Les relations interpersonnelles
2018-10-15 07:44:49 +0000 2018-10-15 07:44:49 +0000
20

Comment dire à un ami sur Facebook qu'il pourrait se trouver sur le spectre autistique ?

TL;DR

Comment dire à cet ami Facebook qu'il pourrait être sur le spectre autistique sans être trop indiscret ?

Contexte

J'ai cet ami Facebook qui me tient à cœur et avec qui j'interagis souvent.

Cette personne se soucie beaucoup et est très compatissante. Elle ne le sait pas mais tous les liens et les messages qu'elle a postés m'ont vraiment aidée et m'ont changée a beaucoup. Et, aujourd'hui, je crois que je suis une meilleure personne grâce à eux.

C'est aussi cette personne qui m'a aidé à réaliser (grâce à l'article sur l'autisme qu'ils ont posté) que je suis sur le spectre autistique. Et, je crois fortement qu'au moment où ils ont posté ces liens, ils se demandaient s'ils étaient eux-mêmes sur le spectre.

Ils n'ont jamais posté qu'ils avaient découvert qu'ils étaient dans le spectre et, étant donné qu'ils partagent beaucoup de choses très personnelles sur Facebook, je crois qu'ils auraient posté ça.

Le problème

Ne pas savoir que l'on est dans le spectre autistique est bien, sauf si cela vous fait souffrir. Il y a deux jours, cette personne a posté :

Je n'ai pas compris ce qu'il disait [...] Je vois qu'il pense que je suis stupide. Peut-être que je suis stupide.

C'est habituel pour les personnes autistes de ne pas comprendre ce que dit une personne neurotypique parce que nous (les personnes autistes) n'avons pas la même façon de penser. C'est comme si on parlait dans une langue étrangère où il y a des différences culturelles.

Je crois que si mon ami sur Facebook avait su qu'il faisait partie du spectre, il n'aurait pas pensé qu'il était stupide. C'est plus facile de s'accepter quand on sait pourquoi on est si différent. Au moins, c'était plus facile pour moi.

C'est la raison pour laquelle je veux suggérer à cette personne qu'elle pourrait être sur le spectre.

Ce que j'ai essayé

Rien (encore).

Question

Comment puis-je suggérer à cet ami Facebook qu'il pourrait être sur le spectre ?

Note et clarification

  • Je n'ai jamais vu cette personne "dans la vie réelle" et je n'en ai pas l'intention mais, d'après ce qu'elle a posté ces 5 dernières années, je pense qu'il y a de fortes chances qu'elle soit sur le spectre autistique.

  • Se demander si on est sur le spectre autistique n'est pas la même chose que de le prendre suffisamment au sérieux pour demander un diagnostic professionnel. Et je sais par expérience que le fait d'avoir une personne à part qui croit aussi que vous êtes sur le spectre peut aider à prendre cette possibilité plus au sérieux (cela m'a aidé, même si j'ai quand même attendu deux ans après cela avant de demander un vrai diagnostic).

  • Nous n'avons pas d'ami commun.

  • Cet ami a, dans le passé, posté des choses qui montrent son intérêt à savoir pourquoi ils étaient comme ils étaient et pourquoi ils étaient si fatigués tout le temps (pour les personnes qui ne savent pas, la fatigue peut être une indication que quelqu'un est sur le spectre autistique).

Réponses [7]

63
2018-10-15 08:41:21 +0000

Vous n'avez pas

En tant que personne ayant vécu une situation similaire, je peux vous donner un petit aperçu de la façon dont votre ami(e) le recevrait. En termes simples, vous n'êtes pas en mesure de diagnostiquer (ou de vous mêler) de l'état mental des autres, surtout sur Internet. Franchement, ce ne sont pas vos affaires. Plus loin dans la réponse, je vous expliquerai ce que vous pouvez faire à la place.

Trouble du spectre autistique

Ok, donc un peu sur les TSA. Comme le nom l'indique, il s'agit d'un spectre. Tout le monde ne sera pas affecté de la même façon. Certaines personnes (plus que vous ne le pensez) en sont atteintes et vivent leur vie normalement, comme elles le feraient, sans trop s'en soucier. Quelques bizarreries ici et là, un peu gênantes dans la communication et l'interaction peut-être, mais rien de trop sévère.

Les personnes atteintes de TSA se débattent avec des choses comme les (nouvelles) situations sociales, les déviations de la routine quotidienne, la lecture entre les lignes, etc. Pas nécessairement toutes ces choses, peut-être seulement quelques-unes ; c'est un spectre après tout.

Il y a donc quelques éléments à noter ici :

  • La plupart des personnes atteintes de TSA apprennent à vivre avec, bien souvent de telle manière qu'elles ne se rendent pas nécessairement compte qu'elles en sont atteintes au départ.

  • Le terme TSA est très large.

Dire à quelqu'un qu'il est peut-être atteint d'un TSA.

À quoi cela va-t-il servir ? Un diagnostic en soi ne vaut pas grand-chose. Quand j'ai reçu mon diagnostic, cela ne voulait rien dire. Je n'ai pas appris de nouvelles choses, c'est juste une étiquette que les psychiatres utilisent. Ce qui importe, c'est que le diagnostic puisse débloquer des conseils ou d'autres moyens d'aider à résoudre les problèmes.

Rappelez-vous que pour beaucoup de gens, avoir un TSA n'est pas un problème. Si cela n'affecte pas leur vie quotidienne d'une manière qui leur permettrait d'avoir besoin d'aide pour faire face aux TSA, à quoi sert un diagnostic. C'est en grande partie pour cette raison que vous ne devez pas donner votre avis à des "étrangers sur Internet". Vous ne savez pas si c'est le cas :

  • Ils sont conscients de leur TSA

  • Ils luttent contre leur TSA

  • Ils veulent demander de l'aide pour leur TSA

Et franchement, à moins qu'ils ne le fassent, ce ne sont pas vos affaires.

Alors comment pouvez-vous aider ?

Vous voyez la personne et ses symptômes. Essayez d'y remédier, au lieu de vous contenter du diagnostic. Aidez-les dans leur lutte, n'étiquetez pas pour le plaisir d'étiqueter.

63
10
2018-10-16 20:05:11 +0000

OP Here

J'ai finalement décidé d'aller de l'avant et d'envoyer un message privé à mon ami sur Facebook. Voici un résumé de ce que j'y ai mis (attention : tout a été écrit en français, donc voici une traduction) :

  • D'abord, j'ai écrit un avertissement disant que je ne savais pas comment leur dire ce que je voulais leur dire et que j'étais désolé si c'était maladroit.

Le but de cette première partie était de les rendre plus indulgents et bien disposés à mon égard. Je ne sais pas si ça a marché, mais c'était l'idée.

  • J'ai commencé le deuxième paragraphe en leur disant que le message consistait surtout à les remercier. J'ai suivi tout le chemin qu'ils ont fait pour m'ouvrir les yeux et faire de moi une meilleure personne grâce à tous les liens qu'ils ont partagés.

  • Le troisième paragraphe raconte comment ils m'ont aidé à réaliser que j'étais sur le spectre autistique grâce à tous les liens qu'ils ont partagés, comment il m'a fallu beaucoup de temps pour obtenir un diagnostic officiel et comment cela m'a aidé.

Ces deux paragraphes ci-dessus avaient pour but de les remercier afin qu'ils comprennent pourquoi je voulais les aider.

  • Le quatrième paragraphe portait sur le fait que je savais qu'ils se doutaient qu'ils étaient sur le spectre autistique. Je leur ai ensuite dit que je n'aurais pas demandé un diagnostic officiel si quelqu'un d'autre ne croyait pas lui aussi que je faisais partie du spectre (parce que je n'avais pas confiance en moi et parce que cela semblait être une idée folle). Je leur ai dit que la personne qui m'avait diagnostiqué m'avait dit que, pour eux, "la fatigue est la clé". J'ai ensuite dit à mon ami que je savais qu'il avait des problèmes de fatigue et que c'était la raison pour laquelle, même s'il n'avait pas confiance en lui et même si cela semblait fou, je lui conseillais de vérifier (si ce n'était pas déjà fait).

Celui-là était le plus difficile à écrire. Je suppose qu'on pourrait le résumer ainsi : il est important d'avoir quelqu'un qui croit en vous, je crois en vous, qui va vérifier si vous êtes dans le spectre autistique parce que ça pourrait valoir le coup.

  • J'ai terminé par un cinquième paragraphe où je leur ai dit que j'aimerais que ce ne soit pas trop inapproprié de ma part de leur dire ça. Je leur ai dit que je crois qu'ils sont une personne merveilleuse et que je me soucie d'eux et que c'est la raison (ainsi que leur dernier post sur Facebook) qui m'a poussé à leur envoyer ce message. J'ai terminé en leur souhaitant de la force, du courage et tout le réconfort que je pouvais leur apporter.

C'est en gros moi qui envoie de l'amour via Internet pour augmenter mes chances que mon message soit bien pris.


Voici ce que mon ami sur Facebook a répondu à mon message :

Ohlala ça me touche beaucoup merci ! ❤

Il a ensuite été suivi d'un partage sur la situation dans laquelle ils se trouvaient en ce qui concerne le diagnostic (essentiellement nulle part, même s'ils croyaient fermement être dans le spectre) et nous avons ensuite discuté pendant un moment de nos différentes expériences et de la difficulté de trouver l'énergie nécessaire pour obtenir un diagnostic alors que nous avons un emploi à plein temps/que nous sommes des étudiants très occupés.

Donc, je suppose que ça s'est bien passé, merci à tous pour vos réponses :)


Avertissement

Pour les personnes qui veulent essayer de faire la même chose, voici un point important qui, je crois, aurait pu changer la façon dont les choses se sont déroulées :

  • J'étais moi-même sur le spectre (et je le leur ai dit)

  • Je savais qu'ils avaient déjà pensé à la possibilité d'être sur le spectre dans le passé

  • Je savais qu'ils n'avaient aucun préjugé négatif contre l'autisme

Ces trois points sont très importants mais je crois que le troisième est le plus important. Si quelqu'un pense que "l'autisme" est une insulte et que vous lui dites qu'il pourrait être dans le spectre, préparez-vous à ce qu'il réagisse très mal.

Le deuxième point est important parce que, si la personne n'y a jamais pensé auparavant, cela peut lui faire un choc. Ce n'est pas une raison pour ne pas lui en parler (bien au contraire, si vous me demandez) mais c'est une raison pour être très prudent quand on le fait.

Pour le premier point, je pense que le fait que j'étais dans le spectre montre que je n'essayais pas de les insulter et que je ne les considérais pas comme un inférieur (ce qui pourrait arriver si quelqu'un qui n'est pas dans le spectre dit cela à quelqu'un. Si c'est votre cas, vous voudrez peut-être rassurer votre ami en lui disant qu'être dans le spectre autistique ne signifie pas être "moins", mais simplement être différent).

10
7
2018-10-15 23:56:24 +0000

Je suis d'accord avec la réponse en haut que vous ne devriez pas le dire directement à cette personne. Vous indiquez

Ils ne le savent pas mais tous les liens et les messages qu'ils ont postés m'ont vraiment aidé et m'ont beaucoup changé.

C'est aussi cette personne qui m'a aidé à réaliser [...] que je suis sur le spectre de l'autisme.

et il n'est pas certain que vous leur ayez communiqué cela ou non, mais ce serait un bon point de départ.

Envoyez un message à la personne et faites-lui savoir combien elle vous a aidé, et comment elle vous a aidé à réaliser que vous êtes sur le spectre. Vous pouvez mentionner les frustrations que vous aviez avant de vous en rendre compte, et comment elles se sentent résolues maintenant (si elles le font). Parlez de la façon dont vous avez pris conscience (je suppose que vous avez été correctement diagnostiqué).

Puisque vous croyez fermement que cette personne peut se douter qu'elle est dans le spectre, lui dire comment elle vous a aidé et comment vous avez été diagnostiqué peut en fait la pousser à aller se faire dépister. Votre parcours peut les inspirer ou leur donner la force de se faire examiner.

Vous ne devez jamais mentionner directement que vous suspectez qu'elle fait partie du spectre, même si elle vous répond et que vous en parlez. Prenez cette prochaine partie avec un grain de sel : Je ne vois aucun mal à leur demander si, à l'époque, ils se considéraient comme faisant partie du spectre. Si vous avez l'intention de poser une question, je l'intégrerai entre autres choses, et je ne me contenterai pas de poser directement cette question. Ainsi, s'ils répondent et posent des questions sur votre situation et que vous en parlez davantage, vous pourriez leur demander s'ils pensaient être dans le spectre, mais ne dites pas que vous pensez qu'ils le sont.

La raison pour laquelle je ne pense pas qu'il soit sage de demander, c'est si vous vous trompez : cette personne pourrait croire que vous pensez qu'elle est idiote (parce qu'elle ne comprend pas quelqu'un parfois, ou à cause d'autres comportements) et qu'elle n'a pas de trouble qui en est la cause, et alors elle pourrait être vraiment inquiète de ce que les autres pensent d'elle. Considérez plutôt une affection cutanée ou une autre condition physique : vous demandez à une personne si elle souffre de cette affection particulière (comme une déformation du visage), parce qu'elle ressemble à la vôtre, pour découvrir qu'elle n'a pas de maladie et qu'elle va probablement s'énerver et s'inquiéter de la façon dont les autres la perçoivent. Bien sûr, tout le monde ne sera pas bouleversé, surtout si vous êtes vraiment amis, mais le fait d'être dans le spectre ne met pas sa vie en danger non plus, donc vous jouez le jeu en leur disant et peut-être qu'ils seront diagnostiqués et vivront plus confortablement, contre le risque qu'ils ne soient pas conscients et deviennent extrêmement offensés et paranoïaques. L'OMI n'en vaut pas la peine car les mots, une fois prononcés, ne peuvent être retirés, et nous avons probablement tous des moments dans notre vie où quelqu'un a dit quelque chose à notre sujet dont nous nous souvenons clairement.

7
5
2018-10-15 09:32:59 +0000

L'autisme est compris aujourd'hui comme il ne l'a jamais été dans le passé, ce qui explique pourquoi tant d'enfants reçoivent un diagnostic, mais aussi pourquoi tant d'adultes qui peuvent être sur le spectre autistique n'ont jamais été diagnostiqués.

Vous soulignez qu'il y a une différence claire entre penser que vous êtes sur le spectre autistique et obtenir réellement un diagnostic professionnel, donc probablement votre but est d'encourager votre ami à obtenir une diganose correcte, et pas seulement de penser à lui. Mais vous dites aussi que cet ami vous a donné les informations et les outils nécessaires pour découvrir cela sur vous-même, il est donc probable que votre ami le soupçonne déjà de son propre chef.

Certains adultes ont trouvé utile d'obtenir un diagnostic professionnel plus tard dans leur vie, car cela les aide à mieux se comprendre, à s'expliquer aux autres et même à obtenir un soutien si nécessaire. D'autres, en revanche, préfèrent ne pas chercher à obtenir un diagnostic tardif. Même s'ils soupçonnent qu'ils font partie du spectre, ils peuvent avoir le sentiment d'avoir appris à gérer la vie, d'avoir trouvé leur place dans la société, d'être heureux avec leurs amis, leur travail, etc. et de ne pas avoir besoin d'une étiquette à ce stade de leur vie.

Si vous leur en parlez, vous vous trouverez probablement dans une situation où vous n'aurez pas à les convaincre qu'ils peuvent être, mais plutôt à leur demander s'ils doivent ou non obtenir un diagnostic professionnel. Cela peut être utile ou non à votre ami et c'est à lui d'en décider.

Alors, ayez la conversation, mais ne dites à personne directement qu'il est définitivement autiste, à moins que vous ne soyez qualifié pour le faire. Vous ne devez pas non plus forcer quelqu'un à obtenir un diagnostic professionnel s'il n'en a pas vraiment besoin ou s'il ne le souhaite pas.

Vous pourriez peut-être juste dire :

Je tiens vraiment à vous remercier pour les informations sur l'autisme que vous m'avez envoyées. Cela m'a aidé à me comprendre. Je pense qu'un diagnostic pourrait m'être bénéfique car j'ai besoin de mieux me comprendre.

Cela pourrait encourager votre ami qui se doute de la même chose à faire la même chose.

Si vous voulez vraiment forcer le sujet, la manière la plus douce pourrait être :

Avez-vous déjà pensé que vous pourriez vous-même être sur le spectre de l'autisme ?

C'est moins direct que de dire vous pensez qu'ils sont autistes, et moins susceptible de les offenser s'ils ne le croient pas.

Juste un dernier point, et j'espère que vous trouvez cela juste - vous dites vous-même qu'il est habituel que "les personnes autistes ne comprennent pas ce que dit une personne neurotypique parce que nous (les personnes autistes) n'avons pas la même façon de penser". Dans cette optique, serait-il juste de dire qu'une personne autiste pourrait mal interpréter les paroles ou les actions d'une personne neurotypique pour être autiste ? Vous pourriez en fait être la personne la moins qualifiée pour dire que quelqu'un d'autre est autiste ou non.

5
3
2018-10-15 13:19:01 +0000

Il semble que votre approche de ce "problème" consiste à rechercher un processus qui, selon vous, aurait aidé votre situation dans un contexte similaire. Ce que vous oubliez ici, c'est que chacun est différent, et cela pourrait être en soi une réponse à la question de savoir comment vous pouvez soutenir votre ami.

Votre ami a observé un cas précis où deux personnes n'ont pas réussi à communiquer un concept, sans doute un aspect tacite mais important d'un échange.

Il est vrai que les personnes autistes ne seront pas sensibles à certaines des nuances que les gens utilisent pour indiquer leurs sentiments - elles peuvent également être plus sensibles à certains comportements (comme par exemple, un changement de comportement habituel).

Ce que vous pouvez faire pour aider, c'est expliquer que "parler à contresens" est un problème très courant. En général, deux personnes ont en commun des informations "publiques" et des informations connexes non partagées. Il peut s'agir d'un autre facteur de stress, d'une conversation antérieure, d'un mot mal entendu - il est étonnamment facile de développer un malentendu.

Il n'est pas toujours utile de demander directement à votre ami "quel indice ai-je manqué" lorsqu'il se rend compte que quelque chose a mal tourné dans un échange, mais vous pouvez l'aider à (a) admettre qu'il s'est embrouillé et (b) poser des questions pour confirmer. Il peut également être utile de les encourager à poser des questions ouvertes (Comment s'est passée votre journée ?).

3
2
2018-10-16 07:16:00 +0000

L'ASD est une étiquette, mais l'endroit où vous fixez la limite est assez arbitraire. Si votre ami a atterri sur le côté lumineux du spectre, il est peu probable qu'il se reconnaisse comme autiste. La plupart de mes amis bizarres ne le font pas.

Je n'ai jamais été officiellement diagnostiqué mais mes 5 ans le sont. Le TSA expliquerait beaucoup de choses sur la bizarrerie de mon père et je ne m'exclurais pas non plus. Mais quel est l'intérêt ?

Je sais que les TSA peuvent être très débilitants, mais nous avons eu la chance d'avoir juste un peu de mal à socialiser. Toute ma vie, on m'a catalogué comme talentueux mais excentrique. J'aime à penser que je suis juste câblé différemment : chez les personnes neurotypiques, le GPU du cerveau est consacré à la reconnaissance des visages et des signaux du corps. Sur mon cerveau, ces structures servent à d'autres fins, comme dessiner (pour moi, c'est aussi facile que de dessiner des lignes sur le papier et de les caresser) ou écrire des logiciels. Je suis presque sûr que le premier gars qui a appris à faire du feu était bizarre. Des gars comme Einstein, Edson et Da Vinci étaient aussi des cinglés.

Cela dit, je ne pense pas qu'il sera offensé si vous insinuez qu'il est sur le spectre. En fait, je pense que s'il ne se reconnaît pas dans le spectre, il va juste rire un bon coup : aha, non, pas moi, non. Vous n'avez donc rien à perdre, il vous croira ou vous ignorera. Si vous êtes un ami, vous avez droit à votre opinion. Alors, soyez franc, la vie est trop courte.

2
0
2018-10-18 04:10:34 +0000

**Pour plusieurs raisons, c'est le genre de situation qui ne va probablement nulle part. Il y a deux possibilités en ce qui concerne votre niveau de compétence sur ce sujet :

  1. Si vous n'êtes pas formé pour diagnostiquer des problèmes mentaux, ce qui n'est pas le cas, je suppose, par manque de mention, il n'est pas approprié que vous suggériez un diagnostic spécifique.

  2. Si vous êtes formé pour diagnostiquer des problèmes mentaux, il n'est pas approprié pour vous d'être impliqué parce que vous avez une relation personnelle avec cette personne.

Dans les deux cas, laissez faire. Les gens ont des amis, de la famille et des thérapeutes pour les aider à résoudre ces problèmes. Plus important encore, une partie de notre cheminement dans la vie consiste à reconnaître et à combattre nos propres démons.

Vous voyez, ce n'est pas la connaissance qui est importante. C'est ce combat personnel contre les épreuves de notre vie qui est la partie importante.

Que cette personne sache qu'elle a un problème, qu'elle choisisse de l'admettre, qu'elle choisisse de le partager avec vous, qu'elle choisisse plutôt de chercher de la sympathie, qu'elle choisisse de changer, ou qu'elle choisisse de rester la même ... c'est tout son parcours personnel.

On ne peut pas tromper quelqu'un de cette expérience et s'attendre à ce que ça marche bien. Le défi le plus important auquel nous sommes tous confrontés est de vivre notre propre vie en compagnie de nos propres difficultés.

** Quoi que vous fassiez**, vous n'aiderez personne d'autre que vous à se sentir mieux. Le seul choix respectueux est de profiter de l'amitié que vous avez avec cette personne, d'écouter gentiment ses difficultés et de vous abstenir de lui donner des conseils non sollicités. Ceci est vrai pour toute bonne relation avec des limites appropriées.

**La question importante est la suivante : pourquoi vous sentez-vous si obligé de vous impliquer dans la réparation de quelqu'un d'autre et de raconter son parcours personnel ?

0

Questions connexes