Les relations interpersonnelles
2017-10-16 09:41:48 +0000 2017-10-16 09:41:48 +0000
62

Comment souligner poliment que je ne souhaite pas manger quelque chose ?

Il y a quelques semaines, mon partenaire et moi avons décidé de changer notre régime alimentaire et notre mode de vie pour un régime à base de plantes. Cela nous a permis de nous sentir beaucoup mieux et plus heureux. Nous faisons quelques exceptions ici et là, mais tous deux ne souhaitent pas manger de produits animaux au quotidien.

Nous mangeons chez ma belle-famille environ une fois par semaine (parfois nous cuisinons chez eux, parfois ils cuisinent) et ils ont eu des problèmes avec notre nouveau mode de vie. Ils ne sont pas d'accord et refusent de préparer des repas à base de plantes. Après nous être sentis mal à quelques reprises après le dîner et avoir aidé à nettoyer, nous avons découvert qu'ils mentaient sur les choses qu'ils servaient. (c'est-à-dire cuisiner avec du lait de vache et prétendre que c'est du lait de soja)

Je ne sais pas trop comment m'y prendre. Je ne veux plus manger là comme ça, mais ils sont de la famille directe et mon partenaire ne veut évidemment pas se disputer avec ses parents. Sa solution a été d'apporter des Tupperware avec notre propre nourriture ou de les inviter chez nous et de nous faire cuisiner.

Je pense que nous devrions pouvoir discuter de cela d'adulte à adulte. Je ne pense pas que mentir sur ce genre de choses soit une décision très adulte. Quelle serait la meilleure approche pour en discuter sans que cela ne s'aggrave ?

Modifier à partir des commentaires: Je ne suis pas mortellement allergique aux produits d'origine animale, mais les produits à base de lactose en particulier peuvent m'apporter un certain malaise. S'ils sont consommés en grande quantité, ils me donneront des maux d'estomac.

Réponses [6]

95
2017-10-16 11:46:23 +0000

Vos beaux-parents ont brisé votre confiance ici. Il ne s'agit pas tant du régime alimentaire lui-même (ils sont libres de ne pas être d'accord avec lui, ils peuvent même refuser de le cuisiner et vous laisser cuisiner) mais il s'agit de leur refus de respecter vos décisions personnelles et de vous tromper en vous préparant des choses que vous ne voulez pas manger.

Alors, approchez-vous comme ça. Révoquez leur privilège de cuisiner pour vous parce que vous ne leur faites pas confiance, faites-leur comprendre que vous le faites et proposez-leur des alternatives.

Et tenez-vous en à cette révocation jusqu'à ce que votre belle-famille comprenne à quel point c'est mal de faire cela, qu'elle s'en excuse et que vous croyiez qu'elle ne le fera plus.

Si vous avez besoin d'une idée de ce qu'il faut dire :

J'ai (ou nous) remarqué pendant le nettoyage, que vous nous faisiez secrètement de la nourriture qui va à l'encontre de notre régime. Je suis triste que vous n'ayez pas respecté nos souhaits et que vous nous ayez ensuite menti à ce sujet.

Malheureusement, cela signifie que je ne peux plus vous faire confiance pour me faire la cuisine. Je continuerai volontiers à venir et je suis plus que disposé à cuisiner pour vous ou à commander des plats à emporter, mais nous ne pourrons plus nous joindre à vous pour le dîner (que vous avez préparé).

De plus, vous pourriez aussi mettre la partie sur la façon dont le lait de vache vous rend malade. Cela dépend de la gravité de vos réactions à cet aliment ; d'une part, cela peut aider à faire comprendre que vos restrictions alimentaires sont assez graves. D'autre part, cela peut aussi amener votre belle-famille à introduire en fraude dans votre alimentation d'autres choses qui ne vous rendront pas malade parce que vous n'avez pas traité le problème à la racine. Je vous laisse le soin de vous en occuper.

95
26
2017-10-16 11:57:04 +0000

Il ne s'agit pas de justifier votre régime alimentaire. De telles discussions peuvent être interminables. Le problème, c'est qu'ils ne respectent pas votre choix. La meilleure approche est de faire appel à leur conscience.

Vous devez leur faire honte en leur montrant à quel point vous êtes déçu. Dites-leur que vous n'avez jamais pensé qu'ils abuseraient ainsi de votre confiance.

Il est important de déclencher un vrai regret. Si vous pouvez provoquer ces sentiments, ils le comprendront.

Je sais que cela peut paraître un peu offensant, mais il ne s'agit pas de blesser vos beaux-parents. Je suis sûre qu'ils ne savent pas à quel point vous vous sentez concerné par votre régime.

26
6
2017-10-16 12:08:01 +0000

Tupperware, manger à l'extérieur, aliments préemballés scellés, votre propre cuisine, etc. Apportez vous-même tous vos ingrédients et cuisinez avec eux. Ce sont tous de bons choix. En outre, il n'est pas nécessaire de dîner ou de déjeuner, vous pouvez simplement manger avant d'arriver chez eux, et ne prendre que du thé ou du café avec eux.

Quelle que soit l'option que vous choisissez, vous devez tout de même leur faire savoir que vous savez qu'ils vous ont menti (si ce n'est déjà fait) et les informer de la ligne de conduite que vous avez choisie.

Vous devez le leur faire savoir par téléphone quelques jours à l'avance. De cette façon, s'ils s'énervent, ils pourront le faire sortir de leur système au moment de votre visite. Mais de toute façon, il n'y a vraiment aucun moyen d'éviter que la situation ne s'aggrave une fois qu'ils auront remarqué que vous ne mangez plus leur nourriture.

S'ils tentent d'aggraver la situation, votre conjoint et vous-même devriez partir plus tôt. Il ne sert à rien de récompenser un tel comportement en restant. Ou si votre conjoint ne veut pas partir plus tôt, vous devriez partir plus tôt. Le conjoint restant peut toujours prendre un Uber/Lyft/Taxi. Il suffit de convenir de ces plans d'urgence avec votre conjoint quelques jours à l'avance pour ne pas le brusquer au dernier moment. Vous ne voulez pas faire croire à ses parents qu'il n'est pas d'accord pour que vous partiez plus tôt. Pour cela, vous devez faire front commun et décider à l'avance de toutes les éventualités avant de vous rendre chez eux. En outre, il sera plus facile de partir si vous allez chez eux (au lieu qu'ils viennent chez vous).

Ce conseil d'urgence est basé sur votre expérience personnelle. Bien que je n'aie jamais eu à faire face à une situation identique à la vôtre, j'ai eu ma part de réunions familiales où l'alcool était un problème majeur et où il était primordial d'avoir un plan d'évacuation rapide.

6
6
2017-10-16 12:43:56 +0000

Les autres réponses sont tout à fait exactes : ce n'est pas tant le régime alimentaire, c'est le fait qu'ils ne voient pas/acceptent votre régime.

Ils vous aiment assez pour vous mentir et vous dire que c'est du lait de soja au lieu de lait de vache. mais ils ne comprennent pas la valeur que vous lui donnez. (ils pensent qu'il n'y a pas de différence, que cela n'a pas d'importance).

Tant qu'il n'y a pas de conflit, ils ne diront pas ce qu'ils pensent vraiment et je ne pense pas que vous puissiez changer leur façon de penser.

Se mettre en colère, être déçu et triste, surtout quand ils vous mentent et que vous les arrêtez, déclenchera ce conflit. Assurez-vous de communiquer vos émotions, mais concentrez-vous sur les objectifs, ne rejetez pas la faute sur eux.

Comme dans la vie, vous devez faire des compromis :

  • soit ils acceptent vos souhaits
  • Vous ne mangez plus avec eux, jusqu'à ce qu'ils le fassent
  • Vous acceptez qu'ils ne vous préparent pas votre style de vie
  • Vous vous rencontrez quelque part au milieu (dites-leur que vous n'aimez vraiment pas, faites en sorte que ce soit très pratique pour qu'ils puissent accepter vos souhaits).

Commencez peut-être par 1 ou 2 souhaits pratiques : utilisez du lait de soj insetad de lait de vache. Mais aussi Compromis de votre côté : dites-leur que cela ne vous dérange pas de faire les courses, ou que vous voulez en fait payer le lait de soja (puisqu'il est très probablement plus cher ?).

Enfin : motiver positivement les bons comportements autant que possible.

6
0
2019-07-08 07:58:13 +0000

Je trouve ce genre de situation assez étrange, pour être honnête.

Une inaptitude sociale assez grave et un ou deux types de TOC font que les gens ne mangent pas ailleurs qu'à la maison, sauf pour deux groupes de personnes - environ trois fois par an au total.

Les restrictions alimentaires sévères - et les deux groupes mentionnés le respectent et prennent des dispositions - n'ont jamais posé de problème.

Aucun de ces deux groupes n'a de famille aussi proche que les parents ou la belle-famille.

On pourrait en fait s'attendre à ce que la famille proche soit plutôt désireuse d'aider que de contrecarrer. Cependant, cela est dit du point de vue de celui qui comprend peu ce genre de problèmes sociaux, attendant le comportement idéal de la part de personnes censées être sans équivoque dignes de confiance et de soutien.

Le comportement de ces beaux-parents a peut-être moins à voir avec le régime alimentaire et la question des repas, qu'avec un "ressentiment" typique des beaux-fils et belles-filles, peut-être sous-jacent mais effectivement réprimé. L'"été" a plus d'influence sur leur fils qu'eux ; un changement aussi radical dans sa vie n'aurait pas pu être une simple décision de café ou de thé.

La réponse reste la même : mangez selon votre choix, quel qu'il soit. Il s'agit ici de comprendre les raisons de l'attitude de la belle-famille, ce qui pourrait déterminer la meilleure ligne de conduite à adopter - sans doute pas exclusivement en ce qui concerne la question du régime et des repas.

La seule réponse exigeant que l'on mange ce que l'on vous sert, sans condition, est irréalisable. Il pourrait être intéressant de voir la réaction de l'utilisateur lorsque, dans la même situation, il est informé que le délicieux goulasch auquel il vient de s'asseoir lors d'un dîner officiel a été préparé avec de la viande de chien, de cheval, de cuisse humaine ou autre de la meilleure qualité, et qu'il s'avère qu'il est servi avec des "légumes" totalement étrangers, du pain moisi et du casu marzu (fromage contenant des asticots vivants).

Au cours des dix dernières années, les deux groupes de personnes mentionnés m'ont invité à assister à leurs réceptions en plein air à l'occasion, lorsque seuls les membres de l'autre groupe étaient présents. Au début, je leur ai expliqué que j'y assisterais, mais que je ne mangerais rien. Toujours en train d'essayer d'acquérir des compétences sociales, j'ai réalisé que cela les mettait mal à l'aise quand je n'avais rien à manger, et j'ai commencé à emporter mes propres affaires. Depuis qu'ils ont réalisé à quel point le régime et la solution sont simples, ils prennent des dispositions pour une ou deux sortes de choses que je peux manger. Ils veulent ma compagnie, pour une raison ou une autre, et ils sont tout à fait disposés à s'adapter à mes restrictions alimentaires.

Le fait est que, que mon observation soit juste ou non, il est assez évident pour moi que dans le cas de "Summer" et de son mari, une autre dynamique que la simple question de leur régime alimentaire est présente. Je connais plus d'une famille proche qui se comporte presque de la même façon et pas une seule fois je n'ai entendu parler de parents ou de beaux-parents qui se comportent de cette manière. Les parents ou la belle-famille peuvent considérer que le régime alimentaire de leurs enfants sort un peu de l'ordinaire, mais je n'ai jamais entendu qu'ils soient autrement que parfaitement accommodants à ce sujet. D'autre part, je connais des familles où le "ressentiment" refoulé du gendre et de la belle-fille a conduit à un comportement des plus bizarres, même s'il peut être assez subtil - de nombreuses années après que les enfants aient été mariés et les petits-enfants déjà au lycée.

0
-2
2017-10-16 17:03:04 +0000

Il y a ici deux problèmes distincts : le régime alimentaire et le mensonge.

1) Si vous rendez visite à quelqu'un, vous mangez ce qu'il vous sert. Ce n'est pas un restaurant où vous pouvez commander de la nourriture. Vous n'avez pas à être difficile. De même, quand ils vous rendent visite, ils n'ont pas le droit d'exiger un repas de viande. Vos choix alimentaires sont votre problème, n'en faites pas le problème des autres.

2) L'autre problème, c'est le mensonge. Vous avez demandé, ils ont accepté, ils ont menti. Il n'y a pas d'excuses pour cela, même sans vous rendre malade. Le fait que cela vous ait rendu malade rend le point n°1 discutable. Nous n'en savons pas vraiment assez pour les juger. Peut-être qu'ils ont accepté avec joie, en prévoyant de mentir dès le début. Peut-être que vous les avez écrasés pendant des mois et qu'ils ont finalement cédé et menti pour que vous leur lâchiez les baskets. Mais le fait est que cela n'a pas d'importance pour le résultat final.

Je ne veux plus manger là comme ça, mais ils sont de la famille directe et il est évident que mon partenaire ne veut pas se battre avec ses parents. Sa solution a été d'apporter des Tupperware avec notre propre nourriture ou seulement de les inviter chez nous et de nous faire cuisiner.

C'est en fait comme ça qu'on résout ce genre de choses. Si vos modes de vie sont incompatibles, il vaut mieux réduire les contacts plutôt que de s'engager dans une guerre froide. Ce n'est pas un combat, c'est un fait - vous ne pouvez tout simplement pas y manger. Faites des visites plus courtes qui n'impliquent pas de manger ou sortez ensemble dans un endroit où les deux parties peuvent commander quelque chose qui leur convient. Le sevrage prend plusieurs formes et niveaux, celui-ci en est un.

Je pense que nous devrions pouvoir en discuter d'adulte à adulte. Je ne pense pas que mentir sur ce genre de choses soit une décision très adulte. Quelle serait la meilleure approche pour en discuter sans que cela ne s'aggrave ?

Eh bien, d'après mon point n°1, ce n'est pas une chose d'adulte de venir chez quelqu'un et d'avoir des exigences. Même si c'est la maison des parents. Ce n'est pas non plus une chose adulte de mentir sur ce qui a été réellement servi. Je ne pense pas qu'il y ait vraiment de place pour la discussion. Quelle que soit la manière dont vous le présentez, soit que vous arrêtiez de faire pression sur eux pour qu'ils répondent à vos besoins, soit que vous les teniez responsables de ce qu'ils ont fait, le résultat final est le même : vous ne mangez pas ce qu'ils préparent. Ce n'est pas la fin du monde.

Le véritable compromis serait que les deux parties prennent un peu de recul : vous acceptez un peu de viande, elles n'acceptent pas de lait. Mais je ne pense pas que ce soit possible ici. Le régime d'élimination est pratiquement battu par les violations hebdomadaires et le véganisme est perçu comme une sorte de culte par les non-végans. Vous parlez comme une personne modérée, mais cela n'empêche pas l'autre partie de vous percevoir à travers le stéréotype du "végétalien bizarre". Je ne parle que du véganisme, même si vous avez soigneusement évité le mot, car les stéréotypes sur les végans vous affectent toujours, même si vous ne vous identifiez pas au mouvement. L'insistance des parents à ne pas changer leur cuisine une fois par semaine peut venir du fait qu'ils considèrent que cela défend leur mode de vie contre la culture étrangère.

Ou alors, ils sont peut-être juste des mangeurs difficiles. Comme mon beau-père qui mange à peu près 3 ou 4 choses et ne veut rien essayer d'autre. Rien que pour cette raison, ma belle-mère est très rigide en ce qui concerne le menu. Ils sont plus têtus que les enfants et ils ont les moyens de faire les choses à leur façon. Il a fallu à ma femme de nombreuses années pour apprendre que cela ne vaut même pas la peine d'essayer.

Pour une personne qui prépare son plat phare de la même manière depuis des décennies, demander à remplacer un ingrédient est généralement un grave délit. Elle se battra pour défendre la recette originale. C'est peut-être le cas du lait de soja.

Il y a aussi un autre angle d'attaque qui consiste à "éloigner" votre partenaire de sa mère. Avant, il aimait sa cuisine, maintenant "vous l'avez fait" la rejeter. C'est une insulte subconsciente pour toutes les mères.

Pour toutes ces raisons, je vous suggère d'essayer le terrain neutre d'un restaurant ou d'un plat à emporter pendant un certain temps. Cela peut aider tout le monde à se calmer et à s'ouvrir.

-2

Questions connexes