Les relations interpersonnelles
2019-12-15 15:33:58 +0000 2019-12-15 15:33:58 +0000
28

Comment expliquer mon passé familial compliqué à des gens que je ne connais pas très bien ?

En 2016, j'ai déménagé à 8 000 km du Canada en Irlande avec mon mari irlandais et ma fille.

C'est bientôt Noël et certaines personnes m'ont posé (y compris des cousins récemment découverts) des questions apparemment innocentes comme

  1. Est-ce que vous rentrez souvent chez vous ?
  2. Est-ce que tes parents viennent ici ?
  3. Est-ce que vous vous plaisez ici ?
  4. Que dirais-tu de passer Noël loin de ta famille ?
  5. Tu as épousé un étranger. C'est... où allez-vous vivre et... votre famille ?
  6. vous retournez souvent dans votre pays d'origine ?
  7. etc.

Ces questions me donnent la chair de poule.

Cela en dit long sur la personne qui les pose. Elles indiquent qu'ils ressentent un grand attachement à leur "chez eux" ou à l'endroit où ils ont grandi. Cela dit qu'ils ressentent beaucoup de confort et de joie dans leur famille d'origine.

Cela dit que nous sommes des personnes différentes qui ne sont pas forcément capables de s'identifier et que les réponses à certaines questions peuvent sembler froides ou calleuses pour eux.

Bon. Voici ce qui me vient à l'esprit quand on me pose ces questions :

  1. Si je retournais chez ma mère, elle me criait dessus à propos de la vaisselle et nous nous disputions.
  2. Parents au pluriel ? Mon père n'est pas venu me voir depuis plus de 20 ans. La dernière fois que ma mère est venue me voir, elle a utilisé ma maison comme un hôtel, même si j'étais deux semaines après l'accouchement et qu'elle était méchante avec moi et ne voulait pas m'aider de quelque façon que ce soit.
  3. Je vis ici depuis 3 ans déjà. Mon fils est né ici.
  4. J'ai déjà mes propres enfants et ma propre famille. Pourquoi demander ça à quelqu'un qui sait que vous avez votre propre famille ?
  5. Je ne fréquente que des étrangers. Je n'ai pas réussi à faire sortir un homme de ma propre culture avec moi pendant toute ma vie. De plus, la région dans laquelle je vivais est une région majorité-minorité.
  6. Je n'aime pas mon pays d'origine ni d'où je viens.

Choses à considérer :

  1. J'ai une histoire familiale très peu traditionnelle et compliquée. J'ai eu un père absent qui m'a tenu à l'écart de sa famille pendant plus de 30 ans et ma mère était une mère célibataire qui n'aimait pas devoir être parent mais qui ne voulait pas non plus me faire adopter. Elle a souvent reporté son ressentiment sur mon grand-père et moi.

  2. Je n'ai pas aimé grandir dans ma ville natale. J'étais intimidé à l'école et à la maison, alors j'ai eu une enfance difficile. C'était surtout la faute de ma mère. Dans mon quartier, il y avait beaucoup de parents célibataires qui étaient épuisés par la vie et dont les familles étaient dysfonctionnelles (par exemple, des familles où la mère était morte et où le père était un alcoolique qui battait son fils, donc son fils faisait du harcèlement à l'école ; le père se droguait, donc la mère était pauvre et vice versa)

  3. La seule raison pour laquelle j'ai tendu la main au côté paternel de ma famille est que j'ai eu une énorme dispute avec ma mère en 2018. Ils ne savaient même pas que j'existais parce que mon père ne leur parlait jamais de moi, bien qu'il m'ait rencontré plusieurs fois quand j'étais enfant.

  4. Je n'aime pas la direction que prend ma patrie sur le plan culturel et politique. J'ai été personnellement blessé par ces "valeurs modernes". Elles ne sont pas pour moi.

  5. Je suis introverti et orienté vers la carrière. J'ai toujours été un peu détaché et où que je pose mon sac, c'est chez moi.

Il y a tout un tas de drames, d'événements négatifs, de conflits et d'agitation ici que peut-être quelqu'un que vous ne connaissez pas très bien n'a pas besoin de connaître ou peut-être que ce n'est pas quelque chose que je devrais expliquer à une connaissance.

Comment puis-je expliquer cela à des gens que je ne connais pas très bien sans être rebutant ?

Réponses [9]

134
2019-12-15 17:25:24 +0000

Ces questions me donnent la chair de poule.

C'est vraiment un problème de perception que vous avez et qu'il vous faudra peut-être juste maîtriser, car honnêtement, ce sont toutes des questions de conversation parfaitement normales en Grande-Bretagne et en Irlande. Elles ne semblent pas innocentes. Ils sont innocents.

Cela ne dit rien du tout sur ces gens, si ce n'est qu'ils essaient d'avoir une conversation, et ce sont des questions d'ouverture normales.

Vous n'avez pas besoin de leur donner des réponses longues ou complexes. Par exemple :

  1. Non, pas vraiment.
  2. Non.
  3. Oui (eh bien, vous avez déménagé là-bas, donc je suppose. Vous pourriez même expliquer ce que vous aimez si vous voulez).

etc...

Généralement, les gens au Royaume-Uni et en Irlande posent des questions anodines, sur la météo, le sport, les émissions de télévision - ils peuvent être plus intéressés par les réponses une fois qu'ils vous connaissent mieux, mais au départ, ils doivent éviter les silences gênants. Vous pouvez décider de la quantité d'informations que vous donnez, ou même les retourner et leur poser des questions sur leur pays. Si vous ne voulez pas parler d'un sujet, vous n'avez pas besoin d'expliquer quoi que ce soit - il n'y a pas d'exigence d'étiquette à respecter.

134
40
2019-12-16 02:14:03 +0000

Pour commencer, j'aime tous les points de la réponse de Rory. Les personnes qui posent ces questions essaient de faire la conversation avec vous et il n'y a rien de mal dans ce qu'elles ont demandé. Le fait que vous ayez la peau qui rampe est une réaction assez extrême et cela me semble être un problème personnel et je ne saurais pas comment vous aider à ce sujet.

La raison pour laquelle j'écris une nouvelle réponse est que vous avez demandé

"Comment puis-je expliquer cela à des gens que je ne connais pas très bien sans être rebutant ?

Il me semble qu'ils essaient d'établir une relation amicale avec vous et j'ai peur que couper court à cela par un NON flagrant n'aide pas à atteindre cet objectif.

En tant que personne qui aime essayer de se faire de nouveaux amis mais qui est aussi très consciente de sa propre vie sociale, je suis toujours à la recherche de signes indiquant que quelqu'un ne veut pas me parler. Si j'avais posé une question ouverte amicale comme celle-ci et que l'autre personne avait répondu par "non" et n'avait fait aucune autre tentative de conversation, j'aurais lu qu'elle était froide ou qu'elle ne voulait pas me parler et j'aurais pris cela comme un indice et je l'aurais rapidement laissé en paix.

Ceci étant dit, Rory a toujours raison de dire qu'il n'est pas du tout nécessaire de donner des réponses longues ou compliquées. Je pense juste que si vous voulez éviter de faire semblant de remettre à plus tard, vous devez leur donner QUELQUE CHOSE.

Une réponse très courante qui donne suffisamment de contexte pour ce genre de conversation mais qui évite les détails spécifiques est :

Non/oui/peu souvent, je ne suis pas très proche de ma famille

J'ai l'impression que cela évite de donner l'impression d'être froid/off. Vous avez donné suffisamment de contexte pour révéler votre motivation générale ou la raison de votre réponse. En entendant cela, je pourrais avoir l'impression de vous connaître un peu plus et cela ferait partie de l'établissement de notre future conversation/relation.

Il y a aussi beaucoup d'alternatives, le point principal est que je pense que vous avez besoin de dire plus d'un mot. En fonction de votre proximité avec la personne, vous révélerez naturellement plus ou moins de détails personnels. Si vous ne voulez même pas révéler que vous n'êtes pas proche de votre famille, alors c'est très bien. Mais pour éviter le risque de paraître rebutant, je vous suggérerais alors de poser des questions sur LEURS vies ou de changer de sujet ou de donner une non-réponse ou quelque chose de similaire.

Si vous devez signaler à l'autre personne que vous n'êtes pas à l'aise pour parler d'un sujet, assurez-vous que ce n'est pas le seul sujet dont vous parlez - sinon, elle pourrait penser que vous n'êtes pas à l'aise pour parler. Point final.

40
12
2019-12-16 09:04:30 +0000

Tout d'abord, répondre ne doit pas vous décourager. Il existe différents types de familles et aucune d'entre elles n'est parfaite. Donner une véritable volonté (ou devrait) cesser d'être suivi par d'autres questions. La réponse de l'IMHO doit être suffisamment forte pour qu'il ne fasse aucun doute que vous n'aimez pas parler de ce sujet.

Vous rentrez souvent chez vous ? - Ce n'est pas un endroit que j'aime et il n'y a pas beaucoup de gens que j'aime y voir.

Est-ce que tes parents viennent ici ? - Je ne les aime pas assez pour les inviter.

Est-ce que tu aimes cet endroit ? - Oui, c'est pour ça que j'habite ici.

Que dirais-tu de passer Noël loin de ta famille ? - Mais ma famille est ici. / Ma FAMILLE est ici

tu as épousé un étranger. C'est... où allez-vous vivre et... votre famille ? - Comme nous sommes en Irlande, c'est lui qui a épousé une étrangère. Et nous sommes de la famille.

En général, pour répondre à une question comme "retournez-vous souvent dans votre pays d'origine ?" je dirais "pourquoi le ferais-je ? Et la réponse à n'importe quelle raison à laquelle vous pouvez penser est "non".

Comme je vis dans un pays très catholique où le besoin de garder la famille unie est très fort, je reçois souvent ce genre de questions. J'ai cessé de me soucier de savoir si des réponses brutales, peut-être dures, me feraient mal paraître. S'ils me posent des questions sur la "famille", je leur demande ensuite s'il s'agit de donneurs de gènes ou de ma famille. OU s'ils me posent des questions sur les parents : "Je ne connais pas assez bien cette personne".

Oui, le plus souvent, les gens ne sont pas surpris. Mais je me suis rendu compte que c'est leur problème, pas le mien.

12
11
2019-12-17 00:21:12 +0000

Sans trop de stéréotypes, les Irlandais sont typiquement grégaires et veulent parler, et ils comprennent instinctivement que le sujet de conversation préféré de la plupart des gens est de parler d'eux-mêmes. Donc, s'ils ne savent rien de vous, ils commenceront naturellement à vous poser le genre de questions personnelles auxquelles vous ne voulez pas répondre.

Une bonne façon de détourner l'attention est de donner une courte réponse sans engagement et de leur poser des questions similaires en retour. Une fois qu'ils commencent à échanger leurs propres histoires de vie, vous pouvez ne rien dire pendant très longtemps sans paraître anti-social.

Ce qu'ils ne veulent pas entendre, c'est "la vérité" sur votre passé. Soyez juste non engagé. Une bonne réponse à "vous rentrez souvent chez vous" est "eh bien, j'ai été absent pendant des années maintenant et j'ai perdu le contact avec la plupart de ce qui se passe là-bas". La "bonne" réponse à "vous aimez être ici" est évidemment "oui" - ou si vous voulez faire une blague à ce sujet, "eh bien, je suis ici depuis trois ans maintenant, donc ce n'est pas si mal".

Posez des questions vous-même, pour essayer de trouver un terrain d'entente pour une conversation qui n'est pas sur votre passé et votre famille.

La résistance passive ne fonctionnera pas. Ils supposeront qu'il y a "quelque chose qui ne va pas" et tenteront de trouver ce que c'est, et ce n'est pas là où vous voulez que la conversation aille.

11
4
2019-12-16 23:04:07 +0000

Premièrement :

Il indique qu'ils ressentent un grand attachement à leur "maison" ou à l'endroit où ils ont grandi. Il dit qu'ils ressentent beaucoup de confort et de joie de leur famille d'origine.

Oui, c'est plus ou moins ça, la culture irlandaise. La plupart des Irlandais sont fiers d'être Irlandais, pour le meilleur ou pour le pire, et la famille est un élément important en Irlande.

Cela peut être en contradiction avec vos sentiments à l'égard de votre pays, mais vous devez vous rappeler que vous êtes presque certainement en minorité. En Irlande comme en Grande-Bretagne, le patriotisme/nationalisme est encore très présent, même chez les personnes qui aiment critiquer leur pays. (Et si quelqu'un n'aimait vraiment pas l'Irlande, il se dirigerait probablement vers un autre pays à la première occasion).

J'ose même suggérer qu'une partie de la raison pour laquelle cela vous contrarie tant est peut-être que vous les enviez dans une certaine mesure - parce qu'ils éprouvent un sentiment positif que vous n'éprouvez pas. Ou du moins peut-être avez-vous du mal à comprendre ce que c'est que d'aimer sa patrie, et ce manque de compréhension vous frustre.

Ces questions me donnent la chair de poule.

Les gens du coin ne sont pas des devins, ils ne s'attendent pas à cette réaction parce que votre situation est inhabituelle. (Ce n'était peut-être pas inhabituel là où vous viviez au Canada, mais c'est relativement rare en Irlande - ce n'est pas nouveau, mais certainement inattendu).

Il serait contre-productif de leur reprocher de ne pas pouvoir prévoir que vous réagirez de manière inhabituelle à des questions tout à fait ordinaires (de leur point de vue).

Je suis introverti et orienté vers la carrière. J'ai toujours été un peu détaché et partout où je pose mon sac, c'est chez moi.

Par conséquent, je suppose que ce ne sera pas le dernier choc culturel auquel vous serez confronté en Irlande. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'Irlandais avec une disposition similaire, mais je pense que la plupart de ceux qui sont de cette disposition ont probablement quitté l'Irlande pour de nouveaux pâturages, tout comme vous.

Comment puis-je expliquer cela à des gens que je ne connais pas très bien sans être rebutant ?

Vous donnez des réponses superficielles et/ou des indices subtils que vous ne souhaitez pas qu'ils poursuivent dans cette voie (avec divers degrés de "subtilité" jusqu'à ce qu'ils comprennent l'indice). La résistance passive peut être un outil très utile.

Voici quelques réponses standard pour ces questions gênantes :

Rentrez-vous souvent chez vous ?

"Non, je préfère être ici." (Préempte "Tu te plais ici ?")

Est-ce que tes parents viennent ici ?

"Non, je ne reste pas en contact avec eux. On ne s'entend pas vraiment."

Si la personne demande "pourquoi", répondez "Je préfère ne pas en parler. Pourquoi perdre du temps à s'attarder sur quelque chose d'aussi ennuyeux ?"

Vous vous plaisez ici ?

"Oui, j'aime tellement que c'est ma Nième année de vie ici."

Que diriez-vous de passer Noël loin de votre famille ?

"Je ne vois pas ce que vous voulez dire - je passe Noël ici avec mon mari et ma fille."

Si la personne demande "Et vos parents", allez à "Vos parents viennent-ils ici ?".

vous avez épousé un étranger. C'est...

"C'est si inhabituel que ça ? Le père de Léon Varadkar est/était indien."

où allez-vous vivre

"Nous avons déjà une maison."

et... de la famille ?

"Je vis ici avec mon mari et ma fille."

Si la personne demande "Et vos parents", allez à "Vos parents viennent-ils ici ?".

est-ce que vous retournez souvent dans votre pays d'origine ?

"Non, le Canada n'est pas aussi beau que l'Irlande."

(Notez que toutes ces questions vous donnent un bon aperçu de la culture irlandaise et de ce que les Irlandais considèrent comme important. Je répète : la famille est une affaire importante en Irlande).

Si les gens commencent à trop creuser, revenez sur "Je préfère ne pas en parler si ça ne vous dérange pas" ou changez de sujet. (Notez l'importance de "si ça ne vous dérange pas". Cela ajoute un degré important de politesse qui établit une limite claire. Toute tentative de franchir cette limite serait perçue comme étant incroyablement impolie).


Il est important de résister à l'envie de mentir. Prétendre que vos parents sont tous les deux morts peut sembler une bonne solution, mais au lieu de mettre un terme aux questions, vous allez probablement vous retrouver avec une série de nouvelles questions à leur place : "Quand sont-ils morts ?", "Comment sont-ils morts ?", "Comment étaient-ils ?", "Comment s'appelaient-ils ?" et ainsi de suite. Il est préférable de résister passivement - il suffit généralement de peu de résistance pour que les gens se rendent compte que vous ne réagissez pas et commencent à chercher un autre sujet de conversation.

4
4
2019-12-16 10:49:41 +0000

Selon moi, vous avez 3 façons principales de répondre à leurs questions, en fonction de votre relation avec eux (combien de vérité et d'informations personnelles vous voulez leur dire) et en fonction de votre personnalité (joker/super sérieux/ timide...) :

  1. véridique + réconfortant
  2. Esquiver entièrement avec une histoire évidente inventée
  3. Etre franc (ou stupide) afin de ne pas le redemander, de préférence avec des interlocuteurs différents.

Les questions elles-mêmes sont toutes des amorces de conversation inoffensives pour essayer de savoir si vous allez bien. Le problème semble être que leur "bonne santé" se traduit par le fait qu'ils passent du temps en famille pendant les vacances, ce que la plupart des gens approuveraient. Comme vous venez d'un milieu assez difficile, votre "réussite" a un sens différent. Cela signifie également que tant que vous ne montrerez pas que vous vous en sortez bien, ces questions continueront à se poser. Le raisonnement qui sous-tend mes suggestions de réponses est de vous faciliter la tâche lorsque vous y répondez. Avoir une bonne réponse (ou plutôt une façon de répondre) prête signifie que vous n'avez plus à craindre les questions.

Vrai + réconfortant

Cette façon de répondre est fortement suggérée à ceux qui sont plus proches de vous. Elle exige que vous soyez d'accord pour leur dire la vérité (ou au moins les parties de la vérité nécessaires pour vous comprendre).
Vous expliquez d'abord que vous n'êtes pas du tout heureux de retourner dans votre famille, puis vous expliquez en quoi c'est une amélioration pour vous.

Je ne me suis jamais vraiment bien entendu avec mes parents et mes frères et sœurs, au point que Noël était quelque chose que je craignais plutôt que d'y veiller. Maintenant que j'ai emménagé ici avec mon mari attentionné et ma charmante fille, les choses ont changé pour le mieux. Je suis impatiente de voir le regard de ma fille lorsqu'elle ouvrira ses cadeaux !

Ou à des questions sur la façon de voir votre famille en dehors des vacances :

Je suis si contente que ma mère ne veuille pas venir me voir ici. Ne vous méprenez pas, ma mère n'est pas une mauvaise personne, c'est juste que nos personnalités sont trop différentes. Chaque fois que nous sommes ensemble dans la même pièce, nous finissons par nous disputer sur les choses les plus insignifiantes. Cette disposition à ne pas se rendre visite nous a donc rendu tous les deux beaucoup plus heureux. Cela signifie également que je n'ai pas besoin de faire de compromis sur les personnes que nous avons le temps de visiter. J'ai maintenant beaucoup de temps à passer avec la famille de mon mari ici, ce que j'apprécie bien plus !

Si vous êtes vraiment proche (ou si vous voulez être vraiment proche) de la personne qui vous a posé la question, vous pouvez opter pour le douloureux fond de vérité.

Depuis que je suis enfant, mon père n'a jamais été là pour moi et ma mère ne pouvait pas supporter d'être un parent célibataire. Cela signifie que pendant la majeure partie de ma vie, j'ai redouté de rentrer à la maison après l'école et comme il n'était pas question d'inviter des gens chez nous, ma mère les faisait fuir, j'avais aussi du mal à me faire des amis. À un moment donné, plus tard dans ma vie, j'ai décidé qu'il fallait que quelque chose change. C'est à ce moment-là que j'ai trouvé mon mari irlandais et les choses se sont beaucoup améliorées depuis. Alors non, je ne rends pas visite à ma famille, et ils ne nous rendent pas visite non plus ici, et j'aime ça comme ça.

C'est peut-être un peu gênant au début, mais en leur disant la vérité et en leur montrant que les choses sont meilleures de cette façon pour vous, ils comprendront très probablement.

Inventer une histoire

Ceci est basé sur ce que fait mon collègue chaque fois que nous lui posons des questions personnelles. Il invente une histoire très exagérée que personne ne considérerait comme la vérité, mais ne répond jamais vraiment à ces questions. Cela fonctionne parce que vous avez une conversation plutôt optimiste avec lui à chaque fois, mais vous apprenez aussi par expérience qu'il ne vous donnera jamais de réponse à ces questions.

Q : Est-ce que vous rentrez souvent chez vous ?
R : Oh non, je n'oserais pas mettre ma famille en danger ! Vous voyez, mon père était un espion pour une agence secrète à la recherche de criminels très débrouillards. Mais à un moment donné, ils ont découvert que mon père était à leur recherche, alors ils ont commencé à nous chercher pour menacer mon père et le forcer à démissionner. Nous savons tous les deux qu'une fois que ces escrocs sauraient qui nous sommes, nous ne serions plus jamais en sécurité là-bas, quoi que fasse mon père à partir de ce moment-là. Notre seule option était donc de prétendre être quelqu'un d'entièrement différent. La solution pour moi était d'épouser ce charmant Irlandais et de commencer une vie complète ici en Irlande sans jamais parler... de... oh merde. Promets-moi de ne jamais en parler à qui que ce soit ! Tu n'as aucune idée du danger que tu vas nous faire courir si jamais ces criminels en entendent parler. Ils ont des oreilles partout où vous savez !

Alors fais une pause, assure-toi qu'ils ont bien compris que tu ne disais pas la vérité. Et demandez-leur ensuite comment ils comptent passer les vacances pour qu'ils ne puissent pas poser à nouveau la même question en espérant une réponse différente.

Réponse directe + redirection

Q : Est-ce que tes parents viennent ici ?
R : Dieu merci, non ! Et s'il vous plaît, ne me posez plus de questions sur mes parents. Mon mari par contre est génial, l'autre jour il ....

C'est normal de le montrer quand on n'aime pas vraiment parler de quelque chose ou de quelqu'un. Plus quelqu'un essaie de s'immiscer dans cette partie après, plus vous devez répondre directement, car il ne semble pas pouvoir "saisir l'allusion". Essayez de commencer de manière amicale, mais rappelez-vous qu'ils ne savent pas que c'est un sujet difficile pour vous la première fois qu'ils vous rencontrent.

En abordant un autre sujet dont vous êtes à l'aise pour parler, vous montrez que vous voulez vraiment discuter avec eux, mais pas de votre famille.

Cette approche fonctionne mieux avec les personnes avec lesquelles vous n'avez pas l'intention d'être si proche, comme des collègues de travail par exemple. S'ils ne comprennent pas vraiment que vos parents (/famille/...) sont hors sujet, vous les laissez tomber.

Je t'ai déjà dit que je n'aime pas parler de mes parents, mais tu continues d'essayer. Cette conversation est maintenant terminée. << s'éloigne >>

J'ai eu beaucoup de collègues qui s'éloignaient du groupe quand il en arrivait à des sujets qui les mettaient mal à l'aise et qui, plus tard dans la même journée, me répondaient joyeusement en me posant des questions sur autre chose à la place. Je dois cependant noter que je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui s'intéressait vraiment à quelqu'un après qu'il ait clairement indiqué que quelque chose était hors sujet.

4
3
2019-12-17 09:23:51 +0000

En tant que natif d'Irlande, il y a probablement deux choses importantes ici :

  1. Ces personnes n'ont aucune idée de l'histoire de votre famille.

  2. Beaucoup (vraiment beaucoup) d'Irlandais vivent en dehors de l'Irlande et il serait extrêmement fréquent qu'ils rentrent "à la maison" pour les grandes fêtes. Ces personnes essaient simplement de trouver un point de référence avec lequel entamer une conversation.

En général, ces personnes ne se soucient pas vraiment de votre réponse, elles essaient juste de trouver un moyen d'entamer une conversation (nous aimons vraiment parler). Répondez brièvement, par exemple

Nous allons probablement rester ici pour Noël et en profiter avec les enfants.

Et passez au reste de la conversation.

Cela peut paraître très curieux si vous n'êtes pas d'ici, mais nous sommes tous habitués à vivre dans la poche des autres ici (même si nous n'aimons pas tous ça).

3
2
2019-12-18 17:43:05 +0000

Je ne peux répondre qu'à une partie de votre question, votre malaise à être interrogé sur le Canada, par exemple quand et à quelle fréquence vous y allez. Dans votre explication, vous avez écrit ceci :

Je n'aime pas la direction que prend ma patrie sur le plan culturel et politique.

Je suis dans une situation similaire en ce qui concerne mon ancienne patrie, l'Allemagne de l'Est. (Dans mon cas, il s'agit de la montée du sentiment anti-étranger et anti-sémite.)


Dans cette situation, j'ai trouvé que l'honnêteté était ce qui me convenait le mieux. "Je n'aime pas particulièrement mon ancienne maison à cause de >détails politiques" est quelque chose que la plupart des gens peuvent comprendre et même admirer.

Parfois, les gens me demandent ce que je pense de >le dernier sondage d'opinion là-bas<, la moitié s'attendant à ce que je le défende, parce que c'est de là que je viens. Je leur rappelle alors généralement que je vis volontairement là où je vis maintenant, et exactement pour ces raisons.

2
1
2019-12-17 15:37:07 +0000

Cela en dit long sur la personne qui les demande. Elle indique qu'ils ressentent un grand attachement à leur "maison" ou à l'endroit où ils ont grandi. Elle dit qu'ils ressentent beaucoup de confort et de joie dans leur famille d'origine.

Pas vraiment. Ce sont toutes des questions standard à poser aux immigrants/expats, et je parle d'après une expérience de plus de dix ans. En fait, cela dit qu'ils ne sont pas particulièrement imaginatifs, mais il est difficile d'avoir une conversation imaginative avec des étrangers proches.


  • Vous rentrez souvent chez vous ?

Vous n'avez pas à accepter le récit que maison signifie l'endroit où vous avez grandi. Si home pour vous signifie l'Irlande, dites-le. Vous pouvez le faire avec ou sans humour ("Oui, je rentre chez moi tous les soirs"), mais dans les deux cas, vous avez la possibilité d'orienter la discussion.


  • Vos parents viennent-ils ici ?

On s'en débarrasse facilement : "Pas souvent. C'est un long chemin".


  • Tu te plais ici ?
  • Je vis ici depuis 3 ans déjà. Mon fils est né ici.

Trois ans, ce n'est pas très long pour avoir vécu dans un endroit. Il faut facilement deux ans pour passer par les différentes étapes du choc culturel. Et j'ai connu des gens qui ont vécu plus longtemps que cela dans des endroits qu'ils n'aimaient pas pour avoir un partenaire ou un travail.

Il n'y a pas de raison de lire quoi que ce soit dans cette question, et vous pouvez y répondre avec autant de sincérité que vous le jugez approprié à la relation que vous avez avec votre interlocuteur, bien que s'ils sont locaux, il serait peut-être sage de retenir les choses que vous n'aimez pas.


  • Que pensez-vous de passer Noël loin de votre famille ?
  • J'ai déjà mes propres enfants et ma propre famille. Pourquoi demander cela à quelqu'un qui sait que vous avez votre propre famille ?

Parce que vous venez d'une culture où Noël est traditionnellement passé en famille élargie. J'ai l'impression que vous pourriez répondre honnêtement à une question du genre "Noël n'était pas un grand événement quand j'étais jeune" et changer de sujet, peut-être en parlant d'un aspect des fêtes de Noël irlandaises que vous aimez ou que vous trouvez surprenant.


etc.

Être un immigrant est un crochet que les gens vont essayer d'utiliser pour trouver un sujet de conversation. Il est (presque) toujours sûr de détourner la conversation de soi en disant quelque chose de positif sur son pays d'accueil ou en exprimant son intérêt pour les différences. Lorsqu'il y a un peu de confiance, vous pouvez parler des impressions négatives et des choses auxquelles vous avez lutté ou auxquelles vous avez du mal à vous adapter. Dans tous les cas, l'accent est mis sur les différences culturelles et géographiques plutôt que sur votre passé personnel.

1

Questions connexes