Les relations interpersonnelles
2018-06-12 08:40:54 +0000 2018-06-12 08:40:54 +0000
42

Comment suggérer à quelqu'un de trouver un hobby sans l'offenser ?

En ce qui concerne le sujet, je vous serais reconnaissant, si possible, de me donner une réponse générale et une réponse plus spécifique concernant la situation suivante :

Ma petite amie souffre d'une dépression cliniquement diagnostiquée (elle consulte un psychiatre et prend des médicaments). De ce fait, elle est souvent de très mauvaise humeur (de nos jours, c'est heureusement moins fréquent). J'essaie toujours de trouver des moyens de l'aider, généralement lorsque nous passons du temps ensemble, elle se sent bien. Mais à l'exception de son temps libre avec moi, elle étudie dur pour obtenir son diplôme universitaire et a un emploi à temps partiel qui sont tous deux très stressants pour elle.

Parfois, quand elle est de mauvaise humeur, elle me dit qu'elle aimerait que je sois à côté d'elle (nous vivons dans des villes différentes et nous ne nous voyons généralement que le week-end), et qu'elle se sent très mal quand elle est seule - quand je l'entends encore et encore, je me sens comme si j'étais entièrement responsable de son bonheur. Je sais évidemment que sa dépression a un impact énorme ici et je me soucie beaucoup d'elle et je veux qu'elle soit heureuse, mais je veux qu'elle soit heureuse non seulement quand je suis avec elle mais aussi quand elle est seule, alors une fois, quand nous étions ensemble, je lui ai suggéré de trouver un passe-temps. Je me suis dit que si elle avait une passion comme l'art ou autre, elle pourrait peut-être oublier sa mauvaise humeur pendant un certain temps. Je lui ai dit quelque chose entre les lignes :

Moi : Tu ne fais que suivre des cours, travailler, et quand tu es à la maison, tu étudies. Avez-vous pensé à vous trouver un passe-temps ?

A cause de mon mauvais choix de mots, elle a pris ça comme si je lui disais qu'elle est ennuyeuse. Je me suis immédiatement corrigé et je lui ai expliqué ce que je voulais dire et elle a dit que c'était bon et qu'elle comprenait ce que je voulais dire.

Avance rapide de quelques semaines, elle était de nouveau de très mauvaise humeur et a dit

Elle : Je sais que vous pensez que je suis ennuyeux et que je n'ai pas de passe-temps

Évidemment, malgré le fait qu'elle m'ait dit que c'était bien, elle l'a pris pour elle et je me suis sentie très mal à ce sujet parce que ce n'était absolument pas ce que je voulais qu'elle pense.

Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour arranger ça ? Je ne pense pas que parler marcherait, mais je me trompe peut-être. De temps en temps, j'essaie de faire de nouvelles choses avec elle en espérant que ça lui plaira (programmation, apprentissage d'une langue étrangère), mais même si ça lui plaît dans un moment, ce n'est rien qu'elle aimerait faire régulièrement. Est-ce que je peux l'encourager à essayer de nouvelles choses par elle-même / à chercher une activité qu'elle aime faire régulièrement (je suis conscient qu'en cas de dépression, ce n'est pas une solution ultime, voire pas du tout)

Et dans un cas plus général, comment pourrais-je dire cela à quelqu'un (pour trouver un hobby), sans insinuer qu'il est ennuyeux ?

Réponses [6]

17
2018-06-12 09:24:11 +0000

Dépression

Je pense que la moitié du problème ici est votre cadrage initial et sa dépression.

Tout ce qui lui sera dit de cette manière avec son état d'esprit actuel sera (selon toute vraisemblance) pris comme une insulte et affirmera les croyances négatives complexes qu'elle a sur elle-même.

Anecdote

Quand j'ai fait une dépression, tout ce qu'on me disait était perçu comme une attaque personnelle (même si c'était bien intentionné). Ce qui a fonctionné pour moi, ce sont les suggestions de choses à faire, les offres d'aide et les personnes qui exprimaient une réelle inquiétude par rapport à ma situation (sans que cela ne soit suivi d'une attaque que je considérerais comme personnelle).

Malheureusement, les vérités percutantes sur mes actions que j'avais VRAIMENT besoin d'accepter tombaient sous la rubrique "attaques personnelles" à l'époque. La dépression est une chose merveilleuse.

Solution

Afin de résoudre votre situation actuelle, je vous suggère de lui parler de vos préoccupations (dépression etc.), de lui demander si vous pouvez l'aider et ensuite comment elle aimerait que vous l'aidiez (mais n'essayez pas de faire quoi que ce soit pour l'instant, laissez d'abord retomber la poussière). Cela pourrait l'aider à atténuer les pensées négatives qu'elle pense que vous avez à son sujet tout en lui montrant que vous vous souciez d'elle et que vous voulez surmonter sa dépression en équipe.

Au bout d'un moment, agissez en fonction de ce dont vous avez discuté, mais assurez-vous de lui faire prendre conscience de vos actions et rappelez-lui que vous en avez discuté ensemble.

Encadrement

Comme beaucoup de problèmes mentaux, la personne doit être prête à le voir comme un problème avant qu'il ne puisse être résolu. Lorsqu'on parle de choses, il faut les formuler de manière plus positive (l'expérience personnelle aide) et, avec un plan d'action, il faut faire croire qu'on n'essaie pas du tout de la blâmer.

i.e.

"J'avais un ami qui souffrait de dépression, ce qu'il disait pour l'aider à surmonter sa solitude était de faire plus de choses pour occuper son temps"

vs

"Tu te plains beaucoup d'être seul, tu as vraiment besoin de faire plus de choses pour occuper ton temps"

L'une semble être une issue utile, l'autre une attaque personnelle.

Ressource

Pas complètement liée mais cette vidéo récemment publiée par Charisma on Command passe en revue la manière d'approcher les personnes toxiques sur le plan du comportement.

Les approches discutées peuvent être appliquées à votre situation avec un peu de modification. https://www.youtube.com/watch?v=agEqp7_BCCA


Loisirs en général

Quant à la façon de suggérer aux gens de s'adonner à des loisirs en général.

Je ne me donne pas la peine de le suggérer directement. Si je pense que quelqu'un gagnerait à s'adonner à un passe-temps, je lui suggère de le faire, de lui proposer de le faire avec lui (jusqu'à ce qu'il soit prêt à se débrouiller seul) ou de lui offrir un cadeau d'anniversaire ou de Noël en rapport avec ce passe-temps pour commencer.

Mais après avoir fait ça, ça devient un peu grossier.

17
8
2018-06-12 15:52:35 +0000

Réponse

Alors, pour énumérer toutes les questions techniques que vous vous posez...

Comment proposer à quelqu'un de trouver un hobby sans le vexer ?

elle l'a pris pour elle et je me suis sentie très mal à ce sujet parce que ce n'était pas du tout ce que je voulais qu'elle pense. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour remédier à cela ?

Est-ce que je peux l'encourager à essayer de nouvelles choses par elle-même / à chercher une activité qu'elle aime faire régulièrement ?

Je crains que la réponse soit "non" ou "vous ne pouvez pas" à tous les coups.

Source : Je vis avec une personne chroniquement déprimée depuis 20 ans ; et j'ai également eu des épisodes (temporaires, non chroniques) de cette maladie.

Addendum

Puisque s'arrêter là rendrait cette réponse terriblement courte et déprimante, laissez-moi ajouter quelques éléments tangentiels...

Mon "cas" dépend aussi très fortement de moi, et j'avais, comme vous, un "complexe d'aide" à l'époque, en essayant de tout arranger. Et bien que je ne puisse pas répondre à votre question, je ressens le besoin de vous avertir très fortement du danger. Tout d'abord, à vous-même, évidemment. En ce moment, vous êtes amoureux (le genre biologique, poussé par les hormones et autres, probablement).

Mais dans 5, 10 ou 15 ans (si vous vous mariez et si des enfants se joignent à vous, par exemple), ce sentiment pourrait bien changer, si vous êtes constamment bombardé par sa dépression. Surtout quand des enfants arrivent, vous constaterez que votre lien avec vos enfants sera très probablement plus fort qu'avec elle ; et si vous deviez protéger vos enfants de sa dépression ? La situation entre vous deux va certainement changer. Je vous encourage donc à regarder très profondément, souvent, pour voir si vous vous voyez changer d'une manière que vous ne souhaitez peut-être pas vous-même.

Deuxièmement, vous ne lui rendez pas service non plus en étant toujours à ses côtés et en résolvant son problème - je crois que vous le comprenez déjà. Il est donc très sage de chercher des moyens de l'aider qui ne nécessitent pas immédiatement votre propre présence.

J'ai aussi eu une phase où j'ai pensé à lui trouver un passe-temps (en fait, même des activités d'une journée ou d'une heure) dans les premiers temps. Une fois, je me suis assis et j'ai écrit près de 100 petites activités différentes qu'elle pouvait faire ("choisissez n'importe laquelle") sur une grande feuille de papier, chacune d'entre elles étant physiquement et logistiquement réalisable. Mauvaise idée de ma part. Elle les a toutes passées en revue et a expliqué en détail pourquoi elle n'en était pas capable.

Ce qui m'a aidé (et, je l'espère, elle aussi), c'est de prendre réellement de la distance avec moi-même, au moins émotionnellement, mais aussi physiquement. Malheureusement, j'ai commencé à le faire assez tard dans notre relation (il y a quelques années), alors que nous vivions déjà ensemble depuis de nombreuses années, et qu'elle était alors totalement dépendante de moi. Depuis lors, je suis moi-même progressivement sorti de son "nuage noir", et elle a dû, de force, être un peu plus autonome. Nous travaillons sur les petites choses, comme pouvoir prendre un train, ou pouvoir téléphoner à des étrangers...

Alors, la réponse :

  • Ne prenez pas ça à la légère. Parler d'avoir des hobbies est terrible pour un dépressif.
  • Prenez ça plus léger. Ce n'est pas parce qu'elle est malheureuse que vous devez l'être aussi. Vous n'écrivez pas encore que vous l'êtes, vous ne faites que le dire.
  • Protégez-vous. Vous n'êtes pas son gardien (ou mieux, ne le soyez pas...).
  • Soutenez-la avec tout ce qui a un sens, évidemment. La faire se sentir mieux en s'asseyant à côté d'elle sur le canapé peut avoir un sens à court terme (bien sûr, continuez à le faire) mais ce n'est pas la solution finale.
  • Peut-être que vous devriez vous faire aider psychologiquement. Trouvez quelqu'un qui s'y connaît, expliquez-lui ce que vous voulez réaliser, discutez de stratégies avec elle.
  • Soyez sûr de savoir comment et quand dire "non", être constamment le "gentil" n'aide pas nécessairement un déprimé non plus...
8
6
2018-06-12 09:12:23 +0000

Bien que la dépression soit un facteur majeur ici, je ne peux pas me défaire du sentiment que votre petite amie vous force à réfléchir et à passer plus de temps avec elle de manière passive-agressive. Même avec vos meilleures intentions, elle interprétera vos paroles à sa façon.

Dépression ou pas, elle doit pouvoir compter sur elle-même avant tout. Que se passerait-il si vous décidiez de rompre ? On dirait que sa vie deviendrait incontrôlable. A-t-elle des amis ou de la famille dans les environs ?

Vous pouvez lancer les activités simples qu'elle peut faire seule et voir si elles donnent des résultats : 1) Proposez-lui un livre que vous lisez en même temps. 2) Inscrivez-la à une salle de sport et discutez des progrès réalisés, même si vous ne faites pas d'exercice. 3) Donnez-lui quelques petites tâches qu'elle peut faire dans la journée, un peu à votre place, pour qu'elle se sente plus importante (faites un gâteau ou du pain avant le week-end ensemble, achetez une marque de café spécifique - soyez très précis sur les instructions, pas seulement générales). 4) Si possible, assistez à une séance avec son thérapeute pour discuter de la manière dont vous pouvez l'aider.

Mais en fin de compte, vous ne pouvez pas tout arranger dans sa vie.

6
4
2018-06-12 09:15:43 +0000

La solution

Je vois que vous avez adopté l'approche consistant à lui présenter de nouvelles activités lors de vos rencontres du week-end (ou du moins c'est ce que j'insinue d'après votre déclaration "De temps en temps, j'essaie de faire de nouvelles choses avec elle en espérant qu'elle aimera ça (programmation, apprentissage d'une langue étrangère), mais même si elle aime ça dans un moment ce n'est rien qu'elle aimerait faire régulièrement."). Continuez, c'est aussi l'approche que j'utilise avec ma petite amie, comme vous pouvez le voir dans la courte anecdote de la section suivante.

Cependant, en plus de lui présenter l'activité, allez plus loin et faites en sorte qu'elle doit continuer à le faire pendant son temps libre. Par exemple, vous lui apprenez un langage de programmation (ou vous l'apprenez avec elle). Si elle a découvert, "hé, je suis vraiment intéressée par l'apprentissage de Python", vous pouvez en faire une leçon de Python occasionnelle avec elle, et à chaque fois que vous la rencontrez, assurez-vous de préparer un sujet à lui enseigner (fonctions, structures de données, classes, etc) et donnez-lui un petit "devoir" à faire à la fin de chaque rencontre. Dites quelque chose comme

Hmm pourquoi ne pas essayer cela au cours de la semaine et vous pourrez me présenter votre solution la semaine prochaine lors de notre rencontre ?

De cette façon, elle est "forcée" de s'occuper de votre mini mission Python pendant son temps libre, ce qui ~~coincidemment~~ est ce que les gens feraient quand ils ont un hobby ! Cependant, comme elle peut être stressée par son travail et/ou ses études, essayez de ne pas sur-engendrer la mission. Restez simple, donnez-lui un sens, mais ajoutez un peu de difficulté pour qu'elle reste intéressée.

Cela fonctionne pour d'autres choses que vous pourriez vouloir faire avec elle également (apprendre une langue étrangère, des travaux manuels, d'autres manigances informatiques, etc)


Anecdote

Depuis que ma petite amie et moi avons obtenu notre diplôme universitaire, J'ai trouvé un emploi à temps partiel (j'attends d'être enrôlé dans l'armée) mais pas ma petite amie (elle attend de commencer ses études), car elle doit accompagner ses proches chez le médecin et pour d'autres questions familiales. Donc, pendant le temps où elle s'ennuie et veut mon attention, je me retrouve dans une situation similaire à la vôtre. J'ai donc décidé de lui donner des cours de Python (elle va travailler comme ingénieur logiciel dans le futur, donc un langage supplémentaire appris lui sera de toute façon bénéfique !) À la fin de chaque leçon, je lui donne un devoir à faire pendant son temps libre, donc de nos jours, je la surveille (par texte) de temps en temps pour voir comment elle progresse. Cela l'aide à se distraire et elle apprend aussi !

4
1
2018-06-13 22:44:50 +0000

Tout d'abord, le fait qu'elle soit déprimée est une montagne qui compromet beaucoup de choses, les problèmes de santé mentale comme la dépression sont auto-destructeurs pour les personnes qui en souffrent, mais je parie que vous savez déjà que ce qui me déconcerte, c'est que le psychiatre/psychologue auquel elle rend visite n'a pas déjà suggéré de se procurer un hobby comme vous l'avez fait, je trouve cela étrange. La santé mentale est encore une question complexe en termes de validité et tout ça, alors je préfère ne pas trop m'attarder sur ce

De plus, je crois que vous avez bien fait votre travail en lui conseillant de se trouver un hobby, mais attention, elle associe votre suggestion à une autre chose, l'anxiété. Maintenant, d'après mon observation lointaine en référence aux nombreuses observations que j'ai faites, sa dépression est peut-être ce qui la maintient au plus bas, mais son anxiété (qu'elle soit diagnostiquée ou non) est ce qui vous maintient piégé en tant qu'individu dans cette relation, parce que non seulement vous vous souciez de lui, mais vous êtes censé vous en soucier, mais elle vous piège encore plus lorsque vous avez un "complexe d'aide". De nombreuses questions se posent, notamment sur l'origine de sa dépression (est-elle liée à un traumatisme, à son poids, etc.), depuis combien de temps elle en souffre et si vous étiez tous les deux bien conscients de sa dépression avant de vous engager avec elle (si c'était connu avant alors vous obtenez clairement ce que vous avez négocié)

Poursuivre est plutôt mal qu'elle ait dû abandonner l'idée d'avoir un hobby sachant que vous n'êtes là que pour de si courtes périodes parce que vous voyez que ce qui se passe vraiment c'est que vous vous retrouvez mêlé à quelque chose de subtilement agressif de sa part, vous avez votre vie, votre famille, vos amis, votre histoire, vos responsabilités, vos factures et ainsi de suite. Ce que je veux dire, c'est qu'au bout du compte, soit vous perdez de vue votre vie d'avant, soit vous vous en rendez compte. Nous sommes tous différents, mais je vous suggère de prendre les mesures nécessaires et de tenir bon si vous vous souciez vraiment de la situation, vous allez devoir vous asseoir et parler de la situation, sinon vous finirez comme infirmière pour elle et vous vous occuperez de vous pendant une seconde, vous serez la raison pour laquelle elle n'est pas indépendante et ne va pas mieux si on rectifie le tir.

Vous dites qu'elle a un travail et une école actifs donc je ne vois pas en quoi vous semblez être le seul humain d'importance majeure, je veux dire que je comprends que vous êtes dans une relation mais ce n'est sain pour aucun d'entre vous avec cette routine que vous avez. Elle n'a aucune excuse pour ne pas avoir de passe-temps avec d'autres personnes parce qu'elle a l'école pour rencontrer d'autres personnes, sinon au travail.

Ce que vous devez faire, c'est vous évaluer et réévaluer votre petite amie pour que vous puissiez tous les deux enfin accepter la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous avez peur qu'elle s'offense, mais en fin de compte, vous ne vous rendez pas service, vous n'êtes pas mariés, vous sortez ensemble, quels que soient vos antécédents. Vous devez prendre une position sérieuse à ce sujet ou trouver un moyen de vous en sortir pour votre bien.

Vous pouvez l'inscrire à une séance de gym avec un entraîneur personnel, l'inscrire à un cours de cuisine ou à un cours d'art (tous ces cours devraient être payants pour l'inciter à se montrer et à participer), lui présenter quelqu'un ou même des personnes qui peuvent faire du jogging avec elle dans les parcs. Heck lui suggère de dîner avec ses collègues de travail et/ou d'école afin de savoir avec quelles personnes l'entourer. Soyez rusé et subtil car Dieu sait combien de fois elle vous a frappé avec la carte "ennuyeux" comme moyen de menacer votre relation et votre état mental à propos de tout cela. Ne vous retenez pas.

En fin de compte, quand tout sera dit et fait, vous pourrez quand il sera temps de donner un amour difficile, de succomber à son atmosphère ou de partir. Bonne chance. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à les poser.

1
1
2018-06-13 21:11:15 +0000

C'est juste une idée, mais savez-vous qu'il y a des choses qui prennent de l'énergie, et des choses qui donnent de l'énergie ?

Votre petite amie étudie (ce qui demande de l'énergie) et travaille (ce qui demande aussi de l'énergie), mais qu'est-ce qui lui donne de l'énergie ?
J'espère que vous lui donnez de l'énergie, et que vous êtes heureux d'avoir cet effet sur elle, mais vous ne pouvez pas lui donner assez d'énergie pour tous ses consommateurs d'énergie.

Alors demandez-lui : qu'est-ce qui lui donnerait de l'énergie supplémentaire, pour qu'elle se sente encore mieux que de simplement attendre votre arrivée ?

1

Questions connexes