Les relations interpersonnelles
2018-06-01 11:36:59 +0000 2018-06-01 11:36:59 +0000
72

Comment empêcher un camarade de classe de m'intimider

Je suis autrichienne, j'ai 17 ans. Après cette année, il me reste une dernière année à l'école.

J'ai un camarade de classe qui ne m'a jamais beaucoup aimé. Depuis Noël de cette année, notre relation s'est encore détériorée.

Il n'arrête pas de m'insulter ou de me crier dessus. Quand je dis quelque chose en classe, il me dit d'arrêter de parler, sur un ton qui est définitivement une insulte. Nous devons faire quelques projets de groupe ensemble et c'est vraiment ennuyeux.

Quelques exemples de ce qu'il fait :

  • Nous faisons un court métrage pour un projet, notre groupe est composé de 7 personnes. Le film parle de suicide et nous avons besoin de deux acteurs pour deux adolescentes, où l'une se suicide à la fin, l'autre va voir un thérapeute. Quand je leur ai dit que je voulais être la fille suicidaire, il a dit que je ne pouvais pas l'être parce que c'est plus émotionnel quand quelqu'un de beau gosse meurt. Il l'a certainement dit sur un ton très insultant.
  • Il m'a dit que je suis laide ou grosse à de nombreuses autres occasions.
  • Quand j'ai demandé des éclaircissements sur un autre sujet, il m'a dit d'arrêter de discuter et de ne plus parler.
  • Il a dit que je suis destructrice, parce que je lui ai demandé pourquoi il m'en voulait autant.
  • Il a invité tout le monde à son 18e anniversaire, sauf moi. Je sais que je ne suis pas un de ses amis, mais comme il a invité tous nos camarades de classe, je sais que c'est quelque chose contre moi. Il n'est pas ami avec tout le monde en classe, il parle à peine avec certains d'entre eux.

  • J'ai essayé de lui parler, ainsi qu'à notre professeur et au conseiller des élèves. Je n'ai rien contre lui, à part les choses mentionnées ci-dessus. Je veux qu'il arrête ça et qu'il me traite comme tous les autres camarades de classe. Il est très impulsif en général et parfois un peu agressif, même envers ses amis. Mais il est encore pire quand il me parle.

Tous les autres camarades de classe sont très ennuyés par nous. Je sais que je peux parfois être un peu agaçant et que je suis aussi un peu difficile, mais cela ne lui donne pas le droit de m'insulter.

Que puis-je faire pour qu'il ne m'intimide plus ?

PS. En fait, je ne sais pas s'il m'intimide, mais c'est ce que mon thérapeute a dit.

Réponses [16]

75
2018-06-01 11:54:27 +0000

C'est définitivement de l'intimidation. Même si vous êtes "un peu ennuyeux et difficile" comme vous le dites, les attaques personnelles telles que vous traiter de gros et de laid sont certainement bien trop loin. C'est ce qui a fonctionné pour moi lorsque j'ai été intimidé, donc vous devriez probablement prendre cela avec un grain de sel et le changer en fonction de ce que vous pensez être la meilleure approche.

Ignore Him

Ne lui donnez en aucun cas plus d'attention que nécessaire. Écoutez-le s'il parle en groupe, mais s'il essaie de vous interrompre au milieu d'une phrase, ne vous arrêtez pas de parler et n'élevez pas la voix pour parler par-dessus lui. Ne lui donnez même pas la satisfaction de le regarder. Plus vous le ferez souvent, plus les gens autour de lui commenceront à se rendre compte à quel point il est vraiment bête. Les brutes de ce genre se nourrissent d'attention et si vous ne lui donnez pas ce qu'il désire, il cessera de vous cibler car cela devient ennuyeux et ne vaut plus la peine.

Pour obtenir des points de style bonus, ou si vous pensez qu'il serait trop difficile de l'ignorer, vous pouvez également utiliser ce que j'aime appeler l'approche de la "caméra cachée". Chaque fois qu'il commence à parler au-dessus de vous ou à vous rabaisser, regardez les gens autour de vous et roulez des yeux. Il suffit de le fixer jusqu'à ce qu'il finisse de fulminer et de continuer à parler une fois qu'il a fini. Puisque vous avez mentionné que les autres camarades de classe sont ennuyés par vos deux, je suppose qu'ils n'aiment pas non plus ses singeries. Si vous pouvez agir comme un parti raisonnable et gagner le reste de la classe en vous comportant comme la personne la plus importante, cela pourrait faire honte à l'intimidateur et l'inciter à reculer parce qu'il a perdu la faveur de la foule.

Cette approche a fonctionné pour moi après environ trois semaines à un mois de simple ignorance de mon intimidateur alors qu'il m'insultait ou me rabaissait en général. Avec le temps, il en a eu assez de ne pas recevoir de réponse et de se faire rire par ses camarades de classe pour avoir réagi de façon excessive.

75
31
2018-06-02 04:36:10 +0000

La plupart des réponses données jusqu'à présent sont des conseils standards de personnes qui n'ont pas été dans la position de la victime. Elles exigent des compétences ou des traits de caractère que vous pouvez ou non avoir.

  • Ignorer / rester calme - c'est facile à dire et beaucoup moins facile à faire contre quelqu'un qui a des années d'expérience pour faire sortir les gens de leur isolement. Si vous êtes assez zen, faites-le, mais la plupart des gens sous-estiment le degré de maîtrise de soi nécessaire. La contre-stratégie de l'intimidateur consiste généralement à essayer plus fort, et s'il voit venir ne serait-ce qu'une petite réaction, il saura que s'il essaie seulement assez fort, il obtiendra une sorte de réaction. J'ai déjà eu des réactions en classe quand j'ai essayé ça. Il y a des choses qu'on ne peut pas ignorer et l'intimidateur le sait. Chaque film montre une scène où la brute bloque une porte ou quelque chose comme ça.

  • Répondre en nature - sérieusement ? Tu es si spirituel, si rapide, si brillant dans les situations et si sarcastique ? Comment avez-vous fini par être intimidé dans ce cas ? Nous savons tous que la spontanéité est ce à quoi vous pensez le lendemain. L'intimidateur a des années d'expérience dans cet art sur vous, parce que c'est ce qu'il fait - trouver quelque chose qui fera rire ses pairs sur le champ. Si vous avez récemment gagné un concours de blagues improvisées, essayez cette approche. Dans tous les cas, vous pouvez essayer parce que vous n'avez pas grand-chose à perdre, mais vos chances sont terribles. Je n'ai jamais essayé cela parce que je suis un penseur lent et profond, pas un penseur rapide.

  • Impliquez les enseignants, les parents, les avocats - si vous avez des preuves claires de ses méfaits et si votre école a une politique anti-brimades à laquelle vous pouvez les tenir, c'est une excellente approche. À mon époque, le harcèlement était appelé "être un gars", et on disait aux victimes de ne pas être des chattes. Aujourd'hui, c'est un meilleur jour à cet égard. Cependant, vous devez avoir au moins quelques exemples qui sont irréfutables. Avez-vous des amis qui pourraient témoigner en votre faveur si le directeur les interrogeait ? Vous dites qu'ils sont agacés par vous deux. Essayez de savoir qui est de votre côté. Soit dit en passant, qui paie votre thérapeute ? Je vis en Autriche mais je ne suis pas Autrichien de naissance, donc je suppose qu'il s'agit de votre Gebietskrankenkasse, mais je n'en suis pas tout à fait sûr. Si vos parents paient, demandez s'ils ont envisagé de poursuivre ses parents pour les frais. J'imagine qu'un paiement de mille euros obligerait ses parents à le faire fermer.

  • Retournez la classe contre lui - de quoi sont faits les films. Je ne le mentionnerais pas (parce que c'est du pur fantasme hollywoodien) sauf pour le commentaire "tout le monde est déjà ennuyé par nous" que vous avez inclus. Si vous pouvez vous mettre dans une position où il est clair pour les spectateurs qu'il est la source de problèmes, les opinions pourraient se retourner contre lui. C'est une petite chance (parce que les brutes sont généralement bonnes dans les nuances sociales) mais c'est un peu différent et plus actif que de simplement ignorer. C'est une sorte d'ignorance délibérée.

  • Confrontation non violente - les brutes sont généralement peu sûres d'elles à l'intérieur et leur comportement extérieur le cache. C'est un peu un pari car cette affirmation est vraie pour 80 ou 90 %, mais il y en a qui sont de véritables connards. Entraînez-vous avec un ami, pas un ami trop proche, un peu distant c'est mieux. S'entraîner à quoi ? A tenir bon, à ne pas céder. C'est l'approche de Gandhi. Ne pas attaquer, ne pas se battre contre la violence physique, mais se relever et revenir. Et encore, et encore et encore. Restez là et regardez-le dans les yeux et ne reculez pas. Les personnes insécurisées ne peuvent pas supporter une confrontation, elles doivent la résoudre, par l'escalade ou l'évitement. Vous voulez démontrer que l'escalade ne fonctionne pas, en ne lui laissant que l'évitement. S'il recule, ne serait-ce qu'une fois, vous avez gagné. En général, il suffit d'une ou peut-être deux fois pour qu'il s'arrête définitivement, parce qu'il a perdu la face. Cela doit se produire en public, avec beaucoup de camarades de classe pour le voir. Vous ne devez offrir qu'une résistance passive. Pour plus de détails, consultez le site Mohandas Karamchand Gandhi .

  • Violence - ça marche. Je l'ai mis à la fin parce que je suis une personne non-violente, mais j'aimerais bien avoir un entraînement aux arts martiaux à l'école. Il ne vous reste qu'une année. Cependant, comme une autre réponse l'a correctement fait remarquer, vous êtes une fille et lui un garçon. Êtes-vous tous les deux européens ? S'il vient d'une culture où il est acceptable de battre les femmes, n'essayez pas cela. Sinon, être frappé au visage par une femme est une perte de visage immédiate et irrémédiable pour un homme. Il ne peut pas riposter et il ne peut pas l'accepter et s'en aller. Il faut que ce soit un coup solide. Entraînez cela. Notez qu'il va instinctivement bloquer, donc frappez-le dans une situation où la main du côté où vous frappez tient quelque chose de lourd (sac ou autre). Il doit être suffisamment fort pour que ceux qui ne le voient pas l'entendent. Il n'y a pas de réponse facile à l'intimidation, sinon ce ne serait pas un tel problème. Il vient d'avoir 18 ans, ce type a un problème hormonal en lui et il n'a pas la connaissance de la manière de la traiter. Le fait que vous puissiez demander conseil sur un site international à 17 ans vous place déjà loin devant lui et à la réunion d'école dans 10 ans vous rirez probablement de son excuse pathétique pour une carrière comparée à la vôtre, mais cela ne vous aide pas aujourd'hui.

Votre meilleure aide est celle d'alliés sous quelque forme que ce soit. Amis, camarades de classe, professeurs, parents - n'importe qui. J'ai remarqué, en réponse à votre question, à quel point votre réflexion est axée sur l'interaction entre vous et lui, mais ce n'est pas du tout la vérité. C'est ainsi que vous, la victime, le voyez. Mais il ne le voit pas de cette façon. De son point de vue, cette interaction est beaucoup plus large et implique ses amis et toute la classe, et vous n'en êtes qu'une petite partie. Vous devez élargir votre perspective et vous faire des alliés également.

Désolé pour la longue réponse, je n'ai pas eu le temps d'en écrire une courte.

31
22
2018-06-01 14:15:30 +0000

Je déteste la violence, mais je suis d'accord pour dire que, parfois, un bon coup dur fonctionne. Je l'ai aussi appris à ma fille et elle est du genre sensible. Une fois, dans la maison, une autre fille était en train de la frapper physiquement (en la frappant et en la poussant) et elle lui a donné un coup dans le dos. L'expression de choc sur le visage des filles, qui disaient qu'elle allait se défendre, était claire et drôle et elle a joué gentiment après cela.

Si vous pensez que c'est différent à 18 ou 40 ans, je ne le pense pas. Je fais encore face à ces enfantillages à 40 ans au travail avec au moins un type. Parfois, je dois me lever et me battre (avec des mots) parce que la direction ou les RH se contentent de dire "là, là, ça va aller" et essaient d'apaiser la situation alors qu'un tyran profite de la passivité de la majorité. Je vous assure cependant que ces personnes sont faibles ; elles ont juste trouvé un moyen de le cacher.

Dans votre situation, vous étant une fille contre un garçon, cela pourrait se retourner contre vous ou cela pourrait jouer en votre faveur s'il n'est pas du genre à frapper une fille. S'il riposte, vous pourriez découvrir que l'ecchymose vaut bien l'enfer qui lui tombe dessus, car dans la plupart des sociétés, c'est un grand NON-NON, quelles que soient les circonstances. Veillez simplement à le faire avec beaucoup de témoins. Va-t-il continuer à se venger avec des mots...yep.

Tout cela dit, voilà mon meilleur conseil. Ma fille a décidé toute seule, après l'incident de la maison en état de choc, qu'elle ne voulait plus répondre physiquement (c'est bien pour elle), mais elle suit des cours d'autodéfense et ça marche très bien pour sa confiance. Elle peut répondre avec force à l'intimidation par des mots, sachant que si elle est passée au physique, elle peut se débrouiller seule. Cela a changé son état d'esprit, qui est devenu une source de force. Cela pourrait également vous être utile.

22
14
2018-06-01 14:56:52 +0000

J'ai trouvé ce type il y a quelque temps et sa solution est très facile et amusante à regarder. Le principe :

"Les brutes brisent pour la réaction, pour vous rendre fou ou pour vous faire pleurer. Si tu leur enlèves la réaction et que tu restes calme, ne leur donne pas ce qu'ils veulent, et que tu es gentil à 100%, je te le dis, c'est très difficile pour eux de continuer à se moquer de toi"

De cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=rBWL8iI6KbI Un autre clip avec le même type/principe : https://www.youtube.com/watch?v=7oKjW1OIjuw

Dans les clips, ils mettent en scène une discussion de tyrans. Au premier tour, il répond, comme la plupart des gens, par un "non, tais-toi, je ne suis pas stupide", etc. Au deuxième tour, il met en œuvre sa technique. Quand quelqu'un dit "tu sens", il répond par "oh vraiment ? merci de me le faire savoir, je vais faire quelque chose", et à un "tu es stupide", il répond par "Oh ? je pense que tu ne l'es pas, et [autre chose de positif]". Cela les désarme complètement.

14
7
2018-06-02 05:36:53 +0000

L'enseignant est la personne qui fait autorité dans la classe. C'est elle qui doit gérer la situation, pas vous. Si ce n'est pas le cas, elle ne fait pas son travail.

L'enseignant ne doit pas tolérer que vous ou quelqu'un d'autre soyez interrompu, coupé, raillé, ridiculisé ou rabaissé lorsqu'il répond ou pose une question en classe. Elle ne doit pas non plus tolérer tout autre comportement perturbateur qui vous affecte, vous ou le reste de la classe.

Comme l'enseignante ne veut pas ou ne peut pas exercer son autorité pour régler la situation, vous devez porter le problème à l'attention de vos parents et de ses supérieurs.

À mon avis, vous devez être calme, objectif et souligner un EFFET QUANTIFIABLE de l'intimidation, à savoir qu'elle affecte votre éducation et votre capacité à apprendre (et apparemment celle de tout le monde aussi). Si vous dites : "Il est méchant avec moi", vos inquiétudes seront probablement rejetées (même si c'est certainement le cas). Si vous soulignez que votre ÉDUCATION et celle de tous les autres élèves de la classe sont affectées par le comportement de l'intimidateur, alors les adultes en prendront note car c'est, je pense et j'espère, important pour eux.

Mais pour faire valoir ce point de vue, vous devez vous assurer que vous ne contribuez pas à la situation. Cela signifie - comme d'autres l'ont déjà dit - que vous devez rester calme et ne pas vous engager ou répondre à ses railleries. Si vous répondez à une question en classe et qu'il vous interrompt, arrêtez. Attendez qu'il ait fini de parler, puis reprenez calmement là où vous vous êtes arrêté. S'il vous interrompt à nouveau, recommencez le processus. Lorsqu'il s'arrête, vous reprenez, en disant peut-être : "Je continue là où je me suis arrêté..." ou "Comme je disais...". Si le professeur vous accuse d'avoir causé la perturbation, indiquez simplement que vous essayez juste de poser/répondre à une/une question, rien de plus.

Donc, d'abord, expliquez cette situation à vos parents. Puis, avec eux, portez ce problème aux administrateurs de l'école. À tous les deux, soulignez que votre ÉDUCATION est affectée et que le comportement de l'intimidateur perturbe toute la classe et que l'enseignant ne s'occupe pas du problème. C'est un effet quantifiable de son intimidation que les adultes devraient être très préoccupés par les adultes.

Ce qui devrait se passer est : L'enseignant doit dire au harceleur que son comportement est inacceptable et qu'il ne sera pas toléré. S'il continue, l'enseignant doit le faire sortir de la classe. S'il continue, ses parents doivent en être informés. Si cela continue, il pourrait se voir infliger ce que nous appelons aux États-Unis la détention, ou si vous étiez tous les deux ici aux États-Unis, (je ne sais pas comment les choses fonctionnent là-bas), il pourrait être expulsé pour une période de temps (non autorisé à aller à l'école), ou même de façon permanente.

Puisque l'enseignante ne prend pas ces mesures, les administrateurs de l'école doivent insister pour qu'elle le fasse. Vos parents doivent contacter les administrateurs et insister pour qu'ils s'occupent de la situation. Si cela ne fonctionne pas, alors ce qu'un parent ferait ici aux États-Unis est de demander à son avocat d'intervenir et d'envoyer aux administrateurs de l'école une lettre leur rappelant leurs responsabilités en vertu de la loi.

Je ne sais pas comment cela fonctionne en Autriche, et si votre école est publique ou privée, mais d'une manière ou d'une autre, vos parents paient l'école pour votre éducation, soit indirectement par le biais des impôts, soit directement s'il s'agit d'une école privée. En ne s'occupant pas de la situation, l'école vous prive, vous et vos parents, de votre droit à l'éducation que vos parents ont payée.

C'est inacceptable. Les administrateurs de l'école DEVRAIENT être attentifs à vos préoccupations, mais si ce n'est pas le cas, vos parents doivent faire pression sur eux jusqu'à ce qu'ils prennent des mesures pour remédier à la situation.

Il faut faire comprendre à l'intimidateur que son comportement aura des conséquences de plus en plus graves qui s'aggraveront jusqu'à ce qu'il cesse de faire ce qu'il fait. Et, comme quelqu'un d'autre l'a dit, s'il vous menace ou s'il se montre physique, alors la police doit être impliquée.

7
6
2018-06-01 17:15:44 +0000

Le conseil commun contre l'intimidation est de l'ignorer. Malheureusement, ignorer les intimidateurs peut et va souvent conduire à une dynamique de groupe où vous devenez le punching-ball désigné. Si l'intimidateur reçoit une réponse positive du groupe plutôt que de vous, il a obtenu ce qu'il voulait, et peu importe que vous l'ayez "ignoré". Dans le pire des cas, tout ce que vous avez fait, c'est de multiplier le nombre de brutes auxquelles vous devez faire face.

Ce que vous devez apprendre, c'est à ignorer la partie insultante et blessante de leur action afin de pouvoir réagir calmement. Ne vous énervez pas simplement parce qu'un âne se comporte comme un âne - c'est ce que fait un âne, c'est ce qui en fait un âne. Mais vous devez quand même réagir aux actions de l'intimidateur afin de le faire cesser.

La clé de vos réactions est qu'il faut que le groupe soit de votre côté. Si vous avez déjà le groupe de votre côté, c'est bien de l'ignorer et de laisser quelqu'un d'autre réagir. Malheureusement, les choses sont rarement aussi simples, sinon vous n'auriez probablement pas demandé conseil. Vous devrez répondre vous-même.

Il y a plusieurs façons de le faire, et il ne semble pas y avoir de moyen qui garantisse le succès. Quelques moyens qui peuvent fonctionner :

  • Autodépréciation et compliments (+ sarcasme voilé). Par exemple, lorsqu'il insulte votre apparence "tout le monde ne peut pas être aussi beau que vous". Lisez la réponse de martijn et regardez ses vidéos liées.
  • Insulte standardisée, et évitez toute sorte de débat ou de match de cris. Par exemple, ne le regardez pas, continuez comme s'il n'avait rien dit, mais donnez-lui le doigt.
  • Remarquez le manque d'originalité de ses insultes. Par exemple : "On a déjà entendu ça, ça devient ennuyeux".
  • Retournez l'insulte. Par exemple : "Après : "Quand je leur ai dit que je voulais être la fille du suicide, il a dit que je ne pouvais pas l'être parce que c'est plus émotionnel quand quelqu'un de beau gosse meurt." vous pouvez répondre "Donc vous n'êtes pas volontaire, on a compris ça."
  • Une réaction physique. En tant que femme contre homme, une gifle au visage est souvent une réaction socialement acceptée à une insulte, et l'homme sera souvent considéré comme l'agresseur s'il décide de riposter. Si vous décidez de suivre cette voie, prenez d'abord des cours de self-défense.

Ne mélangez pas les différentes approches. Essayez-en une pendant quelques jours, pour voir si elle fonctionne. Si elle fonctionne, continuez, sinon essayez la suivante.

6
5
2018-06-01 17:36:34 +0000

Je ne vois pas de réponse à la partie du problème concernant le personnel de l'école, alors voici mon point de vue :

Si un professeur ne vous laisse pas changer de groupe pour mener à bien le projet où vous pouvez travailler comme une personne normale sans vous attendre à être intimidé par vos camarades de groupe, en raisonnant que "c'est comme ça que le monde réel fonctionne, vous devez juste faire face aux intimidations", ce n'est pas vrai. Dans le monde réel, il y a le département des ressources humaines, les lois sur le harcèlement des adultes et la possibilité de changer d'emploi. Si l'enseignant n'est pas d'accord et ne fait rien, il existe aussi une option très concrète qui consiste à s'adresser à son supérieur (celui qui se trouve en haut de la chaîne dans l'école). Et si cela ne fonctionne pas, il y a toujours le ministère de l'éducation à qui vous pouvez écrire des lettres ou parler à ses représentants publics pour leur expliquer comment votre école ignore de sérieux problèmes. Il peut y avoir dans votre pays divers groupes influents, comme les associations de parents d'élèves, qui ne sont peut-être pas aussi fortement affiliés aux branches gouvernementales, alors vous pouvez tenter votre chance là-bas, si la situation devient vraiment incontrôlable. Enfin, en cas d'abus graves et de menaces de dommages physiques, il y a toujours la police.

5
4
2018-06-01 14:33:18 +0000

En tant que personne ayant subi des brimades pendant plusieurs années à l'école, je peux suggérer deux lignes d'action.

La première, ignorer les brimades, a été explorée par TheRealLester's answer , je ne vais donc pas répéter leurs conseils.

J'aimerais ajouter une autre alternative moins violente que les alternatives actuellement proposées : apprendre à répondre en nature.

Ce n'est pas facile, il faut de la pratique et le plus souvent vous remarquerez que la phrase que vous avez si bien construite dans votre tête ne sortira pas comme vous l'aviez prévu, mais malgré cela elle a ses avantages.

La tactique de "l'ignorance" pourrait échouer, le tyran pourrait vous voir comme une cible facile qui ne se défendra pas, le poussant à vous tyranniser davantage. Si c'est le cas, et si vous pensez que la tactique de l'"ignorer" ne fonctionne pas (notez que pour avoir un effet perceptible, il faut généralement un certain temps), vous pouvez essayer de répondre de la même manière

Exemples :

  • Il m'a dit que je suis moche ou gros à de nombreuses autres occasions.

lui demander s'il est envieux (en laissant entendre qu'il est pire que vous). Il ne s'attend pas à cela et le déstabilisera. Pendant qu'il essaie de trouver une réponse, désengagez-le complètement si possible.

  • Il a invité tout le monde à son 18ème anniversaire sauf moi. Dans une situation similaire, je me suis présenté à la fête, j'ai appelé le nom du tyran et après sa réponse, je lui ai fait un doigt d'honneur et j'ai continué ma journée [note : je savais que je n'aurais plus vu aucun d'entre eux, mais ils ne l'ont pas fait, on peut s'interroger sur l'efficacité de cette méthode]

Quelque chose sur lequel on peut toujours compter : ces gens ne sont pas dans votre vie pour toujours, profitez-en pour apprendre quelques tactiques et gagner un peu de confiance en vous (répondre avec esprit en demande un peu). Sinon, concentrez-vous sur le fait que dans un an, vous perdrez probablement tout contact avec ce harceleur.

4
4
2018-06-01 23:03:51 +0000

Tout d'abord, cela ressemble à du harcèlement dont je prends une définition de psychologie aujourd'hui .

Le harcèlement = comportement intentionnellement agressif, répété dans le temps, qui implique un déséquilibre de pouvoir.

J'ai été victime d'intimidation pendant plusieurs années, bien qu'à l'école primaire, et apprendre à y faire face - par moi-même - a, avec le recul, grandement affecté ma vie et ma santé mentale et non de manière positive.

Il était facile d'être grossier ou méchant avec moi, j'étais différent, physiquement faible (le plus jeune de la classe) et trop intelligent et avide d'apprendre. Le simple fait d'être méchant s'est transformé en intimidation parce que cela m'a manifestement affecté, je me suis mis en colère ou j'ai pleuré. C'était amusant, ceux qui me brutalisaient avaient un pouvoir sur moi, ils pouvaient contrôler mes émotions.

Le harcèlement n'a cessé qu'après un certain temps, lorsque j'ai pu montrer que leurs paroles et leurs menaces ne m'affectaient plus et même alors, certaines ont continué à un rythme beaucoup plus lent, mais j'ai pu faire abstraction de cela. Mais j'ai réussi à ne pas m'en mêler. Cela a cessé d'être amusant et les intimidateurs n'ont plus eu aucun avantage. J'étais encore souvent exclu.

Maintenant, vous avez de la chance car il n'y a qu'un seul tyran. Il y a quelques raisons possibles pour qu'il vous manifeste ce comportement :

  • il cherche à dissimuler ses propres faiblesses en se faisant passer pour plus fort aux yeux du reste du groupe en vous rabaissant
  • il a des problèmes de contrôle de l'agressivité (il n'a pas vraiment l'intention de vous faire du mal) que vous renforcez involontairement. L'agression a un résultat net positif pour lui, de sorte que la prochaine fois, il sera encore moins inhibé
  • si vous n'êtes pas la seule victime d'un comportement méchant de sa part, alors le trouble de la conduite est une option possible

Quoi qu'il en soit, la clé pour y mettre fin, ce que vous pouvez gérer personnellement, est de montrer que cela ne vous affecte pas.

** Gardez votre sang-froid et gardez votre calme.**

Prenez une grande respiration et comptez jusqu'à 10. Cela vous permet d'utiliser un meilleur jugement pour formuler une réponse que vous ne regretterez pas plus tard. Si une réponse est nécessaire,

** Gardez vos distances et dépensez votre énergie avec sagesse**

Pensez à ce qui est important pour vous et dépensez votre énergie dans les choses qui vous importent au lieu de vous disputer avec quelqu'un que vous n'aimez pas. Notez que cela s'applique aussi au niveau non verbal, ne vous penchez pas ou ne vous déplacez pas vers lui mais ne vous éloignez pas non plus.

Dépersonnalisez

Ne le prenez pas personnellement. Ce qu'il dit et fait est une projection de sa propre réalité et en aucun cas de votre réalité ou de la réalité observable. Si vous pouvez le supporter, réfléchissez un instant aux motivations qui se cachent derrière cet affichage agressif en utilisant la construction "Il ne doit pas être facile de ...". Notez que cela n'excuse pas l'agression mais que même la tentative d'empathie avec le tyran permet de la mettre plus facilement de côté.

Affirmez vos droits

Vous avez le droit d'être traité avec respect, d'exprimer vos opinions, de dire non et d'être heureux. Il est plus que correct de dire calmement et avec confiance "J'ai le droit de demander des éclaircissements si je le veux et vous n'avez pas le droit de me faire taire". Mais s'il vous plaît, ne dites pas cela sur un ton de colère, dites-le de manière concrète, calme et posée. Ne faites pas valoir vos droits à chaque fois, dépensez votre énergie à bon escient.

Mettez-les sous les feux des projecteurs et revendiquez votre pouvoir

Pour ce faire, posez-leur une question constructive et approfondie, pouvant impliquer une conséquence pour eux, telle que "Si vous me traitez avec irrespect, je ne vous parlerai plus. C'est ce que vous voulez" ou "Pourquoi pensez-vous que c'est plus attirant émotionnellement si quelqu'un de beau gosse meurt ?"

Ayez confiance en vous

Tenez-vous droit, ne détournez pas le regard (à moins que vous n'ayez décidé d'ignorer ses derniers faux-pas), soyez fier de vous et de ce que vous avez accompli et pouvez accomplir. On dit que certains entraînements aux arts martiaux peuvent améliorer à la fois la posture, la maîtrise de soi et la confiance en soi.

4
3
2018-06-01 15:46:39 +0000

Cela ressemble à un jeu de pouvoir.

Le gars aime avoir un punching-ball émotionnel et cela va bien au-delà de la simple intimidation.

Mon conseil ? Franchement, j'éviterais et je me déroberais. Tu ne veux pas de cette personne dans ta vie. Ce n'est pas une situation où c'est tout à fait possible cependant, tu es dans un environnement scolaire confiné et on te force à te regrouper. Donc, vous avez essentiellement cinq voies que je peux voir.

  1. Changer d'école - C'est assez extrême, et au cours de vos dernières années d'école, il peut être assez difficile de changer d'école avec vos parents, mais ça va marcher. Vous ne le reverrez probablement jamais ou n'en entendrez parler.
  2. Rassemblez des preuves - Prenez des notes, apportez un magnétophone pour enregistrer la classe et lorsque vous avez un comportement cohérent qui vous inspire confiance (peut-être une semaine ou deux de notes et un enregistrement audio réel de la violence), prenez-en le plus possible. Parlez à votre directeur d'école et/ou à votre directeur de l'année. Ne lâchez pas prise tant qu'ils n'ont pas fait quelque chose d'efficace. Il ne s'agit pas d'une simple bêtise, mais d'un schéma de violence verbale et émotionnelle et il doit s'arrêter
  3. Tactiques d'évitement - Soyez de l'autre côté des salles de classe, évitez physiquement de vous approcher de lui lorsque c'est possible, ne communiquez pas, ne travaillez pas avec lui (faites des histoires si les professeurs essaient de vous faire travailler ensemble sur quelque chose). Ignorez tout ce qu'il fait ou dit pour essayer de vous atteindre.
  4. Appelez-le en public - Toutes les tactiques que je vous propose consistent à lui retirer son pouvoir sur vous. C'est tout ce dont vous avez vraiment besoin, alors tenez-lui tête. "craquez" contre lui. Vous en avez assez, pour qui se prend-il ? ! Mets-toi en colère, hurle-lui dessus, dis-lui de manger de la merde et de mourir. Tu détestes son visage, tu détestes son attitude de merde, tu le détestes. Il est pitoyable et petit et ne sera jamais rien. Fais en sorte qu'il y ait une foule. Faites-le en classe pour un maximum d'effet. Je vous garantis que les enseignants y prêteront une grande attention. Préparez-vous à l'avance, les notes et les enregistrements de l'option 2 par exemple seraient idéaux pour être prêts à ce stade. Plus important encore, gardez le contrôle de la conversation, vous voulez transformer votre punition pour "avoir perturbé la classe" en "faire virer ce connard". Si vous perdez ce contrôle, la situation va s'envenimer et vous ne pourrez rien espérer d'utile.
  5. L'option nucléaire - Frappez-le. Le connard l'a bien cherché. Tout le monde autour de vous le sait, les professeurs sont peut-être inefficaces mais on leur a déjà dit et ils n'ont rien fait. Si vous êtes puni, c'est quoi ? Quelques heures de votre temps ? Des privilèges révoqués ? L'expulsion est peu probable. Il comprendra le message à la dure et s'il n'arrête pas, il faudra peut-être encore quelques tentatives. Le défaut majeur est qu'il peut décider de voir jusqu'où il peut vous narguer pendant le cours afin de vous faire perdre votre self-control, après tout, c'est vous qui êtes violent, il ne fait que parler...

L'option 2 est votre meilleure option à mon avis. Elle utilise des preuves, exploite le système à votre avantage, et tout le monde saura quel connard colossal est ce type parce que vous pouvez le prouver en cliquant sur un bouton. Elle ne vous causera pas non plus d'ennuis car la présence d'un magnétophone sur votre bureau ne sera pas inattendue, de nombreux étudiants l'utilisent comme alternative à la rédaction de notes, pouvant ainsi se référer aux paroles exactes de leur professeur en dehors des cours. Vous pouvez demander à votre professeur si vous êtes d'accord pour enregistrer ses leçons, certains ne le voudront peut-être pas. En fait, à mi-parcours, le magnétophone lui-même peut avoir un effet dissuasif, votre camarade de classe peut devenir plus prudent s'il se rend compte que ses mots sont enregistrés. Vous pouvez insister sur ce point si vous le souhaitez en lui faisant écouter ses paroles, mais vous pouvez aussi faire des copies de sauvegarde des enregistrements au cas où il prendrait des mesures pour les détruire.

3
2
2018-06-02 05:27:50 +0000

Il existe de nombreuses réponses psychologiques à cette question, mais ce n'est pas le cas.

Considérez que c'est un phénomène extrapersonnel, plutôt qu'un phénomène interpersonnel. Les écoles et les attentes familiales exercent une grande pression sur les jeunes en les classant individuellement selon des normes arbitraires (diverses courbes en cloche), et on s'attend injustement à ce que beaucoup d'entre eux dépassent ces normes arbitraires, tandis que leurs talents réels sont dévalorisés ou ne sont pas reconnus par les adultes. Pour plaire à ces adultes peu appréciateurs et ambitieux, certains enfants malheureux qui ne peuvent pas obtenir ces notes arbitraires ont recours à la tricherie, parfois en trichant lors des examens, mais plus souvent en s'associant et en complotant contre la personne apparemment la plus faible de celui qui les précède ou de celui qui les devance. Le tyran n'est pas l'un de ces alliés, mais plutôt leur instrument, il ou elle est généralement plus à gauche de certaines courbes en cloche, et il ou elle est si peu apprécié que même la simple tolérance sociale lui donne l'impression d'être un rayon de soleil, et que les enfants de connivence le tolèrent volontiers et l'emploient donc indirectement, et il évolue donc en leur amuseur calleux dont le truc est de prendre les enfants les plus faibles juste devant eux. C'est un symptôme tertiaire du problème secondaire plus important de ces malheureux du milieu, sous la pression d'adultes sévères et ambitieux, et principalement des systèmes (_c'est-à-dire des écoles comme zones de guerre sociale) qu'ils aiment trop.

Si tout cela est correct, alors arrêter ce camarade de classe intimidant à lui seul inciterait probablement les enfants collusoires à faire renaître un nouveau amuseur (il n'y en a généralement pas qu'un seul), comme le whack-a-mole, ou peut-être à les opposer à un ennemi plus faible. Quant à savoir ce qu'il faut faire, la réponse de skout exige un estomac très solide, mais n'est pas mal du tout, ce qui conseille de complimenter votre brute, sur la théorie qu'une brute est une esclave du respect et doit vraiment en avoir besoin. Les pompiers utilisent l'eau pour combattre le feu...

Notez également que les enjeux ne sont pas seulement personnels. Si les meilleurs élèves sont collectivement retirés du jeu, les professions seront composées des pires élèves. Un jour, l'un d'entre eux pourrait faire un dentiste maladroit.

2
1
2018-11-05 08:35:37 +0000

Dans l'un de vos commentaires, vous avez déclaré :

Peut-être que c'est finalement de ma faute ou qu'il est de si mauvaise humeur

Ce n'est pas le cas!

Vous devez vous rappeler que votre vie vous concerne, vous ne jouez pas un acteur de fond ou une fille tranquille dans un coin. Il n'est pas de votre responsabilité de vous soucier d'un idiot ou d'essayer de l'améliorer.

Il s'agit de vous et vous n'avez pas besoin d'être aimé de tout le monde pour avoir de la valeur. Si tu peux gâcher sa récompense en te brutalisant ( rires des autres, sentiment de pouvoir, quel qu'il soit), cela cessera, puisque tu ne joues plus le rôle de perdant.

Un tyran s'en prend au maillon le plus faible, tu dois identifier ce qui fait de toi une "victime", afin que tu saches ce qu'il obtient en te brutalisant. Tu perds ton sang-froid ? tu te mets à pleurer ? à crier ?

=> essaie d'avoir froid, tu n'as probablement pas le courage de répondre par un sarcasme spirituel, et alors ?

=> quand il te traite de moche, selon ta maîtrise de toi, tu peux dire "de toute façon comme je parlais de... et continuez, il n'en tire rien ou vous dites " _au moins mes parents m'aiment " ce qui, dans le meilleur des cas, fait rire les autres.

Ruin le plaisir qu'il en tire.

Voici déjà de belles réponses, mais cela dépend vraiment de votre personnalité si vous pouvez " juste l'ignorer " ou " le frapper " ( ce qui pourrait finir à l'hôpital, car la plupart des gens auront trop peur de vous aider). Montre que tu te débrouilles bien, peu importe les efforts qu'il fait pour te déprimer, tu as une vie meilleure, l'université ou un travail que tu aimes juste devant toi, alors qu'il te servira probablement des frites dans quelques années.

TL;DR

  • Identifie pourquoi il t'intimide et pas quelqu'un d'autre
  • trouve un moyen adapté à ta personnalité pour l'empêcher de s'amuser dans tes discussions
  • souviens-toi qu'il est un sitenode dans ta vie, tu peux même prendre un polaroid de lui et dire que c'est pour ton album de fin d'année.
  • peu importe ce que quelqu'un pense de toi ou comment tu te vois dans le miroir, ce sont tes actions sur lesquelles tu dois te concentrer. si tu es fier de tes décisions et de tes choix, tout est parfait :)

Bonne chance

1
1
2018-06-01 21:01:35 +0000

Alors voilà : dans un an, vous aurez obtenu votre diplôme, vous irez dans différentes universités (peut-être), ou au moins il y aura tellement de monde dans votre université que vous ne vous rencontrerez probablement plus jamais. Souriez et supportez pendant un an, puis vous êtes libre chez vous !

Mais ce conseil n'est pas particulièrement utile dans la situation actuelle. Voici mon point de vue, en tant que personne qui a été victime d'intimidation pendant la plus grande partie de ma vie également (ma solution était de changer d'école, mais c'était quand j'avais 12 ans, loin d'être diplômée, et non 17) :

1) Comme d'autres l'ont dit, ne vous engagez pas. Ne lui faites même pas un doigt ou quoi que ce soit d'autre, ignorez le complètement. Si vous avez assigné des places en classe, demandez à votre professeur d'échanger sa place avec celle d'une autre personne pour qu'elle soit loin de lui ; la plupart des professeurs ne devraient pas avoir de problème avec cela, parce que ses pitreries ont un impact sur votre capacité d'apprentissage, et c'est le travail de votre professeur avant tout, d'enseigner.

2) Les professeurs et le personnel scolaire, dans l'ensemble, du moins au Canada d'où je viens, sont très mauvais pour gérer ce genre de situations. Cela ne vaut pas vraiment la peine de leur parler, il ne se passera rien, et vous serez encore plus frustré parce que vous aurez l'impression que le professeur est de son côté.

3) Si vous êtes sur un projet de groupe avec lui, vous avez une décision à prendre : Soit vous le supportez, soit vous le fermez. Pour être honnête, si votre groupe est composé de plus de deux personnes, je le ferais savoir : "Je ne peux pas travailler de manière productive avec ses bouffonneries". Votre groupe a alors deux choix : Soit il vous aide à travailler ensemble de manière productive, soit il prend son parti ; dans ce dernier cas, vous ne contribuez rien et vous vous contentez de vous contenter du travail de vos coéquipiers. Il est peu probable qu'ils se torpillent pour vous faire perdre, donc vous obtenez des points gratuits pour ne rien faire. Dans ce cas, ils se plaindront auprès du professeur que vous ne travaillez pas et vous pourrez peut-être changer de groupe, ce qui est bénéfique pour tous. Mais sachez que cela risque de faire en sorte que toute la classe vous déteste. Pour cela, voir ci-dessus.

4) En ce qui concerne la fête d'anniversaire, vouliez-vous vraiment aller de toute façon à une fête célébrant quelqu'un que vous n'aimez pas ? J'ai vécu une situation similaire lorsque j'étais à l'école, où toute ma classe a été invitée à une fête et pas moi, et j'ai réalisé que je ne pouvais franchement pas m'en soucier, parce que je ne voulais pas aller à la fête de toute façon.

Voici cependant une question qui pourrait éclairer la situation : Il semble qu'il vous vise spécifiquement pour une raison quelconque. Quand j'étais à l'école, on savait juste que j'étais le punching-ball de la classe, alors tout le monde m'intimidait et c'est "comme ça". Dans votre cas, cependant, on dirait que ce n'est que ce type. Il pourrait y avoir une raison particulière pour laquelle ce type en particulier t'intimiderait, en particulier ? Peut-être que tu devrais le mettre de côté un jour (sans public si possible) et essayer de régler le problème.

1
0
2018-08-31 00:28:53 +0000

Vous qui avez été victime d'une intimidation personnelle similaire et qui avez essayé toutes les méthodes habituellement proposées sans succès, avez-vous envisagé de lui refuser l'acceptation sociale ?

Très simplement, vous existez tous les deux dans un environnement social plus large dans lequel personne ne souhaite se sentir aliéné, si vous demandez aux personnes de votre classe de dénigrer son comportement abusif en tant que dickish, ou tactless (c'est-à-dire que vous ne semblez pas vous défendre, par opposition à le trouver simplement vulgaire et méchant), vous pouvez donner l'impression que la classe le rejettera s'il continue. Les humains, ayant une peur innée de l'aliénation, auront tendance à réagir à cela.

Cette méthodologie anti-brimades qui consiste à favoriser une atmosphère d'intolérance au comportement antisocial fait l'objet de recherches dans le cadre d'une des plus récentes campagnes anti-brimades. Dans les écoles, on a tendance à essayer de faire passer cela pour "cool", mais cela a tendance à passer pour "crintillant", mais lorsqu'il est bien mis en œuvre, cela semble être efficace. Et surtout, il semble que cela puisse être fait par une seule personne pour réagir à des cas spécifiques d'intimidation.

Dans le cas où il vous dit d'arrêter de parler si vous interagissez en classe, ce que vous voulez, c'est avoir un ami avec vous qui comprend ce que vous voulez, lui répondre directement, essentiellement en le traitant de connard, lui demander de faire court et de parler franchement, vous n'essayez pas de faire du tapage. Dans le cas de quelque chose qui ressemble plus à l'insulte de caractère suicidaire, en supposant que cela puisse se reproduire, essayez d'avoir un autre "allié" autour de vous qui soit prêt à dire au groupe ce qu'il vient d'insinuer, sur le ton de who says that about someone?, ou This guy just tried to call her too ugly to commit suicide, quelque chose de légèrement exagéré pour faire comprendre ce que vous ressentiriez si on vous le disait. Votre réaction personnelle, alors que d'autres le font, devrait être du même ordre que celle de I know, right? What the f*ck?, c'est-à-dire qu'il devrait être d'accord et essayer de montrer quelque chose comme un mélange de dégoût et d'agacement, sans vraiment reconnaître homme de trop. Tout cela nécessite de trouver un allié prêt à jouer le rôle d'un acteur pour vous, mais si cela fonctionne, il faut faire comprendre à la classe que votre brute manque de tact et de courage alors que vous ne faites que le supporter, et que la pression sociale ralentira ou arrêtera probablement son comportement.

0
-1
2018-06-01 20:12:10 +0000

Regardez-vous, qui pensez-vous être ? Que pensez-vous de vous-même ? Quelle valeur pensez-vous avoir ? C'est la question que je vous pose. Je ne peux pas savoir qui vous êtes et par extension, je ne peux pas connaître votre valeur, n'est-ce pas ? Eh bien, ce ne serait le cas que si notre valeur était déterminée par ce que nous avons fait, mais ce n'est pas le cas. Vous êtes humain, vous avez une valeur inhérente, en fait vous avez une valeur infinie, vous n'avez pas de prix. Je suis donc censé donner une réponse sur la façon de traiter avec ce type, mais je commence par vous dire à quel point vous avez de la valeur, soyez juste patient car j'ai raison. Vous êtes un humain et vous n'avez pas de prix.

Maintenant, bien sûr, les questions que vous vous posez le sont : "La raison pour laquelle je vous dis que vous n'avez pas de prix, simplement parce que vous êtes humain, n'est pas due à une philosophie profonde que j'ai trouvée ou imaginée pour moi-même et qui montre que nous valons plus que tout, c'est simplement parce que je suis chrétien. Je crois que vous n'avez pas de prix parce que la Bible l'annonce si fort dans tout son texte, son histoire déclare simplement que Dieu nous accorde une telle valeur qu'elle ne peut être mesurée (c'est-à-dire qu'elle est infinie). Il nous a tellement aimés qu'il a envoyé son propre Fils pour que nous puissions avoir une relation après tout. C'est pourquoi je trouve une grande joie à servir Dieu et à étudier sa parole et je suis si heureux d'être devenu chrétien à un si jeune âge. Maintenant que vous savez d'où je viens, vous savez que les réponses que je vous donnerai ne viendront pas de moi, mais que je les prendrai dans le livre que je crois être la parole de Dieu, que je vous les montrerai et que je vous raconterai la fois où j'ai suivi mon propre conseil... Par accident. Je ne vous demande pas de devenir chrétien, même si j'aimerais que cela se produise, je veux simplement vous montrer les mérites de la solution à ce problème qui se trouve dans la bible et vous laisser décider de quelque chose après cela.

Ainsi, une fois que j'ai quitté ma petite ville de campagne au milieu des bois pendant six mois et que ma famille est allée à Kansas City (Missouri), nous avons finalement trouvé une église que nous voulions rejoindre. Mon frère et moi avons commencé à aller au groupe de jeunes tous les mercredis (nous sommes des adolescents) et là, notre pasteur des jeunes parlait de son propre temps à l'école. Quand il était adolescent, il a beaucoup déménagé, il disait qu'il allait dans (je crois que c'était) 23 écoles différentes, donc il était TOUJOURS le nouveau. Il était tout le temps victime de brimades, mais au lieu d'utiliser les autres méthodes présentées sur ce fil, ce qu'il faisait chaque fois qu'on l'insultait était quelque chose de simple, il faisait un vrai compliment. Cette tactique ridicule pour traiter avec les brutes était en fait extrêmement efficace car il a fini par devenir un très bon ami de beaucoup de ses anciennes brutes ! Cela a tellement bien fonctionné pour lui que j'ai pensé que cette même tactique fonctionnerait vraiment bien pour moi.

Et bien c'est le cas, j'ai juste utilisé sa stratégie avant même de l'avoir entendu parler.

Donc quand nous sommes arrivés au KC, j'avais la notion fière que je (et non Dieu) changerais de quartier, quel qu'il soit, dans lequel je finirais. Je n'ai pas le temps de raconter toute l'histoire, mais ça ne s'est pas bien terminé (je suis scolarisé à la maison, donc je n'ai pas d'expérience à l'école). La première chose que j'ai faite a été de me lier d'amitié avec les enfants qui traînaient dans les appartements où j'habitais, puisque j'avais l'intention de le faire et que rien ne m'empêcherait de me faire accuser par l'un d'entre eux de planifier un viol - au moins, tout ce que j'ai fait, c'est d'ignorer la situation et de leur indiquer toutes les raisons évidentes pour lesquelles je ne le ferais pas et toutes les raisons pour lesquelles je ne pourrais pas le faire. Finalement, cette fille a cessé de porter ces accusations et une partie du groupe a tout simplement cessé de me fréquenter (aucun d'entre eux n'était très gentil avec moi d'ailleurs). Ils me fuyaient pour m'ennuyer (de leur propre aveu) et étaient généralement méchants. Finalement, une des autres filles m'a demandé si je me rendais compte qu'elles étaient toutes méchantes avec moi, j'ai dit oui, elle a alors demandé si je m'en souciais, je lui ai dit "pourquoi devrais-je ? Lorsque j'ai quitté la moitié du groupe, la moitié m'a ignorée et je suis devenue une amie incroyable avec les personnes qui me parlaient encore. Je veux dire qu'elles ont toutes commencé à me harceler et que le fait que la moitié d'entre elles soient devenues des amies proches est une chose incroyable pour moi (et je ne vous ai pas dit la moitié de ce qui s'est passé). Je sais que je n'aurais pas pu faire cela sans Dieu (il m'a quand même aidé, même si j'étais fier) et je sais que c'est la façon la plus efficace et la plus bénéfique de faire face aux intimidations à cause de ce que j'ai vécu. Je recommande la méthode impossible qui consiste à être simplement gentil avec lui, à ne jamais rien dire contre lui, même dans son dos, et à être simplement une bonne personne que tout le monde admire. Si vous êtes quelqu'un contre qui il ne peut pas porter plainte, soit il deviendra votre ami, soit il abandonnera la lutte.

Mais il y a une raison pour laquelle je a dit que c'est impossible, je ne pourrais pas pratiquer ce que je prêche à moins de vous dire que c'est impossible sans Dieu.

-1
-2
2018-06-04 06:42:54 +0000

Un bon vieux drame de lycée.

Alors voilà le truc, et je sais que ce poste pourrait me causer des ennuis. SE est un site très libéral par moments. Mais je vais quand même essayer.

D'abord, vous devez faire très attention aux étiquettes que vous utilisez. De nos jours, nous avons tendance à coller des étiquettes sur les problèmes. Une fois que cette étiquette est "Bully". Maintenant, l'intimidation est une chose réelle, et je ne veux pas dire qu'elle ne l'est pas. Mais nous avons élargi l'étiquette "intimidateur" pour y inclure de nombreuses choses qu'elle ne contenait pas traditionnellement. En tant que tel, nous sommes très prompts à coller l'étiquette "intimidateur" sur une situation.

La raison pour laquelle je dis qu'il faut faire attention à cela est que le fait d'être intimidé exige que vous soyez la victime. Et dans une situation bénigne comme celle-ci (encore une fois, historiquement, cela ne serait même pas considéré comme un acte d'intimidation), vous pouvez choisir l'impact que cela aura sur votre vie, à la fois maintenant et à l'avenir. Si vous décidez que c'est la pire chose qui soit jamais arrivée dans votre vie, alors ce sera probablement le cas. Si vous décidez qu'il est juste ennuyeux, alors c'est vraiment tout ce qui en résultera. C'est à vous de décider à quel niveau du spectre cela vous concerne.

Une autre information importante. Les choses les plus blessantes que les gens nous disent sont celles dont nous sommes conscients. Que cela vous plaise ou non, si vous n'êtes pas sûr de votre apparence, alors vous aurez toujours l'impression de trouver des gens qui s'en prennent à votre apparence. Cela ne s'arrêtera pas après le lycée ou l'université. Les seuls vrais moyens d'y mettre un terme sont d'être plus sûr de soi ou de ne jamais interagir avec les gens. Tout cela dit, vous êtes agacé et vous voulez que cet agacé cesse. Il n'y a pas grand-chose que vous puissiez faire sur le plan pratique. Aller voir le professeur est peut-être la "bonne" chose à faire, mais cela ne réglera pas vraiment la situation. Vous pouvez essayer de réagir de la même manière, mais quelqu'un qui cherche à vous faire du mal de la manière que vous décrivez ne vous respecte probablement pas assez pour aimer que vos paroles l'affectent (nous y reviendrons dans un instant). Vous pouvez peut-être changer de classe ou de groupe si vous poussez assez fort, mais cela n'arrangera probablement rien.

Il y a quelques choses que vous pouvez faire. L'une de mes choses préférées est de dire : "Vous ne pouvez pas contrôler ce que font les autres, seulement votre réaction". Si ce type vous fait passer un mauvais quart d'heure, décidez simplement qu'il ne vaut pas la peine de s'énerver. Il est très difficile pour les mots d'une personne que vous ne respectez pas ou à laquelle vous ne tenez pas de vous affecter réellement. Si vous pensez que cela ne marchera pas, alors essayez de le regarder et de comprendre pourquoi il dit ces choses. A-t-il une mauvaise vie familiale ou un autre problème ? N'oubliez pas cela. Il est également très difficile pour les mots de quelqu'un que vous plaignez de vous faire du mal. Et enfin, s'il vous ennuie encore, regardez vers l'avenir. Quoi et qui pensez-vous qu'il sera dans 10 ans ? Qui serez-vous ? Une fois de plus, il est très difficile pour les mots de vous déranger si vous réalisez que la personne qui les prononce est à peu près à son apogée et que tout est en train de s'écrouler à partir de là.

En dernier recours, en interne, prenez-vous en main. Ne l'exprimez pas verbalement, mais gardez-le à l'esprit. Quand il vous traite de gros, rappelez-vous qu'il était "si désespéré qu'il voulait sortir avec la grosse". Ou lorsqu'il vous traite de laid, rappelez-vous qu'il est si chétif émotionnellement qu'il ne sait même pas ce qu'est la laideur.

Le dernier conseil est de prendre soin de vous. Chaque fois qu'il vous traite de grosse ou de moche, ou quoi que ce soit d'autre, rappelez-vous que quelqu'un pense que vous ne l'êtes pas. Cela peut être délicat car nous avons tendance à ignorer les commentaires des gens qui nous aiment tout en mettant tant de poids sur ceux qui nous détestent. Je dis à ma femme qu'elle est belle, et elle me dit que je dois le dire parce que je suis son mari. Même s'il m'est arrivé à plusieurs reprises de lui dire honnêtement que ces vêtements ne lui vont pas bien, ou que ses cheveux sont bizarres, etc. Mon "wow, tu es superbe ce soir" n'est pas considéré comme une responsabilité de mari, mais laissez une patiente se sentir laide dans son travail et cela a beaucoup d'effet. En fait, pensez aux personnes qui vous font du bien quand il vous fait du mal. Une sorte de "Eh bien, vous pensez que je suis moche, mais mon petit ami semble m'apprécier" peut vraiment adoucir le coup.

-2

Questions connexes