Les relations interpersonnelles
2019-08-19 11:24:48 +0000 2019-08-19 11:24:48 +0000
57

Comment écarter les questions intrusives d'un collègue avec qui je ne travaille pas ?

J'ai un collègue au travail. Il n'est que mon collègue, pas mon patron ou un grade supérieur, je ne lui rends pas de comptes de quelque manière que ce soit.

Quand je suis en retard au travail (pour des raisons différentes, parfois très personnelles), il me pose des questions "pourquoi êtes-vous en retard au travail ? quelle est votre raison ?

Comment écarter les questions intrusives d'un collègue avec qui je ne travaille pas ? Je lui ai donné une réponse claire à plusieurs reprises, en lui disant que je ne voulais pas que cette question soit posée et que ce n'était pas son affaire de toute façon.

Mais il le fait toujours, parfois de manière très provocante et sarcastique.

Réponses [7]

148
2019-08-19 14:32:54 +0000

En tant que femme qui tenait un bar, j'ai dû faire face à beaucoup de questions intrusives au travail, surtout de la part des clients. Beaucoup d'hommes veulent ramener le barman à la maison et beaucoup d'entre eux peuvent être assez insistants à ce sujet. En dehors des heures de travail, je pouvais m'éloigner de ce genre de gars, mais au travail, je devais être polie en rejetant ces avances et c'était parfois assez difficile. Si je disais que j'avais un petit ami, ils voulaient savoir si je l'aimais, s'il était bon pour moi, s'il était là ce soir-là. Si je disais clairement que je n'étais pas intéressée, ils voulaient savoir pourquoi, si je n'aimais pas tous les gars qui étaient (insérer la caractéristique ici), peut-être que j'avais juste besoin de mieux le connaître. C'était épuisant et cela a pris une tonne de temps. J'ai finalement trouvé la solution avec une simple phrase,

Non merci.

C'est simple, poli, et ça n'offre pas de piste pour les questions de suivi. Si un type voulait poser des questions complémentaires, je lui répétais "Non merci" jusqu'à ce qu'il abandonne. C'était extrêmement efficace.

Il faut en offrir un peu plus, parce que vous voyez ce type tous les jours, mais le but est de ne rien lui donner pour s'accrocher. Il est désormais au régime de privation d'informations. La prochaine fois que ce collègue vous demande pourquoi vous étiez en retard, vous pouvez simplement répondre,

J'en ai discuté avec (superviseur). Ce n'est pas à vous de vous en préoccuper.

Évidemment, vous pouvez modifier la première phrase (ou l'abandonner complètement) pour l'adapter aux réalités de la gestion des retards dans votre bureau. Mais la deuxième est cruciale.

Ce type aura sans doute des questions de suivi. Voici la partie délicate : ne proposez rien d'autre. Répétez simplement les deux phrases ci-dessus. Construisez un mur de pierre avec ces phrases. Vous pouvez faire des variantes ("Vous n'avez pas à vous en faire." "Merci de vous en soucier, mais tout va bien.") Mais ne vous étendez pas sur quoi que ce soit. N'offrez pas plus d'informations.

Vous pourriez avoir l'impression d'être impoli ou de vous comporter bizarrement en faisant cela ; rappelez-vous que c'est, en fait, votre collègue qui est impoli. Répétez cela chaque fois qu'il s'intéresse à vous de manière indiscrète. Après quelques frustrations, il devrait arrêter de vous demander.

148
26
2019-08-19 16:22:14 +0000

De toute évidence, il ne pose pas de question parce qu'il se soucie de la réponse. Il essaie de vous désavantager. Vous ne lui devez pas de réponse, et lorsque vous lui répondrez ou que vous essaierez de vous défendre, cela ne fera probablement que l'encourager. Si j'avais une idée, je dirais qu'il se sent menacé par vous pour une raison quelconque. Il se peut que ce soit vous en particulier, et que ce soit simplement sa personnalité. Certaines personnes sont paranoïaques et se sentent menacées par leur entourage, et elles essaient souvent d'affirmer leur supériorité en mettant les autres sur la défensive ou en leur faisant perdre leur sang-froid.

Rien ne dit "Je ne joue pas à votre jeu" comme un sourire et un haussement d'épaules. Peut-être "rien de sérieux, merci de demander" ou, une autre réponse non engageante. S'il est constamment insistant, vous pouvez essayer "Je suis sûr que mon patron apprécie votre désir de veiller aux intérêts de l'entreprise". Je ne manquerai pas de le mentionner lors de notre prochaine réunion", toujours avec un sourire agréable.

Une fois qu'il a compris qu'il ne peut pas vous dominer ou vous faire peur, il devrait faire marche arrière. S'il ne le fait pas, il est peut-être temps de laisser votre manager s'occuper de lui. Le comportement sarcastique et provocateur est du harcèlement, et les bureaux le prennent plus au sérieux de nos jours.

Le collègue d'OP ressemble beaucoup à un collègue que j'ai déjà eu. Quand je suis arrivé dans l'entreprise, je pensais qu'il était directeur. Il voulait savoir ce que je faisais, sur quel projet je travaillais, quand j'allais arriver le lendemain matin. Si je partais avant lui à la fin de la journée, il me disait parfois, d'un ton surpris : "Vous partez déjà ? Il prenait sur lui de me faire savoir quand j'avais enfreint les règles. Il ne m'a pas fallu plus de deux semaines pour réaliser qu'il n'était qu'un type qui avait occupé le même poste "depuis toujours", qui n'avait aucune autorité et qui cherchait désespérément à se faire voir des gens comme étant important.

Donc, étant jeune et idéaliste, j'ai essayé d'être gentil et de faire les choses qu'on m'avait enseignées, c'est-à-dire comment s'entendre avec quelqu'un comme ça. Je lui ai demandé conseil, je lui ai répondu poliment et j'ai essayé de montrer que je suivais ses conseils. Cela s'est retourné contre moi quand il a commencé à me draguer d'une manière vraiment effrayante. J'étais trop intimidé et gêné par mon manque de jugement pour le signaler au directeur, alors j'ai trouvé un autre emploi.

J'ai eu deux autres collègues qui avaient des habitudes similaires ; ils essayaient d'affirmer leur autorité alors qu'ils n'en avaient aucune. J'ai parlé à mon manager du premier et il m'a dit, en gros, de l'ignorer. Alors je l'ai fait. Au bout d'un moment, le type a cessé de m'ennuyer autant, alors je suppose que ça a marché. Le deuxième était sous contrat de six mois, donc quand je suis parti, il jouait encore le jeu. Il a même essayé de me faire passer un entretien de départ impromptu. Mince alors.

26
19
2019-08-19 14:04:22 +0000

Mais il le fait toujours, sométine de manière très provocante et sarcastique.

Je suis passé par là aussi. Je le détestais (et le déteste encore) et cela m'a ennuyé au point d'être impoli. Instantanément grossier, "[auto-censure]" (je n'écrirai pas les mots ici, bien sûr, mais vous comprenez l'idée...). Bien au-delà de ce qui était certainement nécessaire à l'époque. Et je n'en ai plus jamais entendu parler, mais j'avais un ennemi sur le lieu de travail. Plus de problème avec lui, mais mauvaise réputation pour "avoir une attitude, ne pas supporter une blague, et ainsi de suite...". Inutile de vous dire que ce que j'avais fait était de trop, comme "tuer une mouche avec un marteau de traîneau". Mauvaise idée. J'avais besoin de trouver un meilleur moyen...

La deuxième fois (des années plus tard, une autre entreprise, mais le même genre de je-sais-tout et surtout de je-sais-tout), je voulais une autre approche, et j'ai utilisé une technique similaire : provocatrice et sarcastique.

Quand le type a posé sa question, je l'ai d'abord ignoré et je suis passé à côté. La deuxième fois, je me suis arrêté tout de suite, je me suis mis debout devant lui, les mains dans le dos (comme on fait dans l'armée, quand on fait un rapport à quelqu'un), le regard fixé devant moi, et j'ai dit " Mon nom est PaulD - Développeur frontal de la société X - SSN 772-00-1324" (1). Répétez au besoin chaque fois qu'ils disent quelque chose ou posent une question. Ils abandonneront et passeront à autre chose. À un moment donné, ils le feront, croyez-moi. Le mieux, c'est quand des gens écoutent / regardent. Terminez par un sourire, un clin d'œil, faites demi-tour et marchez... :)

Vous agissez comme un prisonnier de guerre et vous ne répondez à aucune question, vous appelez juste La Convention de Genève . Avec de la créativité, vous pouvez également invoquer l'avertissement Miranda ou le cinquième amendement ou tout autre droit privé/juridique/humain de votre pays. Et l'utiliser de façon amusante pour écarter leurs questions. Votre message est vraiment clair ici ! Peu importe ce que vous demandez, la seule chose que vous obtiendrez est cette réponse.

Je l'ai fait la deuxième fois, et c'était bien mieux, car j'ai été vu par d'autres membres du personnel qui ont ri en voyant le type le plus drôle (des deux 2). Certains d'entre eux ont même dit qu'ils n'osaient jamais répondre, mais considéraient son comportement comme de l'intimidation. Quoi qu'il en soit, pour moi, le résultat a été le même, le "gars intelligent" m'a laissé tranquille, mais ce n'est pas parce que j'ai utilisé une option nucléaire. C'est beaucoup mieux ;)

Je n'ai jamais trouvé un autre moyen, mais je dois vous avertir que vous ne vous ferez pas d'amis de cette façon. Vous devez fixer des limites d'une manière ou d'une autre, je n'ai (malheureusement) jamais réussi à le faire de la manière douce, parce qu'ils ne prennent généralement pas le "non" comme réponse. Mais vous pouvez les arrêter en retournant l'arme contre eux.


1 : signifie "numéro de sécurité sociale" (772 est une séquence non utilisée - 00 n'est jamais utilisé, donc ce numéro ne peut être utilisé par personne)2 : pas besoin de dire que j'étais en effet le plus drôle de toute l'équipe, bien sûr :D

19
12
2019-08-20 14:25:17 +0000

J'allais ajouter ceci comme commentaire sur la réponse d'IAntoniazzi, car elle est très similaire, mais apparemment cela prend une certaine réputation que je n'ai pas.

Une alternative possible à la formulation proposée dans cette réponse qui offre encore moins d'informations mais maintient le professionnalisme et la courtoisie de votre part :

"Bonjour, Bob !"

Ensuite, vous continuez votre chemin ou vous vous engagez dans votre travail, et n'offrez rien de plus. Il finira par se lasser de vous harceler si c'est tout ce qu'il obtiendra de vous.

J'ai utilisé cette réponse dans de nombreux scénarios où je reçois toute sorte de question ou de commentaire lors de la première interaction qui franchit une ligne, et presque toujours il en résulte que la personne reçoit le message : vous n'êtes pas intéressé à répondre à cette question. Dans les rares cas où la personne m'a suivi ou a continué à essayer de s'engager, une simple répétition (éventuellement avec une légère inflexion de sarcasme) a fait des merveilles. Ce processus a l'air professionnel et détourne entièrement la question sur eux. Si, par hasard, vous avez une personne super têtue qui continue à vous harceler, alors vous avez un problème différent.

12
3
2019-08-20 11:19:28 +0000

Une réponse basée sur le monde réel qui fonctionne pour moi - malgré les commentaires négatifs.
Je n'ai pas eu cette expérience spécifique mais j'ai vécu des situations similaires dans le monde réel en cours de route (j'ai 68 ans) - dans des situations similaires, l'humour "Over The Top" peut fonctionner.

Le but, tout en étant non combatif et non conflictuel, est de fournir une non-réponse manifestement ridicule qui leur dit que vous pouvez gérer leur style, que vous n'allez rien leur dire d'utile et qu'ils risquent d'avoir l'air idiot s'ils persistent.

  • Désolé, j'ai dû signer un NDA*

  • Je pourrais vous le dire, mais ensuite je devrais vous tuer.

Ou, si cela ressemble trop à une menace réelle, alors

  • Je pourrais vous le dire, mais alors je devrais me tuer.

  • Avez-vous une idée de la difficulté à trouver une cabine téléphonique pour changer de costume [de super-héros] à cette heure de la journée ?

  • "Savez-vous où j'étais ?" (fort, chuchotement de la scène).
    "Non. (que peut-il dire d'autre ?) "Bien." Souris. S'en aller.

  • ...

Vous voudrez peut-être trouver une réponse répétée si elle persiste.
"J'ai dû signer un accord de confidentialité" peut être utile dans ce rôle.

*NDA - Accord de non-divulgation.

connexe :

À la question "Pourquoi avez-vous [supprimé les jurons] fait cela" lorsque ce que vous avez fait est raisonnable, entièrement défendable et/ou ne les regarde pas : Une explication concise - suivie de - "Veuillez ne pas confondre une explication avec des excuses". Cette question peut probablement être utilisée, au maximum, une fois par personne, ne vous fait pas d'amis, et il est préférable de la laisser pour les cas extrêmes où vous souhaitez faire valoir suffisamment que les retombées en valent la peine. Je l'ai utilisé dans des occasions très très rosées - et de mémoire je peux chercher à l'adoucir avec un sourire et un style détendu - cela fait si longtemps que je ne l'ai pas utilisé que la mémoire s'estompe. J'ai quitté la "vie d'entreprise" après 23 ans de travail indépendant, il y a plus de 25 ans, et je ne l'ai pas utilisé depuis lors. Pour quelqu'un qui tente de vous remettre à votre place, sans avoir le droit d'agir comme il le fait, cela peut être dévastateur. Mais ce n'est peut-être pas le cas :-).


Ajouté :

J'ai utilisé les lignes "then I'd have to kill you" / me et la ligne NDA à plusieurs reprises. La ligne NDA est même parfois vraie :-).

Les exemples spécifiques ne sont pas très pertinents (et je devrais en fait en déterrer quelques uns :-) MAIS ce sont des réponses authentiques que j'ai utilisées.

Mon but est de convertir la situation en une situation de désinvolture.
Si le demandeur n'a pas le droit de demander, et/ou s'il n'est pas vraiment inquiet et/ou s'il essaie clairement de jouer à des jeux de mâle alpha/dominance/ ... alors la réponse désinvolte lui enlève en grande partie son attrait. Il peut réessayer, mais il s'agit d'un jeu de "stupidité". Je ne suggère pas que cela soit approprié lorsque la requête a une base légitime.


*Humour antipodéen = humour.

** Et puis, si je vous le disais, je devrais vous tuer.


[[Une fois, j'ai gagné 15 000 dollars US grâce à une idée que j'ai eue en nettoyant de la moquette pourrie d'un poil dans mon allée - j'aimerais vous dire comment mais j'ai dû signer un accord de confidentialité]] [Une vraie affaire :-)].

3
2
2019-08-20 01:03:47 +0000

Quelle est cette situation ? Travaillez-vous dans la même pièce ou à proximité l'un de l'autre, ou êtes-vous simplement en train de passer devant lui et il commence à poser des questions ? Ou bien vient-il vous voir ? Si c'est un moment qui passe, il vaut mieux le rendre le plus court possible et éviter d'en faire un échange. Évitez de répondre à une question par une autre question ou de lui donner une réponse à laquelle il peut s'accrocher. Si vos lieux de travail sont proches, il n'est pas possible de passer simplement devant lui avec un minimum d'interaction, vous devez donc faire un commentaire et ne pas répondre à ses questions.

Dans le premier cas, je répondrais simplement par "good morning jeff" ou autre chose du même genre. Vous pouvez ajuster cette réponse avec votre voix. Si vous le dites avec une voix ennuyée, vous obtenez un effet différent de celui que vous obtiendriez en utilisant une voix normale. S'il veut continuer, vous pouvez aussi dire des choses comme "Je n'ai pas le temps de bavarder maintenant". S'il pose des questions avec une voix désagréable, vous pouvez aussi lui demander s'il est d'accord ou lui demander de répéter. Ensuite, demandez-lui pourquoi il fait des voix sarcastiques.

Faites-lui prendre conscience de ce qu'il fait et ne le laissez pas s'en tirer comme ça. N'argumentez pas, mais faites-en une enquête. Après tout, vous êtes intéressé de savoir pourquoi il pose ces questions et pourquoi il fait des commentaires sarcastiques. Ses motivations peuvent être des taquineries et de l'intimidation et si vous lui donnez des réponses faciles, il vous prend pour une cible facile. Si vous commencez à lui poser des questions suggestives (pourquoi vous les posez, qui a fait de vous le patron), vous le mettez sur la défensive, ce qui ne marchera pas non plus. Si vous répondez à une question tendancieuse en lui demandant pourquoi vous vous en souciez, vous vous mettez sur la défensive, ce qui n'est pas utile non plus.

Être professionnel et éviter de tomber à son niveau est votre meilleure stratégie. Il n'a pas à vous poser ces questions, mais vous avez des raisons valables de lui demander pourquoi il fait ces remarques. Si c'est un tyran, faites de vous une cible difficile et si c'est un fouineur, soyez professionnel pour qu'il n'en tire rien et qu'il sache qu'il n'aura rien non plus.

2
-1
2019-08-20 23:09:23 +0000

Il y a plusieurs choses qui pourraient se passer ici.

Cette personne est peut-être autiste et ne se rend pas compte que ce genre de question est grossier ou inconfortable pour vous. C'est peut-être sa façon de s'intéresser à vous. Ce n'est qu'après avoir fait connaissance avec cette personne qu'il faut déterminer si c'est en tant qu'ami ou plus. Je ne suis pas vraiment neuro-typique, mais j'ai été interrogé par des personnes véritablement autistes et elles peuvent poser des questions très directes et personnelles simplement en étant curieuses, sans savoir quelles sont les limites.

Oui, les néotypiques peuvent aussi être curieux et essayer de voir quelle "excuse" vous avez "aujourd'hui". J'ai eu affaire à certaines de ces personnes en leur posant une question : "pourquoi voulez-vous savoir ? Si vous posez cette question comme si vous vouliez vraiment une réponse, et pas seulement une brosse, vous pouvez les mettre dans un coin où ils doivent inventer quelque chose à la volée qui sonne bien, ce qui ne sera probablement pas le cas. À moins que quelqu'un ne leur ait déjà posé cette question, toute réponse qu'ils donneront sonnera creux ou effrayant lorsqu'ils trébucheront sur leurs mots. Ce seul fait les empêchera probablement de vous poser à nouveau la question à l'avenir.

S'ils sont prêts pour votre question, vous pouvez toujours répondre à quelque chose de générique comme "j'avais des affaires personnelles à régler" ou "la circulation était particulièrement dense aujourd'hui", puis vous mettre immédiatement au travail et les ignorer jusqu'à ce qu'ils s'en aillent. Un tel mensonge est tellement ennuyeux qu'ils ne sont pas prêts à continuer à vous poser des questions.

Mais un fouineur vraiment curieux continuera à demander. J'ai eu affaire à ces gens en arrivant à mon bureau avant qu'ils ne puissent m'intercepter et en mettant des écouteurs, puis en prétendant que je suis absorbé par mon travail et que je ne peux pas les entendre. S'ils essaient toujours d'obtenir des réponses, dites-leur que vous essayez de faire du travail et que vous ne pouvez pas parler à ce moment-là. Vous pouvez aussi poser une question un peu plus pressante : "Pourquoi est-ce important pour vous ? Quelle que soit leur réponse, vous pouvez dire que vous avez déjà parlé à votre patron et qu'il est d'accord ou qu'il vous a déjà réprimandé. À ce stade, être un peu grossier avec eux pourrait les dissuader de poser d'autres questions.

Comme toujours, vous pouvez à tout moment parler à votre patron/directeur/ chef d'équipe pour lui dire à quel point cette personne est ennuyeuse. Il se peut qu'il ne puisse rien y faire tout de suite, mais au moins vous l'avez dans votre dossier. De cette façon, s'ils vous dénoncent à votre patron pour avoir été impoli avec eux, votre dénonciation sera enregistrée en premier. Votre patron pourrait aussi être prêt à recevoir son rapport et être en mesure de le réprimander pour vous avoir harcelé.

Tout cela dépend de la politique du bureau, de la politique et de la culture générale. Il se peut que vous n'ayez pas de casque, ce qui pourrait ne pas fonctionner. Vous pouvez aussi avoir un plan d'étage ouvert, il n'est donc pas aussi facile d'ignorer quelqu'un. Il se peut que votre patron soit déjà au courant de l'existence de Nosy Nancy, alors il suffira peut-être d'en parler pour qu'il se fasse gronder. Ou bien le patron sait qu'il ne peut rien y faire, parce que cela s'est produit dans le passé et que rien n'a changé.

Il y a peu de chances qu'ils s'intéressent vraiment à votre santé et qu'ils veuillent s'assurer que vous allez bien. Il peut s'agir d'une personne qui se soucie réellement des gens ou d'une personne qui s'intéresse à vous pour une relation amoureuse. Les deux sont malheureusement peu probables, mais il y a plus de zéro chance que cela se produise, et moins de 5% de chances que l'un ou l'autre soit vrai.

Bonne chance. J'espère que vous trouverez quelque chose qui fonctionne.

-1