Les relations interpersonnelles
2019-06-27 23:21:39 +0000 2019-06-27 23:21:39 +0000
71

Comment puis-je dire à ma petite amie qu'elle m'a acheté des livres du mauvais auteur au cours des neuf derniers mois ?

Au secours ! Depuis neuf mois, ma petite amie m'achète des livres du mauvais auteur, croyant fermement qu'elle me traite comme un auteur de mon préféré (qu'elle croit d'ailleurs être un pervers !).

Un peu de contexte : lors de notre premier rendez-vous, j'ai dit à ma petite amie actuelle que mon auteur préféré est l'auteur japonais Haruki Murakami. Nous parlions de nos passions et je lui ai dit que j'avais passé beaucoup de temps à la bibliothèque locale, à lire tout ce qui me tombait sous la main. J'ai fini par tomber sur cette bonne vieille Haruki, et ma vie a changé à jamais.

Il semble cependant que seule la partie "Murakami" soit restée dans son cerveau. Avance rapide jusqu'à deux semaines plus tard. C'était probablement notre 5ème ou 6ème rendez-vous. Elle était pratiquement étourdie quand elle s'est présentée, me disant qu'elle avait une surprise pour moi. Après plusieurs minutes de jeu de devinette, elle m'a donné un indice : c'était un livre de mon auteur préféré.

Man était excité. C'était génial de savoir qu'elle avait mis au point quelque chose dont nous avions parlé lors de notre premier rendez-vous. De plus, je ne possédais aucun des romans de Murakami sous forme physique, donc j'étais vraiment ravi.

Mon visage est tombé quand elle m'a tendu le livre. C'était "69" de Ryu Murakami. Les deux écrivains sont japonais, mais leur travail est totalement différent. Elle était si contente d'elle-même, cependant, que je n'ai pas eu le cœur de lui dire la vérité : qu'elle m'avait acheté un livre du mauvais Murakami. Pire encore, après m'avoir donné le livre, elle a commencé à me dire que mon goût pour les livres était "vraiment bizarre" et même "dérangeant". Il s'est avéré qu'elle avait lu le livre avant de me le donner, et qu'elle le détestait ! Elle le trouvait dégoûtant et immoral.

D'une certaine manière, la conversation est revenue sur le livre tout au long de la nuit, comme si l'impression qu'elle avait de moi avait été changée en apprenant que mon auteur préféré était ce type, Ryu. Elle a fini par dire qu'elle pensait que c'était un pervers pour avoir tant écrit sur les érections (d'ailleurs, Ryu Murakami n'est pas un pervers, il est juste un peu nerveux et mon gf avait jusqu'à 69 ans et ne lisait que Western YA et quelques fantaisies grand public).

Comme j'ai apprécié le geste, j'ai décidé de laisser tomber. J'ai supposé que son intérêt pour les livres dans lesquels je suis impliqué serait éphémère, et d'ailleurs, je ne savais même pas combien de temps nous allions rester ensemble. C'était le début.

Deux mois plus tard, nous étions toujours ensemble, et mon anniversaire approchait. Le matin du, presque la même situation s'est produite. Ma petite amie était ravie, elle m'a donné mon cadeau, et c'était une copie de Piercing de Ryu Murakami. Encore une fois, elle n'arrêtait pas de me dire à quel point j'aimais ses trucs. Et pour aggraver les choses, nous étions en train de déjeuner avec ma soeur quand c'est arrivé, et elle n'est pas du tout une lectrice, donc elle n'avait aucune idée de ce qui se passait ou de la raison pour laquelle on me disait essentiellement que j'étais "dans une merde bizarre" à la table du café.

Depuis lors, ma petite amie m'a acheté un nouveau roman de Ryu Murakami chaque mois sans faute, et c'est au point où le mensonge est si gros que je ne sais honnêtement pas comment lui dire ou quoi faire. Nous sommes ensemble depuis neuf mois maintenant !

Donc ce que je demande, c'est : **J'apprécie que ses actions soient fondées sur la générosité, mais elle dit constamment aux gens que j'ai un goût "malade et tordu" pour les écrivains et je pense que certaines personnes la prennent au sérieux. Je ne veux pas la blesser, mais j'ai aussi l'impression qu'elle a besoin de savoir. Je l'aime beaucoup et j'ai l'intention de continuer à la voir pour un avenir indéfini, mais j'ai l'impression que c'est quelque chose qui va finir par nous rattraper.

Réponses [6]

117
2019-06-28 13:22:09 +0000

A en juger par les réponses déjà données, je suis apparemment seul dans la mesure où je trouve le tout assez... drôle ?

je m'imagine me mettre à la place de ma petite amie. Mon copain me fait s'asseoir, très sérieusement, pour me dire qu'il a besoin de parler. Je crains évidemment le pire. Puis il me dit que depuis 9 mois, je lui achète des livres du mauvais auteur. J'ai passé les neuf derniers mois à penser que mon petit ami avait des goûts bizarres et qu'il était à la limite de la perversion (que les livres indiquent ou non que cela n'a pas d'importance, c'est ce que je ressens). Chaque livre que je lui ai acheté m'a paru vraiment bizarre. Il était tout aussi mal à l'aise parce que je lui achetais les mauvais livres depuis des mois. Il était juste trop mal à l'aise et/ou appréciait trop pour me le dire. Je me mettrais probablement à rire presque immédiatement.

Quand j'étais en maternelle/première année, mes parents ont posé du paillis chez nous. Je les ai entendus parler de son aspect et j'ai vu à quel point cela les rendait heureux. Pendant les mois qui ont suivi, plusieurs fois pendant la semaine à la récréation, je me remplissais les poches de paillis provenant de la cour de récréation pour le rapporter chez mes parents. Je veux dire qu'ils aimaient le paillis, donc il est clair qu'ils en voudraient plus. J'ai été blessée quand j'ai réalisé que mes parents le jetaient ? Non. Je veux dire, je n'ai évidemment pas trouvé ça drôle à l'époque mais je n'étais pas offensée. Je faisais un geste gentil basé sur ce que je pense que ma famille était en train de faire.

Je ne connais pas votre petite amie, mais j'aimerais penser qu'elle gérerait la situation de la même façon. Elle n'a rien fait de mal et ce n'est pas sa faute si elle s'est mal souvenu ou si elle vous a mal entendu. Le fait qu'elle ait fait cela pour vous est incrroyablement mignon si vous me demandez, que ce soit le bon auteur ou non. Cela montre qu'elle se soucie de toi. Comme d'autres l'ont dit, je pourrais comprendre qu'elle soit un peu blessée, mais l'humour dans cette situation l'emporte sur tout le reste. Chaque fois que je passais devant ces livres sur l'étagère, je me mettais à rire. Je racontais cette histoire à tous ceux qui m'écoutaient. "Tu te souviens quand je pensais que tu étais un déviant avec un goût bizarre pour les livres ?"

EDIT: Comme ma réponse n'était apparemment pas suffisante, je devrais clarifier. Quelqu'un a interprété mon commentaire ci-dessus comme étant que la petite amie est fautive, ce qui n'est absolument pas le cas.

Vous devriez définiment lui dire et vous devriez baser cette conversation sur ce que vous savez de votre petite amie. Si elle est connue pour être très sensible, sachez qu'aborder la situation avec légèreté peut sembler désinvolte. Maintenant, je suppose que votre petite amie est un être humain normal et qu'elle verra l'humour de l'histoire comme moi et qu'elle ne vous fera pas paniquer. Personnellement, j'aimerais préciser que si vous trouvez drôle (en supposant que ce soit le cas) que votre petite amie vous achète des romans dégénérés sur la base d'un malentendu, mais qu'elle vous aime quand même, vous êtes aussi profondément désolé d'avoir laissé cela durer si longtemps. Si j'étais votre petite amie, je continuerais à vous les acheter juste pour le plaisir de la plaisanterie. Je ne peux pas te donner de détails, malheureusement, car il y a trop de variables. Le seul vrai conseil que je peux te donner est le suivant :

  • Ne commence pas la conversation par "Il faut qu'on parle"
  • Aborder la question avec désinvolture, de préférence au cours d'un repas
  • Aie le cœur léger tant que la situation le permet

Sur ce dernier point, si toute la conversation reste généralement légère et qu'elle prend (relativement) bien la nouvelle, cela ne ferait pas de mal d'y revenir quelques heures plus tard avec un "Je sais que nous en avons déjà parlé, mais je suis vraiment désolé d'avoir laissé cela durer si longtemps. Je sais que c'est drôle et que ce n'est pas si grave, mais j'aurais dû en parler plus tôt"

Comme les commentateurs ci-dessous l'ont déclaré, la façon exacte dont vous en parlez et la formulation que vous utilisez sont beaucoup moins importantes que le fait de lui dire. En fait, vous ne devriez jamais entrer dans une conversation comme celle-ci avec un scénario. Vous devez avoir des points à faire valoir, bien sûr, mais adapter la formulation à l'humeur et à la situation. Les points que j'essaierais de faire valoir sont les suivants :

  • Le fait que tu achètes des livres en fonction de mes intérêts est quelque chose que j'apprécie et aime profondément
  • Tu n'as rien fait de mal
  • J'aurais dû dire quelque chose plus tôt
117
34
2019-06-28 08:26:29 +0000

Comme vous avez déjà décidé de le lui dire, sachez que c'est certainement la bonne décision, même si elle aurait dû être prise plus tôt. Sachez également qu'elle sera blessée dans une certaine mesure.

Ceci dit, passons à la manière de lui dire :

Choisissez une situation calme afin que vous puissiez tous les deux en parler plus de 5 minutes. Veillez à ce que vous ayez suffisamment de temps pour saisir pleinement le problème (le problème étant que vous lui mentez). Dites-lui ce que vous nous avez dit :

Parce que j'ai apprécié le geste, j'ai décidé de laisser tout ça passer. J'ai supposé que son intérêt pour les livres dans lesquels je suis impliqué serait éphémère

C'est pour cette raison que tout a commencé. Mais vous devriez vraiment réfléchir à la raison pour laquelle vous avez continué à le faire et ne pas lui avoir dit plus tôt.

Donc, en gros, vous l'asseyez, vous lui dites ce qu'elle a fait de mal à l'auteur, vous lui dites pourquoi vous ne lui avez pas dit tout de suite et vous vous excusez définitivement de lui avoir menti.

Quelque chose dans ce sens (juste pour vous donner une idée).

GF, je dois vous dire quelque chose d'important. Vous voyez, j'apprécie vraiment tous les livres que vous m'avez offerts, mais je dois vous dire qu'ils ne sont pas de mon auteur préféré, car vous semblez vous tromper. Mon auteur préféré est XYZ. Je sais que je me suis trompé en ne vous le disant pas plus tôt. C'est parce que j'ai apprécié le geste et que j'ai décidé de laisser tout ça passer. J'ai supposé que votre intérêt pour les livres qui me passionnent serait éphémère. Je vois que je me suis trompé sur ce point et j'en suis désolé.

De cette façon, tu lui expliques ton raisonnement et tu lui dis tout de suite le bon résultat. Si vous pensez que cela ne suffit pas déjà, vous pouvez également lui promettre de mieux gérer la situation à l'avenir (ce à quoi vous devriez alors également adhérer).

D'après votre expérience personnelle :

Chaque cadeau était mauvais, mais vous ne vouliez pas que l'autre personne se sente mal à ce moment-là, alors vous l'aspirez. Plus précisément : le cadeau de Noël d'un parent. Comme je ne voulais pas qu'ils se sentent mal à Noël, j'ai attendu de les voir la fois suivante, c'est-à-dire quelques mois plus tard. Je leur ai dit pourquoi j'avais attendu, etc. Bien sûr, ils se sentaient toujours mal et un peu trahis, mais ils comprenaient le raisonnement. Les cadeaux sont meilleurs depuis.

EDIT :

Je me rends compte que la ligne de conduite que je propose est peut-être un peu trop prudente et que l'introduction pourrait être un peu plus légère, comme cela a été suggéré. Comme @goat_fab l'a fait remarquer à juste titre, on s'attend toujours au pire lorsqu'on entend les mots : "Je dois vous dire quelque chose d'important". Cette phrase pourrait être omise pour donner un ton plus léger à l'ensemble de la conversation.

34
19
2019-06-28 13:00:08 +0000

Ayant vu cela se produire avec des amis à moi, et l'ayant moi-même vu se produire, je peux dire qu'attendre aussi longtemps est, en soi, un problème. Elle va probablement vous en vouloir, alors préparez-vous à cela.

Je vous recommande d'attendre que cela se reproduise ou de trouver un moyen de l'intégrer dans la conversation, puis de dire quelque chose comme :

C'est si gentil de votre part de vous rappeler que j'aime les auteurs japonais. Mais vous n'arrêtez pas de dire que je suis "bizarre" et je ne sais pas pourquoi ? J'aime bien Murakami, mais j'ai remarqué que ces livres sont de Ryu et non de Haruki. J'ai essayé vos deux livres et bien que j'aie essayé d'être ouvert d'esprit, ce sont des auteurs tellement différents. Donc, je suis d'accord avec vous, les livres de Ryu sont un peu bizarres pour moi et je ne les lirai probablement plus à l'avenir.

Alors... puisqu'elle a lu les livres de Ryu - donnez-lui un exemplaire de votre livre préféré de Haruki Murakami et laissez-la le lire. Elle pourra alors non seulement arrêter les commentaires mais aussi apprécier la lecture !

Si c'était moi qui avais fait une erreur, je voudrais le savoir. Je pense que le fait de l'encadrer comme si elle suggérait une nouvelle littérature au lieu de commettre une erreur flagrante pourrait adoucir le coup. Je sais qu'elle pense que c'est ton préféré, mais c'est une façon plus indirecte de faire passer le message sans la faire se sentir aussi mal - même si elle le fera probablement encore, alors nous ne faisons que passer la conversation.

Ensuite, le fait que tu lui donnes l'occasion de voir que tu n'es pas "dans la merde" en lui faisant lire le bon livre, l'apaiserait probablement aussi. Les gens ont tendance à évoquer sans cesse des choses qui les mettent mal à l'aise pour essayer de leur donner un sens. Dans ce cas, il n'y a rien à comprendre, parce que ce ne sont pas les livres que vous aimez !

19
15
2019-06-28 18:58:02 +0000

Essayez de lui offrir le bon livre qui a changé votre vie. Expliquez-lui que vous avez été tellement touché par ses gestes d'achat de livres que vous n'avez pas eu le cœur de lui dire que ce n'était pas le bon auteur. C'est une étrange coïncidence et une confusion compréhensible, mais pour connaître le "vrai" vous, il est important pour vous qu'elle ait lu le bon Murakami.

Citation : 20 years of marital mixups. Tous les cadeaux ne sont pas parfaits. C'est du hasard, même quand on se connaît très bien. Votre petite amie est très attentionnée et le fait de souligner que vous appréciez son geste contribuera grandement à atténuer toute gêne potentielle.

15
6
2019-06-28 21:32:29 +0000

Je vais essayer d'aborder un autre sujet que les autres réponses n'ont pas couvert, je crois.

Considérez la possibilité qu'elle puisse penser que vous mentez en disant que vous n'êtes pas le bon auteur, afin de dissimuler vos goûts dans des livres "bizarres"/"malades et tordus".

A en juger par votre question, il semble que votre nouvelle réputation à cet égard (au moins auprès de votre soeur, et Dieu sait qui d'autre), ne vous convienne pas. Il est probable que votre malaise ait été remarqué, et quelque chose comme cela peut très bien être considéré comme une tentative de faire marche arrière.

Une fois qu'un mensonge a duré si longtemps, il est difficile de corriger le tir. *Vous devez avoir une preuve irréfutable qu'elle vous a acheté le mauvais auteur, ou vous pourriez être confronté à une situation qui est la pire des deux mondes : elle finit par croire que vous lui mentez et elle se fait toujours une fausse idée de l'identité de votre véritable auteur préféré. Il est difficile de dire ce que serait une "preuve définitive" - par exemple, lorsque j'ai accidentellement commandé quelque chose d'assez embarrassant en ligne, il était difficile de faire croire à mon ami que c'était une erreur, même si j'avais un historique de recherche clair indiquant la chose que j'essayais réellement d'acheter - j'étais toujours accueilli avec la vieille réaction "OK, OK, quoi que vous disiez". *Plutôt que de la faire s'asseoir et parler, je lui demanderais de découvrir le mensonge, de laisser traîner quelque chose ou de laisser les fenêtres du navigateur ou de l'historique ouvertes, etc. En général, mon niveau de consommation (certes malsain et excessif) est suffisant pour qu'ils me confrontent à cette possibilité par eux-mêmes. "Est-ce que vous aimez vraiment le goût de ça ?!?"

Vous lui avez menti pendant longtemps. Malgré les intentions, ce fait est incontestable.

J'ai souffert et j'ai été blessé de nombreuses fois - c'est dur, mais parfois la seule chose à faire est de tout laisser tomber et d'arranger les choses. Une fois que vous avez fait le point, communiquez et réglez les choses - et assurez-vous que tout reste propre.

6
0
2019-07-09 17:49:15 +0000

J'espère en fait que vous avez déjà réglé tout cela avec succès.

Mon expérience de ce genre de choses n'a pas été très agréable. J'ai un "problème médical" dont je n'ai pas parlé à un parent très proche pendant des décennies depuis que j'ai eu la première occasion. C'est un peu compliqué à approfondir, mais ce n'est pas le genre de chose sur laquelle je pourrais même (malhonnêtement) plaider l'ignorance, même si je réussissais à faire ce genre de chose avec cette personne en particulier. Comme mes compétences sociales sont en grande partie inutiles, je lui ai écrit une lettre expliquant comment tout cela s'est passé et les circonstances qui m'ont poussé à ne pas divulguer l'information. Si cette personne n'était pas exactement cette personne, les choses auraient pu se dérouler très différemment - mon explication ayant été acceptée après environ trois jours de bouleversements.

Je pense que le principal facteur de "réussite" a été le fait que je n'ai pas confronté la personne en personne. Outre le fait que les choses tournent toujours mal lorsque je tente d'expliquer ce genre de choses, la personne a eu la possibilité d'obtenir toutes les informations et de les traiter avant d'y réagir, ou de ressentir le besoin ou l'obligation d'y répondre. Le plus grand avantage, pour moi, est probablement de pouvoir trier, organiser et arranger ses pensées de la meilleure manière possible, et d'avoir la possibilité de les revoir plusieurs fois avant de les finaliser. D'un point de vue "IPS", cela peut sembler impersonnel et "froid", dans mon cas c'est le meilleur mécanisme pour la prévention et la gestion des catastrophes : une lettre impersonnelle est toujours bien mieux qu'une maladresse inepte avec une histoire de "catastrophes sociales".

Je pense que "SnappingShrimp" a fait une bonne suggestion en lui donnant le livre de l'auteur réel en cadeau, dans lequel vous pourriez ensuite mettre une telle lettre, si l'idée vous convient. Si le livre est aussi bon que vous le dites, il pourrait aider à la "récupération" et expliquer immédiatement tout ce qui concerne les auteurs.

Ce à quoi je ferais attention, c'est de traiter cette situation avec légèreté. Bien que je sois d'accord avec "goat_fab" concernant l'humour de la situation, les réponses ont clairement mis en évidence le problème de l'étendue de la période pendant laquelle la "tromperie" a eu lieu - ce dont vous vous rendez clairement compte, comme le montre votre question.

Il y a un certain nombre d'années, un type que je connaissais alors, a été licencié. Au lieu de le dire à sa femme, il a copié l'idée d'un livre, d'un film ou autre, pour continuer comme si de rien n'était - avec l'idée de mettre de l'ordre dans ses affaires avec un autre emploi, tout en utilisant le paquet de gratification et leurs économies avant de lui dire ce qui s'est réellement passé. Leur mariage n'a fait que prolonger la méfiance qui s'en est suivie de son côté, dans le but de permettre à leurs enfants de terminer leurs études secondaires - ce qui n'est pas totalement infondé : si son père n'était pas intervenu pour sauver leur ruine financière après qu'il l'ait appris cinq mois après la tromperie, il aurait pu avoir de sérieux problèmes. De toute évidence, votre situation est loin de cela, mais je pense que la méfiance n'est peut-être pas de mise.

Parfois, c'est en fait le genre de chose dont on pense qu'elle n'aurait pas vraiment d'importance, ce qui provoque la scission des gens. Pendant des années d'âne, un type a fait croire à sa femme, militante quasi fanatique, qu'il votait en fait pour le même parti politique qu'elle. Je ne sais pas comment elle a fini par découvrir ce qu'était vraiment la situation, mais les répercussions ont dissous un autre mariage.

Je pense que vous devriez planifier très soigneusement votre stratégie en fonction de cette situation. De toute évidence, ne connaissant aucun de vous deux, elle pourrait très bien le prendre dans son élan et tout cela pourrait se terminer sur une note positive, sans contretemps ni autre forme de procès. Cependant, si l'on garde à l'esprit qu'elle a pris la peine de trouver les livres, de les présenter comme des cadeaux et d'être ravie à l'idée de vous les offrir, alors que vous avez feint l'enthousiasme à chaque fois et redouté la prochaine fois qu'un tel cadeau vous sera offert, cela pourrait au moins susciter une certaine inquiétude. La possibilité qu'elle pense que vous faites un coup pour "rectifier" votre goût répréhensible pour les auteurs, comme "sp88" l'a fait remarquer, ne semble pas du tout farfelue non plus. Présenter le livre comme un cadeau, pourrait encore servir de "preuve" de votre innocence, si la balance de la justice penchait déjà en votre faveur - si vous vouliez simplement faire un coup de pub, le travail de l'auteur aurait pu être présenté bien plus tôt. Quoi que vous fassiez, je vous suggère de ne pas laisser la moindre trace de quoi que ce soit d'autre que la vérité.

0