui résultent d'une pensée ou d'un discours bâclé en étant charitable dans l'écoute et l'interprétation de ses paroles ; demandez des éclaircissements lorsque vous n'êtes pas sûr de ce qu'il veut dire.

Pense-t-il que tous les musulmans battent leurs femmes et ont des esclaves sexuels ? Présentez-lui des amis musulmans qui ne le font manifestement pas et reconnaissez qu'il existe des tendances inquiétantes en Grande-Bretagne à cet égard. Des développements comme les réseaux d'esclaves sexuels d'enfants à Rotherham et ailleurs (un exemple parmi tant d'autres de griefs qui pourraient être amplifiés à une position extrême comme "tous les musulmans font X" dans les tabloïds) qui ont été ignorés en grande partie par peur d'être étiquetés comme racistes et fanatiques montrent que la condescendance envers quelqu'un de cette manière a des effets désastreux et que, d'un point de vue interpersonnel, il est nécessaire de reconnaître la validité des griefs. Ne concède pas des positions extrêmes comme "tous les musulmans violent des enfants", parce qu'ils ne le font clairement pas, mais ne passe pas à l'autre extrême de "rien à voir ici", qui ne peut être reçu par lui que comme un délire et un jugement de son caractère moral.

Pense-t-il que tous les musulmans détestent les homosexuels ? Présentez-lui des amis musulmans homosexuels et discutez avec eux des raisons pour lesquelles l'islam dominant les condamne et leur enseigne qu'ils méritent des punitions sévères, des réactions qu'ils subissent de la part des musulmans, des endroits où ils voient des opportunités, des valeurs sur lesquelles repose leur allégeance et de la manière dont ils se réconcilient avec l'islam.

Pense-t-il que tous les musulmans sont des islamistes ? Expliquez-lui ce qu'il entend exactement par là : soutien aux adultères par lapidation, emprisonnement/exécution de blasphémateurs/satireurs, flagellation des personnes ayant des relations sexuelles extraconjugales, application de la loi maritale islamique, etc. Il existe des chiffres sur la proportion de musulmans qui disent souscrire à ces notions, sur le nombre de ceux qui soutiennent la charia en général, etc. Ces chiffres sont inquiétants, mais ils montrent aussi que de nombreux musulmans ne soutiennent pas ces demandes spécifiques. Reconnaissez cette préoccupation et expliquez pourquoi vous pensez qu'elle est moins inquiétante qu'il ne le pense. S'il n'est pas d'accord avec votre explication, reconnaissez qu'il s'agit d'anticiper le comportement futur de grands groupes de personnes, et qu'il n'est nullement certain qu'une évaluation plus optimiste ou plus pessimiste s'avérera exacte, donc un désaccord sur ce point, dans une certaine mesure, est parfaitement normal - et vous pouvez en fait être naïvement optimiste dans vos propres opinions.

Il se peut que vous ne puissiez pas adapter son point de vue au vôtre, et vous ne devriez pas viser à le faire - il considérera que c'est une attitude dominatrice, condescendante, moralisatrice et obstinée. Il considérera que vous êtes têtu et que vous fermez vos oreilles à ce qu'il considère comme des préoccupations valables. Un ami qui ne peut pas compter sur votre volonté d'écouter ses préoccupations et de reconnaître qu'il peut avoir un point de vue différent, mais aussi valable, sur les choses que vous ne serez pas votre ami longtemps.

33
13
2017-08-19 17:44:50 +0000

Bob est-il vraiment votre ami ?

Et si le Bob posait cette question. Que devrait faire Bob pour vous convaincre qu'il a raison ? Quels articles devrait-il vous donner ? Que devrait-il dire ? Que les articles que vous lisez sont de la propagande et que les faits présentés dans ces articles le prouvent ? Quels seraient les faits qu'il devrait révéler pour que vous croyiez que sa position est la bonne ?

Je soupçonne qu'il ne pourrait rien faire demain pour vous convaincre de changer d'avis. C'est un sujet énorme et vous ne pouvez pas changer l'opinion de vos amis comme ça.

Ce que vous pouvez faire, c'est argumenter avec passion. Si vous n'êtes pas d'accord, il suffit de vous exclamer

"Mais qu'est-ce que Bob ? C'est tout simplement faux !"

et argumentez vos arguments. Les amis ne sont pas seulement censés s'entendre sur des sujets, les discussions sur des sujets sur lesquels vous n'êtes pas d'accord devraient être plus bénéfiques pour vous deux. Vous pouvez trouver un terrain d'entente ici ou là, vous pouvez être en désaccord sur d'autres points. La situation n'est pas la même, mais vous devez l'aborder de la même manière que si vous essayiez de le convaincre que la musique de Justin Bieber est en fait mauvaise et qu'aucune personne saine d'esprit ne la trouve bonne, alors qu'il continue à vous faire part d'articles provenant de sites de fans de Justin Bieber.

13
6
2017-08-19 10:18:29 +0000

Chaque fois qu'un de mes proches fait un commentaire discriminatoire sur un groupe particulier, j'ai tendance à lui demander pourquoi il pense ainsi. Une fois qu'il s'engage dans une déclaration apparemment factuelle que je sais être fausse, j'essaie de lui montrer qu'il s'agit soit de propagande, soit d'une idée fausse traditionnelle. Si nécessaire, j'explique le programme politique ou social qui sous-tend la diffusion de telles idées.

Je leur montre également comment les différences religieuses ou culturelles peuvent en être la cause. Enfin, je leur demanderais comment cela les affecte personnellement : même si ce qu'ils disent est vrai, j'essaierais de leur faire comprendre que ce n'est pas une raison pour eux de se sentir hostiles envers cette communauté particulière, et ils réalisent souvent qu'ils n'ont aucune raison de ressentir quoi que ce soit contre cette communauté.

Cela peut prendre du temps pour convaincre et vous ne pouvez pas utiliser cette méthode avec un fanatique convaincu, mais si votre ami est une personne raisonnable comme vous le suggérez, il finira sûrement par comprendre.

6
5
2017-08-19 12:38:25 +0000

Si vous lui en avez déjà parlé et que vous lui avez fourni toutes les informations pour lui faire croire le contraire, alors il n'y a pas grand chose à faire. Dans ce cas, vous devez accepter son "ignorance". Comme cela peut être difficile. Parfois, nous aimons vraiment montrer de la logique aux gens. Mais tout le monde ne veut pas de votre logique. Ils sont fâchés et en colère contre quelque chose. La seule chose que vous pouvez faire est de trouver l'acceptation dans son choix. Si vous êtes tous les deux de bons amis, alors je ne vois aucun problème à lui demander de respecter également votre point de vue sur la question.

Eh bien, j'ai fait de mon mieux pour vous convaincre avec des preuves, mais je crains de ne pouvoir rien faire d'autre que d'accepter votre point de vue. J'espère que vous accepterez la mienne. Alors, allons-nous continuer sur autre chose ? Je ne veux pas gâcher notre amitié pour cela.

Je crois que tu peux toujours demander à ton ami de prendre en considération le fait que tu es offensé par sa haine. Un bon ami devrait respecter cela et éviter le sujet avec vous.

5
4
2017-08-19 11:45:51 +0000

En plus de ce que dit Slow Loris sur la manière de briser la mentalité de groupe/d'exclusion, vous pourriez (si cela est raisonnable ou possible) présenter Bob à vos amis musulmans.

Si Bob était réellement ami avec des musulmans et s'il sentait que certains musulmans font partie de son groupe parce qu'ils partagent nombre de ses intérêts, de ses valeurs, de son humour, etc.

4
1
2018-02-20 01:55:08 +0000

Parlez-en avec eux, et essayez de leur faire exprimer clairement leur point de vue. S'ils sont raisonnablement intelligents, quelques questions bien posées sèmeront quelques graines de doute dans leur esprit, cela peut être très puissant. Évitez d'étiqueter la personne, car cela l'entraînera plus profondément dans le trou du lapin.

Votre ami est-il aussi en train de faire un amalgame entre musulmans et islam ? Comme toutes les religions, l'islam a des idées terribles derrière lui (et certaines positives aussi). Il est très facile de trouver des idées horribles dans des textes religieux, nier cela leur donnera une porte de sortie.

Restez calme, laissez-les parler... et s'ils s'avèrent être d'horribles racistes, alors arrêtez de les tourner autour. Perdre des amis que vous respectez est parfois le choc dont vous avez besoin pour reconsidérer les choses dans votre vie.

Bonne chance :)

(Mentionner également votre offensé à quelqu'un qui pense avoir les faits de son côté est un argument suicidaire, vous avez parfaitement le droit d'être offensé mais le fait de l'annoncer n'aidera pas votre argument)

1
0
2017-08-30 22:17:43 +0000

Il serait préférable que vous ayez vous-même une expérience de première main avec des amis musulmans. Si vous en avez, vous voudrez peut-être les présenter à Bob. Sinon, trouvez un endroit dans la communauté où les interactions avec les musulmans sont positives, faites-vous des amis et rapportez vos expériences à Bob. La raison en est que vous serez beaucoup plus crédible (pour la plupart des gens) si vous avez une expérience réelle que si vous essayez de "débattre" avec Bob dans un vide intellectuel.

Ce que vous voulez faire comprendre à Bob, c'est que ses opinions limitent vos possibilités sociales et que vous ne voulez pas accepter de telles limitations. Plus précisément, il se peut qu'elles ne soient pas non plus dans son intérêt, car ses chances sociales sont également "plafonnées". À un moment donné, vous pourriez lui expliquer qu'il ne doit pas croire tout ce qu'il lit sur les médias sociaux parce que les gens qui y sont présents ont des axes à broyer, qu'il doit essayer par lui-même. Mais vous ne pourrez pas l'amener à le faire tant que vous ne l'aurez pas fait.

0