Les relations interpersonnelles
2017-09-03 09:32:13 +0000 2017-09-03 09:32:13 +0000
124

Comment faire face poliment à des personnes qui vous posent des questions sur votre travail mais qui sont incapables de le comprendre ?

Je travaille comme chercheur dans un domaine très abstrait des mathématiques ce genre de choses ) Ce sont des mathématiques très pures, sans aucune application concrète. Lorsque je rencontre quelqu'un pour la première fois, il me pose souvent des questions sur mon travail et il veut en connaître les détails : Quel est votre travail en ce moment ? D'accord, vous venez d'écrire un article, mais sur quoi ? Quel théorème as-tu prouvé ?

Étant donné l'abstraction de mon domaine, et puisque ces personnes ont généralement tout au plus un vague souvenir des mathématiques du lycée, la seule réponse sincère serait Je ne peux pas vous l'expliquer parce qu'il faudrait que vous connaissiez un tas de choses que vous ne savez pas, et je ne peux pas non plus vous enseigner ces choses, parce que cela prendrait des années.

Bien sûr, une telle réponse serait impolie. Ma question est donc la suivante : comment pourrais-je être poli dans de telles situations ?

NOTES:

  1. Il me semble que de nombreux utilisateurs ont interprété la question comme : "Comment puis-je expliquer mon travail de mathématicien à la personne moyenne ?". J'apprécie les efforts déployés, mais ce n'est pas la question que je voulais poser. La question est de savoir comment je peux poliment faire face à cette situation parce que je ne peux pas expliquer mon travail. Notez également que ma question porte sur le moment où les gens demandent des détails sur mon travail. Bien sûr, s'ils veulent juste une réponse courte, ce n'est pas un problème.

  2. Beaucoup de réponses sont du genre "vous devriez pouvoir donner une explication vague...", et certaines disent même "si vous ne pouvez pas expliquer à tout le monde, alors vous ne comprenez pas...". J'invite ceux qui le pensent à essayer d'expliquer le matériel que j'ai lié au Joe moyen.

Réponses [13]

105
2017-09-03 11:35:06 +0000

Je suis aussi mathématicien. Je pense qu'il y a deux choses importantes à garder à l'esprit : la première est que demander ce que fait quelqu'un est juste une question de politesse. La seconde est qu'ils sont probablement très conscients de leur manque de connaissances en mathématiques supérieures. Vous n'avez pas besoin de leur dire quel est l'intérêt exact de la recherche actuelle pour répondre à la question.

Ce que je fais, c'est leur dire mon domaine général : des graphiques aléatoires, puis quelques phrases très simplifiées sur ce domaine. Dans mon cas, je dis quelque chose comme :

Les graphiques sont des objets qui se composent de points, que nous appelons sommets, et d'arêtes qui relient deux points. Pour créer un graphique aléatoire, pour chaque deux sommets, je tire à pile ou face et si elle montre des têtes, j'ajoute un bord, des queues, je n'ajoute pas de bord. Mon travail consiste à étudier les propriétés de ces graphiques aléatoires.

Si votre domaine est l'algèbre abstraite, vous pourriez dire quelque chose comme :

Les entiers ont la propriété de pouvoir être additionnés, soustraits et il y a un zéro qui ne change pas le nombre auquel on l'ajoute. J'étudie les propriétés d'autres objets que l'on peut aussi ajouter, soustraire et qui ont un zéro.

Si votre domaine est la topologie, vous pourriez dire :

C'est un peu comme une géométrie très élastique. Imaginez que tous les objets soient faits d'un matériau très extensible, de sorte que vous pouvez les déformer comme vous le souhaitez, à condition de ne pas découper et percer de nouveaux trous ou coller des morceaux ensemble. Je regarde quelles propriétés restent les mêmes lorsque vous déformez ces objets.

Toutes ces explications sont très simplifiées : un étudiant de premier cycle suivant son premier cours sur le sujet aurait plus de compréhension que ce que je donne dans ces courtes explications. Mais elles donnent au demandeur quelques mots à la mode et la possibilité de penser "Tzason étudie la géométrie élastique", de la même façon qu'il pense que "Lisa enseigne la biologie au lycée".

Après cela, la plupart des gens sont parfaitement satisfaits. Il peut y avoir une question complémentaire, comme "quel type de propriétés", à laquelle vous pouvez répondre en prenant une propriété simple, comme la connectivité dans la théorie des graphes, ou la commutativité en algèbre abstraite, ou le nombre de trous dans la topologie. Ils veulent une explication simplifiée de votre travail, un peu comme je sais qu'un comptable travaille avec le budget d'une organisation, qu'un avocat d'entreprise conseille une société sur le droit des affaires et qu'un traducteur traduit des choses. Il y a une tonne de détails et de complexités dans tous ces emplois que je ne comprends pas, et que je ne m'attendrais pas à ce qu'ils me racontent lors d'une conversation sociale.

Si nous continuons à parler de travail, j'ai tendance à l'orienter vers la partie de mon travail qui est l'enseignement, ce qui est plus facile à discuter, et peut-être à y ajouter quelques commentaires sur la bureaucratie. Tout le monde peut comprendre la plainte concernant l'obligation de remplir des formulaires de 50 pages pour être remboursé d'un voyage, ou la fois où vous avez renversé du thé sur votre chemise juste avant d'enseigner le premier cours du semestre.

105
69
2017-09-06 18:58:41 +0000

Si quelqu'un qui n'a vraiment pas les connaissances nécessaires pour comprendre votre travail vous demande d'en parler, il y a de fortes chances qu'il soit simplement poli : Elle veut montrer de l'intérêt pour vous et vos activités et en apprendre davantage sur vous. En d'autres termes, ils essaient d'établir un lien avec vous. La meilleure façon de répondre est de rendre la pareille

Cherchez un terrain d'entente. La situation que vous décrivez consiste à parler avec une personne qui aurait littéralement besoin d'années de formation pour être capable de comprendre suffisamment votre sujet de recherche pour s'engager avec vous sur ce point, alors ne commencez pas par là (je ne suis pas d'accord avec le conseil de substituer une explication plus simple d'un autre phénomène mathématique ou d'un exemple qui n'est pas réellement pertinent pour votre recherche --- si vous faites cela, vous éloignez la conversation de vous deux). Vous pouvez parler de votre travail sans vous lancer dans l'explication de votre recherche, l'objectif étant de fournir des détails concrets que votre interlocuteur pourra comprendre. Par exemple :

  • Où travaillez-vous (physiquement) (sur le campus, dans un institut, dans des cafés, etc.) ?
  • Comment occupez-vous votre temps de travail (enseignement, écriture, programmation, lutte avec LaTex, mentorat d'étudiants, voyages pour des conférences, etc.) ) ?
  • Y a-t-il eu des événements notables dans votre travail récemment (vous venez de soumettre un article, vous partez pour une conférence la semaine prochaine, la faculté de votre établissement parle d'une grève, un de vos anciens étudiants vient de commencer un travail chez X, vous avez essayé un nouvel ordinateur portable et vous aimez vraiment l'écran tactile pour les notes graphiques, etc.

Bien sûr, vous pouvez et devez adapter le type de choses que vous abordez à des choses qui pourraient intéresser votre interlocuteur. Par exemple, si vous parlez à quelqu'un qui est aussi un universitaire, évoquez l'article que vous venez de recevoir avec les suggestions ridicules de l'examinateur n°2. Si vous savez qu'il vit/travaille dans le même quartier que vous, mentionnez votre café préféré pour y travailler ou le fait que vous voulez vous rendre au travail à vélo. Si vous savez qu'ils ont une certaine expertise en informatique, parlez du fait que vous envisagez de faire des simulations et demandez leur s'ils s'y connaissent en informatique haute performance. Vous avez compris.

Il semble que vous ayez rencontré des problèmes avec des interlocuteurs qui, après vos vagues explications, vous demandaient des précisions sur vos recherches :

Lorsque je rencontre quelqu'un pour la première fois, il me pose souvent des questions sur mon travail et il veut connaître les détails : Quel est votre travail en ce moment ? D'accord, vous venez d'écrire un article, mais sur quoi ? Quel théorème avez-vous prouvé ?

Il est probable qu'ils font tout simplement de leur mieux pour poursuivre la conversation avec ce que vous leur avez donné. Par exemple, vous pouvez vivre quelque chose comme ceci :

Eux : Alors, que faites-vous ?

Vous : Je suis professeur de maths à l'université de X.

Eux : Oh, c'est super ! Alors, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Vous : Je viens de soumettre un article ce matin, alors c'est bien que ce soit fait.

Eux : Cool. De quoi parle l'article ?

Vous faites de votre mieux pour que la conversation reste légère, mais vous ne proposez pas vraiment de sujets d'invitation pour vous connecter. La seule véritable voie qui s'offre à votre interlocuteur est de demander plus de détails sur ce que vous venez de dire, ce qui mènera inévitablement à la redoutable discussion sur les détails de la recherche. Essayez plutôt d'utiliser votre réponse pour introduire des détails sur votre travail dont ils pourraient effectivement parler avec vous. Considérez quelque chose comme ceci :

Eux : Oh, c'est génial ! Alors, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Vous : Eh bien, je fais généralement un mélange d'enseignement et de recherche. Mais j'ai un cours qui sort ce trimestre, en fait, alors j'essaie de décider maintenant si je dois juste passer ce temps à écrire ou si je dois l'utiliser pour rendre visite à un collègue en Suède et lancer une collaboration dont nous avons parlé ces deux dernières années.

Ou ceci :

Eux : Oh, c'est génial ! Alors, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Vous : Eh bien, je fais des recherches en mathématiques théoriques, mais je passe la plupart de mon temps à écrire en fait ! J'aimerais pouvoir remonter le temps et être moins intelligent avec mon professeur d'anglais au lycée... être capable d'écrire sur des sujets complexes d'une manière engageante et accessible est une compétence si précieuse, quel que soit le domaine dans lequel vous travaillez...

Ou même quelque chose comme ça :

Eux : Oh, c'est génial ! Alors, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Vous : Eh bien, je n'ai pas fait grand chose aujourd'hui, en fait, puisque le gars du bureau d'à côté a fait entrer un oiseau par sa fenêtre, et nous avons passé tout l'après-midi à poursuivre ce pauvre moineau dans le service, pour essayer de le faire sortir.

Pour utiliser le tennis comme analogie, pensez à leur question comme à un service, et votre but est de leur rendre quelque chose qu'ils pourront aussi frapper.

S'ils Si vous persistez vraiment à demander les détails de votre recherche, vous pouvez utiliser quelque chose comme l'approche d'une bonne infirmière pour vérifier qu'ils veulent vraiment que vous en parliez, et leur donner ensuite des occasions périodiques de changer de sujet s'ils veulent faire marche arrière.

69
51
2017-09-03 13:30:04 +0000

Pourquoi essayez-vous de les protéger contre le manque de compréhension ? Pourquoi d'autres personnes suggèrent-elles toutes sortes de questions de présélection condescendantes ? Je ne demanderais jamais quelque chose d'aussi précis que "quel théorème avez-vous prouvé ?" si je n'étais pas prêt à ce que vous me répondiez par un théorème mathématique.

Peut-être qu'ils demandent parce qu'ils trouvent drôles des titres dans des domaines qu'ils ne connaissent pas. Peut-être qu'ils en savent plus que vous ne le pensez. Répondez-leur comme vous le feriez avec un collègue qui en sait autant que vous. Ce serait bien si vous aviez une phrase non technique qui explique pourquoi c'est quelque chose dont on peut être fier, comme

  • ceci règle un conflit ouvert depuis un article de [quelqu'un dont ils ont peut-être entendu parler] en 1954
  • ceci relie proprement deux théorèmes célèbres en expliquant comment ils sont liés
  • ceci est le dernier détail d'une longue série d'explorations et signifie que je suis susceptible de voir mes recherches entièrement financées pendant encore 10 ans
  • c'est un résultat suffisamment important pour que je sois sûr d'être titularisé l'année prochaine
  • je suis surtout excité d'avoir prouvé que mon ennemi juré avait tort

Si vous donnez votre réponse technique et que la personne s'exclame qu'elle ne peut pas en comprendre un mot, vous pouvez rire et leur demander quelque chose sur leur travail à la place. Vous n'êtes pas obligé de proposer d'expliquer ou d'essayer de faire comprendre votre domaine à quelqu'un de niveau supérieur au cours d'une seule soirée. Mais refuser de dire des mots parce que vous êtes sûr que votre interlocuteur ne les comprendrait pas est une terrible façon de gérer une conversation.

Ce matin encore, j'ai demandé à quelqu'un qui travaille sur un doctorat en physique quantique de me parler de la présentation qu'il doit faire. Il m'a dit que c'était sur les modèles de spectroscopie sans Doppler, ce à quoi j'ai répondu "oh oui, je déteste quand mes modèles de spectroscopie deviennent tout Doppler". Il m'a ensuite donné une explication en deux phrases qui était parfaitement logique - bien qu'il ait pu s'appuyer sur ses connaissances de base : que je savais ce qu'était l'effet Doppler, que les atomes à température ambiante se déplacent beaucoup plus vite que les atomes froids utilisés dans beaucoup de trucs quantiques, et ce qu'est la spectroscopie. Pourtant, il n'aurait pas été très difficile d'ajouter ces explications. Vous pensez peut-être que votre travail est plus difficile que cela, et c'est peut-être le cas. Mais c'est pourquoi je vous suggère de vous concentrer sur les raisons pour lesquelles votre travail est important plus que sur les détails techniques de son fonctionnement. Tout le monde peut s'y retrouver.

51
28
2017-09-04 16:16:30 +0000

Une façon de répondre de façon honnête et respectueuse est de simplifier au point que tout le monde puisse le comprendre :

Je travaille à X (université ?) dans le département de mathématiques, (enseignement ? et) recherche.

Quand les gens demandent "que faites-vous", c'est généralement une question de société. Ils peuvent alors faire la réponse sociale appropriée :

  • Cela semble intéressant. Depuis combien de temps faites-vous cela ?
  • Aimez-vous davantage l'enseignement ou la recherche ?
  • Autre.

Vous pouvez changer de sujet à ce stade si vous le souhaitez.

S'ils appuient davantage (je ne le ferais pas !), vous pouvez leur donner un "out" :

C'est très théorique, et nous ne sommes pas nombreux dans mon domaine. Etes-vous sûr de vouloir que je continue (avec un sourire sincère) ?

S'ils insistent, je commencerais à expliquer ce que j'ai fait. Je m'arrêterais de temps en temps pour les laisser changer de sujet.

28
17
2017-09-03 17:22:36 +0000

Dans son livre The Thing Explainer (xkcd.com), Randal Munroe n'utilise que les 1000 mots (anglais) les plus courants pour expliquer des choses comme ce qu'est une cellule et ce qu'est une centrale nucléaire.

Je crois que si vous ne pouvez pas vous expliquer à "tout le monde", c'est que soit vous n'avez pas une très bonne maîtrise de la situation, soit vous ne faites pas assez d'efforts. Il est bon qu'en postant ici, vous ayez reconnu que cette communication est difficile. Il y a un énorme fossé entre les concepts et la terminologie que vous utilisez et ceux du "tout le monde". Mais, d'un autre côté, il y a une multitude de façons de s'y prendre.

J'avais un livre sur le Pascal (langage CS) et à l'intérieur de la couverture se trouvaient des mots décrivant certaines transformations qui caractérisent la pensée. (Des choses comme (iirc) catégorisent, réduisent, généralisent, analogisent, nient, inversent, ...) Il y en avait des dizaines et des dizaines (et j'en ai ajouté d'autres que le ou les auteurs avaient manqués). Je pense qu'il est ironique que les mathématiques soient TOUTES des transformations (je veux dire, si une abstraction n'est pas une transformation, alors qu'est-ce que c'est ?) et pourtant beaucoup trouvent si difficile de transformer une description de ce sur quoi ils travaillent en quelque chose que "tout le monde" peut comprendre.

Je suggère que la raison principale est qu'ils ne sont pas capables de voir la forêt à travers les arbres. Suggestions :

  1. si vous ne réussissez pas au début (en faisant attention aux réactions), ne répétez pas la même expérience et continuez à essayer.

  2. Il est pratiquement certain que des problèmes mathématiques abstraits similaires ont été "expliqués" à tout le monde. Il existe des livres. Apprenez des autres mais notez que l'art de la communication peut être aussi difficile que de traiter des structures mathématiques.

  3. Ne soyez pas trop timide pour faire violence à certaines vérités profondément chères (théorèmes fondamentaux), ce qui est la clé et le cœur de l'un n'est pas pertinent et les futilités de l'autre.

17
12
2017-09-03 18:04:45 +0000

Transformez la conversation en une expérience d'apprentissage à double sens.

Expliquer ce que vous faites aux gens sans le contexte est une excellente courbe d'apprentissage que je recommande à tout le monde. (Notamment parce qu'on ne sait jamais quand une conversation avec quelqu'un dans un domaine complètement différent va faire jaillir l'idée de votre prochaine percée).

Habituellement, je détourne ou je devance la question de ce sur quoi je travaille spécifiquement, vers un point de contact plus général avec des aspects non techniques. L'"histoire" du sujet est souvent la chose la plus facile à aborder pour les non-spécialistes. Il n'est donc pas surprenant que j'aie d'abord dû apprendre un peu d'histoire des mathématiques. (Lakatos, Proofs & Refutations ](https://duckduckgo.com/lakatos+proofs+and+refutations) a été une excellente révélation).

Mais je m'entraîne aussi à expliquer une ou deux choses techniques. Dans le cas de la logique mathématique, j'ai essayé d'expliquer l'argument de la diagonale de Cantor aux gens ; et je me suis entraîné à utiliser "Cette phrase est fausse" pour expliquer la preuve incomplète de Gödel. L'année dernière (étude de l'apprentissage automatique), je me suis entraîné à expliquer en 90 secondes l'apprentissage profond.

Adopter le rôle d'un apprenant dans ces conversations peut les transformer en véritables conversations pour vous deux : "En fait, j'ai beaucoup de mal à expliquer ce sur quoi je travaille, mais si cela ne vous dérange pas d'être un cobaye, puis-je essayer de vous expliquer..." ?

Enfin, je m'excuse de ne pas pouvoir résister à la [ pseudo-citation de Feynmann : Si vous ne pouvez pas l'expliquer à une première année, vous ne l'avez pas compris ....

12
4
2017-09-06 15:02:38 +0000

Mon fils de cinq ans et mes amis non-techniciens ont une compréhension similaire de ma carrière.

Le titre général du poste :

Ingénieur logiciel

Ce que je fais :

Aérospatiale et défense

Mon fils comprend que je dis aux ordinateurs comment faire voler des vaisseaux spatiaux. Ce n'est pas vrai, mais il semble comprendre que mon travail consiste à soutenir des efforts de ce genre - et qu'il y a beaucoup de gens et d'emplois entre les deux.

De même, mes amis plaisantent en disant que je suis un "spécialiste des fusées". Ils savent que ce n'est pas vrai, mais c'est une façon simple de dire que je travaille sur quelque chose de complexe pour soutenir un objectif plus vaste qu'ils comprennent.

En tant que mathématicien, vous travaillez pour soutenir les mathématiques dans leur ensemble. Le cadre des mathématiques a de nombreuses applications pratiques - on peut dire que tout le développement humain repose sur les mathématiques. Vous pouvez dire aux gens qu'en tant que mathématicien, vous soutenez l'effort continu pour approfondir la compréhension de ce cadre qui a tant fait pour nous, afin qu'il puisse continuer à faire plus.

Le plus difficile, c'est quand ils demandent plus de détails. Pour moi, si on me demande ce que je fais exactement, la réponse pourrait être :

Je produis des mises à jour de la suite de surveillance de la santé de l'environnement d'exécution commun pour nos laboratoires.

Cela pourrait être un tas de bêtises pour la plupart des gens, alors je commence par "Je soutiens le logiciel commun pour les laboratoires de simulation".

Pour vous, peut-être commencez-vous par "J'étudie les règles des mathématiques elles-mêmes, indépendamment des applications pratiques". Vous pouvez répéter que cela soutient le cadre général des mathématiques.

S'ils insistent pour en savoir plus, je pourrais leur parler de cette suite de surveillance de la santé, et la conversation pourrait alors s'arrêter. Ce n'est pas impoli - ils réalisent simplement qu'ils ont atteint les limites de ce à quoi ils peuvent s'identifier.

En résumé :

  1. Commencez large
  2. Dites-leur pourquoi toute l'entreprise que vous soutenez est importante
  3. Allez plus loin si on vous le demande jusqu'à ce qu'ils arrêtent
  4. Soyez d'accord avec le fait qu'ils aient une compréhension sciemment erronée de ce que vous faites

Selon mon expérience, ils comprendront que ce que vous faites est important, même s'ils ne comprennent pas pourquoi. N'est-ce pas tout ce dont vous avez besoin ?

4
3
2017-09-05 20:49:58 +0000

Je pense que vous avez deux problèmes. Le premier est que votre travail ne peut vraiment être compris que par un petit groupe de personnes que vous ne rencontrerez jamais par hasard. Il y a probablement beaucoup de ces groupes.

Votre problème est peut-être unique en ce sens que, comme vous l'avez dit, il s'agit de mathématiques très pures, sans aucune application concrète. La question que je me pose, et je pense que beaucoup d'autres l'auraient fait, est "à quoi bon ?"

Je veux dire que c'est une question, pas pour vous écarter. J'aimerais savoir pourquoi vous faites ce que vous faites, et pourquoi ceux qui vous ont accordé les subventions et/ou qui paient votre salaire le font. Je pense qu'il y a de très bonnes raisons pour ces choses (sinon les mathématiques abstraites seraient en faillite financière et vous devriez faire autre chose pour gagner votre vie), mais je ne les connais pas.

La question "que faites-vous pour gagner votre vie" n'est pas nécessairement une recherche de faits (qu'est-ce qui importe vraiment à ce stade de la rencontre avec quelqu'un), mais une recherche d'un accroche-regard. Bien sûr, vous ne pourrez peut-être pas décrire votre spécialité à un profane, mais vous pourriez dire quelque chose comme "Je suis un mathématicien abstrait". Vraiment abstrait ; je travaille sur le genre de choses qui vous permettent de lire Alice au pays des merveilles et de la comprendre". Vous n'insultez pas leur intelligence, mais vous les prévenez un peu que suivre cette ligne pourrait prendre une tournure bizarre. S'ils continuent, ils pourraient être prêts à se lancer dans des explications pour obtenir leur réponse.

Si la prochaine question est "Si c'est si abstrait, pourquoi le faire ?" Si votre raison est du genre "les maths, c'est la beauté", faites preuve de poésie. Si c'est parce que quelqu'un a pris la peine de dire que c'est pratique à un moment donné, mentionnez des mathématiques qui étaient abstraites à l'époque et montrez comment elles sont devenues utiles. Combien de travail a-t-on fait sur la calculabilité des facteurs premiers des grands nombres avant que quelqu'un ne s'en empare et dise "hé, c'est une excellente façon de garder des secrets"

Si vous pouvez honnêtement dire que personne ne se soucie vraiment de ce que vous faites, que vous n'avez d'impact sur rien ni personne, alors je ne comprends vraiment pas pourquoi vous êtes si intéressé, et pourquoi les gens sont prêts à payer pour ce genre de choses. Si vous pouvez montrer un certain impact, même si c'est à long terme, vous avez un lien avec l'autre personne. Si vous ne pouvez pas montrer d'impact, toute explication sur les raisons pour lesquelles vous continuez à le faire est susceptible d'être une histoire intéressante.

3
2
2017-09-04 14:24:33 +0000

Je ressens votre douleur.

Je travaille à la maison, et il semble que peu importe comment j'essaie de l'expliquer, je reçois toujours les mêmes choses. Soit ils pensent :

  • je n'ai pas de travail
  • je fais un peu de travail mais pas à plein temps <- mon préféré
  • je vends de la drogue et c'est de là que vient l'argent

Ça ne rate jamais. Peu importe qui c'est ou à quel point ils sont proches. A part ma femme (et d'autres qui travaillent à la maison), ils le font tous. Ils ne comprennent tout simplement pas que je peux travailler de 9h à 17h depuis une pièce de ma maison.

La solution

Utilisez un analogue. Je dis aux gens que je "possède ma propre entreprise". Et s'ils sont plus indiscrets que moi, je leur dis : "Eh bien, tout comme vous, je vais au bureau, je poinçonne à 10 heures et je sors à 10 heures, c'est juste que mes trajets sont plus courts." Puis vient "Que faites-vous ?" C'est difficile pour moi de répondre à beaucoup de gens, alors je dis "Je travaille ! Bien sûr. Je gère mon entreprise. C'est ce que signifie être propriétaire d'une entreprise". Enfin, on me demande ce que fait l'entreprise. La réponse est vague : "Elle fait des choses avec des ordinateurs et des sites web"

Vous devriez utiliser la même tactique. Il faut répondre à cette question par un concept très abstrait. "Je travaille pour l'université, je fais de la recherche. "Quel genre de recherche ? "Je ne peux pas vous dire quoi répondre, mais je vous laisse mon histoire comme exemple. Ils ne se soucient pas de la théorie ou de la preuve sur laquelle vous travaillez, je ne sais même pas ce que cela signifie. Ce que je sais, c'est que vous avez dit "Math Stuff", alors devinez ce que les conversations du dîner ne seront pas ?

2
1
2017-11-05 09:26:34 +0000

J'ai lu les autres réponses ici, et je pense qu'elles offrent toutes un aperçu très utile. Je vais en adopter quelques-unes moi-même, merci à tous ! J'aimerais en proposer une autre, si vous le permettez...

Bien que ma propre approche soit très dépendante de la culture et ne fonctionne pas partout, je peux dire qu'elle fonctionne parfaitement bien en Australie :

J'utilise l'humour. De l'humour autodévalorisant le plus souvent. (C'est un de mes préférés).

Je suis un théoricien de l'organisation. Concrètement, cela signifie que j'étudie la gestion et les organisations. Sur le plan académique, le "management" couvre une série de sous-domaines allant des "personnes" douces, comme le comportement des organisations (qui est en fait de la psychologie), aux choses dures, comme la manière dont les organisations sont structurées (et se structurent elles-mêmes), la stratégie et autres, et toute une série d'autres choses entre ces deux extrêmes, le long d'une sorte de continuum doux-dur.

Je viens de soumettre une thèse de doctorat sur la théorie des organisations. J'y examine les structures organisationnelles et les relations de pouvoir au sein d'un groupe de personnes qui constituent un grand projet de logiciel libre. La nature de l'"emploi" dans une telle organisation signifie que les relations de pouvoir sont largement inversées par rapport à celles d'une organisation conventionnelle, et j'examine donc ces relations, ainsi que les notions psychosociales et théoriques d'organisation de "motif" et de "soi", de pouvoir et de résistance, dans l'espoir d'informer la pratique de gestion dans le monde "réel".

C'est une sacrée bouchée à expliquer, et je l'ai déjà largement simplifiée pour cette réponse. Il y a un risque réel de mettre la conversation dans une impasse dès le départ si je commence comme ça. Ce n'est qu'environ un mois après avoir terminé que j'ai réalisé que ce que j'avais fait était :

"J'ai écrit un livre sur les gens qui se battent entre eux sur Internet".

et cela fait de moi

"Un expert en matière de lutte avec les étrangers sur Internet".

Cette approche me convient assez bien. Si une personne veut vraiment faire une conversation polie et peu technique, cela lui dit ce que je fais et la laisse tranquille dans la mesure où elle est entraînée dans des détails techniques incompréhensibles. Si j'ai trop réduit la conversation et que mon auditoire (d'un seul) est capable de mieux comprendre, mon approche désinvolte se déprécie, donc je m'insulte moi-même, pas eux. Encore une fois, cela dépend beaucoup de la culture...

En Australie, nous avons la notion de "syndrome du grand pavot". Analogiquement, il visualise un champ de coquelicots dans lequel une fleur pousse plus haut que les autres, et parce qu'elle est "tête haute", elle risque davantage d'être coupée que les autres. Sur le plan social, les Australiens sont mal à l'aise avec l'autopromotion et cherchent à "couper" les "coquelicots" qui leur font dresser la tête. C'est similaire à la notion philippine de "crabes dans un seau" selon laquelle si vous mettez un seul crabe dans un seau, vous devez mettre un couvercle sur le dessus pour le garder à l'intérieur, mais si vous avez deux crabes ou plus, vous n'avez pas besoin de couvercle car ils se tireront continuellement les uns les autres vers le bas.

Il y a une autre idée, dont je soupçonne qu'elle dépasse ma propre culture nationale, et c'est la perception générale selon laquelle une grande partie de la recherche universitaire financée n'a aucun sens, est insignifiante et gaspille les fonds publics. Les profanes ne comprennent pas la notion de "se tenir sur les épaules des géants" comme moyen d'établir la fiabilité et la véracité comme nous le faisons, donc expliquer que j'ai passé dix ans financés par le gouvernement à regarder les gens se disputer sur Internet sera probablement accueilli avec une sorte de dérision tacite. Je pense que les gens reconnaissent que la recherche est précieuse et utile, mais ils ne voient pas les liens à long terme entre les études individuelles et les avantages pour la société. En décrivant mon travail en termes humoristiques, je fais allusion à cette préoccupation sociale d'une manière qui ne cherche pas à s'en défendre et qui me maintient fermement dans le "seau" socialement nécessaire jusqu'à ce que mon public choisisse de vivre le couvercle.

Ainsi, expliquer mon travail comme "la lutte sur Internet" est culturellement approprié ici. C'est simple, c'est de l'autodérision (le contraire de l'autopromotion) et, croyez-le ou non, c'est exact. Donc, si mon public veut en savoir plus, je peux développer l'explication facétieuse en une explication plus technique sur la façon dont l'étude des personnes qui se battent sur Internet informe réellement les autres théories que j'ai soulevées ci-dessus, et comment ma recherche va directement informer la pratique du management afin de rendre les managers plus performants, le personnel plus heureux et les entreprises plus rentables.

Ça marche pour moi.

J'ai adopté cette approche, en partie, après avoir observé un biologiste évolutionniste que j'admire, le professeur Rob Brooks de l'université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney, en Australie, qui se présente régulièrement - souvent dans des situations assez solennelles et dans des entreprises de haut niveau, importantes et d'élite - en disant "c'est mon travail de passer beaucoup de temps à penser au sexe". Les personnes les plus "correctes" sont toujours les suivantes un peu inconfortable, mais cela amuse tout le monde, et c'est précis.

Dans les deux cas, si le demandeur est satisfait de cette réponse, il la laisse là. S'il veut en savoir plus, s'il veut parler de sexe ou de bagarres avec des étrangers, alors ces réponses désinvoltes et légèrement facétieuses sont authentiques, précises et valables, et peuvent être développées en explications plus techniques de notre travail.

Je voudrais ajouter qu'il me semble important que tous les universitaires, ou quiconque fait un travail profondément technique, puissent expliquer ce que nous faisons aux profanes. Comme le pseudo-attribut de @chris-f-carroll à Feynman dans son commentaire ailleurs sur cette page, bien que peut-être pas pour la même raison, il est important de pouvoir s'expliquer à des publics non techniques. À un moment donné, vous voudrez expliquer la valeur de votre travail à votre mère, à votre partenaire ou à un cadre supérieur qui contrôle le financement dont vous avez besoin. C'est pourquoi nous encourageons les étudiants en recherche de tous les niveaux à réfléchir sans cesse à la manière d'expliquer leur travail : nous leur confions des tâches consistant à "expliquer votre thèse de 80 000 mots de manière approfondie et précise en 150 mots", nous leur demandons de ne pas parler plus de 10-15 minutes lors des rapports d'avancement semestriels (et de répondre aux questions de leur public), et nous les encourageons à participer aux concours Thèse de trois minutes ".

Un dernier point que je voudrais souligner est que ceux d'entre nous qui travaillent sur des sujets profondément techniques sont bien habitués à être mal compris - ou tout simplement pas compris - par les profanes. Très occasionnellement, nous rencontrons des personnes qui comprennent ce dont nous parlons et qui se trouvent avoir par inadvertance trop pour un public particulier. C'est un peu gênant lorsque cela se produit, mais la situation est facilement rétablie par des excuses brèves et honnêtes. L'autre personne comprend toujours.

Merci pour la question et la possibilité de répondre. J'espère que mon point de vue m'aidera d'une manière ou d'une autre.

Geoff

1
0
2017-09-05 22:16:57 +0000

Vous voyez, faire des maths, c'est changer son cerveau pour commencer à penser plus clairement à certaines choses idéales, de purs objets de pensée. Ce travail de changement de cerveau prend quelques années avant qu'il soit logique de parler du problème sur lequel j'ai écrit un article ; c'est un processus lent. Quand vous aurez terminé, n'hésitez pas à demander à nouveau : "_De cette façon, vous ne blâmerez pas vos amis pour leur incapacité à vous comprendre, pour leur intelligence, etc (ou pour votre propre incapacité à expliquer quelque chose). De toute évidence, ils avaient de parfaites raisons de ne pas passer ces années à faire un travail aussi nécessaire d'auto-changement.

C'est à dire s'ils le pensent vraiment (prêts à savoir ce que vous faites en ce moment, et ainsi de suite). ). Enfin, si c'est ce qu'ils sont prêts à comprendre. Il se pourrait bien qu'ils veuillent comprendre autre chose, comme pourquoi les gens pourraient avoir besoin de faire ce genre de travail, de toute façon (ou de payer pour cela, ce qui est une question encore différente ; ou pourquoi atteindre l'idéal pourrait s'avérer utile, une autre question aussi).

J'ai demandé une fois à un mathématicien (un homme aimable) si Wikipédia pourrait aider à comprendre des sujets comme l'algèbre abstraite, sans passer par les manuels. Il m'a répondu : "Eh bien, à moins que vous ne pensiez pouvoir apprendre ce qu'est "Guerre et paix" à partir d'une courte description, certainement pas" ; évidemment, je ne pensais pas pouvoir le faire, donc, si elle n'était pas claire, cette réponse n'était certainement pas impolie. Vous pourriez penser à d'autres comparaisons de ce genre. Il y a d'autres sujets où il faut apprendre le vrai avant de dire quoi que ce soit.

Je pense que les réponses sarcastiques (comme commencer à parler techno) sont pires que ce que vous avez suggéré. 002 PS : une façon plus courte de dire la même chose : "c'est une chose que personne n'a encore jamais expliquée à personne ; parce que ce n'est pas pour l'explication, c'est pour la réalisation en acquérant beaucoup d'expérience en pensant à de tels objets" ; s'ils demandent pourquoi c'est utile, "les objets ne sont pas utiles par eux-mêmes, mais la pensée l'est parfois" (contrairement à la situation habituelle comme e.  g. une route est utile, mais l'action de construire la route ne l'est pas, par elle-même).

Expliquer, c'est lier ce que vous faites à l'expérience des autres. Les objets que les mathématiciens étudient aujourd'hui ne sont jamais apparus dans l'expérience d'autrui (contrairement aux routes, aux lois ou à la nourriture) ; ce n'est pas seulement une question de termes, de technicité supplémentaire ou de jargon complexe. Je pense que le seul lien n'est pas dans les objets de l'action, mais dans l'action elle-même, qui est la pensée. Chacun a beaucoup réfléchi dans sa vie, que ce soit avec sagesse ou non ; c'est donc dans l'expérience de chacun. Il faut donc changer de sujet : passer de "ce que je fais en ce moment" à "comment les mathématiques sont faites".

S'il est parfaitement possible de donner une réponse polie et sincère, il existe une alternative peu sincère : dire en substance "Je n'aime pas discuter de mathématiques quand je n'en ai pas besoin pour mon travail".

0
0
2018-05-31 17:50:33 +0000

Je suis confronté à ce problème tout le temps. Mon travail est très difficile à expliquer, même aux personnes qui ont de l'expérience dans le domaine des STEM. Expliquer ce que je fais est fastidieux, tant pour moi que pour eux, et cela n'améliore en rien leur vie - d'autant plus que tout ce qu'ils apprennent généralement, c'est à perroquetter mon explication sans réelle compréhension. Ma femme a même renoncé à essayer de comprendre mon travail, sans parler de l'expliquer.

Dites-leur que vous ne pouvez pas leur donner de détails à cause des droits de propriété intellectuelle (PI), ou d'un accord de non-divulgation (AND).

Cela fonctionne pour moi presque tout le temps. Dans la plupart des domaines où ce problème se pose, il existe une sorte d'accord de non-divulgation ou une autre protection de la propriété intellectuelle. Utilisez-le. S'il n'y a rien de ce genre, et que vous vous sentez à l'aise pour mentir, c'est toujours une tactique efficace. La conversation pourrait se dérouler comme suit :

A : Que faites-vous dans la vie ?

B : Je suis chercheur en mathématiques.

A : Oh cool ! Que recherchez-vous exactement ? Ou qu'est-ce que tu fais toute la journée ?

B : Eh bien, les mathématiques sur lesquelles je fais des recherches sont vraiment abstraites, et honnêtement pas super excitantes. J'écris surtout des articles et des choses comme ça, mais je ne peux vraiment pas entrer dans les détails puisque j'ai un accord de confidentialité avec l'université.

0
-1
2017-09-06 15:42:06 +0000

Une autre possibilité est de présenter quelque chose de votre domaine qui soit accessible à un profane pour donner la saveur de la chose. Par souci de logique, vous pourriez leur parler de la question de savoir s'il existe le même "nombre" de nombres rationnels et réels et de la diagonalisation du Cantor. C'est quelque chose qu'une personne moyenne peut saisir sans trop de contexte a en quelques minutes.

En d'autres termes - dites-leur une colonne Gardner :)

-1