Les relations interpersonnelles
2018-05-09 01:01:22 +0000 2018-05-09 01:01:22 +0000
33

Comment puis-je dire efficacement aux gens que leur attitude défensive à l'égard d'une question que j'ai soulevée fait partie du problème ?

Cela semble évident, mais c'est quelque chose que je rencontre assez souvent lorsque je parle à certaines personnes de questions de discrimination et de préjugés qui me rendent fou...

Quand une personne d'un groupe minoritaire dit "c'est raciste/sexiste/homophobe/etc" et que la réponse d'une personne d'un groupe majoritaire est, plus ou moins, "non ça ne l'est pas"

Ou quand une personne d'un groupe minoritaire se plaint de problèmes de discrimination systémique, et qu'une personne qui n'est pas concernée par ces problèmes de discrimination ressent le besoin de lui dire qu'il n'y a pas de problème. Cela semble étonnamment sourd. Et cela implique en quelque sorte que la personne qui est victime de discrimination, ou qui ressent la dureté des préjugés, n'est pas qualifiée pour parler en son nom propre. C'est presque comme si la personne majoritaire, qui n'est pas touchée par le problème, savait mieux et était plus qualifiée pour dire qui est touché et par quoi.

Donc, non seulement la personne qui est au bout du rouleau doit se battre pour l'égalité, mais elle finit aussi par devoir prouver son point de vue à une mer apparemment infinie de personnes qui n'ont pas connu le problème, ne le voient pas et souvent ne veulent pas le voir.

Pour utiliser des termes pop... C'est comme si un homme avait le culot de mansplain féminisme aux femmes. Ou un Américain blanc "white plaining" sur la façon dont l'Amérique est maintenant post-raciale pour un Afro-Américain. Ou une personne hétéro qui se plaint¹ de ce qui est et n'est pas homophobe pour ... eh bien ... moi.

Il semble qu'il serait évidemment très impoli de faire ces choses, pourtant les gens les font.

**Je suppose que je me demande s'il y a une façon plus polie et plus efficace de le souligner. Ou s'il y a une meilleure façon de faire comprendre à la personne qui le fait qu'elle le fait ?

Souvent, ma réponse est une version de :

Hé, tu sais que ce que tu dis n'est pas un problème ?

Tu le fais en ce moment même.

Mais cela semble enraciner le problème plus souvent qu'autrement. Il semble que la seule chose que vous puissiez faire aux privilégiés pour leur faire ressentir une infime partie de la douleur que ressentent ceux qui ont moins de privilèges lorsque ces choses se produisent, c'est de le signaler...


De façon habituelle, les gens n'acceptent pas qu'une chose se produise sans un exemple précis, alors voilà...

Il n'y a pas longtemps, je suis entré dans une conversation entre deux collègues, pas des amis, ou des gens avec qui je travaille, juste des gens que je connais de façon tangentielle. Ils discutaient de la façon dont le mouvement des droits des LGBT avait déjà atteint ses objectifs et était superflu à ce stade.

J'ai fait remarquer qu'ils pensent probablement cela parce qu'ils ne sont pas directement touchés par la discrimination à laquelle la communauté LGBT est toujours confrontée. En gros, ils ne la voient pas parce qu'ils ne sont pas en mesure de la voir.

Ils ont répondu par un tour sur la façon dont les gens sont trop sensibles de nos jours, et que la "discrimination" est largement imaginée.

J'ai répondu en leur disant que c'est un peu homophobe. Je leur ai ensuite parlé de choses comme la Gay Panic Defense , que la thérapie de conversion était encore légale dans de nombreuses régions de notre pays et qu'il n'existe aucune protection légale contre la discrimination pour les personnes LGBT là où je vis.

Cela les a amenés à doubler la mise sans même aborder les problèmes très réels auxquels sont confrontées les personnes LGBT.

¹ Malheureusement, les seules définitions de ce terme semblent se trouver sur des sites web assez horribles... Regardez, un autre exemple... Super...

Réponses [11]

173
2018-05-09 16:08:25 +0000

Reconnaissez vos propres préjugés

Lorsqu'une personne appartenant à un groupe minoritaire dit "c'est raciste/sexiste/homophobe/etc" et que la réponse d'une personne appartenant à un groupe majoritaire est, plus ou moins, "non, ça ne l'est pas"

Ceci est formulé en termes extrêmement généraux. L'exemple que vous avez ajouté à la question est très clair, mais dans d'autres situations qui entrent dans le cadre du paragraphe cité, je dois dire que la personne du groupe minoritaire n'a pas toujours raison, et que la personne du groupe majoritaire n'a pas toujours tort.

S'il est vrai qu'il y a des personnes issues de la majorité "qui n'ont pas connu le problème, ne le voient pas, et souvent ne veulent pas le voir", il est également vrai qu'il y a des personnes issues de minorités qui ont connu le problème si souvent qu'elles le voient même quand il n'existe pas (et cela renforce alors leur parti pris dans une boucle de rétroaction positive). Il faut en être particulièrement conscient lorsque l'attribution d'une discrimination est liée à des motifs cachés plutôt qu'à des actes ou des paroles manifestes.

** "Vous êtes partial : Je ne le suis pas" n'est pas une position productive pour persuader quelqu'un**. "Nous avons tous des préjugés, mais suis-je le seul dont le détecteur personnel de discrimination vient de se déclencher ?" est moins conflictuel.

Les arguments sont à double sens

Les arguments sont comme des négociations : si vous n'êtes pas prêt à faire des concessions, vous ne pouvez pas attendre de l'autre partie qu'elle fasse des concessions. Si vous n'êtes pas du tout disposé à être persuadé que vous avez eu tort, supposez que vous communiquerez cette attitude et que votre interlocuteur ne sera pas non plus disposé à être persuadé.

Vous avez demandé dans un commentaire quelles étaient les concessions appropriées. Dans votre exemple de situation, je pense qu'il y a une évidence : le mouvement des droits des LGBT n'a pas déjà atteint ses objectifs, mais il a fait quelques progrès. (Du moins, d'après ce que j'ai compris, c'est le cas aux États-Unis, ce que je déduis de diverses choses dans la question pour savoir où vous vous situez). En fait, je vois cela comme un point d'engagement : s'ils pensent que le mouvement des droits des LGBT a atteint ses objectifs, quels sont ces objectifs (à leur avis) ? Ensuite, une fois que vous avez entendu leurs réponses, vous pouvez décider de discuter de la mesure dans laquelle les objectifs qu'ils ont énumérés ont été atteints (par exemple : "Je suis d'accord pour dire que X États ont légiféré sur Y, mais avez-vous vu l'autre jour cette personne qui a essayé de faire Z et n'a pas été autorisée ? Et ce n'est qu'une des centaines de situations similaires..."), ou sur le nombre d'objectifs qu'ils ont manqués ("Oui, il y a eu quelques progrès sur ces points, mais il y a eu très peu sur P et Q"). Dans des situations plus secrètes, votre objectif pourrait être de faire un compromis sur "Nous ne pouvons pas être sûrs que cette action/remarque particulière était motivée par un préjugé_ (votre concession), mais elle correspond à un modèle de comportement discriminatoire dans cette société (leur concession)".

Choisissez vos batailles

Bien que les gens ne soient pas toujours bons pour reconnaître nos propres préjugés, nous sommes souvent prompts à les attribuer aux autres. Par conséquent, un argument que vous perdez peut renforcer la perception de quelqu'un d'autre selon laquelle soit vous personnellement, soit un groupe minoritaire que vous représentez, verra des préjugés là où il n'y en a pas. Lorsque quelqu'un d'un groupe minoritaire dit "c'est raciste/sexiste/homophobe/etc" et que la réponse de quelqu'un d'un groupe majoritaire est plus ou moins "non, ce n'est pas ça"

les catégories raciste/sexiste/homophobe/etc sont traitées comme des propriétés booléennes (noir/blanc) : soit ça l'est, soit ça ne l'est pas. Mais en réalité, il s'agit de spectres (ou peut-être quelque chose de plus compliqué encore), et une partie de notre parti pris est de savoir où, dans le spectre, nous plaçons le seuil pour utiliser le mot comme booléen. Il est plus facile d'amener quelqu'un à se déplacer sur une courte distance le long du spectre, puis sur une autre courte distance, puis sur une autre courte distance, que de lui faire faire un grand saut. Si l'événement ou la remarque en question est très éloigné du seuil de quelqu'un, il est probablement préférable de conserver votre capital politique pour un argument plus facile à gagner.

Dans le cas de votre exemple, aller jusqu'à "votre défensive fait partie du problème" est probablement trop loin pour une seule étape. Vous devez leur faire comprendre que la société dans son ensemble a un problème avant de commencer à leur faire demander s'ils y contribuent personnellement.

173
65
2018-05-09 08:36:04 +0000

Le problème est lié au ton et à la façon dont il fait évoluer la première impression de votre argument.

J'ai ce problème depuis des années, et même avec des amis proches, je suis incroyablement frustré lorsque je fais remarquer certaines choses.

Dites qu'un de mes amis fait des blagues humiliantes sur l'autisme et sur le fait que certains comportements sont "tellement autistiques". Maintenant, je dis que c'est plutôt dégradant pour les personnes atteintes d'autisme. Peut-être que je suis très en colère en disant ça, parce que vous savez, ça fait mal et je suis en colère et frustrée. C'est là que le problème commence.

Tout à coup, je "exagère" et je "prends les choses du mauvais côté" et j'ai besoin de "me calmer et de ne pas insulter tout le monde". Frustrant comme l'enfer, n'est-ce pas ?

Oui, c'est vrai, et dans un monde parfait, cela n'arriverait jamais. Dans un monde parfait, avec des gens parfaits, ils m'écouteraient et s'excuseraient peut-être, ou au moins ils feraient preuve d'introspection et tiendraient compte de ma réaction. Mais ce n'est pas le cas. Pourquoi ?

Les gens ont le coeur à la bonne place, dans l'ensemble, et il y a de fortes chances qu'ils se soucient des injustices dans le monde. Dans leur image mentale, ils se voient comme étant du bon côté de l'histoire. Ils ont appris à l'école et par leurs parents à être respectueux et gentils, et ils aiment à penser qu'ils le sont. Ils ont en horreur le racisme et le sexisme, et tous ceux qui les pratiquent. Ces mêmes personnes qui se mettent sur la défensive vont probablement fuir avec acharnement les tenants de la suprématie blanche et s'en féliciter.

Et maintenant ? Vous êtes venu et, indirectement ou directement, même par insinuation, vous les avez accusés d'être ce qu'ils détestent. La réaction à cela est d'autant plus forte qu'ils n'aiment pas ce côté de leur personnalité. Peut-être qu'ils se targuent d'être inclusifs, peut-être qu'ils lancent parfois le "j'ai un ami autiste" aux autres pour se sentir mieux. Maintenant, vous leur enlevez tout ce sentiment de bien-être.

La base de la discussion est donc empoisonnée. Les mots ont du pouvoir, et des mots comme "raciste" ou "sexiste" ou "homophobe" ont un pouvoir extrême. Ce sont des jugements forts contre la personne insinuée comme ayant ces traits.

L'un des moyens seulement et ridiculement épuisants que j'ai trouvé pour pouvoir éviter cette réaction défensive et empoisonnée chez les personnes qui me sont chères était de commencer bas. Commencer par "ce n'était pas gentil" et continuer à partir de là. Laissez-les tirer leurs propres conclusions. Utilisez la méthode socratique pour faire ressortir la véritable raison de l'interaction.

Ce genre de conclusions ne peut changer les esprits que si elles sont réellement sincères et faites par eux-mêmes. Vous n'allez pas convaincre quelqu'un de renoncer à ses préjugés en disant "c'est sexiste". Mais s'ils se rendent compte à la fin d'une longue discussion que "attendez, je suis peut-être partial contre certaines personnes, d'où cela vient-il ?", vous avez semé les graines du doute dans leur système de croyances qui peuvent se développer en une meilleure compréhension.

Ce n'est pas juste pour vous, c'est épuisant et ce n'est pas une solution "passe-partout", mais le simple fait de souligner des défauts est extrêmement inefficace pour faire changer les comportements. Vous pouvez vous dire "pourquoi dois-je faire tout le travail ici, ils sont méchants avec moi**" et vous avez peut-être raison, mais ce monde n'est pas juste et le changement demande du temps et des efforts.

En conclusion

Ce qui fonctionne le mieux, c'est d'être extrêmement prudent sur la façon dont vous entamez la conversation, d'éviter les mots à la mode, d'éviter les mots qui peuvent être perçus comme des insultes, et de les faire se raisonner en fonction de ce que vous voulez qu'ils comprennent. Il n'y a pas de raccourci vers la compassion, elle est construite et non pas imposée.

65
51
2018-05-09 02:19:12 +0000

Eh bien, je ne suis pas hétéro, je suis blanc, mais je ne suis pas un homme, alors laissez-moi voir si mes expériences dans le monde peuvent être utiles ici. Pardon, je suis sûr que vous savez déjà beaucoup de ce que je dis (sinon je ne pense pas que vous seriez ici à demander cette chose de cette façon), mais je veux essayer de le rendre aussi accessible que possible à un maximum d'humains.

Un des problèmes est que les gens (peu importe leur race, leur orientation, leur sexe, etc.) luttent pour être appelés à faire leurs affaires. Plus l'appel est public et explicite, plus il y a de recul, car les gens détestent vraiment que d'autres personnes remarquent leur ignorance. (Et je suis sûr qu'il y a des tonnes de gens qui vont essayer de dire qu'ils sont au-dessus de tout ça, et je suis sûr que beaucoup de gens _ pensent_ qu'ils le sont, ce qui est d'autant plus susceptible d'augmenter le niveau d'hostilité).

Je comprends que vous semblez vouloir aider tous ceux que vous connaissez à devenir de meilleures personnes plus géniales, et c'est un objectif très louable. Aider les gens à faire face à ce qu'ils craignent, surtout quand cela nuit aux autres, c'est super génial.

En tant que personne qui doit passer beaucoup de temps à justifier... Je comprends vraiment qu'on en arrive à un point où on veut juste répondre comme vous l'avez dit, et qu'on ne veuille pas prendre le temps d'adoucir son approche, mais comme vous l'avez dit, cela tend à ancrer leur point de vue, parce qu'ils vont le voir comme une attaque soudaine (parce que personne ne leur a expliqué, personnellement, d'une manière qu'ils comprennent, pourquoi ce qu'ils font est mal dans un sens suffisamment personnel pour qu'ils ressentent le genre de douleur/frustration etc. que les personnes marginalisées ressentent tout le temps). ). Ils se mettent donc en colère, et pas seulement cela, ils se mettent en colère et puis ils claquent le morceau. Répondre comme vous l'avez fait signifie simplement que maintenant, ils ont une personne de plus à ajouter à leur dossier mental "every x is SO MEAN".

Je pense que cela dépend en partie de ma proximité avec la personne que j'essaie d'atteindre. Si je suis proche de la personne, le meilleur moyen que j'ai trouvé, c'est malheureusement de [ dépenser mes cuillères ] &3 sur ces personnes, parce que je les connais et que je me soucie d'elles, pour trouver des moyens de, eh bien, pas exactement leur faire ressentir ce que je ressens, mais essayer de trouver quelque chose que je puisse utiliser comme aide visuelle ou quelque chose qui les ramène chez eux. Il faut du temps et du travail pour trouver cette approche pour chaque personne, et parfois ils ne l'auront toujours pas, mais je trouve que dans beaucoup de cas, ils n'ont juste jamais eu à faire face au fait que ces choses qu'ils ont entendues comme des traits négatifs de l'OMG jonchant les billets de blog/les mèmes de Facebook/les articles d'actualité s'appliquent en fait à eux.

Cette approche est excellente si vous pouvez prendre le temps de vous en occuper individuellement, mais je soupçonne que vous recherchez plutôt une approche du type "fermez-la et faites-les apprendre dès maintenant".

Voilà le truc ? Je ne suis pas sûr qu'il y en ait une. Le problème, c'est que les gens qui sont qui sont ancrés dans leurs croyances ne vont pas changer après une seule conversation, un seul appel ou un seul paratonnerre d'information bien visé. Il faut du temps. Il faut du temps et de l'énergie et c'est tellement exaltant. Je comprends donc pourquoi les gens veulent abandonner et veulent un moyen facile de s'en sortir. Même si les gens ne sont pas aussi enracinés que vous le pensez, ils ne réagiront probablement pas très bien si on leur dit que leur racisme/sexisme se manifeste, surtout si vous le dites franchement. Si vous utilisez les mots que vous avez prononcés en réponse, je ne pense pas que cela vous aidera à prendre le dessus sur ces gens, à moins qu'ils vous connaissent suffisamment bien pour être francs. Au lieu de dire simplement "vous êtes mauvais/raciste/sexiste et cette chose que vous faites est horrible et terrible", vous devez en quelque sorte respirer à travers elle et la décomposer - faites en sorte qu'elle concerne l'action, pas la personne, etc.

C'est une situation stupide et merdique, et souvent on a l'impression qu'on n'arrivera jamais à rien. Et il se peut que vous ne voyiez jamais les fruits du travail de style [ cuillère à café ] &3 ou étoile de mer . Mais c'est la meilleure façon, je pense, de faire face à la situation. Pensez-y comme à une cuillère à café ou à une étoile de mer - ça s'additionne.

51
33
2018-05-09 15:45:30 +0000

Je pense que vous avez déjà réussi à mettre en évidence le problème vous-même. Votre comportement conduit souvent à un renforcement des positions au lieu d'une forme de dialogue productif où les deux personnes peuvent apprendre. C'est parce que votre approche est très agressive et je ne vous en veux pas pour cela ! Vous avez le sentiment que le monde est injuste envers vous ou un groupe choisi qui, selon vous, mérite plus de reconnaissance, de protection ou autre. Cela crée évidemment de la colère et la plupart des humains ont du mal à contenir leurs émotions. C'est pourquoi, surtout lorsque vous êtes témoin d'un comportement que vous trouvez fanatique ou offensant, il peut être difficile de le refouler comme vous l'avez peut-être fait des centaines de fois.

C'est pourquoi nous avons ce problème : vous voulez vous défouler, mais vous voulez aussi changer les gens d'une manière que vous croyez meilleure. Mais vous ne pouvez pas faire les deux en même temps. Si vous vous défoulez, c'est évidemment une démarche agressive, et cela va mettre les gens sur la défensive. Vous ne vous disputez plus sur le sujet en question, mais en choisissant un mouvement agressif comme premier pas, vous vous assurez que cela est au moins dans une certaine mesure personnel. Et la plupart des gens ne sont pas prêts à bouger d'un pouce s'ils se sentent personnellement attaqués, ce qui est facile à faire, surtout lorsqu'on utilise des déclarations générales.

Voyez les choses de cette façon : vous pensez qu'il est assez évident qu'il y a un problème massif, l'autre personne pense qu'il est assez évident qu'il n'y a pas de problème. Dire que son refus de reconnaître que ce problème existe est une preuve en soi de l'existence des problèmes n'est pas un argument valable et en fait une technique qui va rendre la situation encore plus explosive. Il serait donc préférable de ne pas utiliser du tout une telle approche.

Quelle pourrait être la solution ? Si je pouvais vous donner un conseil (et, à en juger par votre attitude, puisque je suis un homme blanc et hétéro, vous ne seriez peut-être pas intéressé par mes conseils sur ce sujet. Je suis également un réfugié de guerre musulman, alors peut-être que cela compense un peu ?) c'est d'offrir à l'autre personne ce que vous attendez d'elle en retour. Vous ne pouvez pas vous attendre à de la compassion et de l'empathie pour votre situation si vous n'êtes pas prêt à offrir la même chose en retour. J'aime souvent évoquer Daryl Davis , un homme noir, qui a obtenu de plus de 200 membres du KKK qu'ils renoncent à leur association avec le Klan et remettent leur cagoule. Comment a-t-il fait ? En leur parlant - et, ce qui est tout aussi important, en les écoutant. Malgré leur association avec une organisation raciste méprisable, il a osé les traiter comme des êtres humains égaux - et non comme des sujets à traiter.

Vous devrez vous préparer à ce que ce ne soit pas une courte conversation mais de nombreuses conversations sur une longue période. Mais si vous pouvez montrer aux gens pendant cette période le type de problèmes auxquels vous êtes confronté (ou les personnes appartenant à un groupe minoritaire que vous pensez être victime de discrimination) - et si vous le faites de manière à ne pas accuser directement votre interlocuteur d'être la partie responsable - il leur sera beaucoup plus facile de comprendre votre position. Il se peut qu'il finisse par être d'accord avec vous, peut-être pas sur tous les points, mais il comprendra que ce à quoi vous êtes confronté est valable.

33
31
2018-05-09 15:11:29 +0000

Je pense que le seul moyen est d'essayer de gentiment souligner leur manque de perspective et d'encourager l'empathie avec le point de vue extérieur. En fait, il faut s'engager avec leurs idées sur les raisons pour lesquelles ce n'est pas un problème ; sinon, vous dites qu'ils doivent vous écouter, mais pas l'inverse. Mais vous n'allez pas souvent changer d'avis dans la conversation, c'est comme ça.

N'utilisez certainement pas des termes comme "white plainining" ou "mansplaining", je crois que ce sont des termes de jargon interne au groupe (c'est-à-dire En tant qu'homme cis-blanc, j'ai participé à un dialogue à ce sujet et j'ai fini par me sentir attaqué par des déclarations telles que "vous êtes le problème" et "vous devez abandonner le pouvoir". Mais le truc, c'est que je ne le fais pas. Je n'ai pas à vous écouter, ni à faire le moindre changement. Si je dois avoir un dialogue avec vous, c'est dans les deux sens ou pas du tout. Alors, s'il vous plaît, respectez ma personnalité et mon droit à une opinion si vous voulez que je respecte la vôtre.

31
25
2018-05-09 16:00:41 +0000

Une chose que je demanderais, c'est pourquoi vous prenez une position comme un évangile et écartez l'autre si complètement que vous essayez de trouver comment leur dire poliment qu'ils ont tort sans leur donner une façon délicate de poursuivre la conversation ?

Ce sont des questions compliquées et controversées ; il y aura naturellement des sceptiques lorsque vous en discuterez en société mixte.

C'est pourquoi mon premier conseil est : si vous n'êtes pas intéressé par le traitement d'un désaccord, n'en parlez pas. De cette façon, votre public n'aura pas la possibilité d'être en désaccord avec vous et, enfin, vous n'aurez pas besoin de le corriger poliment.

Si vous pensez qu'un propos est raciste/sexiste/homophobe, le contexte est essentiel. Est-ce que ce qu'ils disent est vraiment destiné à rabaisser, ou est-ce de l'argot -- à peu près complètement éloigné du péjoratif destiné à agresser la classe en question (pour le contexte, dans ma jeunesse, le terme "c'est gay" était souvent utilisé. Nous étions prépubères. Nous n'avions aucune notion de l'orientation sexuelle en général, et l'utilisation du mot n'était pas indicative de notre position sur l'homosexualité. Est-ce que c'est homophobe ? Je dirais que non. Il y a de fortes chances que vous disiez que ça l'est. Qui a raison ? Qui peut même décider ? La partie lésée, ou la personne de cœur et d'esprit qui est mise en accusation pour avoir utilisé ce mot ?) Ainsi, lorsque vous traitez quelqu'un d'homophobe et qu'il n'est pas d'accord, vous avez tous deux raison car vous n'avez même pas la même discussion. Vous voulez que la personne n'utilise pas de mots qui peuvent être perçus comme offensants pour certaines classes, et la personne qui a dit le mot se dit : "Je n'ai rien contre les homosexuels - pourquoi me traite-t-on d'homophobe"

Mon meilleur conseil ici est de supposer que les gens veulent le meilleur et d'aborder la situation de cette façon. Détachez le mot de la personne --

Je voulais juste vous faire savoir que certaines personnes entendent ce mot et que cela leur rappelle quand elles ont été intimidées parce qu'elles étaient [x]. À moins que ce ne soit votre intention, vous pourriez penser à utiliser un autre mot.

-- Les personnes bien intentionnées seront probablement heureuses de se conformer. Pas toujours, mais s'ils ne le veulent pas, et que cela vous affecte à ce point, alors peut-être vaut-il mieux que vous vous dissociiez les uns des autres.

En ce qui concerne les plaintes pour discrimination systémique, celle-ci est facile : soyez précis.

Moi et mon ami noir étions tous les deux ouverts à porter nos pistolets ensemble et un flic l'a assommé et l'a arrêté sur le champ alors qu'il me donnait juste une tasse de chocolat chaud et me renvoyait sur le chemin ! Lorsque je me suis plaint, le chef de la police a accepté le jugement de son personnel, a ajouté des guimauves à mon chocolat chaud et m'a renvoyé à nouveau !

Il s'agit d'un cas évident de partialité, avec très peu de place pour que les gens décident qu'il y avait d'autres facteurs en jeu. Le point essentiel ici, cependant, est que si vous ne pouvez pas décrire précisément le cas de partialité et la nature de la discrimination, les sceptiques sont presque assurés d'être en désaccord avec vous, parce qu'il y a littéralement d'innombrables façons dont la situation s'est produite sans qu'un certain statut protégé ne soit un facteur.

C'est juste une simple réalité de la vision culturelle du monde américaine : innocent jusqu'à preuve du contraire. En l'absence de preuves claires d'un système de discrimination (comme une loi écrite garantissant un traitement différent en fonction d'une caractéristique), la plupart des personnes qui souhaitent rester objectives devront devoir être sceptiques.

25
20
2018-05-09 18:15:31 +0000

J'aimerais d'abord dire que je suis un homme blanc et hétéro, mais je ne pense pas que cela m'empêche de pouvoir répondre. Si cela peut vous aider, j'ai deux sœurs aînées parmi de nombreuses autres amies, mon frère aîné est homosexuel, mon neveu est autiste et j'ai de nombreux amis d'origines ethniques différentes, que j'aime tous beaucoup. (déclaré pour transmettre, je l'espère, que je ne crois pas être sexiste, homophobe, raciste, etc...).

Le premier point qui, je pense, aiderait votre cas est de ne pas qualifier les autres groupes majoritaires de "privilégiés". Cela m'a toujours irrité lorsque j'entends quelqu'un qualifier de privilégiés tous les blancs ou tous les hommes ou tout autre groupe majoritaire. Il y a beaucoup d'hommes blancs hétérosexuels qui ne se considèrent certainement pas comme des privilégiés. Que ce soit parce qu'ils vivent dans la pauvreté ou en raison de circonstances malheureuses dans leur vie. Je me sens privilégié d'avoir une famille aimante, mais je ne me suis jamais (et ne me sentirai probablement jamais) privilégié simplement parce que je suis un homme blanc hétéro. J'ai eu ma part de difficultés dans ma vie et quelqu'un qui me dit que je suis privilégié ne fera jamais rien d'autre que m'irriter.

Par exemple, dire :

Vous êtes privilégié d'être {un groupe majoritaire}, parce que vous n'avez pas à faire face à {certains problèmes rencontrés par un groupe minoritaire}. Cela m'irrite que quelqu'un dise que je suis privilégié simplement parce que les problèmes auxquels j'ai été confronté sont différents des problèmes auxquels il a été confronté. - Beofett

@Sudsy1002 Vous et moi sommes tous les deux blancs, et (je suppose) tous les deux aux États-Unis. Si l'un de nous appelle la police, il est probable que nous serons écoutés et que nous ne serons pas soupçonnés d'être des cambrioleurs dans nos propres maisons et que nous ne risquerons pas de subir des violences immédiates, alors que les Afro-américains font face à un calcul différent lorsqu'ils appellent la police. C'est ce qu'on appelle beaucoup de "privilèges". Quand les gens entendent des exemples comme celui-là, ils disent : "Ce n'est pas un privilège, cela devrait être la décence commune que chaque personne reçoit ! C'est la prise de conscience que (je crois) le terme est censé encourager, mais votre poste montre clairement comment le terme peut échouer. - cactus_pardner

Le type de "privilège" décrit par cactus_pardner me convient beaucoup mieux. Le problème est d'essayer de faire la différence entre la définition à laquelle j'associerais normalement le mot et l'exemple donné ci-dessus. L'exemple ci-dessus est une bonne illustration de ce qui essaie d'être conduit alors que je pense qu'il est beaucoup plus probable que le groupe majoritaire perçoive l'utilisation du "privilège" comme je l'ai fait (c'est-à-dire, qu'on lui donne quelque chose). Le point ici est que le mot "privilège" devrait être évité tout en essayant de transmettre ce que cactus_pardner a dans son commentaire.

Le 2ème point concerne la dénonciation directe des remarques racistes, homophobes, sexistes ou autrement dégradantes. Pour être honnête, je ne vois pas de différence entre ces remarques et le fait de critiquer les actions de quelqu'un pour avoir été grossier ou offensant, quel que soit le sujet. Comme dans les exemples ci-dessus, la première étape consiste à ne pas étiqueter le délinquant. Si le délinquant se sent attaqué, il sera probablement sur la défensive et/ou attaquera en retour. Une bonne façon d'éviter cela est de dire :

Quand vous faites X, je me sens Y.

ou la réciproque :

Je me sens Y quand vous faites X.

L'important est d'être précis sur ce qu'est X.

Si quelqu'un dit

Tous les noirs sont inférieurs aux blancs.

Vous aurez probablement l'impulsion de le traiter de raciste (je serais moi-même indigné). Mais ce serait une mauvaise approche. N'oubliez pas que nous devons éviter les étiquettes. Suivez plutôt la formulation ci-dessus.

Lorsque vous dites "Tous les Noirs sont inférieurs aux Blancs", j'ai l'impression d'être victime de discrimination en raison de la couleur de ma peau.

Vous pouvez également ajouter à la fin de cette phrase :

Est-ce votre intention ?

Ce devrait être une question rhétorique, mais même si la personne dit "oui", elle a alors admis que son comportement était directement destiné à être nuisible. Vous ne pourrez probablement pas réparer les personnes qui tentent activement de nuire aux autres, mais vous pouvez rendre leurs actions visibles pour les autres qui peuvent voir leurs actions pour ce qu'elles sont. Il faut espérer qu'ils répondront "non" à la question ci-dessus et qu'ils feront preuve d'un peu plus de compassion. Notez que la formulation ci-dessus ne dit pas dit

Lorsque vous êtes raciste, j'ai l'impression d'être discriminé à cause de la couleur de ma peau.

La différence entre le premier exemple et le présent exemple est que vous indiquez explicitement ce que l'autre personne/partie a dit/fait pour vous faire sentir mal sans aucune sorte d'étiquette ou de jugement dans le premier exemple. C'est important, car vous ne répondez pas à leurs remarques blessantes par Vous pouvez être enclin à être plus direct lorsque vous accusez quelqu'un d'être raciste, homophobe, sexiste, etc. mais ces mots ne sont pas seulement des descripteurs, ils sont aussi des insultes pour beaucoup de personnes qui s'offusqueraient d'être étiquetées comme telles. Au lieu d'étiqueter l'autre partie, il est préférable de crier ses actions (encore une fois, en utilisant la formulation "quand vous faites X, je me sens Y").

La formulation XY est non seulement essentielle pour que l'autre partie ne se sente pas attaquée par ce que vous dites, mais elle vous donne également un problème très spécifique sur lequel vous devez vous concentrer. Par exemple, dans l'exemple ci-dessus encore une fois :

Lorsque vous dites "Tous les noirs sont inférieurs aux blancs", cela me donne l'impression d'être discriminé à cause de la couleur de ma peau.

Il est beaucoup plus facile de défendre votre point de vue. L'autre partie ne peut pas simplement dire "vous ne vous sentez pas vraiment comme ça" ou "ce n'est pas ce que je dis/fais". Puisque vous indiquez explicitement ce que l'autre partie dit/fait, il n'y a pas de place pour l'argumentation, et personne ne peut vous dire ce que vous ressentez, ce sont vos sentiments. C'est différent de l'autre exemple :

Lorsque vous êtes raciste, j'ai l'impression d'être discriminé à cause de la couleur de ma peau.

Dans cet exemple, au lieu d'indiquer explicitement ce qui est fait, nous traitons l'autre personne de raciste. En faisant ces deux choses (1. éviter de dire aux autres qu'ils sont privilégiés et 2. utiliser la formulation XY), il sera beaucoup plus facile d'avoir une conversation avec quelqu'un au sujet de son comportement. Il est beaucoup plus facile pour une personne d'entendre que ses actions vous blessent plutôt que d'être étiquetée comme raciste, sexiste, etc.

Si quelqu'un est blessant sans en avoir l'intention , il sera beaucoup plus disposé à écouter ce que vous ressentez plutôt que le genre de personne que vous pensez qu'il est. Si elle a l'intention de vous faire du mal, je crains que vous ne puissiez pas dire grand-chose pour la changer. Les autres verront l'effort que vous faites et les actions de ceux avec qui vous interagissez, mais laissez-les voir que vous n'avez fait que de la compassion alors que l'autre partie n'a fait que du mal. Lorsque quelqu'un d'un groupe minoritaire dit "c'est raciste/sexiste/homophobe/etc" et que la réponse de quelqu'un d'un groupe majoritaire est, plus ou moins, "non, ça ne l'est pas"

et l'utilisation de "pop-terms"

Ces termes/étiquettes peuvent être insultants pour beaucoup, il est donc préférable d'éviter ces termes/étiquettes et de se concentrer spécifiquement et explicitement sur les actions que vous avez trouvées blessantes.

20
7
2018-05-09 18:19:10 +0000

La réponse littérale à la question "Comment puis-je dire efficacement aux gens que leur attitude défensive à l'égard d'une question que j'ai soulevée fait partie de la question" est que vous ne le pouvez probablement pas, du moins pas de manière directe. Il n'y a pas de raccourci pour faire changer d'avis quelqu'un.

Plutôt que d'essayer de convaincre quelqu'un de quelque chose/changer son point de vue, soit : soyez prêt à vous engager complètement avec quelqu'un, ce qui signifie vous ouvrir à son point de vue et essayer de comprendre d'où il vient (tout en partageant aussi vos propres sentiments/perspective d'une manière sûre et sans jugement), soit ne vous engagez pas du tout.

En a) cherchant une réponse simple/canalée et b) en vous préoccupant uniquement de signaler ce qui ne va pas avec l'autre personne, je pense que vous ne faites qu'aggraver le problème (il y a beaucoup d'autres réponses en suspens qui expliquent pourquoi les gens sont susceptibles de s'ancrer davantage dans leurs opinions en fonction du ton de la question, donc je ne vais pas répéter tout cela ici). Vous ne vous ouvrez pas non plus à la possibilité d'apprendre et de mettre à jour vos propres opinions, ce qui vous permettra de vous développer et d'être d'autant plus efficace face à la prochaine personne. Je vous suggère de considérer les points suivants avant de décider de vous engager ou non :

  • Ai-je le temps
  • Ai-je l'énergie
  • Est-ce que je respecte cette personne et crois qu'elle vient d'un bon endroit

Si vous ne pouvez pas répondre oui à tous ces points, passez à autre chose.

En résumé : allez-y à fond (et soyez ouvert vous-même !), ou pas du tout. Et bonne chance :)

Réponse à l'exemple ajouté : Analysons donc cet exemple et trouvons une stratégie pour améliorer le résultat.

Avant même de commencer, nous avons déjà quelques problèmes. Premièrement, ces personnes sont engagées dans une conversation qui ne vous concerne pas, et deuxièmement, elles semblent être d'accord. Cela indique clairement qu'elles se défoulent ou cherchent simplement une confirmation et ne cherchent pas à débattre du fait (ou du moins ne sont pas ouvertes à une contestation directe de leurs opinions). Cela vous met dans une situation difficile où vous devrez trouver une manière délicate/charmante d'entrer dans la conversation ou risquer de les mettre sur la défensive car ils auront l'impression d'avoir été attaqués de nulle part (la manière exacte de procéder n'est pas mon point fort, vous devrez donc faire des recherches/pratiques ailleurs). L'importance de cette étape ne peut être surestimée, car vous êtes probablement condamné si vous échouez.

Une fois que vous avez fait votre chemin dans la conversation sans tirer la sonnette d'alarme, vous devrez maintenir un niveau de charme/la probabilité (la probabilité peut être le mauvais mot ici, mais l'idée est de ne pas être considéré comme menaçant / abrasif) pour la durée de la conversation. Il peut s'agir d'un sérieux angle mort pour les gens. Demandez donc à un ami ou à une personne de confiance de vous aider à vous évaluer (si cela échoue, vous pouvez même vous enregistrer et les regarder). De nombreuses personnes se montrent plus abrasives qu'elles ne le pensent lorsqu'elles essaient d'argumenter un point (j'ai personnellement ce problème).

Maintenant, comment structurer la conversation proprement dite et présenter notre argument ? Tout d'abord, ne supposez pas que tous les humains sont des créatures logiques qui répondront à la raison dans toutes les situations. C'est en grande partie ce qui, à mon avis, est à l'origine de votre frustration. Ce que nous voulons faire, c'est utiliser les informations disponibles pour essayer de deviner comment nous pouvons les atteindre au mieux. Nous avons déjà établi que, dans ce cas, une contestation directe de leurs opinions peut être inefficace, alors essayons de faire appel à leurs émotions et/ou à leur sens de l'identité. Peut-être pouvons-nous tisser une histoire racontable pour les aider à se voir dans la peau des opprimés. C'est un peu un art, mais le plus important est de ne jamais les accuser de quoi que ce soit ou de leur donner l'impression qu'on les attaque. Nous voulons plutôt qu'ils se sentent en sécurité, comme s'ils avaient une conversation avec un ami, alors trouvez quelque chose dans ce qu'ils disent que vous pouvez approuver (et dites-le-leur !), même si cela implique d'adopter une vision optimiste de leur position. Il faut de la pratique pour perfectionner cela, alors soyez patient. Certaines recherches de base sur la psychologie et la personnalité peuvent être utiles pour trouver des stratégies permettant d'établir des relations avec les gens.

Un dernier point, pour revenir à ma réponse initiale : vous ne pourrez tout simplement pas convaincre tout le monde. Choisissez vos combats et même lorsque vous "perdez", vous vous sentez bien de savoir que vous avez défendu vos convictions et que vous l'avez fait d'une manière dont vous pouvez être fier. En engageant les gens de manière positive, même si vous ne parvenez pas à les influencer, sachez que vous resterez à jamais dans leur esprit comme un exemple positif de ce que vous représentez. C'est en soi un moyen puissant de faire disparaître les préjugés et d'avoir un impact durable. C'est peut-être plus puissant que tous les arguments que vous pouvez espérer faire valoir.

7
6
2018-05-09 23:00:03 +0000

C'est une bonne question à laquelle de très bonnes réponses ont été données et que je ne vais pas répéter ici. Pour la base de ma réponse, j'ajoute quelques prémisses, afin de ne pas couvrir un terrain qui a déjà été couvert par d'autres :

  1. Vous n'êtes pas directement impliqué personnellement. Cela ne veut pas dire que cela ne vous concerne pas. Personnellement, je peux avoir de l'empathie pour la plupart des minorités, étant membre d'une (ou plusieurs) d'entre elles, et cette empathie peut certainement s'étendre aux sentiments de colère que je ressens lorsque l'expérience d'une minorité est niée ou minimisée dans une discussion. Néanmoins, ma participation à une telle discussion est indirecte.
  2. La discussion a déjà atteint un point où l'aliénation ou l'enracinement se produit. Par exemple, par l'utilisation de mots tels que "raciste", "homophobe", "privilégié" et bien d'autres. D'après mon expérience, ces mots ne servent que de drapeau rouge agité devant un taureau. Pour les raisons de cette aliénation, voir la réponse de Ash'es.
  3. Votre objectif sous-jacent est de soutenir la minorité et éventuellement d'atteindre un certain niveau de compréhension au sein de la majorité. C'est-à-dire que la majorité devient quelque peu consciente du faisceau dans son propre œil. C'est le mieux que vous puissiez espérer.

Premièrement : Comptez jusqu'à dix. Prenez une grande respiration. Laissez la colère s'écouler de votre esprit, elle obscurcit votre jugement et biaise vos paroles vers encore plus d'aliénation et d'enracinement.

Deuxièmement : vous souciez-vous suffisamment de votre santé pour y consacrer du temps et de l'énergie ? Si ce n'est pas le cas, laissez-vous aller.

Troisièmement : estimez-vous qu'une partie suffisante de la majorité est encore prête à suspendre son jugement et à écouter les arguments ? Pensez-vous qu'ils s'en soucieront suffisamment ? Ne livrez pas des batailles qui sont déjà perdues.

Montrez votre soutien et votre empathie à la minorité

Ceci est important car cela montre aux participants quel camp a votre empathie. Cependant, faites-le sans plus d'aliénation, donc n'approuvez pas l'utilisation de mots d'alerte. Des phrases simples telles que "je compatis", "je vois d'où vous venez" sont préférables. Il n'y a pas de mal à faire preuve d'empathie pour certains membres de la majorité également ("Je me rends compte de vos meilleures intentions et de votre désir de comprendre"). Pas de mais ici.

Donnez des preuves du point de vue des minorités

C'est le passage qui demande du temps et de l'énergie car il nécessite quelques recherches. Vous pouvez utiliser :

  • des preuves anecdotiques ("J'ai un ami qui a été retenu par la police plusieurs fois cette année et ...")

  • des citations sélectives tirées de recherches, complétées par votre interprétation. Donnez des liens si nécessaire. ("L'incidence des tentatives de suicide chez les homosexuels est deux à trois fois plus élevée que dans la population hétérosexuelle. Je suggère que cela est dû, au moins en partie, à une faible estime de soi causée par la discrimination et ...')

Défiez les généralisations et les appels aux principes religieux et aux théories du complot

Rien n'alimente mieux l'aliénation que les généralisations et les revendications à une autorité supérieure. Faites-le des deux côtés et faites-le en corrigeant simplement et en reformulant soigneusement ("Les hommes sont des porcs sursexualisés !" devient "Certains hommes sont hypersexuels et manquent de considération pour ....", ). Les croyances sont désamorcées en reconnaissant qu'elles existent et en faisant précéder cette reconnaissance par "Certains croient que..." ou même "Beaucoup de gens croient que...". Cela se rapproche de la méthode socratique mais parfois les questions ouvertes fonctionnent mieux que les questions fermées qui visent à réfuter (mais évitez de dire pourquoi ?). Ou bien une allusion pleine de tact à un travail à domicile de l'interlocuteur. L'objectif n'est pas de gagner l'argument, mais de comprendre les arguments et éventuellement de semer une graine de doute, aporia si vous voulez. Pour donner un exemple : "Vous dites donc que l'avortement devrait être interdit. Dans toutes les circonstances?'/'Oui'/'Même si le fœtus n'est pas viable et causerait probablement la mort de la mère s'il était porté à terme?'/'Oui'/'Il doit donc y avoir une raison plus importante que la raison médicale, pouvez-vous me dire laquelle?'/'L'avortement est une abomination aux yeux de Dieu'/'La religion l'emporte sur la nécessité médicale. Intéressant. Vous réalisez que l'un des fondements de cette nation est la liberté de religion?'/'Oui, mais les pères fondateurs voulaient dire la religion chrétienne'/et ainsi de suite ...

Expliquez le mal ressenti par la minorité

Cela ne fonctionne que lorsque l'aliénation a diminué car il s'agit d'un appel émotionnel. Plus on s'éloigne de la minorité, plus il est difficile d'y parvenir. Montrez votre vulnérabilité ou votre manque d'expérience personnelle dans le domaine de la discrimination. Personnellement, je suis une femme blanche gynéco transexuelle, légèrement athée, il m'est donc difficile de m'identifier, par exemple, à un homosexuel religieux de couleur confronté à des problèmes de discrimination dans sa congrégation. Bien que je puisse faire preuve d'empathie, je ne peux pas partager leur douleur dans les détails.

6
5
2018-05-10 00:11:38 +0000

Le schéma général qui fonctionne le mieux est de leur offrir une chance d'explorer votre point de vue sur la question, plutôt que d'essayer de les contraindre à accepter votre point de vue.

Vous ciblez spécifiquement quelques sujets très chauds concernant le sexe, la race, etc. Cependant, si vous considérez la société dans son ensemble, ce schéma se produit partout. Il n'y a pas une facette de la société que je connaisse où nous n'avons pas une seule personne qui essaie de forcer l'accord en faisant valoir qu'elle comprend parfaitement le problème, ce qui est implicitement ce qui se passe lorsque quelqu'un qualifie une phrase d'"homophobe", de "raciste" ou même de termes plus bénins comme "ringard".

Nous considérons les problèmes de manières très diverses. Parfois, nous considérons les choses comme un jeu à somme nulle, où je dois perdre pour que tu gagnes. D'autres fois, nous considérons les choses d'une manière plus coopérative, où tout le monde peut gagner si nous jouons tous le jeu. Si l'on considère une situation comme un jeu à somme nulle, le type de résistance que l'on observe est incroyablement naturel. Si je qualifie mes propres actions/discours de "racistes", alors je vous donne le pouvoir de prendre ma liberté de dire/de faire ce que je veux afin de diminuer la souffrance de vos sentiments. La seule façon pour vous de gagner, c'est que je perde. La tendance générale dans l'humanité est qu'il est très rare de rencontrer un individu qui choisit de perdre pour que d'autres gagnent. En général, on considère qu'ils sont en phase terminale de lésions cérébrales s'ils le font.

Si l'on considère une situation comme un environnement plus coopératif, alors on commence à voir davantage de comportements que l'on souhaite voir. Vous voyez des gens qui essaient de s'élever au-dessus du racisme, de l'homophobie ou de toute autre étiquette négative. Vous voyez des gens qui essaient de s'appuyer les uns sur les autres. La tendance générale dans l'humanité est que lorsque nous voyons des individus qui semblent choisir de perdre pour que d'autres puissent gagner, si nous regardons de plus près, nous constatons généralement que cet individu voyait les choses d'un point de vue coopératif ; il cherchait un gagnant-gagnant. En général, on ne considère pas qu'il s'agit d'une lésion cérébrale. En fait, nous avons tendance à utiliser des termes comme "civilité" et "être humain" pour décrire ce type de pensée coopérative.

Donc si vous voulez changer la situation, la clé est d'essayer d'encourager l'autre personne à s'engager dans ce type de pensée coopérative. La première étape pour y parvenir est de ne pas l'engager de manière combative. Si vous dites "C'est raciste", vous les combattez déjà, parce que vous essayez de leur coller une étiquette négative. On pourrait peut-être faire valoir que ce type de combat est bon, généralement en arguant qu'il oblige au changement, mais je ne présenterai pas de tels arguments ici. En règle générale, l'utilisation de telles formulations amènera les gens à considérer la situation comme un environnement à somme nulle, ce qui est probablement l'environnement le plus difficile pour faire passer votre point de vue. Ce que vous voulez vraiment faire, c'est les amener à penser en coopération.

Au lieu de fournir des labels, vous pouvez offrir des opportunités. Au lieu d'essayer de les étiqueter comme "racistes" ou "homophobes", ou quoi que ce soit de ce genre, traitez-les comme des personnes. Vous êtes clairement blessé par quelque chose qui s'est passé - donnez-leur la possibilité d'explorer ce que cela signifie sans l'étiqueter. Il semble qu'il y ait une tendance chez les humains à ne pas vouloir que leur voisin souffre. S'ils ne perçoivent pas le risque (c'est-à-dire s'ils ne perçoivent pas un jeu à somme nulle), les humains auront tendance à essayer d'aider à arrêter la souffrance de leur voisin. Mais cela ne fonctionne que s'ils pensent qu'ils interagissent avec un être humain à part entière, plutôt qu'avec un simple stéréotype étiqueté. Pour utiliser quelques exemples d'étiquettes, ce n'est pas "un noir" qui fait mal, ou "une femme" qui fait mal, ou "un homosexuel qui fait mal". C'est vous qui souffrez. Vous êtes la personne dont ils essaient d'apprendre à éviter la souffrance. Et laissez-les décider comment réagir à cela. Ils n'ont pas forcément besoin d'adopter votre point de vue. Ils peuvent conserver leur façon de penser, mais parler plus attentivement autour de vous. Ils peuvent arriver à votre point de vue. Ils peuvent continuer à agir exactement de la même manière qu'ils l'ont fait, mais sous le capot, ils peuvent commencer à réfléchir à ces questions, en essayant de les comprendre de leur point de vue. Vous ne pourrez pas forcer le changement par cette approche, mais paradoxalement, c'est la meilleure façon de garantir que le changement se produise.

Il existe de nombreuses variantes à ce sujet, dont certaines permettent d'utiliser des étiquettes comme "raciste" comme feinte dans une forme de judo linguistique. Vous pouvez apprendre toutes sortes de façons de jouer à ce jeu. Mais fondamentalement, en fin de compte, elles se résument toutes au même schéma : il est plus efficace de faire coopérer les gens en les amenant à penser sous une forme coopérative que d'essayer de les contraindre alors qu'ils pensent à un jeu à somme nulle.

Je crois qu'une variante particulière mérite d'être notée : en règle générale, les gens veulent être compris. Si vous cherchez activement à comprendre leur position, ils sont plus enclins à rester dans les modes coopératifs et à essayer de comprendre votre position. Daryl Davis est l'exemple même de cette approche, convaincre plus de 200 membres du KKK de raccrocher leurs robes simplement en leur parlant et en les écoutant, mais il n'est pas nécessaire d'être Daryl pour essayer. Si vous êtes prêt à envisager la possibilité que votre propre position ne soit pas parfaite, alors ils pourront peut-être vous aider aussi.

A titre d'exemple personnel, je déteste l'utilisation du mot "égalité" dans ce genre d'arguments. Je n'aime pas du tout l'idée que les humains puissent être disposés sur une ligne de chiffres avec "moins que", "égal" et "plus que". L'idéal que je préfère est celui pour lequel j'utilise le terme "non comparable". Aussi, lorsque je parle de ces questions avec les gens, il est essentiel que je reste ouvert et que je les écoute. Une bonne partie du temps, je trouve que ce qu'ils appellent "égalité" est en fait beaucoup plus proche de ce que j'appelle "non-comparable", et je trouve donc un allié qui est d'accord avec moi sur tout sauf sur l'étiquette à utiliser. D'autres fois, je trouve que je peux aider à rapprocher leurs idéaux des miens, tout en apprenant de leurs expériences comment je pourrais mieux rapprocher la société de ce que j'appelle "non comparable" tout en les faisant moins souffrir. Je trouve que si j'essaie de les encourager à dire dans un esprit de coopération, il y a beaucoup plus d'accord qu'il n'y paraît au premier abord. Bien fait, notre désaccord sur les étiquettes ne compte pas du tout. (Je ne prétends pas que je le fais bien tout le temps. Ooooooh mon, est-ce que je le fais mal parfois).

5
3
2018-05-09 23:07:39 +0000

D'autres ont porté sur le fait de juger si vous voulez ou non entrer dans cette conversation, et il y a beaucoup de fois où il n'y aura jamais un moyen rapide et facile d'aborder ce sujet. Cependant, si vous voulez un point de départ pour souligner les choses problématiques d'une manière qui, espérons-le, rendra la chose un peu plus acceptable pour votre interlocuteur, je vous dirais de vous assurer que tout votre langage se concentre sur une action ou un comportement, plutôt que sur la personne qui fait le comportement.

Les gens détestent être traités de racistes, sexistes ou homophobes. Ce sont des étiquettes que nous associons tous aux "mauvaises personnes". Le processus de pensée de votre interlocuteur se déroule probablement comme suit : "Si quelqu'un est raciste, alors c'est une mauvaise personne ; je ne pense pas être une mauvaise personne, donc je ne peux pas être raciste". Une personne avec ce monologue intérieur va immédiatement se mettre sur la défensive si elle est traitée de raciste.

J'ai eu un certain succès à faire remarquer qu'un comportement, une déclaration ou une action spécifique est raciste, plutôt que de dire à la personne qui a eu ce comportement qu'elle est raciste. Il s'agit donc moins de l'identité de la personne et de son statut de "bonne personne" que d'un comportement ou d'une action que vous souhaitez commenter

"C'est raciste" est également trop proche de "Vous êtes raciste". Si vous voulez signaler une action, nommez d'abord l'action et entrez dans les détails, de sorte qu'au moment où vous arrivez au mot "raciste", il soit clair qu'il s'agit d'une action en cours de discussion, et non de toute l'identité et de la valeur personnelle de la personne à qui vous parlez. Vous pouvez aussi simplement signaler le comportement comme étant problématique et laisser le mot "raciste" sous-entendu. Il devrait être suffisamment clair compte tenu d'un certain niveau de détail.

Je voudrais également vous avertir que le langage "quand vous faites x, je ressens y" est meilleur lorsque vous parlez à quelqu'un qui est proche de vous et qui se soucie de ce que vous ressentez. Certaines connaissances occasionnelles peuvent être rebutées par le fait de parler soudainement de sentiments personnels. J'ai eu du succès avec des membres de ma famille proche qui m'ont dit : "Je me sens mal à l'aise quand j'entends [mot pour les homosexuels] utiliser un terme péjoratif". Je ne dirais jamais cela à quelqu'un qui ne m'est pas proche. Je le quitterais probablement (j'ai décidé que cette bataille particulière ne valait pas la peine pour moi avec beaucoup de gens). Si j'en parlais, je dirais quelque chose comme "Je sais que vous ne pensez probablement même pas à cette définition quand vous dites des choses comme ça, mais [le mot pour les personnes gays] fait référence aux personnes gays, donc quand il est utilisé de manière désinvolte comme péjoratif, c'est en soi comparer l'homosexualité à quelque chose de négatif, qui peut être perçu comme homophobe"

édité pour ajouter : Après avoir lu la version actualisée de la question, je me rends compte que ce dont vous parlez essentiellement, c'est de la fragilité des blancs. Les gens qui pensent à ce genre de choses pour vivre n'ont pas encore trouvé de moyen rapide et facile de contourner ce mécanisme de défense mentale particulier, mais il pourrait être intéressant de lire l'article sur ce sujet ou le livre entier ), si c'est quelque chose qui vous intéresse vraiment. Bonne chance !

3

Questions connexes