Les relations interpersonnelles
2017-11-02 13:14:59 +0000 2017-11-02 13:14:59 +0000
29

Comment aider ma petite amie si elle est très déprimée à cause de petites choses ?

Je sors avec une fille merveilleuse depuis un peu plus de dix mois maintenant, et pour la première fois depuis longtemps, c'était génial. Je l'aime et nous passons beaucoup de temps ensemble ; cependant, ces derniers mois, les choses ont été plus tendues.

Maintenant, environ une semaine sur deux, elle a une nuit où, si quelque chose va mal, elle devient très renfermée et silencieuse, pleurant silencieusement à elle-même et ne me parlant de rien. Dans le passé, cela a dégénéré en une dispute plus importante, et j'ai l'impression de devoir marcher sur des oeufs parfois parce que je déteste la faire sentir comme ça. Si je lui dis qu'elle est à nouveau triste, c'est parce que je "ne lui fais pas confiance".

Par exemple, la dernière fois que c'est arrivé, nous avons dîné ensemble après une journée stressante au travail, et j'ai eu une conversation avec elle alors que j'installais un nouveau téléphone qui est nécessaire pour mon nouveau travail. Nous parlions pendant que je transférais des fichiers et elle était en train de câliner le chiot de sa colocataire, mais tout à coup, elle s'est recroquevillée et a cessé de parler. Cela a duré jusqu'à ce que nous allions nous coucher.

Elle dit que ces cas se produisaient beaucoup plus souvent quand elle était plus jeune, mais elle ne veut pas voir un conseiller.

Je m'inquiète pour elle, et je veux savoir ce que je peux faire pour l'aider.

A noter que cela a commencé environ 3 semaines après qu'elle ait commencé à prendre des contraceptifs hormonaux pour la toute première fois, et semble suivre le même schéma par la suite, avec des changements ou des oublis occasionnels de son contrôle depuis qu'elle a commencé il y a environ trois mois.

Réponses [7]

41
2017-11-02 13:37:10 +0000

Les pilules contraceptives hormonales sont assorties d'une liste très intéressante d'effets secondaires, dont certains sont de nature psychologique (changements d'humeur, etc.). Il serait peut-être préférable pour vous deux de lire cette liste d'effets secondaires et de discuter de l'opportunité de continuer à les utiliser - il existe, après tout, d'autres options contraceptives. Elle pourrait également consulter des spécialistes médicaux qui pourraient la conseiller sur ce sujet.

Cependant, ces deux événements peuvent être totalement sans rapport. Elle dit avoir eu ces "épisodes" lorsqu'elle était plus jeune. Eh bien, qu'est-ce que c'est exactement ? La dépression frappe généralement pendant des phases plus longues qu'une seule soirée, ce n'est donc peut-être pas la meilleure façon de décrire ce qu'elle vit.

Vous devriez vous asseoir avec elle et discuter du fait que ses humeurs vous affectent tous les deux, que vous souhaitez qu'elle soit heureuse, et que vous aimeriez en savoir plus sur les difficultés qu'elle rencontre/supporte. Cherchez à savoir si elle a déjà souffert de cette maladie dans le passé, si elle a déjà pris des médicaments ou si elle a eu d'autres moyens de combattre ces épisodes.

Enfin, ce n'est pas parce que vous l'aimez que vous êtes la personne appropriée pour l'aider à surmonter ces difficultés. Si elle a vraiment des problèmes de santé mentale, vous devez continuer à l'encourager à consulter un professionnel. Vous pouvez notamment lui conseiller le type de contraceptif qui lui convient le mieux.

Bonne chance !

41
17
2017-11-02 15:56:29 +0000

Je suis d'accord avec AndreiROM , cela pourrait très bien être un effet secondaire de son nouveau contrôle des naissances. Vous devriez l'encourager à en parler à son médecin pour explorer cette possibilité et discuter des options.

Maintenant, environ une semaine sur deux, elle a une nuit où, si quelque chose va mal, elle devient très renfermée et silencieuse, pleurant silencieusement pour elle-même et ne me parlant de rien.

J'ai beaucoup fait ça à l'université, et je le fais encore parfois. C'est une habitude difficile à perdre, surtout quand ça dure depuis si longtemps - comme c'est le cas pour votre petite amie.

La racine du problème, pour moi, c'est la dépression et l'anxiété. J'agissais "normalement" pendant des semaines, tandis que les soucis et les craintes s'accumulaient dans mon esprit, jusqu'au jour où je fixais trop longtemps mon plafond...

Habituellement, lorsque cela se produisait, je me sentais paralysé et pratiquement muet. Je n'avais pas le vocabulaire émotionnel pour exprimer ce que je ressentais et je ne pouvais pas exprimer ce qui me dérangeait (en partie parce que j'avais ignoré mes problèmes). J'étais donc très renfermée et je me perdais un peu dans ma propre tête pendant un certain temps.

Des choses qui m'ont aidé :

  • Patience et réconfort, réconfort non verbal comme les câlins ou le fait de lui apporter une tasse de thé. Elle peut ne pas vouloir parler, et préférer que vous laissiez passer. Mais elle se sent probablement vulnérable, et il est donc utile de savoir que vous êtes toujours là pour elle (cela peut aussi ressembler à lui apporter une couverture et à aller la voir de temps en temps, si elle veut être seule).

  • Questions simples ou "suggestives". Cela m'a aidé lorsque j'étais ouvert à la discussion, mais que je ne savais pas comment le faire. Si vous me demandiez "à quoi pensez-vous ?", je ne pourrais honnêtement pas le dire. Mais si c'était "vous êtes inquiet pour [x] ?", je pouvais le comprendre. Au lieu de "comment vous sentez-vous ?", essayez de partager une liste de mots d'émotion avec elle et demandez-lui lesquels elle ressent. Il est facile de répondre à des questions par oui ou par non plutôt que de donner une explication complète.

  • Distractions. Mettez un film, préparez le dîner, jouez à un jeu de société. J'ai même été chatouillé quelques fois (YMMV !! assurez-vous que vous respectez toujours ses limites, bien sûr). Parfois, j'avais juste besoin d'un coup de pouce pour sortir de ma propre tête. Cela fonctionne mieux si vous pouvez reconnaître le début d'un épisode et le tuer dans l'œuf, pour ainsi dire.

Cependant, je pense toujours que vous devriez l'encourager à consulter un professionnel. C'est une chose de la réconforter le temps d'une soirée, mais s'attaquer à la racine du problème est une entreprise beaucoup plus importante, et un professionnel saura comment le diagnostiquer et le traiter correctement.

17
15
2017-11-02 17:16:48 +0000

Cela ressemble à ma femme et moi. @Em C a d'excellentes suggestions, mais la plus grande aide pour nous a été :

Parlez de cela quand elle n'est pas bouleversée.

Assurez-vous qu'elle se sente en sécurité. Ne vous énervez pas. Elle n'a pas d'ennuis. Vous vous souciez d'elle et vous voulez juste comprendre ce qui lui passe par la tête afin de pouvoir l'aider.

Parlez-en quand elle n'est pas bouleversée et qu'elle peut penser clairement, quand l'anxiété et la négativité ne viennent pas troubler les choses. Demandez-lui ce qu'elle attend de vous dans ces moments-là. Elle n'a peut-être besoin que de patience et d'une épaule sur laquelle s'appuyer.

Parlez-en souvent. Après quelques années de vie commune, ma femme et moi avons encore du mal à nous en sortir, à communiquer correctement, mais chaque fois c'est mieux, chaque fois nous apprenons à mieux nous connaître et à nous parler.

15
5
2017-11-02 20:44:01 +0000

Je ne suis pas conseiller, mais on m'a diagnostiqué une dépression. Les symptômes que vous avez décrits (réaction excessive à des choses mineures, absence soudaine de réaction) ressemblent beaucoup à une dépression clinique.

Il est important de comprendre que les épisodes dépressifs apparaissent souvent sans avertissement et sans contrôle. Les personnes déprimées n'ont souvent aucune raison de se sentir si mal tout à coup, car il n'y a généralement pas de raison "externe" à cela.

Elle a besoin de voir un conseiller. Je sais qu'il peut être très, très difficile de faire en sorte qu'une personne déprimée aille voir un conseiller, surtout si elle a déjà essayé dans le passé. Mais elle doit vraiment y aller.

L'analogie qui m'a poussé à y aller était : traiter la maladie mentale comme une maladie physique. Si vous avez mal au dos après avoir couru, prenez un jour ou deux de repos. Si vous ressentez soudain une douleur lancinante et que vous ne pouvez même pas vous lever, allez voir un médecin. Si vous êtes déprimé pendant un jour ou deux, prenez un jour de congé. Si vous vous sentez soudain si mal que vous ne pouvez pas vous lever, allez voir un médecin.

A part cela, je vais répéter certaines des suggestions que d'autres ont faites :

Discutez-en quand elle n'est pas dans un épisode. Les épisodes dépressifs vous font vous sentir vraiment amer et sur la défensive. Ce n'est pas le moment de demander à un dépressif : "Qu'est-ce qui ne va pas ? Attendez que cela semble être passé, puis parlez-en.

Asseyez-vous dans la même pièce qu'elle lorsqu'elle est dans un épisode, mais ne vous attendez pas à être très impliqué avec elle. Une personne en pleine dépression peut ne pas vouloir parler (ou faire autre chose), mais la simple présence d'une personne de confiance peut être très réconfortante. C'est pourquoi les animaux de compagnie sont si bien adaptés aux personnes déprimées ; ils se blottissent contre vous et restent tranquillement assis. Vous n'avez pas besoin de vous asseoir tranquillement ; lisez, regardez un film, peu importe. Il suffit de le faire dans le même endroit qu'elle.

Surveillez votre propre santé mentale. La dépression est contagieuse. Prendre soin d'une personne déprimée peut être très frustrant et vous faire sentir mal. Assure-toi de sortir avec tes amis et de faire des choses qui te rendent heureux. Déprimer aux côtés de ta petite amie ne l'aidera pas.

N'essaie pas d'être psy. La dépression est une maladie qui nécessite un traitement médical. Tout comme vous pourriez masser un muscle tendu, mais vous n'essayeriez pas de réparer un disque glissé ; vous pouvez aider quelqu'un à traverser une période difficile, mais vous n'essayez pas de le guérir d'une dépression clinique. Emmenez-la chez un conseiller.

5
2
2017-11-02 19:12:54 +0000

Quand je sortais avec la femme qui est maintenant mon épouse, elle était la personne la plus émotive que je connaisse. Mais quand elle a reçu un implant Nexplanon dans le bras, tout a changé. Elle a suffisamment de contrôle pour reconnaître que le contrôle des naissances en est la cause, mais elle était tout simplement dépassée et déprimée, surtout le soir. Pour quelqu'un qui a moins de contrôle qu'elle (je ne dis pas que votre petite amie est dans cette catégorie, mais elle pourrait l'être), je peux imaginer que cela peut devenir difficile.

Cela semble cliché, mais si le problème est vraiment ses hormones, je suggère le chocolat. Peut-être aussi une distraction comme une émission de télé débile. Mais le chocolat nous a vraiment aidés. Quand elle commence à couler, je prends une barre de chocolat et je la lui donne, et elle se stabilise rapidement. Le fait de manger régulièrement des aliments riches en œstrogènes (ou qui entraînent une augmentation de la production d'œstrogènes) comme le lait de soja a également aidé.

Je pense que votre problème est difficile à résoudre par une interaction et une communication normales. C'est juste un problème d'hormones et la seule façon de le résoudre est de s'attaquer aux hormones, pas à la personne. Ce n'est pas elle qui est renfermée, c'est la chimie déséquilibrée de son cerveau.

2
2
2017-11-03 13:38:12 +0000

Un jour, un brave chevalier reçut une lettre d'une princesse, qui disait qu'elle avait été kidnappée par un dragon redoutable et enfermée au sommet d'une haute tour. Aussitôt, le chevalier monta sur son cheval et se dirigea vers la tour. Il monta les nombreuses volées d'escaliers et finit par rencontrer le dragon, qu'il tua après une longue et difficile bataille. Triomphant, le chevalier déverrouilla et ouvrit la porte de la chambre de la princesse, qui baissa les bras et fronça les sourcils : "Je ne t'ai pas demandé de résoudre mes problèmes, je voulais juste que tu les écoutes !

Parfois, la chose la plus difficile à faire pour quelqu'un que tu aimes est d'écouter et rien de plus. Chacun a des difficultés émotionnelles qui doivent être résolues par lui-même. Trop de contacts humains - même de la part des proches - pendant un état de stress émotionnel peut sembler étouffant. J'ai dû passer par de multiples relations avec des partenaires touchés par la dépression et l'anxiété avant d'apprendre cette difficile leçon : certains problèmes ne peuvent tout simplement pas être résolus par la parole, et parfois des mots bien intentionnés peuvent se retourner contre quelqu'un qui n'est pas dans un état d'esprit rationnel et le blesser.

Tant que votre partenaire n'est pas enclin à l'automutilation, il se remettra après avoir surmonté l'état dépressif dû au choc. Faites-lui savoir que vous êtes là pour lui quand il a besoin de vous, et pendant ce temps, vous pouvez faire la vaisselle ou quelque chose pour l'aider à se sentir dans un endroit stable et accueillant quand il sera prêt à sortir d'un état dépressif.

Comme d'autres l'ont mentionné, les problèmes émotionnels chroniques sont mieux traités par un professionnel expérimenté. Bien que je ne pense pas qu'un thérapeute puisse résoudre les problèmes de votre partenaire, il pourrait au moins avoir une meilleure compréhension de son contexte et des luttes parallèles des autres, et des moyens qui les ont aidés, ce qui pourrait en fin de compte aider votre partenaire également.

2
0
2017-11-03 21:40:09 +0000

Si je mentionne qu'elle est à nouveau triste, parce que je "ne lui fais pas confiance".

Cela se lit comme une réponse très défensive qui se traduit par le fait qu'elle ne vous fait pas confiance. Les raisons exactes ne sont que des spéculations de ma part, mais il se peut que vous lui sembliez porter un jugement dans certaines circonstances, qu'elle ait peur de votre réaction, qu'elle n'ait pas elle-même conscience de la raison exacte de sa dépression et qu'elle ne veuille pas s'engager dans une "bataille perdue d'avance" en essayant d'expliquer pourquoi, la honte ou une myriade d'autres possibilités.

Alors que pouvez-vous faire à ce sujet ? Simple et difficile : gagner sa confiance. Comme indiqué dans d'autres réponses, il est préférable d'aborder cette question lorsqu'elle n'est pas déprimée. Et vous devez éviter de lui dire "tu ne me fais pas confiance", ce qui pourrait déclencher un comportement défensif.

Mettez l'accent sur votre point de vue et dites-lui ce que vous aimeriez réaliser ("J'aimerais que nous améliorions notre niveau d'ouverture et d'honnêteté l'un envers l'autre") et demandez-lui peut-être "Que puis-je faire pour accroître votre confiance en moi ? (suivi de "pourquoi cela vous aiderait-il ?"). Faites une visite à la bibliothèque et trouvez des livres sur la manière d'accroître la confiance.

0

Questions connexes