Les relations interpersonnelles
2018-06-04 12:16:49 +0000 2018-06-04 12:16:49 +0000
38

Comment communiquer poliment à un ami que je ne veux plus héberger chez moi ?

J'ai un ami de longue date, qui vit dans une autre ville. Nous avons généralement gardé le contact lorsque, de temps en temps, il venait dans la ville où j'habite, ou lorsque je me rendais dans la ville où il habite.

Tout se passait bien jusqu'à ce que les réunions soient de courtes visites, mais depuis que j'ai recommencé à vivre seule dans ma maison, les choses ont changé. Il m'a demandé s'il pouvait être mon invité lorsqu'il viendrait dans ma ville, et j'ai d'abord accepté, car je pensais que ce n'était pas un problème pour moi : J'ai des chambres libres et personne d'autre dans la maison.

Les choses se sont avérées différentes :

  • bien que je lui aie demandé s'il avait des préférences pour le petit-déjeuner et qu'on lui ait répondu "rien de spécial", chaque matin il me demandait un cappuccino (je n'ai jamais eu de machine à café pour faire du cappuccino).
  • quand c'est l'heure de son feuilleton ou de son émission préférée, il monopolise la télévision, sans même me demander si j'ai autre chose à regarder
  • quand je lui ai offert un double des clés pour qu'il soit libre de sortir et d'entrer dans la maison quand il le souhaite, il a refusé en disant "je ne rentrerai pas trop tard"

Cela continue pour tout son séjour, qui est d'environ une semaine. Dans l'ensemble, je me sens traité comme du personnel d'hôtel, sans même être payé en tant que tel, et j'ai perdu tout plaisir à l'accueillir.

Je voudrais donc décliner ses demandes de séjour chez moi, tout en ayant le plaisir de passer du temps à se voir. Jusqu'à présent, j'ai tenté de les décliner indirectement, c'est-à-dire "cette semaine, je ne peux pas, mes fils viennent me rendre visite", ce à quoi il a simplement objecté "oh, ce n'est pas grave pour moi" ou "oh, eh bien, je peux reporter à une autre semaine".

Comment puis-je poliment décliner ses futures demandes ?

Réponses [4]

87
2018-06-04 14:31:46 +0000

Je vais adopter une approche différente de celle de la réponse d'Onyz. Êtes-vous sûr que votre invité est vraiment malveillant ?

Le cappuccino au petit déjeuner n'est pas si spécial pour les gens habitués à boire du café, je m'assurerais que vous avez clairement fait comprendre que vous n'avez pas la capacité de faire du café chez vous et que vous n'êtes pas disposé à le faire, j'ai l'impression que vous n'avez pas vraiment eu de conversation sur ce que vous ressentez à ce sujet. Je ne bois pas non plus de café, mais on me l'a déjà demandé et j'ai appris à m'assurer de mentionner que je n'ai pas de fournitures pour faire du café avant d'inviter des invités chez moi. C'est aussi une chose assez simple pour que votre invité puisse acheter sa propre machine à café s'il le souhaite.

Pour la télévision, je suppose que je peux regarder tout ce que je veux à moins que quelqu'un ne me dise le contraire. On dirait que vous n'avez tout simplement pas fait part de votre intérêt à regarder autre chose à la télévision. Comme c'est votre maison, vous avez le contrôle ultime sur ce qui s'y passe, donc lorsque votre invité regarde la télévision et que vous savez que vous allez regarder une émission X, ou que vous allez faire un truc Y avec la télévision (même si ce n'est pas prévu), vous devez lui dire : "Hé, je vais regarder/fais ce X à cette heure, je vous le fais savoir". Assurez-vous de ne pas demander, c'est votre maison, vous définissez les règles. C'est typiquement ce que j'ai fait et ce que d'autres hôtes ont fait pour moi, et je ne me suis jamais sentie personnellement insultée ou en colère par cela.

Pour les clés, je considérerais qu'elles sont polies, mais il est clair que vous ne savez pas si vous serez réellement disponible et que vous ne voulez pas nécessairement être responsable de les laisser entrer chaque fois que vous n'êtes pas là. Au lieu de me mettre en colère, je me contenterais d'énoncer les faits : "Il se peut que vous ne sortiez pas, mais je ne peux pas garantir que je serai là chaque fois que vous devrez entrer, donc je préférerais que vous ayez ces clés" et de les leur remettre sans prendre de risque. J'ai refusé des objets similaires dans le passé et c'est ainsi que les gens me traitaient, et cela m'a fait comprendre qu'il était nécessaire pour moi d'avoir l'objet sans se transformer en dispute.

Si vous souhaitez toujours ne pas continuer à l'accueillir pour les raisons que vous avez indiquées, s'il s'agit d'un ami relativement proche, je mentionnerais ce que vous avez ressenti pendant votre séjour plutôt que de leur mentir d'abord sur la neutralité de votre expérience avec eux. D'après mon expérience, le fait de ne pas aborder ces questions se traduit par une mauvaise volonté permanente envers l'ami en question, même si vous ne l'accueillez plus jamais. Le conflit que vous avez perçu n'a jamais été résolu et ils n'ont probablement pas réalisé que vous pensiez qu'il se passait quelque chose de grave. Si vous voulez parler de ce que vous sentez à propos de certaines actions, assurez-vous que vous êtes ouvert à la possibilité que la façon dont vous avez perçu les intentions d'une autre personne n'était pas correcte. Une fois que vous avez dépassé le stade de la compréhension des intentions positives ou négatives, si vous ressentez toujours la même chose qu'avant, vous pouvez continuer à parler de la façon dont vous pensez qu'il serait préférable qu'ils ne restent pas, mais vous pouvez toujours rester.

87
8
2018-06-04 12:36:37 +0000

En général, dans ce genre de situation, il vaut mieux rester positif et aimable, mais ferme et résolu.

Assurez-vous de lui faire savoir tout ce que vous avez apprécié de sa visite, que vous le considérez comme un bon ami dévoué, et autant d'autres choses positives auxquelles vous pouvez penser. Précisez bien que votre message ne vient pas d'un endroit de colère ou d'irritation, mais qu'il s'agit plutôt d'un ami qui informe un autre ami d'un changement important.

Vous pouvez vous concentrer sur vous-même pendant la partie de la conversation où vous l'informez que vous n'êtes plus à l'aise avec le fait qu'il vive avec vous, en formulant les choses simplement comme "Vivre ensemble m'a vraiment fait perdre la tête. J'espère que vous pourrez me pardonner, mais..." et ensuite lui dire qu'il n'est plus le bienvenu dans des situations de vie commune.

D'après mon expérience, j'ai constaté que tant que les gens n'ont pas l'impression d'être attaqués, ciblés ou grondés, ils réagissent de manière civilisée à presque tout. Lorsque je parle aux gens de ce genre de choses, ils se souviennent souvent que c'est moi qui leur ai rendu service au départ, et tant que vous leur retirez poliment cette faveur, ils n'ont aucune raison d'être trop contrariés. J'ai également été des deux côtés de cette situation, et cela se comprend bien sûr dans les deux cas.

Il est important, je pense, de se concentrer sur la nature "inévitable" de la situation. Même si vous pensez le contraire, essayez de le formuler comme si ce n'était ni sa faute, ni la vôtre, juste la façon dont les choses sont, et qu'elles n'ont pas fonctionné, mais bien sûr vous êtes toujours amis tous les deux, et vous êtes heureux de traîner ensemble. Mais bien sûr, vous êtes toujours amis et vous êtes heureux de passer du temps ensemble, mais vous ne partagez pas le même espace de vie.

8
3
2018-06-04 23:37:59 +0000

Le fait que vous demandiez comment le faire gentiment indique que vous voulez garder cette personne comme ami. Je vous recommande de réfléchir également à cette décision. Ma vie s'est beaucoup améliorée depuis que j'ai commencé à m'entourer de personnes qui me traitent bien et à laisser les personnes qui me traitent mal s'en aller.

Il y a deux choses en jeu ici.

  1. La façon dont les actions de vos amis vous font vous sentir.
  2. Si vous partagez ce que vous ressentez avant de passer à l'action, le processus est plus collaboratif et moins offensant. Il a également l'avantage d'éliminer toute confusion sur ce qui a provoqué cette situation. Cette tactique est super importante dans les relations de soins à long terme. Vous devez exprimer ce que vous ressentez afin que l'autre personne puisse essayer d'éviter de vous faire sentir mal.

"Lorsque vous me demandez sans cesse des boissons au café de luxe que je ne suis pas équipé pour préparer, je me sens comme un mauvais hôte. J'ai aussi l'impression que vous me traitez comme un employé d'hôtel, et non comme un ami"

"Je trouve votre comportement vis-à-vis de la télévision discourtois. C'est ma maison, vous êtes un invité. Un invité courtois ferait un effort pour s'adapter à mon utilisation de la télévision en premier et, au pire, ne la monopoliserait pas à chaque fois"

"Quand tu ne prends pas un jeu de clés, tu me fais porter la responsabilité d'adapter ton emploi du temps. Cela renforce le sentiment que vous me traitez comme un hôtel et non comme un ami et un hôte"

"C'est maintenant le moment où vous engagez la conversation avec votre ami, il comprendra ce que vous ressentez à cause de ses actions. Vous lui faites la courtoisie de lui permettre de s'excuser s'il le souhaite. Il peut choisir de modifier son comportement ou de le prendre comme une leçon pour l'avenir. Ils n'ont plus jamais besoin de se demander "Mince, pourquoi personne ne m'invite plus à être leur invité"

Et selon la manière dont cela se passe, la phase suivante peut être moins offensante : "J'ai entendu dire que vous étiez désolé, je pense vraiment que vous seriez plus heureux dans un hôtel ou un Airbnb qui peut vraiment répondre à vos besoins. Vous devriez le faire à partir de maintenant".

3
2
2018-06-06 00:38:26 +0000

"Salut [ami] ! C'est bien que tu restes avec moi quand tu es en ville, mais je voulais te faire savoir que pour des raisons personnelles, je vais faire une pause pour ne pas avoir d'invités réguliers, à part mes fils. Il y a un super hôtel [ici] et [ici] qui sont vraiment abordables, vous devriez les visiter. J'aimerais beaucoup vous rencontrer pour boire un verre ou manger avec vous quand vous êtes en ville, alors n'oubliez pas de m'appeler quand vous serez là la prochaine fois, j'ai hâte d'y être"

Ça a marché pour moi dans le passé. Si on me demande pourquoi, il suffit de répéter poliment que c'est pour des raisons personnelles.

2

Questions connexes