Les relations interpersonnelles
2017-12-13 18:27:58 +0000 2017-12-13 18:27:58 +0000
50

Comment puis-je reconnaître que je taquine trop quelqu'un sans que cette personne me fasse part de ses réactions verbales ?

Dans ma situation, je sors avec quelqu'un qui est le type typique du clown de la classe et qui aime être drôle et faire des blagues. Parfois, nos collègues (que nous avons rencontrés au travail) le taquinent et je me joins à eux. La plupart du temps, c'est pour s'amuser. Mais j'ai remarqué récemment que j'ai l'impression de le taquiner tout le temps pour des choses qui ne sont pas toujours des taquineries de bon aloi. Il a dit que parfois je me moquais de lui quand il n'était pas d'humeur, ou que j'évoquais des choses sans rapport avec la plaisanterie qui ne la rend plus drôle.

Il existe de nombreuses ressources en ligne sur la façon de réagir aux brimades et aux taquineries. Cependant, je ne vois pas de ressources pour les personnes qui voudraient apprendre à arrêter de taquiner leurs amis et leur famille.

Nous en avons déjà discuté entre nous (le problème étant que le fait de le taquiner n'est pas toujours agréable). Il m'a dit qu'il se sentait bouleversé par une blague particulière. Je me suis sentie mal d'avoir blessé ses sentiments et je lui ai demandé ce que je pouvais faire pour ne plus le blesser. Il a décrit d'autres moments où il n'était pas d'humeur à plaisanter et j'ai réalisé que même si je pouvais dire qu'il ne s'amusait pas à 100%, je n'ai pas compris que je l'affectais directement à ce moment-là. C'est ainsi que j'ai réalisé que je ne savais pas comment l'empêcher d'aller de l'avant. Je ne sais pas comment dire quand je suis blessée parce qu'il a admis qu'il est du genre à mettre en bouteille pendant un certain temps avant de me le dire. Il m'a également dit que 90 % du temps, les plaisanteries et les taquineries ne le dérangeaient pas.

Quand je dis que j'ai l'impression de le taquiner tout le temps, je veux dire qu'une demi-heure après une conversation ou un échange, je me sentirai un peu mal pour les choses que j'ai dites ou évoquées, mais je ne sais pas si cela l'a affecté et je réalise tardivement qu'elles ont pu être méchantes.

En réfléchissant aux expériences passées où j'ai été informé après coup, j'observe ce qui suit :

  • La personne faisant l'objet de la taquinerie a argumenté sur les prémisses de ce qu'on lui taquinait (c'est-à-dire ")

  • La personne taquinée semblait frustrée par l'autre activité à laquelle le groupe se livrait (randonnée, etc.)

  • La personne taquinée était plus engagée avec les autres personnes qui la taquinaient qu'avec elle

D'après ces notes, je suppose que si la personne taquinée ne rit pas et réoriente la conversation de quelque manière que ce soit, cela devrait être un grand drapeau rouge. D'autres indications sur les grands drapeaux rouges me seraient très utiles.

*Comment puis-je reconnaître que je taquine trop quelqu'un sans que cette personne ne me fasse de commentaires verbaux ? *Dans une conversation avec deux personnes ou plus où les taquineries sont normales, quels indices non verbaux puis-je rechercher pour savoir si les taquineries sont malvenues à ce moment-là ?

Si vous avez déjà été taquiné alors que vous étiez blessé ou mal à l'aise ou si vous savez comment quelqu'un s'est senti pendant un tel épisode, je pense que les réponses aux questions suivantes pourraient être utiles dans une réponse bien équilibrée : De quelles manières avez-vous montré que vous étiez mal à l'aise ? Qu'avez-vous fait pour essayer de supprimer vos sentiments de malaise qui auraient pu faire savoir à l'autre partie que vous étiez mal à l'aise (si elle ne le savait pas) ?

Réponses [9]

43
2017-12-13 19:10:41 +0000

Vous demandez,

Comment puis-je reconnaître que je taquine quelqu'un sans avoir de retour verbal de cette personne ?

et

quels indices non verbaux puis-je déceler que les taquineries sont malvenues à ce moment-là ?

Comme vous ne pouvez pas utiliser les mots ou le ton de la voix de la personne pour discerner si elle est mal à l'aise, cela vous laisse avec le langage corporel.

Dans le livre "What Every BODY Is Saying" de Joe Navarro (il a travaillé pour le FBI en tant qu'interprète du langage corporel), Joe souligne que lorsque vous lisez le langage corporel, vous devez être attentif aux changements du langage corporel de la personne. Par exemple, si la personne cesse soudainement de rire, c'est un bon signe qu'elle ne trouve plus la plaisanterie drôle.

D'autres choses que vous pourriez rechercher :

  • Un sourire qui se transforme en froncement de sourcils.

  • De grands mouvements avec les bras ou les mains qui deviennent soudainement de petits mouvements. Lorsque les gens sont mal à l'aise, ils limitent leurs mouvements ou s'arrêtent complètement pour attirer moins l'attention sur eux.

  • La personne cesse d'établir un contact visuel aussi important. C'est un bon signe qu'elle s'éloigne mentalement de la conversation et se concentre sur ses propres pensées.

  • La personne commence à pointer ses pieds ou son corps loin de vous. Les gens font généralement cela lorsqu'ils veulent quitter une situation ou mettre fin à une conversation.

Je recommande vraiment son livre . Je l'ai lu plusieurs fois, et on peut obtenir tellement d'informations avec un si petit livre.

Pour une lecture plus rapide, vous pouvez consulter ce site.


Le texte ci-dessous est ma réponse originale à la question originale.

Réponse originale

Comment puis-je arrêter de taquiner quelqu'un que j'aime ?

Arrêtez simplement de raconter des blagues sur cette personne.

Si vous allez dire quelque chose parce que vous : A) vous pensez que c'est drôle, et B) que ce sera à propos de la personne que vous ne voulez pas taquiner,

alors ne le dites pas.

Le Dr Jordan Peterson a dit un jour : "ne pratique pas ce que tu ne veux pas devenir". (paraphrasé) L'inverse est également vrai si vous voulez devenir quelque chose que vous devrez pratiquer.

C'est un travail difficile de changer votre nature. Donc si vous vous plantez, ne vous en voulez pas, dites-vous simplement comment vous allez vous comporter différemment si cette situation se reproduit (c'est ce qu'on appelle pratiquer dans votre esprit) et faites attention à la prochaine fois.

Si vous avez peur de faire des erreurs et de vous moquer encore un peu plus par accident, parlez à votre ami et dites-lui ce que vous faites pour changer, et dites-lui que vous l'invitez à vous dire si vous vous trompez, parce que vous l'estimez et que vous voulez changer pour ne pas vous moquer autant.

Note finale, vous constaterez peut-être qu'il est plus facile d'arrêter de taquiner tout le monde en même temps que d'arrêter de taquiner une seule personne.

Bonne chance !

43
13
2017-12-13 20:17:37 +0000

J'ai déjà été à votre place (et à la sienne). En tant que personne qui a dépassé ses limites et blessé quelqu'un involontairement, je veux vous proposer les options que j'ai trouvées.

Premièrement, gardez à l'esprit tout le monde est différent. Vos taquineries peuvent convenir à une personne, mais pas à la suivante. Vous n'êtes pas nécessairement un tyran pour cela, mais maintenant que cela a été communiqué, il faut y remédier. D'après ce que j'ai appris, vous avez deux options principales.

  1. **

Si votre partenaire vous dit que cela ne le dérange pas tout le temps, peut-être pouvez-vous lui parler de votre tentative d'atteindre le numéro 1. D'une manière générale, certaines personnes sont plus aptes à montrer/cacher leurs émotions et il n'y a vraiment aucun moyen de garantir que vous serez en mesure de détecter les signes de contrariété de quelqu'un.

La meilleure façon d'aborder la question est de l'amener à essayer de vous aider à l'aider. Si vous voulez essayer, je l'approcherais en lui disant

Hé, je ne voulais pas te blesser, j'ai juste eu du mal à reconnaître que tu étais en colère. Si jamais moi-même ou quelqu'un d'autre dépasse les bornes, pourrais-tu me le faire savoir d'une manière ou d'une autre ?

Dans les groupes, il serait peut-être préférable qu'il vous fasse savoir qu'il n'est pas à l'aise avec les blagues (peut-être même qu'elles viennent d'autres personnes). Qu'il s'agisse d'un texte, d'un "regard", etc., vous pouvez l'aider à déplacer la conversation vers un autre sujet et à éviter qu'il ne reçoive une attention indésirable de votre part ou de celle des autres.

  1. **Si votre partenaire est dérangé plus souvent qu'autrement, je vous suggère de vous concentrer sur le numéro 2. Lorsque vous dépassez les limites de l'espièglerie et que vous dites quelque chose qui l'a contrarié, excusez-vous et dites que vous y travaillez. Continuez à y travailler en étant plus conscient des choses que vous dites.

Il est facile de laisser les taquineries et les jeux devenir incontrôlables parfois. Cet exercice peut vous aider au-delà de cette relation, mais il peut aussi vous aider à faire en sorte que vos taquineries ne dépassent jamais vos autres amitiés.

13
7
2017-12-13 22:52:01 +0000

J'ai de la peine pour vous deux. Il y a parfois une fine frontière entre des côtes amicales et quelque chose de plus blessant ; j'ai été des deux côtés de cette frontière, en tant qu'aguicheuse et en tant que téléspectatrice. Heureusement, je pense que vous avez pris un bon départ en communiquant ouvertement à ce sujet.

Puisque vous avez déjà eu une conversation avec votre petit ami à ce sujet, vous avez la possibilité de lui demander explicitement son aide. Je suis d'accord pour observer son langage corporel (posture raide, sourire qui n'atteint pas les yeux, position de type "câlin" plutôt que quelque chose de plus ouvert, etc.) mais au cas où vous manqueriez ces signes plus subtils, vous pourriez convenir d'un signal sans ambiguïté indiquant qu'il est mal à l'aise. Ce signal devrait vous aider à mieux cerner ses limites, car il n'y aura pas autant de devinettes, et peut également réduire une partie de l'anxiété liée à ces situations, puisque vous saurez tous les deux que vous avez mis en place un mécanisme pour vous assurer qu'elles ne dégénèrent pas.

Pour ce faire, vous devrez avoir une autre conversation. Expliquez-lui ce que vous nous avez dit : que vous vous sentez mal et que vous ne voulez plus franchir la ligne. Vous pouvez également lui dire que vous travaillez sur des moyens de reconnaître les moments où il pourrait ne pas être à l'aise. Demandez-lui s'il connaît des "tells" qui pourraient vous aider dans ce domaine et demandez-lui si vous pouvez mettre en place une sorte de signal délibéré, au cas où vous ne verriez pas ces signes au cours de votre apprentissage.

Le signal pourrait être un geste, comme tirer sur une oreille, ou introduire une phrase particulière dans la conversation, comme "ma maman dit toujours". Assurez-vous simplement que quoi que ce soit ne risque pas de se produire spontanément (pas un geste ou une expression habituelle) et que c'est quelque chose que vous pouvez faire confortablement / naturellement.

Pour l'aider à se sentir plus à l'aise en utilisant le signal, et pour vous aider à ne pas vous sentir trop réprimandé par celui-ci, vous pouvez l'encadrer comme un "SOS" secret entre vous deux, plutôt que comme lui pleurant l'Oncle. Il peut être utilisé lorsque d'autres personnes le mettent mal à l'aise, ainsi que lorsqu'il s'agit de quelque chose que vous dites, afin que vous puissiez aider à changer de sujet, et vous pouvez l'utiliser aussi dans les situations où vous êtes mal à l'aise pour une raison quelconque - ou êtes simplement fatigué et voulez sortir avec grâce d'un cadre social. Une fois que vous êtes tous deux à l'aise avec le signal, celui-ci peut fonctionner comme une version plus amicale et plus claire de la relation familière "coup de pied dans la table/coup de pouce dans les côtes".

7
5
2017-12-14 09:21:12 +0000

La première réponse, qui porte sur le langage corporel, est tout à fait pertinente. Il faut un peu d'entraînement pour apprendre à observer quand votre partenaire est mal à l'aise, et vous avez à peine commencé. Restez attentif, car ce que vous apprendrez vous sera utile dans de nombreuses situations.

En règle générale, je ne rirais pas avec les autres de mon partenaire, à moins qu'il ne l'ait clairement commencé ou qu'il ne veuille l'encourager.

Vous pouvez aussi vous mettre d'accord avec lui sur un signal secret qu'il pourrait vous donner quand il veut que vous arrêtiez. Soyez suffisamment attentif pour le remarquer et pour mettre fin immédiatement à vos taquineries. Faites attention à ne pas révéler qu'il vous a fait un signal.

5
5
2017-12-13 18:37:25 +0000

Si vous ne savez pas quand ou à propos de quoi vous pouvez le taquiner, comme vous l'avez suggéré, ne le faites pas.

Je parle pour moi quand je dis que parfois, les blagues et les taquineries ne nous dérangent pas vraiment, mais si elles viennent de notre proche, elles peuvent être blessantes parce que nous attendons de cette personne qu'elle soit de notre côté. Nous n'attendons pas (et ne voulons pas) qu'elle se moque de nous. C'est peut-être la même chose pour le gars avec qui tu sors.

Je pense que la meilleure solution est de ne pas le taquiner du tout et de rester à ses côtés quand il est taquiné par les autres.

5
2
2017-12-16 05:29:46 +0000

Arrêtez de le taquiner. Oui, complètement.

Vous dites déjà que vous l'avez fait malgré la détection de son malaise ("...j'ai réalisé que même si je pouvais dire qu'il ne s'amusait pas à 100%..."). Il ne s'agit pas de reconnaître quand il est mal à l'aise. Vous avez franchi la ligne plus d'une fois, et maintenant il sera trop facile de laisser cela se reproduire. Il est donc temps d'arrêter tout simplement de le faire. De plus, si vous avez déjà franchi la ligne, cela signifie probablement que votre ami ne s'amuse plus.

Vous pourriez commencer à le taquiner sans vous en rendre compte parfois puisque vous en avez déjà l'habitude. Dès que vous vous en rendez compte, arrêtez, partez, et peut-être même excusez-vous en privé pour cela et indiquez clairement que vous essayez d'arrêter.

2
1
2017-12-14 18:09:55 +0000

Utilisez "nous"

OP, j'ai exactement le même problème, et j'ai essayé de lire le langage du corps et d'autres indices mais j'oublie toujours dans le feu de l'action. L'autocensure exige une trop grande présence d'esprit pour pouvoir travailler tout le temps.

Au lieu d'essayer de vous censurer, essayez de changer d'attitude, juste un peu. Peut-être avez-vous l'impression que le but de vos petites blagues est d'accroître votre propre popularité en vous présentant comme une personne drôle. En fait, c'est un peu plus compliqué que cela. Le fait de "s'en prendre les uns aux autres" est un rituel de rapprochement ; il augmente la proximité lorsque vous pouvez dire quelque chose de désobligeant que vous acceptez également à votre sujet. Mais il faut que ce soit quelque chose de partagé, ou tout ce que cela fait, cela met en évidence un domaine dans lequel vous êtes différent.

Alors, voici le petit changement d'attitude. N'utilisez pas le "vous". Utilisez "nous". Chaque fois que vous pensez à quelque chose de méchant mais de drôle, essayez d'utiliser un "nous". Par exemple,

Au lieu de

[S'asseoir pour un grand repas] Oh mon Dieu, tu es vraiment un porc !

Essayez

[Assis à un grand repas] Oh mon dieu, nous sommes de vrais porcs !

Comme ça, ce n'est pas vous qui le critiquez, c'est vous qui dites que vous êtes deux "OK" bien que vous soyez des porcs.

Et si "nous" ne correspond pas à une situation particulière, vous êtes probablement sur le point de dire quelque chose de grossier, alors ne dites rien.

1
1
2017-12-15 19:43:49 +0000

Pour certaines personnes, un signal défini fonctionne. Il ne s'agit plus d'un langage corporel, mais d'un signal direct que cette personne vous envoie.

D'après ce que je vois, l'autre personne ne se soucie pas de vos taquineries en général. Il s'agit de moments précis où elle n'est "pas d'humeur". Suggérez que vous vous mettiez d'accord sur un signal spécifique qu'elle vous envoie lorsque c'est le cas. Vous le saurez, les autres n'ont pas besoin de le faire. Il peut s'agir d'un geste de la main, d'un petit mot dans une phrase, d'un regard spécifique.

Les signaux de ce genre fonctionnent dans d'autres situations, donc je pense que cela pourrait fonctionner ici aussi.

1
-2
2017-12-14 04:13:53 +0000

Edit : la question contient maintenant "trop", ce qui rend cette réponse un peu dépassée. Mais je maintiens ma définition du taquin.


Je pense qu'un aspect de la question qui n'a pas été suffisamment abordé dans d'autres commentaires est que faire une blague sur une personne qui est présente est toujours du taquin. Les taquineries ne sont pas forcément mauvaises : beaucoup de gens s'amusent à être taquinés.

Si la question est juste celle-ci :

Comment puis-je reconnaître que je taquine quelqu'un

alors la réponse est celle-ci :

Si vous racontez une blague sur quelqu'un qui est présent, vous le taquinez.

-2

Questions connexes