Les relations interpersonnelles
2017-12-05 16:55:27 +0000 2017-12-05 16:55:27 +0000
54

Comment puis-je lui faire part de mes inquiétudes concernant mon frère mineur qui boit des boissons alcoolisées sans avoir l'air d'être sa mère ?

Ainsi, récemment, mon plus jeune frère (il a 16 ans, j'en ai 26) a organisé une fête avec un camarade de classe. Maman et papa l'ont autorisé à y aller, et il s'est très bien débrouillé. Il a respecté les règles, il a envoyé un message lorsqu'il est arrivé à bon port et un autre lorsqu'il a commencé le retour à vélo, il était à la maison à peu près à l'heure. Il n'a manqué qu'une seule règle : Pas d'alcool.

Maman et papa étaient fatigués, alors j'ai promis que je resterais debout pour m'assurer que mon frère arrivait bien à la maison, sinon je les réveillerais. Quand il est rentré à la maison, il m'a semblé bizarre, mais je l'ai repoussé parce qu'il avait sommeil. Hier, il m'a avoué qu'il avait bu trois bières à la fête et qu'il n'avait pas sommeil, mais qu'il était à moitié ivre.

Je ne l'ai pas poussé à me donner cette information, il me l'a dit à l'improviste. Je suis content qu'il pense qu'on peut me faire confiance avec cette information, mais en même temps, j'étais à court de mots quand il me l'a dit. Maintenant que j'ai eu le temps d'y réfléchir, j'ai l'impression que je devrais en parler avec lui.

Je ne le connais pas comme étant une personne irresponsable. D'une manière générale, on peut dire que ses amis n'étaient pas les plus responsables, et le fait de n'avoir bu que trois bières aurait pu être un exploit si l'on tient compte de la pression des pairs.

Il a 16 ans, il a le droit de boire une boisson alcoolisée très occasionnelle à la maison lorsqu'il y a une occasion spéciale. Mais il n'est pas autorisé à boire de l'alcool quand il n'est pas chez lui. Surtout pas quand il doit rentrer seul à la maison à vélo, sur une route le long d'un canal.

J'aimerais lui parler de ce problème, lui exprimer mes inquiétudes et, je l'espère, aborder certains des dangers qu'il a pris, et lui faire comprendre qu'il était irresponsable, et que si maman et papa l'apprennent un jour, il pourrait bien en subir de graves conséquences. En même temps, je veux qu'il comprenne que je ne veux pas ruiner sa confiance en moi en le disant à mes parents. J'espère qu'en faisant cela, il se sentira en confiance pour me dire la prochaine fois qu'il se passe quelque chose, quand il est à une fête avec les mauvaises personnes, ou même pour m'appeler pour que je vienne le chercher quand il est trop ivre pour rentrer chez lui en toute sécurité.

Mais, je ne sais pas comment dire cela sans faire comme ma mère, sans faire un sermon sur les comportements irresponsables, ou sans faire semblant de m'enfuir pour tout raconter à maman et papa (je ne le ferai pas !).

**Qu'est-ce que je dois garder à l'esprit quand je veux avoir une discussion fructueuse avec mon frère ?

Très petite précision: Il y a quelques années encore, l'âge légal pour boire des boissons alcoolisées légères comme la bière était de 16 ans aux Pays-Bas (mon frère aîné et moi avons donc grandi en étant autorisés à boire à 16 ans), en 2014 il a été porté à 18 ans. Mes parents autorisent mon frère à boire à la maison lors d'occasions spéciales, pour autant que je sache, ce n'est pas illégal.

Réponses [7]

56
2017-12-05 21:46:05 +0000

Vous avez clairement indiqué que vous vouliez éviter de vous aliéner votre frère en lui interdisant de vous dire ces choses à l'avenir. Pour ce faire, efforcez-vous de transmettre un message clair et concis en faisant passer votre message en quelques phrases. Vous ne voulez pas préparer un discours, car répéter des informations que votre frère connaît déjà risque de vous faire passer pour un pseudo-parent.

Vous pourriez mentionner quelques "conseils" pour prendre soin de lui et évaluer ce qu'il sait déjà en disant quelque chose comme

Mec (peu importe comment tu l'appelles), si jamais tu bois plus que ça, tu dois t'assurer de boire de l'eau avant de t'endormir, sinon tu te sentiras mal le matin.

ou

Si tu bois plus que ça, tu veux être sûr de boire de l'eau avant de te coucher pour ne pas te sentir mal le lendemain ?

Si vous lui donnez des conseils occasionnels, cela lui permet de gagner sa confiance car vous partagez avec lui des conseils expérimentés (même si vous ne buvez pas beaucoup/souvent, cela montre que vous devez quand même être assez bien informé pour l'aborder). Mieux encore, cela lui ouvre la porte pour venir vous voir si jamais il a besoin de conseils ou d'aide.

Cependant, il est probablement important de lui dire directement quelque chose du genre

Hey/Also, maintenant que je sais que tu bois parfois dans les soirées, je veux juste te dire que je viendrai toujours te chercher si tu as besoin d'un chauffeur. Je ne vais jamais te dénoncer à papa/maman, mais je veux m'assurer que tu rentres chez toi en toute sécurité si tu bois plus que quelques bières.

Je viens des États-Unis, mais j'ai constaté que beaucoup de mes amis dont les parents leur avaient dit de "juste appeler", même s'ils sentaient qu'ils allaient avoir des problèmes, étaient beaucoup plus susceptibles de les utiliser comme ressource que ceux qui n'avaient pas ce type de soutien. Dire à votre frère que vous n'allez pas lui causer d'ennuis, mais que vous ne faites que veiller sur lui, est une approche solide.

56
28
2017-12-05 17:22:11 +0000

J'ai une sœur qui a environ trois ans de moins que moi et, de temps en temps, au cours de l'année dernière, nous avons eu des problèmes similaires (bien que moins graves que la consommation d'alcool). À plusieurs reprises, j'ai eu l'impression qu'elle n'était pas aussi prudente qu'elle le devrait, ou qu'elle s'était disputée avec nos parents et que la dispute n'avait pas abouti à une conclusion constructive.

Cela dit, il y a certaines choses qui m'ont aidé dans le passé.

1. Vous êtes de son côté.

La première chose que je voudrais préciser, c'est que je suis de son côté. Je ne fais pas qu'appliquer une règle arbitraire, je veille à sa sécurité. Je sais que les parents disent parfois les mêmes choses, mais cela n'a pas toujours le même poids. Ma sœur s'est parfois battue avec mes parents (comme moi) parce qu'elle ne pouvait pas comprendre cela ; dans les cas où j'ai dit quelque chose, au lieu de cela - eh bien, cela semble mieux se faire comprendre. Nous sommes assez semblables, et nous sommes ensemble depuis sa naissance, et cela forme un lien. Dans de nombreux cas, les frères et sœurs ne s'aiment pas, et cela peut être un fait. Mais dans d'autres cas, il existe une relation différente de la relation parent-enfant. Il peut être plus facile que vous ne le pensez de faire croire à votre frère que vous ne lui parlez pas de haut.

2. Vous n'appliquez pas des règles pour le plaisir d'en avoir.

La deuxième chose à lui faire comprendre est qu'il y a un point derrière les règles. Quand on est petit - et je veux dire en âge de fréquenter l'école primaire - beaucoup de règles semblent arbitraires parce qu'on ne les comprend pas. Il est difficile d'ébranler la croyance selon laquelle certaines règles sont là juste pour le plaisir d'en avoir. Peut-être que votre frère ne voit que les avantages de la boisson - il pense que c'est amusant, par exemple - et ne voit pas les inconvénients de boire trois bières. Pour être honnête, vous n'avez même pas besoin de reconnaître explicitement la règle "ne pas boire trois bières de façon irresponsable" - c'est plutôt une très, très, très bonne suggestion qu'il devrait vraiment suivre.

Vous n'avez pas besoin de citer des statistiques ou de lui dire de regarder des vidéos anti-alcool ; cela ne l'amènera pas à vous écouter. Mais vous pourriez lui dire, en faisant preuve de bon sens, pourquoi il peut être dangereux de boire autant sans surveillance. De plus, si vous avez déjà eu une expérience de la boisson - ce qui n'est pas le cas, je suppose - vous pourriez également être en mesure de lui dire "Hé, je sais ce qu'il ne faut pas faire". J'aime à dire que les personnes qui réussissent le mieux dans les situations interpersonnelles sont celles qui ont fait des erreurs dans le passé.

3. S'attaquer à l'avenir.

Vous voulez l'aider, n'est-ce pas ? Vous voulez qu'il reste en sécurité ; après tout, c'est tout l'intérêt d'avoir la règle en premier lieu. Alors, parlez-lui de ce que vous pouvez faire à l'avenir pour assurer sa sécurité, ou pour atténuer les conséquences s'il fait quelque chose de dangereux.

  • Demandez-lui de rester en contact avec vous (par téléphone), pour que vous sachiez qu'il va bien. Ma sœur est généralement d'accord avec cette approche, mais tout le monde ne le sera pas. Très peu de gens veulent être le gamin pas cool qui doit continuer à prendre des nouvelles de son frère ou de ses parents plus âgés, mais il pourrait faire les choses discrètement.
  • Si vous connaissez quelqu'un dans le groupe, ou quelqu'un qui sera dans son entourage, demandez-lui s'il peut le surveiller/veiller à ce qu'il aille bien.
  • Assurez-vous qu'il a de l'eau ou quelque chose de similaire sur lui, ce qui peut diluer l'alcool et, espérons-le, aider à en atténuer les effets.
  • Sachez où il prévoit d'aller et proposez-lui de venir le chercher. La pire chose qui puisse arriver est qu'il soit à la fois ivre et dans un endroit inconnu.
28
4
2017-12-06 13:19:00 +0000

1. Demandez-vous pourquoi vous ressentez le besoin de faire quoi que ce soit

Vous admettez avoir bu au même âge que lui, alors pourquoi vous souciez-vous qu'il fasse ce que vous avez fait ? Avez-vous eu une mauvaise expérience ? Pensez-vous qu'il risque de faire quelque chose de terrible ? Personnellement, je laisserais simplement tomber. Dans tous les pays où l'âge légal pour boire est fixé, beaucoup de gens boivent avant l'âge légal. Pour la majorité, il n'y a pas d'effet négatif.

2. Parlez-lui de vos propres expériences

Mais, si vous voulez quand même aller de l'avant, parlez-lui de vos propres expériences. Qu'avez-vous fait quand vous avez été ivre et que vous le regrettez ? Qu'avez-vous vu faire les autres ? Parlez-lui honnêtement. Il est plus enclin à respecter vos expériences que vous ne répétez des informations qu'il a déjà obtenues de figures d'autorité.

4
4
2017-12-06 18:12:11 +0000

Avant de parler de ce que vous devriez faire, mettons les choses au clair : dans un certain sens, vous essayez d'être son parent.

La responsabilité d'un parent envers son enfant est de le préparer à survivre et à s'épanouir. Pour ce faire, les parents s'efforcent avant tout de leur transmettre des connaissances et de les former en faisant respecter les limites. C'est une bonne chose, à la fois pour l'enfant et pour les personnes avec lesquelles il va interagir au cours de sa vie. Ce que vous voulez faire, c'est participer à ce processus avec votre frère. C'est également une bonne chose ; elle découle de votre désir de voir votre frère réussir. La limite que vous fixez est également un endroit approprié : même si vous souhaitez aider votre frère, vous n'avez pas l'autorité d'un parent pour décider et faire respecter les limites.

Mon premier conseil est donc d'arrêter de considérer le fait de "parler comme sa mère" à votre frère comme une négation totale. Dans un monde idéal, ressembler à sa mère signifie simplement que vous vous souciez de lui et que vous essayez de l'aider à devenir la meilleure personne possible. Nous serions tous mieux si nous pouvions accepter cela de la part d'un plus grand nombre de personnes, en particulier celles qui nous sont proches.

Pour aborder réellement cette question avec lui, commencez par les faits :

Dites-lui ce que vous ressentez.

Soyez honnête avec lui. Dites-lui que ce qu'il a fait vous fait craindre pour son bien-être. Peut-être même que ça vous fait un peu peur. Vous semblez avoir une bonne relation avec lui, donc être ouvert sur ce que vous ressentez est à la fois une bonne étape pour approfondir cette relation et pour entamer la conversation sur ce qui s'est passé. Cela permet également de structurer la discussion en termes de "je". Vous ne vous contentez pas de lui ordonner de faire quelque chose ; vous lui expliquez comment cela vous a affecté personnellement.

Découvrez ce qu'il pense de la situation

Une fois que vous lui avez dit ce que vous ressentez, découvrez ses pensées. Pense-t-il qu'il aurait dû faire quelque chose de différent ? Est-ce qu'il regrette de n'avoir rien bu ? Souhaite-t-il ne pas être rentré chez lui à vélo ? Évitez de commencer par des questions directes sur des choses spécifiques que vous pensez qu'il aurait dû faire différemment ; vous aurez l'impression de l'interroger. Écoutez très attentivement la façon dont il réagit à vos sentiments d'abord, et utilisez ces réponses comme un tremplin pour essayer de comprendre ce qu'il pense de tout cela.

Parlez de ce qu'il peut faire à l'avenir

Une fois que vous avez une idée de ce qu'il en pense, vous pouvez commencer à parler de ce qu'il faut faire dans les situations futures. Vous lui avez déjà fait comprendre que vous vouliez qu'il puisse vous appeler pour qu'on le ramène si jamais il se retrouve dans cette situation ; c'est le bon moment pour lui faire cette offre. En supposant qu'il reconnaisse qu'il aurait dû agir différemment, vous devrez probablement lui expliquer ce qui s'est passé et pourquoi il a fini par faire quelque chose qu'il n'avait pas l'intention de faire. S'il souhaite ne rien avoir bu, vous pouvez essayer de trouver des idées sur la manière de dire non sous la pression sociale. S'il souhaite avoir moins bu ou ne pas être rentré à la maison, vous pouvez lui parler des stratégies de contrôle de la quantité d'alcool qu'il consomme dans ces situations. En fin de compte, votre objectif est de comprendre ce qui s'est passé et de l'aider à trouver des idées sur la manière de gérer la situation différemment à l'avenir.

Si la conversation y conduit, parlez des dangers.

C'est probablement le moment où il est le plus facile de tomber dans une approche de type "sermon". Je vous conseille donc de ne pas y aller spécifiquement. Si une question précise se pose ou s'il semble y avoir quelque chose qu'il ne comprend pas, répondez-lui ou discutez de cette question particulière. N'abordez pas les dangers qui ne découlent pas naturellement de la conversation. Si vous ressentez le besoin de mentionner quelque chose qu'il sait déjà ou qu'il semble savoir d'après ses réponses, n'insistez pas. Il suffit de le mentionner et de passer à autre chose. Ne vous attardez pas trop longtemps sur ce qui se passe dans cette veine.

Ne mentionne pas du tout le fait de le dire à tes parents

Il y a deux raisons pour lesquelles tu ne devrais pas le mentionner :

  1. Si vous orientez la conversation comme décrit ci-dessus, je ne pense pas que vous donnerez même l'impression que vous pourriez leur en parler. Il n'est donc pas nécessaire de le mentionner, cela ne ferait que l'amener à envisager la possibilité que cela se produise.
  2. Vraisemblablement, il y a un point extrême où vous pourriez leur dire parce qu'ils ont besoin de savoir et que vous devez tous trouver quelque chose pour son propre bénéfice. Vous ne voulez pas vous enfermer dans un coin où vous devez maintenant décider entre rompre une promesse de ne pas le faire et faire quelque chose pour l'aider.

Décidez à l'avance de ce que vous allez faire s'il ne veut pas en parler

Avant même d'entamer cette conversation, vous devez décider de ce que vous allez faire s'il ne veut pas en parler. À tout moment de résistance, vos options sont les suivantes :

  • Partir sans poursuivre la conversation.
  • Se détourner vers un autre point qu'il est plus à l'aise avec
  • Appuyez un peu plus fort.

Décidez maintenant quelle ligne vous ne franchirez pas s'il résiste à en parler. Le ferez-vous avant de lui dire ce que vous ressentez ? Insisterez-vous pour lui dire ce que vous ressentez, mais arrêtez d'essayer d'obtenir de lui ce qu'il pense ? Décidez à chaque fois si vous allez appuyer ou non sur la conversation, et préparez-vous à cela.

Rappelez-lui que vous l'aimez

Donnez-lui un câlin, ou tout ce que vous faites normalement avec votre famille pour lui exprimer votre affection.

4
1
2018-01-04 15:53:03 +0000

Hier, il m'a avoué qu'il avait bu 3 bières à la fête, et qu'il n'avait pas sommeil mais qu'il était à moitié ivre.

Je ne l'ai pas poussé à me donner cette information, il m'a dit tout d'un coup

De cela, je peux dire que votre frère voulait avoir une sorte de retour d'information de votre part. C'était peut-être la première fois qu'il buvait de la bière sans l'accord de ses parents. Peut-être qu'il se sentait coupable ou peut-être qu'il cherchait à obtenir une autorisation. Ou peut-être que c'était quelque chose dont il était si fier qu'il sentait qu'il devait le dire. Notez cependant que s'il était à moitié ivre, il aurait peut-être bu plus de trois bières.

Comment puis-je lui faire part de mes inquiétudes concernant mon frère mineur qui boit des boissons alcoolisées sans avoir l'air d'être sa mère ?

Votre but est-il d'exprimer vos inquiétudes, ou de protéger votre frère contre une consommation excessive d'alcool et la chute dans le canal ? Ce sont des objectifs différents, et vous pouvez changer le comportement des autres sans exprimer verbalement vos préoccupations (parfois, exprimer vos préoccupations à quelqu'un, comme si vous étiez sa mère, peut avoir l'effet inverse lorsqu'il sent que sa liberté est menacée). Ce phénomène est également connu sous le nom de "réactance").

Deux concepts qui sont importants :

  1. l'attitude : Si votre frère a une attitude positive vis-à-vis de l'alcool, il est plus susceptible de faire une consommation excessive d'alcool. Les attitudes positives proviennent de sentiments et de pensées positives. Si votre frère associe la consommation d'alcool au fait d'être cool ou d'être un adulte ou d'appartenir à ses pairs, il est plus susceptible de boire. Si ses camarades boivent beaucoup, il a plus de chances de le faire. Lorsque ses parents l'ont autorisé à boire à un jeune âge, il est plus susceptible de boire, en raison de la réduction des risques perçue.

Pour changer son attitude, vous devez lui faire prendre conscience qu'il n'est pas cool de boire. Vous pourriez par exemple arrêter de boire vous-même, ce qui enverrait un message fort selon lequel la boisson n'est pas quelque chose qui fait de vous une meilleure personne. Vous pouvez exprimer verbalement que la boisson n'est pas quelque chose qui fait de vous un adulte. Tu ne dois pas t'adresser directement à ton frère.

  1. capacité : En plus d'induire des attitudes opposées, votre frère doit avoir la capacité de changer son comportement. Si tous ses amis boivent une bière chaque heure, il risque de succomber. Vous pourriez donner des conseils à votre frère pour qu'il boive d'abord un soda avant de commencer à boire de la bière. Cela enverra le message à ses amis qu'il choisit de boire ce qu'il aime, et qu'ils peuvent choisir eux-mêmes ce qu'ils veulent boire. Le sentiment de pouvoir le rendra plus maître de lui et créera une attitude positive pour contrôler son comportement de buveur. Vous pouvez lui montrer vous-même ce comportement chaque fois que vous vous rendez à une terrasse ou dans un bar. Ou lui dire directement, lorsque vous êtes avec vos amis, que vous leur avez dit "Je ne bois pas ce soir". Ensuite, vos amis ont commencé à vous harceler en vous disant "Pourquoi ne buvez-vous pas ?", vous vous êtes levé et avez dit "Je n'ai pas envie", puis vous avez changé de sujet. De cette façon, vous pouvez communiquer à votre frère des compétences sur la façon de contrôler son propre comportement sans avoir à diriger directement celui de votre frère. Le fait de lier des conséquences positives à l'exécution des compétences comportementales augmente la motivation et la probabilité d'exécuter les compétences, ce qui les renforce.

De plus, vous devez savoir que ce problème pourrait se résoudre de lui-même au fil du temps. À 16 ans, les gens veulent vivre des expériences. Ils peuvent avoir des difficultés à contrôler leur comportement et à dire non. Vous pouvez le soutenir en lui donnant des outils pour adopter un comportement plus mature et en exprimant les valeurs que vous défendez et que votre frère est bien sûr autorisé à ne pas partager.

Avertissement : Je ne connais pas votre frère. Ce ne sont que des conseils généraux. Pour une meilleure aide, vous pouvez consulter les organismes de soins de santé.

1
1
2017-12-06 11:56:26 +0000

Comme aucune autre réponse ne touche à la partie la plus importante (à mon avis) de cette question, je vais essayer :

Il était ivre (ou pas sobre) au volant

Même s'il ne s'agit que d'un vélo dans de nombreux pays, il existe des lois très strictes à ce sujet (par exemple, en Autriche, la police peut vous retirer votre permis de conduire lorsqu'elle vous prend en état d'ivresse sur un vélo). En outre, l'assurance ne paiera probablement pas en cas d'accident, etc.

Personnellement, je pense que boire quelques bières lors d'une fête avec 16 personnes n'est pas un gros problème. Par contre, il est tout à fait inacceptable de mettre en danger les autres en conduisant en état d'ivresse. Vous devez être très clair sur ce point. Dites-lui qu'il aurait dû rentrer chez lui à pied ou, si c'est trop loin pour lui, qu'il aurait dû rester sobre.

Sinon, je ne pense pas que vous puissiez faire grand-chose, si ce n'est donner un bon exemple/responsable (vous seriez surpris de voir à quel point les jeunes frères et sœurs suivent votre exemple, même s'ils ne l'admettent jamais).

1
1
2017-12-05 17:31:48 +0000

Carotte ou bâton ? Les punitions et/ou l'autorité ne fonctionnent pas très bien sur les adolescents rebelles.

S'il rentre à la maison pas ivre, il y aura un prix (20€ ou quelque chose comme ça). C'est strictement entre vous et lui, pas besoin d'informer les parents. C'est un petit bonus pour compenser le "plaisir" qu'il a manqué en n'étant pas ivre.

Vous pouvez aussi faire un marché : vous le couvrirez de temps en temps s'il en a vraiment besoin, mais seulement s'il est assez raisonnable.

Vous pourriez lui demander pourquoi il a bu de l'alcool. Est-ce parce que tout le monde en buvait ? Encouragez-le à observer l'effet sur les autres, qui peut être assez spectaculaire... Est-ce que c'était pour le plaisir ? Bien qu'un peu d'alcool puisse augmenter le plaisir, trop d'alcool gâchera la soirée (et le jour suivant).

S'il n'a jamais été ivre et qu'il a appris la sensation d'une gueule de bois massive, peut-être ne le sait-il pas !

Si vous souhaitez donner un peu d'éducation, vous pouvez toujours élaborer sur certains des risques de rentrer à vélo en étant ivre près des canaux ou de la circulation, ou mentionner ce que les jeunes filles pensent de celui qui vomit à cause d'une consommation excessive d'alcool... ce n'est pas sexy.

1

Questions connexes