Les relations interpersonnelles
2018-04-05 09:12:37 +0000 2018-04-05 09:12:37 +0000
85

Comment répondre à une question sur le fait de ne pas profiter d'une fête sans révéler d'informations sensibles

Je ne vais pas souvent à des fêtes, en fait je les évite activement autant qu'il est humainement possible. La plupart du temps, je me retrouve dans un coin ou dans un endroit un peu à l'écart des groupes de personnes et j'essaie de lutter contre un mal de tête croissant ou de boire un verre d'eau. Ce n'est pas parce que ces fêtes sont mauvaises ou que l'hôte n'essaie pas, elles ne sont tout simplement pas pour moi.

C'est là que mon problème commence. Parfois, l'hôte remarque que je ne passe pas un bon moment et me demande pourquoi. La fête est-elle mauvaise ? Les autres personnes m'ennuient-elles ?

Le problème ici est que je ne peux pas répondre à ces questions honnêtement sans révéler des détails sur moi-même que je ne préférerais vraiment pas (problèmes de santé mentale, par exemple). Je ne suis pas très doué pour mentir, donc trouver des excuses ne m'intéresse pas.

C'est arrivé au point où les organisateurs de ces soirées demandent parfois à mes amis ou à ma famille ce qui ne va pas chez moi quand je ne leur donne pas de réponse concrète.

Existe-t-il un moyen socialement gracieux de faire savoir à quelqu'un que le fait que vous ne vous amusez pas n'est pas de sa faute et qu'il n'a pas à s'inquiéter, de préférence sans révéler des choses comme mes antécédents médicaux ?

Réponses [12]

148
2018-04-05 09:55:02 +0000

Mon petit ami n'aime pas non plus les fêtes. La musique lui fait mal aux oreilles, la fumée de cigarette lui irrite les yeux, et il déteste quand des gens ivres viennent lui demander pourquoi il ne boit pas et comment il peut apprécier d'être ici alors qu'il est sobre (enfin, en fait, il ne le fait pas, mais ce n'est pas le problème ici). Quand les gens lui demandent pourquoi il se retient dans un coin de la pièce, s'il a un problème, il sourit simplement et dit :

Je suis très content de vous voir [tous], c'est pourquoi je suis venu. Le fait est que les fêtes ne sont pas vraiment mon truc parce que je suis facilement fatigué, c'est pourquoi je me repose un peu. Mais c'est très agréable de passer du temps avec vous !

Ainsi, il déclare qu'il n'aime pas les fêtes sans laisser entendre que celle-ci en particulier est nulle, mais il explique aussi pourquoi il est venu même s'il n'aime pas ça : il voulait voir ses proches , et il me semble que c'est la raison qui vous amène aussi aux soirées.

Aussi, avez-vous la possibilité de demander à vos proches de se rencontrer plus souvent en dehors des soirées ? Peut-être que cela vous éviterait d'avoir à y aller aussi souvent. Discuter de cette possibilité avec eux pourrait vous soulager, mais je ne sais pas si c'est quelque chose que vous pourriez faire.

148
31
2018-04-05 09:26:26 +0000

Le fait est qu'ils se soucient probablement de vous et veulent vous aider. Je vous comprends parfaitement, mais ces gens sont sincères, c'est important de le voir.

Il est difficile de faire passer un tel message, mais voici mon point de vue :

Une chose que vous pourriez dire, ce ne serait pas une excuse, c'est que

'il y a trop de gens pour moi, j'avais besoin d'une pause'

et

le bruit me donne mal à la tête, mais ce n'est pas votre faute'. Ce ne sont pas des mensonges, c'est probablement ce que vous ressentez. J'espère vraiment que cela vous aidera, parce qu'il est difficile d'expliquer que les fêtes ne sont pas vraiment une chose pour vous :)

31
17
2018-04-05 18:06:54 +0000

Je suis surpris, avec toutes ces réponses, que personne n'en ait parlé. Je connais plusieurs personnes qui ont des problèmes similaires, mais ils sont tous causés par des choses différentes et ils les traitent tous différemment. Il semble que vous ne souhaitiez pas discuter des détails ici, mais vous mentionnez que c'est lié à la santé mentale. Je vais vous donner quelques idées de ce point de vue, mais j'en ajouterai d'autres pour le bien des futurs lecteurs (puisque, comme je l'ai dit, les causes sont multiples).

La clé pour gérer tout cela est l' empathie. Nous devons faire en sorte que les personnes qui remettent en question votre comportement empathique à votre situation, sinon elles ne seront probablement pas satisfaites de ce que vous dites. Mais pour susciter de l'empathie, vous devez renoncer à au moins un tout petit peu d'informations personnelles. N'ayez pas peur, nous pouvons le faire sans révéler quoi que ce soit de terriblement embarrassant.

1) Les phobies

Un certain nombre de phobies peuvent amener quelqu'un à ne pas aimer les grands rassemblements sociaux. Claustrophobie, agoraphobie, etc. Toutes peuvent conduire à l'anxiété, entraînant des tensions, des maux de tête, des nausées, l'impression de ne pas pouvoir respirer, etc. Même la mysophobie (plus connue sous le nom de "germophobie") peut entrer en jeu. Je connais quelqu'un qui ne peut généralement pas se rapprocher des gens parce qu'il peut "voir" les germes expulsés lorsque d'autres personnes respirent.

Le problème des phobies est qu'elles ne sont généralement pas prises très au sérieux par la société. Il s'agit d'un diagnostic "informel", que certaines personnes moins sensibles pensent que vous pouvez simplement "passer outre". Dans ce cas, il est préférable de se concentrer sur l'aspect anxieux, auquel la plupart des gens peuvent s'identifier à un certain niveau. On peut généralement s'en tenir là sans autre forme d'encouragement, et ce n'est pas très gênant à admettre à notre époque où la santé mentale devient une préoccupation de plus en plus importante. Par exemple :

"Qu'est-ce qui ne va pas ?"

[sourire] "Désolé, la foule me rend anxieux. Je parie que vous aurez du mal à trouver quelqu'un qui ne sera pas sympathique à cela, et très peu de gens le prendront personnellement. Si vous insistez sur la raison de votre présence, vous pouvez simplement poursuivre avec :

"Je suis ici pour vous voir [vous/eux/qui que ce soit], ça vaut le coup pour moi"

2) Anxiété

Il s'agit en fait de la même solution que celle mentionnée au point 1, mais cela vaut la peine de prendre une minute pour discuter de l'anxiété et des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas avoir peur de l'admettre. L'anxiété, sous diverses formes, est un diagnostic médical très courant et accepté. De nombreuses personnes y sont confrontées quotidiennement, même s'il n'y a pas de déclencheur spécifique ("anxiété généralisée"). Certains peuvent s'en sortir sans avoir besoin d'aide, mais si elle a un impact important sur leur vie, il existe une grande variété de traitements. Une solution possible si vous voulez l'éliminer et éviter le mal de tête pourrait être d'obtenir une ordonnance pour un anxiolytique comme le lorazépam, qui est un traitement très courant pour l'anxiété aiguë. Prenez-en un avant d'aller à la fête et vous vous sentirez probablement beaucoup mieux et peut-être même vous amuserez.

Bien sûr, tout cela ne s'applique que si l'anxiété est votre problème (ce qui est le cas dans ces cas-là 95 % du temps, quelle qu'en soit la cause).

3) Hyperacousie

Vous parlez de maux de tête, alors je voulais en parler brièvement au cas où ce serait la cause. C'est une cause qui n'est pas connue de la plupart des gens, mais elle est étonnamment répandue. En bref, hyperacousie est une sensibilité au bruit ou à certains types de bruit. Dans les cas graves, elle peut être débilitante, mais souvent elle provoque simplement des maux de tête, des irritations et est généralement très inconfortable. Si c'est votre problème, félicitations, vous en connaissez maintenant le nom ! Ce n'est vraiment pas gênant d'en parler, une simple explication rapide devrait suffire à mettre la plupart des gens à l'aise :

"Qu'est-ce qui ne va pas ?"

"J'ai ce truc appelé hyperacousie, en gros les bruits forts me donnent un mauvais mal de tête. Ça va aller, j'ai juste besoin d'air de temps en temps"

4) Troubles mentaux complexes

J'ai gardé cela pour la fin parce que c'est plus difficile à gérer, et je peux imaginer pourquoi vous seriez mal à l'aise de divulguer quoi que ce soit à ce sujet. Il y a plusieurs troubles qui entrent dans cette catégorie, mais vous pouvez les traiter tous de la même manière dans ce cas. Nous parlons de choses comme la schizophrénie, le désordre schizo-affectif, le désordre bipolaire, le désordre de la personnalité limite, diverses saveurs de désordre dysmorphique (comme le genre qui fait que les autres personnes/objets mutent en des choses terribles), la liste est longue. Pour faire court, n'importe lequel de ces troubles peut causer un malaise majeur dans des situations sociales qui échappent à votre contrôle et peut vous permettre d'être facilement dépassé par les stimuli sensoriels qui vous entourent. Il est parfaitement normal de vouloir éviter les rencontres sociales dans ce cas, alors ne vous en faites pas. Si c'est le problème, vous pouvez toujours vous occuper d'un hôte/ami inquiet sans trop en dévoiler. C'est l'un des moyens les plus faciles approches :

"Qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Je vais bien, la foule me met mal à l'aise. La première partie de cette réponse est un peu énigmatique et pourrait susciter d'autres questions, aussi l'ajout d'une pincée de détails (remplacez le symptôme qui vous semble le plus approprié) devrait suffire à évoquer cette empathie de leur part. Remarquez que ce n'est pas très différent des suggestions précédentes, elles sont toutes intentionnellement vagues mais révèlent juste assez de détails personnels pour que la personne qui pose la question comprenne.

Le détail exact que vous révélez dépend du type de problème que vous avez réellement, mais cela vous évite d'avoir à mentir ou à tromper quelqu'un. Il est plus que probable que celui à qui vous le direz s'en souviendra à l'avenir et ne vous interrogera plus, au-delà de la simple vérification de votre état de santé. Si ces personnes se soucient réellement de vous, une petite dose d'honnêteté suffira à gagner leur empathie et à éviter d'autres interrogatoires. Pas besoin de mentir ou d'être maladroit à ce sujet, ou de s'inquiéter de trop en révéler.

17
13
2018-04-05 10:01:47 +0000

Aller à la fête que vous savez ne pas apprécier et bouder dans un coin plus tard, puis ne pas donner une réponse véridique à la demande de raison n'est vraiment pas une façon de traiter votre hôte. D'une certaine manière, les compétences interpersonnelles sont considérées comme un moyen de trouver des mensonges rapides, mais la véritable vertu est souvent d'être honnête et d'aller droit au but. Lorsque vous êtes invité à la fête :

Désolé, je préfère passer mon tour cette fois-ci car je ne me sens pas bien

Si vous vous retrouvez quand même à la fête et qu'on vous demande :

Merci pour l'invitation, je crois que je commence à être fatigué et j'aimerais me retirer pour la nuit.

C'est aussi simple que ça. Et cela n'offensera personne.

Pour répondre aux inquiétudes exprimées dans le commentaire - si votre hôte commence à vous déranger après 20 minutes, cela indique clairement que les futures fêtes avec cette personne devraient être sautées. "Pourquoi vous êtes-vous donné la peine de venir" peut être répondu par :

Je voulais vous rencontrer et je pensais que ça allait mais ce n'est clairement pas le cas.

13
7
2018-04-05 13:46:25 +0000

Je pense que vous avez répondu à votre propre question en disant : "Ce n'est pas parce que ces fêtes sont mauvaises ou que l'hôte n'essaie pas, elles ne sont tout simplement pas pour moi"

Continuez à suivre ce train de pensée. Assurez à l'hôte que la fête se passe bien, mais vous ne vous épanouissez pas dans ce genre de situation sociale. Si on vous presse, expliquez que vous êtes un grand introverti. Si l'on vous presse davantage, ou si l'hôte tente de vous forcer à participer à des activités partielles ou à toute autre chose qui semble vouloir vous "réparer", veuillez lui dire que, même si vous reconnaissez les meilleures intentions, cela ne fait que vous mettre plus mal à l'aise.

7
5
2018-04-05 13:05:04 +0000

J'ai le même problème. Les fêtes me drainent, émotionnellement et physiquement. Si les gens me remarquent en train de m'éloigner et d'être seul, ils essaient parfois de me ramener dans le groupe, ce qui est précisément ce que je ne veux pas. J'ai récemment commencé à faire savoir aux gens que cela fait partie de qui je suis, mais de manière très prudente.

J'ai tendance à dire quelque chose comme "J'avais juste besoin de quelques minutes pour me détendre. J'ai ce truc stupide qui ressemble un peu à de la claustrophobie, que trop de gens et trop de voix à la fois se mettent un peu au-dessus de moi, alors j'ai juste besoin de m'éloigner et de me ressaisir pendant quelques minutes. Je me remettrai vite d'aplomb. Je suis très bien avec un tête-à-tête comme celui que nous avons, ou avec 2 ou 3 personnes, mais quand cela arrive à toute une foule, j'ai tendance à m'éteindre un peu"

De plus, si vous le décrivez comme une phobie, ou similaire, les gens comprendront plus facilement et vous n'aurez pas à vous plonger dans les problèmes de santé mentale.

Ce que je ne mentionne pas, sauf si je parle à quelqu'un qui est vraiment intéressé, c'est que j'ai découvert cette année (à 50 ans) que je suis une IFNJ dans la classification Myers-Briggs , et que mon comportement est absolument prévisible. J'avais toujours pensé que j'étais bizarre, ou d'une certaine manière un échec social, et maintenant que je sais que je suis juste moi, c'est beaucoup plus facile à gérer.

J'ai même fait des recommandations à l'équipe Diversité et Inclusion de l'entreprise pour laquelle je travaille, afin de fournir une salle plus calme lors de la conférence annuelle pour que les gens puissent communiquer entre eux en petits groupes. Cette année, j'ai passé une grande partie du dîner/dansant de la soirée à errer à la périphérie de la salle, sans pouvoir discuter avec qui que ce soit, parce qu'il y avait tout simplement trop de monde.

5
3
2018-04-05 12:02:02 +0000

La plupart des gens seront compréhensifs si vous déclarez simplement que vous ne vous sentez pas bien et que vous avez besoin d'un peu de temps seul ou que vous devez partir plus tôt. Dans de nombreux cas, il est également possible de sortir pour prendre l'air. Si vous êtes capable de vous ressourcer dans ces moments de solitude, n'oubliez pas de faire de temps en temps votre ronde, même si ce n'est que pour écouter poliment quelqu'un d'autre parler. L'hôte et les invités ne vont pas remarquer que vous ne passez pas un bon moment si vous semblez fiancé.

3
3
2018-04-05 15:25:47 +0000

**Pourquoi aller à des fêtes puisque vous ne les appréciez pas au départ ? Vous détestez manifestement les fêtes et vous passez un mauvais moment à y participer. Vous n'aimez pas quelque chose, ne le faites pas ! Rejette les invitations à des fêtes, en disant simplement que tu n'aimes pas les fêtes en général.

Tes amis doivent comprendre que tu es simple, pas un fêtard.

Certaines personnes n'aiment peut-être pas les théâtres, tu n'aimes pas les fêtes. C'est simple et clair. L'erreur que vous commettez est de continuer à assister à des fêtes même si vous les détestez. Une fois que vous aurez cessé d'aller à des fêtes et que vous aurez expliqué à vos amis que vous n'aimez pas les fêtes, il deviendra clair que vous n'aimez pas les fêtes.

Dans le même temps, vous ne voulez pas être laissé à l'écart de vos amis, vous devrez donc leur montrer votre volonté de traîner avec eux et de participer à leurs autres activités, par exemple au café, au cinéma, etc. Après avoir appliqué ces mesures pendant un certain temps, vos amis comprendront que vous n'êtes pas un fêtard et ils cesseront même de vous inviter, non pas parce qu'ils vous ont mis à l'écart, mais parce qu'ils savent que vous détestez les fêtes et que vous allez dire non à coup sûr. Bien sûr, ils t'inviteront encore de temps en temps, c'est normal.

N'oublie jamais que si un jour, pour une raison quelconque, tu as vraiment envie d'aller à une fête en général ou à une fête en particulier, tu peux toujours le dire à tes amis ;

Hé les gars, ce soir, bizarrement, j'ai envie de faire la fête, est-ce que ta fête continue ?

3
2
2018-04-07 03:28:04 +0000

Personne n'a répondu du point de vue des hôtes mais c'est important, parce que votre question concerne spécifiquement l'hôte qui vous pose.

Quand je suis l'hôte, mon travail consiste à m'assurer que tout le monde passe un bon moment. Si quelqu'un est seul, je dois le présenter à quelqu'un ou à un groupe et l'intégrer dans une conversation, par exemple.

Donc, la question de l'hôte est bien intentionnée et sa principale préoccupation est à propos de vous. Les informations importantes que vous devez transmettre ne concernent pas votre état mental ou même si vous allez bien ou non, mais que vous soyez ou non dans la situation où vous vous trouvez parce que vous l'avez choisi ou que vous soyez reconnaissant si quelqu'un vous aide.

Essentiellement, si vous voulez qu'on vous laisse tranquille, vous devez dire quelque chose du genre :

Salut John. Merci d'avoir demandé. Je vais bien, je suis juste sorti un peu de la foule. Ne vous inquiétez pas pour moi.

Vous pouvez le faire en autant ou moins de mots que possible, selon votre relation avec l'hôte. En tant qu'hôte, je serais heureux d'avoir au moins un aperçu des informations de base. Quelque chose qui s'apparente à d'autres réponses, comme le fait de ne pas aimer les fêtes en général. En tant qu'hôte, cela me fait comprendre que mon parti en particulier n'a rien de mal, c'est-à-dire que je n'ai pas besoin de faire quelque chose pour vous. C'est en fait l'information la plus importante : Avez-vous besoin de quelque chose de ma part ou non?

2
2
2018-04-05 13:08:40 +0000

Bien qu'il n'y ait rien de mal à être un wallflower (je le suis aussi), il est toujours bon d'avoir une réponse optimiste prête pour les moments où vous êtes interrogé. Ma réponse habituelle est du genre :

Oh, hé Bob, je me détends ici et je savoure mon verre - je n'ai jamais été un papillon très sociable, mais j'aime bien regarder de loin. Ma femme dit que je ferais un excellent videur !

L'idée est d'avoir une réponse rapide qui envoie le message suivant : "Non, je ne boude pas et je ne suis pas un paria - je m'amuse à ma façon. S'ils insistent davantage, vous pouvez développer autant que vous le jugez approprié - du simple "J'ai toujours été heureux d'apprécier ma propre compagnie" à "Je deviens un peu claustrophobe en groupe - je trouve que j'apprécie beaucoup plus la soirée si je prends un peu de recul".

2
1
2018-04-05 21:59:10 +0000

Personnellement, j'aime bien être social pendant environ deux heures. Parfois plus longtemps, mais souvent, j'en ai fini avec toute activité sociale à ce moment-là. Il est tout à fait normal d'assister à ces événements, quelle que soit la durée pendant laquelle vous les appréciez.

Je vous suggère d'y aller et de faire un effort. 30 minutes d'un ami pleinement engagé à passer un bon moment est bien mieux que de passer 4 heures à traîner inconfortablement. Je pense que tout le monde peut faire un bon effort de quelque chose pendant au moins une demi-heure ;)

Parfois, même si je ne veux pas y aller du tout, je prends plaisir à savoir que mon ami m'a invité, qu'il veut que je sois là et qu'il veut passer du temps avec moi. Si ma présence peut rendre quelqu'un d'autre heureux, cela me suffit pour y aller.

Enfin, c'est normal d'être honnête et de dire aux gens que vous êtes très introverti et que vous ne voulez pas rester pendant toute la durée de la soirée. Je pense qu'ils apprécieraient votre honnêteté.

1
1
2018-04-06 18:46:20 +0000

essayer de lutter contre un mal de tête croissant

Il me semble que c'est une excuse suffisamment valable que vous pouvez donner sans approfondir quoi que ce soit de plus personnel. Les maux de tête ou les migraines provoqués par un environnement bruyant sont assez courants, donc ils ne seront pas considérés comme bizarres et (espérons-le) sujets à d'autres interrogations. En fait, le fait de montrer que vous étiez intéressé par la fête même si vous avez une propension à développer des maux de tête dans de tels environnements devrait communiquer à l'hôte à quel point vous souhaitez réellement y être.

1