Les relations interpersonnelles
2018-04-19 12:40:57 +0000 2018-04-19 12:40:57 +0000
38

Rétablir l'amitié d'un ancien ami (aujourd'hui un criminel reconnu coupable)

J'avais un ami que je voyais assez régulièrement, généralement pour le déjeuner.

Quelques détails sur cet individu :

  • Très calme et timide
  • Est un autiste de haut niveau
  • Socialement maladroit

Nous avons perdu le contact il y a quelques années lorsqu'il a (très soudainement) perdu son emploi et déménagé, mais il est revenu tout récemment et a commencé à essayer de rétablir l'amitié, à laquelle j'étais initialement réceptif.

Cependant, je suis depuis tombé sur un article sur le site web d'un de mes organes de presse locaux, datant de l'époque où il a perdu son emploi, indiquant qu'il avait été condamné pour un crime. Le juge a fait preuve de clémence en raison de son autisme et il n'a pas été mis en prison (il a été jugé qu'il serait en danger par les autres détenus). Je n'entrerai pas dans les détails du crime, mais il suffit de dire que je trouve ce crime odieux et que je ne souhaite donc plus être associé à lui.

J'ai ignoré sa précédente communication (envoyée dans un cadre où elle pouvait être feinte comme inaperçue) - mais j'aimerais trouver un moyen de couper fermement les liens avec lui la prochaine fois qu'il me tendra la main sans être insultant. Comment puis-je y parvenir ?

Réponses [6]

82
2018-04-19 13:17:59 +0000

Gardez à l'esprit que cette démarche est une étape dont vous ne pouvez pas faire marche arrière. Supposez que dans 10 ou 20 ans, il veuille vous tendre la main. Lui en tiendrez-vous toujours rigueur ? Si ce n'est pas le cas, couper les liens avec lui n'est peut-être pas la meilleure décision à prendre.

Mais disons que c'est le cas. Vous ne voulez plus jamais être associé à votre ami. Je pense que la façon la plus efficace de le faire est de dire "Je dois être franc avec toi. Vous avez été condamné pour [x]. Quelles que soient les circonstances, je trouve cela odieux et je ne peux pas passer outre. Je suis désolé, mais je dois couper les ponts".
Cela lui dit pourquoi et quelles mesures vous prenez.

Si c'est ce que vous voulez faire, arrêtez de lire ici.

Je me mettrais au défi, cependant, d'être son ami. J'essaierais de découvrir sa version des faits. Toutes les poursuites ne sont pas injustes (et je dirais que la plupart d'entre elles sont justes et correctes), mais il y a suffisamment d'anecdotes de procureurs trop zélés et de mauvaises défenses pour que je veuille faire ça pour un ami. Avant de retirer quelqu'un de ma vie, je veux être absolument sûr de prendre la bonne décision. Il se peut que je décide de prendre un peu de temps pour traiter cette information. Je peux décider qu'il a plus besoin d'un ami que d'un ostracisme. Il y a quelques variables que je voudrais personnellement aborder.

82
14
2018-04-19 14:28:25 +0000

Quand quelqu'un commet un crime, il y a une punition, et ensuite des conséquences. Les deux sont très différentes.

La punition est limitée, et sans entrer dans un débat sur la question de savoir si les peines sont suffisantes ou trop clémentes, l'essentiel est qu'une fois qu'une peine de prison est terminée ou qu'une amende a été payée, le criminel a "payé sa dette envers la société" et c'est tout.

Les conséquences peuvent cependant être permanentes. Chaque action a des conséquences, et celles-ci ne s'arrêtent pas nécessairement à la fin de la peine. Par exemple (et je ne dis pas que c'est le crime pour lequel votre ami a été condamné), un pédophile peut purger une peine et être déclaré en réhabilitation, mais une ordonnance du tribunal peut l'empêcher de travailler avec des enfants pour le reste de sa vie.

Si le crime pour lequel votre ancien ami a été condamné vous est odieux, il est compréhensible que vous ne vouliez pas le fréquenter. C'est une conséquence de ses actes, et il doit vivre avec cela.

Je fais cette remarque parce qu'une grande partie de votre difficulté à lui dire ce que vous voulez est probablement due au fait que vous vous sentez coupable de ne pas avoir pu lui "pardonner", mais si les détails de son crime ont une incidence à un niveau quelconque, vous n'avez aucune raison de vous sentir coupable. La plupart des criminels sont soumis à une sorte de programme de réhabilitation et il est probable qu'on lui aura fait comprendre cela aussi.

Comme nous ne connaissons pas les détails de son crime et que je ne souhaite pas vous envoyer dans une confrontation directe qui pourrait être dangereuse ou déconseillée, vous avez la possibilité d'ignorer / de bloquer ses communications. Certains diront que ce n'est pas une solution "interpersonnelle", mais je pense que cela envoie un message "non verbal" très clair.

Mais si vous devez avoir une dernière conversation avec lui, alors soyez juste franc et honnête. Dites peut-être :

J'ai pris conscience de la raison pour laquelle vous avez déménagé. Je comprends que vous avez payé le prix de votre crime maintenant, mais j'ai peur de ne pas vouloir être associé à vous à cause de ce crime. J'espère que vous pourrez changer votre vie, mais je vous demande de ne plus me contacter.

14
7
2018-04-20 07:02:00 +0000

mais aimerait trouver un moyen de couper fermement les liens avec lui la prochaine fois qu'il lui tend la main sans être insultant.

Vous demandez l'impossible. Il n'y a aucune raison pour que cette personne n'ait pas à être insultée. Vous portez un jugement personnel sur son comportement et vous coupez intentionnellement tout contact avec elle en conséquence. Il n'y a pas moyen d'habiller ça.

Vos options sont :

  • Ignorez simplement ses approches. Cela laisse vos options ouvertes au cas où vous changeriez d'avis dans le futur.
  • Expliquez-lui pourquoi vous ne voulez plus avoir de contact avec lui, en acceptant que cela risque de vous bouleverser.
7
5
2018-04-19 13:19:23 +0000

Étant donné que votre ancien ami a été condamné pour quelque chose, et que cette condamnation est ce qui vous met mal à l'aise, il serait logique que vous l'approchiez et que vous soyez honnête sur vos origines.

J'ai entendu dire que vous avez été condamné pour blah ? Personnellement, je trouve ce genre de comportement répréhensible, et je préférerais ne plus avoir affaire à vous.

Cela dit, il a probablement eu tout le temps de réfléchir à ses actes et de les expier. Comme il n'est pas (selon votre description) un type de personne très extraverti et qu'il a été enfermé pendant un certain temps, il y a de fortes chances qu'il ait très peu d'"amis". Par conséquent, lui donner une seconde chance pourrait en fait être bénéfique pour tout le monde (notez que cela dépend beaucoup de la nature du crime).

5
5
2018-04-19 13:23:30 +0000

Je vous suggère d'être franc en disant que vous ne voulez pas le revoir, mais de le présenter comme "je m'intéresse à différentes choses ces jours-ci". Nous n'avons vraiment plus rien en commun". De cette façon, vous pouvez éviter de parler du vrai problème car si cela se produit, il pourrait se retrouver dans une situation où il essaie de justifier ses actions et il est clair, d'après votre poste, que vous ne voulez pas parler de l'activité criminelle.

Selon mon expérience, essayer de reporter une discussion difficile en disant que vous êtes occupé, c'est simplement lui laisser la porte ouverte en lui disant "et la semaine prochaine alors" et vous finirez par vous amuser.

Je n'ai pas d'expérience avec les hommes autistes mais il y a pas mal d'autres sujets ici qui mentionnent l'autisme et qui pourraient vous être utiles. L'une des réponses de cette rubrique - Traiter avec quelqu'un qui ignore mon existence même - explique en détail comment les informations sont traitées et suggère qu'une réponse écrite peut être plus efficace que de parler à la personne.

5
5
2018-04-20 12:40:07 +0000

Je suis dans une situation similaire, et j'ai un peu lutté avec moi-même avant de poster cette réponse. Si vous enlevez quoi que ce soit d'autre de cette réponse, sachez que vous n'êtes pas seul.

Un bon ami de presque 20 ans s'est fait arrêter il y a 2 ans pour... quelque chose d'assez impardonnable. En attendant la sentence de cette arrestation, il est à nouveau arrêté à la fin de l'année dernière pour des (nouvelles) infractions similaires.

Je suis assez déchiré par tout ça.

D'un côté, si tous ses amis abandonnent ce type, alors quel espoir a-t-il de changer de vie ? D'autre part, son crime était, comme je l'ai dit, assez impardonnable. Il n'y a pas non plus de doute sur sa culpabilité dans cette affaire.

Donc la question que vous devez vous poser est, est-ce que je ressens le besoin d'aider à sauver cette personne, ou est-ce que je l'abandonne tout simplement à son sort ? Car si vous n'aidez pas, qui le fera ? Ce n'est pas nécessairement une exhortation à le faire : vous pouvez décider soit qu'il ne vaut pas la peine de l'aider, soit que ce n'est pas à vous de le faire, soit que cela ne vaut pas la peine de prendre le risque. Mais c'est ce qui est en jeu ici, et je vous invite à y réfléchir avant de radier cet individu. Tant pour votre bien que pour le sien : vous ne voulez pas entendre dans cinq ans qu'il s'est suicidé et vous demander si vous auriez pu faire la différence. Même si vous décidez de radier cette personne, vous savez au moins que vous avez pris la question en considération.

Si vous en êtes à ce stade, vous devez dire doucement mais fermement à cette personne que vous espérez qu'elle trouvera de l'aide, mais que vous ne voulez pas passer outre à cet événement.

5

Questions connexes