Les relations interpersonnelles
2017-08-17 13:42:47 +0000 2017-08-17 13:42:47 +0000
18

Quelle est la bonne façon de demander "comment va quelqu'un" en cas d'accident ?

J'ai toujours eu l'impression que demander

"ça va ?"

même quand quelqu'un vient de tomber de 8 mètres ou de se faire poignarder, c'est assez ironique. Bien sûr, cette personne ne va pas bien, c'est évident.

Pourtant, je n'ai jamais trouvé de meilleure façon de demander "comment va quelqu'un", et bien qu'il semble que le problème soit de trouver la bonne formulation, je pense que le problème est plutôt : que voulez-vous savoir ?

Alors, au lieu de demander si quelqu'un va bien, que devriez-vous dire/demander si quelqu'un souffre ou se trouve dans une autre situation où vous poseriez normalement cette question ?

Réponses [4]

15
2017-08-17 14:08:37 +0000

Je pense que la réponse "Ça va ?" est parfaitement naturelle, empathique et non invasive ; nous voulons que cette personne aille bien malgré ce que nous venons de voir. La personne veut probablement conserver un semblant de dignité. Cela recouvre en fait une multitude de questions : pensez-vous que vous allez bien ? Pensez-vous que quelque chose est cassé ? Pensez-vous pouvoir marcher ? Dois-je appeler un médecin ?

Dans une situation de RCP, lorsque vous voyez une personne évanouie dans la rue (évidemment pas seulement en faisant la sieste), vous êtes quand même censé la secouer et lui demander à voix haute, "Est-ce que ça va ?"

Mais si vous vous sentez idiot de le demander, alors suivez votre réponse naturelle par une réponse plus raisonnée :

Est-ce que ça va ? (Ensuite, en fonction de la blessure dont vous venez d'être témoin :) - Que puis-je faire ? / Puis-je vous aider d'une quelconque manière - Avez-vous besoin d'aide pour vous lever ?
- Pensez-vous pouvoir marcher ?
- Tu veux que j'appelle une ambulance ?

Il y a environ six mois, alors que je lançais des balles à mes chiens pour qu'ils les poursuivent, j'ai raté un trottoir et je suis tombé sur la route, me cassant le bras près du poignet. Je suis resté allongé dans la rue, essayant de me ressaisir et de ne pas crier (il s'est avéré qu'il était gravement cassé). Deux voisins qui ont vu ça se sont précipités et m'ont demandé : "Ça va ? C'était la chose la plus naturelle au monde. J'ai répondu : "Je crois que je me suis cassé le bras." À partir de là, ils sont devenus plus précis : "Avez-vous besoin d'aide pour vous lever ?" "Je vous emmène aux urgences."

Je n'irai pas dans les cas où quelque chose de grave vient de se passer et où vous devriez appeler le 911. (Si vous voulez ces questions, commentez-les et je les modifierai.)

Bien que ce soit une circonstance très différente, on apprend aux étudiants médecins à poser d'abord des questions apparemment stupides (on les appelle des questions ouvertes.) La question classique est : "Pourquoi êtes-vous ici aujourd'hui ?" (Même si vous connaissez la réponse.) Dans le service des urgences, où presque tout le monde souffre, on vous demande toujours de poser d'abord une question ouverte. Cela vous donne une idée de l'état d'esprit du patient.

15
8
2017-08-17 14:02:43 +0000

Je suppose que vous ne cherchez pas une réponse sociale, mais une réponse qui soit médicalement importante pour le bien-être de la personne blessée. Voici quelques questions courantes à poser à une personne blessée, sans trop d'échappatoires, pour lui dire "je vais bien".

En cas d'urgence immédiate :

"Pouvez-vous bouger ?"
"Où avez-vous mal ?"
"Montrez-moi où vous avez mal"

En visite chez quelqu'un ; non critique :

"J'ai entendu dire que le traitement est plus douloureux que la blessure elle-même.
Est-ce vrai ?"
"Vous sentez-vous mieux ?"
"Pouvez-vous encore bouger ?" (attention à celui-ci !)

Vous pouvez aussi demander aux autres de la même manière le statut de quelqu'un...

Demander à quelqu'un d'autre :

"Est-ce que [la blessure] s'est améliorée ?"
"Combien de temps encore avant que [Blessé] ne soit libéré ?" (en supposant qu'ils sont à l'hôpital) "Est-ce que [le blessé] se sent mieux ?"
"Quel est le pronostic de la personne [blessée] ?"

8
2
2017-08-17 17:31:13 +0000

TL;DR: en cas d'accident, imaginez-vous à l'image d'un médecin ou d'une infirmière et faites ce qu'ils feraient. Les choses "sociales" doivent prendre un peu de recul, je pense, jusqu'à ce qu'il soit clair qu'il n'y a pas de problème médical urgent et mettant la vie en danger (si vous pouvez réellement décider cela, en tant que profane, à part). Gardez également à l'esprit que les personnes en état de choc sont différentes des personnes normales ; des choses comme un contact corporel léger, un contact visuel, une voix apaisante, etc. pourraient simplement être plus utiles que les mots que vous utilisez, exactement. Imaginez-vous en tant que parent aidant un petit enfant (sans la partie câlins et ramassages...).

quelqu'un vient de tomber de 8 mètres

C'est drôle que vous mentionniez cela.

Lors d'une récente chute de bloc, une inconnue est tombée et s'est cogné le menton sur le rocher (même effet qu'une "coupure supérieure" brutale en boxe avec tout le poids du corps derrière elle). Il était évident que c'était grave - pas nécessairement mortel, mais au moins une légère commotion/coup de fouet ou même des dommages au visage.

Je pense que le problème est plutôt : que voulez-vous savoir ?

Vous voulez d'abord savoir s'il y a un problème urgent qui met la vie en danger (la respiration...) ; ensuite, s'il y a de la douleur ; enfin, s'ils ont besoin d'aide.

Alors qu'elle était légèrement étourdie, je me suis agenouillé près d'elle de façon à ce qu'elle n'ait pas besoin de bouger la tête pour me voir (mais sans me toucher) et j'ai fait ce qui suit :

  • Je me suis assuré que nous avions un bon contact visuel et qu'elle était vraiment consciente de moi. Il n'y avait pas de sang et pas de dommages évidents, elle bougeait généralement, donc les pires craintes se sont rapidement dissipées. Notre contact visuel était beaucoup plus intense que ce qui serait approprié pour des étrangers (de sexe différent) se rencontrant dans la rue, mais c'était exactement ce qu'il fallait faire à ce moment-là. Il était clair qu'il y avait de la peur dans ces yeux, et cela l'a aidée à littéralement voir quelqu'un de proche.
  • S'il avait été impossible d'établir un contact visuel (les yeux fermés ou ne réagissant pas), j'aurais probablement, selon la situation, parlé calmement avec elle tout en établissant un contact corporel évident mais très léger (comme deux doigts sur une épaule ou tout ce qui était approprié). Pensez à "poser les mains" plutôt qu'à "donner des coups".
  • Elle s'est visiblement claqué les dents en descendant et a probablement eu peur de découvrir s'il lui manquait des dents (ou des bouts de langue...). Je lui ai demandé si elle saignait ou s'il y avait des dents desserrées ; elle a répondu non.
  • Je lui ai demandé où elle avait mal, elle a indiqué la zone générale de la tête, ce qui était normal puisqu'elle a aussi frappé l'arrière de sa tête en frappant le tapis de sol.
  • Je lui ai tenu les yeux tout le temps dans un effort conscient pour lui faire comprendre que je l'avais "eu". J'ai remarqué que c'était une bonne chose car elle tenait aussi le contact et n'était pas (plus) gênée par cela.
  • Je me suis assuré de lui parler sérieusement, mais de manière très calme et sans précipitation, en lui laissant suffisamment de temps pour se sentir bien dans son corps. Cela semblait aussi bien fonctionner.
  • Je lui ai de nouveau demandé très calmement si elle avait mal ou si quelque chose lui semblait anormal, ce qui l'a probablement mise dans un état d'analyse des dommages au lieu d'être submergée par la peur ; cela l'a incitée à parler d'un mal de tête brutal ; mais je lui ai dit que je ne voyais pas de dommages évidents dans sa bouche (pas de sang, pas de dommages évidents aux dents).

Et ainsi de suite (à ce moment, qui a pris peut-être 30 à 60 secondes, elle est redevenue lentement "normale", le choc immédiat a disparu et d'autres personnes sont venues l'aider). Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire et dire. Je n'ai même pas l'impression que demander "ça va" au lieu de "bonjour" aurait été mauvais en quoi que ce soit.

J'aurais probablement tendance à utiliser "Are you ok" si je tombe sur une personne en détresse évidente où je n'ai pas vu ce qui s'est passé, pour voir s'il y a vraiment un problème - dans ce cas, la question n'est pas du tout cynique ou sarcastique.

2
1
2017-08-18 01:17:20 +0000

Je viens d'Angleterre et j'aime utiliser "Comment allez-vous ? C'est assez général, et ça ne présume pas qu'ils vont bien.

Parfois, je change avec "Comment allez-vous" ou "Comment vous sentez-vous" si je sais que la personne n'est pas à 100% à long terme, comme si elle était malade ou déprimée ou autre.

Dans une situation plus urgente, comme si elle venait de tomber dans un trou de 8 mètres de profondeur, il serait courant que les Britanniques soient discrets à ce sujet, regardant par-dessus bord et demandant "Are you alright ?" même s'il est clair qu'ils ne vont pas bien.

1