Les relations interpersonnelles
2018-09-10 12:16:14 +0000 2018-09-10 12:16:14 +0000
67

Mon colocataire me fait payer un loyer trop élevé. Comment dois-je le confronter ?

Je viens d'emménager dans une nouvelle ville pour mes études de master. J'ai rencontré un homme via un site web social qui vit déjà ici et il m'a proposé de me louer son appartement de deux pièces pour un an pendant qu'il étudiait à l'étranger, puis il y aurait une possibilité de prolonger mon séjour jusqu'à la fin de mes études mais nous partagerions l'espace de vie.

Le prix initial semblait très raisonnable car il s'agissait d'un appartement privé complet pour moi. Quelques semaines avant que je ne sois censé emménager, il m'a dit qu'il annulait son année à l'étranger par manque de fonds. Le prix n'a pas changé, mais étant donné les prix du marché de la région, c'était encore un montant raisonnable, alors je n'ai rien dit. Maintenant, en venant ici, je me suis rendu compte qu'il vivait dans un appartement d'étudiant (l'endroit est subventionné par le gouvernement, donc le loyer est beaucoup moins cher). En regardant les listes de prix sur le site officiel de la résidence étudiante, je soupçonne qu'il paie environ 420€/mois pour l'appartement complet. Je paie 480€/mois pour ma chambre individuelle meublée, donc il paie en gros un loyer négatif.

Selon la loi de la région (Suède), il est illégal de sous-louer son appartement pour plus de 10% au-dessus du prix fixé (et je ne loue qu'une chambre individuelle). Je soupçonne également que la sous-location d'une chambre va à l'encontre des règles de la communauté des dortoirs d'étudiants. Donc, en fait, ce qu'il fait est illégal, et peut-être même contraire aux règles du logement étudiant.

Le problème est que nous sommes devenus d'assez bons amis depuis le peu de temps que nous vivons ensemble, de plus la situation du logement en ville est assez difficile. Les listes d'attente pour les étudiants sont longues et la recherche d'un appartement en milieu de semestre serait un véritable cauchemar. Je ne pense pas être prête à donner un ultimatum du genre "soit tu baisses le loyer, soit je déménage". Je pense qu'il est très avantageux pour nous deux de vivre ensemble, je veux juste obtenir un meilleur prix. Il a dit lui-même qu'il était très heureux avec moi en tant que colocataire, et je pense qu'il lui serait très difficile de trouver une autre personne qui serait à l'aise pour vivre avec lui et aussi avec l'irrégularité de la situation. Je n'ai toujours pas signé de contrat, mais nous en avons parlé et il est d'accord pour que nous le fassions dès que possible.

Comment dois-je l'approcher pour obtenir un prix optimal et ne pas tomber dans la dispute ?

Réponses [4]

110
2018-09-10 12:43:59 +0000

**Lorsqu'il a proposé pour la première fois de sous-louer son appartement, il s'agissait d'une chambre/espace COMPLET avec toutes les commodités à votre PROPRE avantage. Ce qui n'est évidemment plus le cas.

Peu importe ce que dit la loi (et l'IANAL), vous pouvez toujours lui demander gentiment quel est le nouveau marché. Et voyez comment il va réagir. N'en faites pas tout un plat. Mais expliquez-lui que, comme l'appartement est maintenant"partagé à nouveau", comment parvenez-vous à un accord pour partager les dépenses ?

J'attendrais l'heure du repas, quand vous êtes tous les deux dans la cuisine, puis je lui parlerais :

Au fait, Bob, je me demandais... Quand nous nous sommes mis d'accord pour que j'emménage ici, vous avez fixé le prix à 480€. J'ai pensé que c'était bien parce que j'avais toute la pièce et les commodités juste pour moi. Maintenant que vous êtes de retour, comment allons-nous procéder ?

De cette façon, vous lui montrez que les entrées ont été modifiées, et que cela devrait conduire à un nouveau résultat. Vous lui demandez sa proposition. Vous ne forcez rien. Vous ne parlez même pas du prix à première vue, mais aussi de la pièce, de l'ensemble. Faites-lui comprendre que les choses ont changé depuis votre accord, et que vous êtes prêt à renégocier.

Quand il montre une carte, vous ajustez votre argument, et vous montrez une de vos cartes. Soyez gentil, et ne discutez pas. C'est ainsi que doit se dérouler une négociation.

Si vous voyez qu'il a du mal ou qu'il ne peut pas répondre, dites-lui simplement que vous prendrez tous les deux le temps d'y réfléchir, et que vous organiserez une nouvelle réunion informelle dans quelques jours.

Et, en fonction de ses réponses, vous devrez peut-être revenir pour poser une autre question.

Mais votre objectif est de garder la salle au prix le plus bas et le plus juste. Vous ne devez donc pas contrarier Bob. D'un autre côté, vous devez également fixer des limites. Bien :)


Ceci est basé sur l'expérience des discussions commerciales. Je n'ai jamais loué une chambre comme celle-ci avec quelqu'un, mais j'ai dû négocier avec des agences professionnelles de nouvelles affaires lors de la location. C'est plus ou moins la même chose. En douceur, et lentement. Essayez juste de montrer à quel point le nouveau contrat est injuste pour vous, et comment il vous est difficile de vous y tenir...

110
42
2018-09-10 15:12:35 +0000

Je suis professeur dans une université suédoise, donc j'ai au moins quelques connaissances de base sur la situation du logement des étudiants.

Je vous encourage vivement à ne pas aborder l'aspect juridique, même si vous dites dans un commentaire que c'est votre "point fort". Comme vous le dites vous-même, l'ensemble de votre mode de vie est très douteux. Les étudiants ne sont pas autorisés à sous-louer leur appartement et si votre accord devient public, cela aura pour effet soit (1) de vous obliger à déménager, soit (2) de vous obliger tous les deux à déménager parce que le bail de votre ami est annulé. Les files d'attente pour les appartements d'étudiants sont très longues, l'option numéro 2 est donc une possibilité réelle, qui peut vous permettre de mettre une certaine pression sur votre ami, mais gardez à l'esprit que vous perdez dans les deux cas. Les limites légales fixées par la loi pour les appartements qui peuvent légalement être sous-loués semblent assez peu pertinentes ici, d'autant plus qu'il existe une assez grande zone grise dans la pratique (si vous allez sur Blocket, vous verrez que les gens ont une idée assez folle de ce que représente 10 % du taux du marché, et compte tenu de la situation du logement, ils semblent s'en tirer à bon compte). Le mieux que vous puissiez faire avec ces 10 % est d'utiliser ce chiffre comme base de référence pour négocier un prix équitable (la moitié du prix de son appartement plus 10 %).

Assez approprié pour cet échange de piles, cela vous laisse avec la nécessité de trouver une solution interpersonnelle. Votre ami vous arnaque, c'est clair. Vous n'étiez pas amis quand il a commencé, mais étant donné que vous l'êtes maintenant, il devrait être prêt à renégocier vos conditions pour quelque chose de plus sain autour d'un café. Je ne pense pas que vous deviez trop tourner autour du pot - dites-lui que vous êtes mécontent de votre accord et que vous voulez le renégocier. Comme vous le dites vous-même, votre ami doit savoir que votre accord est tout sauf équitable, donc s'il est raisonnablement intelligent, il doit s'attendre à ce que cette discussion ait lieu tôt ou tard.

S'il ne veut absolument pas céder, soit il est financièrement incapable de le faire (peut-être dépend-il de cet argent et de son logement gratuit ?), soit il n'est tout simplement pas un si bon ami et préfère que vous partiez et que vous essayiez d'arnaquer la prochaine personne. Dans les deux cas, vos options sont assez limitées : accepter cette terrible affaire ou déménager dès que vous avez trouvé autre chose. Cela dit, l'équivalent de 480 euros par mois reste assez bon marché si vous vivez dans une grande ville suédoise, de sorte qu'il vous sera peut-être difficile de trouver rapidement quelque chose de mieux. En tout état de cause, je vous suggère de garder l'œil ouvert pour trouver un autre appartement, car je vois un réel danger que l'association qui gère la maison prenne connaissance de votre arrangement et vous fasse déménager dans un délai assez court.

42
18
2018-09-10 15:45:48 +0000

Si je devais deviner, ce ne serait pas la première fois que cette personne propose de louer son appartement de deux chambres à coucher et qu'elle en change les conditions.

Je comprends que vous soyez devenus amis tous les deux, mais je soupçonne que je serais moi aussi le meilleur ami à 100 % de la personne qui paie 110 % de mon prêt hypothécaire et qui ne bénéficie que d'une chambre à coucher.

La meilleure chose à faire est de chercher d'autres appartements dès maintenant ; faites des recherches pendant au moins une semaine. Une fois que vous avez un plan de repli en place, vous pouvez essayer d'ouvrir la discussion sur le fait que le prix que vous payez actuellement n'est pas reflété équitablement dans les conditions de vie actuelles. Comme vous n'avez pas encore signé de contrat, assurez-vous de sécuriser les nouvelles conditions de vie au cas où le colocataire ne serait pas disposé à trouver un accord à l'amiable concernant le loyer.

18
1
2018-09-10 13:00:15 +0000

Deux facteurs principaux peuvent faire basculer cette situation :

  • Les taux illégaux
  • L'offre et la demande

Avant de revenir sur ce point, voici quelques suggestions :

  • Tout d'abord, vous pouvez vous asseoir avec lui et lui proposer un loyer raisonnable. Demandez-lui s'il peut se permettre de baisser le loyer. Soyez simple et direct. Demandez simplement un loyer moins élevé.

  • Comparez votre situation de vie avec des situations comparables et montrez que le loyer est trop élevé. Il se peut qu'il ne se rende pas compte qu'il facture trop cher.

  • Faites appel à son sens de la raison. Demandez-lui s'il pourrait baisser le loyer et vous pourriez utiliser l'argent.

  • Mentez. S'il ne veut vraiment pas bouger, vous pouvez dire quelque chose comme "J'aime vivre ici mais ça me bouffe tout mon argent". J'ai trouvé cet endroit à l'autre bout de la ville où je pourrais peut-être m'installer pour un prix moins élevé". Il peut entendre parler de ce prix compétitif et être prêt à baisser le sien, car vous lui proposez comme ami, comme locataire solide et comme poste vacant. Il serait préférable que vous trouviez un endroit que vous pouvez utiliser comme levier, mais la menace de déménager pourrait le pousser à renégocier.

  • Négocier des services à louer. Proposez-lui peut-être de nettoyer davantage, de tondre la pelouse, de pelleter la neige, de laver les vitres, de s'occuper de son chien, tout ce dont il pourrait avoir besoin que vous fassiez. Bien sûr, cela ne sera utile que s'il enlève une bonne partie du loyer.

  • Enfin, faites entrer la loi dans le jeu. Montrez-lui les chiffres qui montrent qu'il facture trop cher. Bien sûr, je considérerais cela comme une dernière option car c'est celle qui risque le plus de créer le plus de tensions. S'il ne bouge pas et que vous insistez pour payer moins, faites tout ce qui est nécessaire pour le forcer légalement à se conformer.

Maintenant, pour revenir à ce que je disais au début, les taux illégaux sont votre levier. Si votre objectif final est d'obtenir un loyer moins cher, c'est votre outil ultime. Il ne peut pas contester la loi, mais cela peut finir par détruire votre saine amitié et votre relation locataire/locateur. Là, il peut essayer de vous saboter. Prenez vos affaires, perdez vos affaires, offrez une expérience moins qu'agréable, n'effectuez pas d'entretien et, en général, sous-performez. Dans le meilleur des cas, il se conforme et n'a pas de rancune, mais j'imagine que si c'était le cas, il aurait renégocié votre tarif sans faire intervenir la loi.

En ce qui concerne l'offre et la demande, même si la loi stipule que votre loyer ne doit pas être si élevé, le fait est que vous avez une bonne affaire et qu'il est difficile de trouver un logement pour les étudiants. Vous êtes heureux de ce que vous avez. Certes, vous payez trop aux yeux de la loi, mais ne vous comparez pas aux autres. Pensez-vous que vous bénéficiez d'une bonne affaire ? Oui ? Si oui, vous pouvez demander à renégocier, mais n'insistez pas trop pour ruiner votre relation. Si votre accord n'est pas bon, vous n'avez pas trop à perdre.

Pouvez-vous payer le loyer mais ne voulez pas payer plus que nécessaire ? Ne gâchez pas la bonne affaire que vous avez juste pour économiser de l'argent. Si vous ne pouvez pas vous le permettre, alors vous devez faire ce que vous avez à faire pour payer moins, même si cela signifie ne pas être amis.

Votre spéculation selon laquelle il paie 420 euros/mois n'est que spéculation. Donc si vous payiez un maximum de 462 euros/mois, ce serait légal. Cela vaut-il la peine de se disputer sur les 18 euros ? Si vous payez 480 et qu'il paie ~437 ou plus par mois, c'est également légal. Est-il possible qu'il paye 437/mois ? Les marges monétaires semblent assez faibles. Vous payez 14 % de plus que ce que vous pensez qu'il paie, soit seulement 4 % de plus que la limite légale. Il est vrai que c'est illégal, mais puisque vous spéculez, il n'y a aucune preuve qu'il vous arnaque, sauf si vous pouvez prouver son loyer.

Encore une chose à garder à l'esprit. Obtenez-vous des avantages d'une autre manière qui soit inhabituelle ? Bénéficiez-vous d'un parking couvert gratuit, d'animaux de compagnie autorisés, de tous les services publics inclus, de l'internet à très haut débit, d'une salle de gym à domicile, d'une cuisine de luxe avec appareils en acier inoxydable et comptoirs en granit ? N'oubliez pas d'en tenir compte. Il a peut-être rénové l'endroit et doit récupérer certains frais.

1

Questions connexes