Les relations interpersonnelles
2018-07-04 13:14:53 +0000 2018-07-04 13:14:53 +0000
89

Je suis dans une relation engagée et on me drague sur le lieu de travail - comment l'arrêter sans en parler aux RH ?

Certains antécédents

  • Je suis une jeune femme de 21 ans

  • Je vis en Europe occidentale

  • Je suis dans une relation engagée avec mon petit ami


Le problème

J'ai récemment commencé un stage pour l'été, ce qui est incroyable, mais j'ai des problèmes avec certains collègues masculins qui ont entre 15 et 25 ans mon aîné et qui font des commentaires inappropriés comme "Ton corps est superbe dans cette robe/top/etc. "ou "Je t'emmènerais dîner et voir un spectacle si je n'avais pas à m'inquiéter que ma femme le découvre", etc. Je m'habille toujours de façon très respectable pour mon travail, je ne porte jamais rien de révélateur ou de très voyant et je ne retourne certainement pas les commentaires, j'essaie normalement de les effacer ou de leur dire gentiment que je ne suis pas intéressée, j'ai même essayé de dire "Oh je ne sais pas comment mon petit ami aimerait ça" lorsqu'on me demande d'aller dîner pour essayer de faire passer le message en vain.

Je ne sais pas si quelqu'un d'autre a entendu les commentaires, s'ils l'ont fait, ils les ignorent, et je préférerais ne pas avoir à en parler aux RH parce que je ne travaille là-bas que depuis environ 5 semaines et que les personnes qui font les commentaires et sont bien respectées sur le lieu de travail, donc je ne sais même pas si ma demande serait prise au sérieux. Je veux essayer de résoudre ce problème sans les RH d'abord, j'aimerais que les RH soient mon dernier recours, pas mon premier.

Je suis dans une relation engagée avec mon petit ami, il est au courant des commentaires au travail et il comprend d'où je viens en ne voulant pas en parler aux RH mais entre nous deux, nous ne pouvons pas trouver une bonne façon de résoudre ce problème sans impliquer les RH.

Comment puis-je traiter ce problème une fois pour toutes de manière respectable sans me mettre dans une situation délicate ? Cela me fait peur d'aller travailler parce que je ne sais pas à quoi m'attendre chaque jour.

Clarifier les détails - ajoutera plus si quelque chose devient applicable

  • Les avancées sont complètement et totalement invitées , tout ce qu'elles font c'est me mettre extrêmement mal à l'aise.

  • Les personnes qui font les commentaires sont toutes bien au-dessus de moi dans la chaîne de commandement.

  • Les RH sont composées en majorité d'hommes donc je ne sais pas comment ils vont le voir. J'ai donc peur que cela soit perçu comme une sorte de vendetta si je soulève le problème ou que je sois simplement lié à d'autres problèmes à long terme. Je travaille dans un département informatique du secteur financier/bancaire/consultatif, dans un environnement de travail très conservateur. Il y a d'autres femmes, elles sont mariées et ne semblent pas confrontées à ce problème.

Mise à jour

Je suis tombée par hasard sur une femme de mon âge d'un autre département hier dans la salle de bain, elle était assez bouleversée alors je lui ai demandé ce qui n'allait pas et il s'est avéré que ce qui m'arrivait lui arrivait aussi et qu'elle avait l'impression de ne pas avoir de contrôle sur tout ça. Nous avons parlé de tout cela pendant un certain temps et avons décidé d'aller ensemble aux RH, car nous avons maintenant un soutien mutuel et on nous a assuré qu'une main ferme serait prise pour faire face à la situation. Merci à tous pour les réponses et le soutien, tout cela est très apprécié et nous a vraiment aidés tous les deux !

Réponses [8]

118
2018-07-04 13:38:16 +0000

Il est difficile de traiter quelqu'un avec respect s'il ne vous respecte pas lui-même. Dans cette situation, je recommande d'être franc et d'aller droit au but lorsque vous le refusez.

Cette réponse du Workplace SE contient de très bons conseils sur la situation.

Donc, en plus d'écrire les choses après qu'elles se soient produites à chaque fois, commencez à parler quand même. Lorsqu'il vous touche, dites "S'il vous plaît, ne me touchez pas". Soyez plus fort à chaque fois. Cela deviendra plus facile à mesure que vous le ferez, et faire respecter les limites est une compétence utile.

La honte est votre ami ici. J'ai fait taire quelques personnes trop enthousiastes en leur disant haut et fort de s'éloigner de moi. Soyez bruyants, directs et assertifs. Ne reculez pas s'ils résistent, et faites-leur culpabiliser ce qu'ils font. Une fois qu'ils sont confrontés à la pression sociale des autres, ils peuvent reculer et vous laisser tranquille.

Malheureusement, la honte ne fonctionnera pas toujours. Si votre collègue vous harcèle encore après que vous ayez été incroyablement franc à propos de la situation, ce serait le bon moment d'aller voir les RH. Commencez à documenter toutes les fois où il vous fait des avances, ainsi que ce qu'il vous dit, et allez aux RH. Ils sont là pour ça. Comme l'a déclaré Herr Derb dans son commentaire :

Si les RH ne vous prennent pas au sérieux, c'est toute l'entreprise qui est fautive.

S'ils ne font rien contre le harcèlement flagrant, alors il serait sage de sauter le pas. Vous pouvez toujours expliquer à un nouvel employeur les raisons de votre départ, mais rester sur place sera probablement plus préjudiciable à votre bien-être.

118
19
2018-07-05 06:19:47 +0000

En réalité, votre supérieur hiérarchique (ou votre copain/mentor si vous en avez un comme nouveau collaborateur) ne sera probablement pas un RH et devrait être bien équipé pour gérer cette situation de manière appropriée et à votre aise (et même s'il n'a pas d'expérience, il devrait avoir des possibilités de soutien). Je vous suggère donc de commencer par une discussion privée avec eux.

Si j'étais votre manager, je serais inquiet si vous ne vous sentiez pas capable d'aborder ce sujet avec moi et très inquiet si je découvrais que vous avez souffert en silence. Comme vous avez exprimé votre préférence de ne pas impliquer les RH, il y a encore beaucoup d'options possibles si vous vous engagez avec votre responsable à ce sujet (et il devrait travailler avec vous en cours de route ou s'ouvrir à des plaintes sérieuses également) :

  1. Ils pourraient connaître la personne suffisamment bien pour offrir de meilleurs conseils que des inconnus sur Internet pour exactement ce que vous avez déjà suggéré de faire, c'est-à-dire des choses que vous pourriez faire vous-même directement.
  2. Ils devraient suivre cette situation et vous aider à la résoudre, quelle que soit la voie initiale que vous choisissez
  3. Ils devraient vous proposer d'intervenir (en privé) en votre nom, sans déposer de plainte officielle auprès des RH si c'est ce que vous préférez. C'est la raison pour laquelle j'écris cette réponse, car je pense qu'il est probable que ce soit à la fois plus efficace et moins gênant pour vous s'ils le font en votre nom
  4. En fonction de la taille et de la nature de l'employeur, il pourra peut-être vous recommander d'autres personnes en interne qui pourront vous soutenir
  5. Si votre supérieur hiérarchique ne vous soutient pas (ce qui est peu probable en Europe occidentale à l'heure actuelle, je pense), il est clair que cette entreprise connaît des problèmes beaucoup plus importants et vous pourriez envisager des procédures plus formelles

Vous êtes maître de la situation, mais vous n'êtes pas obligé de faire cavalier seul, même si vous ne voulez pas faire appel aux RH. Ne subissez pas cela seul et ne laissez pas votre statut au sein de l'entreprise être une excuse pour leur culture d'entreprise merdique qui n'a pas déjà remis en cause ce fait.

19
18
2018-07-05 08:55:20 +0000

Vous avez dit "Oh, je ne sais pas comment mon petit ami aimerait ça" lorsqu'ils vous ont invitée à dîner, mais c'est trop passif et cela laisse une place à l'interprétation, car les collègues en question pourraient encore avoir une chance. Vous savez que ce que vous dites signifie non, mais pour eux, ils entendent simplement "mon petit ami n'aimera peut-être pas ça". Et s'ils sont prêts à tromper leurs femmes, sans se soucier de ce que la femme ressentira si elle l'apprend, ils ne vont certainement pas se soucier de savoir si votre petit ami sera heureux ou non.

Essayez plutôt d'utiliser une phrase qui ne laisse aucune place à l'interprétation, quelque chose comme :

Non , je ne suis pas intéressé à sortir dîner avec vous, ou à aller à tout autre événement non lié au travail. Maintenant, s'il vous plaît, arrêtez de me harceler avec ces demandes - vous me mettez mal à l'aise, et je vais en parler aux RH si vous continuez.

Les mots clés ici sont non et arrêt. Cela renforce votre argumentation, car il est clair à 100 % que vous n'êtes pas intéressé. Si le comportement continue, alors, comme d'autres l'ont dit, vous devrez aller aux RH. Documentez les commentaires qui ont été faits, par qui et quand. Documentez vos réponses et apportez toutes ces informations aux RH. Votre réponse initiale "Oh, je ne sais pas comment mon petit ami aimerait ça" devrait suffire à n'importe quel service des RH pour voir que vous voulez que ces commentaires cessent, mais comme vous le dites, vous avez peur qu'ils ne vous prennent pas au sérieux car ils sont aussi majoritairement masculins. Utiliser des mots comme "non" et "stop" dans vos réponses ne laisse aucune marge de manoeuvre aux RH et ne leur permet pas de prétendre à des interprétations erronées de la part de vos collègues. Vous leur avez dit d'arrêter, et ils ne l'ont pas fait - il n'y a aucun moyen de se retourner contre vous.

18
14
2018-07-05 15:57:07 +0000

En tant qu'homme qui n'a jamais été dans une telle situation, je vous suggère de suivre une stratégie d'accélération de la réponse.

Commencez par un rejet léger et poli. Si quelqu'un ne sait pas que vous avez un petit ami et vous trouve attirante, il ne sert à rien d'être impoli avec lui. Dites simplement : "Je suis désolée, mais j'ai déjà un petit ami" ou quelque chose du genre.

S'il persiste, augmentez la cadence. "Non, ça ne m'intéresse pas. S'il vous plaît, laissez-moi tranquille." S'il persiste, rejetez-le assez fort pour que les autres l'entendent. Il s'agit ici de l'embarrasser pour qu'il ait peur de continuer à se comporter ainsi.

Dites des choses comme "c'est du harcèlement" ou "arrêtez de me harceler". Dites-lui que si cela ne s'arrête pas, vous n'aurez pas d'autre choix que d'aller voir votre patron ou les RH. Il s'agit ici de l'avertir que son comportement peut entraîner de graves conséquences, notamment la perte de son emploi ou même des poursuites judiciaires. Si cela ne s'arrête toujours pas, l'étape suivante consiste à aller voir votre patron ou une autre personne en position d'autorité. Si vous voulez faire de vous le "bon gars", dites que vous êtes prêt à résoudre la situation dans le calme, que vous ne voulez pas impliquer les RH ou transformer cela en procès. Si le patron se moque de votre problème, ou si sa réponse est inefficace, vos seuls choix sont : aller aux RH, décider de vivre avec, ou trouver un autre emploi. D'un autre point de vue :


Les hommes qui font cela ont tendance à se répartir en trois catégories :

One: Ceux qui pensent qu'ils ne font qu'être amicaux et plaisanter. Je ne sais pas exactement ce que font les hommes dont vous parlez, mais il y a des femmes qui aiment que leurs collègues de travail les draguent avec légèreté. Elles le prennent comme un compliment ou un amusement stupide. J'ai été dans beaucoup de bureaux où ce genre de choses se passaient tout le temps dans les deux sens. J'ai tendance à ne pas m'en mêler parce que j'ai peur de franchir une ligne à un moment donné et d'offenser quelqu'un. Et j'ai effectivement vu cela se produire : Un homme fait des commentaires légers à une femme, elle rit, elle réagit peut-être de la même manière. Le lendemain, il fait un commentaire un peu plus direct et maintenant elle est offensée et en colère. Pour des hommes comme lui, le simple fait de leur dire "Arrêtez s'il vous plaît" ou "Cela devient incontrôlable" les fera probablement bégayer des excuses et partir en courant dans l'embarras.

Deux: Les hommes qui cherchent vraiment un rendez-vous et qui pensent que vos refus ne sont pas sérieux. J'ai récemment vu une question sur un autre forum où une femme a dit : "Un homme que j'aime vraiment m'a demandé de sortir avec lui. Je lui ai dit non parce que je voulais qu'il fasse plus d'efforts. Pourquoi n'a-t-il pas redemandé ?" Beaucoup de femmes aiment jouer à ce genre de jeu, et les hommes ont du mal à dire si vous voulez vraiment non ou si vous êtes juste en train de jouer. Pour ce genre d'homme, il faut un non ferme et sans ambiguïté. Pour certains hommes, si vous dites "Je suis désolée mais je suis occupée ce soir-là", ils ont l'impression que c'est une façon polie de passer à côté. Certains prennent deux ou trois excuses de ce genre avant de comprendre. De même, "Oh, je ne pouvais pas..." ou "je ne sais pas..." peuvent être interprétés comme un jeu. Mais pour de tels hommes, une réponse ferme mais polie, "Non, j'ai un petit ami et je ne suis pas intéressé à sortir avec quelqu'un d'autre" devrait les faire taire. Dit fermement et résolument, et non d'une voix douce et méprisante.

*Trois : * Les lianes qui pensent qu'elles vont faire pression ou vous intimider pour que vous couchiez avec elles. Si un homme n'accepte pas un non ferme, il peut faire partie de ce groupe. À ce stade, la seule chose qui l'arrêtera est l'humiliation publique et/ou les conséquences pratiques.

Je ne connais pas la situation en Europe. Ici, aux États-Unis, les entreprises deviennent très nerveuses lorsqu'une femme se plaint de harcèlement. Un procès peut détruire une petite entreprise. La direction est généralement soucieuse de régler rapidement le problème.

14
6
2018-07-05 19:38:17 +0000

Pour les réponses qui do concernent les RH, rendez-vous sur workplace.stackexchange.com

Les exemples que vous avez donnés sont, du point de vue d'un homme, offensants. "Vous avez l'air bien" est probablement un compliment, "Votre corps a l'air bien" est offensant. Il n'y a pas de bonne volonté derrière ces exemples. Il y a des situations où les gens sont offensés par quelqu'un qui a en fait de bonnes intentions, mais ce n'est pas le cas ici.

Vos vêtements n'ont en fait rien à voir avec cela. Vous pouvez vous habiller comme vous le souhaitez (pour autant que cela soit acceptable sur le lieu de travail). Et que vous ayez un petit ami ou non n'a pas d'importance. Je suppose que vous ne voudriez pas de ces "hommes" comme petit ami si vous étiez célibataire.

Les personnes avec lesquelles vous avez affaire ici sont des hommes, et des hommes irrespectueux en plus. La plupart des hommes sont mauvais pour prendre des allusions. Si vous voulez qu'ils écoutent ce que vous dites, vous devez leur dire (et d'un autre côté, c'est bien pour la plupart des hommes.) Donc vous ne devez pas laisser passer ça. Si on vous dit quelque chose comme ça, vous ne devez pas le balayer. Vous devez les interpeller immédiatement sur leur comportement.

Par exemple : "John, écoute-moi. Mon corps ne te regarde pas. La prochaine fois que tu penses à faire des commentaires sur mon corps, ne dis rien. Je ne veux pas l'entendre, et aucun homme ou femme décent ne veut l'entendre".

PS. Sur mon lieu de travail actuel, tout homme se comportant de la sorte aurait de gros problèmes avec mon patron. Mon patron, s'il se comportait comme ça (ce qu'il ne ferait pas), aurait des ennuis avec la plupart des gens. Donc, remettre ces hommes à leur place est quelque chose que vous devriez faire.

6
4
2018-07-05 06:45:34 +0000

Je n'ai jamais écrit de conseils de ce genre, alors prenez mon opinion avec un grain de sel, mais je pense que tous ces "laissez les RH vous défendre" et "dites-leur que cela vous met mal à l'aise", c'est un peu comme dire à un enfant qui est victime d'intimidation de dire à ses brutes d'arrêter parce que cela le met mal à l'aise, cela va probablement empirer.

Je sens que vous êtes dans cette situation, vous leur avez clairement dit que vous avez un petit ami et que vous ne suivez pas leur jeu, pourquoi le font-ils encore ? Parce que

  1. Ils veulent vous fatiguer mentalement (ils réussissent), alors vous finissez par dire oui,

  2. Ils savent déjà très bien que tu ne diras pas oui, donc dans une sorte d'acte de vengeance, ils te font te sentir aussi mal que possible.

Maintenant, nous pouvons tous nous disputer éternellement sur ce qui devrait se passer, comment les gens devraient se comporter, etc. mais la vérité est que même si nous parvenons à créer des choses qui nous protègent, nous devons encore apprendre à nous protéger ou à nous défendre au cas où il n'y aurait personne pour le faire à notre place.

Vous ne voulez pas encore aller aux RH, donc la seule solution que je vois est de simplement boucler votre ceinture, de vous mettre en tête de ne pas laisser ces choses vous entraîner vers le bas et d'apprendre à revenir sur leurs commentaires, mais pas comme pour commencer un combat.

Je pense que l'humiliation publique est une très mauvaise idée, cela pourrait les mettre très en colère et entraîner des menaces plus graves, au lieu de cela, ils se sentent mal dans leur peau, par exemple lorsqu'ils mentionnent que leur femme dit quelque chose comme "oh tu sembles en savoir beaucoup sur ce sujet, tu la trompes beaucoup ? Sympa" mais faites-le dans une sorte de blague, cela leur fera voir que vous n'avez pas peur ou que vous n'êtes pas mal à l'aise, que vous pouvez calmement gérer tout ce qu'ils vous lancent mais que vous ne céderez jamais, et enfin ils se sentiront coupables de leur comportement mais cela se produira en interne.

Soyez sarcastique mais enjoué, il est certainement difficile de trouver un juste milieu. Vous pouvez aussi "super-manipuler" votre petit ami, parler beaucoup de lui devant eux, leur dire qu'il est un dur et qu'il a fait ceci ou cela, qu'il vous traite si bien et fait tant de choses pour vous, qu'il vous a déjà protégée, etc. Ma petite amie a travaillé pendant 4 ans dans un environnement gouvernemental, elle avait 22 ans quand elle est arrivée, l'endroit était assez lourd, elle n'a jamais été victime de harcèlement malgré son jeune âge et sa belle apparence, mais elle a eu de nombreuses disputes et des jeux de "qui est le plus fort", elle a "survécu" parce qu'elle a fait tout ce que j'ai mentionné et n'a jamais cédé et elle n'a jamais montré de malaise ou de faiblesse, Une fois, elle s'est même disputée avec un type de 45 ans qui voulait juste se battre et elle l'a fait pleurer, bien sûr, il y a eu des moments où c'était trop et je lui ai naturellement laissé tout sortir, elle a pleuré de frustration ou de colère à plusieurs reprises parce que les gens là-bas "s'étaient associés" contre elle, mais comme je l'ai dit, elle a fait ça avec moi, elle n'a jamais laissé personne la voir "blessée", et après avoir libéré ses émotions, elle est revenue plus forte et les gens ont appris à ne pas la déranger.

Comme je l'ai dit, on pourrait discuter éternellement sur la façon dont tous ces comportements ne devraient pas se produire et sur la façon dont tout le monde devrait être responsable et mature et quoi encore, mais la réalité est loin d'être ce qu'elle devrait être et il y a juste quelque chose dans les groupes de personnes qui travaillent dans un environnement relativement fermé, l'instinct et l'ego s'activent et ils commencent à se comporter un peu comme des animaux. En tout cas, même si je soutiens totalement la solution d'aller aux RH ou de trouver un autre endroit, je pense que ce sera temporaire, il y aura toujours quelqu'un qui voudra se disputer avec vous.

EDIT : Je viens de me rappeler quelque chose d'autre que vous pouvez leur dire lorsqu'ils font des commentaires sur vos vêtements ! Une fois, à l'université, j'ai entendu un mec dire à une fille qu'elle était très belle dans son chemisier ou quelque chose comme ça et elle a répondu : "Oh merci ! Je peux te le prêter n'importe quand", comme s'il voulait le porter, comme deux filles meilleures amies de la famille partageant leurs vêtements, j'ai trouvé ça assez intelligent et ça m'a fait craquer.

4
3
2018-07-05 08:22:59 +0000

Vous avez déclaré clairement que vous êtes dans une relation engagée et, que vous avez été clair à ce sujet. C'est une bonne approche, mais pas nécessairement la dissuasion que vous pourriez penser. Pour l'anecdote, j'ai entendu dire que l'attitude des Français face à l'adultère est un peu plus détendue que ce à quoi on pourrait s'attendre. Par exemple, les attitudes déclarées ont été, il n'y a un problème que si vous êtes pris et, il serait pire de mener une liaison avec une autre personne qui n'était pas elle-même dans sa propre relation à long terme. Je soupçonne que cela peut s'appliquer plus ou moins dans votre localité.

Je m'attends stéréotypiquement à ce que ces hommes âgés soient eux-mêmes "heureux" dans leur mariage ou dans une relation à long terme. Si c'est le cas, cela vous donne une certaine influence informelle. En élargissant la réponse du The RealLester , la honte et, dans une certaine mesure, la peur sont vos amis ici.

Nous pouvons sympathiser, juste un peu, avec ces hommes. Ils rêvent d'un rendez-vous illicite avec une jeune femme séduisante, mais ce qu'ils n'envisagent pas, c'est la vengeance potentielle. Vous devez leur rappeler le cauchemar dans lequel leur faiblesse et leur mauvaise conduite sont exposées. C'est déjà assez grave de ressembler à un vieil homme triste ou à un "pervers" pour ceux qui sont au bureau, mais s'ils étaient exposés à leur femme, à leur partenaire et à leur famille, les conséquences seraient probablement plus dures.

Vous n'avez pas besoin de les menacer directement, vous pouvez en fait sembler préoccupé par le bien-être de leur situation personnelle tout en maintenant le moral au plus haut niveau.

Questions comme,

Que pensera votre femme si elle découvre ce que vous me dites ?

Je suis assez jeune pour être votre fille. Comment, votre famille est-elle de toute façon ?

ou plus directement,

Si les gens savaient que vous me draguez, pensez-vous qu'ils comprendraient ?

L'important ici est de ne pas être conspirateur. Précisez que vous êtes complètement ouverte avec votre petit ami, même si vous ne l'êtes pas. Montrez que vous êtes heureuse d'exposer leur comportement, que vous ne gardez pas leur secret mais, en même temps, que vous ne les menacez pas directement. Vous devez soulever le spectre que vous pourriez raconter leurs actes à leurs amis, à leurs épouses et à leurs familles sans remords parce que vous n'avez rien fait de mal. Vous pouvez le faire subtilement, s'ils sont assez intelligents. D'un certain point de vue, vous leur faites déjà une faveur en ne téléphonant pas à leurs femmes en ce moment. La crainte implicite de in flagrante delicto " devrait l'emporter sur le désir d'une liaison indécente.

3
1
2018-07-09 04:28:29 +0000

Répondre à des commentaires inappropriés

"Ton corps est superbe dans cette robe/top/etc."

Dire : "Je suis désolé, mon corps ?"

Agir comme si vous étiez sûr qu'il y a un sens innocent là-dedans, mais vous avez du mal à le comprendre. Regardez-les droit dans les yeux, puis en disant "Je suis désolé", tirez un peu la tête en arrière, presque imperceptiblement, comme si vous étiez stupéfait. Puis, en levant les sourcils et en tournant légèrement la tête sur le côté, dites la deuxième partie. Vous parlez sans défi ni attitude négative, sans avoir le sentiment d'avoir une puce sur l'épaule. Gardez à l'esprit que la situation est votre adversaire, pas la personne. Parlez d'un ton confiant, pas ennuyé, pas fâché, calme, peut-être plus sceptique, interrogateur, perplexe. Quoi que vous obteniez en retour, choisissez un à trois mots dans leur réponse et dites "Je suis désolé, x y z ? Les mots que vous choisissez doivent être des mots qui, une fois prononcés, sont prononcés à voix haute et les personnes sont obligées de penser à ce qu'elles ont dit, ce qui les met dans l'embarras. Essayez de ne pas choisir des mots qui indiquent un grand intérêt pour eux.

Ou dites : "Je suis désolé, comment suis-je censé prendre ça ?" Vous voulez dire : "Veuillez m'expliquer quel sens vous voulez que je donne à ceci." Quoi qu'il dise, continuez à dire : "Je suis désolé, vous me faites un compliment ?" ou peut-être "Je suis désolé, vous me faites un compliment sur mon corps ?".

(Aucune de ces instructions de mouvement n'est dure et rapide. Faites-le à votre façon. Les mouvements de votre corps sont moins pour le convaincre que pour vous convaincre que vous le pensez vraiment. Vos sourcils levés vous aident à ressentir cette légère surprise au lieu de la colère. Et ainsi de suite.)

Vous utilisez une forme d'écoute active qui frise également le méta-modèle. Elle est un peu moins hostile que le méta-modèle flagrant et permet de mieux faire parler la personne, mais elle présente beaucoup d'avantages similaires en la forçant à réfléchir à ce qu'elle vient de dire et en lui donnant l'occasion de réaliser à quel point elle a l'air stupide et offensante.

"Je t'emmènerais dîner et voir un spectacle si je n'avais pas à m'inquiéter que ma femme le découvre"

Dites "Je suis désolé, votre femme", comme si le fait qu'il ait une femme vous intéressait beaucoup (comme cela devrait l'être pour lui, en l'empêchant de vous dire ce genre de choses). Ou bien "Je suis désolé, un dîner et un spectacle ?!?" avec un ton un peu incrédule, comme si vous ne saviez vraiment pas comment il pourrait dire ce qu'il dit.

La femme est une bonne personne. Continuez à creuser sur la femme de la personne. Faites-le parler d'elle. Bientôt, il découvrira qu'il a tellement parlé de sa relation dysfonctionnelle avec sa femme qu'il n'aura plus beaucoup de force pour vous faire croire qu'il est canon.

Stratégies supplémentaires

Vous pouvez également essayer les choses suivantes :

  • "Comment suis-je censé être à l'aise pour travailler ici si vous continuez à dire ces choses ?"

  • "Comment sommes-nous censés avoir une relation professionnelle si vous continuez à dire des choses trop personnelles comme ça ? "

  • "Comment suis-je supposée travailler si tu continues à m'interrompre ?"

  • "Quel genre de relation imagines-tu avec quelqu'un qui n'a que des objectifs professionnels en tête au travail ?"

  • "Tu as fait une offre très tentante pour quelqu'un qui cherche à sortir avec un homme marié plus âgé au travail, mais, comment suis-je supposée répondre positivement alors que j'ai déjà un petit ami de mon âge en dehors du travail ?"

"Quoi qu'il dise, tu ne te fais pas avoir. Vous n'avez pas peur d'avoir tout fichu en l'air. Vous ne répondez à aucune de ses questions. Vous ne vous laissez pas emporter par ses suggestions ou ne vous expliquez pas. Vous ne faites que réfléchir à ses propos, encore et encore. Les questions "Je suis désolé, mais ..." et "Comment / Quoi". Assurez-vous que les questions "comment" et "quoi" sont ouvertes. Ne posez pas de questions dont la réponse peut être "oui", "non" ou "demain".

Aussi, important

S'il se met à parler, laissez-le faire. N'en dites pas plus qu'il n'est nécessaire. Vous dites les 2 ou 3 mots, ou vous dites la variante de "Comment suis-je censé x", puis vous vous taisez et le laissez parler. Ne répondez pas immédiatement aux questions. Regardez-le pour le compte de 5 avant de parler. Faites-le se tortiller en le regardant directement sans qu'il ait la moindre idée de ce que vous pensez. Ses pensées se tourneront vers lui-même et il deviendra très mal à l'aise.

Pourquoi

Votre objectif est soit de faire taire la personne, soit de l'amener à dire quelque chose de si incroyablement exagéré que c'est un harcèlement absolument clair que vous porterez immédiatement devant les RH.

Il pourrait se taire parce qu'il commence à réfléchir à votre situation et à la façon dont vous êtes exactement censé réagir aux commentaires grossiers et inappropriés comme ceux qu'il fait. Il pourrait se taire lorsqu'il se rend compte que vous n'êtes vraiment pas intéressé, que vous avez un esprit, que vous êtes ferme et que vous savez ce que vous voulez, et que vous gérez la situation calmement et tranquillement, et qu'il n'a aucune chance. Il peut se taire parce qu'il est gêné par ayant tant discuté de sa femme avec la personne qu'il essaie de draguer. Il pourrait se taire parce qu'il se rend compte qu'il a franchi une grande ligne et qu'il a peur d'avoir des ennuis.

Practice it

Pratiquez ceci avec un ami jusqu'à ce que vous ayez froid dans le dos. Faites en sorte que l'ami vienne vous harceler, et vous utilisez ces techniques. Si vous avez des difficultés ou si vous pensez que ce n'est pas assez réaliste, demandez à un ami de vous faire une "farce" avec un de ses amis que vous ne connaissez pas, et dans un lieu public sûr, venez vous harceler de l'une de ces manières. Votre ami dit au farceur amical d'essayer de vous faire sortir avec lui, et il doit prétendre être votre collègue de travail. Mais on lui dit d'abandonner si vous faites du bon travail ou après deux minutes (disons). Vous comprenez l'idée - la confiance et le calme que vous apprenez sont les éléments les plus importants. Votre pratique vous permet d'acquérir cette confiance car elle n'est plus nouvelle et menaçante.

Source

Je pense que vous tireriez un grand profit du livre Never Split the Difference : Negotiating as if Your Life Depended on It de Chris Voss, qui m'a fourni la plupart de ces idées. C'est un ancien négociateur d'otages du FBI qui a appris ces stratégies et d'autres qui vous seraient sans doute utiles.

Comme le dit l'auteur dans le livre, un négociateur d'otages doit faire sortir tous les otages vivants, doit payer peu ou pas du tout les demandes de rançon, et doit faire en sorte que le preneur d'otages ait le sentiment que le négociateur est un ami et qu'il l'aime, et se rende. Étant donné que les stratégies pour y parvenir existent et fonctionnent dans la majorité des situations, je suis sûr que vous pouvez imaginer comment le fait d'avoir une ligne directe sur ces techniques et de les utiliser sur vos collègues inappropriés pourrait faire des merveilles.

1

Questions connexes