Les relations interpersonnelles
2017-09-04 14:08:46 +0000 2017-09-04 14:08:46 +0000
70

Comment se comporter en tant que non-buveur lors d'un événement organisé sur le lieu de travail ?

Je travaille dans une entreprise de taille moyenne (~150 personnes) et chaque année, ils organisent cet événement "drink off" en conjonction avec l'une des foires locales. Cela signifie qu'ils se réunissent tous ensemble, boivent du vin et font ... En fait, je ne sais pas, c'est la première fois que j'y participe cette semaine. D'après la direction, mon absence jusqu'à présent a été notée négativement, donc je vais y aller cette fois-ci.

Je sais que la consommation d'alcool n'est pas obligatoire là-bas pour que je puisse m'en tirer sans boire, mais je me demande comment éviter d'avoir le sentiment d'être la dernière personne saine d'esprit dans une foule de collègues de plus en plus ivres.

Je me demande aussi ce que je suis censé en réalité faire lors de ces événements professionnels. Je ne vais généralement jamais aux réunions de travail social, et je rencontre très rarement des collègues en dehors du travail. En général, je suis une personne introvertie et l'interaction sociale est très épuisante pour moi, donc je n'ai pas beaucoup d'expérience dans un sens ou dans l'autre.

Comment puis-je passer cette soirée sans faire une impression négative ?

Réponses [10]

66
2017-09-04 14:33:11 +0000

Juste quelques indices.

  • Chattez avec un ancien pour obtenir des récits d'événements passés. Cela devrait vous donner une idée approximative de ce qui vous attend.
  • Se porter volontaire pour aider à l'organisation, surtout pendant l'événement. Cela vous permettra d'avoir une perspective de l'intérieur et, espérons-le, un rôle à remplir pendant l'événement. Le plan de secours consiste à vous nommer vous-même photographe de l'événement ; le port d'un appareil photo semi-sérieux devrait faire l'affaire.
  • Trouvez-vous un collègue âme soeur avec le même problème et discutez de tout (même du travail, cette personne sera tout aussi impliquée).
  • Prenez une bière sans alcool ou un jus de raisin rouge. Cela rend l'abstinence moins évidente.

Et si tout le reste échoue :

  • Souriez, n'utilisez pas votre téléphone portable, supportez, partez tôt (avec un peu de chance, avant que le pire de l'humour enivré n'apparaisse).
  • Achetez un cube à remuer pour le mettre dans votre poche.
    [edit]Jacket pocket car vous voulez éviter cette citation de Mae West. (Non, pas celle sur le poisson) [/edit]
  • Se gaver totalement au buffet.

Bonne chance ! (Le plaisir semble être obligatoire)

66
15
2017-09-04 16:37:48 +0000

Selon le type de personnalité que vous êtes, ce qui suit peut vous convenir, mais cela me convient certainement.

Je préfère être honnête. Je participe à des soirées de ce genre, mais je dis clairement aux gens autour de moi que j'ai décidé de ne pas boire (pas d'excuses). Je pars généralement quand les gens commencent à être ivres au point qu'ils ne s'en rendent pas compte, mais ils se comportent comme de purs idiots. Je pars généralement en silence, parce que de toute façon, personne ne se soucie plus de certaines personnes car tout le monde est ivre.

On peut contourner ce problème en trouvant quelqu'un qui ne boit pas autant et avec qui il est agréable de discuter et de passer du temps ; en fonction de la taille de l'entreprise ou du service, vous devriez pouvoir trouver de telles personnes, peut-être même avant la fête dans les situations quotidiennes au bureau.

Cette approche peut encore vous donner le badge de "crétin ennuyeux" par certains, mais si vous valorisez l'honnêteté et vous présentez avec honnêteté, je suis sûr que certaines personnes apprécieront votre approche de toute façon. Et vous ne savez pas combien d'autres personnes ressentent la même chose que vous et peut-être que la prochaine fois, elles ne boiront pas (ou pas autant) et apprécieront la compagnie des autres. Du moins, c'est ce que je ressens.

15
8
2017-09-04 17:59:12 +0000

Est-ce qu'on appelle ça un "drink off", ou est-ce votre étiquette ? L'expression "drink off" implique un événement fortement axé sur l'alcool, avec des participants qui se font concurrence pour boire plus que les autres. Bien que cela puisse décrire cet événement, d'après mon expérience, les événements professionnels de ce type sont plus souvent l'occasion de passer du temps avec des collègues tout en prenant un verre. S'il y a un bar gratuit, il y aura toujours des gens qui voudront en profiter, mais il faut espérer que la plupart des gens s'intéressent davantage à la conversation et que l'alcool sera moins important (au moins au début de l'événement).

Généralement, ces événements ont pour but de renforcer l'esprit d'équipe. Avez-vous déjà évité de poser une question sur le travail parce que vous ne saviez pas qui était la bonne personne à qui la poser, ou parce que vous ne lui aviez jamais parlé auparavant ? Ces événements vous donnent l'occasion de parler à vos collègues de quelque chose qui n'est pas lié au travail. L'espoir est que vous trouverez alors plus facile de leur parler lorsque vous serez de retour au bureau.

Mon conseil est de vous présenter au début de l'événement et de faire de votre mieux pour faire la conversation avec les personnes qui sont là. Demandez peut-être à un collègue avec qui vous êtes amical de vous rencontrer avant l'événement afin que vous arriviez ensemble et que vous ayez au moins un visage amical à qui parler. Il est bon que vous partiez tôt, car les gens sont de plus en plus touchés par l'alcool.

8
7
2017-09-05 16:44:58 +0000

Comment passer à travers cet événement social sans alcool ?

Pour la plupart des gens, la réponse à cette question est l'alcool. Mais l'essentiel n'est pas l'alcool. La plupart des gens pensent qu'ils ont besoin d'alcool pour se détendre, mais cette réponse semble conditionnée. Si l'on dit aux gens qu'ils boivent de l'alcool, ils se comporteront comme des ivrognes. Qu'ils le soient ou non .

Il convient également de noter que dans les sous-cultures où les gens ne boivent pas, comme les mormons aux États-Unis, les gens sont souvent étonnamment vifs lors des fêtes. Parce qu'ils n'ont pas besoin d'alcool pour se permettre de se comporter ainsi. Que vous vous comportiez de manière plus ou moins amicale ou libre est un choix que vous pouvez vous forcer à faire.

La réalité est peut-être que pour la plupart des gens, l'alcool est un placebo pour les fêtes. Beaucoup pensent que l'âge adulte exige un contrôle strict de ses inhibitions. Il n'est pas acceptable d'être enjoué, ce que nous associons à l'enfantillage - même si un tel état est généralement bénin et surtout joyeux. Fondamentalement, l'alcool est utilisé par la plupart des gens comme une excuse pour être libre et s'amuser dans un environnement social par ailleurs très réglementé.

La plupart des gens ne se soucient pas de savoir si vous buvez ou non. Le but est d'avoir l'occasion de socialiser. Vos aînés ne sont pas mécontents de votre absence parce que vous ne buvez pas. C'est parce qu'ils veulent mieux vous connaître, pour que vous soyez moins gênés les uns par les autres au travail.

Si vous refusez à plusieurs reprises de leur montrer, ils se sentiront contrariés, car cela implique que vous ne vous souciez pas d'eux. Que vous le fassiez ou non n'est pas la question, il est poli de faire un effort.

Je ne bois pas. S'il y a un événement social (et l'alcool en fait toujours partie), j'y vais tôt, je reste quelques heures, je fais la tournée. J'entends par là faire un effort pour dire bonjour à tout le monde et leur poser des questions sur des choses non professionnelles, puis partir avant qu'il ne soit trop tard et qu'ils ne soient trop ivres. Plus vous discutez avec des gens, plus vous avez de chances de trouver quelqu'un avec qui vous pouvez vraiment prendre du plaisir à discuter.

Comment devez-vous vous comporter ? Soyez simplement amical. Dites bonjour au plus grand nombre de personnes possible et posez-leur des questions. Cela laissera une bonne impression. Vous pourriez même rire, avoir une conversation très intéressante avec un collègue ou tomber sur une personne attirante d'un autre service. Peut-être seront-ils aussi des introvertis timides !

Moi aussi, je trouve beaucoup de réunions sociales épuisantes, et j'apprécie beaucoup le temps passé seul. Mais l'essentiel est le suivant : vous participez à un événement social pour être social. Je dois parfois me forcer à être sociable, je ne trouve pas cela naturel. Mais comme toute chose, vous vous améliorerez avec la pratique. Ce n'est que pour quelques heures. L'expérience, c'est ce que vous en faites.

7
5
2017-09-05 17:41:21 +0000

Allez à l'événement et faites "boire". Mais pas l'alcool.

Une autre affiche suggérait de la bière sans alcool ou du jus de raisin qui ressemble à du vin. Ma boisson préférée était le coca-cola. Si on me pressait, je demandais juste un peu de rhum pour pouvoir dire que c'était du "rhum et du coca". Tous les "recharges" étaient juste du coca-cola.

En gros, il faut être "vu" lors de ces événements. De préférence avec un "verre" à la main. C'est à vous de décider du contenu réel. Il s'agit d'une question de "temps de face".

Quant au "contenu" des discussions, ne vous en faites pas. Les gens sont là pour "boire", pas pour parler, et ils auront probablement oublié de quoi ils ont parlé dans un jour ou deux.

5
4
2017-09-05 06:36:46 +0000

Je me demande si la pierre d'achoppement ici n'est pas tant la socialisation forcée que le fait que ce soit une sorte de beuverie ?

Je trouve déjà assez difficile de me socialiser "à la demande", mais être forcé de le faire avec une bande de gens ivres (si je ne bois pas) est vraiment difficile.

Cependant, comme vous "devez" y aller, il serait bon de préciser de quel genre de foire il s'agit exactement. Par exemple, si c'est l'Oktoberfest (ou un festival de bière d'automne de style allemand), il y a BEAUCOUP de choses à faire en dehors de boire sans arrêt. Dans ce cas, je commencerais par approcher les gens qui ont peut-être l'air de s'ennuyer un peu, ou toute personne avec qui vous avez déjà une relation de travail, et je leur dirais "hey, allons voir les manèges" ou autre. S'il s'agit d'une foire américaine plus traditionnelle, là encore, il y a généralement quelque chose à voir/à faire si vous vous promenez au lieu de vous garer à une table. C'est le bon côté de la situation : il ne s'agit pas d'une fête privée où vous êtes coincé dans un lieu plus petit avec des activités limitées.

Le plus important, c'est que vous devez absolument trouver le responsable qui se plaint que vous n'assistez pas à ces événements et faire votre apparition. Discutez un peu avec lui, puis allez faire votre truc.

4
3
2017-09-04 19:11:41 +0000

Avant toute chose, il serait utile de savoir de quel pays il s'agit, s'il s'agit d'une entreprise "détendue" ou très "stricte/dominante", quel secteur industriel et où vous en êtes dans l'entreprise.

Pour en venir à la question elle-même, ma réaction immédiate est que lorsque vous dites qu'elle a été "négativement remarquée par la direction générale", c'est une affirmation qui peut signifier beaucoup de choses. Il se peut que vous ne l'interprétiez pas dans ce sens, ou que vous ayez besoin de vérifier, parce que vous pourriez vous inquiéter pour rien.

  • cela pourrait signifier qu'ils veulent encourager les gens à se joindre à eux, et que les gens ont remarqué votre absence ("où est John de toute façon ?"), mais quelqu'un d'autre dit que cela a été remarqué négativement alors que ce n'était qu'une observation et que cela n'avait pas de sens négatif.

  • c'était une déclaration de déception, mais pas négative comme dans le fait d'être perçu comme faisant quelque chose de mal.

  • c'était quelque chose qu'ils voulaient mais personne n'a jamais voulu dire que cela devait être considéré comme ayant un impact sur votre carrière. ("Douce pression sociale")

Avant de supposer ou de vous inquiéter de quoi que ce soit, vous devez simplement demander. Une façon de le faire pourrait être de se demander : "est-ce que ça ne va pas, est-ce que ça va être une violation de la politique ou une marque noire sur ma carrière ? Je ne le veux vraiment pas, à moins que ce ne soit obligatoire et que cela constitue une violation de mon emploi de ne pas le faire"_

En le demandant en termes aussi forts et directs, vous obtenez trois choses.

  • Premièrement, vous avez beaucoup de chances qu'on vous dise que ce n'est pas le cas. Une fois qu'ils disent cela, alors quelle que soit la pression, et quoi qu'ils disent d'autre, vous avez en gros la permission de dire "merci mais dans ce cas je ne préfère pas". Ce n'est pas mon domaine".

  • Deuxièmement, ils comprendront immédiatement à quel point c'est un vrai stress pour vous, et de ne pas plaisanter ou exagérer, et de prendre tout ce que vous dites à ce sujet comme un vrai sentiment, de ne pas balayer ou rejeter, ou de penser "Ce sera bon pour lui et pour l'équipe, poussons-les à y aller, je suis sûr qu'ils vont adorer quand ils y seront".

  • Troisièmement, à cause de cela, vous avez en fait de grandes chances d'obtenir la compréhension et l'accord de ne pas y aller.

Comment organiser une telle rencontre ? Dites que "quelque chose vous dérange, pourriez-vous venir les voir et avoir une réunion formelle. Cela devrait être rapide". Encore une fois, la plupart des entreprises, vous pourriez facilement frapper et demander un mot. Mais en la rendant plus formelle, vous en soulignez l'importance et elles peuvent mettre leur chapeau de directeur. Cela vous aidera probablement. Surtout dans une entreprise de 159 salariés.

3
3
2017-09-05 18:44:43 +0000

Toutes les entreprises ont ces fonctions et font en sorte que les participants ne boivent pas parce qu'ils conduisent, qu'ils sont enceintes ou pour des raisons culturelles, mais n'en ont pas envie. Dites "je ne bois pas", mais seulement s'ils le demandent. Prenez un soda ou une boisson gazeuse. Participez à l'une de ces activités - je sais que cela semble contre-intuitif pour l'introverti/la girofle, mais cela vous tiendra les mains occupées (et non pleines de bière), vous donnera quelque chose pour faire la conversation et rendra votre présence visible. Alors, sortez tôt.

L'anticipation est pire que l'événement. Vous travaillez avec ces personnes toute la journée, une heure ou deux de plus suffiront.

3
2
2017-09-05 00:51:24 +0000

Le pire, c'est d'être obligé de fréquenter un introverti. Nous avons tendance à vouloir garder la vie sociale, personnelle et professionnelle séparée afin de savoir à quoi nous attendre dans chaque situation.

Nous détestons généralement les petites conversations et nous nous sentons très mal à l'aise dans les situations qui nécessitent de se laisser aller parce que nous craignons que cela ait un impact sur la façon dont les gens nous perçoivent.

Nous nous sentons souvent comme des étrangers qui ne s'intègrent pas.

J'étais un introverti pur et dur jusqu'à ce que je crée ma propre entreprise. Le fait d'être isolé la plupart du temps m'a fait réaliser à quel point il est important et crucial d'être entouré de gens. En fait, si ce n'était pas pour ma famille, je ne pourrais même pas me concentrer sur la construction de ma start-up. En fin de compte, à un moment ou à un autre, nous avons besoin des autres.

Tout le monde n'est pas agréable ou intéressant à côtoyer, mais plus je socialise, plus je me rends compte que ce n'est pas si effrayant.

Mais quand je n'ai pas vraiment envie de socialiser ici, ce que je fais :

Je mets un faux appel sur mon téléphone pour qu'il sonne dans 15 à 30 minutes. Ensuite, je commence à engager une conversation. Je les laisse parler d'eux-mêmes et montrer des signes d'intérêt avec des réponses minimales comme "huh huh", "oh oui je crois que j'ai lu quelque chose à ce sujet", "vous avez dit que vous avez fait quoi ? J'aimerais bien avoir fait ça", etc.

Avec un sourire et un ton approprié, il semble que vous vous intéressez à ce qu'ils disent. Lorsque mon téléphone finit par sonner, si la conversation dans laquelle je suis me vide vraiment, je m'excuse poliment "Oh mon dieu, c'est tellement gênant... J'aimerais pouvoir continuer mais j'ai vraiment besoin de prendre ça... On se voit plus tard".

Continuez en disparaissant lentement de la vue.

Quelques trucs que j'ai appris

  • me dépasser (personne ne s'en soucie vraiment)
  • apprendre à accepter mes bizarreries et à me fixer des limites
  • réaliser que tout le monde est gênant (surtout lors d'une foire)
  • travailler à changer mon paradigme personnel (blocages subconscients, peurs etc.)
2
0
2017-09-05 16:56:33 +0000

Dans ce cas, je vous recommande d'attraper la bouteille. C'est toujours approprié dans un cadre de travail professionnel.

Commencez par le Whisky, pur avec de la glace, et renversez tout ça comme si c'était la fin du monde. Si vous commencez à vous sentir un peu mal à cause de l'alcool, je vous recommande de fumer les plus gros cigares que vous pouvez trouver, d'inhaler profondément et souvent (même si la fumée du cigare n'est pas censée être inhalée). Les cigares vous feront oublier l'alcool pendant un court instant, et vous gagnerez des points bonus si vous soufflez la fumée au visage de la personne qui a remarqué que vous n'avez pas participé à des fêtes du travail.

Si vous vous sentez un peu lent ou malade après l'alcool et les cigares, vous pouvez toujours essayer des substances plus fortes. L'astuce des réunions de travail est d'être si mal dans sa peau que vous n'êtes plus jamais invité. Vous devriez aussi essayer de manger un oignon et plusieurs gousses d'ail avant d'arriver à la foire.

Comme il s'agit d'une foire, vous obtiendrez probablement des points de brownie avec vos collègues si vous relâchez des animaux en captivité, en particulier les gros chats à grandes dents comme les lions, les tigres ou les guépards.

A défaut, allez simplement discuter avec vos collègues. Essayez de faire un peu mieux connaissance avec vos collègues qui vous ressemblent le plus. La plupart des personnes qui boivent lors des réunions de travail le font pour se faire plaisir. La plupart des gens ne vont pas se défoncer lors d'une fête de travail car ce n'est pas professionnel. Être contraint par des collègues ou des supérieurs est un peu sordide, mais bon, parfois ces choses-là arrivent.

0

Questions connexes